Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La classe créative selon Richard Florida

 | 
Rémy Tremblay
, 
Diane-Gabrielle Tremblay

Chapitre 3. La « classe créative » et la prospérité urbaine mythes et réalités

Marc V. Levine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rares sont les théories du développement urbain à avoir eu autant d’influence ces dernières années que celle de la « montée de la classe créative » de Richard Florida. Popularisée dans l’ouvrage bien connu de Florida intitulé The Rise of the Creative Class (publié en 2002), et promue sans relâche par la litanie ininterrompue de ses conférences et consultations, cette théorie propose que la vitalité économique des villes dépende de leur capacité à attirer et à entretenir une nouvelle classe d’écrivains, d’artistes, d’architectes et de programmeurs (pour ne citer que quelques occupations dites « créatives » par Florida). Cette thèse a gagné l’approbation, à une vitesse fulgurante, des professionnels du développement économique et des dirigeants municipaux d’Amérique du Nord. Voici quelques exemples.

  • La ville de Baltimore a lancé une initiative au début de mai 2004 appelée « Creative Baltimore », conçue pour « promouvoir Baltimore auprès de la classe créative : étudiants, artistes, pare...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540