Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien

 | 
Isabelle Danic
, 
Olivier David
, 
Sandrine Depeau

Troisième partie. « Pratiques, participation et actions politiques »

Un processus participatif : concevoir un espace public urbain pour enfants dans un bidonville

Nerkis Kural, Serpil Özaloğlu y Deniz Hasirci

Texto completo

INTRODUCTION

1La culture urbaine est omniprésente dans les espaces publics et concerne toutes les âges de la vie, y compris les enfants. Cette recherche rend compte d’un projet d’aménagement dont l’ambition est de concevoir un espace public pour les enfants, dont ils puissent faire leur territoire. Les enfants ne peuvent pas s’approprier l’espace lorsque l’urbanisme exclut de la ville les espaces informels, ceux qu’ils peuvent modeler plus facilement en fonction de leurs besoins. Cette étude, qui postule que l’espace urbain est un indicateur des inégalités sociales, repose sur des recherches menées à Bademlidere (littéralement « l’anse aux amandes »), arrondissement d’Ankara (Turquie) concentrant des foyers à faibles revenus.

2Le Centre d’attractions pour enfants (CAE) est un projet local conçu pour Bademlidere, zone de bidonvilles (gecekondu) de 1 754 habitants (au recensement de 2000), et dont l’urbanisme est en passe d’être transformé, conformément aux souhaits de l’actuelle municipalité. En fait, cette dernière a prévu d’augmenter le nombre de logements dans la ville et a accordé une série de permis pour la construction d’immeubles organisés par lots et par blocs. Les lieux de loisirs et de culture ne sont généralement pas pris en compte à l’échelle locale. Les espaces publics qui restent inoccupés deviennent des parcs. La structure démographique d’un quartier commence alors à changer lorsque des immeubles viennent progressivement remplacer les logements de fortune d’un étage, ce qui a pour conséquence de déplacer les personnes à faibles revenus du bidonville vers d’autres zones marginales de la ville (Kural et al., 2006). Le terrain du CAE a été donné par la municipalité du comté (Çankaya). Il est classé en zone verte si bien qu’aucune construction n’y est autorisée. Le CAE sera principalement constitué d’espaces semi-ouverts et ouverts, aménagés à l’aide de matériaux et d’objets recyclés (Fig. 1).

3Tout d’abord, le projet se veut un processus d’apprentissage destiné à la recherche et à la conception d’un espace urbain, avec la participation de ses utilisateurs futurs (les enfants et les adultes du quartier), grâce à l’expertise technique apportée par des travailleurs sociaux et des professionnels. Deuxièmement, il propose de construire le centre avec des matériaux recyclés, dans une perspective de construction innovante et écologique. Enfin, il envisage de créer un guide de conception qui servira de modèle en ce qui concerne la coordination des fonctions, mais également afin de systématiser une construction dont les matériaux sont bon marché, et pouvoir ainsi transposer le projet dans d’autres quartiers urbains similaires.

APPROCHE THÉORIQUE SUR LE STATUT DE L’ENFANT DANS LES ENVIRONNEMENTS QUOTIDIENS

4Dans le monde actuel, il est possible d’avoir un discours sur les environnements quotidiens des enfants, prônant d’une part le besoin d’une politique construite par les enfants et pour les enfants, et critiquant de l’autre l’abstraction faite des enfants, leur fragmentation et leur aliénation dans la vie et les espaces quotidiens. Comme Akbaş le suggère, on pourrait attendre que les réflexions sur ce dernier point conduisent à des opportunités et à des actions qui garantissent une plus grande prise en compte et participation des enfants, pour que leur environnement culturel et politique soit réellement en phase avec leurs besoins contemporains (Atauz, 2006). Les enfants font partie du développement social, et si l’on veut qu’ils soient les agents du changement, de l’interaction, de l’innovation, de la démocratie, et qu’ils jouent le rôle de catalyseur dans leur communauté, il est nécessaire de substituer aux approches réductionnistes et répressives envers les enfants des suggestions qui tendent vers plus d’émancipation et plus de justesse.

5Aujourd’hui, les inégalités sociales dans la ville génèrent des environnements différents d’un enfant à l’autre, laissant la rue aux groupes à faibles revenus, et fournissant aux autres des aides et des centres pour leurs jeux et leurs loisirs. La rue d’autrefois pouvait servir d’environnement didactique et social pour stimuler l’enfant en favorisant les expériences concrètes. Désormais, la rue actuelle n’est plus un espace public pour l’interaction et le développement de l’être humain ; parfois, elle a même disparu de certaines zones du fait d’aménagements résidentiels dont la seule spatialité réside dans la forme de l’immeuble et du parking, entre lesquels on trouve quelques rares parcs et aires de jeux.

6La représentation des enfants dans les espaces urbains actuels est problématique du fait de la monotonie, de la tristesse et de la fragmentation des espaces urbains. Cette difficulté s’accroît encore davantage avec les problématiques d’inégalités et d’injustice dues à la pauvreté, au groupe ethnique, à l’âge et au genre. Par ailleurs, la rue leur est imposée et est mise en place sans que les enfants n’aient voix au chapitre.

7La question en matière de représentation est de savoir comment conceptualiser la vie quotidienne des enfants. Ici, nous proposons que la mobilité, la résistance, la créativité, l’interaction et la communication servent d’indicateurs de la représentation (Lefebvre, 1968, 1991, 1996 ; De Certeau, 1984 ; Norinder, 2003).

8Dans cette étude, le statut des enfants dans les espaces urbains est considéré comme le reflet de l’injustice sociale. Si l’on observe la ville sous l’angle des différents groupes sociaux, sur la base de ce qu’expriment les enfants de leur vécu, on s’aperçoit que dans les zones de bidonville les enfants ne participent que très difficilement à la vie urbaine, leur mobilité dans la ville est très limitée, leur voix n’est pas entendue, sauf lorsqu’ils expriment leur résistance ou leur créativité. D’autre part, les occasions qu’ils ont d’avoir une interaction et de communiquer avec le reste de la ville sont presque inexistantes (Atauz, 2006 ; Norinder, 2003). Pourtant, pour nuancer ces aspects négatifs, on observe également que dans les zones de bidonvilles au type de voisinage traditionnel, les espaces de vie sont organisés horizontalement plutôt que verticalement, ce qui permet des interactions sociales directes, fréquentes et facilitées, et que la communication et la solidarité entre les enfants y tiennent une grande place (Kural et al., 2006).

9Les questionnements de notre recherche sont les suivants : est-ce que les enfants des zones de bidonvilles sont capables de prendre part à une vie urbaine ? Les espaces urbains qui peuvent leur permettre d’entrer en contact avec la culture urbaine sont-ils suffisants ? Les CAE de quartier peuvent-ils servir à représenter les enfants dans la ville ?

LE CAE EN TANT QUE PROJET SOCIO-SPATIAL

10La culture urbaine est le produit de l’interaction des groupes et des acteurs sociaux dans les espaces publics quotidiens. Selon Soja, le CAE est « […] un espace de représentation, un espace qui porte la possibilité de nouveaux sens, un espace rendu vivant par l’action et l’imagination sociales (Crawford, 1999) ». Il s’agit d’un projet socio-spatial visant à rompre l’isolement que les enfants rencontrent dans la vie et la culture urbaines. Proposé par une équipe d’architectes, d’architectes d’intérieur, de designers urbains, il se veut un modèle de processus participatif dans la création de lieux quotidiens. C’est également un projet expérimental qui prouve que les architectes peuvent jouer le rôle d’acteurs sociaux dans le modelage des environnements urbains destinés à changer et se transformer rapidement (Schneekloth, 2000). Alors que 60 % de la zone urbaine d’Ankara sont constitués de bidonvilles, les 40 % restant sont aménagés selon un urbanisme technique conçu par des professionnels, des développeurs et des institutions locales, qui ont cloisonné l’architecture dans un système de lots et de blocs et un design stéréotypé (Ankara Belediyesi, 1974), négligeant le savoir-faire local, comme le mentionne aussi Schneekloth (2000).

11Le processus participatif du CAE a débuté par une recherche interdisciplinaire mêlant des sociologues aux travailleurs sociaux. Dans un premier temps, une étude a été menée sur un échantillon aléatoire d’enfants scolarisés à l’École primaire de Bademlidere, ainsi qu’auprès de leurs parents, afin de mieux comprendre le (s) style (s) de vie, les souhaits, les réserves et la tolérance des habitants vis-à-vis de certaines questions (Atauz, 2006). Les résultats ont également pris en compte l’importance de la mémoire collective sur les pratiques spatiales ; la vivacité des mémoires individuelles sur les espaces et les lieux publics (Halbwachs, 1997) ; et leur degré de participation dans la vie urbaine de leur quartier.

12Le groupe de projet veut créer un espace dans le quartier qui serve d’interface entre la culture urbaine et le bidonville, et qui permette une interaction entre les enfants, leurs parents, leurs voisins et tous les individus bénévoles d’autres parties de la ville, qui viennent au centre pour partager des expériences, des expertises et de l’information, afin de créer une vie culturelle urbaine.

13En ce qui concerne les aménagements possibles du CAE, la priorité est de fournir aux enfants, et en particulier aux plus défavorisés, un point d’accès à la vie et la culture urbaines dans leur environnement quotidien. Sa fonction ne se limite donc pas à une « aire de jeu ». Le CAE est un lieu où les enfants participent à différentes activités, coopèrent avec leurs pairs, avec des adultes, découvrent leurs centres d’intérêts, et représentent ce qu’ils sont. C’est l’engagement informel et actif des enfants qui sera constamment à l’œuvre pendant sa conception, sa mise en place et son usage quotidien.

Figure 1 : Premières esquisses du projet utilisant des matériaux recyclés

Figure 1 : Premières esquisses du projet utilisant des matériaux recyclés

14Il est possible d’organiser des CAE en réseaux dans des régions, des villes et des pays différents. Des conseils sur la conception des sites de CAE sont compilés pour servir de référence, dans un document intitulé « Guide des recommandations », qui contient des modèles pouvant être adaptés suivant les conditions et les différents besoins, et qui privilégient la flexibilité et les variations (Cohen et al., 1979 ; Kural et al., 2006). Le CAE est aussi un projet pilote en matière de conception participative avec les enfants et le bidonville. Il doit venir en réponse à un besoin et sert d’exemple pour les projets futurs de nature similaire. L’utilisation de matériaux recyclables dans la construction d’un CAE vise à stimuler la créativité des enfants en attribuant de nouveaux sens à des matériaux déjà utilisés, à éveiller une conscience de l’écologie et à réduire le coût du CAE (Campbell, 2005 ; Mcquaid, 2003 ; Mestre Cobra et al., 2005 ; Minnesota office of environmental assistance, 2000). Enfin, le CAE se veut aussi un espace d’interaction-mémoire-territoire-créativité-résistance.

La phase de conception au cœur du processus participatif

Méthodologie
La démarche engagée par les porteurs du projet a été déclinée en plusieurs ateliers. Le premier d’entre eux a duré 3 heures, au cours desquelles les enfants durent s’exprimer sur plusieurs items distincts :
– La liste de « mes rêves et souhaits » : afin d’élaborer une liste de souhaits pour le quartier, en matière d’aires de jeux et d’activités. Ce questionnaire a permis aux élèves de penser de manière créative et libre autour du CAE. Il leur a été demandé de « rêver » leur quartier et d’exprimer leurs attentes.
– Les choses que j’aime et que je déteste dans mon quartier : les enfants se sont prononcés sur les trois choses qu’ils aiment et qu’ils détestent le plus dans leur quartier. – Un dessin : après avoir réfléchi à leur quartier, les enfants ont pu coucher sur le papier le type d’espace qu’ils imaginent pour le CAE. Il leur a été demandé en plus de se représenter en train de prendre part aux activités qu’ils aiment le plus.
– La liste des choses les plus importantes : une fois toutes les informations collectées, les enfants ont dû classer par ordre d’importance une série d’activités pour le CAE. Ce questionnaire a également été rempli par les enseignants, et les réponses qui se trouvaient en phase avec celles des enfants ont été traitées comme un facteur positif.
– La matrice des activités : cette matrice « d’objectifs », de « méthodes » et de « caractéristiques spatiales » a rassemblé les propositions créatives et intéressantes. Les enseignants ont répondu à des questions relatives à la méthodologie d’apprentissage dans les CAE, et ont donné leurs recommandations pour des aménagements spatiaux.
D’autres ateliers ont été organisés pour enrichir la démarche : – Le second atelier prévoyait une journée sur le site du CAE pour familiariser les enfants avec le lieu.
– Une visite à la décharge a été organisée lors du troisième atelier, afin que les enfants prennent conscience de la durabilité des objets et de leur recyclage, mais aussi pour choisir des objets pouvant être employés à la construction du CAE.
– Lors du quatrième atelier, les enfants ont pu formuler des propositions pour la conception d’une maquette du site. L’objectif était de travailler en groupe pour décider du plan final du CAE.
– Dans le dernier atelier, un concours a été organisé avec les enfants pour créer le logo du CAE, destiné ensuite à être utilisé sur tous les documents officiels et les panneaux du site, ainsi que lors des événements.

15Les résultats de l’enquête initiale ont montré de manière récurrente la nécessité d’avoir un parc. Les enfants ont déclaré beaucoup aimer la nature et voulaient voir des fleurs et des arbres (en particulier fruitiers) dans leur environnement. L’interaction entre les habitants du quartier a également été fréquemment mentionnée. Dans un environnement très concentré, les relations entre les voisins et la parenté sont primordiales. Par conséquent, les besoins de disposer d’aires de socialisation pour célébrer les jours importants et jouer au backgammon, un jeu très populaire, ou aux cartes ont souvent été cités.

16Parmi les résultats obtenus lors du premier atelier, le souhait d’un lieu sécurisé avec des fleurs, des arbres et des activités organisées près de chez eux, auxquelles ils peuvent participer, est revenu très fréquemment. Le rêve des enfants consiste à ce que les pauvres aient des maisons chaleureuses et des rues propres. Ils souhaitent que leurs aires de jeux soient protégées, comportent des pelouses et des amandiers, soient situées en dehors du trafic et du danger (les accidents sont fréquents). Les enfants veulent également un environnement naturel et propre, où ils peuvent planter des arbres, être heureux et à leur aise, sans que des adultes viennent leur dire ce qu’ils doivent faire.

17Les choses qu’ils aiment le plus sont donc la verdure, les parcs, les fleurs et les arbres, en particulier les amandiers. De plus, les enfants ont émis le désir de voir beaucoup de monde, de vivre dans des maisons de plain-pied, de faire des promenades la nuit, et de sentir les gens proches les uns des autres. Parmi les choses qu’ils détestent dans le quartier, on trouve les détritus qui jonchent les rues, « les gens qui ont la figure sale », les trous dans la chaussée, les mauvaises herbes, la poussière et la saleté, le bruit des voitures, le vol, la grossièreté, les maisons délabrées, les arbres abattus. Les dessins d’enfant ont exprimé le besoin d’un espace avec des livres, en particulier pour pouvoir faire leurs devoirs, un espace pour des activités scientifiques, un espace avec des ordinateurs, et un lieu pour danser. Les autres activités mentionnées sont les entretiens, les discussions sur les différents métiers, les projections de film, les petites pièces de théâtre, et divers concours. Comme nous l’avons mentionné auparavant, les enfants sont très sensibles à la propreté de leur environnement. Les questions sur le ramassage régulier des ordures ménagères et l’interdiction de jeter des détritus par terre sont représentées pratiquement sur tous les dessins.

18Dans leurs dessins, la plupart des enfants se sont représentés en compagnie de leurs amis, et ont montré que le centre était pensé principalement comme un lieu de socialisation. Les filles se sont dessinées en majorité en train de sauter à la corde ou de ramasser des fleurs, et les garçons en train de jouer à la balle ou avec des cerfs-volants (Fig. 2 et 3). Les garçons se sont aussi représentés en relation avec la circulation, à jouer au milieu ou très près des voitures. Aussi, comme les enfants ont très souvent mentionné des accidents, la signification d’un lieu qui leur est réservé se révèle d’autant plus importante.

Figures 2 et 3 : Dessins d’enfant

Figures 2 et 3 : Dessins d’enfant

19Aux questions « Participerais-tu à la construction du CAE ? » et « Que feraistu ? », tous les enfants ont répondu qu’ils aideraient au maximum, en secondant les ouvriers, en disant ce qu’ils en pensent, en plantant les fleurs, en faisant des recherches et en apportant leur soutien moral. De leur côté, les professeurs ont proposé d’avoir un rôle actif dans la mise en place du CAE, en parlant aux différents corps de métier, en apportant des livres et des fournitures au centre. L’attitude positive des professeurs vis-à-vis de l’utilisation du centre pendant les heures de classe (autant pour les cours que pour des activités sociales) est une garantie de la bonne utilisation du lieu. Comme ils servent de modèle aux enfants, leur attitude aidera à la création d’un sentiment d’appartenance chez les enfants. Les activités préférées des professeurs sont : « Ateliers avec des musiciens, des écrivains », « Rencontrer ses amis et jouer », « Danser et faire des activités physiques », alors que « Manger », « Se reposer » et « Créer des jouets comme des avions, des poupées et autres jeux » se trouvent en fin de liste.

20Les objectifs énoncés dans le cadre de la matrice d’activités ont privilégié la socialisation des enfants et le développement de leurs aptitudes artistiques, la conception et l’habileté manuelles. Faire de la poterie, des marionnettes à main, peindre des murs et des panneaux, organiser des spectacles, des pièces de théâtre, des expositions de peinture et de créations artistiques, ainsi que des travaux en groupe de toutes sortes ont été notés sous la rubrique méthodologie. Pour les aménagements d’ordre spatial, un four à céramique, de l’argile, des comptoirs simples, des paniers, de grandes tables et des chaises adaptées à la taille des enfants, des panneaux d’affichage et des cordes à linge ont été demandés. Le théâtre et l’apprentissage expérientiel ont été proposés pour développer l’estime de soi, le partage et la participation ; un espace simple et chaleureux pour que les enfants interagissent avec la nature, qu’ils fassent et écoutent de la musique a été demandé. Les enseignants ont également sollicité un espace équipé d’un four, de plaques, de marmites et de poêles pour que les enfants apprennent à cuisiner. La dernière proposition citée est de donner aux enfants la possibilité de contribuer au revenu de leur foyer en vendant des objets dont ils ne se servent plus chez eux, de petits objets faits à la main, de la nourriture préparée à la maison. Pour exposer ces articles à la vente, des comptoirs, des paniers, des boîtes et des cordes à linge ont été souhaités.

21Les enseignants sont partis du principe que les enfants de ce bidonville ont reçu plus que leur part de souffrance et qu’il était important que le CAE soit un lieu de loisirs et d’apprentissage. L’opinion des professeurs est capitale puisqu’ils passent beaucoup de temps dans le bidonville avec les enfants et leurs parents.

Figure 4 : Discussion avec les enfants in situ

Figure 4 : Discussion avec les enfants in situ

22Au cours du deuxième atelier, la journée passée sur le site a permis aux enfants de faire connaissance avec le lieu. Des matériaux comme des galets, des cordes de plusieurs couleurs et de différentes épaisseurs, une grande carte du site, neuf petites feuilles de papier décrivant les activités choisies par les élèves dans l’atelier précédent furent préparées pour chacun des écoliers. La première chose que les enfants eurent à faire fut de nettoyer le site. Puis on leur donna une grosse poignée de galets, et on les guida tandis qu’ils matérialisaient les limites du CAE. On leur confia ensuite les feuilles d’activités et on leur demanda de se déplacer dans le site afin de trouver le lieu approprié pour chaque activité. Puis ils se réunirent autour de la carte placée au milieu du site, et avec l’aide des groupes de chercheurs, placèrent les carrés d’activités sur la carte. Chaque aire d’activité avait été choisie selon le nombre de votes attribués par les enfants. Après cette étape, de petits panneaux décrivant chaque activité furent placés sur le site, et les enfants tracèrent les frontières entre chaque lieu d’activité à l’aide des cordes. L’atelier s’est terminé par un pique-nique et des discussions sur les activités (Fig. 4).

23Dans le troisième atelier, l’annonce du trajet jusqu’à la décharge de la ville n’a pas reçu un bon accueil. Les enfants et les professeurs ne comprenaient pas ce qu’ils allaient devoir faire avec des « détritus ». Pourtant, quand le groupe de recherche a expliqué de quelle manière ils allaient donner une nouvelle vie aux « matériaux trouvés », tout le monde était curieux et enthousiaste. Les enfants firent le tour de la décharge par groupe, accompagnés par un chercheur. Ils choisirent trois objets pouvant être utilisés dans le CAE. Leurs choix furent consignés et photographiés par les chercheurs. Le trajet s’est achevé par un piquenique dans les jardins du zoo.

24Au cours du quatrième atelier, une maquette en liège et plusieurs grandes cartes du site furent préparées pour matérialiser les propositions des enfants sur la conception du site. Des marqueurs de couleur, des stylos, de la colle, des ciseaux, des ficelles, du papier de couleur, du carton, des punaises et de la pâte à modeler ont été apportées pour l’atelier. Les enfants ont travaillé par groupe autour de tables, sur lesquelles un grand plan du site avait été placé. Ils ont imaginé des jeux, des meubles, des mares, des plantes, des panneaux et des modèles les représentant dans des espaces ouverts et semi-ouverts. Avec l’aide du groupe de recherche, trois objets furent choisis à partir de chaque plan d’étude et placés sur la maquette en liège. La maquette finale se révéla très colorée, agréable et inventive (Fig. 5).

Figure 5 : Maquette réalisée par les enfants

Figure 5 : Maquette réalisée par les enfants

25Lors du dernier atelier, conçu pour créer le logo du CAE, un résumé des différentes étapes fut d’abord présenté pour rafraîchir la mémoire des enfants. Après avoir expliqué la signification d’un logo, on demanda aux enfants d’en imaginer un pour le CAE. Le vainqueur du concours fut un élève de deuxième année, dont le logo fut plus tard retravaillé et adapté à l’impression par un graphiste. Le dernier jour d’école avant les vacances d’été, on donna aux élèves leur bulletin scolaire et un T-shirt portant ce logo (Fig. 6). Ce fut une journée importante pour le projet, le groupe de recherche, les enfants et les professeurs.

Figure 6 : Logo du projet

Figure 6 : Logo du projet

Bilan et évaluation de la démarche participative : un impact positif sur l’implication des enfants

26Un bidonville est par définition un quartier que les gens se sont appropriés de manière illégale, et qu’ils ont conquis en construisant leur maison spontanément. Il est l’indice d’un niveau de vie bas, de l’absence de réflexion en matière d’urbanisme, mais également d’inégalités sociales. Bien que Bademlidere soit un quartier (mahalle) de la capitale du pays, on n’y trouve aucun espace public urbain pour les adultes, ni pour les enfants. Sur le plan de l’urbanisme d’une ville, les terrains vagues (inadaptés à la construction d’immeubles) se voient habituellement attribuer le rôle de parcs et d’aires de jeux, et sont aménagés (quand ils le sont) pour un usage standard, avec des équipements ternes.

27Le projet du CAE a donné le coup d’envoi de la création d’un espace public urbain avant tout destiné aux enfants, puis aux adultes du bidonville, où les citadins venus d’autres parties de la ville seraient invités pour interagir et partager des activités avec les enfants. Le projet a permis aux enfants du bidonville de s’approprier un territoire pour leurs besoins propres. Leur participation aux ateliers a facilité le processus d’appropriation du territoire du site par les enfants. Le premier atelier a été la première étape de leur participation, en leur donnant l’occasion de communiquer au groupe de recherche leurs idées et leurs souhaits ; l’activité organisée autour du choix d’objets au rebut, les activités de conception du plan du site, le marquage des frontières des lieux en fonction des activités, les pique-niques sur le site ont fait partie du processus d’appropriation, impliquant une prise de conscience des enjeux écologiques et une identification au site. Dans le quatrième atelier, les enfants ont imaginé des aménagements possibles à partir de la maquette du site, montrant leur créativité et leur prise de distance vis-à-vis des parcs standards mis en place par la municipalité.

28La visite de la décharge (Atelier 3) a prouvé que les enfants n’étaient pas rebutés par les objets et les matériaux de seconde main, contrairement à la plupart des adultes, quel que soit leur niveau de revenu. Utiliser leur imagination pour trouver de nouveaux usages à ces objets dans un contexte différent (celui du CAE) a été créatif et inhabituel. Créer de l’originalité par l’utilisation de matériaux et d’objets recyclés, et par la construction de CAE et de lieux similaires à moindre coût, est censé accroître l’intérêt pour le projet.

29Ces ateliers ont permis aux élèves de faire remonter leurs souhaits et leurs besoins d’une manière créative et participative. Les élèves se sont sentis partie prenante dans le processus décisionnel, ce qui a été une expérience plutôt nouvelle pour eux. L’un des élèves nous a confié : « Je me sens adulte car je suis content que vous m’ayez donné cette chance et demandé mon avis. » J’espère que vous allez réaliser nos souhaits. Un autre a ajouté : « Vous les architectes, vous avez fait avancer nos rêves d’un pas et vous nous avez donné de l’espoir. »

30Les ateliers ont été des expériences agréables mais aussi éducatives, à la fois pour les élèves et pour l’équipe de recherche. Des informations importantes ont pu être obtenues des élèves et des professeurs sur leur vie dans le bidonville. L’un des élèves a dit : « Je pensais que nous étions les seuls à avoir remarqué ce lieu. » Il a ajouté : « Il y a des gens doués parmi nous, je veux que leur talent soit remarqué. Merci de m’avoir demandé mon avis. »

Se tourner vers l’avenir : poursuite et élargissement du processus participatif

31La planification de la première phase de recherche d’action interdisciplinaire a été faite de manière efficace, malgré les complications inhérentes à l’organisation et à la communication entre les groupes. Toutefois, planifier la seconde phase de mise en place semble obliger le groupe de projet à résoudre d’autres problèmes qui n’avaient pas été prévus sur le site. Les problèmes se divisent en quatre catégories : le processus participatif avec les adultes du bidonville ; le processus de construction du CAE ; les problèmes financiers ; les problématiques de management, de maintenance et de pérennité.

32Le processus participatif à Bademlidere implique deux groupes : les enfants et les adultes. Les premiers ont été inclus dans le projet par l’intermédiaire d’un processus interactif. Il est également nécessaire d’inclure des adultes dans le projet par des ateliers à l’école et sur le site. L’objectif et le sens du CAE sont devenus clairs pour les enfants. Mais les attentes des adultes vis-à-vis du CAE sont différentes : pour eux, le CAE est toujours une aire de jeux, un parc municipal ou un terrain de volley. Même le muhtar (maire), avec qui le groupe de projet a organisé des rencontres destinées à convaincre les parents d’envoyer leurs enfants aux activités du CAE dans le futur, a souhaité qu’il y ait un terrain de volley pour les 15-25 ans. Pour les femmes, le CAE est une aire de jeux pour leurs enfants, où elles pourront s’asseoir et discuter dans un coin.

33La démarche participative dans le bidonville pourrait s’articuler autour de deux objectifs :

  • Recruter de la main-d’œuvre qualifiée ou non, issue du bidonville pour la construction : dans les bidonvilles, les habitants construisent leur maison eux-mêmes, sans aide technique d’architectes ou du génie civil, grâce à un savoir-faire intuitif.
  • Proposer des ateliers aux adultes pour développer une attitude positive vis-àvis des activités du centre, pour accroître la solidarité entre les habitants sur des questions comme la sécurité, la propriété, la continuité, et l’entretien du CAE.

34Alors que la première phase participative du projet, de conception et de recherche, a été financée par la Banque mondiale, la seconde phase de mise en place doit être sponsorisée par d’autres parties prenantes. Les travaux d’infrastructure et de préparation du site ont déjà été pris en charge par la municipalité. Une expertise technique est désormais nécessaire pour la mise en place du projet.

CONCLUSION

35Le CAE, véritable espace urbain au cœur de la vie quotidienne des enfants, est censé faciliter la confrontation avec la vie de la cité. En tant que projet-pilote, le CAE de Bademlidere (Fig. 7) est une graine plantée dans le sol, et la dissémination des CAE dans les aires urbaines pourrait aider les enfants à se développer pour qu’ils deviennent des citadins adultes et des individus responsables.

36La mise en place de programmes d’activités et la gestion du centre exigeront de nouvelles interactions entre les différentes parties prenantes. La gestion devrait inclure un travail bénévole, de personnes venues de tous les coins de la ville. Les citoyens âgés, les professionnels (artistes, poètes, musiciens, etc.), les mères au foyer, etc. peuvent contribuer au CAE dans le cadre de leur vie quotidienne. L’entretien, la protection contre le vandalisme, le vol ou la mauvaise utilisation peuvent être plus faciles s’il existe une solidarité entre les habitants du bidonville. Des soutiens financiers pour la mise en place des programmes et de l’entretien peuvent être l’objet de dons.

Figure 7 : Le projet de CAE

Figure 7 : Le projet de CAE

37Les ateliers avec les enfants ont démontré que ceux-ci étaient capables d’exprimer leurs sentiments, leurs souhaits et leurs critiques, en dessinant, en écrivant des rédactions, en réalisant des maquettes… De manière générale, les enfants ont bien participé et ont commencé à développer un sentiment d’appartenance, ce qui leur a donné une réelle place de catalyseur dans leur communauté. Même si le projet n’a pas été finalisé, ils y ont gagné un territoire, une place qu’ils peuvent faire leur, et où ils peuvent entrer en relation avec les autres enfants. Le terrain donné par le comté peut donc commencer à devenir un lieu dans lequel ils ont leur mot à dire. La fonction des ateliers a été éducative pour tous.

38Actuellement, la construction du CAE a dépassé la phase de nivellement du sol, et la bordure du site a été matérialisée par un mur haut de 50 centimètres et une allée d’arbres. La municipalité a fait apporter l’eau et l’électricité jusqu’au site. Les plans préliminaires de la construction des commodités à partir de matériaux recyclés sont achevés. Les enfants du bidonville ont occupé le site tout l’été. Ils se le sont déjà appropriés. Au cours des dernières visites sur le site, le groupe de projet a remarqué qu’il n’y avait pas de détritus sur le site. Ils espèrent que la conduite et le sentiment des enfants vis-à-vis du site seront partagés par leurs aînés.

Bibliografía

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Ankara Belediyesi, Ankara belediyesi imar yönetmeliği ve imar idare heyeti prensip kararları, Mimarlar Odası Yayınları, Ankara, 1974.

Atauz S., Ankara ili bademlidere gecekondu mahallesinde çocuk ve çocukluk – çocuk çekim merkezi, Hacettepe Üniversitesi, Iktisadi ve Idari Bilimler Fakültesi Sosyal Hizmet Bölümü, unpublished research report, Ankara, 2006.

A-matter-part OF SEDUS, The duchi shoe shop, [http://www.a-matter.com/eng/projects/pr087/Shoe-shop-pr087-04-u.asp.], juillet 2006.

Campbell S., « Architecture students design and build homeless shelters », MIT Tech Talk on October 2005, 2005.

Chase J., Everyday Urbanism, Monacelli press, New York, 1999.

Cohen U., Recommendations for child play areas, Community design center, inc., Milwaukee and center for architecture and urban planning research, University of Wisconsin, Milwaukee, 1979.

Crawford M., « Blurring the boundries : Public space and private life », CHASE J. (éd.), Everyday urbanism, Monacelli press, New York, 1999, p. 22-35.

Fraser B. -J. et Wubbels T., « Classroom learning environments », Improving science education, The National Society for the Study of Education, Chicago, Illinois, 1995, p. 117-144.

Halbwachs M., On collective memory, The University of Chicago Press, Chicago, London, 1992.

Halbwachs M., La mémoire collective, Albin Michel, Paris, 1997.

Hart R. -A., Çocukların katılımı, maskotluktan yurttaşlığa, Unicef Türkiye Milli Komitesi, Ankara, 1997.

Hawkins, Harold L., « Good classroom design improves learning », School planning and management. n° 36.4, 1997, p. 10-12.

Hawley C., « A communist block house renaissance », Spiegel Online, [http://www.spiegel.de/international/0,1518,367335,00.html], 2005.

Hebert Elizabeth A., « Design matters : how school design affects children », Educational leadership, n° 56.1, 1998, p. 69-71.

Ittelson W. -H., Proshansky H. -M., Rivlin L. -G., Winkel G. -H., An introduction to environmental psychology, Holt, Rinehart and Winstoninc., N. Y, 1974.

Kural N., Özaloğlu S., Tanriover S., Ural S., Hasirci D., Çocuk Çekim Merkezi, Dünya Bankası Basılmamış Raporu, Ankara, 2006.

Kural N., People and environment (unpublished lecture notes), Bilkent University, Faculty of fine arts design and architecture, Ankara, 2007.

Lefebvre H., Critique of everyday life, Verso, N. Y., London, 1991.

Lefebvre H., Writings on cities, Blackwell Publishers, Oxford, 1996.

Lefebvre H., La Vie quotidienne dans le monde moderne, Gallimard, Turkish translation : Modern dünyada gündelik hayat, Metis Yayınları, Istanbul, 1968.

Legendre A., « Social sustainability and changes in environments designed for young children : the case of the french daycare centers », dans MOSER G., POL E., Bernard Y., People, places, and sustainability, Hogrefe and Huber Publishers, Gottingen, Toronto, Bern, Seattle, 2003, p. 243-254.

MC Quaid M., Shigeru Ban, Phaidon Press, London, 2003.

Mead M., « Neighborhoods and human needs », Children’s environments quarterly, n° 1.4, 1985, p. 3-6.

Mestre Cobra M. et Walsh M., AIA, Brazil Studio, Axis Mundi, Kilombo Tenonde, Capoeira Angola, [http://www.thelaststraw.org/isnbc/hands/brazil.pdf], 2005.

Minnesota office of environmental assistance, Tofte Cabin, [http://www.moea.state.mn.us/greenbuilding/tofte.pdf], 2000.

Moore gary T. et Jeffery A. Lackney, Educational facilities for the twenty-first century : research analysis and design patterns, Publications in Architecture and Urban Planning, Center for Architecture and Urban Planning Research, Wisconsin, Milwaukee, 1994.

Norinder M., « Accessibility or obstacles ? Children’s independent mobility and valuation of the outdoor environment », dans Moser G., POL E., Bernard Y., People, places and sustainability, Hofrege and Huber Publishers, Seattle, 2003, p. 161-172.

Sanoff H., Participatory design, BookMasters, Inc., Mansfield, Ohio, 1994. Schneekloth L. -H., Shibley R. -G., Placemaking : the art and practice of building Communities, John Wiley and Sons Inc., New York, 2000.

Schneekloth L. -H., Shibley R. -G., « Implacing Architecture into the practice of placemaking », Journal of Architectural Education, n° 53.3, 2000, p. 130-140.

Taylor A., « How schools are redesigning their space », Educational leadership, n° 51.1, 1993, p. 36-42.

Wridt P. -J., « An historical analysis of young people’s use of public space, parks, and Playgrounds in new york city », dans Gülersoy N. -Z., Esin N., Özsoy A., Quality of urban life-policy versus practice, Istanbul Technical University, Urban and Planning and Research Center, Istanbul, 2003, p. 597-608.

Índice de ilustraciones

Título Figure 1 : Premières esquisses du projet utilisant des matériaux recyclés
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27187/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 81k
Título Figures 2 et 3 : Dessins d’enfant
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27187/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 131k
Título Figure 4 : Discussion avec les enfants in situ
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27187/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 410k
Título Figure 5 : Maquette réalisée par les enfants
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27187/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 220k
Título Figure 6 : Logo du projet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27187/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 21k
Título Figure 7 : Le projet de CAE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27187/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 73k

Autores

Instructor Department of Interior Architecture and Environmental Design Université de Bilkent – Ankara – Turquie
Instructor Department of Interior Architecture and Environmental Design Université de Bilkent – Ankara – Turquie
Professeur Assistant Department of Interior Architecture and Environmental Design Université d’Izmir – Turquie

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540