Version classiqueVersion mobile

La diaspora haïtienne

 | 
Cédric Audebert

Chapitre 1. Le contexte historique de la migration Haïtienne

Texte intégral

1On ne peut pas comprendre l’ampleur phénoménale de l’émigration haïtienne, sa remarquable dispersion au cours du temps et ses conséquences de plus en plus incontournables sur le destin d’Haïti, si on ne se replonge pas au préalable dans l’histoire tourmentée du pays. Dans ce tiers d’île au cœur du système d’exploitation capitaliste esclavagiste moderne, les hommes et la nature ont été traités sans ménagement. Par les « anomalies » historiques qu’ils ont constituées dans le cadre de l’économie transatlantique moderne, les luttes pour la liberté des années 1790, l’indépendance de 1804 et les développements ultérieurs du xixe siècle ont fourni un contexte singulier à la mise en place d’une culture du marronnage, de la mobilité et de la migration. Au sein de la société haïtienne en formation, cette culture de la migration – interne dans un premier temps – s’est construite en écho à la quête d’une liberté dont les fondements n’ont cessé d’être remis en cause de l’intérieur par les élites dirigeantes et de l’extérieur par l’ostracisme de puissances coloniales longtemps restées sous le choc de la rupture historique de 1804. Après une période de relatif repli sur soi, l’entrée dans le xxe siècle a été pour Haïti celle de l’inauguration d’une émigration régionale d’une intensité sans précédent, liée à la pénétration croissante du capital états-unien.

2L’interrogation centrale, relative aux causes de l’importante émigration au cours du xxe siècle et en particulier durant la période contemporaine, apparaît double. D’une part, on peut se demander dans quelle mesure le fait migratoire haïtien à l’époque moderne et contemporaine constitue une « micro-reproduction » de la dynamique du système migratoire caribéen. Les formes et l’ampleur de l’émigration haïtienne liées à l’interaction sur le long terme entre déterminants économiques et politiques en font-elles un cas particulier ou au contraire un cas généralisable à l’ensemble de la Caraïbe voire de l’Amérique latine ? D’autre part, on doit réfléchir sur le lien éventuel entre l’orientation et l’ampleur des mouvements internationaux de population haïtienne et la dépendance croissante du pays d’origine vis-à-vis des États-Unis au xxe siècle. Plus précisément, nous formulons l’hypothèse que l’immigration haïtienne contemporaine aux États-Unis et dans les autres pays de la région s’inscrit dans le prolongement des migrations développées dans le contexte de l’occupation états-unienne du début du xxe siècle.

3Une analyse, même succincte, des périodes post-coloniale et néo-coloniale haïtiennes offre les clés de lecture pour appréhender les conséquences des mutations des formes de la dépendance d’Haïti vis-à-vis de l’extérieur sur les phénomènes migratoires. C’est en effet dans le cadre de cette dépendance renouvelée du pays que peuvent être comprises l’ampleur sans précédent et l’orientation nouvelle de l’émigration haïtienne contemporaine. Sur le plan interne, la question des facteurs sous-tendant la dynamique migratoire haïtienne se pose avec d’autant plus d’acuité qu’il paraît difficile de dissocier la profonde déstructuration d’une économie nationale impuissante à répondre aux besoins élémentaires de la majorité de la population, de l’instabilité politique structurelle.

Carte 1 : Haïti dans le bassin caribéen

Carte 1 : Haïti dans le bassin caribéen

Carte 2 : Haïti : géographie administrative

Carte 2 : Haïti : géographie administrative

Source : Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports d’Haïti, PARQE.

AUX ORIGINES DE L’ÉMIGRATION : HAÏTI ENTRE RÉSISTANCE ET MARGINALISATION AU XIXE SIÈCLE

4La Révolution française de 1789 mettant fin à l’ancien régime aboutit à Saint-Domingue à la revendication de droits politiques par les affranchis, puis à une agitation sociale plus générale. L’insurrection générale ultérieure des esclaves suivie de leur affranchissement en 1793 eut pour conséquence l’institution d’un régime d’autonomie interne dirigé par Toussaint Louverture mais aussi l’occupation de parties du territoire par l’Espagne et l’Angleterre. La tentative de rétablissement de l’esclavage par une expédition napoléonienne déclencha un nouveau soulèvement des anciens esclaves appuyés par les affranchis et se solda par la première défaite coloniale de la France. La brutale interruption du système esclavagiste sur lequel était fondée l’économie de plantation et qui restait à l’origine de l’immigration de grande ampleur qu’avait connu la colonie jusqu’ici introduisit une nouvelle donne dans l’histoire migratoire du pays. Dès lors, l’évolution postcoloniale de Saint-Domingue, devenue Haïti, se singularisa grandement de celle des autres territoires de la Caraïbe, restés sous domination coloniale.

5La fin de l’esclavage et le relatif repli du pays sur lui-même – du fait de la crainte permanente des gouvernements haïtiens successifs d’une invasion étrangère – signèrent en effet l’arrêt des flux d’immigration qui avaient contribué à transformer profondément le pays au cours de trois siècles de colonisation européenne. Dans les îles voisines, les premières abolitions de l’esclavage intervinrent près d’un demi-siècle plus tard et l’immigration africaine forcée liée à la traite fut relayée par une immigration asiatique, européenne et africaine sous contrat ainsi que par des flux d’émigration des nouveaux libres vers d’autres territoires de la région. En Haïti, au contraire, le xixe siècle apparut davantage comme celui de la migration interne des paysans résistant à la volonté des nouveaux dirigeants de rétablir le système de la plantation que comme celui de la migration internationale. La rupture avec l’économie esclavagiste du xviiie siècle engendra celle avec l’immigration ; et lorsqu’Haïti renoua, un siècle plus tard, avec les mouvements internationaux de population de grande ampleur, c’est en tant que terre de départ et non d’arrivée qu’elle le fit.

6Période de marginalisation du fait migratoire international dans l’évolution de la société haïtienne, le xixe siècle porta néanmoins en germe les conditions économiques, politiques et sociales du développement des futurs flux d’émigration de grande ampleur du début du xxe siècle.

7En effet, l’économie coloniale fondée sur l’agro-exportation, dont les investissements exclusivement réalisés au bénéfice de la seule plantation et de ses relations avec la métropole avaient privilégié les voies de communication reliant les habitations aux ports, n’avait généré qu’un développement embryonnaire des infrastructures publiques (urbaines, rurales, routières). Cette tendance ne fût pas remise en cause au cours du xixe siècle. De même, le système économique de la plantation dont l’objectif demeurait la rentabilité maximale à court terme avait traité sans ménagement la force de travail et les ressources naturelles. La détérioration écologique préoccupante qui en avait résulté dès le xviiie siècle s’aggrava au cours du siècle suivant. Tandis que les plantations de canne à sucre avaient gravement entamé les ressources du sol dans les plaines, le développement des plantations de café dans les mornes aboutissait à la déforestation (d’Ans, 1987 : 171).

8En outre, le coût économique considérable lié à l’indépendance d’Haïti (et en particulier sa reconnaissance officielle) constitua un troisième blocage de taille à son développement économique, une part importante des maigres ressources nationales devant être affectée à des activités autres que celles nécessaires au développement du pays. Tout d’abord, la crainte permanente des autorités haïtiennes d’une intervention extérieure pour rétablir l’ordre colonial explique qu’une part importante du budget de l’État et de la main-d’œuvre paysanne ait été affectée à la défense du territoire entre 1804 et 1821. Ensuite, de 1822 à 1893, Haïti dut s’acquitter d’une « dette » annuelle de 150 millions de francs au départ auprès des anciens colons français en échange de la reconnaissance de son indépendance.

9Sur le plan politique, les nouvelles aristocraties foncières noire et mulâtre partagèrent dès le départ des Français la volonté de restaurer le système de la plantation, mais chacune à son propre profit. La divergence d’intérêts économiques qui en résulta aboutit à de vives tensions entre les deux groupes, qui se traduisirent par la création de deux États, celui du Sud du Mulâtre Pétion et celui du Nord du Roi Christophe. Les tensions entre classes dirigeantes noire et mulâtre, liées fondamentalement à des divergences d’intérêts économiques, ne firent que s’accentuer au xixe siècle et constituèrent l’un des facteurs d’explication de l’instabilité politique structurelle d’Haïti.

10Le besoin impérieux de l’État en devises nécessita de mettre davantage l’accent sur la production agricole d’exportation, ayant notamment pour effet de développer la militarisation des campagnes et le travail par la coercition. En réaction, un nombre croissant de paysans se mit à l’écart de la « société nationale », en se réfugiant dans la marginalité sociale et spatiale. La recherche permanente de la liberté resta une constante chez les anciens esclaves devenus paysans qui, par la migration interne parvinrent pour un temps à se soustraire à la coercition institutionnalisée en créant dans les régions rurales reculées des espaces de liberté et d’autonomie où ils développèrent une agriculture vivrière. Mais l’histoire d’Haïti est également celle d’une réduction progressive de ces espaces de liberté avec la tentative de l’État d’étendre son contrôle commercial, fiscal et politique sur tout le territoire. Dès lors, la migration fut pensée comme une stratégie pour se soustraire à ce contrôle et assurer sa survie et celle de sa famille.

11Enfin, le repli sur soi de la première République noire indépendante dans un monde caractérisé par le développement de l’impérialisme colonial européen ne fut que relatif, dans la mesure où le paiement de la dette à la France accula le pays à divers emprunts auprès de banques… françaises. De même, l’économie haïtienne apparut de plus en plus dépendante des capitaux français, allemands et états-uniens au cours de la deuxième moitié du xixe siècle. À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, dans un contexte d’interventionnisme et de pénétration croissante des capitaux nord-américains dans la Caraïbe, les intérêts financiers et commerciaux des États-Unis devinrent de plus en plus importants en Haïti. Le contexte de la Première Guerre mondiale mit en lumière sa position stratégique et la volonté de Washington de s’y positionner définitivement et d’y évincer les autres puissances étrangères.

L’OCCUPATION ÉTATS-UNIENNE (1915-1934) ET SES CONSÉQUENCES MIGRATOIRES

12L’orientation et la nature des flux d’émigration haïtienne apparus au début du xxe siècle ne peuvent être dissociées de la conjoncture géopolitique dans laquelle ils se sont développés. Le débarquement des marines en Haïti intervint dans un contexte général de pénétration des intérêts économiques états-uniens dans la Caraïbe appuyés par un interventionnisme militaire de plus en plus fréquent dans la région. Le contrôle du bassin caribéen revêtait en effet un caractère vital pour la défense des intérêts stratégiques nord-américains, constituant un « glacis de protection », une « arrière-cour » pour Washington dont la présence n’a cessé de se renforcer au cours du xxe siècle.

13Les États-Unis avaient dès le siècle précédant affiché leurs ambitions hégémoniques dans la région, avec la doctrine de Monroe (1820) proclamant, non sans ambiguïté, l’« Amérique aux Américains ». L’achat de la Floride (1819), l’annexion du Texas (1845), celle de Porto-Rico (1898) ainsi que la mise sous protectorat états-unien de Cuba (1898) suite à l’éviction définitive de l’Espagne participèrent à ce mouvement expansionniste. Au début du xxe siècle, l’objectif de Washington du contrôle des points de passage stratégiques du bassin caribéen est apparu d’autant plus important que les États-uniens souhaitaient s’assurer un libre accès au canal de Panama qu’ils avaient construit de 1904 à 1914. Dans cette optique, ils intervinrent en Colombie en 1903, pour en soustraire la province de Panama et assurer leur hégémonie sur le nouvel État créé. Parallèlement, les pays qui firent l’objet des interventions les plus fréquentes étaient ceux situés à proximité de ces détroits stratégiques : Cuba connut cinq interventions militaires états-uniennes entre en 1898 et 1933, la République dominicaine en connut trois entre 1905 et 1965, Porto-Rico devint un protectorat états-unien à la suite de l’intervention de 1898 et les Îles Vierges devinrent une possession états-unienne en 1917. À la veille de la Première Guerre mondiale, les États-Unis étaient préoccupés par l’idée de contenir puis d’évincer du bassin caribéen la puissance commerciale, militaire et maritime allemande, qui se faisait de plus en plus menaçante dans la région et en particulier en Haïti. Dans cette optique, ils avaient souhaité obtenir le contrôle du point stratégique de Môle Saint-Nicolas dans le nord-ouest d’Haïti en 1913 – à l’instar du contrôle militaire exercé de l’autre côté du détroit à Guantanamo (Cuba) depuis 1898 –, ce que refusèrent les autorités locales.

14En Haïti, les investissements états-uniens étaient de plus en plus conséquents, totalisant 15 millions de dollars en 1914 – dans le domaine ferroviaire, portuaire et énergétique. La moitié des réserves de la Banque nationale d’Haïti était la propriété de capitaux états-uniens (Rudel, 1994 : 45). Mais l’instabilité politique croissante et la débâcle des finances publiques haïtiennes menaçaient les intérêts capitalistes nord-américains à trois niveaux : ils rendaient le pays plus vulnérable à l’influence politique et financière étrangère (allemande et française notamment), contrariaient les projets des firmes multinationales dans le pays et rendaient incertain le remboursement de la dette contractée par Haïti auprès des banques du puissant voisin du nord.

15L’assassinat du président haïtien Vilbrun Sam servit de prétexte aux marines pour intervenir le 28 juillet 1915 en Haïti, qu’ils occupèrent jusqu’en 1934. La perte de souveraineté de l’État haïtien se révéla être la première conséquence de l’occupation : la première nation noire indépendante devint de fait un protec- torat nord-américain. Les États-Unis placèrent un homme de confiance, Sudre Dartiguenave, à la tête de l’État, démantelèrent l’armée tandis que la police, les douanes et les finances publiques haïtiennes furent placées sous leur contrôle direct. Une loi fut même votée pour permettre aux étrangers de devenir propriétaires fonciers, pour la première fois depuis 1804. L’intervention des marines reste aujourd’hui encore controversée : tandis que certains voient en elle une action bienveillante dont l’objectif était d’établir un ordre social et politique favorable au développement économique, d’autres la considèrent davantage comme le moyen d’assurer l’hégémonie commerciale nord-américaine dans le pays. L’une des visées de l’intervention des marines était une réforme agraire permettant le passage du minifundium au latifundium, mais l’émiettement des parcelles, la rareté en ressources naturelles et le départ pour l’étranger d’une partie des 200 000 paysans expulsés de leurs terres conduisirent cette politique à l’échec (Souffrant, 1974 : 139). En revanche, l’émigration d’une population rurale (en dépit de l’opposition des autorités haïtiennes) nombreuse et hostile à l’occupation états-unienne fut favorisée par la dégradation des conditions de vie rurales, les expropriations, le travail forcé, le mauvais traitement des paysans par les occupants et une propagande promettant des salaires élevés dans les plantations sucrières des pays voisins. Le départ à l’étranger des paysans fut plus ou moins directement favorisé par la nouvelle fonction d’Haïti dans la « méditerranée états-unienne » : celle d’un réservoir de main-d’œuvre abondante et bon marché destinée à travailler dans les plantations développées par le capital nordaméricain dans les pays voisins. Lemoine (1981 : 55) signale à ce propos que les investissements états-uniens en 1929 dans l’agriculture haïtienne furent huit fois moins importants qu’en République dominicaine et cent fois moins importants qu’à Cuba. L’essor de la production du sucre de canne dans la Caraïbe coïncida avec la chute de la production de betterave à sucre dans les champs européens ravagés par la guerre.

16L’année de l’arrivée des marines, l’émigration vers Cuba fut multipliée par vingt par rapport à l’année précédente. De 1915 à 1929, 200 000 entrées de travailleurs agricoles haïtiens furent enregistrées à Cuba (Balch, 1927 : 77). La crise des années trente porta un coup d’arrêt à ce mouvement et 35 000 coupeurs de canne durent même rentrer en Haïti en 1937. Au cours de l’occupation militaire états-unienne de la République dominicaine (1912-1924), la présence du capital nord-américain dans ce pays fut considérablement renforcée. La production de sucre prit un essor remarquable et là encore, la main-d’œuvre haïtienne joua un rôle central dans ce développement. Ces mouvements migratoires sont mal connus sur le plan statistique, mais les auteurs ayant travaillé sur la question s’accordent généralement sur le fait que les déplacements vers la République dominicaine et Cuba furent de l’ordre de plusieurs centaines de milliers de travailleurs (Castor, 1978 ; Lundhal, 1979 : 625). À titre d’exemple, Anglade (1982a : 37) estime que pendant l’occupation états-unienne, 200 000 à 300 000 Haïtiens auraient été travailler en République dominicaine et le double à Cuba. Malgré le terrible massacre par Trujillo de 15 000 à 30 000 Haïtiens en 1937, la migration transfrontalière ne fut pas remise en question durablement : évalué à 19 000 en 1950, le nombre d’Haïtiens en République dominicaine était estimé à 60 000 en 1964 (Hurbon, 1987 : 28). Ces migrations organisées vers les pays voisins constituèrent un fait d’une ampleur sans précédent dans l’histoire du pays et firent entrer le monde rural haïtien dans l’ère de l’émigration de grande ampleur.

17Cette période charnière de l’histoire migratoire d’Haïti apparaît aussi celle de la constitution des premiers réseaux migratoires internationaux de ce pays. Dans le cadre de la division internationale du travail dans la Caraïbe se mirent en place des mouvements migratoires importants d’Haïti vers Cuba, la République dominicaine et plus tard les Bahamas. Chacun de ces mouvements s’accompagna de l’élaboration de réseaux migratoires renforçant les liens entre une région particulière d’Haïti et le pays de destination.

  • 1 La théorie du push/pull attache autant d’importance dans l’explication des mécanismes migratoires (...)

18Prenant ses distances avec la théorie considérant la migration comme le résultat d’une décision purement rationnelle ou encore avec celle du push/pull1, Perusek conçoit l’émigration haïtienne avant tout comme une conséquence de la situation économique difficile du pays de départ. Une fois les courants migratoires mis en place, il note que les fluctuations de la demande en main-d’œuvre des pays de destination n’ont eu que peu d’influence sur l’évolution des flux migratoires haïtiens qui restèrent relativement soutenus (Perusek, 1984 : 4-18).

19Si ces flux ne s’orientaient pas encore vers les États-Unis, ils furent en partie organisés par eux et ne manquèrent pas d’avoir des répercussions sur les mouvements migratoires ultérieurs vers l’Amérique du Nord. Le paysan haïtien, déjà habitué à pratiquer la migration d’une région rurale à l’autre à l’intérieur de son pays, acquit peu à peu la culture de l’émigration.

  • 2 Le protestantisme, implanté en Haïti depuis la première moitié du xixe siècle mais demeuré relativ (...)

20L’entrée d’Haïti dans l’ère de l’émigration de masse doit être replacée dans le contexte de l’établissement durable d’une relation de dépendance économique, géopolitique et culturelle dont l’occupation militaire constitua le catalyseur. De fait, le pays fut placé sous tutelle de Washington et les puissances européennes – dont l’ancienne puissance coloniale française et l’Allemagne en particulier – en furent pratiquement évincées. Le départ des marines ne remit pas en cause cette hégémonie, qui au contraire tendit à se renforcer dans un pays qui resta sous protectorat jusqu’en 1946. En 1937, Washington était devenu le premier partenaire commercial d’Haïti, réalisant la moitié des achats et des ventes du pays, et la gourde fut alignée sur le dollar (Souffrant, 1974 : 140). Les firmes multinationales agricoles états-uniennes continuèrent dans les années 1940, comme sous l’occupation, à bénéficier de larges concessions sur le domaine foncier public pour développer les cultures vouées à l’exportation (d’Ans, 1987 : 202-203)… au détriment de la petite paysannerie, alors souvent condamnée à l’exil. Sur le plan culturel, davantage d’Haïtiens partirent faire leurs études aux États-Unis, l’enseignement de l’anglais devint obligatoire sous la présidence de Lescot (1941-1946) et le créole haïtien apparut lui-même de plus en plus « américanisé », notamment pour le vocabulaire technique. Sur le plan religieux, la période de l’occupation états-unienne coïncida avec le développement rapide des congrégations protestantes nord-américaines dans le pays2.

21Sur le plan politique, l’occupation états-unienne privilégia la bourgeoisie mulâtre au détriment de la bourgeoisie noire issue de l’aristocratie foncière « christophienne » du Nord, attisant les tensions de classe et de couleur. Les rancœurs liées à cette inégalité de traitement constituèrent un terreau favorable au développement de l’idéologie « noiriste » sur laquelle Duvalier s’appuiera pour accéder au pouvoir et s’y maintenir. Parallèlement, en favorisant l’émergence de professions libérales liées à la modernisation de l’économie et en renforçant l’État, l’administration états-unienne favorisa l’émergence d’une classe moyenne noire se distinguant à la fois des bourgeoisies mulâtre et noire traditionnelles. C’est de ce troisième secteur socialement privilégié et nationaliste que seront issus le président Dumarsais Estimé (1946-1950) et surtout François Duvalier (1957-1971), sous la dictature duquel l’émigration prendra une nouvelle dimension, en terme d’ampleur, de composition et d’orientation des flux.

22Ainsi, la genèse de la société haïtienne au cours de l’époque moderne reste, comme celle de l’ensemble des sociétés caribéennes insulaires, fondée sur un fait migratoire de grande ampleur, prolongé et aux origines géographiques variées. Lié au projet colonial européen de développement de l’économie de plantation dans le « Nouveau Monde », les déplacements transcontinentaux de populations apparaissent à la fois la cause et la conséquence directe des grands bouleversements historiques économiques et politiques qu’a connus Haïti au cours de l’époque moderne. Le fait migratoire a profondément imprégné les structures sociales de ce pays ainsi que la psychologie de sa population. Dans un contexte tant colonial que post-colonial, la migration – interne puis externe – a été pour le Haïtien synonyme de prise de risque, de distance et de recherche de liberté vis-à-vis d’une société de plantation fondée sur la coercition.

23En suscitant les convoitises en même temps que la méfiance des puissances coloniales de l’époque, les conditions particulières de l’indépendance formelle d’Haïti ont paradoxalement contribué à approfondir sa subordination aux multiples intérêts du capitalisme international depuis le xixe siècle. Dans un contexte d’expansionnisme et d’interventionnisme croissants de Washington dans sa « méditerranée » au début du xxe siècle, Haïti – dont la situation géostratégique a revêtu une importance croissante – est devenue une dépendance commerciale et politique des États-Unis qui y ont exercé une influence presque sans partage. C’est dans le cadre de cette nouvelle forme de dépendance que s’est développée l’émigration vers les pays voisins, puis plus tard vers les États-Unis eux-mêmes.

LE DUVALIÉRISME ET L’ÉMIGRATION HAÏTIENNE CONTEMPORAINE (1957-1986)

  • 3 Selon Hurbon (1987 : 25), 61 % des Haïtiens survivaient avec un revenu par tête de 60 $ par an en (...)

24Caractérisée par de profondes mutations des rapports entre l’État et le peuple haïtien – où les espaces de liberté du second ont été progressivement réduits au profit du premier –, l’époque contemporaine ouvre une nouvelle ère pour l’émigration. Celle-ci revêt une ampleur sans précédent, s’oriente désormais prioritairement vers l’Amérique du Nord et, surtout, concerne pour la première fois indistinctement toutes les classes sociales. Les causes de cette émigration contemporaine de grande ampleur sont complexes. La pauvreté, en dépit de son intensité et de sa généralisation à la grande majorité de la population3, ne constitue pas à elle seule un facteur satisfaisant pour rendre compte de la complexité d’une émigration ayant amputé, dans des conditions souvent dramatiques, le pays de plus de 20 % de sa population. Dans l’hypothèse de motifs exclusivement économiques, comment expliquer que l’émigration ait acquis une ampleur aussi importante après 1957 alors que, dans une situation économique comparable, elle était restée relativement peu importante au cours des deux décennies précédentes ? De même, comment rendre compte alors de la surreprésentation des classes sociales favorisées au cours des premières vagues d’émigration de la fin des années 1950 et du début des années 1960 ?

25Nous pensons que les dimensions économique et politique ont occupé chacune une place tellement importante et ont joué en relation si étroite l’une avec l’autre qu’un débat sur le caractère purement économique ou au contraire politique de l’immigration haïtienne – tel qu’il est par exemple développé aux États-Unis – semble dérisoire. Nous formulons l’hypothèse que chacune des trois grandes périodes de l’histoire haïtienne contemporaine – celles de Duvalier Père (1957-1971), de Duvalier Fils (1971-1986) et de la période post-duvaliériste (de 1986 à nos jours) – met en exergue un type de relation particulier entre terreur politique et marasme économique qui a contribué à entretenir l’émigration.

François Duvalier au pouvoir : de la répression politique à la disparition des espaces de liberté économique et culturelle (1957-1971)

26L’instabilité politique reste une donnée constante de l’histoire d’Haïti depuis son accession à l’indépendance en 1804. Elle tient autant à une tradition de l’exercice du pouvoir sans partage qu’à l’omniprésence de l’armée et aux enjeux que représente pour elle la politique. Mais le caractère structurel de l’instabilité politique tient surtout aux divisions qui ont marqué l’histoire du pays et notamment à une stratification sociale et de couleur rigide. L’exercice d’un pouvoir absolu, qui de Pétion à nos jours est resté une constante de la politique haïtienne, a eu pour effet d’exciter la convoitise de nombreux hommes politiques qui ne pouvaient réaliser leurs ambitions d’accéder à la magistrature suprême que par la force.

  • 4 Les moun anwo (gens d’en haut) habitent sur les hauteurs de Port-au-Prince (Pétionville en particu (...)

27Cette instabilité est renforcée par le manque de solidarité nationale du fait de clivages sociaux et culturels profonds déclinés à différentes échelles. La division en classes sociales rigides laisse tout d’abord apparaître des divergences profondes d’intérêts. Les classes les plus favorisées, qui concentrent près de la moitié des richesses du pays alors qu’elles constituent à peine 1 % de la population (Dupuy, 1997 : 31, cité par Corten, 2001 : 36), ont pour première préoccupation de préserver leurs acquis et de maintenir leur niveau de vie ; tandis que les classes défavorisées urbaines et rurales, qui représentent l’essentiel de la population, vivent souvent misérablement. La situation est dans le détail plus complexe que ce tableau volontairement schématique, les intérêts et modes de vie étant très différents au sein des classes populaires selon qu’il s’agisse par exemple de populations urbaines ou de populations rurales, de moun anwo ou de moun anba4, de familles ayant des parents à l’étranger ou pas. La grande majorité de la population haïtienne a pour simple objectif de survivre et, pour ce faire, doit quotidiennement réfléchir à de nouvelles stratégies.

28Au-delà des tensions entre les classes sociales, il faut souligner la méfiance omniprésente qui existe au sein même de chacune des classes, avec pour corollaire des rivalités politiques âpres et un changement rapide dans les soutiens politiques selon la conjoncture du moment et les intérêts immédiats. Dans un tel contexte, il ne peut y avoir de politique à long terme, ce qui renforce les incertitudes et les craintes d’une population constamment sujette à la répression au cours du xxe siècle et condamnée par les pouvoirs successifs à rester silencieuse.

29Ceci a expliqué l’importance de l’armée dans l’histoire politique d’Haïti, à laquelle le pouvoir a dû souvent faire appel pour rétablir l’« ordre » et supprimer toute opposition en instaurant un climat de terreur. L’armée elle-même a toujours attaché une importance fondamentale à la politique intérieure beaucoup plus qu’à la défense contre une puissance extérieure, le budget de l’État ayant servi en grande partie au fonctionnement de l’appareil militaire. On avait coutume de dire à ce propos que « qui contrôlait l’armée contrôlait l’État ». Or celle-ci a toujours été réticente vis-à-vis de l’exercice démocratique du pouvoir ; et certains chefs d’État tout en profitant de l’institution militaire ont fait preuve d’une grande méfiance à son égard compte tenu de son imprévisibilité (Delince, 1993).

30En outre, la gestion politique de l’économie et du territoire apparaît historiquement caractérisée par une centralisation se traduisant par la marginalité croissante du monde rural ainsi que la mise en place et la perpétuation d’un système économique qui privilégie la « prédation » au détriment de la redistribution équitable des ressources nationales et la production de denrées vouées à l’exportation au détriment de la production vivrière. Les rares efforts d’industrialisation des gouvernements successifs sont restés dérisoires dans un système économique essentiellement caractérisé par la rente. L’abandon du monde paysan à lui-même et ses conséquences directes, le maintien de techniques agricoles rudimentaires et la poursuite dramatique de l’érosion des terres, se sont conjugués à la pression démographique pour engendrer une famine chronique dans les campagnes.

31L’accession de François Duvalier au pouvoir en 1957 ne remit pas fondamentalement en cause ces grands traits de l’histoire politique et économique haïtienne, la (para) militarisation du pouvoir politique, la marginalité du monde rural, le système de redistribution des richesses à l’avantage du monde urbain et les tensions de classe et de couleur ayant été poussées à leur paroxysme. L’originalité du régime de Papa Doc (François Duvalier) résida cependant dans le contrôle politique total de tous les aspects de la société étendu à l’ensemble du territoire national et se traduisant par la réduction – jusqu’à leur disparition – des espaces de liberté de la population.

  • 5 Source : Annuaires statistiques des Services fédéraux de l’immigration et de la naturalisation (19 (...)

32Ainsi, les débuts de l’émigration contemporaine de grande ampleur coïncidèrent avec l’accession au pouvoir de Duvalier. Ce dernier prétendait incarner la réaction contre l’hégémonie mulâtre établie lors de l’occupation états-unienne de 1915 à 1934, et l’établissement d’un pouvoir personnel absolu s’est rapidement affirmé comme son principal dessein (Saint-Gérard, 1999 : 170). Pour ce faire, il créa une milice lui étant totalement dévouée et ayant pour objectif de relativiser l’importance de l’armée sur la scène politique, les tontons macoutes, qui plongèrent rapidement le pays dans un climat de terreur et de suspicion, réprimant violemment toute opposition. Les premiers touchés furent les membres de l’élite mulâtre, les premiers aussi à quitter le pays dès la fin des années 1950 pour les États-Unis (tableau 1). L’autoproclamation de « Président à vie » de Duvalier en 1964 effraya les intellectuels et les classes moyennes noires (médecins, avocats, professeurs) qui ne tardèrent pas elles aussi à prendre le chemin de l’exil. Entre 1957 – année de l’accession au pouvoir de Papa Doc – et 1963, 6 800 Haïtiens entrèrent aux États-Unis avec un visa d’immigrant et 27 300 autres avec un visa temporaire. Entre 1964 – année où Papa Doc s’autoproclama président à vie – et 1971, les services de l’immigration états-uniens enregistrèrent 40 100 immigrants et 100 000 non-immigrants en provenance d’Haïti5. Une pratique courante dès cette époque consistait à faire une demande de visa de tourisme lorsqu’il n’était pas possible d’obtenir un visa d’immigrant puis à prolonger son séjour illégalement aux États-Unis. Leur principale destination demeura New York dans les années 1960 et 1970, et dans une moindre mesure Boston, Chicago et Montréal. Mais elle concerna plus tard Miami, dans la mesure où une partie des classes moyennes haïtiennes de New York s’installèrent en Floride dès les années 1970. À cela doivent être ajoutés les 50 000 à 70 000 boat people haïtiens arrivés vivants sur les côtes de Floride entre 1977 et 1981 (Stepick, 1992).

33Parallèlement à l’émigration des classes urbaines socialement favorisées se développa une émigration clandestine de paysans pauvres vers la République dominicaine et, fait nouveau, vers les Bahamas. En effet, la centralisation du pouvoir de Papa Doc tendit à renforcer la discrimination exercée à l’encontre du monde rural, tout en anéantissant les espaces de liberté des paysans. La remise en cause des espaces de liberté s’affirma avant tout sur le plan géographique, avec l’implantation de 565 chefs de section macoutes dans toutes les unités administratives du pays – y compris les sections rurales les plus reculées – pour maintenir l’ordre duvaliériste et assurer l’allégeance de tous les Haïtiens à Papa Doc. En même temps, le duvaliérisme fut synonyme de disparition des espaces de liberté culturelle, lorsque Duvalier s’autoproclama chef du pouvoir religieux et pénétra dans l’imaginaire collectif en obtenant l’allégeance des hougans, les prêtres vaudous.

Tableau 1 : Évolution de la migration haïtienne légale aux États-Unis sous la dictature Duvalier (1956-1986)

Tableau 1 : Évolution de la migration haïtienne légale aux États-Unis sous la dictature Duvalier (1956-1986)

Source : U. S. Immigration and Naturalization Service, statistical yearbooks 1960-1987 : table 2.

34Enfin, en étendant son contrôle aux moindres recoins du territoire haïtien, Duvalier élimina les espaces de liberté économique. En effet, le pouvoir immense conféré à chacun des 40 000 tontons macoutes (Hurbon, 1987 : 14), représentants directs de Duvalier, leur donna la possibilité d’exproprier et d’extorquer quiconque n’importe où, en toute impunité et sans justification autre que celle de maintenir l’ordre duvaliériste. Ce système de prédation institutionnalisée fut encouragé par le fait que l’État duvaliériste, qui n’avait pas les moyens de payer les macoutes, autorisait implicitement ces derniers à piller la population en échange de leur soutien inconditionnel au régime et en guise de rémunération indirecte. Pour ce faire, la mort fut érigée en moyen de coercition mais aussi de propagande. Toute possession individuelle de biens – si dérisoire fut-elle – put ainsi devenir la propriété des macoutes, ce qui eut pour conséquence la perte d’espoir des paysans d’une amélioration de leur situation à long terme, et en particulier d’une sortie de la misère.

35Effet conjugué de l’oppression politique et de la perte d’espoir en un avenir meilleur, l’émigration sembla alors la seule alternative aux paysans qui en avaient les moyens. Elle apparut comme une solution d’autant plus opportune pour le paysan que la vente de son lopin de terre pour financer son départ constituait un moyen de se soustraire à l’extorsion foncière institutionnalisée… au prix du déchirement représentant pour lui la nécessité de se séparer de sa terre. Pour le paysan haïtien, la liberté semblait ne pas avoir de prix. Mais en même temps que le régime portait à son paroxysme la précarité de ressources déjà limitées, il continua à exercer une pression fiscale d’autant moins supportable sur la paysannerie que le système de commercialisation des denrées d’exportation ne réservait que la portion congrue à cette fraction majoritaire de la population haïtienne. La libéralisation de façade de la dictature entreprise après la mort de François Duvalier par son fils n’empêcha pas la poursuite de la détérioration de la vie quotidienne des habitants, nourrissant ainsi le désir d’émigrer.

Le Jean-Claudisme, une stratégie économique lourde de conséquences migratoires (1971-1986)

36La mort de Papa Doc en 1971 et la transmission du pouvoir à son fils Jean-Claude Duvalier (dit Baby Doc) suscita un grand espoir au sein de la population d’une vie meilleure et de plus de libertés politiques. En quête de légitimation d’un régime politique né de l’une des dictatures les plus féroces de l’histoire du pays, Baby Doc décida de libéraliser l’économie nationale, c’est-àdire de l’ouvrir davantage aux investissements des firmes multinationales et à l’aide internationale. La part de la valeur des exportations des industries d’assemblage dans le total des exportations haïtiennes passa de 14 % à 58 % sous Baby Doc ; dans le même temps l’aide internationale reçue passa de 4,6 milliards de dollars à 258 milliards de dollars (Caprio, 1993 : 276-277 ; 288). Pour ce faire, il chercha l’appui de Washington mais aussi l’appui intérieur de la bourgeoisie mulâtre, dont de nombreux membres exilés sous Papa Doc furent autorisés à revenir en Haïti. Le président états-unien Jimmy Carter (1976-1980) conditionna son aide financière et son soutien à Jean-Claude Duvalier à la démocratisation de son régime, en adéquation avec la nouvelle stratégie politique de Washington de promotion des droits de l’homme en Amérique latine. Baby Doc autorisa alors une plus grande liberté d’expression des médias et permit même la formation de partis politiques d’opposition modérés.

37Cependant, cette libéralisation économique et politique, baptisée solennellement « jean-claudisme » ou « développementisme » (Anglade, 1982a : 34) par son initiateur, ne remit pas fondamentalement en cause les blocages et les inégalités économiques ainsi que les mécanismes de la répression pour la majorité des Haïtiens, dont les conditions de vie ne cessèrent de se dégrader. La liberté d’expression autorisée dans certaines limites par Jean-Claude Duvalier ne dépassa jamais le cadre de Port-au-Prince et, surtout, s’avéra être de courte durée. En effet, la situation politique devint difficile à gérer en 1979 lorsque Baby Doc, plus ouvert à une libéralisation économique et politique du régime, dut faire face au mécontentement des duvaliéristes traditionnels qu’étaient les macoutes et les grands propriétaires terriens (Rocheleau, 1984 : 20-21).

38Face aux insatisfactions désormais ouvertement manifestées dans la rue et à la pression politique croissante de l’intérieur, Baby Doc se rapprocha des conservateurs et engagea une politique de répression se matérialisant par une censure de la presse et le recours aux arrestations sommaires. La répression brutale de 1980 prit une ampleur qui rappela celle des années de Papa Doc. Nombre de journalistes et d’opposants politiques furent alors arrêtés, d’autres prirent le chemin de l’exil et l’opposition politique ne fut pas autorisée à participer aux élections législatives de 1984. Considérant la reconnaissance des macoutes comme les garants officiels de l’ordre public comme un retour en arrière et craignant pour leur sécurité, beaucoup d’individus d’origines sociales diverses choisirent d’émigrer.

39Dans les campagnes, le marasme économique et la terreur n’avaient jamais véritablement cessé. Le rapprochement du régime vis-à-vis de la bourgeoisie mulâtre mécontenta les duvaliéristes de la première heure qui redoutaient d’être écartés par ceux que Papa Doc avait exilés. Or, l’autorité de ces tontons macoutes restait intacte dans un monde rural toujours autant marginalisé par le pouvoir central et donc peu ou pas concerné par la « libéralisation » politique observée dans la capitale. Les structures de contrôle paramilitaire mises en place par François Duvalier et à la tête desquelles les chefs de section faisaient régner l’« ordre » restaient solidement implantées dans les campagnes. C’est dire que les mécanismes de la répression en vigueur sous Papa Doc restaient inchangés sous Baby Doc pour 80 % de la population haïtienne. Pour forcer la paysannerie à les soutenir face à une politique « jean-claudiste » qu’ils considéraient comme menaçante pour leurs intérêts, les macoutes entretinrent l’intimidation dans les campagnes en ayant recours aux exécutions sommaires et aux saisies de terre. Dans les régions rurales retirées, les chefs de section macoutes conservaient un pouvoir immense en tant que représentants de l’autorité présidentielle. La répression aveugle, les assassinats répétés et le recours à la torture étaient toujours répandus. Les familles et amis proches des opposants politiques (réels ou supposés) vivaient constamment dans une peur imprégnant profondément les esprits. De telle sorte que bien après la chute de Baby Doc (1986), beaucoup de membres de la « diaspora » manifestaient encore quelque appréhension à l’idée de retourner au pays : ils rappelaient que si Duvalier avait été écarté, les anciens macoutes et notamment les chefs de section demeuraient en Haïti. Les considérations économiques n’étaient certes pas absentes de leurs réticences : beaucoup s’étaient habitués à une meilleure qualité de vie aux États-Unis et reconnaissaient qu’ils auraient du mal à se réadapter aux conditions de vie difficiles d’un pays qu’ils avaient parfois quitté depuis plusieurs décennies. Les conséquences psychologiques du macoutisme se sont révélées profondes et durables dans le temps – les Haïtiens restant toujours animés d’une certaine méfiance et d’une crainte de toute forme de pouvoir institutionnel – et dans l’espace – leur circonspection vis-à-vis des institutions étant reproduite en terre d’exil.

  • 6 Traduction : l’enfant est un cadeau de Dieu ou l’enfant est une bénédiction.

40Sur le plan démo-économique, le monde rural est resté livré à lui-même et a dû faire face au déséquilibre lié à une pression démographique croissante sur des moyens de subsistance limités et de plus en plus précaires. De 4,8 enfants par femme en moyenne pour l’ensemble d’Haïti, l’indice synthétique de fécondité atteignait 5,9 enfants par femme en milieu rural, soit un niveau deux fois supérieur à celui de Port-au-Prince (3,0) en 1995 (Enquête Mortalité morbidité et utilisation des services II, Institut haïtien de l’enfance, 1995 : 34, citée par ONU/République d’Haïti, 2000 : 80). La mortalité infantile élevée, le poids des traditions et les stratégies de survie nécessitant une famille nombreuse expliquaient – et expliquent toujours – l’importance de la fécondité dans les campagnes. On peut y ajouter le résultat mitigé des politiques de planning familial difficiles à mettre en œuvre et pas toujours adaptées aux réalités du monde paysan. Un proverbe reflète bien les valeurs de la famille haïtienne à ce sujet : pitit se kado bondye6.

  • 7 70 % du territoire haïtien est montagneux et 63 % de la surface du pays a des pentes supérieures à (...)
  • 8 72 % des propriétaires possèdent moins de 1 ha actuellement.

41Cette pression démographique ajoutée à la non-prise en compte par les pouvoirs publics des besoins spécifiques des paysans a eu des conséquences écologiques catastrophiques répercutées jusque dans le monde urbain. Le déboisement, qui trouve ses origines dans la société de plantation coloniale, ne s’est jamais véritablement interrompu depuis. L’économie rurale de subsistance pratiquant l’agriculture sur brûlis a contribué à la déforestation et à l’érosion des sols déjà rendus vulnérables par leur faible épaisseur, le fort dénivelé des pentes7 et l’inten- sité des averses. La petite agriculture a été favorisée depuis deux siècles par une législation permettant la transmission directe de la terre à chacun des fils héritiers ; ce qui a abouti à la parcellisation foncière où des lopins de plus en plus réduits ont dû supporter une pression agricole croissante8 (Anglade 1982a : 21-22).

  • 9 L’envasement du barrage de Peligre mis en service en 1972 a été à l’origine de problèmes graves d’ (...)

42À une exploitation maximale en plaine a succédé l’exploitation à flanc de montagne de plus en plus systématique et davantage en altitude. Lundhal (1979 : 212) rappelle qu’entre 1938 et 1970, la superficie des terres arables avait diminué de moitié alors que la population s’était accrue dans le même temps de 70 %. Cette tendance s’est poursuivie à un rythme accéléré sous Jean-Claude Duvalier. La coupe des arbres pour les remplacer par des cultures vivrières et/ou pour utiliser le charbon de bois comme source d’énergie a engendré la destruction de 97 % de la couverture forestière originelle. L’abattage annuel de 15 à 20 millions d’arbres a poursuivi la mise à nu de 15 000 ha de terres arables (Catanese, 1999 : 25) qui, lessivées, ont été rapidement touchées par l’érosion. Les glissements de terrain qui en ont résulté ont eu des conséquences tout aussi catastrophiques pour les populations résidant en aval, pour les pêcheurs dont les poissons ont fui l’envasement de l’embouchure des rivières et pour les centrales hydroélectriques dont le blocage par les boues a entraîné des dysfonctionnements majeurs9. L’érosion concernant des surfaces de plus en plus étendues, les paysans ont été obligés de cultiver des zones de plus en plus éloignées et sur des terres de moins en moins fertiles. Plus du tiers des terres cultivées actuellement sont considérées comme impropres à l’agriculture. La région du Nord-Ouest, où le processus de déforestation est pratiquement arrivé à son terme, vit une véritable tragédie et constitue l’une des premières zones d’émigration des boat people vers Miami. La réduction consécutive des précipitations menace à terme cette région de désertification complète.

43Ainsi, l’agriculture qui fit jadis la prospérité d’Haïti est aujourd’hui devenue déficitaire, d’où l’accroissement rapide des importations de produits alimentaires : dès le début des années 1990, 30 % des aliments consommés étaient déjà importés (Girault, 1993 : 267) et la situation s’est considérablement détériorée depuis. Plus grave encore, la politique de Baby Doc, comme celles de ses prédécesseurs, a négligé l’importance du rôle à jouer par la paysannerie dans le développement économique. Au début des années 1980, 83 % des dépenses publiques du gouvernement profitaient uniquement à la capitale et moins de 10 % seulement allaient à l’agriculture (Stepick, 1981 : 9), sur laquelle reposait pourtant l’essentiel de la population pour vivre. Parallèlement, les taxes pesaient lourdement sur les biens de consommation de base, produits et consommés par les paysans. À la même époque, des observateurs notaient qu’avec 80 % des enfants du pays, le monde rural bénéficiait de trois fois moins d’écoles qu’en milieu urbain (Fertin, 1982 : 595-606). Cette période a enregistré les flux de boat people d’origine rurale les plus importants de l’histoire migratoire haïtienne.

44Cependant, ce sont autant sinon davantage dans les rapports de production – que la dictature Duvalier a contribué à consolider plutôt que de les remettre en cause – que dans la surpopulation, que résident les éléments d’explication de la misère des paysans et de leur émigration. Au début des années 1980, un million de paysans produisaient des denrées spéculatives dont la commercialisation restait contrôlée par une vingtaine d’exportateurs qui étaient avec l’État les véritables bénéficiaires de l’agriculture. Les paysans, auxquels ce système de prédation ne permettait de récupérer que 20 % de la valeur de leur produit (Anglade, 1982a : 39), ont été touchés par une misère de plus en plus profonde qui s’est traduite par l’installation durable de la famine en même temps que son extension géographique. Le Nord-Ouest des années 1970 et 1980 a fourni une illustration tragique de cette évolution où mécanismes politiques et économiques étaient intimement liés. D’un autre côté, la montée du prix des denrées agricoles dans les années 1970 a suscité l’intérêt croissant des « grands dons » (grands propriétaires terriens) pour la production de vivres. Ces derniers ont alors procédé à l’expropriation foncière de dizaines de milliers de paysans, avec la bénédiction du régime et parfois le capital des organisations non gouvernementales permettant de les mettre en valeur. Georges Anglade (1982a : 42) estime à ce propos qu’au cours de la période duvaliériste le nombre de paysans sans terres est passé de 300 000 à un million en Haïti.

45Dans ces conditions, l’exode rural et l’émigration devinrent les seules alternatives pour des centaines de milliers de paysans. Sous Baby Doc, les campagnes appauvries connurent un exode rural accéléré vers la capitale où les industries d’assemblage se développaient. Le taux de croissance de ces industries avoisinait 10 à 20 % par an (Caprio, 1993 : 276) et de nombreuses familles rurales spéculaient sur l’expansion future de ce secteur et les possibilités de création d’emplois directs et induits qu’elles pourraient générer. Dans le textile, l’essentiel des emplois nouvellement créés le furent à destination des femmes d’origine modeste mais possédant une instruction minimale. Les villages ayant déjà certains de leurs membres à Port-au-Prince et bénéficiant d’un accès aux infrastructures routières secondaires les liant à la capitale devinrent des sources majeures de l’exode rural avec l’élaboration de réseaux migratoires attirant parents, voisins et amis. Cependant, le monde urbain n’offrant que bien peu de perspectives réelles d’emploi, les anciens ruraux ont souvent prolongé leur migration interne par une émigration lorsqu’ils en avaient la possibilité.

  • 10 Expression désignant les esclaves des Antilles qui, en quête de liberté, fuyaient les plantations (...)

46En définitive, en plus d’avoir à supporter une misère insoutenable et à se battre quotidiennement pour survivre, le paysan des années 1970 et 1980 a dû faire face à l’incertitude permanente créée par l’instauration d’un système de prédation institutionnalisée. Davantage que la misère, c’est la perte d’espoir en un avenir meilleur qui a acculé le paysan haïtien à l’émigration. Prisonnier, voire indésirable dans son propre pays, l’exil a constitué pour lui un nouveau marronnage10, ce qui a fait dire à Laënnec Hurbon que « la thèse réelle du paysan haïtien semble être que Duvalier devra périr ou pourrir par lui-même. Ainsi, en lui abandonnant l’espace d’Haïti, on amorce un nouveau marronnage : le seul mode de protestation possible » (Hurbon, 1987 : 38). Si l’émigration vers les États-Unis avait eu tendance à se stabiliser voire à diminuer au cours de la première moitié des années 1970, du fait de l’espoir suscité par la libéralisation de façade du nouveau maître du pays, le durcissement du régime, l’approfondissement de la misère et le développement de la famine expliquèrent la relance de l’émigration dès 1975. Les flux migratoires à destination des États-Unis retrouvèrent au début des années 1980 des niveaux proches de ceux connus à la fin du régime de Papa Doc et connurent une accélération au cours des années 1980. En 1986, au moment du départ précipité de Baby Doc, l’émigration légale haïtienne vers les États-Unis était deux fois plus importante que celle enregistrée au cours de sa première année au pouvoir.

  • 11 Ti legliz : définies par Hurbon comme des « groupes de catholiques issus particulièrement des mili (...)

47L’échec du régime à se donner une légitimité, le rapprochement nouveau entre l’église catholique et les exclus de la société – notamment dans le cadre des ti legliz11 –, les manifestations populaires croissantes, les grèves de commerçants et la prise de distance de l’armée et de Washington vis-à-vis de Jean-Claude Duvalier ont finalement provoqué sa chute en février 1986, et avec lui la fin de vingt-neuf ans de duvaliérisme.

L’ÉMIGRATION HAÏTIENNE COMME PHÉNOMÈNE STRUCTUREL (1986-2011)

48L’ère post-duvaliériste a été marquée par le retour de l’instabilité politique, l’approfondissement de la crise économique et la relance consécutive de l’émigration. Les espoirs créés par la fuite du dictateur déchu ont été rapidement remis en question car l’instabilité politique qui a suivi a renforcé l’incertitude des Haïtiens quant à la maîtrise de leur destin. Le départ de Duvalier a créé en effet un vide politique attisant les convoitises de nombreux prétendants à la succession au pouvoir, sur fond de polarisation croissante entre néo-duvaliéristes et progressistes. En dépit de la rupture historique qu’a constituée la chute de Jean-Claude Duvalier, la vie politique apparaît marquée depuis 1986 par la continuité des pratiques arbitraires et violentes de la part des gouvernements successifs. La reproduction de l’intolérance politique et de la violence totalitaire contre la recherche d’un consensus national permettant l’émergence d’un projet de société intégrant toutes les composantes de la nation est restée en effet une constante de l’histoire politique haïtienne récente.

  • 12 Attachés : milices conservatrices héritières des macoutes.

49D’une part, la nouvelle donne de la revendication populaire d’une intégration entière et effective à la vie nationale dans toutes ses dimensions (politique, économique, sociale notamment) a inquiété les anciens duvaliéristes qui, craignant la perte de leurs acquis et privilèges ainsi que d’éventuelles représailles, n’ont cessé de lutter pour un retour à l’« ancien régime ». Comme sous Duvalier, la répression et le maintien de la terreur ont constitué leurs armes privilégiées par escadrons de la mort, « attachés12 » et ex-militaires (reconvertis en zenglendo) interposés. Mais d’autre part, les éléments progressistes formés dans les ti legliz, facilement manipulables et influencés par la rhétorique populiste, révèlent la faiblesse de leur culture politique et leur refus du consensus dans une vision manichéenne du « bien » contre le « mal » auquel ils associent les forces militaires et paramilitaires. Imprévisibles et incontrôlables, ils sont portés à des actions violentes qu’illustre le dechoukaj, pratique quasiment institutionnalisée sous Aristide.

  • 13 Hurbon définit ce terme comme « une opération pour le renversement et le déracinement de la dictat (...)

50La clé de l’instabilité politique qui a marqué le pays depuis 1986 réside précisément dans cette opposition frontale entre les forces progressistes – ellesmêmes de plus en plus divisées – et les forces conservatrices, et dont la succession violente au pouvoir a rythmé l’évolution politique des deux décennies ayant suivi la chute de Baby Doc. Du mouvement de dechoukaj13 populaire de l’État macoute (1986-1987) au Coup d’État réactionnaire de 1991 en passant par la tentative de reprise en main politique par les duvaliéristes (1987-1989), l’intolérance et la terreur des progressistes a fait écho à celles des néo-duvaliéristes. En réponse au processus naissant de démocratisation et de démilitarisation de la société haïtienne illustré par le référendum du 29 mars 1987 et l’adoption consécutive d’une Constitution, les duvaliéristes obsédés par le status quo ont opté pour la violence physique et symbolique contre les syndicats, les organisations paysannes et religieuses, les médias et la nouvelle Constitution. Arrestations, expéditions punitives et exécutions arbitraires ont été utilisées comme moyens de terreur contre la population, renvoyant à une période sombre de l’histoire du pays encore fraîche dans les esprits.

51La fragilité de la situation politique des années 1986-1990 fut de nature à assombrir considérablement les perspectives de développement économique en provoquant la fuite des investisseurs, mais aussi des membres de la diaspora qui étaient retournés au pays après la chute de Duvalier et par le biais desquels aurait pu s’opérer un réel transfert d’expérience et de savoir-faire acquis à l’étranger.

52L’espoir de mettre fin à l’instabilité politique ne fut jamais aussi grand parmi la population que le 16 décembre 1990, date des premières élections réellement libres et démocratiques remportées par le prêtre Aristide. Mais, s’aliénant la confiance du parlement, des classes dominantes et de l’armée du fait de la virulence de son verbe, il fut victime d’un coup d’État le 30 septembre 1991. Échappant de justesse à une tentative d’assassinat, il dut prendre le chemin de l’exil. Une fois de plus, l’espoir du peuple haïtien fut déçu et le pays rentra alors dans l’une des périodes les plus dramatiques de son histoire. Une chape de plomb s’abattit sur Haïti. Les éléments conservateurs reprirent violemment le contrôle de la vie politique et exercèrent une dure répression à l’endroit des éléments progressistes. Au cours des trois années du coup d’État, 3 000 à 5 000 partisans d’Aristide furent assassinés. Cette situation servit de catalyseur à la relance des flux migratoires par bateau vers la Floride. Interceptés, plus de 20 000 boat people effectuèrent un séjour à la base états-unienne de Guantanamo à Cuba.

53Mais les considérations économiques ne sont pas étrangères à la genèse de cette nouvelle vague migratoire : l’embargo ayant durement frappé Haïti durant la première moitié des années 1990 révéla le lien entre les événements politiques et la détresse économique pour expliquer l’émigration. Pour sanctionner le régime militaire ayant renversé le président Aristide et aboutir à la restauration de la démocratie, l’Organisation des États Américains (OEA) avec à leur tête les États-Unis imposèrent un embargo. La motivation des États-Unis était double : dans un contexte d’après-guerre froide, ils souhaitaient établir la démocratie partout dans le monde américain pour isoler la dictature cubaine ; ils voulaient ralentir l’exode des boat people ou tout au moins favoriser durablement la démocratie en Haïti pour que ses ressortissants n’aient pas à bénéficier du statut de réfugié politique sur leur territoire. L’embargo a néanmoins eu l’effet inverse de l’impact escompté : les militaires se sont enrichis grâce à la contrebande à la frontière dominicaine et les classes défavorisées et moyennes, déjà accablées, ont été touchées de plein fouet par le désastre économique provoqué par l’embargo. La production intérieure brute a chuté de 40 % entre 1991 et 1994 et l’inflation annuelle est passée de 7 % à 52 % ; 125 000 emplois ont été détruits, dont 36 000 du fait de la fuite des industries d’exportation (Catanese, 1999 : 62-63). Les dizaines de milliers de boat people ayant tenté de rejoindre la Floride durant cette période ont voulu échapper autant à une répression accrue qu’à une situation de désespoir économique.

54Le retour d’Aristide en octobre 1994 ne signifia pas la fin de la terreur dans le pays, malgré le démantèlement de l’armée et l’affaiblissement des « attachés ». À titre d’exemple, l’appel d’Aristide au peuple haïtien à « se faire justice lui-même » avec l’« arme des pauvres » n’eut d’autre effet que d’encourager la pratique du père Lebrun, qui consiste à placer un pneu enflammé autour du cou de la victime. Cette pratique a priori en faveur du peuple contribua à perpétuer un climat de terreur dans le pays. Si ces attaques ciblèrent généralement les anciens « volontaires de sécurité nationale » (macoutes) et les « attachés », elles frappèrent aussi beaucoup d’innocents. Les victimes d’hier devinrent parfois les bourreaux.

  • 14 Lavalas : mot créole signifiant avalanche ou torrent de boue. Le parti Lavalas a été créé par J. B (...)

55Elles ont en fait annoncé une nouvelle ère pour l’instabilité en Haïti, celle d’une insécurité diffuse. Le retour du parti Lavalas14 au pouvoir a eu pour premier effet la marginalisation politique des conservateurs avec le démantèlement effectif de l’armée et la mise à l’écart des anciens duvaliéristes de la scène politique. La polarisation croissante de la vie politique n’a laissé que peu de place à l’expression de courants modérés pouvant rassurer les acteurs économiques. Outre la bipolarisation de la vie politique qu’elle a engendré, cette situation nouvelle a renforcé un nouveau type d’insécurité déjà en germe à l’époque du coup d’État : la terreur diffuse, aveugle, frappant n’importe quand, n’importe où et n’importe quelle classe sociale. S’ils ont été « mis à pied », les anciens militaires et macoutes n’en ont pas pour autant déposé toutes leurs armes. Cette conjoncture n’est pas étrangère à l’apparition d’une multitude de groupes paramilitaires privés sans direction connue. La tendance à la « paramilitarisation » en Haïti s’est renforcée au cours des années 1990 avec l’apparition des escadrons de la mort, des gwoup san manman (bandes sans chef connu) et des zenglendo. Ne disposant que de moyens dérisoires pour faire face à la situation, l’État en déliquescence demeure impuissant face à cette criminalité diffuse. Parallèlement, le président Aristide, craignant pour sa sécurité et souhaitant renforcer son contrôle sur l’ensemble de la société, avait souvent eu recours à la terreur pour éliminer l’opposition conservatrice. Les éléments conservateurs apparaissaient désormais des cibles privilégiées de la violence de certains partisans de Lavalas, mais dans les faits beaucoup d’innocents l’ont payé de leur vie.

56Si on y ajoute les innombrables milices privées de riches Haïtiens craignant pour leur sécurité et la circulation croissante et incontrôlée des armes, on saisit mieux le climat d’insécurité dans lequel a évolué le pays, acculant une quantité toujours plus importante de personnes à l’exil vers les États-Unis et en particulier la Floride. Il convient également de remarquer le développement d’une violence non politique, mais profondément liée à l’évolution politique du pays. Jusqu’au milieu des années 2000, la montée en puissance d’Haïti comme principale plaque tournante du trafic de cocaïne entre la Colombie et Miami et en partie liée à l’affaiblissement de l’État et à la corruption des anciens militaires locaux a illustré cette tendance. Les revenus générés par ce commerce illicite ont été « blanchis » sur place et investis en partie dans l’immobilier.

57La deuxième moitié des années 1990 a été marquée sur le plan politique par les divisions au sein de la formation Lavalas au pouvoir. Élu président en décembre 1995, René Préval dut rapidement faire face à l’opposition politique de son ancien ami Aristide. Ce dernier créa son propre parti, Lafanmi Lavalas, en vue de l’élection présidentielle de 2000. Les rivalités violentes entre Lafanmi Lavalas et l’Organisation politique Lavalas ont renforcé l’insécurité politique et ont lourdement pesé sur la campagne électorale de 2000 et sur les irrégularités ayant entaché les élections remportées par Aristide. Les dissensions et luttes d’influence au sein même de Lafanmi Lavalas ont finalement eu raison d’Aristide et, à la faveur d’une insurrection armée partie des Gonaïves, ont provoqué le départ du président en 2004. Les dérives criminelles des organisations populaires gravitant autour du pouvoir, l’impuissance de la police nationale et l’impunité caractérisant le système judiciaire ont continué à nourrir le sentiment d’injustice au cours de la dernière décennie, en particulier chez les couches populaires. Enlèvements et meurtres crapuleux ont connu un essor sans précédent dans les années 2000. La tentation de se faire justice soi-même reste permanente au quotidien. La jeune police nationale et les missions sécuritaires successives des Nations unies ont eu le plus grand mal à venir à bout des bandes armées terrorisant la population. Le sentiment d’insécurité est aujourd’hui l’un des principaux facteurs explicatifs de l’émigration. Si cette dernière a longtemps été une réponse ponctuelle et provisoire à la violence institutionnelle de l’État duvaliériste, elle est de plus en plus inscrite comme une donnée structurelle depuis 1986, dans un contexte de perte d’espoir en un avenir meilleur en Haïti.

58Les années 2000 ont été celles d’une dégradation de la situation sous l’effet conjugué de la déstructuration de l’économie rurale, de l’accélération de l’exode rural et la bidonvilisation, et de catastrophes naturelles revêtant une dimension cataclysmique. Les incertitudes liées à l’évolution politique ont renforcé la crise économique tout en provoquant la fuite des capitaux et l’émigration de jeunes instruits inquiets pour leur avenir. La gestion politique de l’économie haïtienne caractérisée par la prédation – corruption et prélèvements excessifs du système de commercialisation –, la marginalisation voire l’abandon du monde paysan à lui-même doublée d’une forte centralisation sur Port-au-Prince s’est traduite par l’exclusion de la majorité de la population des circuits économiques officiels. Ainsi, près de la moitié de la population active haïtienne serait sans emploi (IHSI, 2003). Pour les Haïtiens ayant un emploi, les conditions de vie se sont aussi notablement détériorées. Entre 2000 et 2005, tandis que l’inflation annuelle a atteint 20 %, le salaire minimum a connu une baisse réelle de 25 % sous l’effet notamment de la dévaluation de la gourde par rapport au dollar US. Dans ces conditions, plus de 50 % de la population de Port-au-Prince survivrait grâce au secteur informel (ONU/République d’Haïti, 2000 : 51) et 70 % de la population haïtienne serait aujourd’hui plongée dans la pauvreté.

59Dans un monde rural où résident encore 57 % de la population – singularité haïtienne dans une Amérique latine urbanisée à plus de 70 % –, l’absence d’une politique globale de développement agricole, l’émiettement des parcelles, la persistance des rapports féodaux de production et la résistance des paysans à la prédation des spéculateurs (prélèvements commerciaux) et du pouvoir politique (lourdes taxes) à l’œuvre depuis deux siècles bloquent désormais toute possibilité de développement de la production agricole. Les conditions de vie de plus en plus misérables dans les campagnes s’inscrivent dans le contexte de la régression préoccupante de la part de l’agriculture dans la production nationale. La contribution du secteur agricole au produit intérieur brut est ainsi passée de 70 % dans les années 1960 à 24 % aujourd’hui (IHSI, 2010). La crise profonde de l’agriculture se lit dans l’accroissement rapide de la part des importations alimentaires dans le total des importations haïtiennes, révélant la faillite d’une économie de plus en plus dépendante de l’extérieur.

60La crise alimentaire ayant secoué le pays en 2008 a illustré de la manière la plus vive la réalité de la dégradation des conditions de vie et les conséquences de la dépendance alimentaire croissante vis-à-vis de l’extérieur. Le cas du riz, base de l’alimentation en Haïti, est symptomatique. Jusqu’au milieu des années 1980, la production locale de riz couvrait l’essentiel des besoins du pays. L’application des programmes d’ajustement structurel sous le signe de la dérégulation et de la privatisation ont notamment eu pour effet la remise en cause des protections tarifaires, en 1986 puis à nouveau en 1996. En dix ans, les droits de douane sur l’importation de riz sont passés de 50 % à 3 %. Face au riz états-unien subventionné par Washington et vendu un tiers en dessous de son coût de production réel, la production locale ne peut tenir la concurrence. La quantité de riz importé a été multipliée par 55 entre 1984 et 2004, et 75 % du riz consommé aujourd’hui provient des États-Unis. Haïti doit désormais importer 55 % de ses besoins alimentaires, ce qui prend une signification particulière dans un contexte où les trois quarts du revenu des ménages sont consacrés à l’alimentation. Ironie du sort dans un pays encore autosuffisant il y a à peine une vingtaine d’années, l’aide alimentaire représente à elle seule 30 % de l’ensemble des importations et la crise alimentaire mondiale a plongé près de 30 % de la population haïtienne (2,6 millions de personnes) dans l’insécurité alimentaire.

61L’insécurité des conditions de vie est donc totale, notamment dans les campagnes où 90 % des ménages doivent s’en remettre à une agriculture en souffrance. Ils constituent la première source de l’exode vers les villes, et notamment vers la capitale où ils alimentent la bidonvilisation et évoluent avec leur famille dans des conditions misérables. La succession des catastrophes naturelles depuis 2004 a mis en lumière l’extrême vulnérabilité de la société haïtienne. La déforestation, l’explosion de l’habitat précaire sous l’effet de l’exode rural, l’absence de l’État dans de nombreux domaines de la vie sociale et la pauvreté généralisée, entre autres, confèrent à la moindre tempête une ampleur et un coût humain et matériel démesurés. En 2004, le cyclone Jeanne avait provoqué la mort de 2000 personnes et laissé derrière elle 250 000 sans-abris. À l’époque, pas moins de 380 programmes d’urgence avaient été mis en place par la communauté internationale pour la reconstruction du pays. En 2008, la succession de quatre tempêtes et ouragans a amplifié les incidences de la crise alimentaire, fait à nouveau des centaines de milliers de sans-abris et décidé les institutions financières internationales à alléger la dette du pays.

62Cependant, jamais dans l’histoire d’Haïti un désastre naturel n’aura rendu la société aussi vulnérable que la tragédie du 12 janvier 2010. Le chaos, les destructions, le désespoir et le traumatisme psychologique occasionné par ce séisme de magnitude 7,3 sur l’échelle de Richter sont profonds. Officiellement, plus de 230 000 personnes auraient perdu la vie sous les décombres. Au moins autant de blessés et amputés font figure de rescapés dans une capitale dont la moitié des habitants – 15 % de la population du pays – n’avait plus de toit au lendemain du séisme. Un tiers de ces sans-abris tente de survivre dans 415 camps de réfugiés dans des conditions sanitaires effroyables où règne la loi du plus fort. Le système de santé dépassé a dû s’en remettre à l’aide internationale ; et dans une aire métropolitaine macrocéphale concentrant près de la moitié de l’offre en enseignement secondaire du pays avant le séisme, quatre écoles sur cinq ont été détruites. L’effondrement de la prison centrale et la fuite de plusieurs milliers de détenus – dont des criminels et chefs de gangs notoires – donnent une nouvelle acuité à la problématique de l’insécurité. Quitter cet environnement problématique s’est imposé comme la seule alternative possible pour un quart de la population de la capitale martyre. 50 000 migrants se sont orientés vers Saint-Marc, 63 000 vers le Sud, 21 000 vers la Grande Anse, 160 000 vers la zone frontalière haïtiano-dominicaine et 300 000 autres vers diverses régions, redéfinissant de manière inédite la géographie de la population du pays. Mais les nouveaux arrivants en province ont été confrontés aux conséquences de deux siècles de centralisation sur Port-au-Prince et d’abandon du « pays en dehors ». Les communes d’installation sous-équipées et bénéficiant peu ou pas de l’aide humanitaire ont été démunies face à cet afflux. L’absence d’infrastructures d’accueil, de travail et parfois d’écoles secondaires a posé à beaucoup de réfugiés la question du retour dans le chaos de Port-au-Prince. Pour alléger le fardeau de ces communautés, un système informel de va-et-vient de réfugiés s’approvisionnant en aide humanitaire dans la capitale pour la redistribuer dans les villages les plus proches s’est mis en place. L’essentiel d’entre eux sont retournés dans la capitale quelques mois à peine après leur exode vers le « pays en dehors ». Les perspectives d’avenir en Haïti apparaissent aujourd’hui plutôt sombres pour une partie de la population dont le quotidien est difficile. Ceux qui disposent d’un visa, d’un passeport étranger ou de parents en diaspora envisagent l’émigration comme une option possible dans un futur proche.

LA PERTE DE CONFIANCE EN L’AVENIR ET LE DÉSIR D’ÉLARGIR L’ESPACE DE VIE FAMILIAL

63Notre enquête de 2001 auprès de 164 émigrés de Floride sur les perceptions des conditions de vie dans le pays qu’ils ont quitté avait déjà mis en lumière le lien entre la crise économique et la crise politique pour expliquer la détérioration des conditions de vie. Ils y décrivaient la qualité de vie quotidienne de plus en plus désastreuse expliquant leur volonté de quitter leur pays (tableau 2). Les enseignements de cette enquête sont aujourd’hui d’une implacable actualité. Ils confirment l’ensemble de l’analyse développée au cours de ce chapitre préliminaire.

64Trois questions relatives à leurs perceptions du pays d’origine permettent de mieux comprendre les raisons qui les ont poussé à émigrer : « Quelles différences existe-t-il entre votre vie à Miami et la vie que vous aviez en Haïti ? », « Actuellement, à quel pays êtes-vous le plus attaché ? Que représente ce pays pour vous ? », « Lorsque vous pensez à Haïti, quelles images vous viennent le plus à l’esprit ? Pourquoi ? ». Deux sentiments majeurs reviennent de manière récurrente : celui d’être abandonné par le pouvoir politique et par conséquent la conscience d’être obligé de compter sur ses propres forces et celles de sa famille pour survivre ; mais en même temps, celui aussi de la difficulté de survivre par ses propres moyens dans un pays caractérisé par la difficulté d’accéder à l’éducation et à l’emploi et l’incertitude de son destin liée à l’instabilité politique. Le sentiment d’abandon par les pouvoirs publics haïtiens se manifeste à travers quatre thèmes fréquemment évoqués.

Tableau 2 : Perceptions des Haïtiens de Miami des conditions de vie en Haïti

Tableau 2 : Perceptions des Haïtiens de Miami des conditions de vie en Haïti

Note : La somme des pourcentages (et valeurs absolues) apparaît supérieure à 100 % (et à l’effectif total), car les réponses ont fait l’objet de choix multiples.
Source : Audebert, enquête de terrain mars-avril 2001 (cf. annexe 1).

65Tout d’abord, le manque d’opportunités économiques reste le thème le plus communément invoqué (106 réponses), devant le caractère embryonnaire des infrastructures (transport, hygiène, électricité) et leur délabrement (57 réponses) (tableau 2) : « Ayiti pa ofri anyen dutou ; pa t’genyen elektrisite, nou te oblije etidye nan lari (Haïti n’offre rien du tout ; il n’y avait pas d’électricité, nous étions obligés d’étudier dans la rue). » Il est vrai que la détérioration des conditions de vie va de pair avec celle des infrastructures : la pollution de l’eau et de l’air a atteint des niveaux alarmants dans la capitale et les services de santé et d’éducation, pourtant réputés bien meilleurs qu’ailleurs dans le pays, sont dépassés. En outre, l’urbanisation progressant rapidement engendre une congestion se manifestant par des embouteillages conséquents sur les axes principaux. Le délabrement des infrastructures urbaines rend difficilement supportable la dégradation des conditions de vie. Ainsi, les ménages paient pour une électricité qu’ils ne reçoivent qu’occasionnellement et disposer de l’eau potable est un privilège. En outre, l’état de la voirie urbaine, non entretenue, se dégrade rapidement. L’ampleur de la tâche à accomplir nécessite des moyens financiers colossaux dont l’État ne dispose pas.

66Une autre perception révélant le sentiment d’abandon est relative à l’accès difficile à l’éducation (22 réponses) (tableau 2) : « Ayiti, ou gen volonte etidye me pa gen posibilite ; Miyami, ou gen posibilite me pa gen volonte paske fok ou travay pou tèt ou ak fanmi la an Ayiti (En Haïti, tu as la volonté d’étudier mais tu n’en as pas la possibilité ; à Miami, tu as la possibilité d’étudier mais tu n’en as pas la volonté car tu dois travailler dur pour toi et pour la famille en Haïti). » Sur le plan éducatif et professionnel, les perspectives pour une jeunesse de plus en plus nombreuse sont sombres, quel que soit le niveau d’instruction et de qualification. Par exemple, l’essentiel des bacheliers ne peuvent pas poursuivre leurs études du fait de la capacité d’accueil limitée des universités publiques et privées. Les diplômés de l’université trouvent difficilement du travail, l’accès à la fonction publique restant extrêmement politisé. Les possibilités d’emploi dans le secteur privé sont limitées, malgré le timide retour des investisseurs et des industries d’assemblage après l’embargo. Si elle n’a été signalée que par 14 de nos interlocuteurs (tableau 2), l’absence d’un système de solidarité nationale institutionnalisée n’en demeure pas moins l’un des signes les plus nets de l’abandon des couches défavorisées par les pouvoirs publics et les classes favorisées : « Miyami, moun ede moun, me Ayiti moun ki gen kob yo pa ede ou (À Miami, il y a une solidarité, mais en Haïti, les gens qui ont de l’argent ne t’aident pas). » La corruption des gouvernements successifs et la confusion entre biens privés et biens publics peut également être assimilée à une forme d’abandon de la population par les pouvoirs publics. L’impossibilité de progresser socialement liée à cet abandon généralisé perçu et vécu engendre le désespoir et le sentiment qu’Haïti n’est pas un pays d’avenir : « Sa dekouraje m (Cela m’a découragé). » Le désespoir semble prendre chez certains interlocuteurs le visage de la fatalité, où le désarroi politique revêt une dimension religieuse : « Ayiti pa peyi bondye (Haïti n’est pas le pays de Dieu) », « Il faut un changement politique et spirituel ; il faut reconnaître que mon voisin a besoin de vivre. » Dans ces conditions, le progrès social et l’épanouissement personnel passent par l’émigration.

67En outre, un chômage urbain accru par les conséquences de l’embargo et frappant de plein fouet la jeunesse s’est avéré un terreau favorable au développement de l’insécurité, dans un contexte de vives tensions politiques. Celle-ci est encore renforcée par le fait que la ville est régulièrement plongée dans le noir le soir avec la distribution irrégulière de l’électricité. Le dynamisme commercial et culturel de Port-au-Prince a été fortement entamé par cette situation, beaucoup de magasins fermant désormais avant 17 heures. La vie nocturne semble beaucoup moins animée qu’avant, les jeunes ayant davantage de réticences à sortir, ce qui fait dire à beaucoup que la capitale « ressemble de plus en plus à une très grande ville de province ». Nos entretiens ont mis en relief l’insécurité comme cause majeure des réticences des Haïtiens de Miami quant à un éventuel retour dans le pays d’origine : « Pwoblèm sekirite se sèl bagay ki fè si m’poko tounen Ayiti (Le problème de la sécurité est la seule chose qui m’empêche de rentrer en Haïti) » ; « Avan, m’te konn’mache nenpot lè m’te vle an Ayiti, me kounye-a m’pa ka fè sa anko (Avant, j’avais l’habitude de marcher à n’importe quelle heure en Haïti, mais maintenant, je ne peux plus faire cela) » ; « Pa gen sekirite, ou pa gen kè w poze… Sa pa te kon sa lè m’te ti moun (Il n’y a pas de sécurité, tu n’es pas tranquille… ce n’était pas comme ça quand j’étais enfant). »

68Dans le discours de nos interlocuteurs, le marasme économique apparaît directement lié à la situation politique difficile du pays et à son corollaire, l’insécurité. Les termes employés traduisent clairement leur désillusion et leur amertume. À la question : « Lorsque vous pensez à Haïti, quelles images vous viennent-elles le plus à l’esprit ? », les réponses suivantes ont, entre autres, été formulées : « Sa m’pral fè nan vye peyi sal sa-a ? (Que ferais-je dans ce vieux pays sale ?) » ; « I am so bitter towards Haiti, the system has spoiled me ; I can’t call here (the US) mine because it is not my country, but I can’t call Haiti mine neither because people in power stop you from living (J’ai tant d’amertume envers Haïti, le système m’a privé de tout ; je ne peux pas considérer ici (les États-Unis) comme chez moi parce que ce n’est pas mon pays, mais je ne peux pas considérer Haïti non plus comme mon pays car les gouvernants vous empêchent de vivre) » ; « Avan te gen sekirite, lekol, bel rivyè me kounye-a peyi a tounen yon depotwa (Avant, il y avait la sécurité, des écoles, de belles rivières, mais maintenant le pays est devenu une poubelle). » La saleté associée à Haïti doit être également comprise au sens figuré, comme une critique virulente de la vie politique. La dégradation de l’aspect physique du pays et des conditions de vie semble perçue ici comme la conséquence immédiate de son abandon par les pouvoirs publics. « Ayiti pa gen travay. Se yon plè ki mande pou geri, me si plè sa-a geri, lekonomi Miyami pral gen pwoblem (Haïti n’a pas de travail. Elle est une plaie qui demande à être guérie, mais si cette plaie est guérie, l’économie de Miami aura des problèmes) », « M’renmen Ayiti me fok genyen yon chanjman politik (J’aime Haïti, mais il lui faut un changement politique). » Cette amertume va de pair avec une nostalgie presque romantique pour une époque où « Haïti chérie » était la « perle des Antilles ». Néanmoins, il est révélateur que pratiquement tous les individus interrogés souhaitent être enterrés en Haïti, sur la terre de leurs ancêtres. Ainsi, l’analyse de l’instabilité politique chronique, de la détresse économique et sociale profonde et de la dégradation des conditions de vie qui en résultent permet de mieux comprendre les raisons poussant les Haïtiens à émigrer. La frontière entre les dimensions économique et politique reste en particulier malaisée à identifier tant elles sont liées pour expliquer la genèse et l’entretien de la dynamique migratoire (schémas 1 et 2). De manière générale, l’absence de respect des lois, d’organisation sociétale et de solidarité nationale ont empêché l’élaboration de projets collectifs et individuels à long terme. Ayant traité des conditions de vie en ville et en milieu rural, il convient de souligner que les destins urbain et rural sont de plus en plus liés par l’exode rural et que l’émigration internationale au départ de Port-au-Prince s’inscrit souvent dans le prolongement d’une migration interne (schéma 1).

69Les modalités mêmes de la genèse historique de la nation haïtienne et de sa relation avec l’extérieur ont constitué les racines profondes de la diasporisation d’un peuple dont les espaces de liberté et la marge d’action se sont peu à peu réduits avec le temps. Arbitraire politique, injustice sociale et spatiale, insécurité physique, alimentaire, psychologique, marginalisation du plus grand nombre, tragédies naturelles… Tout a concouru à ce qu’une part croissante de la population du pays choisisse l’exil. L’émigration a souvent été assimilée en Haïti à une fuite, une démission, voire une trahison. En réponse aux contraintes internes énormes auxquelles les Haïtiens doivent faire face, elle apparaît en réalité plutôt comme une somme de stratégies individuelles complexes de survie du collectif non dénuées de courage et d’abnégation. Néanmoins, dans la continuité de la fonction historique assignée à Haïti par le système capitaliste occidental, les contraintes externes s’incarnant dans le rôle économique et le traitement légal particuliers réservés au travailleur migrant haïtien ont lourdement pesé sur son destin et sur la morphologie de sa diaspora.

70Pièce maîtresse du dispositif colonial français à l’époque moderne, Haïti est devenue au cours du xxe siècle un enjeu géopolitique et économique majeur dans la stratégie expansionniste des États-Unis. C’est dans le contexte de cette dépendance historique que se sont développés des flux migratoires de plus en plus importants. Organisés par le capital nord-américain à destination des pays voisins, ces flux se sont ensuite orientés vers les États-Unis au cours de la période contemporaine. En ce sens, le fait migratoire international haïtien a reproduit le schéma historique caribéen fondé sur la relation entre dépendance structurelle et migration. Néanmoins, certains aspects de la dynamique migratoire haïtienne lui confèrent une certaine spécificité au sein de l’ensemble régional : l’insécurité économique profonde et généralisée, qui frappe Haïti davantage que n’importe quelle autre nation du monde américain, reste intimement liée aux diverses formes de l’insécurité politique séculaire marquant ce pays. Les conditions historiques particulières de production de la migration haïtienne – dans un contexte de perte d’espoir durable de la population en un avenir meilleur dans son pays – expliquent son ampleur, ses formes particulières et la diversité des lieux de destination.

Schéma 1 : La dimension économique de l’émigration haïtienne

Schéma 1 : La dimension économique de l’émigration haïtienne

Schéma 2 : La dimension politique de l’émigration haïtienne

Schéma 2 : La dimension politique de l’émigration haïtienne

Notes

1 La théorie du push/pull attache autant d’importance dans l’explication des mécanismes migratoires aux facteurs répulsifs du pays d’origine qu’aux facteurs attractifs du pays de destination. Concernant la théorie sur la rationalité des individus migrants, voir Lee (1966 : 47-57).

2 Le protestantisme, implanté en Haïti depuis la première moitié du xixe siècle mais demeuré relativement marginal dans le pays jusqu’aux années 1910, a connu depuis un essor continu, passant de 13 000 adeptes en 1910 à 115 000 adeptes en 1940 et à plus d’un million en 1982 (Corten, 2001 : 79).

3 Selon Hurbon (1987 : 25), 61 % des Haïtiens survivaient avec un revenu par tête de 60 $ par an en 1987. En 2001, Corten estimait que 80 % des Haïtiens vivaient avec moins d’un dollar par jour (2001 : 36).

4 Les moun anwo (gens d’en haut) habitent sur les hauteurs de Port-au-Prince (Pétionville en particulier) et sont constitués par les classes favorisées et leur personnel domestique, par opposition aux moun anba (gens d’en bas), populations urbaines généralement pauvres et habitant en plaine. Les populations défavorisées résidant dans les hauteurs et vivant en étroite relation avec les classes bourgeoises reproduisent leurs valeurs et leur mépris des moun anba auxquelles elles ne souhaitent pas être assimilées.

5 Source : Annuaires statistiques des Services fédéraux de l’immigration et de la naturalisation (1960-1971).

6 Traduction : l’enfant est un cadeau de Dieu ou l’enfant est une bénédiction.

7 70 % du territoire haïtien est montagneux et 63 % de la surface du pays a des pentes supérieures à 20 %.

8 72 % des propriétaires possèdent moins de 1 ha actuellement.

9 L’envasement du barrage de Peligre mis en service en 1972 a été à l’origine de problèmes graves d’alimentation en électricité à Port-au-Prince.

10 Expression désignant les esclaves des Antilles qui, en quête de liberté, fuyaient les plantations des maîtres au péril de leur vie.

11 Ti legliz : définies par Hurbon comme des « groupes de catholiques issus particulièrement des milieux populaires et rassemblés dans des communautés de base » (1987 : 170).

12 Attachés : milices conservatrices héritières des macoutes.

13 Hurbon définit ce terme comme « une opération pour le renversement et le déracinement de la dictature de Duvalier » (1987 : 170).

14 Lavalas : mot créole signifiant avalanche ou torrent de boue. Le parti Lavalas a été créé par J. B. Aristide.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Haïti dans le bassin caribéen
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Carte 2 : Haïti : géographie administrative
Légende Source : Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports d’Haïti, PARQE.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26973/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tableau 1 : Évolution de la migration haïtienne légale aux États-Unis sous la dictature Duvalier (1956-1986)
Légende Source : U. S. Immigration and Naturalization Service, statistical yearbooks 1960-1987 : table 2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26973/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 2 : Perceptions des Haïtiens de Miami des conditions de vie en Haïti
Légende Note : La somme des pourcentages (et valeurs absolues) apparaît supérieure à 100 % (et à l’effectif total), car les réponses ont fait l’objet de choix multiples.Source : Audebert, enquête de terrain mars-avril 2001 (cf. annexe 1).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26973/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Schéma 1 : La dimension économique de l’émigration haïtienne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26973/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Schéma 2 : La dimension politique de l’émigration haïtienne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26973/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 383k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search