Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

Le nouveau musée du Génie

Pierre Garnier de Labareyre

Texte intégral

1L’École du génie dispose depuis l’été 2009 d’un nouveau musée de plus de 900 m2 de surface. Implanté dans un bâtiment accessible par l’extérieur de l’École, il propose au visiteur une présentation de l’histoire du génie et de ses techniques.

2Fruit de plus de dix ans de travail et de persévérance, ce nouvel outil pédagogique est un atout important pour la formation des stagiaires, un vecteur de communication majeur vers la population civile et un centre de rayonnement de l’arme du génie. Il a été financé pour moitié par l’État (ministère de la Défense) et par les collectivités locales et territoriales (Angers, Cholet, Maine-et-Loire, Pays de la Loire). Il est géré par l’Association du musée du Génie qui a passé un marché public de service culturel avec l’École du génie.

LE MUSÉE

3Le musée est divisé en deux grandes parties : une partie chronologique et une partie thématique.

4La première partie présente l’histoire du génie à travers l’histoire de France. Pour cela, une frise chronologique partant de l’Antiquité jusqu’à nos jours permet de replacer les actions du génie dans un contexte plus global. Sous cette frise, des photographies, des cartes, des schémas, des textes et des objets illustrent des épisodes marquant de l’histoire du génie. Ce parcours est accompagné de moniteurs présentant des films spécialement créés pour le musée : réalisations de Vauban, la guerre des mines (1915), la ligne Maginot, le génie dans la Seconde Guerre mondiale. Des pièces remarquables ponctuent cette galerie historique comme le premier traité en français de fortification bastionnée écrit par Jean Errard en 1604, un portrait du maréchal de Vauban d’époque xviie siècle, le manteau du maréchal Joffre, des décorations, des armes, des plans…

5La seconde partie explique les trois grandes missions du génie : combattre, construire, secourir. Cet espace présente les missions tant passées qu’actuelles du génie par des maquettes, des documents d’époque et des films. Le musée expose le plan-relief de la ville de Landrecies au début du xviiie siècle, animé par un son et lumière mettant en scène les principes architecturaux de la fortification bastionnée. Un spectaculaire fusil de rempart du début du xviiie siècle mesurant 3,34 mètres complète les moyens de défense des fortifications bastionnées. Des plans en relief, dits « relief Arnold », sont présentés pour la première fois. Il s’agit d’une visualisation en relief du front occidental durant la Première Guerre mondiale à l’échelle 1/20 000. Un espace est consacré au déminage et à la dépollution. Un autre présente le franchissement des rivières (maquettes de ponts, film, tableaux). La séquence Secourir est illustrée par des uniformes et casques montrant l’évolution du matériel et la présentation des unités spécialisées aux secours vers les populations (la brigade de Sapeurs-pompiers de Paris et les régiments de la Sécurité civile).

6La fin du parcours est consacrée au génie contemporain avec une présentation des unités du génie, leurs localisations et leurs rôles dans les interventions extérieures.

L’ACTION PÉDAGOGIQUE

7Une convention a été signée avec l’Inspection académique. Un professeur référent a été désigné pour établir des fiches pédagogiques adaptant le contenu du musée au programme des différents niveaux scolaires. Ainsi, des classes peuvent, sous la conduite de leur professeur, visiter le musée et illustrer des cours d’histoire, de géographie voire même de construction. En 2011, le musée a accueilli plus de 1 200 scolaires et étudiants.

8Des livrets adaptés aux plus jeunes (de 7 à 10 ans) sont proposés aux familles visitant le musée. Un parcours-jeu sous forme de questions a été installé dans la partie chronologique pour l’été 2012.

9Le musée propose périodiquement des expositions temporaires. Quatre expositions ont été présentées en 2010 : la guerre d’Indochine, une rétrospective sur les unités du génie dissoutes en 2010, Blaye ou le verrou de l’estuaire de la Gironde (en collaboration avec la Cité de l’Architecture de Paris) et une exposition de photographies sur l’engagement français en Afghanistan. En 2011, quatre autres, notamment sur les As de la Première Guerre mondiale (en partenariat avec le Musée régional de l’air de Marcé) et une présentation de l’œuvre du peintre aux armées Florent Maussion. En 2012, deux expositions ont été proposées sur les Ingénieurs militaires de l’infrastructure et sur la bataille de Bir Hakeim en 1942. Une exposition sur les coiffures militaires est programmée pour 2013.

10Le musée, sous l’égide de l’association de soutien, organise des conférences ou des journées d’étude comme celle sur La Loire, la guerre et les hommes, dont les actes sont publiés dans ce volume.

11Le musée recherche des partenariats avec les entreprises pour accroître sa notoriété et augmenter les ressources financières de l’association en vue de l’amélioration des présentations, de la présentation d’expositions temporaires d’envergure et du financement de publications à caractère historique.

12L’enrichissement du patrimoine doit se poursuivre en orientant les acquisitions, par dons ou par achats, vers les domaines manquants ou faiblement pourvus tout en homogénéisant la collection.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540