Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien

 | 
Isabelle Danic
, 
Olivier David
, 
Sandrine Depeau

Troisième partie. « Pratiques, participation et actions politiques »

La rue, un espace à négocier

Yaoundé (Cameroun) et Antananarivo (Madagascar)

Marie Morelle

Texto completo

INTRODUCTION

  • 1 . Plus particulièrement à Madagascar.

1Les enfants de la rue se trouvent exclus d’un mode de vie dominant (scolarisation, logement, famille). La question de leur devenir dans les sociétés actuelles se pose ainsi de manière plus aiguë, alors même que l’avenir de la jeunesse en général reste incertain (Mbembe, 1985). Dans un contexte de crise politique et économique, quelles formations puis quels emplois proposer à un « groupe d’âge » dont le poids démographique écrase la structure de la population ? À l’âge de l’apprentissage et de la socialisation, les portes semblent se fermer tant pour des enfants originaires de la ville que pour les migrants ruraux. Ils ne peuvent espérer conquérir une identité par le travail et donc une reconnaissance de leur place dans la société. Une certaine modernité tant attendue depuis les indépendances semble avoir apporté des valeurs individualistes, libératrices mais allant aussi de pair avec l’essoufflement de solidarités familiales et communautaires. Les jeunes subissent une triple rupture d’ordre économique – décalage entre la formation et l’emploi –, politique – dénonciation d’un État rentier – et social — individualisation croissante face à une déstructuration de la famille et des valeurs communautaires fondées sur la solidarité – (Collectif, 1992). Et des enfants, à l’âge où devraient s’acquérir une certaine sociabilité et une reconnaissance sociale s’échappent de leur foyer, parfois de leur ville, fuyant des situations de maltraitance, souvent sous fond d’appauvrissement de leur famille1. Ils arrivent dans la rue et apprennent à vivre en permanence dans les espaces publics, devenus leur source de revenus et leur principal lieu de sociabilité.

2Ces enfants de la rue vivent donc en permanence « dehors », de jour comme de nuit. En cela, ils se distinguent des enfants dans la rue qui travaillent dans la rue la journée mais qui rentrent à leur domicile et retrouvent leur famille à la tombée de la nuit (Marguerat, Poitou, 1994). Il est alors nécessaire d’analyser le quotidien de ces enfants, leur capacité à s’approprier un espace public, au sein de la ville. Il est utile de s’interroger sur les modes, le degré et le sens de cette appropriation sans perdre de vue l’influence d’autres acteurs sur leur possible accession à l’espace urbain. La rue, plus largement la ville, sont des espaces vécus en plus d’être des espaces dessinés et conçus par le pouvoir officiel. De quelle manière la présence des enfants peut-elle interférer dans les politiques urbaines et l’image de la ville ? À voir les réactions ponctuelles du pouvoir politique à Yaoundé et à Antananarivo, on peut douter de l’existence d’une volonté forte proposant des modèles urbains, des choix et des actions sur le moyen et long terme dans le but d’aménager et d’organiser la ville appréhendée dans sa globalité. Il se dégage des actions fragmentaires faites souvent au nom d’intérêts privés, ceux du pouvoir en place, mais dont les enfants peuvent devenir l’une des cibles.

3L’objectif de cet article est donc de dépasser l’analyse des seules stratégies et tactiques des enfants pour s’approprier l’espace et de mettre en lumière le jeu des pouvoirs urbains afin de comprendre comment « la rue » se construit dans des situations de tensions, et donc comment la ville est produite. En définitive, il s’agit de saisir en quoi la rue fait l’objet de négociation et en quoi sa production nous informe sur la place des enfants au sein de deux sociétés. Il s’agira, dans un premier temps, de présenter brièvement les localisations des enfants et leurs logiques. Dans un second temps, il sera nécessaire de retracer l’évolution de ces localisations, sous l’effet des actions des pouvoirs politiques en place, centraux à Yaoundé, municipaux à Antananarivo. Enfin, le sens de ces actions et le rapport des « autres » aux enfants de la rue seront analysés.

LA PRODUCTION DE LA RUE

Les enfants de la rue à Yaoundé et à Antananarivo, une présence anecdotique ?

4À Antananarivo, les enfants ne sont pas plus de mille, bien que leur effectif change d’une évaluation à une autre (en général commandées par diverses ONG). Certains d’entre eux vivent en famille, avec leur père et/ou leur mère ainsi que leurs frères et sœurs. Ainsi, tous les enfants de la rue ne vivent donc pas isolés et sans famille, à l’inverse de Yaoundé. Dans la capitale camerounaise, il n’existe guère de statistiques plus fiables sur une population somme toute très mobile et méfiante. En 2004, ils étaient cinq cents à avoir déposé des affaires à la gare ferroviaire, dans un centre d’écoute central et très fréquenté. Les enfants sont donc quelques centaines à évoluer dans la ville. En conséquence, leur nombre ne doit pas atteindre un millier dans ces deux villes millionnaires. En cela, leur présence relèverait presque de l’anecdotique.

5En outre, celle-ci s’avère récente. Si des textes font référence à l’existence d’enfants errants dans les marchés de la capitale malgache dès les années soixante (Donque, 1965 & 1966), les autorités prennent acte de leur existence à partir des années quatre-vingt seulement, à Madagascar comme au Cameroun. Le phénomène devient alors trop visible pour être tu. Dans l’intervalle de ces vingt années, il est difficile de relever plus que de timides traces de leur existence par le biais d’entretiens et de questionnaires auprès des autorités centrales et municipales, des ONG ou encore des habitants. Enfin, un siècle plus tôt, les analyses historiques (quand elles existent) montrent qu’il a pu y avoir des enfants vagabonds à l’époque coloniale, pris en charge par la Justice et l’Administration pénitentiaire. Il était alors moins question d’enfants de la rue que de jeunes délinquants (Iliffe, 1982, rééd. 1987 : 185-189 ; Idrissou, 2005 ; Fourchard, 2006).

6Dans la seconde moitié du XXe siècle, la visibilité croissante de ces enfants s’inscrit dans un contexte économique particulier. Depuis les années quatre-vingt, Madagascar et le Cameroun ont été placés sous ajustement structurel par le Fonds monétaire international (Roubaud, 2002 ; Courade, 2000 ; Durang, 2003). Une chute des exportations associée à de lourdes restrictions budgétaires a ainsi créé une situation de sous-emploi et de chômage d’une part, une nette diminution des dépenses de l’État dans le domaine de la santé et de l’éducation d’autre part. Sur fond d’appauvrissement, les liens familiaux et communautaires se sont distendus (Marie, 1997). Nous assistons depuis vingt ans à une remise en cause des systèmes de solidarité pourtant plus nécessaires que jamais face à l’absence d’un État-providence et la déliquescence des politiques sociales.

Méthodologie
Cet article s’appuie sur les résultats d’une recherche doctorale (Morelle, 2007), en particulier sur les enquêtes menées de 2001 à 2004 à Yaoundé au Cameroun et à Antananarivo à Madagascar. Ces enquêtes portent essentiellement sur des garçons. Les filles sont (pour l’instant) rares dans les rues de Yaoundé. À Antananarivo, elles sont dans la rue avec leur famille (on distingue donc enfants en famille ou non, dans la rue). En 2007, une mission de recherche à Yaoundé a été l’occasion de revoir certains enfants rencontrés quelques années auparavant.
L’approche comparative a permis non seulement de faire ressortir les dynamiques propres de l’univers de la rue, au-delà des singularités de chaque ville mais aussi de souligner les différences d’une capitale à l’autre.
Sur le terrain, des responsables de diverses institutions ont été rencontrés (armée et police nationales, service de coopération français). Des entretiens ont été menés avec des fonctionnaires de plusieurs ministères (Affaires sociales, Administration territoriale) et des responsables d’ONG. La presse et l’étude des archives disponibles n’ont pas été négligées.
Le second volet des recherches, et le plus important, s’est déroulé dans plusieurs quartiers des deux villes, dans différents secteurs des enfants de la rue, suivant leur position géographique, leur ancienneté, les éléments fondateurs (présence d’une gare, d’un marché, etc.) et l’image de chacun de ces espaces au sein de l’univers de la rue. La démarche était de nature ethnographique : il s’agissait de faire de « l’observation participante ». Il n’était pas toujours possible de réaliser des entretiens. Les enfants étaient nombreux, méfiants. Si l’un était d’accord pour être enregistré (magnétophone), d’autres pouvaient gêner le déroulement de l’enquête. Il a fallu faire preuve de patience et multiplier de manière régulière les visites dans les secteurs, sans toujours pouvoir prendre des notes de manière explicite. De nombreuses données ont été collectées à la suite de conversations informelles, en plus d’une trentaine d’entretiens enregistrés dans chaque ville. Des recoupements entre les divers discours et expériences ont été effectués afin de vérifier les résultats et faire que les enquêtes puissent tendre à la généralisation. Tous les rapports accessibles des ONG notamment ont été analysés dans le but de quantifier le phénomène.
Ces méthodes ont ainsi permis de palier le manque des données, notamment statistiques, sur les enfants de la rue et de dépasser le seul point de vue des institutions (et de la presse) en allant interroger les représentations et observer les pratiques des populations : celle des habitants des quartiers (questionnaires) mais aussi et surtout celles des enfants des rues eux-mêmes (entretiens semi-directifs).
Pour terminer, il convient de préciser qu’au Cameroun les enfants maîtrisent la langue française. À Madagascar, en dépit de quelques rudiments de malgache, la présence d’un interprète (le plus souvent un animateur d’une ONG déjà connu des enfants) a été nécessaire.

  • 2 . Aujourd’hui encore, les deux pays peinent à garantir des revenus stables à leur population. En fé (...)

7Le départ des enfants dans la rue va s’inscrire en majorité dans l’histoire conflictuelle d’une famille : deuil, divorce des parents, remariage du père ou de la mère, alcoolisme et châtiments corporels, déscolarisation. Il s’inscrit aussi dans un contexte socio-économique et politique spécifique. Madagascar puis le Cameroun subiront de plein fouet la crise économique des années quatre-vingt. Les gouvernements adopteront tour à tour des plans d’ajustement structurel du FMI, conduisant à des diminutions drastiques des dépenses publiques, à des licenciements dans les sociétés parapubliques et à des baisses de salaires pour les fonctionnaires. Des familles entières ont vu leurs conditions de vie se détériorer ; répondre aux solidarités communautaires et tenir sa place dans divers réseaux sociaux s’est avéré difficile. Ainsi, dans certains foyers, les liens se sont fragilisés, des enfants ont préféré partir2. Ils échouent à la rue. Ils brisent le lien avec leur quartier, premier espace de socialisation. Ils deviennent ces « purs individus », démunis et exposés (Castel, 1995, p. 464). Progressivement, ces enfants semblent irrémédiablement de la rue. Pour autant, il ne s’agit pas de perdre de vue l’écart qui peut exister entre les représentations des enfants, qui subissent cette catégorie peut-être plus qu’ils ne s’y identifient et ne se l’approprient, et celles des habitants et autorités qui participent à sa construction.

Les enfants de la rue, la construction sociale et spatiale d’une catégorie

8Les « enfants » rencontrés à l’occasion des entretiens sont âgés de dix ans comme de vingt-cinq ans. La filiation que sous-entend le terme « enfant » a sa pertinence. Elle renvoie à la rupture originelle avec la famille qui en fait des enfants de la rue bien que de manière non automatique et immédiate. En outre, celui qui est enfant (infans en latin) est étymologiquement « celui qui ne parle pas ». Or celui qui vit dans la rue n’a pas la parole, il n’a pas de place ni de statut. En cela, il paraît être un « enfant » au sein de la société.

  • 3 . Pour Bayart, Mbembe et Toulabor (1992), la jeunesse est conçue davantage comme une catégorie poli (...)

9Cependant, cela n’efface en aucun cas la capacité de ces enfants à agir, au mieux à réagir et à résister en tant que sujets à une identité et à une catégorie qui prétendent les définir. Ces remarques préliminaires soulignent la diversité des profils des enfants, ne serait-ce que leur âge3 et rendent alors nécessaire une interrogation quant à la manière dont cette catégorie « enfants de la rue » émerge dans le discours des autorités, des habitants et des ONG.

10La catégorie des enfants de la rue est largement construite par les regards et les pratiques des habitants, des autorités centrales et municipales et des ONG. Le premier stigmate qui pèse sur ces enfants est leur absence de toute domiciliation, de tout rattachement à une communauté, et à un espace résidentiel, espace essentiel de socialisation. En outre, n’exerçant que rarement une activité fixe, leurs réseaux de sociabilité se restreignent de plus en plus à la rue et à leurs pairs, spécialement à Yaoundé. Enfin, certains d’entre eux accumulent les arrestations, éventuellement au titre du délit de vagabondage ou au titre d’autres pratiques illégales (le vol, avec violence ou non). Suivent des détentions dans les cellules des commissariats voire des incarcérations en prison plus ou moins longues. Les enfants vivent ainsi une stigmatisation de la part des habitants allant croissant avec l’âge. Du fait de ces pratiques, les citadins et les autorités vont progressivement attacher ces enfants à la rue, appréhendée comme univers autant social que spatial. Il faut donc appréhender la catégorie des enfants de la rue comme un processus et non comme état presque « naturel ». Le lien à la rue n’a rien d’immédiat ni d’évident. De même, la grande hétérogénéité des situations doit être prise en compte afin d’éviter tout phénomène de stigmatisation. Quelles peuvent être les conséquences d’une recherche qui affirmerait sans nuance l’existence d’une catégorie : les enfants de la rue, au risque de l’essentialiser ?

LOGIQUES ET TACTIQUES DE LOCALISATION

11Il est délicat d’appréhender le moment où l’espace public, a priori neutre, bascule et se transforme en territoire. Les enfants peinent à délimiter leur espace de vie et à y projeter une part de leur être.

La création de secteurs

12À Yaoundé, les enfants parlent de leurs espaces en termes de secteurs ou de mboko. À l’origine, les enfants de la rue de Douala, capitale économique du Cameroun, étaient appelés dans le langage courant : nanga boko. Cette expression était tirée de la phrase a nanga o boko, soit « il a dormi dehors ». O boko en langue douala, situe « le dehors » et provient du mot éboko qui signifie le dehors/la cour/l’extérieur ; et nanga, « dormir » (Balandier, 1976 et Eboko, 2002). Nanga boko résume donc parfaitement la situation des enfants qui vivent en permanence dans la rue, y compris à la nuit tombée. Ces enfants de Douala comme de Yaoundé (et des autres villes du Cameroun) se sont emparés de ce dénominatif et l’ont raccourci. Ils se nomment ainsi les mboko. Cependant, ils emploient également ce terme pour désigner leurs secteurs. Cette dénomination sera conservée tout au long de l’article et appliquée également à la situation tananarivienne car elle traduit une appropriation spécifique de l’espace.

  • 4 . Ils ne semblent pas eux-mêmes se prostituer. Nos entretiens ont porté exclusivement auprès de gar (...)

13Plusieurs types de secteurs sont alors identifiables. Les gares ferroviaires et routières sont le domaine des chargeurs. Des enfants se glissent jusqu’aux trains pour porter des colis en attente dans un va-et-vient entre les taxis, les entrepôts, la gare et les véhicules de transport, particulièrement à Yaoundé. Dans les grands marchés urbains, les enfants sont majoritairement des porteurs. Ils proposent aussi leurs services aux commerçants pour les aider à nettoyer et à ranger leurs étals. Ils jettent les ordures et les eaux usées. Dans le fourmillement des marchés, les potentialités de travailler et/ou de voler sont importantes. Des emplacements plus ponctuels existent également. À cet égard, les boîtes de nuit constituent des espaces très attractifs pour mendier ou pour voler. Il est possible d’y travailler de nuit en complément ou non du jour. Elles représentent des sources de revenus importantes, certains y concentrant leur activité. Devant les cinémas ou les cabarets, les enfants gardent les voitures des clients, mendient parfois. Ils sont aussi rabatteurs pour les prostituées4 ou effectuent de menus travaux dans les bars de nuit (ménage, « plonge »).

14Les enfants accomplissent ces activités au gré des opportunités, en quête permanente d’argent.

  • 5 . Ces descriptions sont présentes dans bien des études sur les enfants de la rue. Voir notamment le (...)

15Ils n’hésitent pas à abandonner un job pour un autre, pour voler ou simplement, à Yaoundé, pour partir tenter leur chance dans une autre ville. Ce qu’ils gagnent va rarement être épargné. C’est pourquoi aucune des activités des enfants ne demande un petit capital. En outre, c’est là un élément fondamental, ils se feraient voler leur stock ou leur matériel par de plus forts qu’eux5.

La figure du rhizome

16La violence inhérente à la rue, émane autant de leurs pairs que des habitants, des policiers et des militaires. Tous les enfants vivent donc au jour le jour. Ils se déplacent facilement. Ils sont dans l’adaptation permanente. Ils fuient les secteurs, y reviennent, repartent : les petits fuient les grands, plus forts et plus expérimentés ; ceux-ci se volent entre eux à la suite d’un petit braquage et doivent disparaître pendant quelques mois, se faire oublier de la police mais aussi de leurs complices. Dans la rue, il n’existe pas de chefs chargés de faire respecter un code de valeurs communes et une relative solidarité. De la même manière, les rites d’entrée sont inexistants. Par exemple, tous viennent demander des soi-disant « droits de secteur » au nouveau venu. Dans les faits, ce n’est rien d’autre qu’un racket, dont la durée et les sommes varient d’un individu à l’autre, selon la capacité de l’arrivant à se défendre, quand il ne choisit pas, tout simplement, de fuir le secteur. Tous les anciens ne procèdent pas à ces pratiques violentes, elles n’ont rien d’institutionnalisé.

17L’existence de chefs et de droits de secteurs est donc une illusion (Morelle, 2006). L’espace de vie des enfants découle du contexte, du moment de la journée et des nécessités liées au climat. Il évolue aussi au fil des mois, des années et des expériences. Les enfants usent de tactiques, s’adaptent, résistent mais ne déploient pas de véritables stratégies (Certeau, 1990, p. XLVI). L’attachement au secteur tient davantage de la logique de l’avoir que de l’être. Le secteur n’est pas défendu. Les enfants de la rue doivent tous être mobiles et prêts à en changer.

  • 6 . Je développe cette référence citée par P. Rohmer au sujet des enfants des rues de Phnom Penh (Cam (...)

18En conséquence, à défaut de territoires circonscrits aux formes abouties, il existe un processus d’appropriation à l’échelle de la ville. Les enfants mettent en réseau des secteurs différenciés en se promenant et en cherchant de l’argent au fil des jours et des années. La rue des enfants est ainsi faite de lieux fixes et d’itinéraires reconnus. Plus que la forme, c’est le processus, le mécanisme de la reconnaissance de l’espace, de ses potentialités, de ses appropriations par les enfants qui comptent ici. Leur espace suit des lignes plus qu’il ne se réfère à des points. Qu’un lieu disparaisse, un nouveau apparaît et se connecte au réseau. La figure du « rhizome » peut exprimer et résumer ces processus d’appropriation, seules possibilités pour exister et pour créer la rue (Deleuze, Guattari, 1976)6. Ces tactiques sont d’autant plus nécessaires que l’occupation de l’espace urbain et la production de « la rue » ne se jouent pas qu’entre les seuls enfants.

L’ÉVOLUTION DES LOCALISATIONS : UNE NÉGOCIATION AVORTÉE

19La majorité des enfants vivent dans les espaces publics, hors des espaces résidentiels où leur présence serait immédiatement repérée par les habitants qui n’hésiteraient pas à les repousser, parfois avec violence. En effet, la moindre de leur incursion à l’intérieur d’un quartier provoque la méfiance des habitants, méfiance somme toute justifiée dans bien des situations : les enfants y vont souvent dans le but de voler. À Yaoundé, s’ils sont pris, ils sont frappés à coups de bâton, de machette, parfois brûlés. Les enfants se replient dans l’espace public qui leur offre un potentiel financier non négligeable et leur permet également de se mouvoir dans l’anonymat et de disparaître au cœur de la foule des passants. Très souvent, ils vivent dans les espaces de représentation du pouvoir : axes goudronnés, boulevards baptisés des noms des pères de l’indépendance et des présidents successifs. Ils entrent alors en concurrence directe avec les autorités, municipales mais aussi centrales. Celles-ci ont donc fini par réagir à la présence des enfants au gré d’événements ponctuels ou de politiques urbaines inscrites sur le plus long terme.

20Antananarivo et Yaoundé sont deux capitales. Vitrines de leur pays sur la scène internationale, ces deux villes constituent un espace de représentation pour le pouvoir en place. Dès lors qu’un sommet politique, une rencontre sportive ou la venue d’un chef d’État s’organise, il faut « nettoyer » cette scène, la ville, ses espaces publics centraux. Cela peut aussi être le moyen d’exprimer un certain pouvoir et un contrôle sur la ville.

Le sommet politique de Yaoundé en 2001

  • 7 . Cette intervention porte sur les points de frictions entre forces de l’ordre et enfants de la rue (...)

21En 2001, un événement va provoquer le « déguerpissement » des enfants de Yaoundé du centre-ville : l’organisation du sommet France-Afrique avec la réception du président français Jacques Chirac par son homologue camerounais Paul Biya. Entre autres travaux, le centre-ville aux rues rectilignes et goudronnées, passage obligé de tout cortège présidentiel a fait l’objet de mille attentions. Yaoundé devient la vitrine d’un pouvoir fort ayant la maîtrise de son territoire. Le désir d’ordre (ou celui de faire croire à un ordre dans la ville) prend le pas sur la « ville à l’œuvre ». Les vendeurs « à la sauvette » sont chassés, leurs étals parfois brûlés. Les enfants ne sont pas épargnés. Les descentes nocturnes des forces de l’ordre se multiplient dans les secteurs du centre-ville. Les enfants sont régulièrement frappés jusqu’à ce qu’ils partent (tribunes du 20 mai, rond-point de la poste)7. « On a vidé la rue » (un inspecteur des Affaires sociales, Yaoundé, avril 2002).

22Ainsi les forces de l’ordre sont les principaux agents de cette entreprise urbaine. Maints dysfonctionnements font de ces véritables opérations d’intimidations des actes totalement illégaux. Les forces de l’ordre incarnent l’État et interviennent au nom d’une violence légitime. Même lorsqu’elles s’écartent du droit, leur statut leur permet de légitimer leur violence symbolique et physique hors cadre en continuant de s’appuyer sur un système de normes et de stigmatiser des déviances urbaines. Elles deviennent donc des facteurs de désordre, de violence et d’incertitude.

23Ces opérations de « ratissage-nettoyage » présentent un caractère universel. Dans bien des capitales du monde, la venue d’un chef d’État ou l’organisation d’un sommet politique enclenche ce type de pratiques pour faire place nette (sommet de l’UA à Maputo au Mozambique en 2003, réunion avec les IFI à Nairobi au Kenya en 1994). On peut également évoquer le traitement des sansabri par les municipalités européennes (Zeneidi-Henry, 2002). Aujourd’hui, une architecture disciplinaire et dissuasive (bancs tubulaires, sièges espacés, cônes et piques métalliques) trouve à s’exprimer, par exemple, en France, dans le métro parisien aux dépens des sans-abri (Argillet, Pate, 2004), alors contraints aux marches forcées.

24À Yaoundé, pour affirmer sa capacité de contrôle, le pouvoir quadrille l’espace. Cela va donc plus loin qu’une opération de réhabilitation de l’image de la ville. L’insécurité est l’alibi majeur pour contrôler l’identité de tous. En s’en prenant aux enfants parfois avec violence, l’État impressionne autant qu’il rassure. Par ses actions, le pouvoir cherche aussi à se maintenir. Les divers couvre-feux qui se succèdent dans la ville depuis dix ans permettent de conclure que l’image de la ville n’est que secondaire face aux intérêts du pouvoir qui n’hésite pas à frapper, à torturer (opération Vautour, Epervier, Harmattan à Yaoundé) et à tuer (Commandement opérationnel à Douala en 2000, Malaquais, 2002 ; FIDH, 1998). La violence du pouvoir central semble trouver son sens dans cette incarnation d’un ordre accepté par une majorité qui le subit mais s’en rassure aussi (les habitants de Yaoundé). Au Cameroun, en dépit de la crise, le clientélisme d’État perdure, au même titre que sa capacité d’arrêter, de blesser ou de tuer malgré les mouvements de démocratisation du début des années quatre-vingt-dix (Sindjoun, 1996). Le paradoxe demeure dans l’esprit des habitants, dont le sentiment d’insécurité augmente parallèlement à leur conscience de l’usage illégitime de la violence des autorités. La mise sur pied d’opérations spéciales (précédemment citées) ont fait basculer les habitants du soulagement de voir l’État agir à la peur de ses actions-exactions. Se crée un cercle des peurs qui ne connaît pas de fin. Des enfants eux-mêmes n’échappent pas aux tirs de la gendarmerie. L’espace public, multifonctionnel, tend à devenir l’espace de prédation d’une minorité. Bien sûr, les enfants savent se jouer de beaucoup de contraintes sans se soucier des tentatives de mise à la marge. Ils ont su réinvestir discrètement leurs secteurs du centre-ville. À chacune de leur entrée en prison, ils déclarent un nouveau nom afin d’éviter toute aggravation de peine pour récidive ! L’autoritarisme de l’État côtoie le laisser-faire, rendant plus opaque encore son action, dont les enfants ne sont qu’une cible parmi d’autres (prostitution, braquage). Qu’en est-il à Antananarivo ?

Réhabilitation du centre-ville à Antananarivo en 1997

25En 1997, les Jeux de la francophonie se déroulent dans la capitale malgache. En prévision de l’événement, la municipalité envoie son personnel à bord de « camions bleus » chasser les enfants (et les familles de rue). Dans la lignée, de grands travaux de réhabilitation du centre-ville, Analakely, débutent. Deux objectifs se mêlent au sein de cette opération. La ville, longtemps abandonnée par le pouvoir en place offre au regard des paysages considérablement dégradés (Fournet Guerin, 2007). Au centre-ville, le Zoma, grand marché hebdomadaire, entraîne des embouteillages. Les produits stockés attirent les rats. La foule occupe le cœur de l’espace urbain, asphyxié. Les vendeurs « à la sauvette » se sont installés bien au-delà de l’enceinte du marché et occupent les trottoirs de toutes les rues voisines.

26Mais par le biais de la dénonciation du Zoma, un autre discours pointe, au-delà des questions d’insalubrité et de circulation. De plus en plus souvent, des habitants dénoncent la venue de paysans, leur installation précaire à même la rue pour vendre leurs productions et, errant dans la foule, la présence des chômeurs plus ou moins assimilés aux voleurs, présentés comme des marginaux et des « oisifs » (Ramamonjisoa, 1978). Le Zoma disparaît donc pour laisser place à un marché au périmètre plus restreint tandis que d’autres sont créés en divers points de la ville. La circulation se fluidifie. Petit à petit, les façades décrépies des immeubles longeant le boulevard principal sont repeintes. Surtout, les magasins et les arcades sont équipés de grilles, privant d’abri pour la nuit et contre la pluie les enfants et les familles de la rue, habitués à se glisser sous les auvents.

27Ces derniers sont à peine autorisés à dormir dans la rue. Ils apprennent à se jouer des rafles, à sortir leurs cartons et à monter leurs « maisons » de sachets plastique à la tombée de la nuit, avant de ranger en toute hâte, au lever du soleil, ces maigres protections, de les cacher derrière un mur ou de les accrocher dans les branches d’un arbre. Ils peuvent laisser leurs affaires le dimanche seulement, jour chômé. Les Tananariviens ont certes gagné en quiétude lors de leurs déambulations mais ils regrettent aussi ce moment intense de la vie de la capitale (Fournet Guerin, 2004). L’espace public recule, au profit d’équipements sécuritaires bien que l’optique principale reste ici de moderniser la ville. Pour les enfants, ces nouveaux aménagements se traduisent aussi par un indéniable manque à gagner. Ils se replient vers des marchés des quartiers péricentraux et périphériques.

CONCLUSION

28Les enquêtes réalisées à Yaoundé et Antananarivo montrent que « la rue » se construit dans les frottements et les affrontements au sein même de l’univers des enfants, mais aussi face aux citadins, à l’État et à ses agents. À la suite des actes de ces derniers, commandés par le pouvoir en place, les enfants peinent à s’approprier l’espace public, spécialement le centre-ville. Quelle place est alors possible pour les enfants de la rue ? À Antananarivo, leurs interlocuteurs privilégiés sont les ONG. Certaines d’entre elles, nationales mais aussi internationales mettent sur pied des projets en périphérie de la ville. Elles construisent des villages pour les enfants mais aussi pour les familles de rue. L’accès à la scolarité et à la formation, à la santé est garanti. Mais les enfants semblent alors définitivement hors de la ville, dans des villages de sans-abri, tout autant sujets à la stigmatisation. À Yaoundé, les ONG, moins nombreuses, peinent à se faire entendre des enfants qui gagnent plus en volant un téléphone portable qu’en cherchant à s’établir comme menuisier au sein du « secteur informel ». Certains enfants parviennent tout de même à louer une chambre. En 2004 comme en 2007, ils m’avouaient pourtant avoir des difficultés à se défaire de leur identité d’enfant de la rue. Leurs voisins les voyant partir à la gare effectuer de petits jobs les considéraient encore comme des mbokos. D’autres alternent enfin leur vie entre la rue et la prison. Cette dernière devient un espace à part entière de l’univers de la rue.

29Être de la rue à Yaoundé, à Antananarivo, c’est être coupé, souvent contre son gré, de tout ancrage à un quartier et à une communauté de voisinage, et donc d’une part importante des sociabilités urbaines. La rue devient donc un espace réticulaire construit à partir de pans de l’espace public mais aussi de l’espace carcéral ou bien de celui des humanitaires. De ce constat, une idée prend forme : les pratiques et les représentations des habitants comme des autorités et des ONG ne sont pas sans influence, au contraire, dans la construction de ces parcours et donc d’une catégorie stigmatisée et marginalisée. Progressivement, les enfants deviennent de la rue. Les enfants sont captifs de la rue. Leur appropriation de cet espace, largement par défaut, se mue en assignation à y demeurer (Creswell, 1993). Définir les enfants comme de la rue permet de les positionner socialement dans la ville.

30Il est alors question de dépasser une simple description des usages de la rue pour évoquer tout particulièrement l’appropriation de la rue par les enfants et la manière dont elle stimule des représentations chez les autorités et les habitants, et pour appréhender un processus de relégation, révélateur de certaines dynamiques à l’œuvre à Yaoundé comme à Antananarivo. L’analyse de la production d’une catégorie nous enseigne sur des villes frappées par une crise très forte tant économique et sociale. Des frontières s’y édifient dans un contexte de montée de l’individualisme. Les habitants deviennent vulnérables. Ils ont peur d’être possédés et déclassés, ils craignent aussi des agressions d’ordre physique. En réaction, ils créent une figure de l’Altérité. Ici, les Autres, ce sont donc en particulier ces enfants de la rue.

Bibliografía

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aries P., L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Points – Le Seuil, 1973.

Argillet S., PATE G., « Le repos du fakir », Vacarme, n° 29, p. 150-151, 2004.

Balandier G., « Économie, société et pouvoir chez les Duala anciens », Cahiers d’études africaines, n° 59, XV-3, p. 361-380, 1976.

Bayart J. -F., Mbembe A. et Toulabor C., Le politique par le bas en Afrique noire. Contributions à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala, 1992.

Boeck De F., Plissart M. -F., Kinshasa, Récits de la ville invisible, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 2005.

Bopda A., Yaoundé et le défi camerounais de l’intégration. À quoi sert une capitale d’Afrique tropicale, Paris, CNRS éditions, 2003.

Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Minuit, 2002.

Castel R., Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Certeau de M., L’invention du quotidien-1. arts de faire, Paris, Folio essais, 1990.

Collectif, Jeunes, ville, emploi, quel avenir pour la jeunesse africaine ?, Paris, Ministère de la Coopération et du Développement, 26-29 octobre 1992, 349 p., 1992.

Courade G. (éd.), Le désarroi camerounais : l’épreuve de l’économie-monde, Paris, Karthala, coll. « Économie et développement », 2000.

Deleuze G., Guattari F., Rhizome, introduction, Paris, Minuit, 1976.

Donque G., « Le Zoma de Tananarive. Étude d’un marché urbain », Revue de géographie, Madagascar, n° 7, 1965, p. 105-227 et n° 8, 1966, p. 93-245.

Durang X., Vivre et exister à Yaoundé. La construction des territoires citadins, thèse de doctorat de géographie, université Paris IV-Paris Sorbonne, IRD, 2003.

Eboko F., Pouvoirs, jeunesses et sida au Cameroun. Politique publique, dynamiques sociales et constructions des sujets, thèse de doctorat en science politique, université Montesquieu-Bordeaux IV, 2002.

Fidh, Cameroun : arbitraire, impunité et répression, La lettre hebdomadaire de la Fidh, hors série n° 259, Paris, 1998.

Fournet Guerin C., « La suppression du marché du Zoma à Tananarive : perte de l’un des fondements traditionnels de la citadinité ou revanche de la ville ? », Annales de Géographie, n° 637, 2004, p. 297-315.

Fournet-Guerin C., Vivre à Tananarive : géographie du changement dans la capitale malgache, Paris, Karthala, 2007.

Fourchard L., « Lagos and the invention of juvenile delinquency in Nigeria, 1920-1960 », Journal of African History, 47, 2006, p. 115-137.

Idrissou A., Les prisons au Cameroun sous administration française, 1916-1960, thèse de doctorat en histoire, 2005.

Iliffe J., The African Poor. A History, Cambridge, Cambridge University Press, 1987 (rééd. 1992).

Herault G., Adesanmi P. (éd.), Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique, Paris, Karthala, 1997.

Lucchini R., Enfant de la rue. Identité, sociabilité, drogue, Genève, Droz, 1993.

Malaquais D., « Death Douala Style », International Interdisciplinary Workshop, Johannesburg, 7-9 août, 2002.

Marguerat Y. (dir.), Garçons et filles des rues dans la ville africaine, Diversité et dynamique des marginalités juvéniles à Abidjan, Nairobi, Antananarivo, Rapport, IRD — CODESRIA, 289 p., non publié, 2003.

Marguerat Y., Poitou D., À l’écoute des enfants de la rue en Afrique Noire, Fayard, les enfants du fleuve, Paris, 1994.

Marie A., L’Afrique des individus, Karthala, Paris, 1997.

Mbembe A., Les jeunes et l’ordre politique en Afrique noire, Paris, L’Harmattan, 1985.

Morelle M., « Jeunes de la rue et culture de rue à Yaoundé (Cameroun). Microculture, sous-culture ou pseudo-culture ? », Géographie et cultures, n° 55, 2006, p. 59-80.

Morelle M., La rue des enfants, les enfants des rues. Yaoundé et Antananarivo, Paris, CNRS éditions, 2007.

Parazelli M., La rue attractive. Parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue, Sainte Foy, Presses de l’université du Québec, 2002.

Ramamonjisoa J., Antananarivo, étude géographique d’un espace urbain, thèse de IIIe cycle, Antananarivo, 1978.

Rodriguez-Torres D., « Le gang Serena : origine et production d’une contre société de la rue à Nairobi », Politique africaine, n° 63, 1996, p. 61-71.

Rohmer P., La jeunesse marginalisée à Phnom Penh : aspects utilitaires et identitaires de l’espace urbain, Mémoire de DEA, universités Paris I et Paris IV, 2003.

Roubaud F. (dir.), « Madagascar après la tourmente : regards sur dix ans de transitions politique et économique », Afrique contemporaine, numéro spécial, n° 202-203, 2002.

Sindjoun L., « Le champ social camerounais : désordre inventif, mythes simplificateurs et stabilité hégémonique de l’État », Politique africaine, n° 62, 1996, p. 57-67.

Zeneidi-Henry D., Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Bréal, Paris, 2002.

Notas

1 . Plus particulièrement à Madagascar.

2 . Aujourd’hui encore, les deux pays peinent à garantir des revenus stables à leur population. En février 2008, la jeunesse urbaine descendait dans les rues de Douala et de Yaoundé au Cameroun. Madagascar souffre aussi de la conjoncture économique défavorable. Son président, Marc Ravalomanana, élu une première fois en 2002, semble avoir déçu les attentes des Malgaches.

3 . Pour Bayart, Mbembe et Toulabor (1992), la jeunesse est conçue davantage comme une catégorie politique que comme une catégorie biologique. Le terme « enfance » renvoie ici à la question des pouvoirs et de leur division au sein d’une société. « L’âge est une donnée biologique socialement manipulée et manipulable » (Bourdieu, 2002, p. 145).

4 . Ils ne semblent pas eux-mêmes se prostituer. Nos entretiens ont porté exclusivement auprès de garçons à Yaoundé, encore une fois en grande majorité à Antananarivo,

5 . Ces descriptions sont présentes dans bien des études sur les enfants de la rue. Voir notamment les travaux de Marguerat, Poitou, 1994 ; Lucchini, 1993 ; de Boeck, Plissart, 2005.

6 . Je développe cette référence citée par P. Rohmer au sujet des enfants des rues de Phnom Penh (Cambodge) : Rohmer P., La jeunesse marginalisée à Phnom Penh : aspects utilitaires et identitaires de l’espace urbain, mémoire de DEA, universités Paris I et Paris IV, 2003, 153 p.

7 . Cette intervention porte sur les points de frictions entre forces de l’ordre et enfants de la rue, appréhendés au travers de l’expérience et des discours des enfants. Ce point appelle à développer une nouvelle piste de recherche, amorcée à l’été 2007 à Yaoundé, afin de creuser les pratiques ainsi que les représentations que nourrissent les hommes et femmes en tenue à l’égard des enfants de la rue mais aussi, plus largement, de la ville.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540