Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ailleurs de l'autre

 | 
Claudine Le Blanc
, 
Jacques Weber

Voyageur du monde indien ou de la diaspora indienne

Orient et Occident, deux autres en soi : regard sur le double héritage culturel chez V. S. Naipaul dans The Mimic Men et la trilogie sur l’Inde

Otilia Bardet

Texte intégral

1Voyage dans l’espace – entre continents – ou dans le temps – entre présent et passé – ; voyage réel – entrepris par V. S. Naipaul depuis qu’il quitta la terre natale – ou imaginaire – à travers des personnages qui incarnent sa propre quête de l’identité – ; voyage vers l’étranger ou étrangeté du voyage ; voyage pour conquérir des terres et dominer des populations ou encore voyage pour échapper à la misère et se diriger vers un monde « meilleur » : chez Naipaul, le voyage est rarement univoque, et c’est à travers ses différents aspects que l’écrivain tentera parfois douloureusement de trouver un « middle ground ». Cet article tentera de faire converger les expériences, d’une part, des voyages – imaginés dans The Mimic Men (1967) – d’une communauté indienne venue se fixer sur l’île caribéenne d’Isabella pendant que les colons britanniques, déjà présents en Inde, tentaient « d’élever » les nouveaux enfants des Antilles dans l’esprit occidental et, d’autre part, des incursions faites par l’auteur lui-même en Inde et desquelles naquit ce qui est désormais connu sous le nom de sa « trilogie sur l’Inde » : An Area of Darkness (1964), India : A Wounded Civilization (1977) et India : A Million Mutinies Now (1991). Ces périples ouvrent une porte vers un univers cher à l’auteur – celui de la pluralité culturelle –, tout en justifiant, à travers les conséquences et les mutations qu’ils engendrèrent – autant sur la conscience de la société décrite en 1967 que sur la vision du monde de leur propre créateur –, ce regard sur les effets des rencontres entre populations et cultures.

  • 1 V. S. Naipaul, The Mimic Men, London, Penguin Books, 1969, p. 243-244.

2Naipaul se penchait justement en 1967, à travers le narrateur de son roman The Mimic Men, sur l’héritage culturel laissé, d’une part, par l’Inde ancestrale, transportée dans la mémoire des immigrés vers la Caraïbe, et, d’autre part, par le passage des Britanniques pendant la colonisation de l’île d’Isabella, pour noter l’absence d’une culture homogène dans le pays natal de son personnage1. Or, le manque de cohésion culturelle mentionné par Ralph Singh dans cet ouvrage ne serait que la conséquence des diverses rencontres entre populations, peuples et continents, chacun apportant et tentant de préserver sa spécificité. À travers les bouleversements historiques qu’elle connut ou subit, la diaspora indienne – à laquelle le protagoniste du roman appartient – se vit définie par une identité culturelle morcelée et hétérogène.

LA CIVILISATION CONTRE LA CULTURE : L’APPROCHE DUALISTE DE L’IDENTITE CHEZ NAIPAUL

  • 2 Samuel Huntington, « The Clash of Civilizations ? », Foreign Affairs, vol. 72, n° 3, Summer 1993, (...)

3Dans son concept de civilisations plurielles, le géopoliticien américain Samuel P. Huntington introduisait en 1993 la notion d’identité civilisationnelle en tant qu’acception la plus large et la plus générale d’une identité culturelle, acquise naturellement par chaque individu à travers son appartenance à une civilisation spécifique : « A civilization is a cultural identity. A civilization is thus the highest cultural grouping of people and the broadest level of cultural identity people have short of that which distinguishes humans from other species2 ». D’un point de vue historique, Ralph Singh, en tant que descendant d’Indiens transplantés sur le sol antillais, apparaît comme le produit de la rencontre entre deux civilisations – la civilisation hindoue et celle de la Caraïbe anglophone ; sur le plan culturel, en revanche, à la lumière de la vision huntingtonienne, le protagoniste se vit enrichi par la civilisation occidentale, qu’il acquit partiellement suite à la colonisation par les Britanniques de l’Inde et de l’île d’Isabella. En conséquence, avant même qu’il eût marqué sa présence par un développement personnel, l’existence de ce personnage fut inscrite sous le signe d’une identité culturelle – civilisationnelle – tripartite. En outre, si les différents membres d’un groupe socio-culturel se voient généralement rapprochés dans leur appartenance par leurs histoire, langue et religion communes, une identité civilisationnelle complète demeure impossible à envisager pour le personnage naipaulien, incapable de se définir à la fois en tant qu’Indien, Antillais et Occidental.

4En 1997, soit quelques années seulement après le développement du concept de « choc des civilisations » par Huntington, Stuart Hall proposait une nouvelle approche des théories littéraires post-coloniales. Il théorisait alors la notion d’identité culturelle et proposait deux acceptions différentes de ce concept, selon qu’il est vu en termes de similitudes ou de différences. La première acception, plus générale, semble rejoindre l’idée huntingtonienne d’identité civilisationnelle – cette optique verrait ainsi l’identité culturelle dans sa signification originaire, renvoyant au fond civilisationnel commun que des individus issus d’une même culture et ayant hérité du même passé partagent :

  • 3 Stuart Hall, « Cultural Identity and Diaspora », in Padmini Mongia (dir.), Contemporary Postcoloni (...)

There are at least two different ways of thinking about “cultural identity”. The first position defines “cultural identity” in terms of one shared culture, a sort of collective “one true self”, hiding inside the many other, more superficial or artificially imposed “selves”, which people with a shared history and ancestry hold in common. Within the terms of this definition, our cultural identities reflect the common historical experiences and shared cultural codes which provide us, as “one people”, with stable, unchanging and continuous frames of reference and meaning […]3.

  • 4 Ibid.

5La seconde acception, quant à elle, tient compte de l’évolution et des transformations survenues dans le contexte socio-historique, des interférences avec d’autres noyaux culturels ayant conduit à la création d’une identité culturelle qui transgresse les barrières strictes des civilisations et qui soit articulée avec de nouvelles données venant de l’extérieur : « This second position recognises that, as well as the many points of similarity, there are also critical points of deep and significant difference which constitute “what we really are” ; or rather – since history has intervened – “what we have become” »4. Dans ce contexte, le protagoniste naipaulien, condamné à ne jamais connaître une identité civilisationnelle – dans l’acception de Huntington – ou une identité culturelle – dans l’acception générale de Stuart Hall – complète, se doit de comprendre son appartenance culturelle dans son évolution, avec ses transformations inhérentes ; de saisir le rôle et l’importance de chaque composante ayant contribué à son développement personnel.

L’INDE ENTRE MEMOIRE ET OUBLI : L’OCCIDENT, BOURREAU D’ACTEURS

  • 5 L’attention particulière que le personnage accorde à la branche maternelle s’explique par son attr (...)
  • 6 V. S. Naipaul, The Mimic Men, op. cit., p. 99.
  • 7 « I also believe it was the last act of his special piety : the cinema showed mainly Indian films  (...)

6En tant que descendant d’Indiens, le protagoniste devrait naturellement être l’héritier légitime de traditions apportées de sa terre originaire dans la mémoire des ancêtres transplantés sur le sol antillais. En effet, l’intérêt inlassable qu’il manifeste pour la branche maternelle et ses tentatives de s’éloigner de la branche paternelle de sa famille poussent Ralph Singh à se pencher sur la place que la culture ancestrale occupe dans la vie des premiers5. Bien qu’éloigné géographiquement, le pays de leurs aïeux continue à être présent dans leur mémoire et dans leur esprit à travers des symboles indiens – photos d’acteurs indiens et portraits religieux accrochés aux murs –, fièrement étalés et destinés à affirmer l’appartenance à la terre ancestrale. L’ancien et le nouveau se rencontrent, se côtoient, se mélangent, la culture populaire moderne s’élève au rang de culture ancestrale au même titre que les symboles religieux, l’Inde étant présente, sous diverses formes, pour revendiquer une identité et légitimer une appartenance culturelle : « […] the Indian actors in his back veranda were on a level with the religious pictures : together they were an act of piety towards his past, a reverencing of the land of his ancestors »6. La volonté de maintenir le passé vivant et d’assurer la continuité de l’héritage hindou fut transmise à la jeune génération, représentée par Cecil, jeune cousin du narrateur, qui sut tirer profit de sa situation aisée pour offrir à sa communauté un choix exclusif de films indiens dans le cinéma familial dont il était le gérant. Sur un ton ironique, qui pourrait par ailleurs puiser sa source dans la tradition indienne, Ralph Singh associe la décision de Cecil de se montrer en tant que gardien des traditions – à première vue une simple manifestation de respect envers sa culture ancestrale – à un acte de piété7.

  • 8 Ibid., p. 92.
  • 9 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, London, New York, Ringwood, Toronto, Auckland, Peng (...)

7Naipaul fit admettre à son narrateur l’existence d’une véritable identité civilisationnelle sur son île natale sous la forme d’une continuité – fondée sur des bases culturelles solides – entre le présent et le passé ou sous celle d’un parfait accord entre les générations actuelles, leur histoire et leur milieu social. Par conséquent, Ralph Singh ne dissimule pas son admiration devant son ami et camarade d’école, le Noir Browne, dont le discours serait la preuve irréfutable que la population noire de l’île d’Isabella aurait su inscrire son existence sur ce territoire dans une continuité culturelle. L’approche du narrateur a ceci d’intéressant qu’elle considère les noirs isabelliens – en dépit du passé qui leur avait fait connaître la servitude et une annihilation constante et graduelle de leur identité – en tant qu’heureux héritiers d’une base culturelle homogène, soigneusement perpétuée jusqu’aux temps modernes : « But Browne […] knew his way about the world ; his speech to me was the very distillation of the wisdom of a hundred Negro backyears »8. Le personnage naipaulien contemple, certes, l’existence d’une continuité culturelle comme une possibilité – cas illustré par l’enfant Browne –, mais lui ne parviendra, en revanche, jamais à l’associer à sa propre personnalité. La civilisation occidentale, artificiellement introduite et imposée par les Britanniques, fut pour toujours premièrement celle du colonisateur et seulement ensuite celle du colonisé ; la civilisation orientale, quant à elle, se vit assimilée de plus en plus au passé, à une époque révolue à cause de la distance qui la séparait de la terre originaire et de la contamination par l’Ouest. Ainsi Naipaul décrivait-il, dix ans après la publication de The Mimic Men, dans le deuxième volet de sa trilogie sur l’Inde, les réminiscences de sa culture ancestrale : « […] increasingly I understand that my Indian memories, the memories of that India which lived on into my childhood in Trinidad, are like trapdoors in a bottomless past »9.

  • 10 Dans l’introduction à son ouvrage consacré à l’approche naipaulienne de l’expérience de l’exil, Ti (...)
  • 11 V. S. Naipaul, The Middle Passage : The Caribbean Revisited, New York, Vintage Books, 2002, p. 64.

8Bien que, tout en refusant une appartenance nationale, il se réclame souvent le produit d’une synthèse de cultures, Sir Vidia inocule à son protagoniste une approche visiblement plus négative, en ce qu’elle n’apparaît plus centrée sur la pluralité culturelle, mais sur le caractère incomplet de chaque appartenance. Le personnage est défini, de fait, en lieu et place d’une double appartenance, par une double non-appartenance, une « double extériorité » – « double exteriority »– pour faire appel aux termes de Timothy F. Weiss : l’attachement à l’Orient et à l’Occident demeure ainsi partiel, fondé, en réalité, sur une double exclusion. D’une part, l’héritage ancestral est devenu fragmentaire avec le temps, et, d’autre part, les normes venues de l’Ouest ne sont pas encore totalement assimilées10. La colonisation britannique de l’Inde et de la Caraïbe apporta une dimension occidentale au pays natal du protagoniste : ayant été introduite artificiellement et imposée par les colonisateurs, et venant s’ajouter aux traditions ancestrales de la diaspora indienne d’Isabella, cette culture de l’Ouest reste, aux yeux de Ralph Singh, pour reprendre les termes utilisés par Naipaul lui-même en 1962 dans son récit de voyages The Middle Passage, « une culture d’emprunt » – « a borrowed culture »11.

  • 12 V. S. NAIPAUL, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. 123.
  • 13 V. S. Naipaul, An Area of Darkness, London, Basingstoke, Oxford, Picador, 2002, p. 55. Naipaul met (...)

9L’importation brusque de la culture occidentale, le personnage naipaulien le laisse entendre, se fit dans des sociétés qui n’étaient pas prêtes à l’accueillir. Surtout, elle proposa des modèles inadaptables – ou applicables à condition de nier les réalités locales – aux anciennes sociétés colonisées. L’auteur livre un examen très approfondi et détaillé de l’occidentalisation artificielle des excolonies à travers sa description de la carrière politique de Ralph Singh et de ses confrères sur l’île d’Isabella. L’inadéquation de cette rencontre culturelle est visible dans les diverses tentatives – suivies invariablement d’échecs – des personnalités politiques isabelliennes à adapter la vie politique contemporaine à des modèles mal assimilés – « [m] imicry within mimicry, imperfectly understood idea within imperfectly understood idea […] », écrivait Naipaul en 197712. Ce mimétisme, que Naipaul eut à coeur d’expliquer dans An Area of Darkness, caractériserait non seulement la diaspora indienne d’Isabella, en tant que population dominée par le passé, mais aussi et surtout l’Inde ancestrale, pour qui cette tendance à copier des modèles étrangers – avec des référents changeant en fonction de l’autorité en place – ne serait que la conséquence naturelle de la soumission : « The mimicry changes, the inner world remains constant […]. Yesterday the mimic was Mogul ; tomorrow it might be Russian or American ; today it is English »13. Paradoxalement, à travers l’imitation, les habitants de l’Inde tout autant que ceux d’Isabella semblent s’éloigner davantage de leur culture d’origine, sans pour autant pouvoir assimiler la culture occidentale.

DE L’EST COUCHANT A L’OUEST LEVANT : TRADITIONALISME DECLINANT CONTRE MODERNISME GRANDISSANT

  • 14 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. 126.
  • 15 V. S. Naipaul, An Area of Darkness, op. cit., p. 21. Fruit du hasard, le même terme – « suspended  (...)

10La logique de la continuité historique et culturelle aurait voulu que la culture mère – indienne – reste intacte durant les siècles et qu’elle soit transmise sous la forme d’une identité civilisationnelle parfaitement définie chez la génération de Ralph Singh. Or, cette culture mère, même sur sa terre d’origine – l’auteur le laisse entendre dans India : A Wounded Civilization – ne parvint pas à s’inscrire dans une continuité historique et temporelle. À cause des multiples interventions étrangères, même cette culture mère reste « incomplète »14. En outre, le contact avec l’Ouest et l’éloignement de la terre natale – dont souffrait la société décrite dans The Mimic Men – créèrent une population coupée de la culture d’origine. Si V. S. Naipaul appartient à la troisième génération d’Indiens trinidadiens, Ralph Singh, quant à lui, fait partie de la troisième génération d’Indiens isabelliens. Devenus les victimes de l’atténuation de leur culture ancestrale, tous deux se voient définitivement séparés, autant spatialement que temporellement, de celle-ci. L’héritage culturel reste, pour cause, coupé de son contexte originel et – pour reprendre le terme utilisé dans An Area of Darkness –, la notion de temps étant devenue obsolète, « suspendu », déraciné, dépourvu de tout lien réel avec le pays d’origine et son passé : « It was a country suspended in time […] »15. Quelque deux cents pages plus loin, le même récit de voyage – inspiré par le premier contact que Naipaul avait eu avec la terre des ancêtres – offre une vision qui s’avère plus généralisante et portant cette fois sur la place de la civilisation de l’Ouest dans la Caraïbe. Si l’auteur a auparavant associé le terme « suspendu » à la société indienne, il l’attache ensuite à la société britannique pour dénoncer une industrialisation – vue comme excessive – de l’Occident qui vient en opposition au traditionalisme des mondes orientaux :

  • 16 V. S. Naipaul, An Area of Darkness, op. cit., p. 210.

London remains Dickens’s city – how few writers since appear to have looked at the city ! There have been novels about Chelsea and Bloomsbury and Earl’s Court ; but on the modern mechanized city, its pressures and frustrations, English writers have remained silent. […] It is the theme, in the words of the novelist Peter de Vries, of city people who live and die without roots, suspended, “like the fabled mistletoe, between the twin oaks of home and office”16.

  • 17 Dans son récit historique relatant la révolution haïtienne de 1791-1803, C. L. R. James décrit la (...)
  • 18 « À première vue », car Naipaul ne s’interdit aucunement de démontrer que, malgré son désir profon (...)

11« Native culture there was none », déclarait C. L. R. James en 1963 pour rappeler l’extermination par les colonisateurs des populations aborigènes, qui avait entraîné l’élimination de toute trace culturelle antérieure à la création du Nouveau Monde17. Si pour C. L. R. James le sol antillais devient l’endroit où naîtra une nouvelle culture, issue de la communion des dominants et des dominés – toutefois sous le contrôle direct et incontestable des premiers –, les écrits naipauliens, quant à eux, tendent à présenter la Caraïbe en tant que lieu de rencontre entre deux civilisations, en tant que terrain – à première vue neutre – sur lequel se livre la bataille pour la suprématie culturelle18.

  • 19 Naipaul a toujours manifesté un intérêt inlassable pour les causes déterminant des changements dan (...)

12Naipaul choisit de mettre en avant dans The Mimic Men le lien toujours imparfait attachant le protagoniste à sa culture d’origine et à la culture fabriquée à l’arrivée du colonisateur britannique sous la forme d’une transition graduelle des réminiscences du traditionalisme indien au modernisme venant de l’Ouest. Les gestes parfois démonstratifs, nés d’une conviction ou du besoin de revendiquer ses racines culturelles – dans le cas du père de Cecil –, ou plus artificiels, nés du désir de se mettre en avant – dans le cas de Cecil lui-même –, finirent par créer l’image d’une culture ancestrale devenue presque immatérielle – parce que coupée de ses racines –, immobilisée telle les portraits sans vie accrochés aux murs de la maison. Par conséquent, outre la volonté d’étaler une appartenance, cette image contribue à mettre en lumière la distance qui sépare les générations présentes de leur héritage indien. À cet immobilisme culturel dû avant tout à la séparation de la terre d’origine – associée emblématiquement, à travers la galerie de portraits, à la culture orientale – vient s’ajouter l’influence de plus en plus forte exercée par le monde occidental, renforcée par la présence, au centre de l’intérêt de tous, de l’entreprise Coca-Cola, symbole parfait du capitalisme qui perce lentement mais sûrement dans cette société exclusivement traditionaliste au départ19.

13Ralph Singh saisit de fait parfaitement la distance qui se creuse graduellement entre les habitants de l’île d’Isabella et leur culture d’origine, au fur et à mesure qu’ils assimilent les coutumes et les normes occidentales. Ce processus se voit représenté, symboliquement, par les transformations survenues, entre l’époque de l’enfance et celle de l’âge adulte du narrateur, dans la maison appartenant à la branche maternelle de la famille. Les signes de religiosité, exhibés par la génération précédente afin d’honorer le passé et de tenter ainsi de préserver l’identité ancestrale, devinrent vétustes au contact de Cecil, le nouveau chef de la maison ; dans les mains de ce dernier, le foyer devint la preuve vivante du fait que la modernité avait pris le pas sur le traditionalisme :

  • 20 V. S. Naipaul, The Mimic Men, op. cit., p. 154-155.

My grandparents’house had changed. It had become a house of the young, mainly Cecil’s friends, the sons and daughters of business families like his own. […] These young people were of the new world. They made the photograph of Indian actors in the back veranda appear quaint and old ; the prints, of gods and maidens and swings in the flower-spangled lawns of white palaces outlined in splayed perspective, were of an antiquated piety20.

14Quelque trente ans plus tard, dans un article intitulé Reading and Writing, Naipaul revenait sur le thème de la transition graduelle d’un monde exclusivement oriental vers un monde vivant de plus en plus sous l’égide des influences occidentales, pour évoquer cette fois sa terre natale. Tel est le portrait qu’il dressait alors de la communauté indienne au sein de laquelle il grandit à Trinidad dans les années 1950 – avant qu’il eût décidé de quitter son pays natal afin de rejoindre l’Angleterre :

  • 21 V. S. Naipaul, « Reading and Writing », The New York Review of Books, vol. XLVI, n° 3, Feb. 18, 19 (...)

We were still full of the instincts of people of the Gangetic plain, though year by year the colonial life around us was drawing us in. […] Mangled bits of old India (very old, the India of nineteenth-century villages, which would have been like the India of earlier centuries) were still with me […]21.

15Force est de remarquer la similitude entre les deux images, la description faite par Naipaul des siens reprenant la vision attribuée en 1967 aux habitants d’Isabella : l’auteur associe à son île natale un immobilisme similaire à celui qui avait auparavant caractérisé son île fictionnelle.

16Tout comme pour la communauté de Ralph Singh, l’Inde ayant survécu dans la mémoire des contemporains Trinidadiens de Sir Vidia se voit de plus en plus diminuée par la présence grandissante de la culture de l’Ouest, introduite par ceux qui sont intervenus dans l’évolution naturelle des préceptes orientaux au moment de la colonisation.

ORIENT ET OCCIDENT : LA CONFRONTATION ENTRE L’INSTINCT ET LA RAISON

17L’absence d’une identification totale avec la civilisation de l’Ouest, pas moins qu’avec celle de l’Est, semble se justifier chez le protagoniste par la non-référentialité de ces mêmes civilisations, dont les origines se trouvent en Angleterre pour la première, et en Inde pour la seconde. Si l’implantation de la culture occidentale sur la terre antillaise n’a nul besoin d’explication supplémentaire pour justifier la distance séparant l’ensemble des préceptes assimilés à Isabella et leur référent d’origine – britannique –, la question de la non-référentialité de la culture orientale devrait a priori engendrer un débat plus complexe. En effet, bien que coupée de ses racines territoriales et perpétuée par la seule mémoire des immigrés indiens, la culture de l’Inde ancestrale, présente à Isabella depuis trois générations, put se fixer solidement dans le sol antillais. Or, chez Ralph Singh et la communauté de laquelle il est issu il n’est nullement question de concevoir les attaches à l’Orient comme une appartenance à part entière. Naipaul lui-même vint éclairer la question en 1990 dans le dernier volet de sa trilogie sur l’Inde, India : A Million Mutinies Now. Il inscrivit son ouvrage, dès les premières pages, dans un contexte constitué de deux Indes, faisant par là même une distinction nette entre l’Inde « réelle », abandonnée par ses ancêtres trois générations auparavant et ayant entre-temps évolué en leur absence, et l’Inde « irréelle », recrée de toutes pièces sur le sol antillais :

  • 22 V. S. Naipaul, India : A Million Mutinies Now, London, Vintage Books, 1998, p. 7-8.

I grew up with two ideas of India. The first idea […] was about the kind of country from which my ancestors had come. […] This India was private and personal, beyond the India I read about in newspapers and books. This India, or this anxiety about where we had come from, was like a neurosis. There was a second India. It balanced the first. This second India was the India of the independence movement, the India of the great names22.

  • 23 V. S. Naipaul, « Our Universal Civilization », The New York Review of Books, vol. XXXVIII, No. 3, (...)
  • 24 Aimé Cesaire, Discours sur le colonialisme, suivi de Discours sur la négritude, Paris, Présence af (...)

18Le caractère instinctif, vu en tant que conséquence logique de son appartenance géographique à l’île d’Isabella, de par sa naissance, que Ralph Singh associait, à l’époque de son enfance, à la compréhension de son pays natal – conviction jugée ultérieurement erronée – fait en réalité partie d’une vision plus ample, qui serait caractéristique de la culture orientale perpétuée dans la Caraïbe. L’année suivant la publication du dernier volet de sa trilogie sur l’Inde, Naipaul définissait la vision du monde, telle qu’elle avait été cultivée par les descendants d’Indiens immigrés à Trinidad, et qui lui avait été transmise sur son île natale, comme étant exclusivement instinctive, « ritualisée ». Il convient de noter le rapprochement entre le mode de vie et la religion, tous deux dépourvus d’une dimension rationnelle. Dans ce contexte, l’approche instinctive de la vie acquiert une dimension profondément négative, car aveugle et aveuglée par la pratique automatique des traditions : « […] us, an Asian people, living instinctive, ritualized lives […] »23. Chacune des deux civilisations présentes sur l’île d’Isabella – qui rappelle par ailleurs parfaitement le contexte trinidadien qui fut celui de Naipaul – par l’intermédiaire de la mémoire ou de l’éducation coloniale cultive une approche différente du monde : le narrateur semble ainsi opposer la vision instinctive de la civilisation orientale à une vision plus rationnelle de la civilisation occidentale, introduite par « les maîtres provisoires » – pour faire appel aux termes d’Aimé Césaire – britanniques pendant la colonisation24.

  • 25 V. S. Naipaul, India : A Million Mutinies Now, op. cit., p. 2.

19En 1990, Naipaul offrit à ses lecteurs une vision indienne du monde aveugle, repliée sur elle-même et parvenant magistralement à ignorer les conditions extérieures. En d’autres termes, il offrait une vision en tout point contraire à ce que, à ses yeux, représentait l’Occident : « Often, in front of these shops, and below those signboards, was just dirt ; from time to time depressed-looking, dark people could be seen sitting down on this dirt and eating, indifferent to everything but food »25.

  • 26 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. 124, 103.
  • 27 V. S. Naipaul, The Mimic Men, op. cit., p. 127.

20À de nombreuses reprises, Ralph Singh, à la manière de son créateur dans sa trilogie sur l’Inde, critique le mode de vie de certains membres de sa communauté – proche de celui décrit par Naipaul en 1990 –, parce que dépassé, creux, « the vision based on no vision », pour reprendre les termes utilisés par l’auteur lui-même dans India : A Wounded Civilization, et s’opposant à l’approche plus rationnelle de la culture occidentale26. Bien qu’il désapprouve ce mode de vie, Ralph Singh en est encore contaminé, des années plus tard, dans sa vie politique. Pris dans l’engrenage de la lutte pour obtenir et surtout pour conserver le pouvoir, Ralph Singh et ses confrères politiciens se voient entraînés dans une attitude qui ignore le contexte et se concentre uniquement, conformément à la philosophie ancestrale, sur les aspects qui ont vocation à être vus à un moment donné : « Each territory produced its own symptoms of disease, its own fantastic growth. We lived with disease ; we had ceased to notice »27. À la manière de son personnage, Naipaul livrait trois ans plus tôt à son lectorat un rapprochement détaillé entre la philosophie indienne et sa propre vision du monde, digne héritière, selon toute évidence, de la première :

  • 28 V. S. Naipaul, An Area of Darkness, op. cit., p. 198.

[…] it was only in India that I was able to see this as part of the Indian ability to retreat, the ability genuinely not to see what was obvious : with others a foundation of neurosis, but with Indians only part of a greater philosophy of despair, leading to passivity, detachment, acceptance. It is only now, as the impatience of the observer is dissipated in the process of writing and self-enquiry, that I see how much of this philosophy had also been mine. It had enabled me, through the stresses of a long residence in England, to withdraw completely from nationality and loyalties except to persons ; it had made me content to be myself alone, my work, my name (the last two so different from the first) : it had convinced me that every man was an island, and taught me to shield all that I knew to be good and pure within myself from the corruption of causes28.

  • 29 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. 134.
  • 30 V. S. Naipaul, A Writer’s People : Ways of Looking and Feeling, New York, Toronto, Alfred A. Knopf (...)

21Sans pour autant se montrer en fervents défenseurs de la civilisation occidentale, Naipaul et son personnage semblent néanmoins privilégier l’approche rationnelle et analytique encouragée par l’Ouest au détriment de la plus traditionnelle – à leurs yeux vieillie – vision orientale. Le choix de favoriser la doctrine hindoue prônant la primauté de l’instinct signifierait, à leurs yeux, à la fois un retour aux vieilles valeurs et un retour en arrière. Une préférence pour l’approche occidentale, en revanche, encouragerait le renouveau et la réflexion. Cette nette distinction faite entre les visions orientale et occidentale – la balance tendant, dans ce cas en particulier, à pencher pour la seconde – n’empêcha néanmoins pas Naipaul de revenir sur cette comparaison en 1977, quand il eut à cœur d’insister sur l’importance et la nécessité du mode de vie instinctif dans les rudes conditions que les immigrés indiens avaient connues trois générations auparavant ; dans ce contexte, l’approche instinctive avait assuré leur survie29. Exactement trente ans plus tard, Sir Vidia abordait le sujet à nouveau pour prendre, une fois de plus, la défense de la vision orientale instinctive dans le but de justifier son importance pour la génération de ses grands-parents : « The immigrants lived instinctively ; and that undefined instinctive life made it possible for them to travel far from home […] »30.

PLURALITE CULTURELLE CONTRE IDENTITE HYBRIDE : VERS UNE NOUVELLE DEFINITION DE SOI

  • 31 V. S. Naipaul, The Enigma of Arrival, London, Penguin Books, 1987, p. 221.

22Qu’elles soient assimilées au passé ou au présent, rejetées ou défendues, choisies ou imposées par les circonstances extérieures, ces deux approches, désignées de manière suggestive par l’auteur lui-même en tant que « vision britannique » et « mode indien de regarder sans voir » – « an English way of looking » et « looking and not seeing : the Indian way », titres de deux des parties constituant A Writer’s People : Ways of Looking and Feeling –, se rencontrent, se croisent, se confrontent et surtout coexistent. Sans renier ses attaches avec les deux cultures, le narrateur de The Mimic Men, tout comme Naipaul lui-même, illustre néanmoins parfaitement le caractère incomplet de sa relation avec l’Orient et l’Occident à travers la représentation qu’il fait de son propre univers culturel, vu comme étant « à moitié anglais » et « à moitié indien » – pour faire appel aux termes utilisés par un autre personnage naipaulien en 1987 –, chaque moitié restant, de fait, imparfaite31.

  • 32 Charlie ROSE, interview with V. S. Naipaul, PBS, The Thirteen/WNET, New York, June 1st, 1994. L’an (...)

23Naipaul n’eut de cesse, tant dans sa fiction que dans ses écrits autobiographiques, de montrer son intérêt pour la pluralité culturelle. Ainsi, dans une interview télévisée accordée à Charlie Rose en 1994, évoquait-il la diversité caractéristique de sa terre d’origine et de l’univers au sein duquel il avait grandi, en précisant qu’il était devenu ainsi lui-même conscient de ses multiples attaches – avec son île natale, avec l’Inde et avec l’Angleterre – et désireux d’identifier sa propre place dans le monde contemporain. L’écrivain exprimait ouvertement l’idée de l’impossibilité, pour les membres de sa génération, d’être assimilés à une seule civilisation, de se définir à travers une base civilisationnelle unique ; en d’autres termes, il insistait sur l’impossibilité pour l’individu, quelle que soit sa terre d’origine, de s’approprier une « identité tribale » unique – « tribal identity »–, étant de fait rattaché à plusieurs noyaux culturels à la fois : « […] the world is full of people like me ; the whole New World is peopled by people in my situation. […] People who contain many strands in their cultural make-up »32. Partant du postulat que cette vérité s’appliquerait premièrement et essentiellement aux populations du Nouveau Monde, Naipaul généralise cette optique pour laisser entendre que, suite aux mouvements de l’histoire, ainsi qu’à la rencontre de différentes cultures, l’existence d’une diversité culturelle englobée dans un même individu serait une caractéristique de l’époque moderne.

  • 33 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. ix-x.

24La volonté de Sir Vidia, telle qu’illustrée ci-dessus, semble en effet être d’attacher une dimension positive à la diversité culturelle dont il se considère le produit. La comparaison faite entre sa propre situation et celle de tous les résidents du Nouveau Monde et, par extension, du monde entier, a pour vocation de démontrer que Naipaul, avec ses attaches culturelles multiples, ne fait toutefois pas figure d’exception, son cas n’ayant rien de singulier. Cette vision positive de la diversité culturelle énoncée par l’écrivain – à travers le parallèle entre sa propre condition et celle de ses semblables – s’avère néanmoins absente chez Ralph Singh, qui semble revendiquer ou pour le moins reconnaître ses attaches avec les traditions ancestrales et occidentales, sans pour autant parvenir à en constituer un tout cohérent. « India is for me a difficult country. It isn’t my home and cannot be my home ; and yet I cannot reject it or be indifferent to it ; […]. I am at once too close and too far »33. Ces lignes, écrites en 1964, résument parfaitement la relation – d’éternel rejet et d’infinie attirance – que Ralph Singh entretiendra, trois ans plus tard, avec, d’une part, la culture orientale ancestrale et, d’autre part, la culture occidentale. L’héritage culturel, non pas syncrétique mais hybride, sera bivalent, avec une composante orientale, restée partiellement étrange à ses yeux, et une composante occidentale, partiellement étrangère.

Notes

1 V. S. Naipaul, The Mimic Men, London, Penguin Books, 1969, p. 243-244.

2 Samuel Huntington, « The Clash of Civilizations ? », Foreign Affairs, vol. 72, n° 3, Summer 1993, p. 23-24. Selon Huntington (p. 24-25), la Caraïbe anglophone représenterait une civilisation à part entière, l’une des sept ou huit qui marqueront l’avenir du monde.

3 Stuart Hall, « Cultural Identity and Diaspora », in Padmini Mongia (dir.), Contemporary Postcolonial Theory : A Reader, London, New York, Sydney, Auckland, Arnold, 1997, p. 110-112.

4 Ibid.

5 L’attention particulière que le personnage accorde à la branche maternelle s’explique par son attrait pour la position privilégiée que celle-ci détient dans la société isabellienne.

6 V. S. Naipaul, The Mimic Men, op. cit., p. 99.

7 « I also believe it was the last act of his special piety : the cinema showed mainly Indian films », ibid., p. 165.

8 Ibid., p. 92.

9 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, London, New York, Ringwood, Toronto, Auckland, Penguin Books, 1979, p. 10.

10 Dans l’introduction à son ouvrage consacré à l’approche naipaulienne de l’expérience de l’exil, Timothy F. Weiss fournit, en 1992, sa propre définition de la relation que l’expatrié pourrait entretenir avec la culture d’origine et la culture d’accueil. Ainsi décrivait-il la position de l’exilé face aux deux cultures qui représenteraient le passé et le présent de l’immigré : « To be on the margins is to be part of yet not part of ; in the self’s encounter with others, the exile can live a “double exteriority” for he or she belongs to two cultures without identifying wholly with either ». Timothy F. WEISS, On the Margins : The Art of Exile in V. S. Naipaul, Amherst, the University of Massachusetts Press, 1992, p. 13.

11 V. S. Naipaul, The Middle Passage : The Caribbean Revisited, New York, Vintage Books, 2002, p. 64.

12 V. S. NAIPAUL, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. 123.

13 V. S. Naipaul, An Area of Darkness, London, Basingstoke, Oxford, Picador, 2002, p. 55. Naipaul met certes en lumière l’ampleur du mimétisme chez la population indienne, mais tient en même temps à préciser que ce même mimétisme avait été, pour ce peuple ayant connu des siècles de domination étrangère, une condition sine qua non de survie.

14 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. 126.

15 V. S. Naipaul, An Area of Darkness, op. cit., p. 21. Fruit du hasard, le même terme – « suspended »– fut utilisé dès 1963 par V. S. Pritchett pour désigner non seulement les réminiscences indiennes chez les communautés d’immigrés dans la Caraïbe, mais aussi l’ensemble des personnages naipauliens créés jusqu’à cette date. V. S. Pritchett, « Climateric », New Statesman, vol. LXV, n° 1681, May 31, 1963, p. 831-832.

16 V. S. Naipaul, An Area of Darkness, op. cit., p. 210.

17 Dans son récit historique relatant la révolution haïtienne de 1791-1803, C. L. R. James décrit la rencontre entre le colonisateur et le colonisé, et se penche sur le processus de création d’une nouvelle culture résultant de cette union. Cet enfant de la Caraïbe insiste sur la singularité des Antilles en tant que territoire conquis – toute trace culturelle ayant été éradiquée suite au dépeuplement – ; une nouvelle culture fut créée à partir, l’auteur tient à noter, du seul modèle qui était proposé à la population colonisée, celui de son colonisateur : « The West Indies has never been a traditional colonial territory with clearly distinguished economic and political relations between two different cultures. Native culture there was none. The Aboriginal Amerindian civilization had been destroyed. Every succeeding year, therefore, saw, the labouring population, slave or free, incorporating into itself more and more of the language, customs, aims and outlook of its masters ». C. L. R. James, The Black Jacobins, New York, Vintage, 1963 [2nd éd.], p. 405.

18 « À première vue », car Naipaul ne s’interdit aucunement de démontrer que, malgré son désir profond de préserver son identité ancestrale, sa communauté fictionnelle se dirige vers une modernisation qui affaiblira de plus en plus ses liens déjà fragiles avec les origines.

19 Naipaul a toujours manifesté un intérêt inlassable pour les causes déterminant des changements dans le fondement d’une culture, ainsi que pour les conséquences des interactions entre différentes civilisations, accordant une attention particulière à ses pays d’origine. Ainsi, dans son récit de voyages The Middle Passage, l’écrivain reconnaît l’absence de dynamisme culturel à Trinidad, tout en précisant que la responsabilité de cette situation incombe à la colonisation, qui a conduit à la transplantation d’Indiens sur le sol antillais et à leur éloignement de la culture mère. En d’autres termes, rien de surprenant à ce que les traditions ancestrales acquièrent une dimension statique lorsqu’elles sont coupées de la source qui les nourrissait auparavant : « […] spiritually static because cut off from its roots […] ». V. S. Naipaul, The Middle Passage : The Caribbean Revisited, op. cit., p. 80.
À la fin de la décennie suivant la publication de The Mimic Men, l’auteur revient sur les causes qui ont contribué, dans son optique, à l’atténuation de la culture indienne, qui perd de plus en plus de terrain devant l’influence de plus en plus forte de l’Ouest. Un bon nombre de domaines culturels, explique-t-il, en prenant l’exemple de la peinture en Inde, ont été ainsi affectés par le contact avec l’Occident et ont fini par devenir dépendants de la culture de l’Ouest. V. S. Naipaul, « Indian Art and Its Illusions », The New York Review of Books, vol. XXVI, n° 4, Feb. 22, 1979, p. 6.

20 V. S. Naipaul, The Mimic Men, op. cit., p. 154-155.

21 V. S. Naipaul, « Reading and Writing », The New York Review of Books, vol. XLVI, n° 3, Feb. 18, 1999, p. 13.

22 V. S. Naipaul, India : A Million Mutinies Now, London, Vintage Books, 1998, p. 7-8.

23 V. S. Naipaul, « Our Universal Civilization », The New York Review of Books, vol. XXXVIII, No. 3, Jan. 31, 1991, p. 23.

24 Aimé Cesaire, Discours sur le colonialisme, suivi de Discours sur la négritude, Paris, Présence africaine, 2004, p. 8.

25 V. S. Naipaul, India : A Million Mutinies Now, op. cit., p. 2.

26 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. 124, 103.

27 V. S. Naipaul, The Mimic Men, op. cit., p. 127.

28 V. S. Naipaul, An Area of Darkness, op. cit., p. 198.

29 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. 134.

30 V. S. Naipaul, A Writer’s People : Ways of Looking and Feeling, New York, Toronto, Alfred A. Knopf, 2008, p. 79.

31 V. S. Naipaul, The Enigma of Arrival, London, Penguin Books, 1987, p. 221.

32 Charlie ROSE, interview with V. S. Naipaul, PBS, The Thirteen/WNET, New York, June 1st, 1994. L’année précédant cet entretien télévisé avait déjà vu l’écrivain exprimer, devant Dileep Padgaonkar cette fois, sa conviction selon laquelle, suite aux mouvements des peuples et à l’intrusion répétée de l’histoire, l’appartenance à une culture unique était désormais inconcevable : « Nobody really lives in a single culture ». Dileep Padgaonkar, Interview with V. S. Naipaul, « An Area of Awakening : V. S. Naipaul in Conversation with Dileep Padgaonkar », in Purabi Panwar (dir.), V. S. Naipaul : An Anthology of Recent Criticism, Delhi, Pencraft International, 2003, p. 56.

33 V. S. Naipaul, India : A Wounded Civilization, op. cit., p. ix-x.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540