Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La classe créative selon Richard Florida

 | 
Rémy Tremblay
, 
Diane-Gabrielle Tremblay

Chapitre 4. L’aristocratie mobile du savoir et son tapis rouge
Quelques réflexions sur les thèses de Richard Florida1

Richard Shearmur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 27 janvier 2005, Richard Florida a dévoilé son analyse de l’économie de Montréal (Stolarick et al., 2005) lors d’un dîner dans un salon montréalais. Promu par, entre autres, la Chambre de commerce, Culture Montréal et Montréal International, cette petite cérémonie à 85 $ la place réunissait le tout-Montréal : pendant une trentaine de minutes, nous avons écouté M. Florida nous dire comment les villes gagnantes avaient besoin d’attirer et de retenir les « talents », et que le meilleur moyen de le faire était de rendre la ville attrayante pour ces personnes très mobiles et bien formées, en encourageant les domaines culturels, les styles de vie qu’elles aiment, et notamment la « tolérance ».

Évidemment, ce message flatteur et agréable a très bien accompagné la digestion des notables présents. Personne dans la salle ne pouvait ignorer qu’il (ou elle) était compris dans la définition assez large que Florida (2002) donne du « talent », ou de la « classe créative » (c’est-à-dire les perso...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540