Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

La défense d’Angers sur la Maine (XIIIe-XVe siècle)

François Comte

Texte intégral

1Angers, ville sur la Maine mais qui n’est qu’à quelques kilomètres de la confluence avec la Loire, connaît une certaine célébrité par la défense de ses ports. Rabelais la cite même dans son Pantagruel (chap. IV) :

  • 1 . Rabelais, Œuvres complètes, texte établi et annoté par Boulenger Jacques et revu par Scheler Luci (...)

« Gargantua fist faire quatre grosses chaînes de fer… Et de ses chaînes en avez une à La Rochelle, que l’on lève au soir entre les grosses tours du havre ; l’aultre est à Lyon, l’aultre à Angiers, et la quarte fut emportée des diables1

  • 2 . Ce nom ne remonte qu’à la fin du xixe siècle. La plus ancienne mention relevée se trouve dans Le (...)

2Les noms des ponts de la Haute et Basse-Chaîne en rappellent aujourd’hui le souvenir ; l’unique vestige est l’actuelle tour des Anglais2 dans la Doutre.

  • 3 . Pour les premières vues d’Angers nous nous permettons de renvoyer à Comte Fr., « Nouvelles recher (...)
  • 4 . Les registres de la cloison conservés aux Archives municipales d’Angers débutent en 1367. Sur cet (...)
  • 5 . Cussonneau Ch. et Courant H., « La chaussée et le pont des Treilles », in Biguet O et Letellier D (...)
  • 6 . Courant H., La Maine à Angers de 1450 à 1720. Organisation de l’espace et enjeux du paysage d’une (...)
  • 7 . Rousseau A., La troisième enceinte d’Angers d’après les comptes de la cloison (1367-1447). Étude (...)
  • 8 . Mallet J., « Les enceintes d’Angers », Annales de Bretagne, 1965, t. 72, p. 237-262.

3Pourtant ces chaînes ne constituent qu’une partie de la défense de la ville sur sa rivière et ne remontent qu’à la fin du Moyen Âge. Conçues en période de crise à l’occasion de la guerre de Cent Ans, les nouvelles fortifications le long de la Maine sont bien représentées par les vues d’A. Vandelant (1575) et d’E. Negro de Sanfront (vers 1589)3. Grâce à ces vues, aux registres des comptes de la cloison4 (impôt destiné à financer l’entretien de l’enceinte) et à quelques études, en particulier celles de C. Cussonneau5, d’H. Courant6, et d’A. Rousseau7, on peut connaître l’apport déterminant du xve siècle qui a modifié profondément l’enceinte de Saint Louis dont il ne reste que de rares témoins architecturaux8.

LES ANCIENNES ENCEINTES PARTIELLEMENT CONSERVÉES ET LE CHÂTEAU FACE À LA RIVIÈRE

  • 9 . Pour les plans de ces enceintes, voir Comte Fr., « Angers, la cité et ses abords », in Gauthier B (...)

4Jusqu’au xie siècle, la plupart des habitants d’Angers sont concentrés sur la rive gauche ; l’enceinte de la Cité remontant au Bas-Empire ainsi que celle du Bourg (xe siècle) constituent l’essentiel de la protection urbaine9. À partir de 1230, le château, construit sur une partie de la Cité, ne peut suffire à défendre l’entrée sud de la ville sur les deux rives. Avec l’extension urbaine au-delà des ponts, il devient inéluctable d’englober la rive droite par une muraille. Malgré l’existence de cette nouvelle enceinte, commencée sous Jean sans Terre et Philippe Auguste, mais surtout poursuivie en même temps que le château à l’époque de la régence de Blanche de Castille, et sans doute achevée au début du règne du comte apanagé Charles Ier (1246-1285), les enceintes précédentes ne furent pas pour autant démantelées.

La Cité et ses accès à la Maine

  • 10 . Arch. diocésaines Angers, 2AA2.
  • 11 . Voir Comte Fr., « L’enceinte gallo-romaine d’Angers devenue clôture canoniale : transformations, (...)
  • 12 . Id.

5En arrivant à Angers depuis la Bretagne on peut encore pleinement souscrire au constat dressé dans un acte de 1436 : « La Cité est assise au plus hault et plus fort lieu de la ville et est environnée de très fortes murailles10.» Ce mur est surtout impressionnant par sa position plus que par ses tours, inexistantes côté Maine et d’ailleurs inutiles du fait de la verticalité de sa paroi. La portion de courtine remontant au Bas-Empire est réduite et n’est conservée que sur un tiers de son tracé en bord de Maine. Lors de la construction du château, l’enceinte est amputée et le coteau rocheux exploité comme carrière. Il est donc difficile de restituer son tracé initial. Cette verticalité s’accentue au cours de la fin du Moyen Âge car le prélèvement de la pierre au pied des maisons canoniales de la Cité conduit à des éboulements et des reconstructions du mur et des édifices qui s’y appuient11. C’est donc un mur de schiste datant du xiiie-xvie siècle que l’on aperçoit de nos jours sauf près de la montée Saint-Maurice où une partie de la courtine et deux contreforts appelés les « vieils piliers12 » remontent à la fin de l’Antiquité.

  • 13 . Espinay G. d’, Les enceintes d’Angers (extrait des Mémoires de la Société d’agriculture, sciences (...)

6Cette enceinte a un rôle très limité dans la surveillance de la rivière ; elle est dissuasive de par sa hauteur et un siège n’est pas envisageable à ses pieds. Une seule porte de la Cité débouche vers la rivière. Désignée sous le nom de Poterna inferioris au xiiie siècle elle est appelée porte d’Enfer au xve siècle13. La vue cavalière d’A. Vandelant nous la figure comme une grande arche en arc brisé surmontée d’une pièce elle-même couverte d’une toiture pentue. Un grand escalier, « l’eschalle de pierre » partant du parvis de la cathédrale, passe à travers cette tour-porte et oblique vers la droite jusqu’à la fontaine de Pied-Boulet pour rejoindre la rue Bourgeoise (actuellement partie basse de la rue Baudrière). Un embranchement par la rue Tuliballe débouche directement sur le port Ligny. Les maisons au pied de la Cité et bordant le port ne bénéficient que d’une protection partielle par l’enceinte du Bourg (fig. 1).

L’enceinte du Bourg : courtine et poternes le long de la Maine et ouvrage de tête de pont

  • 14 . C’est assurément un appareillage proche de ceux datés du xe siècle qui s’inscrit sans doute dans (...)
  • 15 . Le Nezet-Célestin M., 1982, Angers. Fouille de sauvetage quartier République, rapport de fouilles (...)
  • 16 . Plan dans Comte Fr., « Angers. La cité… », op. cit.

7Longtemps contestée dans son existence, cette enceinte remonte très probablement au règne du comte Geoffroy Grisegonelle (vers 960-987)14. On en connaît désormais le tracé. C’est en bordure de Maine, entre le coteau de la Cité et le bas de la rue de la Roë, que ce mur a été retrouvé en fouilles à plusieurs reprises déjà, par V. Godard-Faultrier en 1858 et plus récemment en 1982 par M. Le Nezet-Célestin, alors archéologue municipal15. Sa largeur de près de 2m et son petit appareil cubique lié par un mortier très dur constituent une protection solide mais limitée. En effet, la surface enclose par cette enceinte est restreinte et sa position en contrebas de la ville en fait un réduit vulnérable. On ne connaît ni la hauteur ni le couronnement de sa courtine. Le profil d’Angers par Hoefnagel de 1561 figure cette enceinte, à droite du pont des Treilles, par un mur crénelé qui est peut-être une simple convention de dessin. Il semble être complètement intégré aux fortifications urbaines le long de la Maine. Cependant au xvie siècle, de nombreuses maisons s’appuyaient sur sa face externe le long de la rue de la Poissonnerie16.

1. Les enceintes d’Angers avec les noms des portes et des tours en bord de Maine.

  • 17 . Plan des ports au xiie siècle dans Parcours Histoire d’Angers de la préhistoire à nos jours. Guid (...)
  • 18 . Thorode L. -M., Notice de la ville d’Angers, Éd. Émile Longin, Angers, Germain et Grassin, 1897, (...)
  • 19 . Guéry A., Angers à travers les âges. Description historique et topographique, Angers, Siraudeau, (...)
  • 20 . Espinay G. d’, Les enceintes…, op. cit., p. 32.
  • 21 . Comte Fr., « Le Grand pont », in Biguet O et Letellier D. (dir.), Les ponts d’Angers, op. cit., p (...)

8C’est aussi côté rivière que sont situées la majorité des portes et poternes débouchant sur les différents ponts : porte Lanier vers le port de l’Annone puis Ligny, poterne de la Herse vers le port aux bois, devenu quai de Boistravers, une autre poterne vers le port Bucherez et porte Sauneresse vers le port Saunier17. Cependant la porte Chapellière est le principal débouché sur la Maine. Appelée Boulet au xiie siècle elle est le « portau aux chapeliers », au xiiie siècle18. Un dessin de Berthe publié de nombreuses fois suggère une porte percée dans un mur de petit appareil encadré de tours à mâchicoulis datable au plus tôt du xive siècle19. C’est la seule conservée et consolidée à la fin du Moyen Âge car elle joue le rôle de tête de pont sur la rive gauche ce que confirme son appellation : «Turris cappellariorum in capite pontis20.» Au xvie siècle plusieurs arches du Grand pont ont été comblées en rive gauche. Il est désormais en retrait du carrefour formé par les rues de la Poissonnerie, Baudrière et du Port-Ligny. L’arche marinière appelée arche de la Croix Dorée, jouxtant la rive gauche, est totalement dégagée de ses maisons. Elle présente côté aval des ouvertures sur son parapet qui font penser à des canonnières21. Mais le Grand pont, hormis ce dernier dispositif de tir, n’a pas constitué un élément de défense qui s’effectue plus en aval avec le château (fig. 2).

2. La Maine et ses fortifications en 1575. Extrait de la vue cavalière d’A. Vandelant (Bibl. mun. Angers, H 245).

Le château, une protection relative

  • 22 . Mallet J., Angers, le château (Maine-et-Loire), Nantes, Inventaire général, 1991, p. 38, coll. «  (...)

9La forteresse de Saint Louis occupe un emplacement privilégié sur le promontoire rocheux surplombant le cours de la Maine à un endroit où la rivière se resserre. Elle englobe l’ancien palais comtal, lui-même à cet endroit depuis le milieu du ixe siècle pour faire face aux menaces bretonnes et vikings. Comme la Cité, le front ouest, dépourvu de tour sauf aux angles, domine la zone portuaire d’une vingtaine de mètres. Ces deux tours, situées aux angles nord-ouest et sud-ouest, encadrant la courtine entièrement reprise au xixe siècle, restent impressionnantes. La tour no 1 ou tour Buynard, puis du Moulin, peut être considérée selon J. Mallet « comme un ouvrage de guet élevé au point le plus haut ». La tour no 17 ou tour Breton est la première que l’on voit lorsqu’on remonte la Maine22. Elle est particulièrement soignée avec un parement extérieur dont les bandes calcaires sont plus nombreuses que sur la plupart des autres tours du front méridional et s’en distingue aussi par son aplat de grès. Mais le rythme de ses archères n’y est pas plus développé et les nombreux angles morts permettent à des bateaux d’échapper aux tirs. Depuis l’édification de la courtine surhaussée et des casemates achevées en 1593 on ne connaît pas la façon dont se présentait le mur qui la jouxte à l’entrée de la rivière. Y avait-il des dispositifs de tirs qui complétaient ceux de la tour 17 ? Le passage reste large devant le château qui ne peut à lui seul se permettre de stopper toutes les éventuelles embarcations ennemies. Il est alors nécessaire de prévoir des ouvrages complémentaires.

L’ENCEINTE DE SAINT LOUIS ET SES AMÉNAGEMENTS EN BORD DE RIVIÈRE

  • 23 . Mallet J., « L’enceinte… », op. cit., p. 250.
  • 24 . Pour Paris : Andia B. de (dir.), Les enceintes de Paris, Paris, Action artistique de la ville de (...)

10La nécessité d’entreprendre l’édification d’une enceinte sur les deux rives de la Maine n’est pas seulement destinée à protéger un nouveau quartier à la fois artisanal, commerçant et résidentiel, aussi bien laïc que monastique. Il faut aussi renforcer le secteur le plus exposé par les visées expansionnistes du duc de Bretagne, Pierre Mauclerc, allié du roi d’Angleterre23. Cependant, étendre une enceinte sur deux rives n’est pas sans poser problème avec un très large couloir de circulation fluviale, point faible de la défense d’Angers. D’autres villes traversées également par une rivière, telles Paris sous Philippe Auguste ou Lyon au xive siècle24 ont résolu cette difficulté par des tours et des chaînes, solution également adoptée par Angers.

Des tours pour le contrôle des accès

  • 25 . Id. et pièce justificative no 3.
  • 26 . Un texte de 1447 évoque une « vieille tour » au boulevard Saint-Serge, Arch. mun. Angers, CC 4, f(...)
  • 27 . Courant H., La Maine…, op. cit., p. 88.
  • 28 . Id. et Arch. mun. Angers, CC 3, fos 2-3.
  • 29 . Louvet J., « Journal ou récit véritable de tout ce qui est advenu digne de mémoire… », Revue de l (...)

11On doit faire abstraction de nos représentations du xvie siècle pour retrouver le dispositif prévu au xiiie siècle. À chacun des quatre angles de l’enceinte côté rivière, une tour devait être détachée du reste de l’enceinte comme on peut le constater aujourd’hui avec celle des Anglais isolée de tout son ancien environnement défensif. Appelée tour de la Haute-Chaîne jusqu’à la fin du xixe siècle, qualifiée de « vieille » puis de « grosse tour de la Haute-Chaîne25 », son marché de travaux (pièce justificative no 2) indique bien qu’elle a été reconstruite à partir de 1415 au-dessus de la base talutée remontant sans doute au xiiie siècle. Elle est intégrée à l’enceinte peu de temps avant sa reconstruction. En face sur l’autre rive, la vue de Vandelant montre au premier plan une tour totalement englobée dans le boulevard Saint-Serge26. Le dessin de Sanfront représente une autre tour à l’intérieur du « boulevard de la Basse-Chaîne » dite tour Guillou (fig. 4), édifiée sur un îlot d’où on pouvait surveiller la voie marinière au centre de la Maine et celle qui prolongeait vraisemblablement le canal de la Tannerie27. Toutes sont reliées, au début du xve siècle28, par « de gros murs neufs » sauf la « tour de chaisne sous le château » qui ne l’est qu’en 158929. Il ne semble pas qu’il s’agisse de reconstruction.

12Il faut aussi rajouter celles qui sont dans le redan dont la construction a été rendue nécessaire pour ne pas intégrer les vastes prairies inondables de Boisnet. On trouve à chaque extrémité de la chaussée des Treilles deux tours aux fonctions de porte : Saint-Laurent ou du Barreau, côté rive droite, et Gautier au xviie siècle sur la rive gauche (fig. 3).

3. La Haute-Chaîne et le pont des Treilles, vers 1589. Extrait du plan d’E. Negro de Sanfront (Arch. d’État de Turin, Bibl. antica, coll. Architettura militare, vol. III, fo 91).

  • 30 . Comte Fr., « Reconstruction de quatre types de bâtiments hospitaliers à Angers (xiie-xiiie siècle (...)
  • 31 . Ravalet R., « Le quartier des halles d’Angers au xvie siècle : installation, développement et dyn (...)

13Deux autres tours carrées un peu plus en amont sont destinées à protéger des portes, l’une est la porte Boisnet, l’autre la tour incluse dans l’hôpital Saint-Jean sur laquelle nous sommes peu documentés. Un bâtiment du xiiie siècle, dit salle Henri II, vient s’y appuyer30. De ce fait on a du mal à y concevoir même une poterne. Enfin la porte neuve de Boisnet ouverte en 1521 se présente comme une tour pentagonale avec des embrasures de tir rectangulaires qui indiquent bien un ouvrage de la Renaissance31. Toutes sont complétées par des rangs de pieux et de chaînes dans le lit de la rivière.

Pieux et chaînes, un système en évolution

  • 32 . Cité par Rousseau A., La troisième enceinte…, op. cit., p. 161. Des pieux sont régulièrement batt (...)

14La première mention de pieux et chaînes remonte à 1373 où les « estappes de la chayenne d’Angiers sous le chasteau » sont refaits32. En 1400 des pieux sont renforcés en tête et liés ensemble par des chapeaux de bois d’environ 10 m de long pour éviter que les petites embarcations puissent se faufiler. Ces pièces de bois horizontales renforcent la solidité et l’efficacité du barrage (pièce justificative no 1).

  • 33 . Id. Sur les chaînes de port voir Zedar B. Z., « Prolegomena to World history of harbour and river (...)
  • 34 . Le terme de Boisnet a glissé géographiquement de l’île Saint-Jean à la douve de la Sécherie. Cuss (...)
  • 35 . Arch. mun. Angers, CC 3, fo 22. Pour les fondations on utilise des pieux provenant des bois de Gu (...)

15À la Haute-Chaîne, la réfection de « paliz », autre expression désignant la palissade de pieux, date des années 137833. Ceux-ci se trouvent entre le « portau neuf » et la Sécherie, c’est-à-dire entre la porte du Barreau et la douve de Boisnet34. Une chaîne principale part de « la grosse tour de la haulte chaienne » jusqu’à « la bastide de Boisnet » sur un îlot35. D’autres chaînes bloquent des passages secondaires.

  • 36 . Port C., Inventaire analytique des archives anciennes de la mairie d’Angers, Paris-Angers, Dumoul (...)
  • 37 . Texte de 1417 publié par Lebrun Fr., L’histoire vue de l’Anjou (987-1950), recueil de textes d’hi (...)

16Un inventaire de l’artillerie conservée dans différentes tours et portes de l’enceinte, daté de 1411, a été publié par Célestin Port36. En effet, les tours des bords de Maine sont utilisées en tant que dépôt d’artillerie : tour sous le château et tour Saint-Laurent où s’accumulent carreaux d’arbalètes, viretons, boulets, bombardes et autres canons37. On relève aussi la présence à l’intérieur de la tour Saint-Laurent de diverses chaînes : deux conservées pour « l’un des ponts de la ville », probablement pour l’entrée du Petit pont ou sous l’arche marinière de celui-ci, et deux autres destinées à la porte Toussaint dont la défense est jugée insuffisante. Les autres chaînes sont pour la rivière. On y retrouve celle de la Basse-Chaîne (« chesnes dessouz le château ») et celle de la Haute-Chaîne (« chesne au-dessus de Saint-Jehan ») composée de 120 mailles. En revanche, sont mentionnées pour des lieux qui n’ont été que temporaires, une grande chaîne de 100 maillons à la tour Saint-Laurent allant au moulin du Barreau et une autre en amont de 28 maillons pour renforcer et améliorer le barrage de la seule voie marinière qui bordait la rive droite. Le système de barrage de la Maine est encore plus élaboré au début du xve siècle qu’on ne l’imaginait.

  • 38 . Arch. mun. Angers, CC 3, fo 173 vo, cité en dernier lieu par Rousseau A., « La cloison d’Angers…  (...)

17Ces chaînes d’une longueur importante présentent l’inconvénient d’être lourdes à manier et l’aventure du repêchage d’une chaîne au fond de la Maine durant 16 jours par 5 hommes démontre la lenteur de réaction si une menace se présentait38. Des chaînes plus courtes fixées sur des pieux permettent une installation plus facile comme c’est sans doute le cas à la Basse-Chaîne à proximité de chacune des rives. Elles complètent les fils de pieux ancrés dans la Maine (fig. 4).

4. La Basse-Chaîne, vers 1589. Extrait du plan d’E. Negro de Sanfront (Arch. d’État de Turin, Bibl. antica, coll. Architettura militare, vol. III, fo 91).

Portes renforcées et fossés recreusés

  • 39 . Id., CC 3, fo 173 ro.
  • 40 . Id., CC 3, fo 2.
  • 41 . Id., CC 3, fos 81, 178, passim.
  • 42 . Id., CC 3, fo 16 ro.
  • 43 . Rousseau A., La troisième enceinte…, op. cit., p. 119.

18Devant la porte de la Sécherie, ou Saint-Serge, très proche de la rivière, se trouve une barbacane mentionnée à l’occasion de travaux en 1408 et 141239. En 1379, au-delà de cette porte sont également installées des « barrières » simples palissades de bois40. Une seule porte, celle de Toussaint bénéficie de chaînes comme en bord de Maine. Un système de garde est aussi attesté à la même période : le connétable, responsable de la bonne tenue, de l’ouverture et fermeture des portes, le portier, sorte d’agent de surveillance à chaque porte et un garde pour la Haute et Basse-Chaîne41. Pour éviter un accès trop facile au pied des murs qui bordent la Maine, les douves sont recreusées. Il n’y a pas encore les accumulations d’ordures connues au xvie siècle, mais l’alluvionnement est important et il est nécessaire de curer la douve, appelée la Sécherie dès 1378-1380, devant le « portau neuf », c’est-à-dire à la porte Boisnet42. L’année suivante, ce sont celles de la Tannerie qui sont recreusées, plus particulièrement entre la porte de la Tannerie et la tour Guillou43, secteur qui n’est pas toujours en eau contrairement aux représentations (fig. 5). Enfin le dernier secteur concerné est celui entre la tour Saint-Laurent et celle de Saint-Jean qui ferme un bras secondaire entre une petite île de la Maine et la grève et qui est protégé par une chaîne. Tout ce qui peut à la fois améliorer les écoulements d’eau, faciliter la circulation et éviter une approche des murs est réalisé.

5. Les arches du pré de la Savatte ou de la Tannerie, vers 1650. Extrait de la vue panoramique de Linclerc et Collignon (Musées d’Angers, MA 4 R 346).

UN BARRAGE FORTIFIÉ EN AMONT ET EN AVAL AU XVe SIÈCLE

  • 44 . Date déduite d’après les travaux effectués en bord de Maine et dans Rousseau A., La troisième enc (...)

19À chaque crainte d’une attaque par les Anglais qui occupent le Poitou, le Maine et une partie du nord de l’Anjou, les décisions de renforcement des fortifications se multiplient. On assiste à une reprise des travaux sur quelques années, ainsi en est-il des décennies 1380-1390, 1410-1416 ou 1437-144844.

  • 45 . Durandière R., « À propos de quelques canonniers… », op. cit., p. 56.

20La première moitié du XVe siècle est l’un des moments où l’on a dépensé le plus pour la rénovation des fortifications, afin de s’adapter aux nouvelles conditions de siège avec le renforcement de l’artillerie, bien attesté en Anjou dans les années 1368-137045. Le couronnement des murs est entièrement repris, des tours d’artillerie (« boulevards ») sont construits et le pont des Treilles est intégré au système défensif urbain.

Le pont des Treilles, un pont fortifié ?

  • 46 . Cussonneau Ch. et Courant H., « La chaussée et le pont des Treilles », op. cit., p. 125-127.
  • 47 . Péan de la Tuillerie J., Description de la ville d’Angers et de tout ce qu’elle contient de plus (...)
  • 48 . Texte et cliché dans Cussonneau Ch. et Courant H., « La chaussée et le pont des Treilles », op. c (...)
  • 49 . Bail du 6 décembre 1577, Arch. dép. Maine-et-Loire, 1 Hs B 221, fo 94, cité par Courant H., Le po (...)
  • 50 . Rousseau A., La troisième enceinte…, op. cit., p. 149.
  • 51 . Id., p. 23, note 40.

21En obtenant du roi René l’autorisation de prolonger la chaussée des Treilles par deux moulins, Jean Duvergier, en 1437-1442 a totalement bouleversé les conditions de protection de la Maine. Devenu un véritable ouvrage de franchissement, les Treilles sont alors destinées à protéger aussi bien les voies d’eau que l’accès terrestre en amont d’Angers. Du côté de la Doutre, jouxtant la tour Saint-Laurent est mentionné le « portau neuf » ou porte Barreau46. L’appellation porte Neuve prête à confusion car cela désigne aussi la poterne de Boisnet, comme nous l’avons vu. À l’autre extrémité sur la rive gauche, une porte très mal connue est modifiée en 1582. Elle présente une forme polygonale et prend à l’occasion d’une réfection, le nom du maire Gautier en 163647. L’arche marinière, entre les moulins du Barreau et la tour Saint-Laurent, construite à partir de 1437, intègre « créneaulx, arbalestrières et canonnières » dont le parapet possédait encore ces aménagements à la fin du xixe siècle48 (fig. 6). Du côté de la rive gauche une plateforme maçonnée sur l’avant-bec de l’arche commune porte des canons de la ville d’après un bail de 157749. Les arches qui n’étaient pas encombrées par les moulins ou pêcheries sont pourvues de « trèges » ou treillis de bois50. Une herse appelée « rateau » est même attestée sous la grande arche dans un acte de 160051. Le nom de Barreau fait d’ailleurs allusion à une grille de bois.

22La chaussée des Treilles est donc devenue un pont fortifié principalement pour protéger son accès à la fois terrestre et surtout fluvial le long de la rive droite.

6. La grande arche fortifiée du pont des Treilles, fin xixe siècle (Musées d’Angers, MA recol. 918.569).

Couronnement des murs et reconstructions de tours

  • 52 . Observation à l’occasion d’un sauvetage urgent sur l’enceinte en 1989.
  • 53 . Pièce justificative no 3.
  • 54 . Arch. mun. Angers, CC 3, fos 29-30.
  • 55 . Sur la construction de l’enceinte de Saint Louis, voir Comte Fr., « L’enceinte d’Angers (xiiie si (...)
  • 56 . Arch. mun. Angers, CC 3.

23Les comptes de la cloison sont très riches en mention de reprises partielles du haut des courtines et des tours. Peu de sections de l’enceinte sont exemptes de travaux. La plupart de ces mentions concernent les « petits murs ». Dans de nombreux cas il s’agit du parapet bordant le chemin de ronde. Parmi bien des secteurs on retient l’exemple des murs longeant la douve de Boisnet dont on est certains que des travaux ont été effectués. En effet nous avons retrouvé en arrière du no 19 de la rue Boisnet, à proximité de la rue du Canal, une partie du mur d’enceinte52. De plus les murs de Boisnet semblent être pris en référence par les édiles lorsqu’il est question de reconstruire d’autres parties de l’enceinte urbaine : « Ainsi et par la manière qu’elles sont es murs de Boysnet53.» La première étape décrite dans les marchés de travaux consiste en l’arasement à la base du chemin de ronde et même quand il est nécessaire de démolir une partie du haut de la courtine lorsque les murs sont « en mortier de terre54 ». Les observations archéologiques de ces dernières années montrent que la courtine a été montée à l’argile55. Ensuite sont édifiés des mâchicoulis classiques formés de grosse console à quatre ressauts d’après les témoins encore en place. Le crénelage n’est pas conservé. La hauteur totale des mâchicoulis jusqu’au sommet des merlons est d’environ 12 pieds (env. 3,90 m). Le crénelage est de 6 pieds (env. 1,95 m). L’espacement entre chaque console forme une trappe d’environ 0,32 m de large. Cette dernière mesure se retrouve dans l’épaisseur du parapet en arrière du chemin de ronde qui ne fait qu’1 m de haut. Des travaux complémentaires sont parfois aussi envisagés pour traverser les tours et avoir un chemin de ronde continu, car deux siècles après la construction de l’enceinte, des aliénations empêchent une circulation aisée et rapide. D’importants travaux sont alors engagés pour abattre les maisons gênantes qui s’étaient édifiées sur les murs56.

  • 57 . Chave I., Les châteaux de l’apanage d’Alençon (1350-1450), Alençon, Société historique et archéol (...)
  • 58 . Comte Fr., « Vue des environs de la Turcie près de Reculée à Angers », in Le Nouëne P. et Dupraz- (...)
  • 59 . Guéry A., Angers…, op. cit., p. 107.

24Pour les tours nous pouvons prendre l’exemple de la tour des Anglais dont nous avons à la fois le marché de construction (pièce justificative no 2) et le témoin architectural (fig. 7). Cette tour qui devait exister sans doute dès le xiiie siècle (voir supra) a été presque entièrement réédifiée au début du xve siècle. Il n’a été conservé que la base en talus. Au sommet des solives du plancher du premier niveau de « groux murs » sont élevés sur deux étages. Le dernier étage est voûté par une coupole et non en ogive comme prévu dans le devis. Il est aussi pourvu d’une cheminée incorporée dans le mur. Ensuite un chemin de ronde avec mâchicoulis est construit mais de taille plus modeste que sur les courtines, soit sur 2 m de haut (6 pieds) au lieu de 12 pieds pour le secteur de Boisnet. L’accès entre les étages se fait désormais par des escaliers de pierre. Des canonnières à doubles orifices circulaires (0,20 m de diamètre) avec une fente de tir sont installées au 2 e niveau, face à la Maine et sur le côté nord de la tour. On peut les comparer à celles établies postérieurement à 1420 au château de Pouancé (Maine-et-Loire)57. Les archères simples sont pourvues d’embrasure dont le linteau est supporté par des coussinets en quart-de-rond. Les niches de tir ont été élargies pour le canon à la période moderne. Il est fait allusion à une loge pour le guetteur et non à une quelconque toiture que l’on voit sur toutes les estampes figurant notre tour à l’exception notable de J.-J. Delusse au début du xixe siècle58. L’iconographie conservée permet de conclure que le profil très surbaissé de la toiture actuelle date seulement de la fin des années 182059.

7. La tour de la Haute-Chaîne dite des Anglais et détail d’une canonnière double (cl. F. Comte).

  • 60 . Arch. mun. Angers, CC 3 et CC 2, fo 12.
  • 61 . Rousseau A., La troisième tour…, op. cit., p. 156.
  • 62 . Id., CC 3, fo 12 ; CC 4, fo 189 vo.

25La dernière étape est le rattachement des tours à l’enceinte par des « gros murs » comme on l’a déjà mentionné pour la tour au pied du château. Ces murs permettent de bloquer un éventuel passage pour l’ennemi et d’offrir à la garnison une échappatoire. Ceux de la Tannerie, reliant la tour de la Basse-Chaîne à l’enceinte sont mentionnés en 1377-1379 et à nouveau en 1392 où il est décidé de « faire et lever certaines tours et murs en maçonnerie et mâchicoulis60 ». L’achèvement se déroule au cours de l’année 1396 par sept toises de murs entre le « portal de la Tannerie » et la tour « du costé de la cheienne61 ». Des arches permettaient à l’eau de circuler et des grilles avaient été installées pour stopper les bateaux tentés d’échapper au péage (pièce justificative n o 3). Sur le chemin de ronde, des loges sont édifiées pour ceux qui y montent la garde62.

  • 63 . Id., CC 3, fo 159 ro.

26En 1415, c’est le chemin de ronde entre la porte de la Sécherie et l’angle de l’enceinte qui est refait sur une longueur de 31 toises63.

« Boulevards » des Haute et Basse-Chaîne

  • 64 . Sur le boulevard comme ouvrage porteur d’artillerie, voir les remarques de Faucherre N., « Barbac (...)

27Les constructions les plus considérables concernent les « boulevards » terme générique dans les comptes de la cloison désignant un ouvrage fortifié avancé mais principalement une grosse tour d’artillerie, dont la destination est avant tout de protéger l’entrée de la ville côté Maine64.

  • 65 . Construction précoce si on la compare à l’un des exemples les plus proches, la tour Boucle au Mon (...)
  • 66 . Les travaux commencèrent en décembre 1446 (Arch. mun. Angers, CC 4, fo 1). Une partie des pierres (...)
  • 67 . Arch. mun. Angers, CC 4, fos 1, 9, 25…
  • 68 . Comte Fr., « Reconstitution… », op. cit., p. 84.
  • 69 . Arch. mun. Angers, CC 4, fo 121 vo.

28La plus spectaculaire est une tour à canon sur plan polygonal qui a été plaquée sur l’enceinte juste au-dessus de la tour de la Haute-Chaîne (fig. 8). Son plan est celui d’une tour à éperon65. Ses murs présentent un léger fruit. Les trois niveaux sont semble-t-il voûtés, possédant des archères et n’ayant que des canonnières en partie basse, si l’on en croît les représentations. Au sommet, des mâchicoulis reposent sur des consoles étroites et hautes de type provençal à au moins huit ressauts. Enfin dans le crénelage une canonnière est repérable sur les gravures. Sa construction débute en 1446 et s’achève deux ans plus tard grâce au sénéchal Louis de Beauvau d’après l’inscription qui a été relevée avant sa démolition en 183866. Son nom de boulevard de Reculée ou encore « de devant la grosse tour de la Haulte Chesne67 » indique avant tout un renforcement du dispositif de défense de la chaîne mais aussi de protection du côté du faubourg de Reculée. Ce boulevard a sans doute pris la place d’une poterne de l’hôpital qui donnait accès à ses jardins et s’ouvrait sur la « Blanchisserie » autrefois partie intégrante de son enclos68. Il est probable que l’ouverture de la poterne en 1454 sur la rive, futur port de Saint-Jean ou de l’hôpital et visible sur les vues cavalières de la ville, correspond au moment où sa sortie primitive est condamnée par ce boulevard69.

8. « Boulevard » de Reculée, 1820. Dessin et lavis de J. -J. Delusse (Musées d’Angers, MA recol. 918.144).

  • 70 . Id., CC 3, fo 201 ; CC 4, fos 1-2, 16 ; CC 7, fos 62 ro, 69-71. Des canonnières sont installées d (...)
  • 71 . Mallet J., Le château…, op. cit., p. 32.
  • 72 . Enguehard H., « La tour de la Basse-Chaîne (découverte provisoire d’un ouvrage fortifié du xvie s (...)

29Trois autres « boulevards » sont aussi mentionnés au xve siècle mais moins documentés (fig. 9). Tout d’abord celui de la Tannerie ou du pré de la Savatte qui existait en 1446 et fut repris vers 1490 surtout connu sous le nom de tour Guillou70. Sur la rive gauche on trouve le pendant de ces deux « boulevards ». Celui du château qui est dit « neuf » en 1480 et est entièrement réaménagé en 152371. Sa découverte par Henri Enguehard en 1962 montre un édifice à casemate qui renforce la protection de la rivière par le château72. Enfin celui de

  • 73 . Ravalet R., « Le quartier des halles d’Angers au xvie siècle : installation, développement et dyn (...)
  • 74 . Id.

30Saint-Serge cité en 1484 comme étant neuf et surélevé en 1498-150173. Ses casemates et ses embrasures à la française remontent sans doute à 152374.

9. Plan des ouvrages fortifiés en bordure de Maine, début xixe siècle. Extraits du dessin de J. -A. Berthe, (Bibl. mun. Angers, ms. 1029 (896), p. 111).

31Les rives de Maine ont sans doute été le secteur de l’enceinte urbaine qui a connu le plus de modifications. Considéré comme un point faible de la défense urbaine il bénéficie tout comme les portes de ville des mêmes améliorations. Cependant on procède ici par adjonction plutôt qu’à des reconstructions complètes comme les barbacanes des portes de ville. Toutes les parties anciennes sont généralement englobées ou complétées par de nouvelles constructions. De même on conserve partiellement les vieilles enceintes comme celle du Bourg à l’utilité contestable. Malgré l’effet spectaculaire des chaînes, elles n’avaient finalement qu’une part réduite dans la protection des ports de Maine.

32La reprise périodique des pieux dans l’eau, le prolongement des murs pour relier les tours de bord de Maine à l’enceinte, les treillis de bois puis les grilles pour empêcher les bateaux de passer à la Tannerie ou sous le pont des Treilles, les grosses tours d’artillerie, les généralisations des mâchicoulis et canonnières, le renforcement des portes et poternes côté rivière présentent un ensemble cohérent à la fin du xve siècle et d’une grande efficacité. Plus que la Doutre (portes Saint-Nicolas et Lionnaise) ou la Ville (portes Saint-Aubin, Saint-Michel ou ravelin du château), les rives de la Maine avec les quatre « boulevards » démontrent le poids de cette défense dans la ville. Cet aspect est particulièrement mis en valeur dans le dessin d’Angers de l’ingénieur italien Ercole Negro de Sanfront. Tout au long du xvie siècle les renforcements se poursuivent et s’achèvent en 1589 par la réalisation d’un mur pour relier le château au boulevard de la Basse-Chaîne. Cet ensemble restera en place jusqu’à la fin de l’Ancien Régime (pièce justificative no 3).

  • 75 . Comte Fr., « Angers, vue de Saint-Serge, prise de la Haute-Chaîne, 1820 », in Le Nouëne P. et Dup (...)
  • 76 . Berthe J.-A., « Plan des portes et forteresses de la ville d’Angers », in Guéry A., Angers à trav (...)

33À l’exception de la tour des Anglais dans laquelle une porte a néanmoins été ouverte en 177775, les fortifications de la Maine commencent à être détruites en 1790 (Basse-Chaîne et boulevard Saint-Serge) pour s’achever en 1835-1838 (tour Guillou et Haute-Chaîne)76.

PIÈCES JUSTIFICATIVES

1. Avril-mai 1400

34Marché passé avec un charpentier pour renforcer le barrage de pieux à la Basse-Chaîne grâce à des chapeaux de bois d’une dizaine de mètres, destinés à relier entre eux des séries de pieux (Arch. mun. Angers, CC3 fo 79r °)

  • 77 . Haye : palissade de pieux.
  • 78 . Paux : pilotis
  • 79 . Estapes : pieux.

35A Jehan du Creux charpentier pour marché et convenant a lui baillé par lesdiz commissaires de faict et acompeu de son mestre de charpenterie, certaines oeuvres en la haye77 et serve des paux78 qui sont en la rivière de Maienne entre la chaienne qui est soubz le chastel d’Angiers et la tour de devers la tennerie. C’est assavoir cx piez de longueur de chappeaux de bois qui estoient neccessaire pour enchappeller les estapes79 dicelle haye et de mettre iiii autres chappeaux, chacun chappeau de xxxii piez de lont par dessus ycelle haye pour lier au ferure ensemble les estappes qui sont de hors et dedens de la dicte haye.

  • 80 . Le rabais obtenu passe de 35 livres à 27 livres tournois.

36Item de mettre vi autres chappeaux, iiii chacun de xvi piez et les ii autres de xii piez par dessus les estappes qui sont ferues au pie de la tour de la dite chaienne lequel marche fut baillé de presend dernier a Guillaume le Manseau charpentier pour le faict bien et proufitablement en la somme et manière et somme soutenu est en mandement desdits commissaires pour la somne de xxxv l. t. a rabes80 et fut rabesse pour Jehan Chatel charpentier de C s. t. et mis a xxx l. t. Item fut rabessé par Jehan du Creux de lx s. t. et mis a xxvii l. t. auquel demoura le marche comme au devoir rabesserais pour ce audit du Creux par mandement desdiz commissaires avec certification à Jehan Ynboir et Jehan Charette visiteurs des dicts ouvres d’Angiers fait ledit marché et quictance dudit Jehan du Creux cy rendu a xxvii l.

2. 27 août 1415

  • 81 . Je remercie Sylvain Bertoldi, directeur des Archives municipales d’Angers d’avoir bien voulu véri (...)

37Marché passé avec le maçon Gervaise Artus pour reconstruire et adapter à l’artillerie la tour de la Haute-Chaîne tout comme la courtine (Arch. mun. Angers, CC3 fo 161 v ° et 162 r °-v °)81.

  • 82 . Tiers point : voûte en ogive.

38Le xxviie jour d’aoust l’an mil iiiie et xv fut fait marché par messieurs du consoil du roy de Sicile, duc d’Anjou estans en la chambre des comptes a Angiers ouquel estoit monsieur l’evesque d’Angiers, monsieur de Saint Aubin, monsieur le juge d’Anjou, maistre Gilles Buynard, Pierres Bricovan et par monssieur le cappitaine et lieutenant de la ville d’Angiers, commissaires sur le fait de la clouaison de la dicte ville en la presence de Guilleaume Lemarié, Collas Sabbart et Jehan Lemoine, viseteurs des euvres de la dite ville et plusieurs des bourgois et habitans de la ville d’Angiers avecques Gervaise Artus macon que le dit Gervaise Artus a promis doit et tenu abatre touz les petiz murs avecques une petite tounelle de la grosse tour de la Haulte Chesne devers Recullee jucques au ras des gros murs neufs ou jucques a l’assiete du groux mur des poutres qui portent les souliveaux du premier hault estaige et de la fin de l’assiette de la saillie de la dicte petite tour et levera touz iceulx grox murs tout de neuf tout alentour de la dicte grosse tour d’espessour des ditz groux vieulx murs de xxiiii piez de hault a comptez depuis les ditz gros murs neufs a machecolez et sera ladite tour voustée par dessuz a tiers point82 et couverte d’entablemens par dessus a double joint assis assiment et y aura deux gargoulles a giter l’eau loing du pié de la dite tour s’ilz y faillent.

  • 83 . Eschalle : escalier de pierre.

39Item pour ce qu’il y a une eschalle83 a dessendre en l’estaige ou est la fermeure des chesnes y sera faicte, vouste, bonne et competante a porter dessus ledit groux mur et sera fait huisseries pour entrer et yssir de la dicte tour voultees es lieux ou ils seront neccesseres.

40Item sera comprinse en l’espace dudit gros mur de ladicte tour a l’entrée d’icelle a destre une eschalle voultée pour monter sur les haux hestaiges d’icelle tour et jusques sur la voulte et sera couverte et voultée par dessus en telle manière que l’en ne puisse cheoir en la dite eschalle et au dessus y aura une huisserie fermante.

  • 84 . Suzerain estaige : dernier étage.

41Item un suzerain estaige84 desoubz la dite voulte une cheminee en l’espace du groux mur ou elle sera plus prouffitable.

  • 85 . Bocets : console pour les mâchicoulis.
  • 86 . Le pied correspond à 0,3248 mètres pour l’équivalence avec les mesures actuelles voir le commenta (...)

42Item y aura prins bocetes85 de macheleys chacune de troys piez86 de large tout environ la dite tour et petiz murs qui seront d’un pié et demi d’espays et de six piez de hault prins, d’un pié et demi plus bas que les ditz grox murs sur les dits boces de machecoleys de la dite tour pour le mains et dedans l’espace desditz petitz murs sera comprins la plus grant partie des eschaudoueres ainssi et par la manière que elles sont es murs de Boysnet davant la tour de la Chesne Saint-Laurens et aura es ditz petiz murs, creneaulx, pilliers, arbalaitrieres ous ilz sont necesseres comme es autres murs neufs de la ville et s’il y fault cannonieres y seront faictes la ou il sera regardé par les commissaires et y aura sur la voulte de la dicte tour une loge a faire le guet.

43Item ou premier estaige comme l’en entre en la dicte tour y sera fait arballaitrieres ou ilz seront neccesseres et au bas et chacune arballaistriere sera fait une canonniere de tuffeau et en oultre sera fait canonnières et arballaitrieres et autres choses neccesseres de maconnerie ou ilz seront neccesseres par l’ordronnance des commissaires.

44Item sera fait la dicte tour recepee clotee par dehors et par dedans bien prouffitablement et pour serve de mortier de chaux et de sable par dehors a heriçon et par dedans ou soverain estaige et ou elle sera voultee.

45Et fera et fournira ledit maczon de toutes choses a ce neccesseres a ses despens et fera la dite besoigne bien et prouffitablement de bon mazereau a bon mortier de chaux et de sable et a ses perilz pour la somme de IIIc l. t. que l’en lui sera tenu poier en faisant ladite besoigne et auxi luy sera l’en tenu franchir ses matieres ainssi ainsi qu’il est accoustumé et rendre ladite besoigne preste dedens [un blanc]. Obligation hostagier rendre.

46Fo 185 v °

47Décembre. 1415

48A Gervaise Artus maczon pour un marche et convenant a lui baillé par les dits commissaires et visiteurs en la presence de messeigneurs les gens du conseil et des comptes du roy de Sicile et de plusieurs des bourgois et habitans de la dite ville de abatre tous les petis murs estans sur les groux murs pres la tour de la chaienne dans Reculée avecques une petite tourelle estan en la dite tour jusque au bas desdis grox murs et sur yceulx et en la dite tour maçonnes et haulx de groux murs de xxiiii piez de hault et par dessus petiz murs a macoulleis a crainaux, arballestriers et eschaudoueres avecques une voulte en la dite tour et autre ouvraiges contenus au devis suic fait dudit mestre par moy a que le dit maczon sera tenu fournir de toutes fournir de toutes matieres a lui necessaires pour la somme de iiicxxx s. t. pour ce a lui par mandement dedits commissaires et quittances dudit Artur…

49iiicxxx s.

3. 4-16 août 1743

50Extrait du procès-verbal de visite des parties de l’enceinte d’Angers près de la Maine fait par Etienne Petiteau, lieutenant du baillage et présidial de Tours à la suite d’une demande de l’intendant de la généralité de Tours. (Arch. dép. Maine-et-Loire, C 220)

51Porte Cupif

  • 87 . Cette porte a pris le relais de la porte Saint-Serge ou de la Sécherie condamnée à la fin du xve (...)
  • 88 . Ou boulevard Saint-Serge

52En entrant dans la ville par la porte Cupif87 il se trouve à main droite de ladite porte plusieurs batiments appellés vulgairement le boulevart du port Ayrault88, lesquels batimens paroissent avoir été construits en differents temps et sont bornés du costé du nord par un canal d’eau de la rivière de Mayne qui a été construit en cet endroit pour la commodité de la ville, les eaux duquel canal passent sous une arche qui est au devant de ladite porte Cupif et ayant examiné les batimens qui ont esté construits sur ledit boulevart, nous avons reconnu qu’ils sont occupés par différents locataires qui nous ont déclarés les tenir à loyer de Louis douzieme… Ce fait lesdits sieurs maire et échevins nous ont prié d’observer.

  1. Que dans le mur du boulevard du port Ayrault atenant ladite porte Cupif du coté droit on y voit les armes de la ville et celles du sieur Pierre Taulpier qui estoit maire de la ville en 1522 et 1523 ce qui fait juger que ledit boulevard a esté construit aux depens de ladite ville.

  2. Qu’au au dessus de ladite porte Cupif sont les armes du roy, celles de la ville et celles du sieur Cupif de Teildras qui en etoit pour lors maire, avec une incription qui prouve que ladite porte a été construite en l’année 1672 par les soins dudit sieur Cupif de Teildras, ce qui donne pareillement lieu de croire que c’est aux frais de la ville que cette construction a e été faite, de meme que celle de l’arche qui a eté construite au devant de ladite porte.

  3. Que ladite porte menace ruine estant surplombée de dix huit pouces sur sa hauteur qui en est de vingt quatre pieds et qu’à coté d’icelle il se trouve une breche de la longueur de dix neuf toises sur quatre toises de haut reignant du costé de la ville, laquelle breche lesdits sieurs maire et échevins prétendent avoir été causée par l’innondation des eaux qui ont fait ébouller le mur, et nous ont au surplus fait remarquer que les murs et tours qui renferment la ville et les fossés depuis ladite porte Cupif jusqu’à celle de Saint-Michel sont en bon etat de reparations…

53Basse Chaine

54… Ce fait avons passé la rivière de Mayne dans un bac et remarqué que ladite riviere est traversée par une chaine de pieux qui ont été piqués et frapés dans l’eau pour la conservation des droits du roy n’y ayant qu’une voye du coté du chateau pour la navigation et passage des bateaux laquelle chaine de pieux lesdit sieurs maire et echevins nous ont dits avoir été faite et etre entretenüe a leur depens.

55Et etant arrivé de l’autre costé de ladite riviere, nous avons reconnu que sur le bord d’icelle est un bastion et une tour nommée la tour Guillou qui se joignent l’un et l’autre, au pied de laquelle tour est un terrain renfermé de murs au dedans de la ville, lequel terrain lesdits sieurs maire et echevins nous ont dit faire partie de la place de la Savatte…

  • 89 . Hugues Jouanneaux (1695-1761), médecin et membre de la Société des botanophiles, habite en 1743 r (...)
  • 90 . Voir fig. 5 qui représente 11 arches au lieu de 10.
  • 91 . Il s’agit d’éviter que les bateaux passent hors les lieux de péage.

56Avons remarqué que le mur qui conduit depuis ladite tour Guillou en montant du coté de la porte Saint-Nicolas jusqu’au cabinet du sieur Janneau89 est percé de dix arcades90 que lesdits sieurs maire et echevins nous ont dit avoir été construites a leur depens pour faciliter l’ecoulement des grandes eaux, lesquelles arcades sont grillées et fermées par des grosses barres de fer pour empecher les fraudes et conserver les droits du roy91 lesquelles grilles de fer ils pretendent egallement avoir été faites et etre entretenües aussy bien que les arcades a leur depens, lesquels murs arcades et grillages de fer nous ont paru en bon etat.

57Ensuitte et sur les meme murs de ville est un petit cabinet et une petite maison construits en partie sur les dits murs et en partie sur une petite tour, sur lequel mur des deux cotés de la maison il y a deux parteres, et le long de ladite muraille en dedans de la ville est un jardin, lesquelles choses sont actuellement possedée par le sieur Hugues Janneau medecin en cette ville…

58Avons aussy remarqué que les murs qui portent la maison, cabinet et parteres cy dessus enoncés sont egallement percés, et qu’il y a été construit quatre arcades qui sont grillées de grosses barres de fer pour l’écoulement des grandes eaux et la conservation des droits du roy, lesquels grillages de fer ainsy que les arcades lesdits sieurs maire et echevins pretendent avoir été faits et etre entretenus a leurs frais… les arcades, grillages et autres ediffices dont est cy dessus parlé paroissent avoir esté faits il y a plusieurs siecles et dans des temps si reculés qu’il n’est pas possible de scavoir precisement par qui la depense en a été faite… il n’est pas douteux que lesdites arcades et grillages n’ayent été fait à leurs depens etant d’une construction moins ancienne que lesdits murs de la ville…

  • 92 . C’est l’ancien nom de la porte de la Tannerie qui sera bouchée au xvie siècle.

59En suivant les murs de laditte ville du coté de la porte Saint-Nicolas est une maison batie sur un plate forme etant a coté d’une ancienne porte appellée Saint-Nicolas92 et qui se trouve a present obstaclée et bouchée par un mur et sur laquelle porte il a egallement été construit quelques batimens par les dits auteurs du nommé Edain qui en jouit actuellement…

60[Haute Chaine]

  • 93 . L’association de la tour et du boulevard a créé des confusions dans les attributions de date de c (...)

61Et etant arrivé sur la rivière de Mayne nous avons descendu une partie de ladite riviere et rentré le long des murs de ladite porte Lyonnoise pour arriver a une grosse tour et boulevart y attenant appellée vulgairement la tour et boulevart de la Haute Chaine93, ou etant nous avons remarqué que lesdits tour et boulevart sont en bon etat de reparation et qu’il a esté pratiqué dans ledit boulevart plusieurs apartemens dans lesquels nous sommes monté par un degré de pierre d’ardoise qui paroit avoir été nouvellement reparé, desquels apartements la majeure partie est occupée par le receveur des aydes… et le surplus est occupé par la veuve Girard qui fait la recette de la simple cloison et autres droits… laquelle tour est couverte d’ardoise et le boulevart couvert en terrasse de pierre de Rairie.

  • 94 . L’une de ces voies marinières est devant la tour de la Haute-Chaîne et l’autre à l’entrée de la d (...)

62De l’endroit cy dessus sommes repassés de l’autre costé de la ville et arrivés du coté de la porte Cupif et remarqué en passant ladite riviere de Mayne qu’il a été batu au travers de ladite riviere et de l’un à l’autre bord une chaine de pieux qui s’élève au dessus de l’eau pour la conservation des droits du roy dans laquelle chaine il a cependant été laissé deux voyes94 pour le passage des batteaux, lesquels pieux lesdits sieurs maire et echevins nous ont dit avoir été mis et entretenus a leurs frais.

63[Pont des Treilles]

  • 95 . Cette tour est aussi appelée tour Saint-Laurent.

64… il y a encore dans l’interieur de ladite ville et sur le bord de ladite riviere de Mayne une tour appellée la tour du Barreau95

65Etant au pied de la tour de la Haute Chaine nous avons remarqué un ancien mur de ville qui servoit autrefois de cloture qui règne le long du quay de Saint-Jean depuis ladite Haute Chaine a venir se rendre a une porte qui va de la rue Saint-Jean sur la riviere, ladite porte appellée la porte Neuve, sur laquelle porte sont les armes de la ville laquelle a été batie et est entretenue aux frais de la ville ainsy que les sieurs maire et échevins nous l’ont déclaré.

  • 96 . Cette porte se voit encore sur un dessin du xixe siècle. Voir Comte Fr., « L’enceinte d’Angers (x (...)
  • 97 . En marge  :« En cet endroit lesdits sieurs maires et echevins ont declaré et fait observé que le (...)

66Dans ledit ancien mur il a été pratiqué une porte pour aller sur la riviere pour l’exploitation de la maison des enfants Mondain… Plus avons aussy remarqué qu’il a été acordé à Martin Besnard un terrain le long desdits murs de la ville en dedans de trente pieds de longueur et de douze pieds de largeur et que dans ledit mur il a e été fait une ouverture de porte96… lequel terrain il a été construit des batiments97… tant par l’hôtel-Dieu que par d’autres particuliers pour raison de quoy ils ne payent aucunes redevances à l’hotel de ville.

  • 98 . Ce sont les moulins du Barreau.

67Depuis ladite porte Neuve jusqu’à une grosse tour appellée la tour de Barreau il y a une continuation d’anciens murs d’environ trente pieds de longueur, dans laquelle tour qui est sur le bord de la rivière il a été pratiqué des logemens aux depens de la ville ainsy que nous l’ont declaré lesdits sieurs maire et echevins a coté de laquelle tour et sur la riviere est une arche qui en depend sur laquelle arche (qui sert de passage pour aller aux anciens moulins de l’abbaye de Ronceray98) il y a des batimens aussy construits par la ville… …

68Nous sommes transportés avec les parties sur les pons des Treilles ou etant arrivés avons procedé à la continuation du present proces verbal ainsy qu’il suit.

  • 99 . Ces latrines publiques ont été installées sur le terre-plein de l’île Saint-Jean, d’après cette d (...)

69Nous avons traversé trois arches dudit pont au bout desquelles nous avons remarqué du coté droit une espece de fortiffication qui s’avance dans la riviere, sur laquelle fortiffication il a été construit plusieurs batimens et entre autre des lieux communs99 pour l’usage des habitants du voisinage, lesquels lieux communs avec une petite chambre de maison sans cheminée y joignant…

70[Boisnet]

71De là sommes transportés dans la rüe de la Romaine, qui donne d’un bout, au bout des ponts des Treilles, et de l’autre bout a la rüe de la Roé, ou nous avons remarqué qu’il y a plusieurs maisons et appartenances a differents particuliers, que les sieurs maire et echevins nous ont dit avoir été réedifiées sur des anciens batimens et terrains le long de la rüe du coté des murs de ladite ville, lesdits anciens batimens apartenant cy devant a la ville… lequel mur fait la separation de laditte rüe de la Romaine d’avec la place de Boinet…

  • 100 . Porte percée en 1528 et refaite à l’époque où Jacques Gaultier, conseiller au présidial, est mair (...)

72De là, sommes entrés dans une rüe que lesdits sieurs maire et echevins nous ont declaré s’appeler la rüe de Boinet à l’entrée de laquelle et au bout des ponts des Treilles est une porte que lesdits sieurs maires et échevins nous ont dit avoir été construite aux depens de la ville en 1636 laquelle année se trouve inscrite au dessus de ladite porte et sur laquelle porte ont en relief les armes du roy, de la ville et du maire lors en exercice, ladite porte a present nommée la porte Gaultier alias de Boisnet100.

  • 101 . L’enceinte a été détruite dans ce secteur au xviie siècle. Voir Péan de la Tuillerie, Description (...)

73… les limites de la place Boisnet en sa longueur sont d’un bout du midy a la porte Gaultier touchant les ponts des Treilles, et de l’autre bout au nord au boulevart Saint-Serge et au canal Ayrault ce qui comprend les maisons et magasins construits depuis laditte porte Gaultier jusqu’au dit boulevart Saint-Serge et adossé contre l’ancien mur101 qui separe la ville d’avec ladite place Boisnet.

74… que lesdits sieurs maire et echevins sont convenus comme ils conviennent encore que laditte place avoit été augmentée par des terres qui y ont été rapportées a grands frais et qu’ils avaient faict dececher ladite place de Boisnet par plusieurs caneaux qui leur ont cousté des sommes considerables…

Notes

1 . Rabelais, Œuvres complètes, texte établi et annoté par Boulenger Jacques et revu par Scheler Lucien, Paris, Gallimard, 1955, p. 184 (Bibl. de la Pléiade). À noter que Rabelais n’indique qu’une chaîne à Angers au lieu de deux. À Lyon, il y en avait 3 sur la Saône. Paris que Rabelais connaît pourtant n’est pas cité pour ses deux chaînes prolongeant l’enceinte de Philippe Auguste.

2 . Ce nom ne remonte qu’à la fin du xixe siècle. La plus ancienne mention relevée se trouve dans Le vrai guide illustré de l’Anjou et de l’exposition nationale d’Angers, Angers, L’Écho de l’Anjou, 1895, p. 63. Elle fut « débaptisée… de par le bon plaisir d’un reporter », selon Auguste Michel (Revue de l’Anjou, 1909, t. Lix, p. 154). La tour de la Haute-Chaîne ne peut être assimilée à la tour Salvert du nom du ministre protestant qui y a trouvé la mort en 1562, contrairement à ce qu’affirme Port C., Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, éd. revue, Angers, Siraudeau, 1996, t. 4, p. 282. La description du chroniqueur Jean Louvet (Revue de l’Anjou, 1854, 3e année, t. 1, p. 263) correspond à une tour plus éloignée de la Haute-Chaîne et facilement accessible. La tour Salvert se rapporte vraisemblablement à celle près de la rue des Greniers Saint-Jean, itinéraire qu’a dû emprunter Salvert en quittant Saint-Laurent ou le cimetière des pauvres, alors lieu de culte réformé.

3 . Pour les premières vues d’Angers nous nous permettons de renvoyer à Comte Fr., « Nouvelles recherches sur les premières représentations d’Angers (xvie-xviie siècle) », Archives d’Anjou, 1997, no 1, p. 31-53.

4 . Les registres de la cloison conservés aux Archives municipales d’Angers débutent en 1367. Sur cet impôt, voir Rousseau A., « La cloison d’Angers à la fin du Moyen Âge. Le système financier angevin avant la création de la mairie », Archives d’Anjou, 2003, no 7, p. 45-57.

5 . Cussonneau Ch. et Courant H., « La chaussée et le pont des Treilles », in Biguet O et Letellier D. (dir.), Les ponts d’Angers, Paris, Éditions du Patrimoine, 1998, p. 98-135, coll. « Cahiers du patrimoine », no 49.

6 . Courant H., La Maine à Angers de 1450 à 1720. Organisation de l’espace et enjeux du paysage d’une rivière urbaine, université d’Angers, mémoire de DEA d’histoire, 1998, dactyl.

7 . Rousseau A., La troisième enceinte d’Angers d’après les comptes de la cloison (1367-1447). Étude des chantiers de fortification, université d’Angers, mémoire de maîtrise d’histoire, 2002, dactyl.

8 . Mallet J., « Les enceintes d’Angers », Annales de Bretagne, 1965, t. 72, p. 237-262.

9 . Pour les plans de ces enceintes, voir Comte Fr., « Angers, la cité et ses abords », in Gauthier B., Zadora-Rio É. et Galinié H., Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2004, t. 2, p. 175.

10 . Arch. diocésaines Angers, 2AA2.

11 . Voir Comte Fr., « L’enceinte gallo-romaine d’Angers devenue clôture canoniale : transformations, adaptations et déclassement d’une fortification (xiiie-xvie siècle) », In situ. Revue des patrimoines, no 16 (2011), [en ligne] mis en ligne le 27 juin 2011.

12 . Id.

13 . Espinay G. d’, Les enceintes d’Angers (extrait des Mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers), Angers, Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, 1875, p. 20.

14 . C’est assurément un appareillage proche de ceux datés du xe siècle qui s’inscrit sans doute dans les travaux de fortifications de ce comte, Bachrach B. S., « Geoffroy Greymantle count of the Angevins, 960-987 : a study in french politics », Studies in Medieval and Renaissance history, 1985, no 17, p. 4-9.

15 . Le Nezet-Célestin M., 1982, Angers. Fouille de sauvetage quartier République, rapport de fouilles, Angers, 1985, dactyl.

16 . Plan dans Comte Fr., « Angers. La cité… », op. cit.

17 . Plan des ports au xiie siècle dans Parcours Histoire d’Angers de la préhistoire à nos jours. Guide de visite, Angers, musée des Beaux-Arts, 2006, p. 47.

18 . Thorode L. -M., Notice de la ville d’Angers, Éd. Émile Longin, Angers, Germain et Grassin, 1897, p. 14-17.

19 . Guéry A., Angers à travers les âges. Description historique et topographique, Angers, Siraudeau, 1913 ; réimp. 1979, p. 38.

20 . Espinay G. d’, Les enceintes…, op. cit., p. 32.

21 . Comte Fr., « Le Grand pont », in Biguet O et Letellier D. (dir.), Les ponts d’Angers, op. cit., p. 55.

22 . Mallet J., Angers, le château (Maine-et-Loire), Nantes, Inventaire général, 1991, p. 38, coll. « Images du patrimoine », no 87. Ce nom ancien est mentionné en 1592 dans les archives notariales Grudé transcrites par J. Mallet (Arch. dép. Maine-et-Loire E 4266). Je remercie Emmanuel Litoux de m’avoir signalé ce texte ainsi que pour ses remarques et corrections sur l’ensemble de ce texte.

23 . Mallet J., « L’enceinte… », op. cit., p. 250.

24 . Pour Paris : Andia B. de (dir.), Les enceintes de Paris, Paris, Action artistique de la ville de Paris, 2001. Pour Lyon : Dallemagne Fr. et Fessy G., Les défenses de Lyon : enceintes et fortifications, Lyon, Éd. Lyonnaise d’art et d’histoire, 2006.

25 . Id. et pièce justificative no 3.

26 . Un texte de 1447 évoque une « vieille tour » au boulevard Saint-Serge, Arch. mun. Angers, CC 4, fo 15 ro.

27 . Courant H., La Maine…, op. cit., p. 88.

28 . Id. et Arch. mun. Angers, CC 3, fos 2-3.

29 . Louvet J., « Journal ou récit véritable de tout ce qui est advenu digne de mémoire… », Revue de l’Anjou, 1854, 3e année, t. 2, p. 153.

30 . Comte Fr., « Reconstruction de quatre types de bâtiments hospitaliers à Angers (xiie-xiiie siècles) », in Juhel V. (dir.), Hôtels-Dieu et pèlerins sur les chemins de saint Michel, Vire, Les chemins du Mont-Saint-Michel, 2008, p. 67-94.

31 . Ravalet R., « Le quartier des halles d’Angers au xvie siècle : installation, développement et dynamique d’un nouveau centre administratif », Archives d’Anjou, 1998, no 2, p. 65-66.

32 . Cité par Rousseau A., La troisième enceinte…, op. cit., p. 161. Des pieux sont régulièrement battus dans le lit de la rivière, Arch. mun. Angers, CC 3, fo 25.

33 . Id. Sur les chaînes de port voir Zedar B. Z., « Prolegomena to World history of harbour and river chains », in Gertwagen R. et Jeffreys É. (dir.), Shipping, Trade and Crusade in Medieval Mediterranean. Studies in honor of John Pryor, Farnham, Ashgate, 2012, p. 3-38. Je remercie B. Zedar, grâce à l’entremise de N. Faucherre, de m’avoir permis de consulter cet article avant publication.

34 . Le terme de Boisnet a glissé géographiquement de l’île Saint-Jean à la douve de la Sécherie. Cussonneau Ch. et Courant H., « La chaussée et le pont des Treilles », op. cit., p. 121.

35 . Arch. mun. Angers, CC 3, fo 22. Pour les fondations on utilise des pieux provenant des bois de Guinezert (com. Beaucouzé).

36 . Port C., Inventaire analytique des archives anciennes de la mairie d’Angers, Paris-Angers, Dumoulin et Cosnier et Lachèse, 1861, p. 326-328. Voir également l’analyse de Durandière R., « À propos de quelques canonniers angevins : contribution à l’étude de l’artillerie à poudre en Anjou à la fin du Moyen Âge », Archives d’Anjou, 2008, no 12, p. 55-67.

37 . Texte de 1417 publié par Lebrun Fr., L’histoire vue de l’Anjou (987-1950), recueil de textes d’histoire régionale, Angers, Siraudeau, 2e éd., 1983, t. 1, p. 58.

38 . Arch. mun. Angers, CC 3, fo 173 vo, cité en dernier lieu par Rousseau A., « La cloison d’Angers… », op. cit., p. 48.

39 . Id., CC 3, fo 173 ro.

40 . Id., CC 3, fo 2.

41 . Id., CC 3, fos 81, 178, passim.

42 . Id., CC 3, fo 16 ro.

43 . Rousseau A., La troisième enceinte…, op. cit., p. 119.

44 . Date déduite d’après les travaux effectués en bord de Maine et dans Rousseau A., La troisième enceinte…, op. cit., p. 65-69.

45 . Durandière R., « À propos de quelques canonniers… », op. cit., p. 56.

46 . Cussonneau Ch. et Courant H., « La chaussée et le pont des Treilles », op. cit., p. 125-127.

47 . Péan de la Tuillerie J., Description de la ville d’Angers et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, nouv. éd. Port C., Angers, Barassé, 1869, p. 387, note 1. Voir aussi la pièce justificative no 1.

48 . Texte et cliché dans Cussonneau Ch. et Courant H., « La chaussée et le pont des Treilles », op. cit., p. 126-127.

49 . Bail du 6 décembre 1577, Arch. dép. Maine-et-Loire, 1 Hs B 221, fo 94, cité par Courant H., Le pont des Treilles à Angers sous l’Ancien Régime, université d’Angers, mémoire de maîtrise d’histoire, 1994, p. 24, dactyl.

50 . Rousseau A., La troisième enceinte…, op. cit., p. 149.

51 . Id., p. 23, note 40.

52 . Observation à l’occasion d’un sauvetage urgent sur l’enceinte en 1989.

53 . Pièce justificative no 3.

54 . Arch. mun. Angers, CC 3, fos 29-30.

55 . Sur la construction de l’enceinte de Saint Louis, voir Comte Fr., « L’enceinte d’Angers (xiiie siècle) et son impact sur l’espace urbain », in Peduto P. et Santoro A. M. (dir.), Archeologia dei castelli nell’Europa angioina (secoli xiii-xv), Florence, All’Insegna del Giglio, 2011, p. 77-78.

56 . Arch. mun. Angers, CC 3.

57 . Chave I., Les châteaux de l’apanage d’Alençon (1350-1450), Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, 2003, p. 133-134, coll. « Mémoires et documents », n ° 4.

58 . Comte Fr., « Vue des environs de la Turcie près de Reculée à Angers », in Le Nouëne P. et Dupraz-Plantiveau C. (dir.), Jean-Jacques Delusse (1758-1833), La Loire et l’Anjou, Angers – Chateauneuf-sur-Loire, Musées d’Angers et Musées de la Marine de Loire, 1998, p. 98-100 et fig. 8.

59 . Guéry A., Angers…, op. cit., p. 107.

60 . Arch. mun. Angers, CC 3 et CC 2, fo 12.

61 . Rousseau A., La troisième tour…, op. cit., p. 156.

62 . Id., CC 3, fo 12 ; CC 4, fo 189 vo.

63 . Id., CC 3, fo 159 ro.

64 . Sur le boulevard comme ouvrage porteur d’artillerie, voir les remarques de Faucherre N., « Barbacanes, boulevards ravelins et autres demi-lunes ; inventaire incertain », in Ducos J. -H. (dir.), Aux portes du château. Actes du 3e colloque de Castellologie, Flaran, Centre de Castellologie, 1989, p. 105-115.

65 . Construction précoce si on la compare à l’un des exemples les plus proches, la tour Boucle au Mont-Saint-Michel édifié en 1480. Mais les tours à éperons sont connus dès la fin du xiie siècle. Elles peuvent flanquer les portes comme à la Fère-en-Tardenois en 1206. Voir Mesqui J., Châteaux et enceintes de la France médiévale, Paris, Picard, 1991, t. 1, p. 303-304.

66 . Les travaux commencèrent en décembre 1446 (Arch. mun. Angers, CC 4, fo 1). Une partie des pierres provenait de la perrière du collège de la Fromagerie comblée en 1454. L’inscription en vers gravée sur un tuffeau indiquait une construction de 1448 à l’initiative de Louis de Beauvau sénéchal d’Anjou (Péan de la Tuillerie J., Description…, op. cit., p. 529, note 2).

67 . Arch. mun. Angers, CC 4, fos 1, 9, 25…

68 . Comte Fr., « Reconstitution… », op. cit., p. 84.

69 . Arch. mun. Angers, CC 4, fo 121 vo.

70 . Id., CC 3, fo 201 ; CC 4, fos 1-2, 16 ; CC 7, fos 62 ro, 69-71. Des canonnières sont installées dans la « chambre » en 1480 (id., CC 7, fo 47 ro).

71 . Mallet J., Le château…, op. cit., p. 32.

72 . Enguehard H., « La tour de la Basse-Chaîne (découverte provisoire d’un ouvrage fortifié du xvie siècle)», Mémoires de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts d’Angers, 1962, 8e série, t. 6, p. 30-33, et « Une découverte fortuite : la tour de la Basse-Chaîne », Le pays d’Anjou, 1962, no 2, p. 20-22.

73 . Ravalet R., « Le quartier des halles d’Angers au xvie siècle : installation, développement et dynamique d’un nouveau centre administratif », Archives d’Anjou, 1998, no 2, p. 66.

74 . Id.

75 . Comte Fr., « Angers, vue de Saint-Serge, prise de la Haute-Chaîne, 1820 », in Le Nouëne P. et Dupraz-Plantiveau C. (dir.), Jean-Jacques Delusse (1758-1833), La Loire et l’Anjou…, op. cit., p. 97-98.

76 . Berthe J.-A., « Plan des portes et forteresses de la ville d’Angers », in Guéry A., Angers à travers les âges…, op. cit., p. 106 et notice de Bertoldi S. in Laurent C. (dir.), Trésor d’archives, villes d’Angers, Brest, Nantes, Rennes, 1995, p. 63.

77 . Haye : palissade de pieux.

78 . Paux : pilotis

79 . Estapes : pieux.

80 . Le rabais obtenu passe de 35 livres à 27 livres tournois.

81 . Je remercie Sylvain Bertoldi, directeur des Archives municipales d’Angers d’avoir bien voulu vérifier et corriger cette transcription.

82 . Tiers point : voûte en ogive.

83 . Eschalle : escalier de pierre.

84 . Suzerain estaige : dernier étage.

85 . Bocets : console pour les mâchicoulis.

86 . Le pied correspond à 0,3248 mètres pour l’équivalence avec les mesures actuelles voir le commentaire dans le texte.

87 . Cette porte a pris le relais de la porte Saint-Serge ou de la Sécherie condamnée à la fin du xve siècle.

88 . Ou boulevard Saint-Serge

89 . Hugues Jouanneaux (1695-1761), médecin et membre de la Société des botanophiles, habite en 1743 rue Basse du Figuier. Il n’a qu’un cabinet sur l’enceinte.

90 . Voir fig. 5 qui représente 11 arches au lieu de 10.

91 . Il s’agit d’éviter que les bateaux passent hors les lieux de péage.

92 . C’est l’ancien nom de la porte de la Tannerie qui sera bouchée au xvie siècle.

93 . L’association de la tour et du boulevard a créé des confusions dans les attributions de date de construction et dans la localisation de faits militaires.

94 . L’une de ces voies marinières est devant la tour de la Haute-Chaîne et l’autre à l’entrée de la douve de la Sécherie près du boulevard Saint-Serge.

95 . Cette tour est aussi appelée tour Saint-Laurent.

96 . Cette porte se voit encore sur un dessin du xixe siècle. Voir Comte Fr., « L’enceinte d’Angers (xiiie siècle)… », op. cit., p. 82.

97 . En marge  :« En cet endroit lesdits sieurs maires et echevins ont declaré et fait observé que le surplus des murs avec le chemin de ronde ont esté ursurpés sur lesquels a esté construit des batimens ».

98 . Ce sont les moulins du Barreau.

99 . Ces latrines publiques ont été installées sur le terre-plein de l’île Saint-Jean, d’après cette description.

100 . Porte percée en 1528 et refaite à l’époque où Jacques Gaultier, conseiller au présidial, est maire.

101 . L’enceinte a été détruite dans ce secteur au xviie siècle. Voir Péan de la Tuillerie, Description…, op. cit., p. 387.

Table des illustrations

Légende 1. Les enceintes d’Angers avec les noms des portes et des tours en bord de Maine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 2. La Maine et ses fortifications en 1575. Extrait de la vue cavalière d’A. Vandelant (Bibl. mun. Angers, H 245).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 3. La Haute-Chaîne et le pont des Treilles, vers 1589. Extrait du plan d’E. Negro de Sanfront (Arch. d’État de Turin, Bibl. antica, coll. Architettura militare, vol. III, fo 91).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende 4. La Basse-Chaîne, vers 1589. Extrait du plan d’E. Negro de Sanfront (Arch. d’État de Turin, Bibl. antica, coll. Architettura militare, vol. III, fo 91).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende 5. Les arches du pré de la Savatte ou de la Tannerie, vers 1650. Extrait de la vue panoramique de Linclerc et Collignon (Musées d’Angers, MA 4 R 346).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27349/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 6. La grande arche fortifiée du pont des Treilles, fin xixe siècle (Musées d’Angers, MA recol. 918.569).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27349/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 7. La tour de la Haute-Chaîne dite des Anglais et détail d’une canonnière double (cl. F. Comte).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27349/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende 8. « Boulevard » de Reculée, 1820. Dessin et lavis de J. -J. Delusse (Musées d’Angers, MA recol. 918.144).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27349/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 9. Plan des ouvrages fortifiés en bordure de Maine, début xixe siècle. Extraits du dessin de J. -A. Berthe, (Bibl. mun. Angers, ms. 1029 (896), p. 111).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27349/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540