Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien

 | 
Isabelle Danic
, 
Olivier David
, 
Sandrine Depeau

Introduction générale

Olivier David

Texte intégral

1Cet ouvrage, consacré à l’enfance et à la jeunesse, s’inscrit dans une double perspective. Tout en prolongeant les nombreux travaux scientifiques engagés sur ce thème depuis le début des années soixante, il a pour objectif de contribuer au renouvellement de la réflexion en se consacrant plus particulièrement aux espaces de vie, aux pratiques, aux usages et aux mobilités des enfants et des jeunes, notamment dans leur dimension quotidienne.

2S’il est difficile de donner une définition absolue de l’enfance et de la jeunesse, tous les textes réunis ici s’intéressent globalement aux premiers âges de la vie, qui correspondent à une période déterminante du développement d’un individu, tout aussi bien dans sa dimension physiologique, que psychologique ou sociale. Cette définition, volontairement très ouverte, ne saurait masquer l’hétérogénéité qui caractérise cette catégorie, qu’elle tienne au genre, à l’âge, à l’origine sociale ou ethnique, ce que reflètent d’ailleurs plusieurs des contributions de l’ouvrage. Mais il convient de rappeler également que ces différentes caractéristiques sont largement influencées par les contextes sociaux, politiques, historiques et culturels dans lesquels évoluent les enfants et les jeunes eux-mêmes.

3Ainsi, l’exercice de réflexion proposé dans les pages qui suivent se singularise par une importante diversité des objets de recherche et des contextes dans lesquels ils ont été étudiés. La dimension internationale de ces travaux, visible à la fois dans la variété des contextes géographiques explorés et la dimension comparative de plusieurs études, est porteuse de richesse et d’ouverture dans les débats et les confrontations scientifiques. Ces approches transversales et complémentaires sont le fruit d’une production collective, regroupant les textes de chercheurs d’appartenance disciplinaire variée.

UN THÈME D’ACTUALITÉ

4De fait, si les recherches sur les enfants et les jeunes sont aussi nombreuses et diversifiées, c’est qu’elles répondent également à une vraie préoccupation sur le développement des sociétés contemporaines, et qu’elles s’inscrivent au cœur des enjeux éducatifs, sociaux, économiques et politiques de ce début du XXIe siècle. Les contextes de vie, particulièrement variés à l’échelle de la planète, rendent les conditions du développement individuel, les modalités de la socialisation et les politiques de prise en charge des publics jeunes très diversifiées d’une région à l’autre. La prise en considération du bien-être des enfants et des jeunes constitue indubitablement un enjeu d’avenir dans la mesure où elle détermine les possibilités de développement de nos sociétés.

5Les préoccupations ne se posent évidemment pas dans les mêmes termes partout. Les enfants sont directement affectés par les environnements dans lesquels ils vivent, aussi bien dans le cercle familial restreint qu’au-delà, entre pairs ou avec les adultes. Dans les sociétés occidentales vieillissantes, où les conditions de vie des populations sont globalement homogènes, la place des enfants et des jeunes appelle des réflexions et des analyses sérieuses sur leurs pratiques et leurs comportements, pour comprendre l’impact des évolutions contemporaines, qu’elles soient démographiques ou socio-économiques, sur les conditions à mettre en œuvre pour assurer le renouvellement social. En revanche, dans les pays les moins avancés, ou en voie de développement, plusieurs travaux montrent explicitement qu’il existe aujourd’hui d’énormes différences dans les possibilités offertes aux enfants et aux jeunes. Ces disparités déterminent directement leur capacité réelle de mobilisation des ressources nécessaires à leur propre développement, et peuvent limiter dans certains cas leur chance d’épanouissement.

  • 1 . Esping-Andersen G., Palier B., 2008, Trois leçons sur l’État-providence, Le Seuil, coll. « La rép (...)

6Ainsi, quels que soient les contextes, « les enfants [et les jeunes] constituent un bien collectif positif1 » qui justifie la nécessité de renforcer l’investissement dans le potentiel générationnel de ce groupe d’âge pour construire la société de demain. Cette publication entend ouvrir quelques pistes de réflexion et apporter sa contribution à un débat qui dépasse largement le champ de la recherche scientifique.

CONVERGENCES SCIENTIFIQUES

7Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité d’un colloque scientifique international, organisé à Rennes en novembre 2006 par l’UMR CNRS « Espaces et Sociétés ». L’objectif de la rencontre consistait à envisager les enfants et les jeunes dans leurs espaces quotidiens, c’est-à-dire appartenant à différents contextes de vie, et combinant plusieurs échelles, allant du micro (le logement) à un niveau plus large comprenant la proximité du domicile, le quartier, la ville ou le village. Ces espaces du quotidien sont vécus (pratiqués, représentés, pensés, détournés, évités…) par les enfants et les jeunes à des rythmes et des fréquences plus ou moins variables, seuls ou en relation avec d’autres ; ils sont également porteurs de significations, d’une symbolique et de valeurs liées aux contextes culturels et sociaux. Les espaces de vie constituent en quelque sorte un témoin concret des pratiques sociales, qu’elles soient individuelles ou collectives.

8Par ailleurs, le développement d’une réflexion autour de telles problématiques, par la mobilisation des travaux scientifiques de géographes, psychologues, sociologues et architectes, souhaite s’inscrire dans le concert des travaux contemporains sur l’enfance et les enfants, en France notamment. L’intérêt y est d’autant plus fort que la question du rapport des enfants aux espaces y a peu été investiguée, contrairement aux recherches qui se sont développées dans la communauté scientifique anglo-saxonne, dès la fin des années soixante-dix, notamment au Royaume-Uni (Children’s geographies).

9Le travail de sélection des différents textes s’est inscrit dans une démarche à la fois globale, transversale et pluridisciplinaire. Il s’agissait tout d’abord de transcender toutes les formes de catégorisation traditionnelles et nombreuses appliquées à l’enfance et à la jeunesse, ne s’appuyant la plupart du temps que sur des catégories d’âge bornées et figées, afin de réellement considérer cette période comme une étape fondamentale du développement de la vie d’un individu et de l’appréhender dans sa globalité. Ensuite, il est apparu important d’intégrer la multiplicité des objets de recherche concernant l’enfance et la jeunesse, pour offrir une transversalité dans la réflexion. Il est indispensable de prendre en compte la diversité des temps et lieux de vie des enfants et des jeunes, si l’on veut réellement appréhender les différentes formes que ceux-ci entretiennent avec les espaces du quotidien, en s’intéressant non seulement aux espaces qui leur sont dédiés tels que parmi d’autres lieux spécifiques, l’école, l’aire de jeux, le centre de loisirs, mais aussi aux espaces privés et publics qu’ils partagent avec l’ensemble des classes d’âge. Enfin, l’approche pluridisciplinaire permet ici une ouverture des questionnements scientifiques, s’appuyant entre autres sur la confrontation des regards entre géographie, psychologie et sociologie, mais plus largement encore en mobilisant d’autres champs disciplinaires des sciences humaines et sociales.

LES ESPACES DU QUOTIDIEN

10Cette publication s’intéresse donc à toutes les formes de relations que les enfants et les jeunes entretiennent avec les espaces du quotidien. Il s’agit à la fois de s’interroger sur la manière dont les enfants et les jeunes, par leurs actions, leurs diverses formes d’appréhension et d’appropriation produisent les espaces du quotidien. Comment contribuent-ils par leurs pratiques, par le discours qu’ils génèrent, les mesures qu’ils provoquent, les prises de position qu’ils impliquent, à une définition des espaces quotidiens ? Et en même temps, comment la diversité de ces espaces, avec les différentes dimensions qui les constituent, participe-t-elle à leur propre développement, à leur socialisation ? Les différences de socialisation générées par la diversité des espaces quotidiens participent-elles à la production d’inégalités sociales ? Les espaces du quotidien peuvent-ils aussi façonner leurs façons d’être, d’agir, et de penser ? Ce registre de questionnements implique inévitablement d’être croisé avec d’autres aspects, à commencer par la prise en compte de la double dimension matérielle et idéelle de l’espace. C’est-à-dire, considérer à la fois l’espace comme support de l’action sociale, mais également comme produit ou construit social. Les enfants et les jeunes investissent les espaces de différentes façons, aussi bien par leurs actions, leurs activités, leurs circulations, mais aussi par leurs représentations et leurs affects. Ils peuvent donc se les approprier, les construire, les contourner, les percevoir… En ce sens, les espaces qu’ils investissent sont également porteurs de sens et de valeurs.

11Pour cela, il convient également de comprendre le vécu des enfants et des jeunes dans leurs divers milieux et espaces quotidiens, en tenant compte des conditions et modes de vie et en les confrontant avec les grandes transformations familiales, éducatives, sociales, économiques, telles que, dans nos sociétés, la diversification des configurations familiales, l’extension des standards d’éducation, l’entrée des nouvelles technologies dans la sphère privée et les modes de vie, les nouvelles exigences de protection et de supervision des enfants, le rôle des médias, l’évolution en cours des conditions de travail, l’accroissement des précarisations des populations, l’augmentation des mobilités, la segmentation sociale et fonctionnelle des espaces… Il faut aussi considérer que les différentes formes de relations que les enfants et les jeunes développent avec les espaces du quotidien, leurs manières de vivre et d’appréhender ces espaces varient en fonction de l’âge, du genre, des origines sociales, culturelles et ethniques. Ces variables interviennent inévitablement dans le degré d’autonomie de pratiques des enfants et des jeunes ainsi que dans leurs choix de lieux et d’activités, dans leurs préférences environnementales. Elles impliquent donc des problématiques spatiales, sociales et psychologiques très distinctes.

APPROCHES CROISÉES

12Ces multiples entrées peuvent être structurées autour de trois axes problématiques complémentaires, qui ont d’ailleurs servi de base aux réflexions des différents auteurs et dans lesquels s’inscrivent les 17 textes réunis dans l’ouvrage. Le premier s’intéresse davantage aux rapports des enfants et des jeunes avec les espaces quotidiens, aux différentes formes d’appropriation qui en résultent, ainsi qu’à la diversité de leurs pratiques et de leurs comportements, en tenant compte d’un ensemble varié de facteurs en prise avec les transformations de nos sociétés. Il s’agit de mieux cerner quels sont les espaces de l’enfance et de la jeunesse aujourd’hui, qu’il s’agisse des espaces de la sphère publique et institutionnelle ou privée et domestique, et de comprendre ce que les enfants y font. Le deuxième axe porte essentiellement sur les relations formelles et informelles des enfants et des jeunes avec les autres, dans leur dimension spatiale, en prenant en considération aussi bien les relations « verticales », en référence aux différentes personnes ayant en charge l’éducation et la protection de l’enfant, que les relations « horizontales » basées sur la réciprocité et la mutualité des individus, à savoir le groupe de pairs et la fratrie. Les espaces du quotidien se définissent à partir de la vie sociale qui y prend place et des relations interpersonnelles et collectives que les enfants et les jeunes y développent. Elles participent directement à leur développement moteur et cognitif mais également à la construction de leur identité. Aujourd’hui, du fait de la multiplicité des appartenances sociales et spatiales, les enfants et les jeunes sont amenés à construire une identité plurielle. Le dernier axe, quant à lui, porte un regard sur les formes des interventions d’acteurs individuels ou collectifs sur les espaces des enfants et des jeunes, ainsi que leurs conséquences. Il s’agit donc de s’intéresser au rôle des politiques publiques, des acteurs sociaux et des différentes instances ayant en charge l’éducation et la vie quotidienne des enfants. Cette dimension pose aussi la question de l’influence des modèles de l’enfance et de la jeunesse dans les sociétés. Quelles en sont à la fois les répercussions dans la vie quotidienne des enfants et des jeunes ainsi que dans leurs rapports à l’espace, mais aussi dans les manières de penser les politiques publiques et les formes de prise en charge de ces groupes d’âge dans la société ?

13Dans cet esprit, l’ouvrage se décline en trois parties complémentaires. La première, intitulée « De l’appropriation de l’espace à ses techniques d’observation », réunit six textes qui portent sur la variabilité et les différences d’usages et de pratiques spatiales des enfants et des jeunes, et leurs conséquences en matière d’appropriation de l’espace. Plusieurs facteurs déterminants, tels que l’âge, le genre, les caractéristiques environnementales permettent d’appréhender et d’expliquer l’impact des rapports à l’espace sur le développement psychologique et social de l’enfant. La deuxième partie, « Socialisation dans les espaces du quotidien », propose six textes qui portent sur la dimension spatiale de la socialisation. Là encore, le genre, le milieu social, le contexte territorial et politique interfèrent concrètement sur les parcours de socialisation des enfants et des jeunes et la nature des relations qu’ils peuvent développer dans les espaces du quotidien. La troisième partie, « Pratiques, participation et actions politiques », explore la complexité des rapports des enfants et des jeunes aux espaces publics, dans un contexte où les changements sociaux et spatiaux s’accélèrent tout particulièrement. Quatre textes s’intéressent spécifiquement aux pratiques spatiales de groupes marginaux et aux tensions qu’elles peuvent provoquer en matière d’appropriation et de gestion de l’espace public. Le dernier évoque les questions de participation des enfants et des jeunes, et leur contribution à la définition des espaces qui leur sont destinés. Ainsi, face à la grande diversité des approches et des contextes abordés par les auteurs, la mise en perspective et le croisement des regards scientifiques a fait l’objet d’une introduction à chacune des parties de l’ouvrage.

Notes

1 . Esping-Andersen G., Palier B., 2008, Trois leçons sur l’État-providence, Le Seuil, coll. « La république des idées », p. 65.

Auteur

Maître de conférences UMR CNRS ESO Université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540