Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

Le rôle des châteaux forts de la vallée de la Loire à la charnière des xvie et xviie siècles

Bertrand Boquien

Texte intégral

1Au cours du Moyen Âge, de nombreux châteaux ont été construits directement en bordure de la Loire. Une position qui permettait à leurs détenteurs de contrôler la circulation des hommes et des marchandises sur le fleuve, et d’en tirer des revenus. L’objet de cette communication est de présenter le rôle de quelques-uns de ces châteaux à une époque tardive : la charnière des xvie et xviie siècles. Les années 1589 à 1598 sont celles de la rébellion ligueuse du duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne. Un épisode qui n’intéresse pas seulement la Bretagne, mais touche aussi le Maine et l’Anjou voisins. C’est en même temps l’époque où Henri IV conquiert son royaume les armes à la main. La période qui s’ouvre avec l’assassinat du roi en 1610 est une période troublée par les agitations des « Grands » et particulièrement du prince de Condé, contre la régence de Marie de Médicis. Elle voit ensuite la même Marie de Médicis, écartée du pouvoir, se rebeller contre son fils. En 1626, c’est la conspiration de Chalais contre Richelieu. Le cadre géographique de cette communication est la section de Loire allant des Ponts-de-Cé, aux portes d’Angers, jusqu’à Nantes. On sait que les progrès continus de l’artillerie à poudre rendent alors obsolètes, en théorie, les anciennes fortifications, malgré tous les efforts d’adaptation réalisés, notamment en Bretagne, vers la fin du xve siècle. Pourtant les châteaux restent longtemps des enjeux stratégiques.

2Ces fortifications dépassées, même si elles ne sont plus en mesure de soutenir le siège d’une grande armée moderne, ont encore un rôle militaire important. D’autant que les forces en présence disposent rarement de moyens d’assaut suffisants. Le soin mis à démanteler certaines de ces forteresses indique bien qu’elles n’avaient pas perdu toute valeur.

LES ENJEUX STRATÉGIQUES POUR LA DOMINATION DU PAYS ET LE CONTRÔLE DE LA LOIRE

  • 1 Louvet J., « Journal ou Récit véritable de tout ce qui est advenu digne de mémoire tant en la vill (...)

3Deux châteaux revêtent une importance stratégique particulière au cours de la période : Rochefort, en Anjou, et Ancenis, en Bretagne, distants d’une cinquantaine de kilomètres. Situé sur la rive gauche de la Loire, à une vingtaine de kilomètres en aval d’Angers, Rochefort va jouer un rôle de premier plan au temps de la rébellion du duc de Mercœur. Les Ligueurs s’y installent en 1590, sous le commandement des frères Saint-Offange. La position du château est forte et justifie son nom. Il est dressé sur un piton rocheux aux parois verticales et protégé par des fossés et, à l’époque, par la Loire. De là pendant des années, la garnison de Rochefort va piller le plat pays et incommoder Angers, tenu par les Royaux. En novembre 1591, par exemple, les soldats de Rochefort font une incursion au faubourg Bressigny, sous les murs d’Angers1. Rochefort est un poste avancé en Anjou pour le duc de Mercœur, qui voudrait bien s’emparer d’Angers.

  • 2 Louvet J., op. cit.

4En 1592, les Angevins obtiennent du maréchal d’Aumont, envoyé en Bretagne par Henri IV à la tête de ses troupes, la décision d’aller assiéger Rochefort. Ce sera un échec. À défaut de pouvoir se débarrasser des Saint-Offange et de leur garnison, les Royaux s’efforcent de les contenir. En 1593, Puycharic, le gouverneur du château fait construire des forts au Port-Thibault, près d’Angers et à Saint-Mathurin, pour empêcher les gens de Rochefort de « passer [traverser] la Loire » et y place des garnisons. Les soldats de Rochefort prendront d’assaut le fort du Port-Thibault, obligeant les Angevins à se retirer en l’incendiant2. Les Saint-Offange continueront leurs courses jusqu’à leur ralliement au roi en 1598. Celui-ci s’empressera d’accéder à la demande des Angevins de faire démolir le château.

  • 3 Carné G. de, Correspondance du duc de Mercœur & des Ligueurs bretons avec l’Espagne, Rennes, 1899, (...)

5Ancenis, en aval, représente aussi un enjeu stratégique important. Deux mémoires, rédigés vers 1590, et destinés au roi d’Espagne, montrent assez bien la valeur de la place3. Le premier, rédigé par le gardien du couvent des Cordeliers de la ville, est destiné à plaider auprès du roi d’Espagne la cause du duc d’Elbeuf, baron d’Ancenis, emprisonné à Loches depuis l’assassinat des Guises, ses cousins. La baronnie d’Ancenis lui vient de sa mère, petite-fille du maréchal de Rieux. Il s’agit d’obtenir du roi d’Espagne qu’il paie la rançon du duc.

« Il y a en oultre, dit le mémoire, un chasteau tres fort et de telle consequence quil peult empescher tout le trafic de la riviere de Loyre, tant en ce qui descend en icelle de toutes les provinces de France que de ce qui y monte par le moyen de la mer et blocque et tient en bride les dites villes d’Angers et de Nantes, comme ne distant de Nantes que de sept lieues et de dix d’Angers. Ce que ont si bien consideré et considerent nos ennemis, qu’ils tachent par tous moyens à avoir lad. place.»

6Le camp royaliste, assure-t-il, est prêt à offrir la liberté au duc d’Elbeuf contre la cession d’Ancenis.

  • 4 Les États ligueurs.
  • 5 Barthélemy A. de, Choix de documents inédits sur l’Histoire de la Ligue en Bretagne, Nantes, 1880, (...)
  • 6 Vaissière P. de, « Fragments de Mémoires de Jean du Houssay, seigneur de la Borde (1588-1594) », A (...)
  • 7 Louvet J., op. cit.

7Le contrôle de la navigation sur la Loire, évoqué par ce mémoire, est un enjeu considérable pour tous les partis. Il a d’abord un objectif militaire. En juillet 1589, par exemple, craignant une descente des troupes royales par la Loire, les Nantais prient le capitaine d’Ancenis de faire armer quelques bateaux pour les arrêter. Il s’agit aussi d’assurer la sécurité de la navigation commerciale, et d’en tirer des subsides à l’occasion. Le duc d’Elbeuf, une fois délivré, demandera aux États de Bretagne4 la permission de « faire quelque levée en forme de pancarte sur aucunes marchandises passans au destroict de noz ville et chasteau d’Ancenis5 » pour payer sa rançon et libérer sa fille, Claude Éléonore de Lorraine, qu’il a laissée en otage. Il réitérera sa demande plus tard auprès du roi, au cours des négociations préalables à son ralliement. Il se voit proposer le droit de lever un péage « sur ce qui passe par la rivière » à Ancenis, pour payer les 80 000 écus de la rançon6. La garnison de Rochefort peut intercepter, ou au moins gêner, la circulation sur le fleuve. En juillet 1590, par exemple, le convoi qui transporte par la Loire un canon destiné au siège de Chalonnes essuie canonnade et tirs d’arquebuse7.

8Le second mémoire, relatif aux mesures à prendre en Bretagne pour le service du roi d’Espagne, mentionne également le château d’Ancenis. Considérant que le duc de Mercœur n’est pas un allié sûr, l’auteur anonyme conseille aux Espagnols de prendre des points d’appui à Ancenis et à Nantes pour contrôler la région, surveiller Nantes, et tenir Mercœur en bride. Il faut :

« Mettre garnison despaignols dans le chasteau d’Ancenys et lachepter du sr duc d’Elbeuf, pour le redymer de prison, y establir officiers. Cella faict, de ceste place, lon peult commander à la campaigne jusques a Poictiers, à Angers, à Rennes et à Nantes.»

9Ancenis est alors dans le camp ligueur. Le mémoire préconise également que les Espagnols s’emparent de la Villeneuve, près de Nantes, « qui commande la ville » et de la porte Sauvetout « qui respond a lad. Villeneufve », y mettent une forte garnison et en fassent « une cytadelle a linstard des aultres cytadelles que l’on faict aux villes dont lon se veult asseurer et prendre garde ». Projets chimériques, mais qui, dans le cas d’Ancenis, indiquent bien la valeur accordée à cette place.

  • 8 Pocquet B., Histoire de Bretagne, tome V, Rennes, 1913, p. 168.
  • 9 Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. I, Rennes, 1843, p. 4 (...)
  • 10 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 3192, C 2914.
  • 11 Au début de 1594, le duc négociait son ralliement au roi (Vaissière P. de, op. cit., p. 265-269).
  • 12 Le Goff H., La ligue en Bretagne. Guerre civile et conflit international (1588-1598), Rennes, 2010 (...)
  • 13 Taillandier D. Ch., Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. II, Paris, 1756, p. 460-461.
  • 14 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 65, Lettres d’abolition et de rémission accordées au sieur de Bo (...)

10Les deux camps tentent de s’assurer le contrôle de ces forteresses. Lorsque le prince de Dombes entame sa campagne militaire pour Henri IV au début de 1590, il marche vers le pays nantais, et vient assiéger Ancenis, qu’il ne parvient pas à prendre. L’objectif est de « resserrer Nantes déjà menacée par Blain, Derval et Clisson, châteaux royalistes8 » et de contrôler la Loire. Après ce siège vite levé, la place passe pour avoir été tenue en neutralité. Cette neutralité pourrait être le résultat d’un arrangement conclu pour la levée du siège, comme l’affirme Ogée9. Autre hypothèse : elle aurait été une condition mise à la libération du duc d’Elbeuf, survenue en 1592. La manière dont s’effectue le paiement de la garnison indique un changement de camp entre 1591 et 1595 : en 1591, elle est à la charge des États de la Ligue. En 1595, elle relève des États royalistes10. Probablement parce qu’entre-temps, le duc d’Elbeuf a rallié Henri IV11. C’est, semble-t-il, en tant que « lieu de neutralité12 » que la ville d’Ancenis est choisie en 1594 pour accueillir des négociations entre le camp royal et le camp ligueur. Ces conférences s’ouvrent au château en décembre 1594, sous la présidence de la reine Louise, veuve d’Henri III et sœur du duc de Mercœur. Elles n’aboutissent à rien, Mercœur ne cherchant qu’à gagner du temps. Suspendues au bout de quelques mois, elles reprennent à Chenonceaux, avant d’être interrompues définitivement. En 1597, Bourcany, capitaine d’Ancenis, qui tient la place pour le duc d’Elbeuf, désormais rallié au roi, fait volte-face et repasse dans le camp ligueur13. Mercœur récupère ainsi une place de première importance. L’année suivante, Bourcany, abandonne Mercœur aux abois et fait sa soumission au roi, contre des lettres d’abolition et de fortes indemnités14.

  • 15 Émilien Maillard donne successivement ces deux dates (Maillard É., Histoire d’Ancenis et de ses ba (...)

11Le château d’Ancenis va jouer de nouveau un rôle entre 1614 et 1626, et servir de point d’appui au duc de Vendôme dans ses prises d’armes contre le pouvoir royal. Ce fils naturel d’Henri IV, gendre du duc de Mercœur, possède la baronnie d’Ancenis, achetée au duc d’Elbeuf par les Mercœur en 1598 ou 159915. Il a reçu à 4 ans, le gouvernement de Bretagne, retiré à son beau-père. Pendant une douzaine d’années, il participe à la plupart des intrigues dirigées contre la régente Marie de Médicis, puis contre Louis XIII, son demi-frère. À deux reprises (1614 et 1626), ces intrigues obligeront le roi à se rendre à Nantes pour réaffirmer son autorité devant les États de Bretagne, peu soucieux de seconder Vendôme dans ses entreprises.

  • 16 Maillard É., op. cit., 2e éd., p. 77. Un texte de 1623 mentionne les « murailles de la ville faict (...)

12En 1614, le duc s’apprête à suivre le prince de Condé, et quelques grands personnages qui ont quitté la cour et rassemblent des troupes. La régente le fait enfermer au Louvre. Il s’évade et gagne la Bretagne à cheval par des chemins détournés. Il se réfugie au château d’Ancenis, qui appartient à sa bellemère, la duchesse de Mercœur, et où il pense être en sécurité. Il rassemble quelques fidèles et se fortifie en Bretagne, remettant notamment en état les murs d’Ancenis16. Après un accord avec les princes, Marie de Médicis lui rend le gouvernement de Bretagne, qu’elle lui avait retiré, mais il continue à s’armer. Devant son insoumission, la régente décide de venir elle-même à Nantes, avec son fils de 13 ans. Louis XIII fait étape au château d’Ancenis. Vendôme, qui s’y trouvait, a décampé à son approche et s’est réfugié dans sa ville de Lamballe, en Penthièvre. Les États de Bretagne se désolidarisent totalement du gouverneur, qui finit par se soumettre.

  • 17 Le Mercure françois, 1616.
  • 18 Foisil M. (dir.), Journal de Jean Héroard, Paris, 1989, p. 2483.
  • 19 Id., p. 2820.

13Les prises d’armes alternent avec les réconciliations. César de Vendôme reprend les armes dès 1615, s’installe au château de Champtocé, autre château de la vallée de la Loire, et menace de se jeter sur Nantes. Il masse des troupes à Ancenis, où la présence de ses soldats déclenche des épidémies meurtrières17. En décembre, Vendôme est déclaré criminel de lèse-majesté. Il se soumet après l’assassinat de Concini. Entre deux prises d’armes, il retrouve sa place auprès du roi. En octobre 1617, Louis XIII tient sur les fonts baptismaux, à Paris, le fils aîné de César de Vendôme18. Revenant à Nantes en avril 1622, le roi fait étape à Ancenis « maison de Vendôme », c’est-à-dire au château. César de Vendôme l’y reçoit et lui offre un festin « fort magnifique19 ».

14En 1626, César de Vendôme se trouve mêlé une nouvelle fois aux intrigues contre le pouvoir royal. La conspiration de Chalais commence comme une cabale contre le projet de mariage de Gaston, frère et héritier de Louis XIII, avec la duchesse de Montpensier. L’intrigue devient une véritable conjuration contre Richelieu, dont la vie est menacée. À sa tête se trouve Alexandre de Vendôme, le frère de César, grand-prieur de France de l’ordre de Malte. Comme en 1614, le roi décide de revenir en Bretagne affirmer son autorité. Le 13 juin, les deux frères Vendôme sont arrêtés. Le roi démet César de son gouvernement de Bretagne, cette fois définitivement. Louis XIII arrive à Nantes le 3 juillet. C’est l’épisode célèbre de l’arrestation et de l’exécution du marquis de Chalais, décapité le 19 août sur la place du Bouffay. Gaston se résigne à son mariage, célébré le 6 août. Les États de Bretagne obtiennent du roi l’exclusion perpétuelle des Vendôme et de leur descendance du gouvernement de la province. Ils obtiennent aussi la démolition du château d’Ancenis.

LES SIÈGES : ROCHEFORT, ANCENIS, LA POSSONNIÈRE, LA ROCHE-DE-SERRANT

  • 20 Travers, op. cit., t. III, Nantes, 1841, p. 38.
  • 21 Le Goff H., op. cit., p. 123.
  • 22 Louvet J., op. cit.

15Si les châteaux sont assiégés, c’est bien parce qu’ils ont encore une valeur militaire. À l’époque de la Ligue, les partisans de Mercœur et les Royaux vont se disputer les châteaux qui peuvent leur servir de point d’appui ou qui les incommodent. Sur la Loire, le château de La Roche-de-Serrant (La Roche-aux-Moines), tenu par les Ligueurs, est assiégé en décembre 1589 par le gouverneur du château d’Angers. Les Ligueurs se rendent « par composition ». Le siège d’Ancenis par le prince de Dombes en 1590 est mal connu. Le duc de Mercœur, d’après l’abbé Travers, avait renforcé la défense de la place en y faisant entrer des troupes20. « La forteresse était solide et les défenseurs sur leurs gardes », écrit Hervé Le Goff21. Le prince de Dombes lève le siège. En décembre 1591, Mercœur assiège le château de La Possonnière, tenu par une garnison royaliste. Il s’agit pour lui de soulager Rochefort. Le 25 décembre les garnisons des châteaux de La Possonnière et de La Roche-de-Serrant se rendent « par composition22 ». On ne sait pas si La Roche-de-Serrant a été assiégée ou si l’exemple de La Possonnière a suffi à décider ses défenseurs à se rendre. Ces deux châteaux de la rive droite, pris et repris par les deux camps, sont de ce fait une menace pour le château de Rochefort, tout proche.

  • 23 Port C., « Le siège de Rochefort-sur-Loire », Revue de l’Anjou, 1868, t. II, p. 391-397. Capturé, (...)
  • 24 Louvet J., op. cit.

16Le 15 septembre 1592 commence le siège du château de Rochefort, 30 ans après celui qui en avait délogé le capitaine huguenot Desmarais23. Le siège dure trois mois. Le château est canonné sans répit, notamment à partir du vieux château de Dieusie, situé sur un roc en face de Rochefort. Les assiégeants ouvrent une brèche, tentent l’escalade, mais sont repoussés. Finalement, les Royaux abandonnent la partie, à l’annonce que le duc de Mercœur est en train de lever une armée pour secourir Rochefort. Ils appréhendent de devoir se défendre à la fois contre cette armée et contre la garnison du château. Le 27 décembre 1592, après la levée du siège de Rochefort, les Ligueurs assiègent à nouveau La Possonnière et La Roche-de-Serrant, où se sont réinstallés les Angevins. Ils sont 2 000 Français et 4 000 Espagnols, conduits par le marquis de Belle-Île et don Juan d’Aguila. La Possonnière se rend « par composition » dès le lendemain. L’armée assiège La Roche-de-Serrant qui se rend le 30 décembre24.

  • 25 Port C., Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. III, Paris, A (...)

17Beaucoup plus tard, c’est le château des Ponts-de-Cé qui subit un siège au cours de l’épisode resté célèbre de la « guerre de la mère et du fils ». Marie de Médicis, éloignée par son fils après l’assassinat de Concini, se rebelle à son tour contre le pouvoir royal. Les troupes des partisans de la reine-mère sont défaites par l’armée royale aux Ponts-de-Cé le 7 août 1620. Le château, tenu pour la reine-mère, résiste un jour de plus avant de se rendre avec les honneurs25.

L’IMPORTANCE CRUCIALE DE L’ARTILLERIE

  • 26 Henri IV. Jean Louvet affecte de ne lui reconnaître que sa qualité de roi de Navarre.
  • 27 Louvet J., op. cit.

18Le premier effet du canon est la dissuasion. Le 20 juillet 1590, le château de Chalonnes, pris par les Ligueurs en mars, se rend « par composition » à La Rochepot, gouverneur royaliste de l’Anjou, parce que « la place n’estoit suffisante pour résister au canon, et qu’il ne leur venoit aulcun secours ». À Champtocé, le 14 octobre 1591, les Royaux qui tiennent le château se rendent eux aussi par composition à Bois-Dauphin, lieutenant de Mercœur. Ils se sont laissé persuader de se rendre « après qu’il leur a esté monstré deux doubles canons et deux moyens pour battre ledict chasteau où ilz feroient de la résistance ». Le jour de Noël 1591, les châteaux de La Possonnière et La Roche-de-Serrant, tenus « pour le service du roy de Navarre26 » se rendent aux Ligueurs par composition « de tant qu’on avoit mené quatre pièces de canon davant pour les battre, et se sont renduz d’apréhention que ceulx de dedans eurent que ledict seigneur duc de Mercœur leur fist comme il avoit faict à ceulx de Sainct-Florent ». Mercœur a pris Saint-Florent-le-Vieil une semaine plus tôt, avec l’appui de troupes espagnoles et n’a pas fait de quartier. Il a fait pendre 32 « huguenotz » avec le capitaine, « et le reste tué », et fait abattre toutes les défenses du bourg27.

  • 28 En 1562, pour canonner Rochefort où s’était réfugié le capitaine Desmarais, on avait fait venir de (...)
  • 29 Arch. mun. de Nantes, EE 178.

19La dissuasion ne joue plus devant une place forte et bien défendue. Et dans cette guerre, l’artillerie n’est pas si abondante. Il faut souvent faire venir de loin les précieux canons. On fait appel aux arsenaux des grandes villes28. Mercœur avait ainsi obtenu en juin 1589, pour le siège de Vitré, 3 pièces de canons de la ville de Nantes. En mai 1589, le capitaine d’Ancenis, Bourcany se fait prêter par la municipalité de Nantes une pièce d’artillerie destinée au château d’Ancenis29. En mars 1590, les Angevins s’inquiètent de ce que « ceulx de la ville de Nantes avoient amené du canon à Rochefort ». Quand les Royaux assiègent Rochefort, à la mi-septembre 1592, 3 pièces de canons venues du château d’Angers sont amenées par la Loire. En levant précipitamment le siège au début de décembre, le maréchal d’Aumont abandonne bateaux, outils, boulets et approvisionnements. Mais il ramène à Angers le plus précieux : ses canons.

LES TRAVAUX DE FORTIFICATION

  • 30 Louvet J., op. cit.
  • 31 Id.
  • 32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 65, fo 314 vo.
  • 33 Il y a bien eu des ouvrages démolis à l’extérieur des fossés. En décembre 1626, les paroissiens de (...)

20Les châteaux ont bien évidemment fait l’objet de travaux de fortification. On connaît les bastions qui furent élevés au château de Nantes par Mercœur. Une courtine y porte encore son emblème, la croix de Lorraine. Mais ailleurs, on a peu de traces de travaux. On relève une brève mention de travaux effectués au château des Ponts-de-Cé à l’automne 1591 : la construction d’un « grand fossé revestu de muraille du costé du jardin30 ». Pendant le siège de Rochefort, les Royaux s’emparent d’un fort établi à l’extrémité du bourg Saint-Symphorien. Ce petit bourg fortifié s’élevait sur un rocher contigu à celui du château. Le fort avait peut-être été édifié par les Ligueurs. Ils l’avaient en tout cas renforcé par la construction d’une « plate-forme » (d’artillerie ?)31. Des travaux furent effectués à Ancenis à l’époque de la rébellion du duc de Mercœur. Quand Bourcany, le capitaine du château, négocie son ralliement au roi en 1598, il demande à être indemnisé, pour les dépenses engagées « pour fortiffier ce chasteau32 ». Mais aucun document ne précise la nature et l’ampleur de ces travaux. L’énorme massif qui forme le Portail du château a subi à son sommet des remaniements dont une partie remonte peut-être à cette époque. Des ouvrages défensifs ont pu être édifiés sur la bordure extérieure des fossés33. Le démantèlement du château, les bouleversements postérieurs du site, en auront effacé la trace.

LES DÉMANTÈLEMENTS DE CHÂTEAUX

  • 34 Louvet J., op. cit.
  • 35 Id.
  • 36 Id.
  • 37 Id.
  • 38 Port C., op. cit., t. I, Paris-Angers, 1874, p. 604.

21C’est bien parce que ces châteaux n’ont pas perdu toute valeur militaire qu’on s’emploie à les démanteler. Ainsi les rendra-t-on définitivement inutilisables. Les démantèlements ordonnés en temps de guerre, sur des châteaux enlevés à l’ennemi, ont souvent pour but de soulager des places voisines. C’est pour cette raison qu’au début de 1592, le capitaine du château de Rochefort, Hurtault de Saint-Offange, commence à faire « abattre et raser » les châteaux de La Possonnière et de La Roche-de-Serrant, sur ordre du duc de Mercœur34. Ces deux châteaux incommodent celui de Rochefort, tout proche. Il coûterait trop cher d’y placer des garnisons, et ils risqueraient à tout moment d’être repris par les Royaux. C’est d’ailleurs ce qui se produit. Quelques jours après le début des démolitions, les Angevins surprennent le château de La Possonnière. Ils capturent les soldats qui s’y trouvent pour diriger les travaux, et y placent une garnison. À La Roche-de-Serrant, Mercœur a fait « misner et abattre » le château. Mais « pour la marcque dudict chasteau y auroit esté laissé encore ung peu du donjon d’icelluy » : même démantelé, le château doit conserver sa valeur symbolique. Le gouverneur d’Angers, Puycharic s’empare de ce donjon à demi ruiné. Il y installe une garnison, qui s’y fortifie. C’est pourquoi les Ligueurs assiègent à nouveau les deux châteaux à la fin de 1592 et reprennent leur démolition. On démolit le château de La Possonnière « par le pié ». La technique est classique. On sape les murs à la base, tout en les étayant avec « de gros billotz de bois pour faire tomber et abattre tout ledict chasteau tout à la fois et que laditte démollition fust plus prompte35 ». Le 24 mai36, le capitaine de Rochefort, accompagné de ses frères, fait mettre le feu aux étançons mais le château ne s’effondre pas. Il ne tombe qu’une tour « appellée la Tour du puiz ». Le 31, on fait tomber deux autres tours, et le 10 juin, les deux tours du portail37. Le château de Champtocé est lui aussi démantelé en 1591 « par les troupes de Mercœur à la sape et à la mine38 ».

  • 39 Louvet J., op. cit.
  • 40 Id.

22C’est une fois la paix revenue qu’intervient le démantèlement du château de Rochefort, après la soumission des Saint-Offange au roi, en 1598. Les Angevins, directement intéressés, ont réclamé cette démolition39. La garnison de Rochefort les a incommodés pendant des années. On démolit en même temps que le château les fortifications du bourg contigu de Saint-Symphorien, où les Saint-Offange avaient construit de nouvelles défenses. En attendant la fin des travaux, les Angevins se relaient pour garder le château, de peur d’une surprise. Et cela « jusques à ce que laditte démollition et ruisne feust entièrement faicte et mise en estat que l’on n’y puisse plus habiter, pour la conservation du pays ». Le 5 mai 1599, les notables de la ville d’Angers (maire, membres de la municipalité, lieutenant général, procureur du roi…) sont à Rochefort pour assister à la démolition du château, et surtout à la chute d’une « grosse tour appellée la tour du Fresne qui estoit dans ledict chasteau, proche du grand corps de logis et porte d’icelluy, laquelle a esté couppée par le pié par des maczons40 ».

  • 41 Garcia Cl., Transcription et étude commentée du Journal de Jehan Louvet (1598-1623), mémoire de ma (...)

23Malgré le démantèlement des fortifications, le château de Rochefort, avec sa position très forte, reste un sujet d’inquiétude pour les Angevins, dès que renaissent des troubles. En 1615, sur ordre du roi, ils placent des garnisons dans le bourg de Rochefort « pour enpescher que Monsieur le prince de Condé et les huguenotz, duquel il c’est allié, ne feissent fortiffier les vieilles places des vieux chasteaux dudict Rochefort et Dieuxye, proche dudict bourg », et « pour enpescher d’y mettre aulcuns gens de guerre ». Quelques jours plus tard, la décision est prise de faire « faire abattre et ruisner le chasteau de Dieuxye », de peur que les protestants « ne feissent fortiffier ledict chasteau sur les vestiges qui y restoient41 ».

  • 42 Pocquet B., op. cit., p. 373, Duval M., « La démilitarisation des forteresses au lendemain des gue (...)

24Quinze ans plus tard, la démolition du château d’Ancenis sanctionne les intrigues sans cesse recommencées du duc de Vendôme. Les États de Bretagne avaient demandé au roi la démolition des places fortes en Bretagne appartenant à la duchesse de Vendôme : Guingamp, Lamballe et Moncontour, dans le duché de Penthièvre, ainsi que le château d’Ancenis sur la Loire. Le roi la leur accorde. La duchesse de Vendôme avait hérité de ces places à la mort de sa mère, la duchesse de Mercœur, en 1623. Ce n’était pas la première fois que les États réclamaient la démolition des places fortes aux mains du duc de Vendôme et de ses partisans. En 1614, ils avaient demandé la démolition de 12 places fortes, dont celles de Lamballe et de Moncontour, et le désarmement du château d’Ancenis, ainsi que la suppression des octrois, qui avaient servi à fortifier la ville42. En 1616, ils réclamaient vainement la démolition du château d’Ancenis.

  • 43 Le Mercure françois, 1626.
  • 44 Avezou L., « Richelieu destructeur des fortifications, historiographie d’un mythe national », in B (...)

25Cette fois, les États obtiennent gain de cause. Et cette mesure de circonstance est suivie d’une mesure de portée générale. C’est la Déclaration royale du 31 juillet, ordonnant que soient abattues les fortifications des places « non situées en lieu de conséquence, soit pour frontière ou autre considération importante, […] selon qu’il sera jugé necessaire pour le bien & repos de nos subjets, & de le seureté de cet Estat43 ». Laurent Avezou a montré que cette politique vise d’abord la recherche d’économies par la suppression des garnisons inutiles, et ensuite seulement le maintien de l’ordre44.

  • 45 Louvet J., op. cit.
  • 46 Maudet D., Transcription et étude commentée du Journal de Jacques Valuche (1607-1662), mémoire de (...)

26Le château d’Ancenis est condamné pour avoir servi de point d’appui aux entreprises frondeuses du duc de Vendôme. Les travaux de démolition commencent en novembre 1626. Ils se poursuivent au moins jusqu’à la mi-mars 1627. L’événement a un retentissement certain. Jean Louvet mentionne dans son Journal l’ordonnance royale et relate qu’en exécution de cette déclaration, « on a commencé à abattre et desmollir le chasteau de la ville d’Ancenys au mois de novembre ensuivant 162645 ». On en trouve aussi l’écho dans le Journal de Jacques Valuche, bourgeois de Candé : « En ce mois de décembre, le chasteau d’Ancenis a esté ruiné et abattu par le commandement du roy. Monsieur de Villeserin en avoit la charge qui y faisoit aller les paroisse par forsce. » Et cette note quelques mois plus tard : « Les forteresse du chasteau d’Ancenis achevé de razer46

  • 47 Travers assure que les habitants des villages requis en 1588 pour la démolition des fortifications (...)
  • 48 Louvet J., op. cit.

27Ces opérations de démantèlement, comme d’ailleurs les opérations de siège, nécessitent une main-d’œuvre abondante. On la réquisitionne dans les campagnes. En décembre 1591, Hurtaut de Saint-Offange, le capitaine de Rochefort, réquisitionne les hommes de toutes les paroisses autour d’Angers pour travailler à la démolition des châteaux de La Possonnière et de La Roche-de-Serrant47. Un an plus tard, à la fin de 1592, ce sont les Royaux qui réquisitionnent les paysans pour le siège de Rochefort. Louvet rapporte : « L’on a mené par force, davant Rochefort, grant nombre de paouvres laboureurs des champs pour faire des tranchées autour du chasteau et des platte-formes, par ordonnance de M. le prince de Conty. » Il évoque « les paouvres gens des champs et portefaix » emmenés de force à Rochefort en bateau pour travailler à « faire les aproches, barricades et planter les eschelle48 ».

28Pour la démolition du château d’Ancenis, les ordres du roi au capitaine Villeserin sont de réquisitionner les habitants des paroisses autour de la ville, pour les faire travailler tour à tour. Villeserin adresse ses « commissions et mandements », accompagnées des lettres du roi, aux recteurs des paroisses, qui les lisent au prône de la grand-messe dominicale. Une quinzaine de paroisses sont réquisitionnées. L’opération donne lieu à des brutalités et des exactions sans nombre de la part du capitaine et de sa petite troupe. La démolition du château se transforme en entreprise d’extorsion de fonds. Des plaintes sont déposées. L’affaire est évoquée par les États de Bretagne en 1628 :

« Les paroissiens de Varades, Mesangé, Belligné, et autres de la Baronie d’Ancenis et autres voisins d’icelle […] se plaignoient d’étre forcés il y a plus de dix huit mois de travailler à la demolition du château d’Ancenis et que pour cet effet on exercoit à l’encontre d’eux grand nombre de concussions, exactions et violences exprimées plus à plain par leurs requétes. »

  • 49 Arch. mun. d’Ancenis, I I 1 (déposées aux Arch. dép. de Loire-Atlantique).

29Une enquête est ordonnée. 116 témoins viennent déposer tour à tour devant le magistrat dépêché à Ancenis par le Parlement49. D’après ces témoins, la violence était habituelle sur le chantier. Voici par exemple le témoignage de Jean Perier, laboureur de Mésanger, qui

« a veu traiter avecq grande viollances et exceix de coups de baston ceux qui y estoient et entraultres remarques que le fils d’un nommé Briand de la dicte parroisse de Mésangers au village de la Barrière fust offancé jusques à effuzion de sang d’ung coup de pierre par ung des soldatz du dict sieur de la Villeserin ».

30Jean Morin, laboureur de Varades, « a veu souventes foys le sieur de Villeserin et ses gens traitter à coups de baston et de hallebardes ceux qui y travailloient ». Ces violences, même si la soldatesque en est coutumière, ne sont pas gratuites. Elles visent à dégoûter les hommes de venir travailler, afin de les faire payer leur exemption. La méthode réussit parfaitement. Écœurés, les hommes préfèrent payer et ne plus revenir. Ce qu’explique Jean Rouxeau, laboureur de Mouzeil. Témoin de ces violences, frappé lui-même « d’ung coup de baston par le nommé la Masure » il pense « que lesdicts exceis estoient faictz à desseing de divertir les parroiessiens d’y retourner et ainsi tenir plus facillement de l’argent d’eux ». En même temps, les soldats de la garnison courent la campagne et brutalisent les défaillants pour les forcer à payer.

  • 50 Registre des sépultures d’Ancenis, 1608-1668, consulté en ligne, sans indication de cote. Chéron G (...)

31À la peur des coups s’ajoute celle des accidents. Le travail est dangereux. Le 13 mars 1627, un pan de muraille s’effondre sur les démolisseurs. Dix hommes du village de Mésanger meurent écrasés, dont les registres de sépultures ont conservé les noms50. Avec cynisme, le capitaine Villeserin tire argument de cet accident pour encourager les réquisitionnés à se dispenser de la corvée à prix d’argent, « leur donnant apréhantion des accidantz qui leur pouroit arriver soubz les ruines dudict chasteau ».

  • 51 Hautecœur L., Histoire de l’Architecture classique en France, Livre III, tome I, « L’Architecture (...)
  • 52 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 2655, p. 147-148, 214, 216, 224, 230.

32Le démantèlement des châteaux n’allait pas sans une indemnisation des propriétaires pour le préjudice subi. Henri IV dédommagera le duc de La Trémoille, propriétaire du château de Rochefort51. César de Vendôme sera indemnisé de la perte de ses châteaux bretons, mais plus de 20 ans après leur démantèlement. Le roi lui assigne le 19 juillet 1649, 300 000 livres d’indemnité, à payer par les États de Bretagne. Ceux-ci traînent des pieds pour exécuter la volonté royale. Ils finissent par accorder au duc, en 1651, 180 000 livres « en forme de gratification52 ». Le mauvais souvenir laissé dans la province par les entreprises du duc de Vendôme explique sans doute pour partie la réticence des États.

LES CHÂTEAUX, LIEUX DE RÉSIDENCE, DE NÉGOCIATION, D’EXERCICE DE LA JUSTICE

33Avant de terminer, il convient d’ajouter quelques mots sur d’autres rôles joués par les châteaux, en dehors de leur rôle militaire. Le château d’Ancenis en fournit quelques exemples. C’est d’abord à de nombreuses reprises un lieu d’étape pour de grands personnages. On relève plusieurs passages de Louis XIII sur le chemin de Nantes. C’est l’occasion d’observer que ces voyages de ville en ville ou de château en château semblent se faire le plus souvent par la voie fluviale. Le journal de Louvet, mais aussi celui d’Héroard, médecin de Louis XIII, sont remplis de mentions de ces déplacements par la Loire. Le duc d’Elbeuf s’embarque à Angers pour se retirer dans son château d’Ancenis (novembre 1592). La Rochepot, négociateur pour le roi, gagne Ancenis en bateau pour participer à la conférence de paix avec le duc de Mercœur. Henri IV, en avril 1598, s’arrête à Ancenis, probablement au château : « Sa Majesté a sorty de la ville d’Angers par eau, et est allée à Ancenys. » Le 11 août 1614, en route pour Nantes, Louis XIII fait étape au château d’Ancenis pour une nuit. Il arrive en carrosse parce qu’un vent contraire l’a obligé à quitter le bateau dans lequel il avait embarqué à Ingrandes. En avril 1622, il reste deux jours au château. Arrivé par eau, il repart par eau. Le duc de Vendôme qui l’y reçoit est également venu par Loire « en une cabanne ». Le 1er juillet 1626, le même Louis XIII, arrive par eau au château des Ponts-de-Cé. La reine le rejoint un peu plus tard, également en bateau. Le lendemain, après la messe, le roi s’embarque « en un batteau couvert, et dans lequel il y a plusieurs petites fenestres vitrées » et va passer la nuit à Ancenis avant de gagner Nantes. La reine s’embarque, elle aussi, « en ung batteau aussy bien couvert » et rejoint le roi à Ancenis.

  • 53 Tapié V. L., La France de Louis XIII et Richelieu, Pais, 1967, p. 163, 165 ; Le Mercure françois, (...)

34Le château d’Ancenis, comme on l’a vu, accueille les conférences de paix, qui s’y tiennent par intermittence à partir de 1594, sous la présidence de la reine Louise. Le même château sert de prison au moment de la conspiration de Chalais. Le roi y fait emprisonner deux personnages de son entourage qui ont intrigué dans l’affaire du mariage de son frère. Marsillac, gouverneur de Sommières, est arrêté le 1er août, « mis en un bateau, & conduit par quarante soldats des Compagnies de Muis & Castel jaloux, qui estoient lors en garde, jusques au Chasteau d’Ancenis, où il a esté mis en arrest ». On y envoie un peu plus tard le comte de Louvigny, compagnon et dénonciateur de Chalais, pour des propos tenus à cette occasion contre le frère du roi. Marsillac sera libéré quelque temps plus tard et Louvigny s’évadera53.

Notes

1 Louvet J., « Journal ou Récit véritable de tout ce qui est advenu digne de mémoire tant en la ville d’Angers, pays d’Anjou et autres lieux (depuis l’an 1560 jusqu’à l’an 1634) », Revue de l’Anjou, 1854-1856. Le « Journal » de Jean Louvet, témoin partial, mais capital pour cette période, constitue la première source de cette communication. Pour ne pas alourdir ces notes, je renvoie directement à l’ordre chronologique de son récit.

2 Louvet J., op. cit.

3 Carné G. de, Correspondance du duc de Mercœur & des Ligueurs bretons avec l’Espagne, Rennes, 1899, t. I, p. 74-76, 85-86.

4 Les États ligueurs.

5 Barthélemy A. de, Choix de documents inédits sur l’Histoire de la Ligue en Bretagne, Nantes, 1880, p. 140.

6 Vaissière P. de, « Fragments de Mémoires de Jean du Houssay, seigneur de la Borde (1588-1594) », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, t. XLIX, 1912, p. 267.

7 Louvet J., op. cit.

8 Pocquet B., Histoire de Bretagne, tome V, Rennes, 1913, p. 168.

9 Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. I, Rennes, 1843, p. 41.

10 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 3192, C 2914.

11 Au début de 1594, le duc négociait son ralliement au roi (Vaissière P. de, op. cit., p. 265-269).

12 Le Goff H., La ligue en Bretagne. Guerre civile et conflit international (1588-1598), Rennes, 2010, p. 248.

13 Taillandier D. Ch., Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. II, Paris, 1756, p. 460-461.

14 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 65, Lettres d’abolition et de rémission accordées au sieur de Bourcany et autres, 1598.

15 Émilien Maillard donne successivement ces deux dates (Maillard É., Histoire d’Ancenis et de ses barons, 1re éd., Nantes, 1860, p. 365, 2e éd., Nantes, 1881, p. 87). L’achat de la baronnie par Mercœur après sa soumission au roi n’obéit à aucune considération stratégique, mais à l’obligation, stipulée par le contrat de mariage de leur fille avec César de Vendôme, de réutiliser en achat de terres et seigneuries 200 000 écus donnés par le roi (Boltanski A. et Hamon Ph., « Le duc de Mercœur gouverneur de province : entre statut, Ligue et Bretagne [1589-1598] », in Buron E. et Méniel B. [dir.], Le duc de Mercœur. Les armes et les lettres [1558-1602], Rennes, 2009, p. 96).

16 Maillard É., op. cit., 2e éd., p. 77. Un texte de 1623 mentionne les « murailles de la ville faictes de neuf » (Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 J 41).

17 Le Mercure françois, 1616.

18 Foisil M. (dir.), Journal de Jean Héroard, Paris, 1989, p. 2483.

19 Id., p. 2820.

20 Travers, op. cit., t. III, Nantes, 1841, p. 38.

21 Le Goff H., op. cit., p. 123.

22 Louvet J., op. cit.

23 Port C., « Le siège de Rochefort-sur-Loire », Revue de l’Anjou, 1868, t. II, p. 391-397. Capturé, Desmarais fut exécuté à Angers.

24 Louvet J., op. cit.

25 Port C., Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. III, Paris, Angers, 1878, p. 153.

26 Henri IV. Jean Louvet affecte de ne lui reconnaître que sa qualité de roi de Navarre.

27 Louvet J., op. cit.

28 En 1562, pour canonner Rochefort où s’était réfugié le capitaine Desmarais, on avait fait venir deux pièces de canon de la ville de Nantes. Après la prise du château, on les ramène à Angers, d’où elles repartent pour être amenées devant Orléans, occupée par les Huguenots (Louvet J., op. cit.). Philippe Hamon insiste sur l’insuffisance de moyens militaires à la disposition du duc de Mercœur pendant toute cette période (Hamon Ph., «“Vitray, qui s’en alloit perdu…” [Brantôme]. Le siège de Vitré et les engagements militaires en Haute-Bretagne au début des guerres de la Ligue [mars-août 1589]», Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXXXVII, 2009, p. 149-150).

29 Arch. mun. de Nantes, EE 178.

30 Louvet J., op. cit.

31 Id.

32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 65, fo 314 vo.

33 Il y a bien eu des ouvrages démolis à l’extérieur des fossés. En décembre 1626, les paroissiens de Varades sont réquisitionnés pour démolir « troys cens toisses de murailles et cinq [uan] te de contrescarpe » au château (Arch. mun. d’Ancenis, déposées aux Arch. dép. de Loire-Atlantique, II 1).

34 Louvet J., op. cit.

35 Id.

36 Id.

37 Id.

38 Port C., op. cit., t. I, Paris-Angers, 1874, p. 604.

39 Louvet J., op. cit.

40 Id.

41 Garcia Cl., Transcription et étude commentée du Journal de Jehan Louvet (1598-1623), mémoire de maîtrise d’Histoire moderne, sous la dir. de Jacques Maillard, Angers, université d’Angers, 1996, t. I, 325 p.

42 Pocquet B., op. cit., p. 373, Duval M., « La démilitarisation des forteresses au lendemain des guerres de la Ligue (1593-1628) », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXIX, 1992, p. 295-296.

43 Le Mercure françois, 1626.

44 Avezou L., « Richelieu destructeur des fortifications, historiographie d’un mythe national », in Blieck G., Contamine Ph., Corvisier Ch., Faucherre N., Mesqui J. (dir.), La forteresse à l’épreuve du temps, Paris, 2007, p. 143-152.

45 Louvet J., op. cit.

46 Maudet D., Transcription et étude commentée du Journal de Jacques Valuche (1607-1662), mémoire de maîtrise d’Histoire moderne, sous la direction de Jacques Maillard, université d’Angers, 1998, t. I, p. 10 et 14.

47 Travers assure que les habitants des villages requis en 1588 pour la démolition des fortifications de Montaigu furent payés.

48 Louvet J., op. cit.

49 Arch. mun. d’Ancenis, I I 1 (déposées aux Arch. dép. de Loire-Atlantique).

50 Registre des sépultures d’Ancenis, 1608-1668, consulté en ligne, sans indication de cote. Chéron G., Histoire de Mésanger, t. I, Mésanger, 2002, p. 32-33. L’accident est mentionné par Chapron J., Le Pays d’Ancenis, Châteaubriant, 1933, p. 6-7.

51 Hautecœur L., Histoire de l’Architecture classique en France, Livre III, tome I, « L’Architecture sous Henri IV et Louis XIII », Paris, 1966-1967, p. 345.

52 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 2655, p. 147-148, 214, 216, 224, 230.

53 Tapié V. L., La France de Louis XIII et Richelieu, Pais, 1967, p. 163, 165 ; Le Mercure françois, 1626, p. 375, 415-416, 434, 437.

Auteur

Historien

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540