Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ailleurs de l'autre

 | 
Claudine Le Blanc
, 
Jacques Weber

Voyageur arabe

Un Sindbad moderne ?

L’intertexte sindbadien dans le récit de voyage d’Hussein Faouzi

Cyrille François

Texte intégral

1Dans les imaginaires collectifs, deux personnages, que l’on compare volontiers, incarnent l’archétype du marin voyageur : Ulysse et Sindbad, si bien que de nombreux récits de voyage se réclament plus ou moins de l’une ou l’autre de ces « figures mythiques ». Ce que l’on peut considérer comme un cliché gratuit, ludique, un partage culturel invitant le lecteur à une entente, nous interroge dans une autre direction : celle des échos intertextuels ou interdiscursifs présents dans le récit de voyage.

  • 1 Bertrand Westphal, La géocritique : réel, fiction, espace, Paris, Les Éditions de Minuit, 2007, 27 (...)
  • 2 Hussein Faouzi, Un Sindbad moderne [1938], Diane Potier-Boès (trad.), Etiemble (préf.), Paris, Gal (...)

2Parcourant des terres et des mers déjà découvertes, à jamais privées de leur virginité édénique, le voyageur contemporain se place bien souvent dans les pas de ses prédécesseurs : dans le regard sur le lieu s’immiscent tous ceux qui ont balayé le même horizon. Le voyageur, quel que puisse être son souhait d’avoir un contact immédiat avec la réalité rencontrera presque toujours l’interférence du déjà-dit, du déjà-pensé relatif au lieu. C’est pourquoi le récit de voyage, prétendant faire valoir l’originalité d’un parcours, se trouve pris obligatoirement dans la trame de l’imaginaire. Ces problématiques, de l’ordre d’une « géocritique »1, s’appliquent tout à fait à Un Sindbad moderne2 de Hussein Faouzi dont il sera question ici.

3Publié intégralement en 1938, Un Sindbad moderne se présente comme un florilège des impressions de voyage du D r Hussein Faouzi (1900-1988), médecin du bord et biologiste – il était l’un des deux savants égyptiens à bord – d’une expédition océanographique qui eut lieu de septembre 1933 à mai 1934. Cette expédition, supervisée et subventionnée par l’océanographe anglais John Murray se composait de quarante personnes venues d’horizons divers – savants et marins –, sous la houlette d’un capitaine écossais. Elle parcourut la mer Rouge puis l’océan Indien, jusqu’aux Seychelles, en passant par les côtes africaines et Ceylan, avec pour objectif l’étude de la faune et de la flore sous-marines de l’océan Indien.

4À première vue donc, rien à voir avec le légendaire Sindbad : en guise d’éternel naufragé surmontant d’invraisemblables périls, un savant égyptien, embarqué sur un voilier – le Mabâhiss – de trois cents mètres et quatre cents tonneaux, se consacre pleinement à sa tâche de scientifique ainsi qu’à sa passion : l’observation des êtres humains. L’essentiel de la vie est maritime, façonnée par la promiscuité entre des hommes de cultures différentes, par la dureté du climat, la rigueur des travaux : la place dévolue à l’aventure semble bien restreinte.

  • 3 Au sens général, qui correspond à la transtextualité dans la terminologie de Gérard Genette.

5Dans ces conditions, le renvoi culturel à Sindbad, valorisant, viserait plutôt à emporter l’adhésion du lecteur qu’à établir un modèle. Néanmoins nous postulerons que le parrainage n’est pas si « innocent » qu’il en a l’air et convie, par l’entremise de l’intertexte3, à une lecture attentive à l’épaisseur interdiscursive du récit. Autrement dit : qu’est-ce qu’implique et révèle une mise sous tutelle de l’œuvre par la figure de Sindbad ? D’autres ouvrages publiés par Hussein Faouzi, intitulés Propos de Sindbad l’Ancien et Sindbad passe à l’Ouest confirmeraient, par la réitération de la référence, une présence plus ou moins latente de l’hypertexte, voire un dialogue avec les voyages de Sindbad.

IMPRESSIONS DE VOYAGE

  • 4 Dans son récit de voyage, il ne manque pas de rendre un hommage au meneur de cette lutte, Saad Zag (...)
  • 5 À cette époque, Hussein Faouzi fait un tour d’Europe des Instituts océanographiques. En 1931, à so (...)

6Commençons par quelques mots sur l’auteur : Hussein Faouzi s’est construit intellectuellement au confluent de l’Orient et de l’Occident ou, plus exactement, d’une certaine idée de l’un et de l’autre. Né au Caire, il fit ses études à l’université al-Azhar à l’époque de la lutte pour l’indépendance de l’Égypte, lutte à laquelle il participa4. Après avoir obtenu son doctorat en médecine ophtalmologique, H. Faouzi partit en Europe pour se lancer dans les sciences naturelles et se spécialisa en hydrobiologie et en zoologie5. Ce détour par l’Europe, dont il connaissait déjà une partie de la culture grâce à ses nombreuses lectures, accentua sa découverte de la culture gréco-latine.

7Hussein Faouzi est en quelque sorte l’héritier de la Nahda, qui avait vu l’Égypte du XIXe siècle se réformer par l’ouverture à l’Occident et qui connut des prolongements dans le premier quart du XXe siècle. Sa position politico-culturelle présage sa position en tant que voyageur et, ce faisant, l’éclaire : l’Orient est autant un Autre que l’Occident. À l’évidence, l’écriture d’Un Sindbad moderne doit beaucoup aux remous qui ont agité l’Égypte quelques années plus tôt et à l’accomplissement intellectuel que fut le voyage en Europe ; elle est redevable aussi au double mouvement, auquel prend part Faouzi, de libération de l’Égypte du joug anglais et de renouvellement politique et culturel sous l’influence de la culture occidentale. On suppose dès lors la complexité et l’ambivalence du regard du voyageur dans ses rapports à la fois avec l’Occident – rassemblant culture gréco-latine, idéal de civilisation et colonialisme – et avec l’Orient, rejeté lorsqu’il est perclus de traditionalisme rigide, mais empreint des rêves d’avenir de l’auteur.

  • 6 SM, p. 54.

8Un Sindbad moderne se présente comme une succession de courtes histoires ordonnées thématiquement. La narration ne semble pas suivre l’ordre chronologique du voyage – ou ne fait rien pour l’indiquer – et porte l’accent plus sur les impressions ressenties par le voyageur que sur la factualité du voyage en tant que parcours à travers l’espace. La représentation de l’espace géographique se résume à une succession désordonnée de lieux – Mombassa, Bombay, Ceylan, Karachi –, succinctement décrits. Pour le lecteur, la référentialité géographique se réduit à des points sur une carte somme toute assez nébuleuse. Hussein Faouzi fait de la sorte la dé/monstration d’un Orient mythique, « cet Orient immense »6 incarné dans une danseuse indienne. Dans cette conception généraliste d’un Tout homogène appelé Orient s’entend la dualité occidentale, orientaliste, d’une binarité claire entre deux mondes séparant l’Orient et l’Occident.

9H. Faouzi délaisse le compte rendu scientifique pour explorer la dimension humaine, émotionnelle, culturelle de cette expérience au long cours, ce qui a inévitablement pour conséquence d’estomper la dimension objective du voyage au profit d’une succession chatoyante, amusante ou grotesque de tableaux. La fonction de la référence consiste non pas à soutenir un effet de réel, à étayer une reconstruction exotique des paysages, des peuples, des habitus, mais bien plutôt à servir de déclencheur aux remémorations et aux réflexions du savant sur la différence culturelle. L’enchaînement des chapitres, quant à lui, répond à une organisation thématique autour des femmes, des pouvoirs locaux, des mythologies, tout cela étant subordonné à une réflexion sur la modernité.

10Cette succession d’impressions sert en effet un simulacre de discours anthropologique sur l’Autre. Chaque rencontre avec l’Ailleurs, possible grâce aux relâches ménagées au long du parcours, est l’occasion pour le docteur Faouzi d’effectuer une évaluation de la culture de l’Autre en fonction de ses critères de jugement humanistes.

  • 7 « Histoire de Sindbad le Marin », Les Mille et une nuits, trad. d’Antoine Galland, éd. de Jean Gau (...)
  • 8 La traduction d’Antoine Galland, publiée de 1704 à 1717, à l’origine du rayonnement mondial des Mi (...)
  • 9 À ce sujet, voir Les Mille et Une Nuits, vol. II, Jamel-Eddine Bencheikh et André Miquel (trad.), (...)

11C’est en ce point, sur le mode du rapport à l’Autre, qu’il est possible d’établir un rapprochement avec les voyages de Sindbad le Marin7. Pour le lecteur contemporain, ces contes appartiennent à la littérature merveilleuse, intégrés qu’ils sont aux Mille et une nuits depuis la traduction incontournable d’Antoine Galland8. Or, ces voyages fabuleux auraient été influencés lors de leur conception par des relations de voyage9. En les assimilant, la tradition du conte oriental les a donc indexés au domaine de la pure fiction, au détriment des discours idéologiques qui y étaient à l’œuvre.

  • 10 Sindbad échoue ou est abandonné à chaque fois sur une île, lieu de la frontière entre le réel et l (...)

12Loin d’être de simples aventures fantastiques, ces voyages prennent en charge un discours moins innocent qu’il n’y paraît : ils tirent leur matière de la rencontre contrastée avec une altérité radicale, jusqu’à en faire leur sujet de prédilection. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler que le voyage sur mer n’y est qu’un mode de transport permettant de franchir la frontière du réel vers le merveilleux ou, pour considérer les choses sous un autre angle, entre le monde civilisé, connu, normé, et le monde barbare – car tel est bien le merveilleux : le moment d’une altérité radicale. Cet univers étrange/r, dont les agents sont des animaux malfaisants ou monstrueux, vaut comme entité en relation dialectique avec le monde civilisé : peu importe le lieu exact, dans sa singularité, ce qui compte avant tout est le passage brutal, soudain – symbolisé par l’île10 – de la frontière entre le connu et le merveilleux, puis l’affrontement des périls extrêmes.

13L’économie de l’imaginaire dans Un Sindbad moderne répond à une représentation analogue de l’Ailleurs, celle d’un espace homogène où s’éprouve l’envers primitif, barbare, archaïque, de la condition humaine. À la différence de Sindbad, l’Ailleurs de Faouzi ne s’oppose pas tant à son pays natal qu’à sa civilisation rêvée : les travers de l’Orient qu’il découvre dans l’océan Indien lui rappellent cruellement ceux de son Égypte. À travers cette altérité révélatrice, à la fois proche et lointaine, le docteur Faouzi fustige les coutumes rétrogrades de l’Orient qui le statufient dans des modèles séculaires.

AVATARS DU DISCOURS ANTHROPOLOGIQUE : DE SINDBAD LE MARIN AU SINDBAD MODERNE

14Les histoires de Sindbad le marin fonctionnent intégralement dans l’opposition de Sindbad, emblème de l’homme civilisé – riche marchand donc homme d’une société moderne bâtie sur le commerce, doté d’une bonne éducation, musulman – aux périls de l’Ailleurs. Le merveilleux repose dans ces contes sur l’apparition de la monstruosité, laquelle a pour pendant les richesses fabuleuses dont cherche à bénéficier le marchand. Cette monstruosité n’est pas simplement de l’ordre de l’animal, allant du singe pervers jusqu’au reptile géant : elle est ce par rapport à quoi l’humanité se définit. Les singes et les monstres, comme le cyclope du troisième voyage ou l’ogre du quatrième voyage, ne sont pas dépourvus de traits comportementaux humains. À l’inverse, des personnages tels le vieillard de la mer dans le cinquième voyage ou les hommes-oiseaux, d’apparence humaine, sont aussi monstrueux que les animaux. Le monstre ramène à l’homme en ce qu’il est la manifestation métaphorique de la différence la plus totale dans l’échelle humaine, celle de la barbarie.

15Sous couvert du merveilleux, l’énonciation fondatrice des voyages de Sindbad participe donc d’un discours anthropologique sur l’Autre par lequel l’identité communautaire se légitime autant qu’elle se définit. Par ce processus de légitimation, le discours relève d’une éthique associant à l’altérité le malfaisant, la perversité, la monstruosité. Les voyages de Sindbad le Marin se soucient avant tout de ce qui résulte de la rencontre contrastée, violente, mouvementée, avec l’altérité superlative, c’est-à-dire qu’entre désastre et privilège, il n’y a pas de juste milieu.

16Cette binarité se retrouve dans Un Sindbad moderne mais nuancée, rationalisée en une opposition entre laideur barbare et beauté. Bien que Hussein Faouzi ne reproduise pas les excès du système sindbadien – son humour, sa culture, ses idéaux, son goût pour l’observation des âmes humaines n’en font pas un Sindbad des contes, homme dont la débrouillardise dissimule tant bien que mal son goût invétéré pour l’argent, son esprit obtus et son égoïsme – ses commentaires tournent essentiellement autour des catégories du civilisé/beau et du barbare/laid, déclinables sous d’autres variantes.

  • 11 SM, p. 54.
  • 12 SM, p. 92.
  • 13 Rappelons-nous que Sindbad le marin, quant à lui, entretient des rapports plutôt mornes, subis, av (...)

17Un Sindbad moderne, au-delà du rendu des émotions, porte une charge politique manifeste : il s’agit pour Faouzi de servir en cette occasion un discours vilipendant les travers de l’Orient – mais aussi de l’Occident – et appelant à effectuer le tournant vers la modernité. L’Inde est ainsi, pour le savant, l’occasion d’un détour à partir duquel il peut critiquer les mœurs, souvent liées à l’Islam, en vigueur en Égypte. La découverte de l’intimité de l’Inde constitue un moment fort du discours anthropologique en ce qu’elle exemplifie un Orient passéiste, parangon d’une civilisation atrophiée dans ses coutumes, courbée sous le poids des traditions ancestrales, entachée d’un art au mauvais goût criant. C’est un de ces « peuples qui pensent et sentent encore comme les ancêtres, et qui s’obstinent à croire que les vestiges de leurs civilisations éteintes ne relèvent pas seulement de l’archéologie, mais peuvent servir encore à vivre en plein XXe siècle »11. L’auteur n’a pas de mots assez durs pour clouer au pilori les pratiques barbares de ses propres concitoyens, surtout en ce qui concerne la condition des femmes. Bien qu’il se prétende plus Sindbad qu’Ibn Battûta12, Hussein Faouzil tient plus de l’infatigable voyageur arabe que du commerçant légendaire. Il ne rate jamais une occasion de louer la beauté et le charme féminins, tout en prônant la liberté pour la femme13, dont l’absence est le symptôme du mal communautaire :

  • 14 SM, p. 128

Si jusqu’à une date récente, nous remarquions la paille qui est dans l’œil de l’Europe sans voir le tronc de palmier qui est dans le nôtre, nous avions du moins quelque excuse, car les apparences étaient encore sauves à nos yeux obnubilés : la corruption rongeait notre vie sociale par le dedans en laissant, comme les termites, intacte la surface. Aujourd’hui le voile est tombé : nous constatons que « Purdah » [la ségrégation] pour la femme et la méconnaissance de ses droits n’empêchent pas les désordres sociaux14.

18Son engagement humaniste, quoiqu’en partie européocentriste, ne relève pas d’un endoctrinement aveugle, mais du choix librement consenti, élu, d’idéaux au nom desquels il réprouve différentes formes de traditionalisme. Sa vision d’une Inde enlaidie, atrophiée par l’hindouisme le renvoie immanquablement, par analogie, à la pratique de l’Islam traditionaliste, qu’il connaît en Égypte. L’une et l’autre religion s’associent comme symboles de l’Orient décadent.

  • 15 On retrouve un épisode de cette pratique rituelle dans Le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne

19S’en prenant, avec une courtoisie amusée, à Ibn Battûta, Faouzi vise un système conservateur de possession et de réification de la femme, notamment par la pratique tyrannique du mariage imposé et, comble de la barbarie, la coutume indienne qui veut que la veuve soit brûlée vive avec le cadavre du défunt mari15. L’analogie avec Sindbad le marin se fait rapidement : cet épisode rappelle celui du quatrième voyage du marin pendant lequel l’infortuné, devenu veuf, est enfermé dans le caveau de sa femme. Si l’on suppose que Faouzi a sélectionné les matériaux à raconter, il est probable que cette analogie ne soit pas fortuite : Faouzi se rattache, volontairement ou non d’ailleurs, à Sindbad tout en s’en distanciant par l’inversion des rôles sociaux – la femme à la place de l’homme – et la remotivation des actes : avec un peu de cynisme, on peut constater que peu importe à Sindbad la barbarie en tant que telle. Ce qui le gêne bien plus, c’est d’en être la victime. Ce en quoi Faouzi se distingue du modèle de Sindbad.

20Le choc de la rencontre avec l’altérité fait de la tentative, bafouée, avortée ou réussie, de comprendre cet Autre, l’enjeu principal du récit de Faouzi, mais absent des voyages de Sindbad le marin.

  • 16 SM, p. 89-90.

21Le rationalisme du savant égyptien, héritier de l’Europe des Lumières, peine à comprendre certaines coutumes et comportements collectifs comme, par exemple, les rites de l’enterrement chez les parsis ou encore l’obstination de certaines populations à vivre dans l’intimité de la mort, ce qu’il cherche à expliquer par la pulsion de vie : « La vie est une force envahissante, elle ne raisonne pas ; elle ne fait qu’occuper le vide que laisse la mort. Et les lieux qui, précisément, ont le plus besoin de la vie sont ceux que lui disputent la mort et le néant »16. Dans son système culturel de référence, Faouzi ménage une ouverture vers les autres modalités d’être-au-monde que celle ordonnée par la raison. Il opère un déplacement de la dualité civilisé/barbare vers l’autre paradigme qui en est inséparable : culture/nature. Au rapport axiologique est substitué le constat d’un état de nature présent en toute civilisation.

22Au regard des normes de la civilisation moderne, l’homme traditionnel, voire le « primitif », est inférieur à l’homme moderne. Mais, au regard de la spiritualité, le second est supérieur au premier. De même que la danseuse africaine nue, rejoignant son état naturel, se nimbe d’un charme autrement impossible, l’homme primitif entretient avec le monde une relation symbolique échappant à l’homme de culture. À l’un est réservé le domaine de la raison, de la vérité ; à l’autre celui de la croyance. Pour l’expliquer, Faouzi recourt justement à l’opposition structurante entre culture et nature :

  • 17 SM, p. 113.

[L]es croyances, pour les âmes simples et l’humanité primitive, et le sens artistique chez l’homme cultivé, sont le moyen d’atteindre un même résultat : faire vibrer l’âme de manière à élever l’homme au-dessus des sensations matérielles et des appétits corporels jusqu’aux sommets intellectuels qui sont le propre de cet animal raisonnable, favorisé par là sur tous ses confrères, les autres animaux. […] l’être primitif s’élève dans l’échelle humaine à mesure qu’il se spiritualise devant son fétiche, alors que Renan [l’homme cultivé par excellence] s’abaisse presque au niveau de l’animal n’était sa puissante intelligence qui lui indique le sens du recueillement du nègre devant son idole17.

23Cette citation explique la préférence de Faouzi pour le bouddhisme, religion de l’élévation de l’homme, à l’hindouisme, religion de l’aliénation par la métempsychose et le système de classe, productrice d’une humanité misérable.

  • 18 Y compris les marins qui s’ensauvagent pendant l’expédition et se re-civilisent à l’escale.

24La valorisation de l’art et de la culture ou, inversement, de la spiritualité comme moyen d’élévation de l’homme est au fondement du discours humaniste de Faouzi. Son approche de la différence culturelle – et c’est un pan de la modernité – ne doit rien à l’essentialisme : la barbarie guette chaque civilisation, chaque homme18. Ce qui implique que toute collectivité a le pouvoir de s’affranchir de sa condition.

25Notons enfin que son engagement en faveur de la modernité transparaît dans le choix linguistique : pour écrire son récit de voyage, Hussein Faouzi choisit non pas l’arabe classique, littéraire, réglé par l’’adab, mais le dialecte égyptien, la langue du peuple, celle qui exprime au mieux, selon lui, l’âme égyptienne.

À LA FRONTIERE DE LA FICTION

26Jusqu’ici nous avons abordé le dialogue du récit de Faouzi avec les voyages de Sindbad non dans la reprise d’un contenu effectif ou dans la réécriture hyper-textuelle sous forme de parodie ou de forgerie, mais dans l’énonciation d’un discours anthropologique sur l’Autre écartelé entre beauté – richesse pour Sindbad – et grotesque – monstruosité pour Sindbad.

27Un Sindbad moderne est bien le livre d’un humaniste, confiant dans ses valeurs personnelles qu’il prend comme étalon des cultures, sûr de ses goûts et non dépourvu d’ouverture d’esprit. Il faut également rappeler que Faouzi, fuyant toute doctrine, n’emprunte pas le ton docte d’un ethnologue. Humaniste, il l’est aussi en ce que sa sensibilité règle le pas de son écriture. C’est pourquoi il faudrait en revenir à cette idée « d’impressions de voyages », rapportées d’un ton plaisant, enjoué, amusé, quoique non dépourvu de gravité. Ces impressions, avons-nous constaté, servent un discours politique et culturel, plus subjectif que soucieux d’exactitude scientifique, mimant de loin le regard que Sindbad le marin porte sur l’Ailleurs. Le dialogue avec les voyages de Sindbad ne se limite pas à cela. À partir de tout ce qui précède, nous pourrions réfléchir à la part de fictionnalité d’Un Sindbad moderne.

28Le clivage courant entre référence et fiction ne renvoie que faiblement au fonctionnement effectif des textes : chaque genre joue de différents degrés s’échelonnant sur une échelle allant du plus rigoureusement objectif à ce qui se revendique de la manière la plus extrême comme fiction totale. Il n’est pas question ici de rentrer dans les détails : retenons simplement que le récit de voyage n’échappe pas à la règle d’un travail de l’objectif par le subjectif, d’une lecture du réel par l’imaginaire individuel et collectif. C’était déjà le cas pour les voyages de Sindbad. Dans cette perspective, la prégnance fictionnelle dans Un Sindbad moderne ne consiste pas en un mentir-vrai ; « fictionnalité » ici ne signifie pas fiction totale, si tant est que, tout comme son inverse le réalisme, elle existe, mais présence de la subjectivité, de l’imagination, du fantasme dans le discours, qui fait le champ de la littérature. Ce dont il est question ici, c’est donc de la poétique de la représentation comme modalité de la subjectivité.

29Hussein Faouzi n’hésite pas à accentuer la transformation de la réalité, à exagérer la subjectivité du regard dans des scènes où le grotesque a la part belle. Ce que l’on pourrait taxer de condescendance, d’arrogance, dans la hiérarchie omniprésente qu’il établit entre Occident et Orient, est relativisé par la légèreté de certains propos, par le goût de la dérision. Ce qui nous intéresse particulièrement ici, c’est que ces scènes semblent marquer les points culminants du travail de l’imagination – et donc de la fiction – à l’œuvre dans le récit. Elles se situent dans un lieu non précisé géographiquement, voire peut-être parfois erroné, ou inventé : annotant le texte, René Etiemble constate que ni le groupe d’îles Khoria Moria, ni Merbat et Hallaniya, deux de ces îles, ne figurent pas dans l’Atlas Universalis, sans oser déclarer ouvertement qu’elles n’existent pas. Ces îles sont le royaume improbable d’une quarantaine de personnes, avec un « gouvernement » composé de trois ou quatre hommes miséreux et affamés, bande famélique d’irréductibles préférant mourir de soif et d’inanition plutôt que de partir vivre ailleurs.

  • 19 SM, p. 90.

30Un autre royaume, habité par une communauté bien plus fantaisiste, fait l’objet d’une description de costumes hétéroclites et anachroniques. Une scène comique d’audience royale où le monarque autant que le D r Faouzi lui-même sont tournés en ridicule, dresse un tableau grotesque, invraisemblable, de cette « bande d’Ali Baba sur un îlot oublié des dieux et des hommes »19. On ne peut s’empêcher de penser à un gouvernement de satire ou de conte. Souvenons-nous d’ailleurs que dans les voyages de Sindbad chaque île abrite un royaume au fonctionnement singulier… Deux anecdotes mentionnant des rois de contes des Mille et Une Nuits invitent à faire le rapprochement ou confirment celui-ci. L’auteur oppose ces rois fantaisistes aux rois modernes, indiquant en quelque sorte la mesure à prendre de ces personnages. En sus du simple plaisir de l’histoire, ils représentent – au sens politique du terme – l’Orient de légende qu’il conviendrait, selon l’auteur, de destituer de son efficience réelle pour le maintenir dans le domaine du passé, du légendaire, de l’imaginaire.

31Si l’on ajoute à ces scènes grotesques, qui dépendent probablement en partie de l’imagination ou qui seront reçues comme telles par le lecteur, l’effet de flouté géographique dont fait preuve l’auteur, le goût pour les impressions fugitives ainsi que pour les légendes, nous pourrions en conclure que le texte est bien travaillé par une tendance à la fiction ou qu’il cherche à produire un tel rendu dans l’esprit du lecteur. Tout récit de voyage soit-il, il laisse à la fabula, qui peut être caractérisée non en fonction du mensonge et de la vérité, mais comme une prédominance de l’imaginaire personnel et collectif, une reconstruction subjective du passé et du présent, une place considérable.

32C’est dans ce cadre que l’on peut réfléchir à l’usage fréquent de récits véridiques et de légendes, parmi lesquelles on comptera Les Histoires de Sindbad le marin. Plus qu’appui du discours pseudo-anthropologique, l’intertexte constitue un véritable filtre à travers lequel l’auteur-narrateur lit le monde. Car l’inter-textualité n’est qu’une spécificité littéraire de l’évidence selon laquelle tout individu appréhende le monde par le médium de la culture, c’est-à-dire notamment par le biais du matériel narratif des mythes, des légendes, des contes et de la littérature écrite. La mémoire littéraire et culturelle intervient dans l’écriture comme pensée du monde ; et de cela Un Sindbad moderne ne se cache pas. Au contraire, il l’assume.

33On touche là à un nœud de dialogue avec les histoires de Sindbad, au point où, une fois dépassée l’hypothèse d’une simple référence ludique, on peut percevoir une autre intertextualité qu’idéologique : au niveau de la poétique de l’imaginaire et du réel. En suggérant un dialogue avec les voyages de Sindbad, il ne s’agit pas pour Faouzi de faire la reprise d’un discours propre au personnage des Mille et Une Nuits : l’auteur n’en a nul besoin et finalement le met à distance à plusieurs reprises. Il faut plutôt voir dans ces contes une médiation littéraire, entre émulation de l’écriture et inscription dans une tradition. Le travail du récit de voyage par la fiction, auquel participe l’intertexte, constitue une propriété du genre, plus ou moins évidente selon les cas, et de la littérature en général, ce que ce texte rend visible.

34En définitive, l’influence des voyages de Sindbad ne résiderait pas dans la répétition d’un imaginaire symbolique ni dans l’imitation d’un modèle. Il s’agit plutôt de l’héritage en grande partie conscient et assumé – le titre ainsi que les références dispersées dans le texte nous aiguillent dans cette direction – d’un genre de discours sur l’Ailleurs, entre merveilleux et monstrueux, dans un mélange de réalisme et d’imagination. La conséquence majeure de ce dialogue intertextuel est la relecture qu’il suppose des contes de Sindbad, une relecture attentive à ce qu’ils disent de l’expérience de l’étranger, certes, mais aussi de la poétique du réel et de l’imaginaire.

35Qu’en serait-il en dernière analyse de la modernité de ce Sindbad ? C’est d’abord, de façon évidente, celle d’une lecture humaniste du monde empruntant la médiation de regards multiples – dont celui du récit sindbadien. Cette lecture soutient une revendication politique d’évolution socioculturelle : c’est donc aussi la modernité d’un voyageur sensible, passionné par l’observation de la nature humaine, capable, dans l’ouverture sur l’Autre, de faire du voyage un apprentissage, sans se départir d’un humour fréquent ni du simple plaisir de raconter pour faire partager le bonheur d’une expérience. Mais c’est aussi et enfin la modernité d’un dialogue en forme de relecture d’un héritage littéraire, avec ce que cela implique de recréation – nutrition, mise à distance, interprétation.

Notes

1 Bertrand Westphal, La géocritique : réel, fiction, espace, Paris, Les Éditions de Minuit, 2007, 278 p.

2 Hussein Faouzi, Un Sindbad moderne [1938], Diane Potier-Boès (trad.), Etiemble (préf.), Paris, Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1988, 192 p. Les références à cet ouvrage apparaîtront désormais sous le sigle SM.

3 Au sens général, qui correspond à la transtextualité dans la terminologie de Gérard Genette.

4 Dans son récit de voyage, il ne manque pas de rendre un hommage au meneur de cette lutte, Saad Zaghloul, lorsque le navire fera escale aux Seychelles, lieu de résidence de Saad Zaghloul lors de son exil forcé.

5 À cette époque, Hussein Faouzi fait un tour d’Europe des Instituts océanographiques. En 1931, à son retour au pays natal, il est nommé directeur du département des Pêcheries à Alexandrie. Il participe par la suite à d’autres expéditions en mer Rouge. En 1941, il est nommé doyen de la faculté des sciences et professeur en biologie. En 1948, il fonde le département d’Océanographie. À ce sujet, pour plus de détails, voir le texte liminaire d’Alexandre Papadopoulo à la traduction française d’Un Sindbad moderne : « Métamorphoses d’un Sindbad », p. 17-30, ainsi que le site Internet suivant :http://www.vitiaz.ru/congress/en/thesis/73.html.

6 SM, p. 54.

7 « Histoire de Sindbad le Marin », Les Mille et une nuits, trad. d’Antoine Galland, éd. de Jean Gaulmier, Paris, Garnier-Flammarion, 1965, p. 228-291. Ces contes, constitués entre le ixe siècle et le xiie siècle, étaient sans doute d’origine persane. Originairement indépendants des Mille et Une Nuits, ils y furent intégrés par le premier traducteur de ces contes, l’orientaliste français Antoine Galland au début du xviiie siècle.

8 La traduction d’Antoine Galland, publiée de 1704 à 1717, à l’origine du rayonnement mondial des Mille et Une Nuits, a été en quelque sorte suscitée par Les Voyages de Sindbad : la lecture d’un manuscrit des voyages de Sindbad provoque l’intérêt de l’orientaliste pour les contes de ce type et le lance dans la recherche puis la traduction d’autres manuscrits.

9 À ce sujet, voir Les Mille et Une Nuits, vol. II, Jamel-Eddine Bencheikh et André Miquel (trad.), Paris, Gallimard, « La Bibliothèque de la Pléiade », 2006, p. 999.

10 Sindbad échoue ou est abandonné à chaque fois sur une île, lieu de la frontière entre le réel et le merveilleux, à la fois dans et hors du monde, cumulant les traits du familier et de l’étrangeté. À ce sujet voir André Miquel, Sept Contes des Mille et Une Nuits ou Il n’y a pas de contes innocents, Paris, Sindbad, coll. « Bibliothèque arabe », 1981, 295 p.

11 SM, p. 54.

12 SM, p. 92.

13 Rappelons-nous que Sindbad le marin, quant à lui, entretient des rapports plutôt mornes, subis, avec la gente féminine : il ne se marie lorsqu’il y est contraint par les coutumes du pays où il est accueilli.

14 SM, p. 128

15 On retrouve un épisode de cette pratique rituelle dans Le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne.

16 SM, p. 89-90.

17 SM, p. 113.

18 Y compris les marins qui s’ensauvagent pendant l’expédition et se re-civilisent à l’escale.

19 SM, p. 90.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540