Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La classe créative selon Richard Florida

 | 
Rémy Tremblay
, 
Diane-Gabrielle Tremblay

Chapitre 2. Arts, territoires et « nouvelle économie »

Quelles perspectives ouvertes par la théorie du capital créatif1 ?

Myrtille Roy-Valex

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’un point de vue historique, la contribution des arts et des artistes au développement économique des villes a suscité relativement peu d’intérêt, le secteur culturel ayant été longtemps considéré comme un domaine marginal de l’économie urbaine, exception faite de l’industrie touristique qui, très vite, a été exploitée pour son potentiel de développement économique (Greffe et Pflieger, 2005, p. 17). Ces dernières décennies ont toutefois vu s’imposer dans le discours social une acception nouvelle de la culture en tant qu’instrument de développement économique. De plus en plus perçue comme un levier de l’attractivité et de la compétitivité territoriale, la culture tend à être assignée dans les projets de territoire au service d’objectifs externes ou « extra-culturels ». La théorie fortement médiatisée de la « montée de la classe créative » de Richard Florida (2002 ; 2005a ; 2005b)2 est sans doute celle qui a le plus contribué ces dernières années à faire cette large place à la cultur...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540