Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien

 | 
Isabelle Danic
, 
Olivier David
, 
Sandrine Depeau

Troisième partie. « Pratiques, participation et actions politiques »

« La généralisation des sanctions », les jeunes et l’espace public

Rachel Manning, Robert Jago et Julia Fionda

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 . Nous parlerons plus loin de l’utilisation du « décret sur la dispersion » tel qu’il a été présent (...)
  • 2 . Une grande documentation existe sur l’utilisation du CDA (Crime and Disorder Act) auprès des jeun (...)

1Cela fait maintenant dix ans que le gouvernement travailliste du Royaume-Uni, depuis sa victoire écrasante aux élections parlementaires, rappelle sans cesse qu’il sera « sévère avec la délinquance et la source de la délinquance ». Déjà, dans l’opposition, le parti travailliste considérait que tout homme devait avoir le droit de mener une existence paisible (Labour Party, 1995), ce que les gouvernements ne peuvent garantir que s’ils considèrent la délinquance dans sa conception la plus large. Il fut proposé que cette acception très large rende compte de la récurrence d’un comportement, non pas délinquant à proprement parler, mais dont l’effet répétitif conduit au trouble de l’ordre et à une dégradation générale des communautés vulnérables. Pour faire face à ce qu’il considère comme un problème, le gouvernement se fit remarquer par la création du décret relatif au comportement antisocial (ASBO : Antisocial Behaviour Order), au sein d’une loi qui fait date, la loi sur la délinquance et le trouble à l’ordre public (Crime and Disorder Act). Ce décret, et tous les autres qui constituent une varia- tion sur ce thème1, sont importants, car, comme le dit Rutherford, leur statut de quasi-criminalité signifie que leur utilisation nuance les contraintes imposées par le droit pénal (Rutherford, 2000). Cela induit qu’ils sont « définis en référence à une victime » (Fionda, Jago, Manning, 2006). Ces deux points nous ont conduits dans la pratique à employer le terme de « sanctions généralisées ». Donoghue explique que « la loi, de manière générale, prétend à une précision exigeante et dépourvue d’ambiguïté lorsqu’il est question de définir un comportement proscrit par elle » (Donoghue, 2007). Ce n’est pas toujours le cas dans l’application d’un ASBO. L’ASBO a eu un impact important sur les jeunes et la manière dont ils mènent depuis leur existence2. Si l’on peut dire que le recours à l’ASBO permet de personnaliser un délit, son impact sur les jeunes peut varier de manière importante. Dans cet article, nous analyserons les implications spatiales de la récente loi sur le comportement antisocial en Angleterre et au Pays de Galles. Nous définirons les caractéristiques majeures de cette loi, car elles ont une importance capitale dans la régulation spatiale des jeunes. Puis nous définirons un cadre de psychologie sociale afin d’analyser l’impact de cette loi sur le vécu qu’ont les jeunes de l’espace public en particulier. Enfin, nous proposerons quelques unes des premières observations faites à partir des données collectées auprès des jeunes frappés d’une condamnation d’ASBO, et de leur famille.

LES CARACTÉRISTIQUES DE L’« ANTISOCIAL BEHAVIOUR ORDER » (ASBO)

Le contexte

2En proclamant le droit fondamental à mener une vie paisible, le gouvernement, encore dans l’opposition, se focalisait sur le déclin grandissant des communautés locales, qui subissaient apparemment l’assaut de jeunes sauvages au comportement incontrôlable, dont la présence gâchait la vie de ceux qui se trouvaient à leur contact. Pour son projet de consultation, le parti travailliste a exploré deux études de cas concrètes, inspirées de faits divers : les exploits des frères Finnie et de la Famille X. Elles ont contribué à dresser un tableau assez sombre de la vie britannique contemporaine (Macdonald, 2006). Ces études de cas ont été en partie utilisées pour décrire le type de comportement que l’ASBO était censée cibler, mais lorsqu’elles furent ajoutées à la rhétorique puissante du nouveau programme sur la justice des mineurs, le message est devenu clair. Il n’y aurait donc plus aucune excuse.

  • 3 . Les dispositions concernant la sécurité des enfants (Child Safety Order) s’appliquent aux enfants (...)

3L’ASBO et les décrets relatifs à la justice des mineurs ont le pouvoir de libérer nos cités de ce fléau avéré. Ces images et ce langage, qui se sont avérés populaires au sein de l’opposition, n’ont pas été édulcorés lorsque les promesses de réforme sont devenues des projets de loi. Soutenu par une majorité confortable à la Chambre des communes, le gouvernement a présenté son projet de loi sur la criminalité et le trouble à l’ordre public (Crime and Disorder Bill) en rappelant à quel point l’ASBO était un outil crucial dans la lutte contre la décadence des cités. Le projet contenait également d’autres lois destinées à traiter les cas situés hors du champ de l’ASBO3. Interrogé sur l’apparente élasticité du concept de comportement antisocial, Lord Watson, pair travailliste, déclara que « ceux qui sont les victimes de comportements antisociaux n’ont pas besoin d’une définition ; ils savent ce que c’est puisqu’ils le vivent au quotidien » (Lord Watson, 1997 : col. 550). Puis, il a été rappelé, une fois de plus, qu’« un comportement antisocial est une menace pour nos rues ; c’est une menace pour notre communauté » (Lord Watson, 1997 : col. 513). Au vu de ce tableau, le projet de loi Crime and Disorder a reçu l’assentiment royal en juillet 1998 et l’ASBO a été mis en application à partir d’avril 1999.

L’ASBO et son impact

4L’ASBO est garanti par l’article 1 de la loi sur la criminalité et le trouble à l’ordre public (Crime and Disorder Act) de 1998 ; il s’agit d’une procédure civile, prononcée par un tribunal d’instance à la demande de la police ou d’une institution locale (par extension). Le juge doit alors décider si, sur la base de probabilités, une personne de 10 ans ou plus a agi d’une manière qui relève d’un comportement antisocial. Le terme « antisocial » est défini à l’article 1 (1)(a) de la loi comme étant « un comportement qui provoque ou est susceptible de provoquer du harcèlement, de l’inquiétude ou de la détresse chez une ou plusieurs personnes n’appartenant pas au même foyer que celui qui a ce comportement ». Ce décret est défini en référence à une victime, et bien que son application relève du droit civil, le trouble de l’ordre public devient un délit. De ce fait, cette loi a un statut hybride.

5L’adoption initiale de ces décrets a été décevante, comme on pouvait s’y attendre. Elizabeth Burney apporte le commentaire suivant : « légiférer en réponse à des menaces sociales anecdotiques et floues n’a aucune chance de produire l’effet escompté » (Burney, 2002, p. 469). Toutefois, l’application du décret a gagné du terrain, en particulier à l’encontre des jeunes, si bien qu’autour de 2005, environ 42 % des 9 853 ASBO prononcés l’ont été envers des jeunes âgés de 10 à 17 ans.

La généralisation des sanctions

6Parce que le décret se définit en référence à une victime, il n’est pas étonnant qu’une large palette de comportements se soient trouvés passibles d’un ASBO. Macdonald raconte de manière très vivante comment un ASBO a été prononcé pour tenter de réduire au silence un arrière grand-père de 87 ans trop sarcastique. Le décret a également été utilisé envers un paysan, pour qu’il empêche ses oies et ses cochons d’exercer leur « droit à divaguer », et enfin, le décret a sanctionné un garçon autiste de 13 ans qui utilisait, pour sa thérapie, un trampoline dans le jardin à l’arrière de sa maison. Il se peut que des retraités sarcastiques, des animaux errants et des enfants autistes bruyants puissent être une nuisance, indépendamment de leur bon vouloir, mais ce n’est pas eux que l’on ciblait lorsqu’il était question du droit à mener une existence paisible.

7Ces exemples mettent en évidence un problème majeur, qui est de se référer à une victime pour définir un comportement antisocial, ainsi que l’absence d’une définition spécifiée par la loi, claire et cohérente. Les frontières d’un comportement antisocial sont potentiellement non définies. Il n’existe aucune norme objective d’un comportement acceptable ou inacceptable. Il n’est donc pas possible de faire la part des choses entre un comportement qui selon toute probabilité relève d’une sanction pénale, et un comportement qui sort du contexte judiciaire. C’est pourquoi, comme le démontrent les exemples cités plus haut, un ASBO peut potentiellement créer le désordre, en donnant une solution pénale à des problèmes dont nous ignorions tout de l’existence, et que nous étions prêts à tolérer auparavant. Dans les faits, l’ASBO devient un outil judiciaire que nous pouvons utiliser dans des situations et au regard de comportements que nous aurions trouvés seulement contrariants ou excentriques, tels qu’on s’attend à en trouver dans toute société. L’ASBO a ainsi servi à créer du désordre et à encourager l’hostilité et l’intolérance parmi les citoyens, tout en renforçant les divisions sociales. Il est difficile de croire que ces mesures puissent donner pour résultat le monde citoyen incarné par l’image du village de Stepford, assurant la promesse d’Une existence paisible.

8Comme le remarque Macdonald, un des problèmes qui nous attend, au regard de l’élasticité de la définition, est « qu’aucune distinction n’est faite entre un comportement antisocial perpétré par l’accusé et le comportement qui est antérieur à son comportement antisocial ». Ainsi, quand un ASBO a été utilisé pour tenter d’interdire à un DJ pirate d’entrer dans tout immeuble de plus de quatre étages, de peur qu’il y installe une antenne susceptible d’être utilisée pour sa radio pirate, ce décret s’est vu appliqué à TOUS les immeubles de quatre étages, quel que soit le but que le DJ pourrait avoir à y entrer. Cet exemple précis illustre un phénomène plus général de restriction spatiale suite à un ASBO ; c’est la présence d’individus particuliers, ou de groupes, dans des lieux particuliers – ou même comme ici, des types de lieux particuliers, qui est régulée, quels que soient les comportements qui y sont affichés.

Le comportement des jeunes

9On a longtemps pensé que l’ASBO aurait un impact disproportionné sur les jeunes et sur les schémas de leurs comportements habituels. Burney explique que « les jeunes ne sont pas essentiellement considérées comme des victimes ; ce sont plutôt les jeunes gens qui traînent qui sont devenus le symbole universel des troubles, et de plus en plus souvent des menaces ». Déjà en 1998, Ashworth et al. avaient fait part de leur préoccupation sur le fait que le gouvernement New Labour, qui d’un côté avait promis de mettre un terme à une exclusion sociale entérinée par dix huit années d’une administration conservatrice, utilisait à présent une mesure qui « créerait une nouvelle race d’exclus et de proscrits » (Ashworth et al., 1998). Ils s’inquiétaient de ce que les enfants, qui se rassemblent et se socialisent sur les aires publiques situées près des arrêts de bus, des entrées de magasins et au coin des rues, soient ciblés et dissuadés de se rassembler, du fait d’une impression plutôt que d’une réelle incidence de trouble à l’ordre public. Un des exemples remarquables de l’utilisation stupéfiante d’un ASBO envers des jeunes fut celui de deux jeunes amoureux de 15 ans, « nés sous une mauvaise étoile », à qui l’on a interdit de se parler pendant 4 ans. Quel prix doit-on payer pour mener une existence paisible ?

10Cette préoccupation vis-à-vis des jeunes et de leur utilisation de l’espace s’est encore exacerbée lorsque le gouvernement décida d’étendre le champ d’application prévu, à l’aide du Décret relatif au comportement antisocial de 2003. Un nouveau décret de dispersion a été introduit, afin de dissoudre les groupes de personnes, quel que soit leur âge, dont le comportement en public constitue un harcèlement, une inquiétude ou une menace. L’article 30 (6) en particulier donne à la police ou sa contrepartie civile, la police de proximité, le pouvoir de chasser de tout espace public toute personne de moins de 16 ans qui se trouve en dehors ou en l’absence du contrôle d’un adulte, de 21 h 00 à 6 h 00, que son comportement pose problème au public ou non. Ce contrôle supplémentaire sur les jeunes, leur occupation et leur utilisation de l’espace, équivaut au conflit de territoire que nous avons analysé précédemment. Une étude de la portée de ce décret de dispersion a été réalisée, après qu’un jeune ait expliqué qu’il ne pouvait poursuivre ses loisirs du fait de l’existence de cette loi (Hollingsworth, 2006).

LÉGISLATION ET COMPORTEMENT ANTISOCIAL

L’éclairage qu’apporte la psychologie

11Si l’on prend en compte la dimension socio-spatiale des perceptions d’un comportement antisocial (qui occasionnent souvent des débats sur l’utilisation appropriée de l’espace public), ainsi que les sanctions qui lui sont associées (qui génèrent des restrictions spatiales et sociales), il reste nécessaire d’analyser les caractéristiques spatiales qui émergent de l’expérience de la législation sur le comportement antisocial. Nous allons exposer ici les caractéristiques majeures d’une théorie psychologique que nous définirons en même temps.

  • 4 . Voir par exemple, Reicher S., « Crowd Behaviour as Social Action », dans Turner J. -C., Hogg M. - (...)

12L’une des questions que soulève l’utilisation d’une perspective psychologique pour étayer notre compréhension d’un comportement antisocial (qui n’est pas la prérogative de la psychologie en soi) est la tendance à analyser les phénomènes par le truchement de normes explicites ou bien plus souvent implicites d’un comportement « normal ». Ainsi, plutôt que de comprendre les comportements dits « antisociaux » indépendamment, dans ce qu’ils signifient pour les individus impliqués, des explications sont données par rapport à des « déviations de la norme ». En matière de comportement antisocial, les psychologues ont proposé des explications exprimées en termes de niveaux inférieurs de raisonnement moral, par exemple. De plus, dans le cas plus général du comportement antisocial, c’est la conséquence sur les autres, et non sur ceux qui ont ces comportements, qui tend à occuper le processus décisionnaire central susceptible d’infliger une sanction par ASBO. Aussi, il semble qu’il y ait « une perspective faussée », analogue à celle qui a été dénoncée par Reicher4. Étant donné que la législation relative au comportement antisocial vise en priorité les jeunes – et en particulier le comportement collectif des jeunes dans les espaces publics – il est nécessaire de s’attarder sur ce qui fausse la perspective.

13En psychologie, le comportement de groupe est souvent vu dans des termes négatifs, en particulier si l’on regarde ses effets sur la responsabilité et le contrôle individuels. Par ailleurs, la perspective de l’identité sociale (IS) (Tajfel, 1978) s’oppose directement à cette conceptualisation, étant donné que les identités sociales sont tout aussi porteuses de sens que les identités personnelles et sont un moyen par lequel des individus cherchent à garder une estime de soi positive, et peuvent en tirer une responsabilisation sociale. C’est souvent le rassemblement de jeunes qui pose problème en matière de comportement antisocial. Aussi, l’une des restrictions courantes associée à un ASBO sanctionnant les jeunes gens s’applique au regroupement. Comme nous l’avons exposé par ailleurs, les développements récents dans la perspective de l’IS convergent vers la manière dont les actions des groupes, en particulier des groupes puissants, vis-à-vis des autres groupes peuvent changer la compréhension qu’ont les gens de leur identité collective et des normes de comportement. C’est donc une problématique empirique sur la manière dont les jeunes sanctionnés par la législation sur le comportement antisocial la comprennent et réagissent à son utilisation. C’est pourquoi nous avons commencé à mener des recherches empiriques qui analysent le vécu de ces jeunes.

Situer le comportement antisocial

  • 5 . Voir Dixon J. et Durrheim K., « Displacing place identity : A discursive approach to locating sel (...)

14Même si un champ de recherche intergroupe apporte une consistance théorique à notre analyse, nous n’avons jusqu’à présent porté que peu d’attention à la théorisation psychologique de la dimension spatiale. Cela est en partie dû à une absence de prise en compte de la dimension spatiale du comportement social, qui est omniprésente pour la plupart des recherches en psychologie sociale de manière générale5. Pourtant, la dimension spatiale de l’analyse est capitale pour comprendre la législation sur le comportement antisocial, à la fois en termes de « problèmes » perçus et de ses multiples « solutions ». Par exemple, la clause sur les pouvoirs de dispersion dans l’ASBA 2003, comme nous l’avons dit plus haut, est explicitement spatiale, et consitue un exemple de la régulation spatiale d’un groupe (en particulier de jeunes) par un autre. Les travaux de Reicher ont mis en évidence la manière dont les identités collectives peuvent avoir des dimensions et des caractéristiques géographiques importantes, et comment ce qui est souvent considéré comme une action collective « sans restriction » ou bien « incontrôlée » peut en fait avoir des limites et des frontières géographiques très nettes.

15Le concept « d’identité de lieu » entraîne d’autres implications psychologiques potentielles, dues à la mise en place de la législation sur le comportement antisocial. Proshansky et al. décrivent l’identité de lieu comme une « sub-structure de l’identité de soi d’une personne, qui représente globalement ses connaissances sur le monde physique dans lequel elle vit, et particulièrement l’environnement physique qui définit son existence quotidienne » (Proshansky et al., 1983). Alors que Dixon et Durrheim (Dixon et Durrheim, 2000) mettent en évidence les critiques de ces travaux, l’importance de notre relation à un lieu est mise en avant de manière très utile. En particulier, la relation entre « qui nous sommes » et « où nous sommes » est utile si l’on considère la nature spatialisée des relations intergroupe. En effet, percevoir qui appartient à tel ou tel lieu et quelles actions sont légitimes dans ce lieu est une notion fondamentale à la compréhension de l’impact qu’a eu la mise en place de la législation relative aux comportements antisociaux des jeunes.

16Cela nous conduit à un dernier aspect des travaux actuels en psychologie sociale, qui étaye notre recherche sur l’impact de cette législation sur les jeunes : la transgression du lieu. Dans leur premier article, Proshansky et al. montrent comment « les écarts entre l’identité-lieu d’une personne et les caractéristiques d’un environnement physique immédiat » peuvent mobiliser des connaissances qui permettent de réduire ou d’éliminer ces écarts. Grâce au champ de recherche intergroupes présenté plus haut, il pourrait apparaître que ce n’est pas tant le vécu des jeunes qui est visé par cette législation, mais ce sont plutôt les jeunes dans les lieux publics qui sont susceptibles d’être le problème. Ainsi, alors que l’utilisation de l’espace public peut être considérée comme un aspect important de l’expérience humaine, l’utilisation de la loi relative au comportement antisocial pour réguler l’utilisation que les jeunes font de l’espace public constitue d’autant plus un problème. Cette problématique est développée par Painter and Philo (Painter et Philo, 1995, p. 115) :

« Si la citoyenneté doit signifier quelque chose dans le langage courant, ce devrait être la possibilité pour un individu d’occuper les espaces publics d’une manière qui ne compromet pas l’identité de soi, et encore moins l’entrave, le menace ou même le blesse de manière plus physique. Si les gens ne peuvent pas occuper les lieux publics (les rues, les parcs, les squares, les cinémas, les églises, les mairies) sans se sentir mal à l’aise, victimes et pour faire court “pas à leur place”, alors on doit se demander si ces personnes sont toujours considérées comme des citoyens, ou du moins s’ils se considèrent comme des citoyens à part entière dans leur communauté d’accueil, ayant la possibilité d’exister sur un pied d’égalité avec d’autres personnes qui semblent se sentir parfaitement “chez eux” lorsqu’ils se trouvent dans des espaces publics. »

17Dixon et al. (Dixon et al., 2006, p. 187) en particulier ont utilisé des travaux menés dans le domaine de la géographie culturelle pour fournir une analyse psychologique des infractions à l’ordre moral faites dans un espace public. Ils mettent particulièrement en avant la notion de dilemmes idéologiques (Billig et al., 1988). L’idée que le raisonnement qu’ont les gens ordinaires sur les sujets de controverse fait écho et redéfinit plus largement des traditions idéologiques, qui sont souvent de nature contradictoire. Tandis que leurs travaux portent spécifiquement sur la consommation d’alcool dans la rue, plusieurs de leurs analyses viennent enrichir notre travail sur le comportement antisocial et les jeunes. Par exemple, les observations de Dixon et al. sur la « tension idéologique entre la liberté et le contrôle » en lien avec la production du domaine public a une résonnance particulière. Aussi, nous pourrions suggérer que c’est le sens même de l’espace public qui est contesté dans les débats et la pratique judiciaire qui portent sur la régulation du comportement antisocial. Ainsi, nous devrons sans doute explorer des dilemmes idéologiques similaires en lien avec le comporte- ment antisocial. Toutefois, nous avons débuté cette analyse de la pensée psychologique sur le comportement antisocial en annonçant une « perspective faussée » dans la manière dont le comportement antisocial est construit, ainsi que dans les réactions qu’il provoque. Aussi, il est capital d’analyser le point de vue des jeunes de manière à contrebalancer le caractère biaisé de cette perspective.

LE POINT DE VUE DE QUELQUES JEUNES

18Notre intérêt pour la législation sur le comportement antisocial et ses effets potentiels sur les jeunes nous ont amenés à commencer un programme de recherche qui analyse l’impact de cette législation sur la vie des jeunes eux-mêmes. Nous proposons ici les premières observations élaborées à partir des données que nous avons rassemblées jusqu’à présent. Elles proviennent d’une série d’entretiens avec des jeunes du sud de l’Angleterre, condamnés par l’ASBO, ainsi qu’avec leurs parents. Ils ont été interrogés dans un lieu de leur choix, à l’exception de trois entretiens menés dans un foyer pour jeunes délinquants.

19Il est utile à ce stade de donner une information contextuelle plus vaste sur l’expérience vécue de l’ASBO. Au moment où nos entretiens ont été menés, un journal local a publié en première page une histoire impliquant trois des jeunes faisant partie de notre recherche. On lisait en première page « SAUVAGES », au-dessus d’une photographie de ces trois jeunes gens, âgés entre 14 et 16 ans, auxquels le titre faisait référence. L’article expliquait comment ces jeunes garçons avaient été chassés du centre-ville où ils vivaient, et justifiait le titre en citant le juge pour enfant local. Sur les deux pages suivantes, on pouvait voir d’autres photographies, accompagnées d’un plan et d’une description des restrictions géographiques imposées aux jeunes garçons, ce qui permettait ainsi au reste de la population de participer à leur surveillance et d’assurer leur régulation spatiale. Le journal comportait également un article intitulé « Interdiction de laisser les enfants traîner dans la rue », qui décrivait d’autres cas d’ASBO prononcés dans la région. Cet article rappelait également aux lecteurs la campagne « Non aux loubards », qui encourageait les gens à téléphoner à la police en réponse à un comportement perçu comme antisocial. Ces histoires exposent les catégories de personnes exclues de l’espace public. Cet engagement « du public » pour aider à contrôler ces jeunes, particulièrement ceux qu’un ASBO a soumis à des restrictions géographiques, illustre le « rôle majoré du citoyen » que la législation sur le comportement antisocial est amenée à créer. Il est nécessaire, à ce stade, de réfléchir sur la notion de citoyenneté, telle qu’elle est définie plus haut. L’article en première page expliquait comment « la police et les commerçants avaient accueilli avec bienveillance les restrictions imposées aux trois jeunes garçons par l’ASBO ». Les relations intergroupes dans le contexte de la mise en œuvre de la législation sur le comportement antisocial deviennent ainsi de plus en plus claires.

20Ces interprétations des médias peuvent également servir à analyser la construction des jeunes et du comportement antisocial. Par exemple, alors que certains comportements sont décrits comme constituant une « chaîne d’infractions » avec altercations violentes, sont inclus également l’acte de courir à travers les terrains d’une école locale, et pour l’un des garçons, le vol d’un friand dans un supermarché local « au prétexte qu’il avait faim ». Ce comportement sert de preuve supplémentaire de déliquescence, afin d’accentuer la nécessité de mettre en place des restrictions par l’ASBO. Toutefois, le dernier incident en particulier pourrait soulever des interrogations sur l’efficacité de l’ASBO pour résoudre la problématique sous-jacente potentielle qui a induit ce type de comportement. Par conséquent, nous pourrions aussi analyser la manière dont les médias aident à étayer la légitimité de ces lois sur la régulation des jeunes et de leur utilisation de l’espace public.

21Nos participants nous ont confié l’effet profond qu’a eu l’ASBO sur leur vie de jeunes gens. L’un des exemples les plus frappants fut le cas de deux familles dont l’existence était tellement restreinte par l’ASBO qu’elles ont échangé leur domicile pour faciliter la gestion de leur vie quotidienne. Pour des familles qui ont déjà des difficultés, cela constitue évidemment une perturbation de leur existence. De plus, même pour ceux qui soutiennent ces lois, vu l’emplacement du « problème » en cause pour chacun des individus, ces stratégies d’adaptation aux sanctions appliquées à un comportement antisocial risquent de déplacer potentiellement le « problème » lui-même.

22Cet exemple souligne également le fait que l’impact socio-spatial d’un ASBO ne se limite pas uniquement aux jeunes. Les détails pratiques de leur vie quotidienne, comme aller à l’école (dans le cas où leur détermination serait suffisante pour entreprendre le trajet) nécessite désormais des déplacements en voiture effectués par un parent. Certains jeunes se sont vus interdire la fréquentation d’amis de longue date et de membres de leur famille. Là encore, les supporters de la législation sur le comportement antisocial pourraient arguer les avantages de ces restrictions dans la mesure où elles limitent l’association avec d’autres personnes considérées comme ayant une « mauvaise influence » sur les autres. En dépit de la critique faite dans le domaine de la psychologie sociale contemporaine sur ces hypothèses, le fait que les adolescents soient constamment accompagnés de leur parent vient à l’encontre de ce que l’on recommande généralement pour les jeunes. L’un des jeunes que nous avons interrogé s’est vu, suite à la mort du parent avec qui il vivait, dans l’impossibilité de vivre avec son parent survivant dans la mesure où le domicile de ce dernier se situait dans une zone interdite par l’ASBO qui l’avait sanctionné. Leur entretien a été mené dans un foyer pour jeunes délinquants.

23Pour certains jeunes, les restrictions géographiques qui leur ont été imposées les ont évincés de presque tous les espaces publics, les autorisant à s’aventurer à l’extérieur à condition d’être accompagnés d’un parent. Pour d’autres, les restrictions imposées par l’ASBO ont influencé leur espace public d’identité et les types d’espace qu’ils utilisaient : ils sont devenus invisibles, et ont fréquenté de plus en plus des espaces liminaux ou marginaux. Certains jeunes ont confié que l’absurdité des restrictions géographiques qui leur ont été imposées les avait conduits à enfreindre leur ASBO. Dans ces situations, ces jeunes gens ont tenté de négocier certains espaces publics de manière anonyme ou en cachette. Ces « stratégies d’adaptation » parlent des réactions et des échappatoires qui résultent de l’imposition par les autres d’identités particulières, comme le suggèrent les recherches menées selon la théorie de l’IS. Leur comportement, allié à leur identité (cachée), change en fonction des prescriptions et des proscriptions imposées par les autres, en termes d’utilisation de l’espace.

24Il reste une observation importante à faire ici. Pendant que les jeunes que nous avons interrogés nous parlaient des différents moyens qu’ils ont utilisés pour « gérer » efficacement leur ASBO, et alors que nos entretiens ciblaient en priorité les jeunes et leurs parents, nous avons récolté des observations supplémentaires venant du personnel travaillant avec ces jeunes. Plusieurs membres du personnel avaient le sentiment que certains jeunes étaient voués à l’échec du fait des restrictions imposées par leur ASBO, qui mènerait inévitablement ces jeunes à les enfreindre, du fait de l’impossibilité de l’appliquer au quotidien. Curieusement, ces sentiments étaient également exprimés par certains parents. Ils sentaient qu’ils étaient la cible des forces de l’ordre, qui n’attendaient que de les mettre en prison, sans avoir aucun moyen légitime de le faire. L’ASBO mettait « leur tête à prix », comme l’a exprimé un membre du personnel d’un foyer pour jeunes délinquants. Par conséquent, la nature hybride d’un ASBO est profondément ressentie par les adultes travaillant ou vivant avec des jeunes sanctionnés par un ASBO.

  • 6 . Un pseudonyme.

25Les stratégies créatives mobilisées contre les restrictions témoignent du potentiel humain face aux instruments politiques. De plus, en dépit des sanctions portées contre des jeunes gens, certains souhaitaient être autorisés à s’engager auprès de leurs communautés locales. Alors que Simon6 nous a confié que le fait d’avoir été sanctionné par l’ASBO lui avait donné envie de « prendre sa revanche sur eux, la police ou autre », il a aussi ajouté que « l’on devrait nous donner plus d’opportunité de faire des trucs bien et d’être vivant, au lieu de nous coller là sans rien d’autre. Aider les personnes âgées et des trucs de ce genre, non ? ». Ces sentiments pourraient nous sensibiliser aux difficultés que pose l’enrôlement « du public » dans le combat contre le comportement antisocial, et comment cela est perçu et vécu par les jeunes eux-mêmes.

CONCLUSION

26En 1998, Ashworth et al. ont expliqué que l’ASBO aurait pour conséquence de « criminaliser ce que font les gens à la dérobée » et de conduire les exclus et les indésirables vers un « exil intérieur ». Nous avons vu que les décrets et les rajouts qui les ont modifiés ont eu un impact sans précédent sur le comportement des jeunes et sur leur utilisation de l’espace public. Exclus des rues et étiquetés comme indésirables, position encouragée de surcroît par les médias, certains de ces jeunes sont envoyés vers un exil intérieur. Quelque douze années auparavant au Royaume-Uni, on nous a dit que nous avions le droit de mener une existence paisible, grâce à laquelle, dans des termes très mélodramatiques, nous pourrions prétendre à être libérés du fléau des « Frères Finnie » et de la « Famille X ». Ce mélodrame s’est trouvé être le jouet du destin. Ces mesures ont pu, par certains côtés, combattre la menace d’un comportement antisocial, mais cet « exil intérieur » peut provoquer la « mort sociale » (Rutherford, 1997, p. 116) de ceux qui étaient déjà exclus, du fait de l’injustice sociale croissante.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Ashworth A. et al., « Neighbouring on the oppressive : The governments Anti-Social Behaviour Order Proposals », Criminal Justice, 16 janvier, 1998, p. 7-14.

Billig M., Condor S., Edwards D., GANE M., Middleton D. et Radley A., Ideologicaldilemmas : A social psychology of everyday thinking, London, 1988.

Burney E., « Talking tough, Acting Coy : What Happened to the Anti-Social Behaviour Order ? », The Howard Journal, vol. 41, n° 5, décembre 2002, p. 469.

Dixon J. et Durrheim K., « Displacing place identity : A discursive approach to locating self and other », British Journal of Social Psychology, 27, 2000.

Dixon J., Levine M. et MC Auley R., « Locating impropriety : Street drinking and the ideological dilemma of public space », Political Psychology, 2006, p. 187.

Donoghue J., « The Judiciary as a Primary Definer on Anti Social Behaviour Orders », The Howard Journal, vol. 46, n° 4, septembre 2007.

Fionda J., Jago R. et Manning R., « Conflicts over Territory : Anti-Social Behaviour Legislation and Young People », dans Brooks-Gordon B. et Freeman M. (éd.), Law and Psychology, Oxford, 2006.

Hollingsworth K., « R (W) v Commissioner of Police of the Metropolis and Another — Interpreting child curfews : a question of rights ? », Child and Family Law Quarterly, 18 2 (253), 2006.

Labour Party, Safer communities, safer Britain : Labour’s proposals for tough action on crime, London, 1995.

Lord Watson, HL Deb, 5th Ser., vol. 584, 16 décembre 1997, col. 550, 1997.

Macdonald S. et Telford M., « The use of ASBOs against young people in England and Wales : lessons from Scotland », Legal Studies, vol. 27, n° 4, décembre 2007, p. 604-629.

Macdonald S., « A Suicidal Woman, Roaming Pigs and a Noisy Trampolinist : Refining the ASBO’s definition of “Anti-Social Behaviour” », 69 (2), Modern Law Review, p. 183, 2006.

Painter J. et Philo C., « Spaces of citizenship : An introduction », Political Geography, 1995, p. 107.

Proshansky H., Fabian A. et Kaminoff R., « Place Identity : Physical World Socialisation of the Self », Journal of Environmental Psychology, 57, 1983.

Reicher S., « Crowd Behaviour as Social Action », dans Turner J. -C., Hogg M. -A., Oakes P. -J., Reicher S. et Wetherell M. (éd.), Rediscovering the social group : A self-categorization theory, Oxford, 1987.

Rutherford A., « Criminal Justice and the Eliminative Ideal », Social Policy and Administration, 1997, p. 116.

Rutherford A., « An Elephant on the Doorstep : Criminal Policy without Crime in New Labour’s Britain », dans Green P. et Rutherford A. (éd.), Criminal Policy in Transition, Oxford, 2000.

Tajfel H., Differentiation between social groups : Studies in the social psychology of intergroup relations, London, 292, dans Turner J. -C., Hogg M. -A., Oakes P. -J., Reicher S. et Wetherell M., Rediscovering the social group : A self-categorization theory, Oxford, 1978.

Notes

1 . Nous parlerons plus loin de l’utilisation du « décret sur la dispersion » tel qu’il a été présenté dans le Décret relatif aux comportements antisociaux de 2003.

2 . Une grande documentation existe sur l’utilisation du CDA (Crime and Disorder Act) auprès des jeunes. Voir Macdonald S. et Telford M., « The use of ASBOs against young people in England and Wales : lessons from Scotland », Legal Studies, vol. 27, n° 4, décembre 2007, p. 604-629.

3 . Les dispositions concernant la sécurité des enfants (Child Safety Order) s’appliquent aux enfants de moins de 10 ans. Le stage parental (Parenting Order) s’adresse aux parents dont l’enfant a été sanctionné par l’ASBO ou par les dispositions sur la sécurité des enfants, et pour lesquels il est nécessaire de suivre une formation parentale. Les dispositions relatives au couvre-feu des enfants (Local Child Curfew) sont destinées à traiter temporairement certaines zones dans lesquelles les enfants doivent être reconduits chez eux après une certaine heure.

4 . Voir par exemple, Reicher S., « Crowd Behaviour as Social Action », dans Turner J. -C., Hogg M. -A., Oakes P. -J., Reicher S. et Wetherell M. (éd.), Rediscovering the social group : A self-categorization theory, Oxford, 1987.

5 . Voir Dixon J. et Durrheim K., « Displacing place identity : A discursive approach to locating self and other », British Journal of Social Psychology, 27, 2000.

6 . Un pseudonyme.

Auteurs

Senior Lecturer Département de psychologie sociale Université de Bristol – Royaume-Uni
Lecturer Département de droit Université du Surrey – Royaume-Uni
Professor Département de droit Université de Kingston – Royaume-Uni

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540