Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien

 | 
Isabelle Danic
, 
Olivier David
, 
Sandrine Depeau

Deuxième partie. « Socialisation dans les espaces quotidiens »

Des chambres intelligentes ?

Un regard sociologique sur l’espace personnel des enfants dits « intellectuellement précoces »

Wilfried Lignier

Texte intégral

  • 1 . La distinction entre l’usage du terme « surdoué » et celui d’«  enfant intellectuellement précoce (...)

1Un travail proprement sociologique portant sur les enfants dit « intellectuellement précoces », autrement dit sur les enfants qu’on appelle plus communément « surdoués », constitue le cadre général dans lequel s’inscrivent les développements qui vont suivre1. La mise en circulation régulière de cette figure assez énigmatique de l’enfance dans l’espace public, et notamment dans le champ médiatique (presse magazine et télévision surtout), constitue en elle-même une invitation à l’objectivation sociologique – sans parler de l’intérêt critique qui a de longue date animée la discipline à l’égard de l’«  idéologie du don » (Bourdieu et Passeron 1970). Mais comment envisager au juste cette objectivation ?

  • 2 . La précocité intellectuelle est une notion psychologique qui s’applique à des enfants qui obtienn (...)

2Je voudrais montrer dans ce qui suit que la prise en compte des lieux de vie concrets fréquentés par ces enfants – qui sont presque toujours considérés en dehors de tout contexte – est une entrée pertinente pour enclencher l’objectivation. Au cours d’une enquête de terrain auprès d’enfants intellectuellement précoces, j’ai eu l’occasion de prendre les photographies des chambres de quelques-uns de mes jeunes enquêtés – un matériel iconographique qui sert de fondement à ce texte. Je me donne dans ce qui suit un objectif tout à fait modeste : montrer que l’observation systématique de ces quelques clichés peut servir de porte d’entrée pour une approche sociologique qui ne va pas de soi – en particulier, dans la mesure où l’objet auquel on s’intéresse n’appartient ordinairement pas à la discipline de référence (la sociologie), mais plutôt à la psychologie (celle-ci, du côté de la psychologie différentielle pratiquée tant en laboratoire qu’en cabinet privé, est à l’origine du concept de précocité intellectuelle et des outils qui lui sont associés)2. En analysant les photographies et en les confrontant à d’autres matériaux, recueillis éventuellement par d’autres méthodes, il s’agit en particulier de se demander en quoi les chambres des enfants « IP » (l’abréviation est consacrée) sont singulières, en quoi ce sont d’une certaine manière des « chambres intelligentes », spécifiquement associées à des enfants qui sont ou qui doivent être (je laisse volontairement en suspens cette distinction) « intelligents ».

3Les perspectives attachées à une telle problématique peuvent être envisagées en distinguant deux axes généraux. On peut d’une part se demander en quoi les chambres entrevues se distinguent de ou au contraire ressemblent à d’autres chambres enfantines : cet axe de comparatisme externe, dont le but est de situer socialement cette enfance réputée « intelligente » qu’est l’enfance intellectuellement précoce, sera celui que l’on développera essentiellement. On peut d’autre part poser la question des différences entre les chambres entrevues. Cet autre axe, celui du comparatisme interne, dont le but est d’envisager des pratiques différentes de l’«  intelligence » au sein de la précocité intellectuelle, sera abordé beaucoup plus brièvement, et de manière secondaire.

  • 3 . Sur les conditions de l’observation participante avec des enfants, on se rapportera à Fine et San (...)
  • 4 . Outre les contraintes évidentes de place et d’édition, ce point peut pour partie justifier le fai (...)

Méthodologie
L’approche sociologique d’un objet a priori psychologique impose sans doute plus que tout autre une conversion en pratiques de l’objet. Il faut moins savoir ce qu’« est » la précocité intellectuelle que ce que font les personnes et les groupes engagés dans cet univers. Pour ce faire, j’ai mené une observation participante dans la filière spécialisée d’un collège situé dans une banlieue favorisée d’une grande ville française. Sans détailler les tenants et les aboutissants de cette observation participante particulière, puisque menée avec des enfants âgés de 9 à 12 ans (en 6e), précisons qu’il a s’agit pour moi de passer mes journées, cinq jours par semaines durant quatre mois, avec des enfants institutionnellement détectés comme des « IP ». Cela m’a amené à faire beaucoup de choses avec eux – assister au cours, prendre des notes, faire les contrôles, jouer dans la cour, manger à la cantine, faire du sport, etc. – et m’a donné une connaissance relativement intime de ces enfants, consignée dans un journal de recherche rédigé au quotidien3.
Pour compléter ce matériel ethnographique, j’ai, entre autres, mené des entretiens avec certains parents des enfants, à l’issue desquels je demandais l’autorisation de prendre en photographie la chambre de chaque enfant. Mes interlocuteurs n’étaient pas prévenus de cette pratique, et semblaient souvent surpris, s’excusant d’un éventuel désordre ; personne, toutefois, ne m’a refusé de cliché. J’ai pu prendre des photos de sept chambres différentes, sans les enfants, pourtant souvent présents dans la maison – et ce notamment pour éviter des problèmes de droit, particulièrement avec des enfants. C’est donc une série de natures mortes que j’ai récupérée – natures mortes qui peuvent toutefois être rapportées à la nature vivante d’enfants qui me sont familiers, en vue d’une objectivation réciproque. Ainsi les photographies ne servent pas, en tant que matériel autonome, à susciter l’analyse ; elles viennent en contrepoint de l’enquête ethnographique, et travaillent dans une certaine mesure le récit d’enquête, parfois très embrouillé4.

LES CHAMBRES DES ENFANTS : PLUTÔT SPACIEUSES, MASCULINES… ET ENFANTINES

4Une première lecture de la vingtaine de prises de vues collectées (à raison de trois en moyenne par chambre) devrait, paradoxalement, être attentive à ce qui ne saute pas aux yeux sur les clichés – suivant la logique bien connue qui veut que le plus évident passe souvent inaperçu.

  • 5 les photographies ne soient pas reproduites ici.. Tous les noms d’enfants ont été modifiés.
  • 6 . On rejoint ici les remarques formulées par Marie Gouyon concernant la manière sociologique d’inte (...)

5Ainsi, avant toute chose, il faut noter que dans les maisons ou appartements où j’ai pu entrer, un espace propre est clairement réservé à chaque enfant. Toutes les chambres photographiées sont en effet individuelles, et aucun des enfants rencontrés durant l’enquête n’a du reste évoqué avec moi une chambre partagée – alors que j’ai ponctuellement eu droit à des anecdotes sur les luttes avec les frères et sœurs pour faire respecter son espace. Par ailleurs, il importe de remarquer que l’espace dévolu, en termes de surface, semble régulièrement important. Les chambres sont ainsi plutôt spacieuses et, à la limite, l’espace proprement enfantin « déborde » : les très nombreux livres d’enfant de Maïwenn sont disposés dans une longue étagère jouxtant la chambre ; quant à la chambre de Paul, si elle semble plutôt vide, c’est en partie parce qu’il dispose d’une salle de jeu5. L’existence d’un espace important accordé aux enfants témoigne de la place que peuvent occuper les enfants dans ces familles : de la même manière qu’ils sont loin d’être des oubliés de l’organisation spatiale du domicile, l’enquête de terrain a pu révéler qu’ils sont loin d’être mis à l’écart de la vie de famille en général, où ils tendent à occuper une place centrale, et à jouir d’une certaine visibilité6. Par ailleurs, et d’un point de vue aussi trivial que nécessaire, compte tenu du prix du mètre carré extrêmement élevé sur le lieu de l’enquête, de grandes chambres individuelles, éventuellement avec des annexes, témoignent d’un certain niveau de capital économique, dont bénéficient directement les enfants. Cette idée est confirmée d’un point de vue statistique. La surreprésentation d’une origine sociale supérieure dans la filière pour enfants précoces que j’ai étudiée a été relevée avant moi dans la monographie d’un psychologue, qui relevait 85 % de garçons et de filles dont le père exerce une profession supérieure (PCS 3) dans les classes « IP », contre 65 % dans les classes « non-IP » (Vrignaud, 2008). Dans ma propre enquête quantitative (n = 396, dont 60 IP), j’ai pu être plus précis et différencier, parmi les classes supérieures, les professions intellectuelles d’un côté (auxquelles j’ai ajouté les instituteurs), et les seuls cadres et ingénieurs de l’autre (auxquels j’ai ajouté les chefs d’entreprise). J’ai obtenu le tableau croisé suivant, qui est sans ambiguïtés :

Chi2 = 17,992, ddl = 2, significatif à 1 %.

6Le cadre de vie intime des enfants intellectuellement précoces de l’enquête, saisi par les photographies de leurs chambres, correspond donc en premier lieu aux ressources relativement importantes dont disposent la moyenne et la « bonne » bourgeoisie économique (plutôt que culturelle) dont ils sont davantage issus que les autres enfants.

7Pour poursuivre la mise en liaison des caractéristiques générales des chambres avec les caractéristiques sociologiques des enfants enquêtés, on peut également dans un deuxième temps, considérer les spécificités liées aux appartenances sexuelles. Sur sept chambres prises en photographie, seules deux sont des chambres de filles, ce qui correspond grossièrement à la répartition fille/garçon de la classe de référence dans laquelle j’ai enquêté (9 filles sur 27 élèves). Le constat que les enfants intellectuellement précoces sont plus souvent des garçons est fait dans la littérature psychologique. Une entrée ethnographique par l’espace personnel de ces enfants incite peut-être toutefois à aller plus loin, en évoluant d’une approche sexuée de la question vers une approche « genrée ». Plus explicitement, il est par exemple intéressant de voir qu’il semble plus difficile, dans le cas de chambres d’enfants intellectuellement précoces, de distinguer les chambres des filles des chambres de garçons – quand on sait que, d’ordinaire, la présence de certaines couleurs (le bleu vs le rose), de certains jeux, de certains éléments de décoration, trahit d’emblée le sexe de l’occupant. Est-ce à dire que l’économie du genre est moins tranchée concernant les enfants intellectuellement précoces ? Si l’on en croit certains travaux désormais classiques concernant le lien entre socialisation sexuelle et socialisation de classe, cela est probable, en lien avec les informations présentées concernant l’origine sociale : les classes supérieures sont parmi celles qui spécialisent le moins la socialisation des filles et des garçons – notamment par rapport aux classes moyennes et aux employés (Passeron et Singly, 1984). Une autre éventualité se trouverait toutefois davantage en accord avec les autres données de l’enquête : le fait que les filles, minoritaires de la précocité intellectuelle, tendent à éprouver et/ou à exprimer une socialisation plus masculine, ou plus exactement plus masculine que ce que leur milieu social laisse envisager. Dans les entretiens réalisés, sur ce terrain ou ailleurs, j’ai fréquemment entendu les parents de filles « IP » les décrire comme des « garçons manqués ». Dans une version plus radicale encore, en entretien, la mère d’une des jeunes filles dont j’ai photographié la chambre (Maïwenn) me confiera que celle-ci « voulait », étant plus jeune, qu’on l’appelle « Robert ».

8Spacieuses et au moins objectivement plus masculines (ce sont davantage des chambres de garçons) – telles sont les chambres des enfants « IP » que j’ai pu photographier. Un dernier aspect général lisible sur les photographies mérite d’être signalé : le fait que ces chambres d’enfant ont toutes un aspect enfantin. Cette remarque n’est pas tautologique en matière de précocité intellectuelle, dans la mesure où l’on se figure parfois qu’à l’avance intellectuelle prêtée par définition aux enfants « IP » correspondrait une sorte d’avance dans le mode de vie, qui en ferait des adultes miniatures, sinon de « faux » enfants. Un regard superficiel sur les clichés permet au contraire de constater la présence dans les chambres d’une « culture enfantine », qui dans une certaine mesure relie les enfants « IP » aux enfants en général. Ainsi leurs chambres restent enfantines dans leur aspect global : les couleurs ne sont pas sombres et sobres, mais chatoyantes, les jeux occupent une bonne place, etc. Plus spécifiquement, les « modes enfantines » touchent les enfants « IP » comme beaucoup d’autres. La récurrence des affiches d’Harry Potter est par exemple là pour en témoigner, et fait du reste écho à des interactions en classe, qui ont pu témoigner de l’intérêt porté par mes jeunes enquêtés à l’apprenti sorcier :

[Après qu’un enseignant a fait scandale en classe en avouant qu’il n’a pas lu Harry Potter], je glisse à Léonce : « Bah moi non plus, je l’ai pas lu Harry Potter… » Nouveau scandale, plus local cette fois, Léonce s’exclamant, l’air complètement outré : « Hein ! ! T’as pas lu Harry Potter ! Non, tu rigoles ? T’as pas lu Harry Potter ? Mais t’es fou… […] Tu sais pas ce que tu rates, franchement ! » (Extrait du journal de terrain).

9Une culture enfantine relativement « normale » concerne donc aussi, apparemment, ces enfants à l’exceptionnalité certifiée par la psychologie. Les chambres observées sont-elles pour autant des chambres d’enfant sans plus, des chambres comme celles de tous les enfants ? Une lecture plus détaillée de l’espace personnel des enfants « IP », attentive en particulier à décrire ce qu’il dit de la culture dans laquelle ils sont pris, révèle des spécificités.

UN ESPACE PERSONNEL AU STYLE CULTUREL DÉTERMINÉ

10Malgré le Harry Potter « de rigueur », les photographies illustrent, dans leurs détails, un univers culturel précis, autrement dit, elles présentent des chambres d’enfants – et dans une certaine mesure une enfance – qui, en dépit de traits génériques, sont socialement situables, du fait de la culture particulière qui s’y déploie visiblement. On développera ici deux aspects de ce style culturel qui semble propre aux chambres d’enfants « IP » – sachant qu’il en existe certainement d’autres, et surtout que le mode de raisonnement importe ici plus que les spécificités relevées, en tant que telles. Il est en effet clair que la rigueur demanderait à ce que les spécificités soient dégagées, non pas seulement à partir des points communs entre un nombre très réduit de chambres, mais en comparant de nombreuses chambres d’enfants « IP » à des chambres d’enfants « normaux » ; par voie de conséquence, ce qui est dit ici sert surtout à introduire et à incarner a minima la perspective générale d’une objectivation de la situation culturelle propre à la précocité intellectuelle.

  • 7 . Bien entendu, seules les références visibles sur les clichés sont ici prises en compte.

11En premier lieu, les références culturelles disséminées dans l’espace enfantin des « IP » apparaissent marquées par un certain classicisme7. D’une part, en négatif, la culture de masse est ici plus limitée qu’ailleurs : à part Harry Potter, pas ou peu de posters, de figurines, de peluches ou de jouets « de masse ». D’autre part et surtout, la culture matérielle disponible semble positivement classique. Cela se voit en l’occurrence assez nettement lorsque l’on considère les références, visibles sur les clichés, à divers personnages de bandes dessinées ou de dessins animés. La présence de Tintin s’impose (ici, sur une petite affiche punaisée du Temple du Soleil, là dans un cadre représentant les Dupond et Dupont accrochés au mur et un Tintin laissé ouvert sur le lit), tout comme celle d’Astérix (sur un motif de tapisserie) ou encore Oui-Oui (un montage en carton). Si l’on peut appeler « classiques » de telles références, c’est qu’elles s’opposent à des références plus récentes (tous ces personnages ont été créés avant la fin des années 1950) ; c’est également et peut-être surtout parce qu’elles se distinguent « par leur classe » de référence à des personnages plus populaires, comme les personnages de mangas télévisés, ou encore les personnages estampillés Disney (qui pourtant sont également anciens).

12Cette culture enfantine plutôt classique se retrouve du reste ailleurs sur les photos, par exemple au regard des collections exposées dans certaines chambres : ce sont des maquettes de bateaux et de voitures qui ornent respectivement la chambre de Thibault et François, et non, pour tirer un seul exemple du champ des possibles enfantins, une collection de figurines commerciales.

13Un autre aspect de la culture visible sur les prises de vues est qu’elle fait une part remarquable à des objets d’ordre scolaire, ou plus exactement parascolaire. On note ainsi la présence de jeux éducatifs divers : par exemple, dans deux chambres, sont présents des jeux de construction type Lego Technic qui favorisent le goût pour les sciences, pour la technologie ; autre exemple, on trouve disposé et prêt à l’usage, dans une autre chambre, un jeu type Chimie 2000. Une illustration de la dimension parascolaire des chambres est encore donnée par la présence récurrente d’un élément qui fait clairement le lien entre culture enfantine et éducation, voire entre culture enfantine et école : la mappemonde. L’objet, que l’on retrouve dans 5 à 6 chambres sur 7 (dans l’une il s’agit d’un tapis de sol représentant un planisphère), tient à la fois du jeu et de l’instrument éducatif et offre une occasion, de même que les jeux évoqués précédemment, de prolonger l’école (la géographie en l’occurrence) sur le mode ludique. Il est à ce titre tout à fait exemplaire de l’orientation pour partie scolaire de l’environnement intime des enfants « IP ».

14Les enfants « IP » n’ont pas, évidemment, l’exclusivité de tels jeux, de telles références culturelles. Ce qui importe ici est de montrer qu’à l’idée d’une excellence indéterminée, omnibus, véhiculée par le concept psychologique d’« intelligence » (mesurée par les tests), la sociologie peut répondre en se proposant de pointer les conditions nécessaires, quoique non suffisantes, correspondant au « diagnostic » de précocité intellectuelle. Le style culturel classique et parascolaire relevé dans la matérialité des chambres fait en effet écho aux dispositions générales des familles concernées par la précocité que j’ai enquêtées ; en particulier, les chambres renvoient assez bien à cette propension, que j’ai pu fréquemment relever en entretien, à entretenir un doute sur la modernité culturelle et pédagogique, ainsi qu’à accorder une forte légitimité aux apprentissages faits en famille, souvent aux dépens de la légitimité scolaire. La question de l’apprentissage de la lecture incarne parfaitement ce type de dispositions éducatives : plusieurs parents ont pu m’« avouer » avoir acheté des manuels de lecture des années 1960, pour contrecarrer à la maison le « désastre » des méthodes de lecture moderne mises en œuvre à l’école.

15Dans cette perspective, si les chambres des enfants « IP » sont des « chambres intelligentes » ce n’est pas en un sens universel (elles seraient « intellectuellement stimulantes », en général) ; c’est plutôt, semble-t-il, parce qu’elles sont notamment tournées vers une certaine version de la culture (plutôt « classique ») et vers une certaine version de l’éducation (plutôt « parascolaire »). En entrant dans le détail des chambres « intelligentes » des « surdoués », on peut donc les replacer dans l’espace des possibles culturels et éducatifs. C’est aussi le programme que l’on peut suivre, selon moi, pour approcher la précocité intellectuelle : replacer une pratique de l’«  intelligence » dans l’espace des possibles en matière d’excellence culturelle et scolaire.

ACCUMULER OU MÉDITER : MANIÈRES D’ÊTRE « INTELLIGENT » ?

16Les chambres des enfants « IP » se ressemblent dans une certaine mesure, et c’est sur ce point que peut se fonder une approche sociologique de la précocité intellectuelle. Toutefois, par certains aspects, elles dissemblent et leur dissemblance permet d’envisager comment, au sein d’un univers social certes relativement cohérent, différentes manières de pratiquer l’« intelligence » devraient malgré tout être envisagées.

17On sera plus rapide sur ce dernier point. Le comparatisme interne est difficile quand on dispose d’un nombre limité de cas. Il est toutefois intéressant de le mettre en œuvre au regard des différences observées durant l’enquête ethnographique en posant une question simple : les différences entre enfants correspondent-elles à des différences entre chambres ?

18Pour répondre à cette question, il faut en préalable restituer en quelques mots les différences entre enfants qui ont pu être relevées dans le travail ethnographique. Comme c’est le cas lorsqu’on s’intéresse à tout groupe défini par une identité précise, l’observation de détails révèle en fait des distinctions dans la manière qu’a chacun d’incarner l’identité commune aux membres du groupe. Ainsi, si tous les enfants rencontrés dans mon enquête sont par définition « IP » (ils ont été institués comme tels par leur élection dans une classe spéciale), certains sont en réalité « plus surdoués » que d’autres. Cela tient notamment à la longueur de leur « carrière » d’enfants précoces. Ainsi, on peut schématiquement opposer : 1) d’une part, des « IP » de la première heure, détectés de longue date, qui ont passé un premier test de QI dans un cabinet privé dès que possible (vers 5-6 ans), et qui ont tout fait pour entrer dans la classe « IP » (à la limite, leurs parents ont déménagé à cet effet) ; 2) d’autre part, des enfants qu’on peut nommer des « IP » de la dernière heure dans la mesure où c’est le test pour entrer dans la classe qui les a labellisés « IP », et ce éventuellement en suscitant l’étonnement de parents souvent peu familiers avec la notion même de précocité. Les usages de la précocité intellectuelle sont différents dans ces deux cas : grossièrement, si la recherche d’excellence intellectuelle tend à constituer une fin en soi pour les « IP » de la première heure et leurs familles, ceux de la dernière heure tendent à utiliser la précocité intellectuelle comme une « niche » sur le marché scolaire local, autrement dit, comme un simple moyen pour servir une fin très scolaire (être dans une classe très sélective).

19Ces différences de rapport à la précocité intellectuelle, rapidement esquissées, se retrouvent sans doute dans les chambres. On peut ainsi opposer la chambre d’un « IP » tardif, Thibault, à celle d’un détecté de longue date, Paul. La chambre de Thibault est une chambre très chargée, où l’on trouve de nombreux meubles, qui contiennent de nombreux jeux, de nombreux bibelots, plusieurs affiches, etc. On note en particulier la présence d’une collection, qui peut être considérée comme une forme limite de la manière dont la chambre de ce type d’enfant est constituée : sur le mode de l’accumulation d’objets culturels. Cette manière d’investir l’espace n’est pas originale en elle-même, mais tranche assez radicalement avec celle qu’on constate dans la chambre de Paul, « IP » de la première heure. Ce qui frappe est en effet la vacuité relative de cette chambre : rien aux murs, peu de meubles, peu de jouets. Si la chambre est « intelligente » ici, ce ne peut certainement pas être parce que l’enfant est stimulé par l’accumulation d’objets : ce serait plutôt parce qu’elle offre un espace simple et calme, presque monacal, en tout cas plus propice à l’activité méditative qu’au jeu, même éducatif.

20Ces différences sont bien entendues dépendantes de questions matérielles : rappelons-le, si la chambre de Paul peut être vide, c’est parce qu’il dispose d’une salle de jeu, donc d’espace personnel supplémentaire. Plus largement, il est sans doute possible d’associer les différentes manières de rendre les chambres « intelligentes » aux situations sociales distinctes des familles : les parents de Thibault sont des cadres supérieurs en ascension sociale nette, porteur d’une culture petite-bourgeoise qui n’est sans doute pas sans relation avec cette logique d’accumulation ; tandis que ceux de Paul, bien ancrés dans la bourgeoisie, porteurs d’un nom à particule, ont sans doute plus de latitude symbolique et économique pour envisager une excellence plus noble, en l’occurrence une chambre « intelligente » empreinte d’une spiritualité plus marquée, c’est-à-dire plus démarquée du matérialisme petit-bourgeois.

CONCLUSION

21Faire un détour par les chambres d’enfant pour engager l’étude sociologique de cet objet spécifique qu’est la précocité intellectuelle invite au final à l’objectivation, d’une part de ce qui différencie concrètement les enfants précoces des autres enfants, d’autre part des différentes manières d’incarner une identité supposée commune, si l’on s’en tient au diagnostic psychologique. Les propositions analytiques exposées doivent il est vrai être considérées avec beaucoup de circonspection : ce sont de simples pistes de réflexion, plutôt que des hypothèses clairement constituées.

22Reste que la logique de recherche présentée ici peut être affirmée. On gagne, pour étudier une enfance socialement décrite comme particulière, à la situer. Ce qui veut d’une part dire qu’il importe de l’objectiver, par exemple en s’intéressant aux lieux des enfants ; ce qui veut dire, d’autre part, qu’il faut la comparer à d’autres enfances socialement possibles. Méthodologiquement, ces objectifs s’accommodent bien d’un usage particulier de la photographie, la prise de clichés de lieux vides, de « natures mortes » certes, mais qui, comme j’espère l’avoir montré, sont suffisamment investies socialement pour que l’analyse sociologique les fasse, en somme, « revivre ».

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bleandonu G., Les Enfants intellectuellement précoces, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2004.

Bourdieu P. et Passeron J. -C., La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Minuit, coll. « Le sens commun », 1970.

Fine G. A. et Sandstrom K. L., Knowing Children. Participant Observation with Minors, Newbury Park, Sage University Press, 1988.

Gouyon M. (2006), « Une chambre à soi : un atout dans la scolarité ? », Données sociales – La société française, 2006, p. 163-167.

Huteau M. et Lautrey J., Les Tests d’intelligence, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 1996.

Lignier W., « La barrière de l’âge. Conditions de l’observation participante avec des enfants », Genèses, n° 73, 2008, p. 20-36.

Passeron J. -C., SINGLY F. de, « Différences dans la différence : socialisation de classe et socialisation sexuelle », Revue française de science politique, vol. 34, n° 1, 1984, p. 48-78.

Vrignaud P. (2003), « L’identification des surdoués : chimère psychométrique ou réalité psychologique ? », dans Von Hofe A., Charvin H., Bernaud J. -L. et D. Guédon (éd.), Psychologie différentielle. Recherches et réflexions, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

Notes

1 . La distinction entre l’usage du terme « surdoué » et celui d’«  enfant intellectuellement précoce » n’est pas neutre, et recouvre très certainement des différences d’usages sociaux, qui ne seront toutefois pas abordées ici. Remarquons seulement qu’on parlait plus volontiers de « surdoués » dans les années 1980 et au début des années 1990 (à la télévision, par exemple), quand le terme ne correspondait à quasiment aucune réalisation institutionnelle ; ou encore que les parents d’aujourd’hui, qui ont eux-mêmes fait tester un enfant et découvert un QI important, ne le désignent quasiment jamais, en entretien, comme un enfant « surdoué ».

2 . La précocité intellectuelle est une notion psychologique qui s’applique à des enfants qui obtiennent des scores supérieurs à des épreuves psychométriques standardisées. En France, la norme usuelle renvoie à des enfants ayant été testés à un QI supérieur ou égal à 130 points (deux écarttypes par rapport à la moyenne), le plus souvent dans des épreuves de type WISC. Sur les tests, voir Huteau et Lautrey (1996) ; pour une vue générale (et psychologique) de la notion de précocité, voir Bleandonu (2004).

3 . Sur les conditions de l’observation participante avec des enfants, on se rapportera à Fine et Sandstrom (1988), et éventuellement à notre propre contribution (Lignier, 2008).

4 . Outre les contraintes évidentes de place et d’édition, ce point peut pour partie justifier le fait que

5 les photographies ne soient pas reproduites ici.. Tous les noms d’enfants ont été modifiés.

6 . On rejoint ici les remarques formulées par Marie Gouyon concernant la manière sociologique d’interpréter le fait que, au sein du domicile familial, un enfant possède sa propre chambre (Gouyon, 2006).

7 . Bien entendu, seules les références visibles sur les clichés sont ici prises en compte.

Table des illustrations

Légende Chi2 = 17,992, ddl = 2, significatif à 1 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/27166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Auteur

Agrégé-préparateur de sociologie ENS Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540