Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien

 | 
Isabelle Danic
, 
Olivier David
, 
Sandrine Depeau

Deuxième partie. « Socialisation dans les espaces quotidiens »

Loisirs des enfants et des jeunes dans la ville : à chaque âge ses lieux de visibilité1

Isabelle Garat et Sophie Vernicos

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 . Ce texte a été partiellement publié dans Place publique, revue locale financée par la communauté (...)

1La réflexion qui suit résulte d’un travail collectif mené de 2002 à 2006 entre deux laboratoires de l’université de Nantes, ESO-Nantes laboratoire de l’UMR 6590 CNRS Espaces et sociétés et le CENS, centre nantais de sociologie.

2L’objet du travail fut d’explorer en profondeur la construction d’un nouvel échelon de l’action : celui de la communauté urbaine sur une population qui faisait plutôt l’objet de prérogatives communales (politiques de la jeunesse). Dans le contexte de vieillissement global de la population, nous avons dans un premier temps dressé le constat de profils démographiques très différenciés en fonction des communes : ainsi Nantes (Fig. 1) présentait une très forte surreprésentation des jeunes (20-30 ans), tandis que les autres communes de l’agglomération voyaient les 20-30 ans partir. Dans les communes de première et deuxième couronne, le déficit semblait en partie compensé par la présence des familles avec enfants.

Figure 1 : Profils démographiques de trois communes de la communauté urbaine nantaise

Figure 1 : Profils démographiques de trois communes de la communauté urbaine nantaise

Source : INSEE - RP 1999 ©ESO Nantes

3Les segmentations très marquées dans l’agglomération nantaise, comme dans toutes les agglomérations françaises, opposent des parties centrales d’agglomération peuplées de jeunes adultes, étudiants pour une bonne partie, résidant dans un parc ancien et des zones résidentielles habitées par des familles avec des enfants en bas âge ou des adolescents, dont la localisation varie en fonction des revenus et des préférences pour tel ou tel segment du parc de logement. Ces spécialisations démographiques communales montrent la présence de jeunes, d’âges différenciés avec, parfois, des « spécialisations » par quartiers ; elles ont des conséquences sur la manière de penser la jeunesse et sur les politiques publiques mises en place localement.

Méthodologie
Afin de répondre à la commande du conseil de développement de la communauté urbaine nantaise d’un volume d’atlas social consacré à la question des loisirs des jeunes, nous avons lancé plusieurs encadrements de travaux d’étudiants et réalisé des entretiens auprès d’acteurs institutionnels.
L’analyse des centres de loisirs destinés aux enfants et adolescents repose principalement sur les résultats de recherche de Anne-Hélène Rousseau (2003), étudiante en maîtrise qui a recensé toutes les activités encadrées proposées par les communes de l’agglomération (téléphone, site internet et courriers) et sur l’exploitation des données de l’ACCOORD (agence municipale pour la réalisation d’activités éducatives, sociales et culturelles de la ville de Nantes), complétées et réactualisées par des entretiens (Nantes, Sautron, Saint-Jeande-Boiseau).
Le travail de recherche sur les loisirs des étudiants repose sur des enquêtes menées et construites par des étudiants (master 1re année, spécialité : aménagement du territoire, promotion 2004-2005) dans le cadre d’un enseignement. Dans un questionnaire court de deux pages, les étudiants devaient, dans un premier temps, énumérer leurs loisirs et les hiérarchiser et dans un second temps localiser les espaces des loisirs culturels. 610 questionnaires ont été remplis en décembre 2004 et janvier 2005 par des étudiants relevant de sept disciplines : 174 étudiants étaient en première année (chimie et LEA), 338 en deuxième année (géologie, psychologie, sociologie, sciences et techniques des activités physiques et sportives – STAPS) et 98 en troisième et quatrième année (médecine). Le portrait de ces enquêtés est le suivant : 90 % des étudiants avaient entre 18 et 23 ans ; avec 39 % d’hommes et 61 % de femmes. 1/3 de ces étudiants résidaient à Nantes depuis « toujours », 14 % depuis plus de cinq ans. Un peu moins de la moitié des étudiants vivaient chez ses parents (47,8 %) et les 2/3 étaient aidés financièrement par leurs parents, 1/3 étaient boursiers, 1/3 vivaient de petits boulots. Seulement 10 % avaient un contrat de travail.

4Aborder la question de l’enfance et de la jeunesse au travers des pratiques de loisirs en tant que géographes a conduit à considérer avant tout les lieux de visibilité de ces pratiques. Deux angles de vue ont été retenus pour travailler la question des loisirs des jeunes : celui des lieux (centres de loisirs), signes d’un encadrement du territoire et de la sociabilité, autour des loisirs collectifs ; celui de la connaissance des loisirs de la population étudiante, moins encadrée et plus encline à les mener individuellement ou avec le groupe de pairs. Ce choix de montrer des lieux de pratique visibles ne doit pas faire oublier que les pratiques sont multiples ; aux côtés de lieux visibles, il existe des quantités de lieux « invisibles » que sont par exemple les domiciles des enfants et des jeunes.

LOISIRS ENCADRÉS : DE LA GESTION ASSOCIATIVE À LA GESTION MUNICIPALE

5Toutes les communes ont investi le domaine de l’enfance et de la jeunesse, devenu un enjeu des politiques municipales. On retrouve un peu partout l’affichage « les enfants, c’est l’avenir » dans les discours municipaux ; on peut également lire, à Saint-Sébastien-sur-Loire, « assurer le bien-être et la joie de vivre des jeunes constituent une priorité de la ville ». Depuis les années quatre-vingt, la plupart des municipalités sont impliquées dans l’organisation des loisirs, jusque-là affaire des comités d’entreprises, des patronages, des associations et de l’État (Lebon, 2003) et des municipalités les plus peuplées. Les Centres de loisirs sans hébergement (CLSH) et Maisons des jeunes (MJ) forment le socle de cet encadrement, à la double mission, éducative et sociale, plus ou moins affirmée selon les communes, en particulier dans son contenu social. Dans les grandes communes urbaines, Nantes, Rezé et Saint-Herblain, cette mission est explicite ; ce n’est pas le cas dans les petites communes plus récemment confrontées à de telles politiques (Mauves, Brains, Saint-Léger-les-Vignes).

6Il y a encore dix ans, la majorité des CLSH et des structures d’accueil relevaient du domaine associatif. Aujourd’hui les municipalités se sont imposées comme l’instance de régulation dans le domaine des loisirs en étant un financeur majeur. Ainsi que le rappelle F. Lebon, « il tend à y avoir aujourd’hui dans le cadre d’une intégration aux politiques économiques et sociales des communes, une gestion institutionnelle relativement unifiée des accueils périscolaires et donc une certaine universalité des services de l’enfance assurant une relative cohérence de l’ensemble des activités » (Lebon, 2003).

Figure 2 : Modes de gestion des structures d’accueil et de loisirs en 2002-2003 des communes de Nantes Métropole

Figure 2 : Modes de gestion des structures d’accueil et de loisirs en 2002-2003 des communes de Nantes Métropole

7Treize communes sur vingt-quatre (Fig. 2) dans la communauté urbaine nantaise ont une gestion municipale des loisirs encadrés. Les autres délèguent la gestion à une (Rezé et l’ARPEJ) ou plusieurs associations (Indre et La Montagne), ou encore font se côtoyer gestion associative et municipale (Couëron, Orvault, Saint-Jean-de-Boiseau, Le Pellerin, La Chapelle-sur-Erdre, Carquefou et Saint-Sébastien-sur-Loire). Il est fort probable que, dans ces communes, la situation évolue dans les années à venir. Il n’y avait pas, en 2003, d’action concertée entre les différentes communes en matière d’organisation des loisirs destinés aux jeunes.

8Les structures d’accueil et de loisirs par classe d’âge en 2003, proposent une offre extrêmement diversifiée, avec des structures presque partout et pour tous les âges, et des disparités entre les communes. Ces dernières relèvent d’abord de la taille des communes ; les plus grandes (Saint-Herblain, Rezé, Saint-Sébastien-sur-Loire) semblent les mieux dotées avec des structures d’accueil pour tous les âges (3-12 ans et 12-17 ans). Seule La Chapelle-sur-Erdre apparaît sous-équipée par rapport à sa taille. La taille des communes, importante pour comprendre la présence ou l’absence de structure pour la petite enfance, ne suffit pas à tout expliquer. La structure démographique et sociale des ménages au sein des communes doit également être examinée. Deux grandes tendances se dégagent, avec d’une part des communes où le loisir répond à un besoin de garde d’enfant en dehors des temps scolaires pour les familles qui travaillent et, d’autre part, des communes où le loisir est associé à une action éducative, à destination des jeunes en difficulté scolaire ou pour lesquels l’accès aux loisirs apparaît difficile du fait de leurs faibles revenus. Cependant le projet éducatif triomphe comme mode de gestion des politiques publiques (Lebon F., 2003). S’inscrivent dans cette logique, de manière plus ou moins affirmée, les communes de Nantes, Saint-Herblain, Rezé, Carquefou, Orvault et Bouguenais. L’exemple de Nantes avec l’ACCOORD (Agence municipale pour la réalisation d’activités éducatives, sociales et culturelles de la ville de Nantes), nous paraît particulièrement intéressant, avec une seule structure sur l’ensemble de la ville regroupant plus d’une vingtaine de structures d’accueil (appelées équipements). Le soutien scolaire n’est pas seulement adressé aux jeunes résidant dans un habitat social, il touche l’ensemble des quartiers.

9Si l’on tente de mettre en lien le nombre d’enfants et de jeunes (3-17 ans) présents dans la commune, donc les usagers potentiels et les équipements, les disparités sont encore plus flagrantes. Deux types de communes cohabitent, celles où le rapport entre population jeune et le nombre de structure d’accueil est inférieur à 1 000 enfants par centre (Brains, Saint-Léger-les-Vignes, Saint-Jean-de-Boiseau, Saint-Aignan-Grandlieu, Le Pellerin et Mauves-sur-Loire) et celles où le même rapport est supérieur à 2000 enfants par centre (Basse-Goulaine, Couëron, Saint-Sébastien-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire, Sautron, Carquefou, Vertou et la Chapelle-sur-Erdre). Les communes les plus riches furent longtemps les moins bien dotées (Sautron, La-Chapelle-sur-Erdre, Vertou et Basse-Goulaine), sans doute parce que les loisirs étaient laissés à l’initiative privée de ménages à revenus élevés ou moyens. Ce n’est plus le cas depuis 2004. La création de l’intercommunalité (Nantes métropole) a eu pour effet le transfert de compétences très nombreuses obligeant les communes à se recentrer sur des « publics » ou « populations », les enfants, les jeunes, les familles et les personnes âgées en tout premier lieu.

DE LA VILLE AUX QUARTIERS

  • 2 . Centres de loisirs sans hébergement, centres socio culturels, maisons des jeunes et maisons de qu (...)
  • 3 Ces derniers fonctionnent à la journée, ils n’ont pas de vocation de quartier, les enfants sont pr (...)

10L’exemple nantais est à la fois original et complexe puisque, avec 44 083 enfants de 3 à 17 ans en 1999 dont 14 940 jeunes de 13 à 17 ans, l’ACCOORD prend en charge la gestion et l’organisation des structures de loisirs sur l’ensemble de la ville. Vingt-deux points d’accueil sont situés dans les différents quartiers de Nantes, participant à leur animation malgré des statuts différents2 et quatre centres de loisirs, hors des quartiers (centres ALIS)3. Services de proximité, voire de cohésion sociale, ce qu’illustre clairement la transformation des CLSH en Centres socioculturels (en 2006 tous sont des CSC), ces lieux accueillent des enfants (3 à 11 ans), des jeunes (12 ans à 17 ans), des adultes. Ici, les loisirs et l’action sociale (aide aux familles, soutien scolaire…) sont intimement liés.

11L’ACCOORD dans sa présentation des structures d’accueil et des types d’activité destinés aux jeunes (au-dessus de 12 ans) souligne la diversité de l’offre qui se présente sous forme d’ateliers artistiques et musicaux. Il faut, ici, préciser que, chez les professionnels des loisirs, la tranche d’âge 11-13 ans est considérée comme une transition entre enfance et adolescence, certains enfants seront matures plus tôt et inversement. Pour cette raison, certains centres (par exemple Haluchère, Pilotière…) ont porté une réflexion et proposent des groupes spécifiques, pour les 11-13 ans, dénommés « passerelle ». Aux côtés de l’aide à projet, on trouve partout des activités artistiques, il s’agit en 2003 à la fois de danse hip-hop très en vogue, de guitare et batterie et de cinq locaux de répétition musicale en 2003 (Boissière, Pilotière, Doulon, Les Ponts-Beaulieu et Bellevue). Les jeunes organisent eux-mêmes les horaires de ces locaux.

  • 4 Ilot regroupé pour l’information statistique, division la plus fine du recensement de la populatio (...)

12Tous les quartiers, sauf le centre-ville (quartiers centre-ville et Haut-Pavés/Saint-Felix) disposent d’un point d’accueil spécifique pour les jeunes de plus de 12 ans. Pourtant, le nombre d’enfants et de jeunes est important en centre-ville, en particulier dans les IRIS4 Decré-Cathédrale, Graslin-Commerce, Guist’hau, Monselet, Procé, Saint-Felix et Rennes-Bellamy. Il y aurait donc un sous-équipement du centre-ville avec une offre jusque-là uniquement destinée aux enfants. L’absence d’équipements du quartier Hauts-Pavés/Saint-Félix a été comblée après restructuration des équipements de centre-ville (nouveau centre Félix-Thomas).

13Le centre-ville en 2006 compte trois équipements : Félix Thomas, Molière et Histoire de jouer qui sont associés à des écoles (école Felloneau, Léon Blum, Molière et Saint-Pierre), ce qui permet d’une part, un accueil périscolaire et la mise à disposition des salles de cantine le mercredi et les vacances, d’autre part, un centre administratif et un atelier musical. Organisée en centre socioculturel, cette structure sur plusieurs sites propose à la fois un accueil à la journée pour les enfants et différents ateliers pour tous les âges sur des temps plus limités, ainsi que du soutien scolaire. En 2004, on enregistrait 661 familles (Fig. 3) qui fréquentaient de façon régulière l’un de ces centres ou l’une de ces activités. Il s’agit d’un service de proximité : ce sont les habitants du centre-ville qui pratiquent ces lieux.

Figure 3 : Lieux de résidence des familles dont les enfants fréquentent les structures d’accueil du centre-ville de Nantes (2004)

Figure 3 : Lieux de résidence des familles dont les enfants fréquentent les structures d’accueil du centre-ville de Nantes (2004)

Source : ACCOORD, 2004 ©ESO Nantes

14De loin les plus nombreuses, les familles de l’IRIS Decré-Cathédrale (85 familles) sont suivies de celles de Saint-Félix, des Hauts-Pavés, de Talensac-Pont Morand, etc. Cette structure se présente donc comme un service de proximité des quartiers centraux de l’ouest et du nord-ouest. Une demande réelle existe dans ces quartiers, elle dépasse le simple service de garde d’enfant pendant les vacances et le mercredi. Contrairement aux idées répandues, et comme le soulignent les cartes des aides sociales de la Caisse d’allocations familiales, une population démunie habite ces quartiers centraux aux côtés de populations plus privilégiées du point de vue social. L’analyse des quotients familiaux des usagers montre la prédominance des plus faibles revenus, il semblerait même qu’elle se soit accentuée.

15Les structures et les activités des enfants (3-12 ans) semblent assez clairement identifiées et codifiées. En revanche, quand on s’intéresse aux plus grands, l’information est à la fois plus éparse et plus rare. On trouve un peu partout des structures portant les noms de : club de jeunes, Espace pluriel, Espace jeunes qui ont pour vocation d’accueillir les adolescents (11-18 ans). Il s’agit cette fois de petites structures qui pour capter les jeunes vont mettre à leur disposition des activités moins cadrées, mais néanmoins encadrées : aide à projet, activités artistiques, activités sportives. Il en résulte que l’accueil des adolescents se présente sous forme d’une multitude de petits pôles. Nous savons que ce sont des âges où les structures « traditionnelles » collectives ne correspondent plus aux attentes des jeunes qui cherchent leur autonomie par rapport aux adultes. Ce sont ces jeunes que les différents acteurs sociaux cherchent à capter en leur proposant des activités moins « contraignantes » où ils sont libres de venir aux heures et jours de leur choix. Dans une grande majorité de communes, des activités artistiques sont proposées (en 2003, font exception Carquefou, Vertou et Bouaye), ainsi que de l’aide à projet (11 communes sur 23), où il s’agit d’accompagner les jeunes dans la construction de leur projet ce qui demande un engagement fort de leur part. Enfin trois communes (La Chapelle-sur-Erdre, Carquefou et la Montagne) ont ouvert un local de répétition musicale aux jeunes.

16Les loisirs des enfants sont encadrés, ceux des adolescents sont déjà moins contraints, ceux des étudiants alternent entre activités encadrées (sport, musique, théâtre) peu nombreuses et activités non encadrées, individuelles ou collectives, majeures. L’entrée dans la vie étudiante correspond, mais c’est déjà parfois le cas dès le lycée, à l’abandon des activités encadrées tant sportives que culturelles.

LES LOISIRS NON ENCADRÉS DES ÉTUDIANTS

17Les loisirs pratiqués par les jeunes ont été analysés à l’échelle nationale par différentes grandes enquêtes. Ainsi l’Observatoire de la vie étudiante s’intéresse depuis 1994 aux étudiants de l’université, de BTS ou de classes préparatoires aux grandes écoles. Son enquête « conditions de vie des étudiants » comporte plusieurs thématiques (logement, santé, emplois du temps, réussite et loisirs) et cherche tous les trois ans à recueillir et analyser les comportements et représentations de cette catégorie de population auprès d’un important échantillon (100 000). Les enquêtes du département Études et prospective du ministère de la Culture portent quant à elles sur toute la population française de plus de 15 ans et l’interrogent sur ses « pratiques culturelles » avec un échantillon plus restreint de 3 000 individus. Il existe d’autres enquêtes ponctuelles comme ce sondage Ipsos du 23 janvier 2003 sur le temps libre et les loisirs des Français, réalisé auprès de 3 676 individus de 18 à 70 ans, que recense J. Zaffran dans un ouvrage consacré à la question (Langouet, 2004). Toutes ces enquêtes montrent que plus on avance vers l’âge adulte et moins les loisirs semblent encadrés. Et Olivier Donnat, du ministère de la Culture, rappelle que « beaucoup de loisirs sont le fait des jeunes et des milieux sociaux privilégiés (Donnat, 1998) ». Les deux catégories sociales (jeunes et milieux sociaux privilégiés) sont sur représentés dans les métropoles régionales (et a fortiori dans la capitale) qui sont aussi des pôles universitaires.

18Les résultats de ces enquêtes ne rendent pas compte des lieux des pratiques, sinon sous la forme de découpages trop vastes (les régions, les départements) ou déclinés de la petite à la grande ville. C’est la raison pour laquelle nous avons mis en place une enquête localisée, élaborée dans le cadre d’un enseignement à l’université (et retravaillée ensuite) avec pour objectif de connaître les lieux des pratiques de loisirs des étudiants dans l’agglomération nantaise, c’est-à-dire à l’échelle intra urbaine.

  • 5 . Les limites du questionnaire sont évidentes : en deux pages de questions, il est difficile de ren (...)
  • 6 . La volonté de départ était de toucher dans l’enquête des établissements différents (école central (...)

En décembre 2004 et janvier 2005, six cent dix questionnaires5 furent distribués à la fin de cours magistraux à gros effectifs dans sept disciplines différentes6 et, en complément, au sein des cafeterias et bibliothèques universitaires. Le portrait de ces enquêtés est le suivant : 90 % des étudiants avaient entre 18 et 23 ans ; avec 39 % d’hommes et 61 % de femmes. Un tiers de ces étudiants résidait à Nantes depuis « toujours », 14 % depuis plus de cinq ans, 37,5 % depuis moins de cinq ans (dont plus de la moitié depuis moins d’un an). Un peu moins de la moitié des étudiants vivait chez ses parents (47,8 %) et les deux-tiers étaient aidés financièrement par leurs parents, un tiers était boursier, un tiers vivait de petits boulots, seulement 10 % avaient un contrat de travail. Avec des revenus différents, l’argent consacré aux loisirs était donc très variable, mais à niveau de revenu équivalent, l’argent consacré aux loisirs variait également très fortement.
24,1 % des étudiants viennent du reste du département, les autres, d’horizons plus lointains. Arrivés du reste de la région des Pays-de-la-Loire (Loire-Atlantique non comprise) et de Bretagne pour 22,1 %, ils résident en logement individuel, le plus souvent à Nantes mais peuvent encore pratiquer des activités de loisirs dans leur commune d’origine.
Les étudiants interrogés viennent de filières plutôt « féminines » (psychologie, LEA, sociologie) ou « masculines » (Staps, chimie), tandis que géologie et médecine s’approchent de la parité, au sein de l’échantillon tout au moins.
La première question « citez vos cinq loisirs préférés » demandait une auto-déclaration des loisirs les plus fréquents, les suivantes proposaient des lieux et des fréquences pour quelques loisirs. Les dernières demandaient les noms des cafés, restaurants, boîtes de nuit fréquentées. L’ensemble des réponses a donné lieu à des géocodages, parfois compliqués, de manière à pouvoir cartographier ces lieux fréquentés le temps des loisirs par les étudiants de l’université de Nantes.

Éparpillement des lieux, polarisation des équipements

19Cent vingt-trois loisirs différents ont été nommés par les étudiants. Moins de la moitié ne relèvent ni strictement du sport, ni strictement de la culture : ce sont des activités telles que la danse, le jonglage, la fabrication de bijoux, le shopping, les mots croisés, les jeux (en réseau, de rôles ou plus traditionnels) ou tout ce qui a trait à la sociabilité des jeunes adultes : les bars, les sorties entre amis, les fest-noz, les boîtes de nuit, etc. Cette multiplicité des loisirs est assortie d’un éparpillement de leurs lieux de déroulement, bien que les 2/3 se déroulent dans l’agglomération (la moitié à Nantes même). L’éparpillement n’empêche pas que ressortent des lieux de concentration (polarisation) liés à la localisation des équipements. 1/3 des étudiants citent comme loisirs préférés le cinéma et le sport (dont 1/5 le football), 1/10 le shopping : les cinémas, les équipements sportifs et commerciaux sont concentrés dans l’espace urbain. Ces préférences sont reliées à des filières : ainsi les étudiants de sociologie et de LEA vont beaucoup au cinéma (des festivals de cinéma étranger sont organisés par les enseignantes de langue), ceux de Staps (sport) et de chimie jouent au football et les étudiantes de psychologie et LEA évoquent le shopping parmi leurs loisirs préférés (Fig. 4 et Fig. 5).

Figure 4 : Activités de loisirs citées plus de 30 fois par les étudiants

Figure 4 : Activités de loisirs citées plus de 30 fois par les étudiants

Source : Enquête étudiant, Université de Nantes, décembre 2004 - janvier 2005 ©ESO Nantes, 2006

Figure 5 : Activités de loisirs citées une seule fois par les étudiants

Figure 5 : Activités de loisirs citées une seule fois par les étudiants

Source : Enquête étudiant, Université de Nantes, décembre 2004 - janvier 2005

Des loisirs et une sociabilité intense, des engagements ciblés

20Les loisirs collectifs sont nombreux tant les loisirs sont chez les jeunes reliés à la sociabilité et en particulier au groupe d’amis, plus qu’aux structures d’encadrement (clubs sportifs notamment) dont l’importance décline sur ces tranches d’âge. Toutefois, l’enquête sur les pratiques culturelles des Français (1997) montre que le lien entre amitiés et loisirs est fort de 15 à 19 ans ; en effet, 88 % des jeunes de cette tranche d’âge préfèrent les loisirs avec les amis ; de 20 à 24 ans, ils sont encore 70 %, mais ce lien diminue par la suite, puisqu’ils ne sont plus que 43 % de 25 à 34 ans…

21Le cinéma vient en tête des loisirs des étudiants (Fig. 6), il est considéré comme une sortie tandis qu’«  écouter de la musique » forme une activité plus complexe puisqu’elle peut être menée en solitaire au domicile, ou dans les transports publics, et faire également l’objet d’une sortie de groupe pour voir et écouter un concert. Dans le registre sportif, les citations les plus nombreuses sont « faire du sport » énoncé de manière générale, ou, nommément, le football, la natation, la gymnastique douce… La plupart des loisirs culturels vont de pair avec les relations amicales et font l’objet de sorties : aller au cinéma, au café, à des concerts. D’autres par contre sont plus intimes : écoute de la musique, lecture, télévision et cinéma à domicile (DVD, vidéos) et autres « baise, fumette, dormir, faire des bisous à mon ami, ne rien faire, etc. ».

22Derrière l’homogénéité supposée de ce groupe social, l’éclatement des pratiques est réel. Les étudiants ont des niveaux de revenus, des origines sociales, des goûts différents qui font varier leurs consommations et leurs pratiques de loisirs. On retrouve des pratiques distinctes entre les étudiants des différentes filières, les étudiants sociologues sortent le plus, suivis des étudiants en médecine, et ce qu’elles que soient les sorties (salle de spectacle, cafés) tandis qu’en psychologie, chimie et géologie, les sorties vers les salles de spectacle sont deux fois moins nombreuses.

23Quelques-uns des loisirs se situent entre loisirs et travail et demandent un investissement conséquent : ainsi un tiers des étudiants est adhérent d’une association souvent reliée à une pratique ou un apprentissage sportif, en particulier en Staps, ou culturel, plutôt en sociologie, mais également au corporatisme étudiant particulièrement marqué en médecine ou en sciences. Certaines associations sont ancrées dans la localité et se préoccupent du cadre de vie : club des jeunes dans un village ou dans un quartier. Elles sont très rarement politiques (une seule mention), militantes (homosexuels, protection de la nature avec Greenpeace, solidarité internationale, communautaires) ou religieuses (une mention des témoins de Jéhovah). Par contre, elles entretiennent souvent un lien avec la professionnalisation à venir : l’humanitaire chez les étudiants de médecine, l’accompagnement scolaire en chimie et en sociologie, le sauvetage en mer, le secourisme et le bénévolat en tant qu’entraîneur en club pour les étudiants de Staps, l’animation et l’organisation de festivals chez les sociologues. Aucun ne participe au conseil nantais de la jeunesse qui réunit, depuis 2002, 50 jeunes de 16 à 25 ans parmi lesquels quelques étudiants. À la fin 2004, la région devenue socialiste a cherché également à mobiliser les jeunes. Mais que cela soit du côté des associations, de celui des comités consultatifs de quartier, ou celui du syndicalisme et des organisations qui gèrent la vie étudiante, on déplore la faible participation de cette population.

Les grandes salles, lieux de la visibilité étudiante

24Si le groupe social des étudiants est éclaté, les lieux culturels (cinéma, salles de spectacles) sont eux extrêmement polarisés, ce qui fait d’ailleurs une partie de leur succès, dans le centre-ville nantais et dans une moindre mesure à Atlantis, zone commerciale de Saint-Herblain, la première commune de banlieue pour le poids de sa population. Le centre-ville avec les cinémas Gaumont (396 citations) et Katorza (178 citations) attire plus les étudiants que la périphérie. Toutefois, les sorties vers les cinémas Pathé-Atlantis (175 citations) et UGC Ciné cité (136 citations) dans la zone commerciale d’Atlantis à Saint-Herblain forment des flux d’autant plus importants que la moitié des étudiants résident en centre-ville contre 18 % dans les autres communes de l’agglomération. Les autres salles connaissent une fréquentation plus marginale, c’est le cas du Ciné Pôle sud (47 citations), du Concorde (30 citations), du Cinématographe (20 citations), du Saint-Paul (4 citations), etc. Toutes les enquêtes montrent que le cinéma est une sortie reliée à la jeunesse : seulement 1,6 % des étudiants interrogés à Nantes déclarent ne pas se rendre au cinéma.

25La fréquentation des salles de spectacle est plus rare que celle des cinémas : 1 étudiant sur 5 n’a vu aucun spectacle en 2004 et 1 sur 6 n’a pas répondu à cette question, ce qui revient peut-être au même. De plus, un tiers des étudiants a vu en 2004 de 1 à 2 spectacles tandis qu’1/6 se rendaient à plus de 6 spectacles, en particulier les étudiants sociologues. Les salles de l’agglomération les plus citées sont la Cité des Congrès (145 citations), la Trocardière (137 citations), Le Lieu Unique (115 citations), le Théâtre Universitaire (111 citations), l’Olympic (110 citations), l’Onyx et la Carrière à Saint-Herblain (56 fois chacune), Le grand T (39 citations), le Théâtre Graslin (34 citations), La Fleuriaye à Carquefou (33 citations), la Bouche d’Air (30 citations). La fréquentation du Terrain Neutre Théâtre, du Pannonica, du Studio Théâtre est moindre, mais leur capacité d’accueil est également plus réduite. Parmi ces différentes salles, des spécialisations existent : ainsi, La Trocardière, l’Olympic, la Carrière, la Bouche d’Air sont des salles de concerts. La cité des Congrès est principalement fréquentée lors de festivals au prix peu élevé – la fête de Tisse et Métisse par exemple s’y déroule – et plus rarement pour des spectacles très chers.

26Dans l’agglomération nantaise se tiennent plusieurs événements culturels de courte durée, susceptibles d’attirer le public étudiant. Toutefois, un étudiant sur cinq ne se rend à aucun festival. Les adeptes de ces sorties retiennent en tout premier lieu la fête de la Musique (298 citations), les Rendez-vous de l’Erdre (119 citations). Ces deux festivités sont gratuites, ce qui explique sans doute en partie leur succès. Les Utopiales, Ram Dam, Tisse et Métisse, qui se tiennent à la Cité des Congrès, le festival des Arts de la rue à Saint-Sébastien sont cités plus de 40 fois chacun. Les Folles Journées, les journées du patrimoine, Jours de fête à Saint-Herblain avec chacune 30 citations, ou la Saint-Patrick (24 citations) connaissent un moindre succès. La proximité de l’offre joue dans la fréquentation, cela se vérifie notamment pour les festivals situés hors de l’agglomération nantaise puisque sont cités les très nombreux petits festivals de l’Ouest, espace dans lequel résident 80,4 % des étudiants (régions Pays-de-la-Loire et Bretagne).

Le café, lieu étudiant

27Les rendez-vous entre jeunes privilégient le centre-ville de Nantes que ce soit dans la rue ou sur les places, aux arrêts des tramways, dans les cafés. La moitié des étudiants se rend au moins une fois par semaine dans un café, mais un sur cinq s’y rend rarement. Pourtant, les cafés reviennent souvent dans les réponses à la question « classez vos loisirs par ordre de préférence ». À Nantes, 168 cafés sont cités par les étudiants sur les 508 cafés que compte la ville en 2004, soit un café sur trois, 90 d’entre eux le sont deux fois. Ils se situent aux 4/5e dans l’espace du centre-ville, autour de l’Île Feydeau proche de la faculté de Médecine, près des cinémas ou encore dans le quartier du Bouffay. En fonction des filières, les espaces fréquentés varient fortement.

28Les dépenses annuelles moyennes par ménage selon l’âge de référence de la personne, les budgets des familles (INSEE, 2001), montrent que ce sont les jeunes qui dépensent le plus dans les « cafés, bars et assimilés » et que ces dépenses diminuent ensuite avec l’âge. La conclusion à en tirer est que les clientèles des cafés, autrefois liées à des adhésions sociales de classe (grands cafés bourgeois, tavernes et bistrots populaires), au monde du travail et à des univers sexués (les « honnêtes » femmes n’allaient pas au café) sont aujourd’hui dominées par les jeunes adultes. Les observatoires régionaux et nationaux de la santé mettent régulièrement en exergue la forte alcoolisation des jeunes, sans d’ailleurs que celle-ci ne résulte forcément de la fréquentation des cafés : l’alcoolisation a lieu également au domicile des jeunes (qui est également l’espace central) et dans l’espace public.

  • 7 . Entretien en mairie de Rennes, service des débits de boisson, janvier 2003.

29Le nombre de cafés s’est considérablement réduit, en particulier dans les quartiers périphériques et les établissements se sont regroupés dans l’espace comme le font souvent les activités économiques pour se stimuler. La polarisation des cafés a suivi la croissance du nombre des étudiants et leur localisation résidentielle. On trouve cela plus précocement encore dans des villes telles que Rennes ou Bordeaux. Dans la première, les concentrations de cafés étaient le propre de la rue Saint-Malo, détrônée dans son titre de « rue de la soif » par la rue Saint-Michel où, aux côtés des cinq bars ouverts avant 1989, onze autres avaient pris place en 19947. Dans la métropole régionale aquitaine, au début des années 2000, trois espaces se démarquent : Saint Pierre est le quartier de la restauration, tandis que la place de la Victoire et les quais de Paludate accueillent cafés et boîtes de nuit. Autour de la place de la Victoire (Bazzo, 1995) qui comptait le café le Plana pour seul établissement attractif du public étudiant la nuit, trente bars supplémentaires ont vu le jour dans la décennie quatre-vingt-dix. Les villes universitaires sont particulièrement transformées par la croissance des effectifs étudiants depuis les années quatre-vingt-dix, mais les villes moyennes et petites ne sont pas non plus épargnées. Cette vie nocturne est devenue tellement visible qu’elle a orienté des recherches, (initiées par les sociétés de transport) sur les nouveaux rythmes urbains (Espinasse, Bugahiar, 2004). Les élus ont dans un premier temps loué cette animation des centre-villes, de la même manière qu’ils se félicitent de la présence étudiante dans leur ville. Mais des faits divers (accidents, voire décès) les ont fait changer d’avis et leurs politiques se sont traduites par un renforcement, ces dernières années, de la surveillance des cafés et de la jeunesse.

CONCLUSION

30Les loisirs présentés ici ne forment qu’une partie des loisirs des enfants et des jeunes ; rappelons qu’une partie de la population tant enfantine qu’étudiante est rétive aux loisirs ou choisit d’autres types de loisirs individuels ou associatifs.

31Les loisirs encadrés, plus particulièrement développés pour les catégories d’âge les plus jeunes, permettent d’analyser l’engagement des communes. Toutes, dans la communauté urbaine de Nantes, tentent d’organiser l’animation d’un secteur appelé enfance-jeunesse, en cherchant à adapter une offre diversifiée à chaque âge, avec des difficultés à appréhender les adolescents. Les loisirs encadrés forment un domaine dans lequel l’action publique est devenue primordiale. Ils représentent une offre de proximité proposée surtout aux enfants, souvent l’unique pour les plus modestes. Ils révèlent une logique d’équité territoriale et de proximité alors que les loisirs des étudiants sont producteurs de polarités avec des hiérarchies bien marquées dans l’espace urbain.

32Les communes ont investi le domaine de l’enfance et de la jeunesse, le plus souvent du fait de l’arrivée des familles en nombre sur le territoire communal et de leurs demandes réitérées de loisirs destinés aux enfants. La gestion de cette demande s’effectue en l’adaptant au nombre d’enfants, à l’âge, et souvent même en fonction des horaires de travail des parents, des mères en particulier. Ces politiques font l’objet d’une attention soutenue, si bien qu’il n’est pas question de mutualiser les équipements ou les services entre les communes.

33Le public jeune est particulièrement prisé, mais ne comprend pas ou peu, ou à la marge, les étudiants, bien qu’une grande partie d’entre eux vote et paie des impôts locaux. Ceux-ci, parce qu’ils s’inscrivent pour peu de temps dans le paysage municipal, parce qu’une partie n’y vit pas toute l’année, du fait aussi de leurs pratiques plus autonomes, ne sont pas demandeurs d’un encadrement municipal de leurs loisirs et échappent aux politiques municipales de loisirs.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Allard T., Bigoteau M., Garat I. (dir.), Le saout R., Michelenova R., Moreau G., Suaud C., Sztokman N., Tonini B., Vernicos S., Atlas social des jeunes dans la ville, volume 4, Participation et engagement dans la cité, Contrat de recherche pour le conseil de développement de Nantes métropole, 2006.

Augustin J. -P., Espace social et loisirs organisés des jeunes. L’exemple de la commune de Bordeaux, Paris, Pedone, 1978.

Bazzo C., « Les activités culturelles et ludiques dans le centre de Bordeaux », TER de géographie (directeur Michel Genty), 1995, 171 p.

Cérani N., Camus M., « Le budget des familles en 2001 », Insee Résultats, n° 29, 2004, p. 1-46.

Développement culturel 124, « Les pratiques culturelles des Français. Évolution 1989-1997 », juin 1998.

Développement culturel 123, « Atlas des activités culturelles », juin 1998.

Développement culturel 106, « Les jeunes et les sorties culturelles », février 1995.

Développement culturel 093, « Les pratiques culturelles des jeunes », mai 1992.

Donnat O., Les pratiques culturelles des Français, enquête 1997, La Documentation française, 1998, 359 p.

Dumartin S., Febvre M., « Loisirs culturels 1999-2002 », Insee Résultats, n° 26, février 2004, p. 2-35.

Espinasse C., Bugahiar P., Les passagers de la nuit, Vie nocturne des jeunes, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2004.

Galland O., Sociologie de la jeunesse, Armand Colin, 1997.

Garat I., Vernicos S., « Ville des vieux, ville des jeunes. Des structures d’âge concurrentes ou juxtaposées dans l’espace urbain ? Illustrations nantaises », Annales de la recherche urbaine, n° 100, juin 2006, p. 43-50.

Langouet G. (dir.), Les jeunes et leurs loisirs en France, Paris, Hachette, 2004.

Lebon F., « Une politique de l’enfance, du patronage au centre de loisirs », Éducation et Sociétés, n° 11, 2003, p. 135-152.

Maillard C., « Les restaurants du quartier Saint-Pierre de Bordeaux », TER de maîtrise, université de Bordeaux III (sous la direction de M. Charrié), 2000.

Zaffran J., « Loisirs et temps libre : deux regards croisés sur les temporalités adolescentes », Les jeunes et leurs loisirs en France, Paris, Hachette, 2004, p. 99-112.

Notes

1 . Ce texte a été partiellement publié dans Place publique, revue locale financée par la communauté urbaine de Nantes, au mois de janvier 2007.

2 . Centres de loisirs sans hébergement, centres socio culturels, maisons des jeunes et maisons de quartier.

3 Ces derniers fonctionnent à la journée, ils n’ont pas de vocation de quartier, les enfants sont pris en charge depuis des points d’arrêt de bus spécifiques.

4 Ilot regroupé pour l’information statistique, division la plus fine du recensement de la population de 1999 mise en place par l’INSEE.

5 . Les limites du questionnaire sont évidentes : en deux pages de questions, il est difficile de rendre compte d’un sujet aussi vaste. Il mériterait des enquêtes par questionnaires, renouvelées régulièrement, et des enquêtes par entretien pour cerner plus finement les temporalités et spatialités de ces pratiques et leurs évolutions, notamment parce qu’il est très difficile pour les individus (étudiants ou non) de localiser correctement les espaces au cours d’une enquête (ils ne connaissent pas les noms de rues, confondent les lieux, ont du mal à se souvenir d’une adresse et même des noms des lieux fréquentés). La seule vérification des noms des cafés a nécessité un lourd travail, du fait le plus souvent d’une orthographe approximative. Ainsi le Delhi’s bar du cours des Cinquante Otages est écrit de quatre ou cinq façons différentes.

6 . La volonté de départ était de toucher dans l’enquête des établissements différents (école centrale, école de commerce, école du Bois, classes de BTS en lycée). Les difficultés de l’obtention des autorisations d’accès (école de commerce, école centrale), un calendrier court et contraignant, les maladresses de certains groupes d’enquêteurs ont réduit l’enquête aux seuls étudiants de l’université.

7 . Entretien en mairie de Rennes, service des débits de boisson, janvier 2003.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Profils démographiques de trois communes de la communauté urbaine nantaise
Légende Source : INSEE - RP 1999 ©ESO Nantes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27170/img-1.jpg
Fichier image/, 125k
Titre Figure 2 : Modes de gestion des structures d’accueil et de loisirs en 2002-2003 des communes de Nantes Métropole
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27170/img-2.jpg
Fichier image/, 175k
Titre Figure 3 : Lieux de résidence des familles dont les enfants fréquentent les structures d’accueil du centre-ville de Nantes (2004)
Légende Source : ACCOORD, 2004 ©ESO Nantes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27170/img-3.jpg
Fichier image/, 269k
Titre Figure 4 : Activités de loisirs citées plus de 30 fois par les étudiants
Légende Source : Enquête étudiant, Université de Nantes, décembre 2004 - janvier 2005 ©ESO Nantes, 2006
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27170/img-4.jpg
Fichier image/, 130k
Titre Figure 5 : Activités de loisirs citées une seule fois par les étudiants
Légende Source : Enquête étudiant, Université de Nantes, décembre 2004 - janvier 2005
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27170/img-5.jpg
Fichier image/, 136k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540