Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien

 | 
Isabelle Danic
, 
Olivier David
, 
Sandrine Depeau

Troisième partie. « Pratiques, participation et actions politiques »

Une gestion écosanitaire de l’urbanité ?

Le cas des jeunes de la rue à Montréal

Michel Parazelli

Texte intégral

INTRODUCTION

1Au Canada, les études traitant des jeunes de la rue témoignent de rapports conflictuels avec les gestionnaires urbains. L’approche de la tolérance zéro et celle de la réduction des méfaits ne se réduisent pas seulement à l’exercice d’une force publique dissuasive ou incitative envers des personnes adoptant des comportements incivils. Elles sous-tendent aussi une manière d’appréhender l’espace urbain en intervenant directement sur les normes du savoir-vivre en ville. La piste de recherche proposée ici consiste à analyser les modes de relations à l’espace urbain des jeunes de la rue et des gestionnaires face à la présence de ces derniers, de façon à cerner les contours d’une certaine vision de l’urbanité.

2À partir des recherches empiriques sur les jeunes de la rue au Canada et d’une observation continue de la situation des jeunes de la rue à Montréal sur plus de 15 ans, il a été possible d’identifier un imaginaire collectif à partir duquel les gestionnaires urbains légitiment l’adoption de certaines pratiques. Loin de considérer les pratiques urbaines des jeunes de la rue comme un processus de socialisation, la plupart des gestionnaires adoptent un discours économique teinté d’écologisme lié aux nécessités adaptatives de la revitalisation urbaine. Cet imaginaire écosanitaire tendrait à valoriser des comportements diffusant des images de prospérité et de propreté, s’opposant ainsi aux prégnances de décadence urbaine que les populations marginalisées diffusent par leur simple présence. C’est pourquoi, le sentiment d’insécurité, les incivilités et les comportements désorganisés sont appréhendés comme autant de menaces à l’équilibre systémique d’une urbanité qui se veut « saine » sans égard aux inégalités sociales pouvant être générées. Par l’instauration de dispositifs sociospatiaux visant la régulation des nuisances urbaines, les gestionnaires spatialiseraient un imaginaire structurant les rapports urbains de sociabilité. Ce type de gestion urbaine des jeunes de la rue participerait à la construction idéologique du sécuritaire, dont l’imaginaire écosanitaire constituerait l’un des versants.

CONTEXTE ET ENJEUX URBAINS

3Avant d’analyser les représentations sociales des acteurs en présence dans la deuxième section de ce texte, il importe de présenter un certain nombre d’éléments de contexte et d’enjeux urbains en rapport avec la présence des jeunes de la rue dans les lieux publics et semi-publics du centre-ville de Montréal. Plus spécifiquement, il s’agit du contexte urbain des projets de revitalisation du centre-ville et des problèmes que rencontrent les populations marginalisées, dont les jeunes de la rue, à affirmer leur présence face au développement des mesures de répression de la part des autorités publiques. Ce conflit d’appropriation de la rue pose des questions sur le plan de la conception de l’urbanité selon le sens investi dans ces lieux convoités par différents groupes d’acteurs. Mais, décrivons d’abord les caractéristiques des jeunes de la rue québécois ainsi que le rôle que peut jouer la marge sociale en ce qui regarde leurs pratiques urbaines.

Qui sont les jeunes de la rue au Québec ?

4Au Québec, la catégorie jeune de la rue existe depuis la fin des années quatre-vingt. L’analyse du phénomène des jeunes de la rue représente un défi de taille pour la recherche sociale. Tout d’abord parce que le recensement des personnes vivant dans la rue est difficile et controversé sur le plan méthodologique. Même si la majorité des jeunes de la rue recensés dans la littérature sont âgés de 14 à 25 ans, la présence des jeunes de moins de 14 ans et de plus de 25 ans est souvent gommée. La mise en mots de cette réalité fuyante pose plus largement le problème de la catégorisation sociologique. Dans les pays dits en développement, on parle quasi exclusivement d’enfants ou de jeunes de la rue ou dans la rue, alors que dans les pays dits développés, on multiplie les catégories : jeunes de la rue, jeunes en situation de rue, jeunes sans abri, jeunes sans domicile fixe, jeunes errants, jeunes fugueurs, zonards, jeunes nomades, jeunes marginaux et jeunes itinérants (au Québec).

  • 1 . Le squeegee est le nom d’une marque commerciale d’une raclette servant à laver les pare-brise des (...)

5Malgré l’incertitude définitionnelle de la catégorie, on peut avancer de façon globale quelques repères descriptifs sur les caractéristiques des jeunes de la rue au moins en ce qui regarde le Québec. Selon l’enquête de Santé-Québec (1998), sur les 28 214 itinérants recensés à Montréal, le tiers serait des jeunes de moins de 30 ans. Généralement âgés entre 14 et 25 ans, les jeunes de la rue proviennent de toutes les régions du Québec. La majorité a subi de la violence familiale et institutionnelle (rejet, abandon, domination) tout en développant beaucoup de méfiance face à l’autorité. Ils proviennent de milieux socio-économiques divers (familles monoparentales, biparentales, assistées sociales ou de classe moyenne) et sont en rupture quasi totale avec les institutions traditionnelles de socialisation juvénile (souvent ponctués d’allers-retours dans leur famille). La plupart de ces jeunes sont d’origine francophone et anglophone. D’appartenances variées (punks, rockers, gais, peace and love, hip-hop, etc.), les jeunes de la rue développent inégalement des pratiques de débrouillardise diverses (petit trafic, prostitution, toxicomanie, mendicité, squattering et squeegee1) ainsi que certaines pratiques culturelles (musique, voyage, body piercing, graffitis, drag queen, styles vestimentaires variés, animaux de compagnie, etc.).

6Il serait présomptueux d’affirmer que la vie de rue n’est que destructive, car pour ces jeunes, la rue représente une alternative à un milieu marqué par la violence ainsi qu’une possibilité de se réaliser comme sujets en s’appropriant des lieux où se retrouvent des jeunes partageant les mêmes aspirations. Surtout attirés par les lieux qui, historiquement, ont spatialisé l’imaginaire social de la marginalité (pour Montréal : l’ancien Red Light), les jeunes de la rue tentent d’y réédifier un cadre de socialisation leur permettant de se réaliser et de s’approprier ainsi une place sociale. Face aux contraintes de la violence familiale et institutionnelle certains jeunes choisissent le monde de la rue en quête d’un ailleurs mythique où ils pourront se réaliser à travers des lieux représentant un potentiel transitionnel (Winnicott, 1975) en résonnance avec leur parcours biographique. C’est pourquoi l’on parle de jeunes de la rue et non dans la rue, car la plupart développe un fort sentiment d’appartenance au milieu de la rue en y développant des stratégies de survie et en recomposant une famille fictive entre pairs ; un peu à l’image d’un chez soi reconstitué.

7Pour comprendre ce paradoxe, il importe de ne pas exclure la marge de la société : « […] être à la marge renvoie à la fois à un espace périphérique mais aussi à l’insertion de celui-ci dans les rapports sociaux de la société » (Jérôme, 2002, p. 102). C’est pourquoi nous avons formulé le concept de « socialisation marginalisée » (Parazelli, 1997) pour rendre compte de cette dimension paradoxale des pratiques urbaines des jeunes de la rue à Montréal. Le concept de socialisation marginalisée se distingue de celui de marginalisation sociale par l’hypothèse paradoxale d’un désir d’insertion sociale par la marge et non simplement le résultat d’un processus de mise à l’écart de la société. En effet, pour plusieurs jeunes, la marge sociale peut offrir des lieux de pratiques rassemblant les conditions d’un processus de réalisation de soi. Le concept de socialisation marginalisée indique aussi la présence d’une tension conflictuelle entre le sujet comme acteur et la structure qui, souvent, le contraint dans ses désirs de socialisation (Parazelli,

81997 ; 2002). De plus, soulignons que les résultats de la recherche doctorale de Colombo (2007) montrent que les jeunes qui sont sortis de la rue expriment tous des désirs de normalité. À l’instar d’Orcel (2006, p. 213), nous pensons que « l’opposition cache l’appartenance. Dans la mesure où la société est constitutive d’une part importante de l’identité, le déficit identitaire pousse les personnes à vouloir quand même être reconnues du monde extérieur ordinaire ».

  • 2 . Pour en savoir plus sur la façon d’utiliser ce concept dans la recherche auprès des jeunes de la (...)

9Alors que certains attirent l’attention sur les potentiels de socialisation des marges sociales, d’autres les condamnent comme autant de formes d’incivilités menaçant l’ordre social. Rappelons que, sur le plan normatif, la vie de rue n’est pas bonne ou mauvaise en soi, elle est ce que les jeunes et les adultes en font, et les dangers proviennent autant des risques encourus par les pratiques sociales des jeunes que par les contraintes institutionnelles et urbaines que les jeunes y rencontrent telles que l’augmentation de la répression policière notamment. En ce sens, le concept « d’espace transitionnel » de Winnicott (1975) constitue un analyseur fort pertinent pour repérer un potentiel de socialisation au-delà des apparences comportementales suscitant d’emblée des jugements moraux négatifs2. C’est pourquoi il importe de considérer autant le monde de la rue comme un lieu de différenciation sociale (distinction, démarcation, opposition, etc.) que d’aliénation sociale (relégation, disqualification, désaffiliation, désaffection, etc.) (Parazelli, 2003). Si la complexité est au rendez-vous, le défi de la recherche est de tenter de dégager des points communs, des invariants ou des lignes directrices associées à ce type de rapport social. Tributaire du contexte nord-américain, examinons le contexte urbain montréalais, au sein duquel les jeunes de la rue ont évolué jusqu’à récemment.

L’impératif économique de la compétitivité internationale des grandes villes

10Les recherches traitant des jeunes de la rue et des sans-abri au Québec de ces dix dernières années révèlent un recours accru à des dispositifs sociospatiaux et à des pratiques de judiciarisation pour évacuer, expulser ou disperser les populations marginalisées vivant dans les espaces publics et semi-publics (aménagement d’espaces vacants, interdiction de mendier, surveillance policière accrue, distribution zélée de contraventions, etc.) (Bellot et coll., 2005 ; Laberge, Poirier et Charest, 1998). Depuis la dernière moitié des années quatre-vingt-dix, l’occupation sociospatiale d’espaces publics et semi-publics par des jeunes de la rue fréquentant le centre-ville de Montréal a été perçue par plusieurs acteurs comme un encombrement sociosymbolique (Parazelli, 2000). Le contexte de revitalisation des centres des grandes villes nord-américaines n’est pas étranger à ces modes de gestion de l’espace public (Parazelli, 2002 ; Colombo et Parazelli,

112002 ; Mercier, Morin et Parazelli, 1999). L’arrivée de nouveaux résidents et commerçants fait en sorte d’accroître le sentiment d’insécurité face à ces réalités sociales méconnues de ces nouveaux arrivants.

12Plus qu’un problème de cohabitation entre des populations hétérogènes nous avons affaire ici à un enjeu économique de taille. Les projets de revitalisation urbaine répondent en fait à l’impératif de la compétitivité internationale entre centres-villes menant ces derniers à entreprendre une course à la spécialisation économique de leurs attraits commerciaux ainsi que de leurs structures d’accueil pour l’investissement dans une perspective néolibérale. Par exemple, le centre-ville de Montréal est considéré comme l’un des plus sécuritaires au monde pour l’organisation de festivals internationaux en plein-air. La plupart des intervenants que nous avons interviewés à ce sujet étaient préoccupés par la revitalisation de lieux pouvant diffuser des prégnances de prospérité, de détente et de fête. Par conséquent, la présence des jeunes de la rue fut perçue comme des objets véhiculant des formes de décadence urbaine et d’échec social étant donné que leurs pratiques sont souvent interprétées comme du flânage, de la misère économique, de l’oisiveté, de l’incivilité et de la délinquance.

13Le problème social n’est pas tant de revitaliser l’espace urbain que de le faire en renforçant l’exclusion de personnes déjà marginalisées comme s’il s’agissait de simples externalités négatives. Maintenant, les gestionnaires urbains considèrent le centre-ville comme une entreprise privée au sein de laquelle tous doivent avoir une certaine utilité sous peine d’exclusion (Cauchy, 2004 : A-5). Les résultats de la recherche de Bellot et coll. (2005) à propos de la judiciarisation des populations itinérantes de Montréal rendent visibles un mode de gestion des populations marginalisées qui tend à se généraliser dans d’autres villes nord-américaines à l’instar de New York (Roché, 2002, p. 19). Selon les auteurs de cette recherche, les constats d’infraction ont quadruplé entre 1994 et 2004. C’est la prison qui fut le principal recours de ces populations pour payer leur dette de contraventions impayées. Mentionnons aussi l’adoption en 2004 des Safe Street Acts dans les villes de Vancouver et de Toronto interdisant aux sans-abri de mendier ou de pratiquer le squeegee. Plus largement, la littérature nord-américaine et européenne nous indique que depuis les années quatre-vingt-dix, les gestionnaires urbains adopteraient des approches fondées sur la tolérance zéro en ce qui regarde les comportements incivils auxquels on associerait la présence des populations marginalisées. Pour gérer ces situations, des lois « anti-itinérance » et des stratégies « d’invisibilisation » des sans-abris sont déployées pour les exclure des lieux publics.

14Devant la plus grande disponibilité des capitaux dédiés à l’investissement en 2001, nous avons assisté à un boom immobilier dans les secteurs historiquement appropriés par les populations marginalisées, dont les jeunes de la rue. Depuis ce temps, nous assistons aussi à un éclatement de la catégorie sociologique des jeunes de la rue qui ne peuvent plus se retrouver collectivement au sein de lieux constituant autant de repères identitaires (Beauchemin, 2006). Le centre-ville s’embourgeoise surtout depuis 2001, où environ 2 500 appartements (condos) ont poussé en 6 ans. Les terrains prennent de la valeur pour en faire le « quartier des spectacles » et l’arrondissement Ville-Marie compte 6 000 résidents de plus qu’en 1991. Selon le commandant du poste de quartier, ce contexte accéléré de transformations du milieu créerait un « choc de classes sociales » où « les gens qui viennent s’installer s’attendent à une certaine quiétude. Ils ont payé cher leur condo, explique le policier. C’est incroyable le nombre de plaintes que nous avons » (Côté, 2006 : A-4).

15Cette situation soulève des questions sur le plan politique et démocratique, notamment en ce qui concerne l’accès à l’espace public pour tous, qu’importe l’appartenance à une classe sociale ou d’âge. Comment les responsables municipaux arrivent-ils à gérer ce conflit du droit à la ville dans un tel contexte ? Comment le principe démocratique d’urbanité peut-il s’accorder avec la stigmatisation croissante de certains citoyens dans les espaces publics ?

Des urbanités en conflit

16Selon Vanoni (1994, p. 66-69), l’étude de la notion d’urbanité est née de l’anthropologie urbaine anglo-saxonne, de l’héritage de l’école de Chicago et de réflexions sur les relations de l’acteur social avec l’univers urbain. Monnet (2000, p. 9, 10) définit l’urbanité comme les « relations que les êtres humains doivent entretenir entre eux quand ils habitent une ville et qu’ils doivent coexister dans cet espace. […] La réflexion sur l’urbanité surgit donc d’abord comme une réflexion sur les modalités du “vivre ensemble” en ville ». Dans une perspective plus urbanistique, Ostrowetsky (1988 : 101) désigne par urbanité des espaces de co-présence différenciés en fonction du type d’ambiance publique. Cette définition de l’urbanité implique, selon l’auteure, l’existence d’« espaces sociables » garantissant aux usagers une « proximité non problématique » aux autres tout en préservant leur intégrité minimale. Quant à Berque (1995, p. 406), il fait aussi référence à cette idée de savoir-vivre en ville : « Le concept d’“urbanité” renvoie donc à cette idée de relations entre les hommes et de la bonne façon de les accomplir, de les exprimer, dans un cadre qui est la ville, l’idée de civilité étant indissociable de celle de ville. »

17Ces définitions de l’urbanité se distinguent nettement de celle récemment développée par certains géographes (Lussault et Lévy, 2003) qui attribuent à ce concept la somme des caractères proprement urbains de l’espace d’une ville. Par exemple, il s’agirait de définir des caractères urbains afin de pouvoir caractériser l’état spécifique de l’organisation sociale d’une ville donnée pour en révéler une certaine hiérarchisation ainsi qu’un potentiel en termes de capital urbain.

18Pour ce qui nous intéresse, retenons plutôt l’idée d’une urbanité visant à rendre compte des modalités de coexistence des groupes différents d’acteurs vivant en ville, dont les modalités du droit à la ville pour l’ensemble des citoyens en constituent une déclinaison fondamentale, même si les rapports sont conflictuels comme pour les jeunes de la rue.

19Précisons que l’espace de la rue forme le cadre quotidien de la communication urbaine interne où se meut le corps (Larsen, 1997, p. 34). Et la valorisation des lieux de même que le choix de certains usages diffèrent selon les représentations socioculturelles que nous nous en faisons. Il n’existerait donc pas une seule façon de pratiquer l’urbanité ou de cohabiter dans l’espace public. Doit-on parler alors « des urbanités » et non de « l’urbanité » en soi comme si elle avait un caractère absolu quasi essentialiste ? En effet, la visibilité constante des jeunes de la rue dans les espaces publics constitue autant de rappels du désir d’appropriation d’une place sociale en dehors des normes dominantes des modalités du vivre ensemble d’une certaine urbanité idéalisée. Il importe de ne pas évacuer les orientations idéologiques et politiques dans la construction sociale de ce que l’urbanité devrait prescrire comme modalités du vivre ensemble en ville.

20Autrement dit, il ne suffit pas que les acteurs se soient concertés sur leurs désirs de cohabitation pour que celle-ci se réalise : « La communication intersubjective ne met pas face à face des individus ; elle est la rencontre de positions sociales et de ressources de pouvoir autant que d’imaginaires personnels et collectifs » (Touraine, 1994, p. 206). Ces imaginaires ne doivent pas être sans rapport avec les positions sociales et les lieux convoités pour affirmer des aspirations identitaires qu’elles soient personnelles, collectives, corporatives, institutionnelles, etc.

21En effet, les conflits d’appropriation de l’espace urbain en revitalisation révèlent assurément des logiques économiques mais aussi identitaires compte tenu du fait que les groupes d’acteurs marginaux et non marginaux investissent certains lieux de significations symboliques qui leur sont propres. Ces diverses logiques affectent nécessairement les modalités du vivre ensemble. D’ailleurs, pour plusieurs acteurs, un même lieu peut être investi de significations différentes, et par conséquent, d’usages différents et de modalités de coexistence différentes. Il peut en découler des conflits d’appropriation lorsque ces mêmes lieux sont convoités par des acteurs ayant des repères normatifs différents ou en contradiction les uns avec les autres.

22Explorer la composition de ces imaginaires collectifs qui cohabitent de façon conflictuelle devient alors une piste intéressante de recherche pour rendre compte des sens d’urbanité en jeu. Nous proposons cette exploration à partir de l’étude des modes de relation de deux groupes d’acteurs selon les représentations sociales qu’ils se font de la vie de rue pour les jeunes de la rue eux-mêmes et de la présence de ces jeunes de la rue pour les gestionnaires urbains.

MODES DE RELATION À LA VIE DE RUE SELON LES REPRÉSENTATIONS SOCIALES DES ACTEURS

  • 3 . Pour comprendre théoriquement ce phénomène d’investissement sociosymbolique de l’espace, un détou (...)

23L’individu ne peut exister en dehors des lieux, même lorsqu’il est de passage. Hubert (1993, p. 192) avance que « Tout événement d’origine humaine est localisé ; il s’inscrit dans différentes topologies définissant des types de rapports de positions et conditionnant les relations avec les autres événements produits antérieurement ou simultanément ». Ainsi, importe-t-il de mieux comprendre comment les lieux participent à structurer notre existence individuelle et sociale. Pour s’identifier, l’individu est « […] à l’affût de tout ce qui peut constituer un support à des projections dans la réalité externe » (Mendel, 1977, p. 252). Et, selon le degré d’attractivité des lieux, ce processus d’identification permettrait à l’individu non seulement de se localiser au sein d’un réseau de lieux, mais aussi d’affirmer une place sociale revendiquée, de manifester son indifférence ou d’en subir l’assignation. En ce sens, même les populations marginalisées telles que les itinérants (SDF), les jeunes de la rue ou les prostitués-es, ne vivraient pas dans un no man’s land, ni selon un mode de vie d’errance spatiale, mais en fonction d’un univers sociospatial spécifiquement investi de significations symboliques (Parazelli, 2002)3. Cette façon de concevoir le mode d’appréhension de l’espace rejoint le questionnement d’Ostrowetsky (1994, p. 302) à propos du déterminisme spatial : « Qui ou quoi du lieu agit ? Il y a ici, en musique comme à propos de l’espace, une complexité plus grande ; non pas production de signification mais de sensibilité : adhérence entre le sujet qui reçoit et l’objet qui émet. »

24En ce qui concerne les enjeux sociopolitiques entourant l’appropriation de l’espace, on peut comprendre qu’une « topologie des places » résulte du rapport de force entourant les enjeux d’appropriation spatiale et de contrôle des règles de l’imaginaire sociosymbolique qui fondent le processus identitaire à partir des prégnances attractives et répulsives des lieux. Contrairement au sens commun, on ne créerait pas des espaces stricto sensu, on s’y positionnerait. Ainsi, la connaissance des imaginaires collectifs des jeunes de la rue et des gestionnaires urbains représenterait une clé de compréhension du conflit d’appropriation de l’espace du centre-ville-est de Montréal et du type de gestion de l’urbanité en marge.

25Avant de présenter notre analyse à ce sujet, définissons ce que nous entendons par imaginaire collectif. Pour ce faire, je renvoie le lecteur à l’ouvrage de Giust-Desprairies (2003, p. 121, 180) qui définit l’imaginaire collectif comme « un système d’interprétations destiné à produire du sens. Sens que le groupe donne à la réalité pour, en même temps, se signifier lui-même dans la mesure où la perception de la réalité est simultanément une perception d’existence ». Cette auteure ajoute que l’imaginaire collectif représente une illusion partagée dans le sens que celui-ci serait un « référent nécessaire au point de se confondre avec la réalité elle-même » et acquerrait ainsi un statut d’objectivité.

26C’est à partir des représentations sociales que se faisaient les individus sur la place sociale des jeunes de la rue que nous avons pu dégager des imaginaires collectifs pour l’un et l’autre groupe d’acteurs. À partir de ces représentations individuelles, nous avons pu relever certains modes de relation symbolique à la vie de rue et aux jeunes de la rue. Ce sont ces modes de relation symbolique qui ont orienté notre travail de caractérisation des imaginaires collectifs. Voyons d’abord l’imaginaire collectif des jeunes de la rue.

L’imaginaire de l’autonomie naturelle

27Chez les jeunes de la rue, l’attraction de la vie de rue fait l’objet d’une valorisation différentielle d’un mode de vie, selon qu’il est fondé sur la liberté, l’affirmation de soi ou l’indépendance. Ce tripode relationnel structure ce que j’ai appelé l’imaginaire de l’autonomie naturelle (Fig. 1).

Figure 1 : Modes de relation des jeunes de la rue

Figure 1 : Modes de relation des jeunes de la rue

Source : Michel Parazelli.

28J’ai distingué chez les jeunes de la rue trois modes de relation au « milieu de la rue » qui, parce qu’ils interagissaient entre eux, contribuaient à structurer cet imaginaire d’une autonomie acquise naturellement sans l’aide des adultes ou du social institué. Chacun de ces modes de relation était rattaché ou découlait de certaines formes de relations parentales transmettant non pas du vide, mais des normes particulières quant à l’établissement de liens sociaux. Il s’agit des formes de relations parentales incohérentes, d’abandon, de domination, de superficialité et de détachement. C’est à partir de ces formes de relations parentales que les jeunes ont développé un mode de relation à la vie de rue et, par la suite, au gré des rencontres sociales, les jeunes tentent ou non d’en réélaborer le sens. Fondé sur l’imaginaire social de l’autonomie naturelle, ces modes de relation traduisent sur le plan cognitif un registre axiologique ambivalent de valeurs d’indépendance/dépendance (registre prépondérant de la forme de relations parentales de domination, de superficialité et de détachement), de liberté/contrainte (registre prépondérant de la forme de relations parentales incohérentes) et d’affirmation de soi/négation de soi (registre prépondérant de la forme de relations parentales d’abandon).

29L’interaction de ces trois modes de relations au « milieu de la rue » structure cet imaginaire de l’autonomie naturelle en formant une cohérence sociale des désirs individuels (affirmation, liberté et indépendance). Survivre entre soi pour trouver une place sociale et compenser l’angoisse de la dépression à laquelle plusieurs de ces jeunes résistent. L’imaginaire collectif de la rue se nourrit de la force symbolique d’une nature primitive survalorisée ou d’une nature dont on maîtriserait le développement en domestiquant ses forces dynamiques (comme un retour aux valeurs fondamentales du lien social au sein d’une jungle urbaine). Ces modes de relation des jeunes de la rue orientent les destinations de leur trajectoire d’évasion de leur milieu d’origine. Traduisons cette observation en un raisonnement mettant en rapport l’espace et l’imaginaire. De façon générale, les lieux les plus communément attractifs étaient ceux qui, sur les plans esthétique et affectif, spatialisaient des prégnances articulées autour des valeurs d’attribution identitaire d’origine de ces jeunes, c’est-à-dire des valeurs de transgression (ex. : relations parentales incohérentes), d’abandon (ex. : relations parentales d’abandon) et de rejet (ex. : relations parentales de domination, de superficialité et de détachement). La reconnaissance spatiale de ces valeurs servait de points de repère topologiques permettant aux jeunes de la rue de se rassembler et de s’identifier collectivement à certains lieux d’appartenance plutôt qu’à d’autres.

L’imaginaire écosanitaire des gestionnaires urbains

30Loin de considérer les pratiques urbaines des jeunes de la rue comme un processus de recomposition identitaire, la majorité des intervenants interviewés ont adopté un discours économique teinté d’écologisme lié aux nécessités adaptatives de la revitalisation de ce secteur du centre-ville (rebaptisé Faubourg Saint-Laurent). Le second schéma (Fig. 2) présente une synthèse des modes de relations des gestionnaires urbains à la présence des jeunes de la rue au centre-ville-est de Montréal.

  • 4 . Pour prendre connaissance d’une analyse semblable, voir l’article de Séchet (2006) à propos de l’ (...)

31Au-delà de la diversité des formes d’exercice du pouvoir de répression urbaine et des modes de relations, les intervenants interviewés partageaient un imaginaire spécifique à la présence des jeunes de la rue. Cet imaginaire est structuré par des projections subjectives imprégnées de l’idéologie de l’écologie urbaine datant du début du XXe siècle. L’imaginaire écosanitaire montre la revitalisation urbaine et les problèmes qui peuvent lui être associés comme relevant d’un milieu naturel. J’ai regroupé ces modes de relations en trois pôles de projections subjectives. Le premier correspond au premier pôle contradictoire insécurité/sécurité, le deuxième à celui des incivilités/civilités et le troisième à ce qui touche au sauvage/cultivé. Cette catégorisation vise à mettre en évidence une structure de relations sociosymboliques possédant une cohérence interne et qui permet de légitimer un certain nombre d’actions répressives auprès des jeunes de la rue ou de leurs traces4.

Figure 2 : Représentations sociales de la gestion urbaine de la marge sociale (1994-2006)

Figure 2 : Représentations sociales de la gestion urbaine de la marge sociale (1994-2006)

Source : Michel Parazelli.

32En ce qui regarde le pôle insécurité/sécurité, certains intervenants invoquent le syndrome de la vitre brisée (Broken Windows) tel que conçu par Kelling et Wilson (1982) et qui consiste à établir un lien de causalité naturelle entre le laisser-aller des autorités lorsqu’il y a un début de dégradation physique des lieux, l’augmentation de signes de dégradation et le développement du sentiment d’insécurité des individus. D’ailleurs, pour expliquer la présence des itinérants et des jeunes de la rue dans le secteur, les intervenants invoquent tous la présence de terrains vacants ou de graffitis dans une perspective naturaliste des pratiques spatiales de sociabilité. Certains intervenants ont invoqué la propension à vandaliser les équipements et les propriétés privées en présence d’édifices désaffectés ou à donner libre cours à leur agressivité. Cet imaginaire écosanitaire est tellement prégnant que cette rationalité pré-théorique devient en fait ce que Korosec-Serfaty (1991, p. 241) a appelé une « morale spatiale » qui guide notre jugement sur la valeur sociale des lieux :

« Nous nous complaisons à penser qu’il existe une sorte de morale spatiale, qui se résume à une adéquation entre gens et lieux. Dans une vision de la ville où les beautiful people fréquentent les lieux urbains estimés, les lieux sinistres sont habités par des gens louches. Et si les marginaux occupent les terrains vagues, c’est qu’il y a bien adéquation entre les restes sociaux que les premiers représentent et le reste spatial que sont les seconds. »

33Aussi, les moyens d’actions préconisés par certains intervenants constituent la solution logique de cette rationalité : construire, rénover, nettoyer et surveiller. L’objectif de ces actions vise à conjurer cet effet d’entraînement pendant qu’on transforme les lieux à l’aide de nouveaux immeubles et en rénovant le cadre bâti ancien.

34Le deuxième pôle incivilité/civilité renvoie à tout ce qui concerne les comportements transgressifs de la civilité urbaine (violence verbale, dégradation d’équipements, tags et graffitis, cris, etc.). Ici, une association naturelle est établie entre les espaces interstitiels et la présence d’incivilités. Ces lieux auraient une fonction indéterminée ou non suffisamment déterminée, de sorte que d’autres fonctions puissent s’y enraciner et déranger les passants, les résidents ou les commerçants. Ici, la logique consiste à dissuader les jeunes de la rue et autres personnes marginalisées de trop « contaminer » de leur présence et de leurs signes l’espace public ou indéterminé du secteur. Certains architectes vont d’ailleurs concevoir des places publiques en fonction d’une plus grande déambulation des piétons de façon à décourager le stationnement et la fixation des personnes itinérantes sur les lieux.

35Quant au troisième pôle sauvage/cultivé, il réfère spécifiquement à la gestion des risques de voir se développer d’autres ordres de pratiques urbaines que celles autorisées par la réglementation municipale et l’univers de la consommation. C’est comme si « la poussière attirait la poussière », ou encore comme s’il y avait une loi écologique distribuant naturellement les jeunes de la rue et les itinérants dans les lieux vacants, désaffectés, mal éclairés, sales et repoussants. Bref, selon cet imaginaire social, ces lieux constitueraient « leur milieu naturel », un peu comme des plantes pionnières colonisant un terrain laissé à l’abandon. L’écologie ne nous enseigne-t-elle pas que ce sont toujours les mêmes végétaux, des vivaces communément appelées des mauvaises herbes, qui viennent s’y enraciner en premier ? Il serait donc normal que ces lieux les attirent tant. Non seulement seraient-ils attirés naturellement par ces lieux, mais ils seraient aussi portés à étendre leur territoire en accélérant le processus de détérioration propice à leur établissement et leur développement. Bref, ils feraient peur aux autres citoyens et accéléreraient ainsi la dynamique entropique de la dévitalisation. D’ailleurs, dans certains médias, ne parle-t-on pas d’eux comme d’une « faune » sauvage qu’il faut domestiquer en les contenant au square Berri afin d’éviter d’autres « migrations » nuisibles ? Il s’agit ici d’équilibrer le niveau d’invasion de cette population avec des mesures telles que la programmation de pièces d’opéra dans les haut-parleurs de l’édicule du métro Berri.

36Les termes dégénérescence, dévitalisation, malpropreté, dégradation, abandon, érosion, dévastation, nuisance, irritant, etc. reflètent bien cet imaginaire écosanitaire qui devient très commode étant donné l’engouement actuel pour les valeurs écologiques. Même le terme revitalisation témoigne de la prégnance de cette imaginaire écosanitaire : redonner une vie saine au cœur de la ville !

CONCLUSION

37Ce choc des imaginaires n’est pas sans conséquences politiques pour la place sociale des jeunes de la rue qui tendent à se replier de plus en plus profondément dans la marge sociale ; de sorte que les intervenants s’inquiètent davantage du sort qui leur est réservé. Ils ont presque disparu des lieux habituellement fréquentés et l’intervention auprès de ces jeunes s’en trouve compliquée. La gestion écosanitaire de l’urbanité face aux jeunes de la rue ne fait pas que fragiliser ces jeunes en déstabilisant leurs lieux d’appartenance. Cet imaginaire collectif de la gestion urbaine naturalise les rapports sociaux en évacuant ainsi la dimension politique de la ville de par la substitution des relations de pouvoir par des lois écologiques. De plus, cet imaginaire tend à traiter la personne comme un moyen pour améliorer la revitalisation et non comme une fin ; et à ne pas reconnaître aux jeunes de la rue le droit de s’exprimer.

38Pourtant, comme nous le rappellent fort judicieusement Foret et Bavoux (1990, p. 53-54), le sens d’un lieu ne se décrète pas, mais se construit dans le temps, en fonction des investissements sociaux, économiques ou culturels dont ce lieu fait successivement l’objet. Il importe alors de reconnaître les représentations sociales comme des enjeux de pouvoir et de normalisation liés à la construction du statut politique des sujets marginalisés et d’une urbanité spécifique. En effet, cet imaginaire écosanitaire est en train de produire et de légitimer le développement de l’infra-politique (citoyens de seconde zone). En ce sens, la recherche sociale sur les imaginaires collectifs peut contribuer à révéler des positions politiques dont la légitimité repose sur des idéologies s’éloignant de l’idéal démocratique par exemple. Il s’agit pour nous d’inscrire cette démarche dans une perspective de renouvellement démocratique des pratiques d’intervention associées à la marge sociale dans l’espace public.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Beauchemin M., « Des sans-abri craignent de perdre un repère », La Presse, Actualités, samedi 3 juin, 2006, p. A-20.

Bellot C., Raffestin I., Royer M.-N. et Noël V., « La judiciarisation des populations itinérantes à Montréal de 1994 à 2004. Sommaire et faits saillants de la recherche », Rapport distribué lors de la Conférence canadienne sur l’itinérance, Toronto, 17-20 mai 2005.

Berque A., « La valeur des formes dans l’urbanité japonaise », dans Gourdon J.-L., Perrin E. et Tarrius A. (dir.), Ville, espace et valeur. Un séminaire du Plan Urbain, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 404-415.

Capron G. ET Monnet J., « L’urbanité et les processus d’identification », Monnet J. ET Capron G., (dir.), L’urbanité dans les Amériques. Les processus d’identification socio-spatiale, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 9-16, 2000.

Cauchy C., « Les itinérants ne sont bienvenus « nulle part », dit le conseiller Yeomans. Une poignée de manifestants en appellent à la tolérance de la Ville », Le Devoir, 12 mai 2004, p. A-5, 2004.

Colombo A., La sortie de la rue des jeunes à Montréal. L’enjeu de la reconnaissance, Thèse de doctorat en études urbaines, Montréal, UQAM, 2007.

Colombo A. et Parazelli M., « Quand la revitalisation urbaine dévitalise la marge sociale juvénile. Un enjeu pour la sortie de la rue », Frontières, vol. 15, n° 1, 2002, p. 39-46.

Côté É., « Sus aux sans-abri dans le centre-ville ! Des chiens de garde en renfort pour protéger les résidants », La Presse, samedi 23 septembre 2006, p. A-1, 4.

Foret C. et Bavoux P., En passant par le centre… La rue de la République à Lyon. Anthropologie d’un espace public, Lyon, Trajectoires, 1990.

Giust-desprairies F., L’imaginaire collectif, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2003.

Hubert J.-P., La discontinuité critique. Essai sur les principes a priori de la géographie humaine, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993.

Jérôme L., « Les itinéraires de l’exclusion pour un groupe de sans-abri », Ethnologies space/espace, vol. 24, n° 1, 2002, p. 101-117.

Kelling G.-L. et Wilson J.-Q., « Broken windows. The police and neighborhood safety », The Atlantic Monthly, mars, 1982.

Korosec-Serfaty P., « La ville et ses restes », dans Germain A. (dir.), L’aménagement urbain. Promesses et défis, Montréal, IQRC, 1991, p. 233-267.

Laberge D., Poirier M. et Charest R., « Un étranger dans la cité : la présence de l’itinérant et la représentation de l’itinérance », Nouvelles pratiques sociales. vol. 11, n° 1, 1998, p. 19-24.

Larsen S. -E., « La rue entre ville et nature », dans Larsen S. -E. et Ballegaard-Petersen A. (dir.), La rue – espace ouvert, Odense, Odense University press, 1997.

Lussault, M. et Lévy J., « Urbanité », dans Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Éditions Belin, 2003, p. 966-967.

Mendel G., La chasse structurale. Une interprétation du devenir humain, Paris, Payot, 1977.

Mercier G., Morin R. et Parazelli M., « La ville et le choc des imaginaires : populations marginalisées et revitalisation urbaine », dans Morisset L. -R., Noppen L. et Saint-Jacques D. (dir.), Ville imaginaire, ville identitaire. Échos de Québec, Sainte-Foy, Nota Bene, 1999, p. 209-227.

Orcel G., La rue « choisie », Paris, L’Harmattan, 2006.

Ostrowetsky S., « Suite sur la puissance des dispositifs spatiaux », dans Pellegrino P. (dir.), Figures architecturales. Formes urbaines : Actes du congrès de Genève de l’Association internationale de sémiotique de l’espace, Genève, Anthropos, 1994, p. 287-302.

Ostrowetsky S. (dir.), La civilité tiède. Recherche sur les valeurs urbaines dans les « nouveaux centres », Aix-en-Provence, EDRESS et CERCLES, 1988.

Parazelli M., « La marginalité serait-elle normale ? », dans Rousseau V. (dir.), Indiscipline et marginalité, Montréal, Société des arts indisciplinés, 2003, p. 67-87.

Parazelli M., La rue attractive. Parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 2002, 358 p.

Parazelli M., « L’encombrement socio-symbolique des jeunes de la rue au centre-ville de Montréal. Le cas d’un quartier en revitalisation : le Faubourg Saint-Laurent », dans AUGUSTIN J. -P. et SORBETS C. (dir.), Lieux communs. Aperçus sur l’aménagement de places et de parcs au Québec, Talence (France), Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2000, p. 169-199.

Parazelli M., Pratiques de « socialisation marginalisée » et espace urbain : le cas des jeunes de la rue à Montréal (1985-1995), Thèse de doctorat en études urbaines, Montréal, université du Québec à Montréal, 1997, 562 p.

Roché S., Tolérance zéro ? Incivilités et insécurités, Paris, Éditions Odile Jacob, 2002.

Santé Québec, Dénombrement de la clientèle itinérante dans les centres d’hébergement, les soupes populaires et les centres de jour des villes de Montréal et de Québec 1996-1997, Québec, Gouvernement du Québec, 1998.

Séchet R., « Le populaire et la saleté : de l’hygiénisme au nettoyage au Kärcher », dans Bulot T. et Veschambres V. (dir.), Mots, traces et marques. Dimension spatiale et linguistique de la mémoire urbaine, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 205-228.

Thom R., « Saillance et prégnance », dans Kaës R. et Anzieu D. (dir.), L’inconscient et la science, Paris, Dunod, 1991, p. 64-82.

Touraine A., Qu’est-ce que la démocratie ?, Paris, Librairie Arthème Fayard.

Vanoni D., « Réhabilitation et urbanité », dans Vulbeau A. et Barreyre J. -Y. (dir.), La jeunesse et la rue, Paris, Desclée de Brouwer, 1994, p. 61-76.

Winnicott D. -W., Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard, 1975.

Notes

1 . Le squeegee est le nom d’une marque commerciale d’une raclette servant à laver les pare-brise des automobiles. L’usage populaire veut que l’on désigne les jeunes pratiquant ce petit boulot de squeegees.

2 . Pour en savoir plus sur la façon d’utiliser ce concept dans la recherche auprès des jeunes de la rue et sur les indicateurs associés à l’espace transitionnel, voir Parazelli (2002).

3 . Pour comprendre théoriquement ce phénomène d’investissement sociosymbolique de l’espace, un détour du côté des travaux de Thom (1991) spécifiquement en ce qui regarde les concepts de « saillance » et de « prégnance » utilisés pour rendre compte des significations spatialisées dans un processus d’appropriation spatiale.

4 . Pour prendre connaissance d’une analyse semblable, voir l’article de Séchet (2006) à propos de l’imaginaire hygiéniste face à la pauvreté et la culture populaire en France.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Modes de relation des jeunes de la rue
Légende Source : Michel Parazelli.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27183/img-1.jpg
Fichier image/, 162k
Titre Figure 2 : Représentations sociales de la gestion urbaine de la marge sociale (1994-2006)
Légende Source : Michel Parazelli.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27183/img-2.jpg
Fichier image/, 149k

Auteur

Professeur-chercheur École de travail social Université du Québec – Montréal – Canada

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540