Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Loire, la guerre et les hommes

 | 
Jean-Pierre Bois

Présentation

Jean-Pierre Bois

Texte intégral

1Accueilli le 22 mars 2012 par l’École du génie d’Angers commandée par le général Francis Autran qui doit en être vivement remercié, et ouvert au public le plus large, le colloque La Loire, la guerre et les hommes s’inscrit dans les missions de l’Association du musée du Génie d’Angers, présidée par le général Michel Vautravers, accompagné par son comité scientifique. Un colloque ne se fait pas seul, ni sans soutien. L’Association du musée du Génie a été en relations actives avec l’université d’Angers, l’Université catholique de l’Ouest et le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique qui consacre un numéro spécial de sa revue à la publication des actes. Le musée a également bénéficié du soutien de la Fondation nationale du génie, de l’Association régionale des auditeurs de l’Institut des hautes études de Défense nationale des Pays de la Loire, et de l’Association des Chiens-Guides d’aveugles d’Angers. Qu’ils en soient sincèrement remerciés – sans ces soutiens, rien n’aurait pu être fait.

2Ce colloque répond à la volonté de diversifier les formes traditionnelles de la présence dans la ville d’un musée qui ne se contente pas d’être un objet militaire. Différent d’une traditionnelle exposition temporaire qui aurait pu en être le préalable ou qui pourrait en être une prolongation, ce colloque, à vocation ligérienne et non angevine, n’est pas une conversation de spécialistes pointus ou feutrés. Il s’est naturellement ouvert aux universitaires et aux représentants des sociétés d’histoire locale, aux musées et aux archéologues, aux militaires eux-mêmes, bien évidemment. De là, une originalité sensible. Les intervenants sont de tous les horizons du monde de l’histoire spécialisée et grand public, de la géographie, de la littérature et de l’archéologie, du patrimoine et de l’armée, qui ne se rencontrent pas si souvent qu’on le croit mais dont le croisement des regards et la diversité des formes d’expression, donc la diversité presque structurelle des communications ici réunies, sont un enrichissement réciproque toujours considérable.

3L’objectif du colloque La Loire, la guerre et les hommes, sous-titré Histoire géopolitique et militaire d’un fleuve, est ambitieux : offrir l’occasion d’une prise de conscience des dimensions souvent peu connues de la culture et du patrimoine ligérien et permettre de porter un autre regard sur ce fleuve majeur.

4Souvent présenté de manière convenue, comme la Loire aimable, douce et nonchalante, celle des rois, des châteaux, du jardin de la France, ce fleuve est devenu aujourd’hui le vecteur d’une activité essentiellement touristique où évolue une marine à voile aux aspects folkloriques, sympathiques et populaires qui ne font pas oublier deux millénaires d’histoire et d’activité civile et militaire intense. La Loire marinière, ce « chemin qui marche », fut pendant de longs siècles, un outil de travail important et vital, axe majeur de l’économie locale et nationale, animé par les sociétés ligériennes établies sur ses rives. Comme tous les grands fleuves, la Loire est à la fois trait d’union, carrefour, voie de passage et frontière – cette frontière symbolique entre France du nord et France du sud, axe vital d’une région et axe de fixation des hommes, ruban de civilisations prospères, lieu de commerce et de pouvoir qui induit une organisation du territoire. En même temps qu’obstacle à franchir, lieu d’attaque et de défense, elle est aussi voie de pénétration offerte aux envahisseurs, souvent objet d’enjeux politiques et stratégiques conséquents et lieu singulier d’affrontements nombreux et violents espace à vocation militaire. Avec des entrées variées, il s’agit ici de replacer dans leurs réalités géographiques et aborder les différentes facettes de l’histoire d’un fleuve depuis la conquête romaine jusqu’aux événements de la Seconde Guerre mondiale, donc sur les quatre périodes – antique, médiévale, moderne et contemporaine – sans privilégier l’histoire de l’événement par rapport à l’histoire culturelle, architecturale, ou économique, mais en la rapportant constamment au fait militaire, étroitement inséré dans les autres facettes de l’histoire.

5Tous les intervenants ont eu en commun le souci de prendre place dans les grands axes actuels de la recherche historique, et chacun d’eux occupe une place dans un panorama qui peut se développer très largement.

6Le point de départ a été le temps des guerres gauloises et de la paix romaine. Angers n’oublie pas que Dumnorix, ou Dumnacus, est sans doute le plus ancien, sinon le seul, des Angevins – Andégaves – à pouvoir être désigné par son nom. Le guerrier gaulois regarde toujours la ville depuis l’ancien pont de la Loire. Tout au long de son cours, le fleuve porte trace de nombreux ponts antiques, car un fleuve est fait pour être franchi. Mais ses villes se gardent. Angers au Moyen Âge classique est une ville enfermée dans son enceinte, en même temps posée sur les deux rives de la Maine, dominée à partir du xiiie siècle par le formidable château de Saint Louis. À portée de la ville, le champ de bataille de La Roche-aux-Moines rappelle aussi qu’on était alors aux frontières du royaume, et il n’est jamais indifférent de se souvenir que, parfois, les Français ont vaincu les Anglais. Mais la frontière de cette France intermédiaire était surtout celle de la Bretagne, une voisine fière et belliqueuse. La guerre de Cent Ans voit un théâtre ligérien d’opérations militaires, parcouru par Jeanne d’Arc, de Chinon à Orléans, avant que sous Louis XI la vallée ne devienne celle des Valois qui la sèment de châteaux devenus résidences politiques ou civiles. Après la tragédie des guerres religieuses, la vallée semble se démilitariser, tout en conservant une activité économique en partie tournée vers le fait militaire. La valorisation du bassin de la Loire répond alors, pendant trois siècles, à des impératifs logistiques : des bois de marine du Forez aux cordages et toiles à voile d’Angers, des forges du Nivernais aux arsenaux de Nantes, les activités des hommes restent marquées par le service de la guerre. En même temps que les mariniers de la Loire, inscrits maritimes, fournissent des hommes que l’on retrouve sur les vaisseaux du roi et acteurs de la guerre océane.

7Front idéologique entre pays républicain bleu et pays blanc catholique et monarchique au temps de la Révolution, front fluvial de guerre civile, contrôlé par la flotte des chalands et chaloupes canonnières, la Loire redevient lieu de guerre, des escarmouches aux grands combats, de la traversée de la Loire à Saint-Florent-le-Vieil à l’extermination de Savenay, aux événements du siège de Nantes et de la répression politique, dont les trop fameuses noyades. Il était inévitable que l’on revisite une fois encore les guerres de Vendée, ici sur la Loire – bref et violent, l’événement n’est pas si ancien qu’on l’ait oublié, et les comptes n’ont pas été réglés par l’histoire. Le fleuve, comme les hommes, a de la mémoire.

8La Loire est à nouveau champ de guerre en 1870-1871, donne même son nom à l’armée de Chanzy, pendant que Prussiens et Bavarois en descendent le cours, d’Orléans à Tours, ici redécouverte sous le regard des vainqueurs, éblouis par cette belle France. En même temps, au xixe siècle, la région accueille écoles (Saumur depuis le xviiie siècle pour la cavalerie, Tours pour le train, Angers pour le génie, et l’on ne doit pas oublier le Prytanée national de La Flèche) et régiments – les fameux pontonniers, par exemple, mais aussi les régiments d’infanterie de ligne devenus légendaires en chaque ville, le 135e de ligne et le 6e génie à Angers, le 65e de ligne à Nantes, qui partent à l’est et au nord en 1914. La Loire devient en 1917 l’un des axes logistiques de la victoire avec l’arrivée des Américains à Saint-Nazaire, puis un nouveau front de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Circonstances purement militaires, par exemple la défense des cadets de Saumur, que nous n’évoquons pas ici, et dont le combat rappelle que la France de 1940 n’a pas partout jeté ses armes ; mais aussi un pôle de la Résistance – jusqu’à mériter à la ville de Nantes le titre de Compagnon de la Libération.

9La Loire est-elle encore militaire ? Si Nantes, ville commerçante, ville d’affaires, ville universitaire, tournée désormais vers l’Europe mais en ayant pris position au cœur de l’arc atlantique reste au moins dépositaire d’un patrimoine, dont la valorisation est d’autant plus précieuse que la présence militaire elle-même y est désormais presque inexistante, celle-ci reste forte à Angers ou Saumur, plus qu’à Blois où la caserne Maurice de Saxe a disparu, ou à Orléans, dont la proximité de Patay n’évoque plus guère de souvenirs dans la mémoire des écoliers…

10C’est dire que le champ des communications est largement ouvert. Il pouvait être étendu bien au-delà de l’horizon des communications ici réunies.

11La Loire ne s’arrête pas à Orléans, et bien des circonstances auraient pu susciter d’autres regards. En reprenant le fil chronologique, voici la Loire du haut Moyen Âge, de la christianisation, des premières abbayes, des invasions nautiques, des Saxons, des Scandinaves qui apportent guerre, pillages, commerce, bateaux et techniques navales, ou la Loire de la réorganisation médiévale, celle des principautés féodales, des abbayes et de Foulque Nerra, la Loire fortifiée et défendue de péages en forteresses, Oudon place forte du duc de Bretagne faisant face à celle de Champtoceaux. Puis le temps de châteaux de la Renaissance, innombrables sur cette « riviera » royale bientôt marquée par la tragédie des guerres de religion, et par la pacification qui porte toujours le nom du fameux édit de Nantes, rédigé à Angers. Puis la Loire royale des siècles modernes, encore agitée et lieu de guerre au temps de la Fronde, et dans la seconde moitié du xviie siècle ouverte au monde atlantique, reliée à l’océan Indien, enrichie au xviiie siècle par la traite, qui fait de Nantes une capitale du sucre et une productrice d’indiennes, en même temps qu’Angers, Laval, Cholet fournissent des toiles, de la quincaillerie, de la verroterie, des armes – un authentique géosystème fluvial militaire et proto-industriel, valorisation des ressources de l’ensemble du bassin fluvial, voulue par Colbert et ses successeurs, développement des chantiers navals ainsi à Nantes – où le lancement des navires est resté un spectacle jusqu’au milieu du xxe siècle.

12Le xixe siècle fait entrer la Loire dans la paix et dans un second âge de la prospérité. Au xxe siècle, la désaffection civile et militaire de la Loire marinière fait porter un nouveau regard sur la Loire et les hommes, qui doivent bien continuer à vivre ensemble. Dans une vallée inscrite désormais dans le patrimoine mondial, et que peuvent de nos jours remonter les cyclistes, jusqu’au-delà de ses sources, jusqu’à la Suisse, jusqu’au Danube.

13Il y a de la place pour d’autres colloques sur la Loire… Toujours en partenariat avec le Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique de l’université de Nantes, le musée du Génie d’Angers ne l’oublie pas.

Auteur

Professeur émérite de l’université de Nantes et vice-président de l’Association du musée du Génie d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540