Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ailleurs de l'autre

 | 
Claudine Le Blanc
, 
Jacques Weber

Voyageur turc

Une vision ottomane de l’Éthiopie en 1904, le récit de Sâdiq al-Mu’ayyad

Jean-Charles Ducene

Texte intégral

  • 1 Sadık ül-Müeyyed Azımzade, Habesh Seyahatnamesi, Istanbul, 1322 [1904]. Le texte a été partielleme (...)
  • 2 Sâdiq Bāshā al-Mu’ayyad al-‘Azm, Rihlat al-Habasha, Al-Qâhira, 1326 [1908], et réédition en 2001 s (...)
  • 3 Rex Seán O’Fahey, Arabic Literature of Africa, vol. III, Fasc. A, The Writings of the Muslim Peopl (...)
  • 4 Islam Ansiklopedisi, s. Habesh eyaleti, XIV, p. 363-367 (Cengiz Orhonlu).
  • 5 Selim Deringil, Les Ottomans et le partage de l’Afrique, dans Selim Deringil et Sinan Kuneralp, Th (...)
  • 6 Egin Deniz Akarlı, The Defence of the Libyan Provinces, in Deringil, S. et Kuneralp, S., ibid., p. (...)
  • 7 Haggai Erlich, Ethiopia and the Middle East, Boulder, 1994, p. 78.
  • 8 François Georgeon, Abdülhamid II, le sultan calife, Paris, Fayard, 2003, p. 198-207.
  • 9 Haggai Erlich, op. cit., p. 75-77.
  • 10 Dans le cadre de ses missions, Ménélik avait fait don d’animaux sauvages au sultan et un zoo avait (...)

1L’ambassade qu’envoie Istanbul à Addis-Abeba en 1904, sous la conduite de Sâdiq al-Mu’ayyad (ou Sadık ül-Müeyyed, si on préfère l’orthographe turque), est déterminée par un contexte politique bien particulier mais il en résulte aussi une exceptionnelle relation de voyage écrite par Sâdiq al-Mu’ayyad lui-même. En effet, l’auteur publie le récit de sa mission en turc dès 19041 et la traduction arabe paraît au Caire en 19082. Par la quantité des informations rassemblées et la qualité de l’observation, ce texte devient la source unique en turc et en arabe sur l’Éthiopie moderne3. Pourtant, le contexte qui avait présidé à cette mission était des plus politiques. Depuis la fin du xixe siècle, l’Empire ottoman voit ses territoires africains passer sous le contrôle des Européens malgré ses protestations4. À partir de 1884, il nourrit des craintes devant les appétits italiens en Libye5. En janvier 1902, les Ottomans pensent même que l’attaque italienne est imminente6. Or, l’Éthiopie venait d’être en butte aux entreprises coloniales de l’Italie et surtout elle avait défait cette dernière à la bataille d’Adwa le 29 février 1896. Il pouvait donc être intéressant pour Istanbul de tenter un rapprochement7. Par ailleurs, l’Éthiopie ainsi que la Corne de l’Afrique, possédaient des populations musulmanes et leur faire connaître l’intérêt que le calife-sultan Abdülhâmid II leur portait entrait dans la politique panislamique de ce dernier8. Sâdiq al-Mu’ayyad n’aura d’ailleurs de cesse d’évoquer le bon accueil que ces populations musulmanes – Somalienne, Danakil, Oromo, Argogé, Amharique – firent à sa mission. Du côté éthiopien, Ménélik II avait déjà tenté à plusieurs reprises de nouer des relations avec Istanbul, mais à propos de la chapelle que des moines éthiopiens occupaient au Saint-Sépulcre et que les Coptes revendiquaient9. Le négus avait envoyé une lettre à Abdülhâmid en 1889 et le ras Makonnen était passé par Istanbul en 189010. Ce cadre politique et diplomatique préside à la mission de 1904. Mais le récit que nous en avons doit beaucoup à la personnalité de son auteur, Sâdiq al-Mu’ayyad.

  • 11 Afrika Sahra-yı Kebirinde Seyahat, l’ouvrage a été traduit en arabe par un membre de la famille de (...)
  • 12 William Ochsenwald, The Hijaz Railroad, Charlottesville, 1980, p. 23.

2On peut dire qu’il est le produit du système éducatif ottoman réformé par la période des Tanzîmât et de la volonté d’Abdülhâmid de donner aux élites arabes une place dans l’empire. Sâdiq al-Mu’ayyad voit le jour dans une grande famille damascène en 1858, celle des al-Azm. Il poursuit ses études en Syrie, à Istanbul et à Berlin. Il parle le turc, l’arabe, l’allemand et le français. Il occupe plusieurs postes diplomatiques, notamment en Bulgarie. Il est envoyé en Libye en 1886 pour rencontrer le cheikh des Sanusis à l’oasis de Djaghbûb. Et en 1895, il y effectue une seconde mission dans l’oasis de Koufra. Le récit en est publié dans un journal en 1897 et sous forme de livre en 189811. Ensuite, Sâdiq al-Mu’ayyad est en charge de la réalisation de la ligne télégraphique12 du Hijaz et, à partir de 1902, il participe à la construction du chemin de fer du Hijaz. Il couche par écrit le récit de ses années dans la péninsule arabe, mais son manuscrit disparaît dans l’incendie de sa demeure à Istanbul. En 1904, il dirige la mission envoyée auprès de Ménélik II et on perd sa trace par la suite jusqu’à sa mort à Damas, en 1910 ou 1911.

LE VOYAGE EN ÉTHIOPIE

3La mission quitte Istanbul sur un bâtiment des Messageries maritimes le 15 avril 1904 pour être à Marseille le 22 avril. Elle repart pour Port-Saïd, où elle embarque sur le cuirassé français La Foudre à destination de Djibouti qu’elle atteint le 6 mai. Les Ottomans prennent le train pour Dire Dewa et continuent ensuite en mulets par Harar (11 mai) pour arriver enfin à Addis-Abeba le 4 juin. Après la rencontre avec le négus, la mission repart le 15 juin pour finalement rembarquer le 30 juin à destination de Suez. Elle est de retour à Istanbul le 16 juillet.

LE TEXTE

  • 13 Pour le développement du genre littéraire su seyahatnamesi au xixe siècle et l’influence de la lit (...)

4Le développement du texte suit la progression du voyage depuis le départ du narrateur d’Istanbul et constitue un journal de route. Ce sont ces anecdotes qui forment la trame du récit13 dont la structure est chronologique. Il y a très peu d’anamnèses, aucun enjeu dramatique, la narration est surtout descriptive. Malgré ce style diariste, l’auteur n’hésite pas à faire preuve d’humour ou à donner libre cours à sa pensée lorsqu’un incident ou une observation lui rappelle quelque chose. L’inconvénient majeur de ce type de narration est l’inclination de l’auteur à vouloir tout dire, d’où parfois des longueurs à propos des problèmes d’intendance ou des impedimenta qui ralentissent la progression de sa caravane. Il s’étend sur le climat, la mauvaise volonté des muletiers, les retards, etc. C’est aussi pour lui l’occasion de nombreuses descriptions des réalités de la vie éthiopienne. Ces digressions sont alimentées par des informateurs locaux indigènes ou des Européens établis sur place, mais l’auteur s’est aussi servi d’ouvrages européens sur l’histoire, la culture et les populations de l’Éthiopie.

L’ASPECT POLITIQUE

  • 14 Sâdiq al-Mu’ayyad, Rihlat, op. cit., p. 37-38.
  • 15 Ibid., p. 39-40.

5La portée politique du récit ne nous intéressera pas directement ici bien qu’elle ait certainement orienté la vision générale. Qu’il nous suffise de dire que l’auteur montre à son lecteur, en toute occasion, que les Européens comme les musulmans éthiopiens ont rendu hommage à l’ambassade qu’il conduisait, à cette mission du calife-sultan. Que les autorités françaises de Djibouti ou les ambassadeurs anglais et russes à Addis-Abeba accueillent solennellement cette délégation montre que l’Empire ottoman reste une puissance internationale, égale à ses pairs14. Que maintenant des Djiboutiens, des Somaliens, des Issas, des Danakils musulmans se pressent à la rencontre de Sâdiq al-Mu’ayyad, que des Somaliens viennent à lui spontanément lors de son séjour à Djibouti15 et se mettent à danser devant son hôtel en criant «Allâh akbar ! » montrent que Sâdiq al-Mu’ayyad est bien pour eux l’envoyé du calife, du premier d’entre les musulmans. Et au cas où le lecteur ne l’aurait pas compris, Sâdiq al-Mu’ayyad le lui rappelle lors de son arrivée à Harar, lorsque les Ottomans assistent à la prière du vendredi :

  • 16 Ibid., p. 83.

Les regards de tous ceux présents étaient tournés vers les membres de la délégation. Je ressentis une vive émotion, au point que les larmes me vinrent aux yeux lorsque j’entendis le prédicateur invoquer le nom de Son Altesse le sultan, et les deux mille croyants présents dire amen à son appel envers lui. C’est certes une habitude courante dans tous les royaumes musulmans, mais le pur Ottoman ne se maîtrise pas quand il entend ce nom magnifique prononcé avec respect et révérence dans des royaumes éloignés, séparés par des déserts et des mers, et ne possédant pas de liaisons directes avec les Ottomans. […] Il apparaît ainsi que les cœurs des croyants en un seul Dieu, qu’ils soient proches ou éloignés, sont liés dans cette position élevée par un attachement solide, basé sur la religion. Ce lien est si grand et cette foi si haute que tous les croyants ne forment qu’un seul corps16.

  • 17 Ibid., p. 156.
  • 18 Ibid., p. 141.

6Ce sentiment unitaire du monde musulman autour du sultan-calife est aussi perçu par l’auteur à Addis-Abeba lorsque des princes musulmans venus de la province méridionale de Djimma Aba Djifar viennent le trouver et s’entretiennent avec lui en arabe, « langue qu’ils maîtrisaient parfaitement17 » dit-il. Cet accueil chaleureux n’est pas seulement le fait de musulmans locaux mais aussi de musulmans étrangers, comme ces commerçants indiens qui sont les premiers à accueillir avec des fleurs la délégation à la capitale éthiopienne18. Ces remarques s’enracinent dans une réalité certaine mais elles acquièrent une autre portée quand on sait qu’Abdülhâmid travaillait à une politique intérieure et extérieure dont l’islam était le fondement. Au plan interne, il est jugé comme un facteur unificateur et, au plan externe, c’est un moyen d’attirer la sympathie des musulmans du monde entier et donc d’affermir l’influence potentielle de l’Empire ottoman face aux puissances occidentales.

L’ÉTHIOPIE : LE PAYS

7D’abord en train de Djibouti à Dire Dewa, et de là jusqu’à Addis-Abeba en caravane, notre voyageur prend la peine d’observer le pays qu’il traverse, percevant les changements de l’environnement, jugeant de la nature du sol, de la présence ou non d’eau. Il se complaît à nous peindre une nature luxuriante qui laisse les mots impuissants à la décrire :

  • 19 Ibid., p. 60.

Après cette gare, les arbustes situés sur le passage de la voie ferrée grandirent progressivement pour prendre la forme de belles forêts. […] J’ignorais le nom de ces nombreuses essences. Tous ces arbres poussent d’eux-mêmes sans intervention humaine. Nous en vîmes beaucoup abattus, couchés des deux côtés de la voie ferrée. Les ingénieurs les coupèrent pour ouvrir le passage. Le sol est quant à lui couvert de différentes sortes de plantes. On rencontre beaucoup de vignes, du jasmin et des plantes grimpantes qui montent aux arbres, formant des tunnels, des ouvertures naturelles et des pavillons émeraude, que les plus grands architectes de jardin sont incapables de copier, embarrassés devant cette nature merveilleuse. Ce spectacle unique et charmant se nuançait tout au long du trajet du train. Lecteur, tu as ce qu’il est possible à ma plume de décrire de ces constructions vertes, édifiées par la volonté du Créateur dont la puissance est magistrale ! […] Ce fut la première fois où, sur le continent africain, je vis des paysages comme ceux-là au point que j’oubliais même que j’étais en Afrique. Ce fut aussi la première fois que j’entendis des gazouillis d’oiseaux ressemblant à des cailles, à des pigeons et à des colombes mais dont j’ignorais les noms. Ils allaient d’un arbre à un autre dans des formes merveilleuses19.

  • 20 Ibid., p. 114, p. 119 et p. 125. L’antilope dîk dîk est une petite antilope brune. Philip Briggs, (...)
  • 21 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 70.
  • 22 Ibid., p. 72.

8Ne se limitant pas aux descriptions générales, il s’arrête aussi à la faune indigène comme ces singes velus, ces oiseaux aux couleurs et aux chants inouïs, à ces moineaux qui font des nids ressemblant à des boules suspendues, aux dindes et aux antilopes dik-dik propres à l’Éthiopie20. À court de vocabulaire pour nommer ces réalités inconnues, Sâdiq al-Mu’ayyad donne à son lecteur le nom éthiopien de l’animal ou de la plante, comme dans le cas de l’arbre qwäläqqwä dont les Européens retiraient un caoutchouc, en réalité l’euphorbe candélabre dont on extrait effectivement un latex jaune21. Ces paysages sont divers, les steppes désertiques alternent avec des milieux quasi paradisiaques et prodigues en richesses : « Au bout de deux heures, […] nous reprîmes la route. Chaque fois que l’on gravissait un palier dans la montagne, s’amplifiait devant nous la vision de la nature et des forêts magnifiques. On distinguait des arbres énormes. Lorsque nous atteignîmes le sommet, la forêt s’arrêta et apparurent devant nous de vastes terres s’étendant à perte de vue, recouvertes de villages et de cultures. Nous apprîmes que cette montagne que nous venions de gravir n’était autre qu’un plateau avec des pâtures en altitude. Les paysages devant nous avaient changé et je pensais que j’étais en Roumélie, du côté de la Turquie d’Europe ou que je me trouvais dans la plus belle des régions d’Anatolie à cause du nombre d’habitants et de l’épanouissement des cultures22 ». Cette comparaison avec la Turquie ou les mœurs des Ottomans reviendra à plusieurs reprises sous la plume de l’auteur.

L’ÉTHIOPIE : LES POPULATIONS

  • 23 Ibid., p. 65-66 (Somaliens), p. 73 (Gallas), p. 122 (Kerehyous), p. 125 (Argobés), p. 176 (Amharas (...)
  • 24 Ibid., p. 195.
  • 25 Ibid., p. 66.

9L’auteur perçoit bien que l’Éthiopie est faite d’une multitude d’ethnies dont les rapports sont parfois difficiles, voire belliqueux. Il croise ainsi des Issas, des Danakils, des Kerehyous, des Argobés, des Gallas (aujourd’hui appelés Oromos), et bien sûr des Somaliens et des Amharas23. Il est certain d’ailleurs que la prise de notes faite sur place a été revue par la lecture d’ouvrages ethnographiques européens car les divisions ethniques qu’il donne comme l’histoire de ces populations sont directement issues de la science européenne de l’époque. D’ailleurs, quand il s’étend sur les langues éthiopiennes, il en vient à citer les éthiopisants d’alors : Isenberg (1806-1864), Mondon-Vidaillet (1847-1910), Guidi (1844-1935), Praetorius (1847-1921) et Dilmann (1823-1894)24. Il connaît la bravoure et la rudesse des Somaliens mais cette dernière est mise sur le compte du milieu naturel et du mode de vie nomade. « Les Somaliens, comme les autres populations nomades, sont démesurément prétentieux. Les difficultés et les peines les portent à cela, l’âpreté continuelle de la vie nomade les conduit à une féroce protection de leur grandeur face aux citadins, qui jouissent des agréments de la ville. Ils les regardent, eux et leur engourdissement dans l’oisiveté et la vie facile, avec mépris et dédain25 ».

LES US ET COUTUMES

  • 26 Ibid., p. 71, p. 99, p. 110 et p. 154.

10Sâdiq al-Mu’ayyad porte un regard attentif à saisir le moindre événement dans la vie de la caravane ou dans les localités traversées et a fortiori lors de son séjour à Addis-Abeba pour rapporter des usages éthiopiens. Loin d’éveiller en lui un sentiment de réprobation, les usages sont notés, dénommés avec les mots du cru, voire expliqués. On a ainsi tour à tour la manière de faire du café, de porter les enfants, la cautérisation des bêtes blessées ou encore les funérailles26. Notons au passage l’a priori envers les Blancs :

  • 27 Ibid., p. 98.

Lorsqu’un indigène est touché par une maladie, il a recours au soin d’un homme blanc car le Blanc, selon eux, est médecin, chirurgien et peut tout faire. Malgré cela, ils détestent sa couleur. Quand ils s’emportent, ils jurent en disant : «tâdj awlâdj  ! » à savoir « esclave blanc  ! ». En somme, la couleur blanche est particulièrement exécrée, et spécialement par les populations noires d’Afrique centrale qui n’ont pas l’habitude du contact avec elle. Certaines d’entre elles pensent que l’homme blanc doit sa couleur à sa naissance avant terme, c’est-à-dire avant qu’il ne soit venu à maturité dans le ventre de sa mère. D’autres considèrent que la blancheur de l’homme blanc n’est que la conséquence d’une maladie sans laquelle il serait naturellement noir27.

  • 28 Ibid., p. 89.
  • 29 Ibid., p. 115 et p. 158.
  • 30 Ibid., p. 90.
  • 31 Ibid., p. 112.
  • 32 Ibid., p. 90.

11Bien qu’ayant leur propre cuisinier, nos Ottomans utilisent les produits locaux que le dergo28 leur apporte, c’est-à-dire cet impôt en nature que les villages sont tenus de verser quand ils sont traversés par des envoyés officiels. Trois boissons nationales sont décrites29, le tedj, le berz et le talal. Le tedj est une sorte d’hydromel fait à base de miel et fermenté avec la racine d’une plante éthiopienne le gesho (Rhammus pauciflorus) ou le saddo (Rhamnus saddo) ; le berz est aussi une sorte d’hydromel non alcoolisé, alors que le talal est une bière faite à partir d’orge et de feuilles de gesho. L’auteur précise que le berz est bu par les musulmans. Il détaille aussi les différents types de plats selon les couches sociales, la présence ou non de viande et de piment. Il précise la nature du pain éthiopien30, l’indjera, et sa fabrication à partir d’une espèce de millet, le tef, particulier à l’Éthiopie. Et l’auteur de noter que les musulmans ne mangent pas avec les chrétiens31. Il constate que ses caravaniers chrétiens ont la bien étrange coutume de manger cachés sous un tissu par crainte d’esprits mauvais, de démons32.

12Parmi les croyances populaires qui le frappent, il y a le bouda ou mauvais œil :

  • 33 Ibid., p. 190.

Quand un Éthiopien est touché par un problème nerveux ou par un léger égarement, on dit que le mauvais œil l’a frappé. On fait venir un prêtre spécial, comme celui des maladies. Quand ce religieux s’approche du malade, le mal augmente ou le malade s’agite au point que sa famille est obligée de le maintenir et de le tranquilliser. Le prêtre prend alors des bouts de plantes qu’il place sur le nez du malade et celui-ci les sent. Après quelques secondes, il dit : « Le mauvais œil d’un tel m’a touché  », et il cite le nom de quelqu’un. On envoie alors chercher la personne que le malade a désignée. On lui ordonne de cracher sur le malade et cela l’affranchit de sa maladie. On appelle celui qui jette un mauvais sort bouda33.

  • 34 Ibid., p. 180.
  • 35 Le kosso (Hagenia abyssinica) est une plante éthiopienne employée pour expulser les parasites inte (...)

13Et l’auteur continue en faisant la comparaison avec la croyance au zar qu’il a observée au Hijaz. Cette pratique similaire est connue sous la même dénomination dans toute la Corne de l’Afrique. Un incident amène Sâdiq al-Mu’ayyad à soigner un de ses hommes, puis à évoquer la médecine traditionnelle du pays34 que ce soit par les plantes, et notamment le kosso35 contre les vers, ou par des pratiques magiques administrées par des prêtres.

  • 36 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 179-180 ; Robert P. Skinner, Abyssinia of to-day, London, Éd. Arno (...)
  • 37 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 146-148, p. 168-173 et p. 183-186.

14Ceux-ci d’ailleurs, ainsi que l’organisation de l’Église éthiopienne, intéressent notre auteur36. La hiérarchie ecclésiastique est détaillée avec l’abouna ou métropolite, l’écagé, sorte d’autorité administrative et chef des moines du monastère de Dabra Libanos, et enfin le prélat d’Axoum qui couronne l’empereur. Si l’Éthiopie est chrétienne depuis l’envoi du moine Frumentius par l’impératrice Hélène, Sâdiq al-Mu’ayyad37 montre que le pouvoir éthiopien entretient les meilleurs rapports avec l’Arabie musulmane depuis l’époque de Muḥammad, en rappelant l’épisode de la « première hégire » et l’accueil amical que le négus d’alors offrit aux premiers compagnons du prophète en butte aux vexations des Quraychites encore idolâtres, selon la tradition musulmane. Sans les passer sous silence, Sâdiq al-Mu’ayyad minimise les conflits religieux en terre abyssine ou prête plutôt le mauvais rôle aux musulmans, comme au xvie siècle quand l’islam s’étend par les armes sous la conduite de l’émir Gragn, les Éthiopiens ne devant leur salut qu’à l’intervention portugaise, ou encore à une période plus proche de lui, entre 1887 et 1893, lorsque le Soudan mahdiste attaque l’Éthiopie et parvient à blesser mortellement le négus Yohannes IV en 1889. Sous la sage direction de Ménélik, la coexistence pacifique des deux communautés est garantie.

L’ÉTHIOPIE OFFICIELLE

  • 38 Ibid., p. 207-210.
  • 39 Ménélik, futur négus depuis la mort de Yohannes IV, mais pas encore couronné, signe et scelle le 2 (...)
  • 40 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 211-212.
  • 41 Le ras Makonnen (1852-1907) est un important noble éthiopien, vassal de l’empereur Ménélik qu’il s (...)
  • 42 Wäldä Giyorgis (1851-1918), est nommé Ras en 1893, voir The Encyclopaedia Africana. Dictionary of (...)
  • 43 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 46. Alfred Ilg (1854-1916) est un ingénieur suisse qui arriva en É (...)

15Il y a tout d’abord les personnalités et, en premier, l’empereur Ménélik et l’impératrice Tayto. La biographie et le portrait38 du premier sont flatteurs et montrent un souverain qui, issu d’une dynastie royale, est parvenu à se faire reconnaître comme négus et à faire l’unité du pays. C’est leur rôle dans la guerre contre les Italiens qui magnifie le plus l’empereur et l’impératrice Tayto, qui se montra inflexible face au comte Antonelli à l’occasion du litige sur l’article XVII du traité de Ucciali/Wechale39, motif du conflit40. À côté du couple impérial, il y les grands de l’empire comme le ras Makonnen41 ou le ras Wäldä42, ainsi que les Européens au service de Ménélik dont le Suisse Alfred Ilg43, ami et conseiller de l’empereur. Les rencontres ou les visites échangées avec les Éthiopiens sont l’occasion pour le narrateur d’observer les manières éthiopiennes, la place des serviteurs, ce qui fait l’importance sociale d’une personne.

ADMINISTRATION

  • 44 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 164-165.
  • 45 Abû Ishâq al-Shîrâzî (1003-1083) est un important juriste shaféite, dont le Kitâb al-tanbîh fî l-f (...)
  • 46 Etore Cerulli, La litteratura Ethiopica, Firenze, Sansoni, 1968, p. 176.

16Les pages consacrées à l’organisation administrative et judiciaire montrent un pays partagé entre l’application d’un code de loi, le Fetha Nagast («  Législation des rois  ») et des pratiques irrationnelles comme le lébasha. Selon les informations qu’il a recueillies, Sâdiq al-Mu’ayyad44 situe la rédaction du Fetha Nagast au milieu du xiiie siècle après J.-C. Il serait l’œuvre d’un clerc copte du nom d’As ‘ ad ibn ‘ Asâl. La première partie traite de l’Église et de la religion et la seconde de la justice civile. Il est fortement influencé par le shaféisme et en particulier par le livre al-Tanbîh d’Abû Ishâq al-Shîrâzî45. Pour Sâdiq al-Mu’ayyad, le terme fatâ venant de l’arabe fatwa, et nagûs désignant le négus, Fetha Nagast signifie « les fatwas du négus  ». Le Fetha Nagast est bien la traduction éthiopienne d’un traité de droit copte, écrit par un des membres de la famille des Ibn al-‘Assâl au xiiie siècle. Il fut traduit en éthiopien au xviie siècle46. Quant au lébasha, il s’agit d’un jeune garçon non pubère qui est drogué et dont la démarche somnambulique est censée conduire au voleur.

L’ARMEE ET L’ORGANISATION MILITAIRE

  • 47 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 197-203.

17Depuis son arrivée dans le pays avec la mise en place de son escorte jusqu’aux dernières pages de son récit où il donne l’histoire du conflit italo-éthiopien, l’armée a attiré l’attention de Sâdiq al-Mu’ayyad. Il décrit47 les uniformes, les armes (fusils Gras), le service militaire, l’organisation d’un camp, la discipline et les chants. La bravoure des soldats est à la mesure de leur sauvagerie :

Les soldats éthiopiens ont de monstrueuses pratiques en temps de guerre. En effet, ils émasculent les prisonniers sous prétexte de réduire la postérité des ennemis. On voit ainsi des soldats se bousculant pour apporter les testicules qu’ils ont coupés à leur adversaire afin d’en tirer gloire auprès de leurs chefs. Ils montrent beaucoup de courage et d’intrépidité. Lorsqu’on en rencontre deux qui se battent, il y en a toujours un qui dit vouloir castrer l’autre quand il l’aura vaincu. La plupart des prisonniers italiens qui sont tombés aux mains des Éthiopiens revinrent castrés. L’empereur Ménélik avait voulu abolir cette coutume sauvage et il avait donné des ordres dans ce sens mais il ne put l’éradiquer en une fois car le soldat qui peut émasculer un ennemi ne rapporte pas les testicules à son officier mais les pend à la porte de sa maison ou de sa hutte comme signe de sa victoire. Ils les pendent aussi aux poitrails de leurs chevaux ou de leurs mules. Quelques-uns les bourrent de terre pour leur donner plus de forme et les accrochent ensuite où ils veulent.

MODERNISATION

  • 48 Ibid., p. 208-209.
  • 49 Ibid., p. 160.
  • 50 Ibid., p. 101 et p. 223-224.
  • 51 Aleme Eshete, « A Page in the History of Posts and Telegraphs in Ethiopia », in Journal of Ethiopi (...)
  • 52 Guida dell’Africa orientale italiana, Milan, Officine fotolitografiche, 1938, p. 416-417 ; H. G. M (...)

18Mais le pays qui nous est donné à voir est aussi un pays qui se modernise par la volonté de ses dirigeants et en premier lieu de Ménélik, dont l’esprit d’initiative et le penchant pour les techniques nous sont montrés48. L’Éthiopie possède tout d’abord une nouvelle capitale dont l’emplacement a été choisi par l’impé-ratrice49. Et cette ville est déjà reliée au reste du monde par le télégraphe et le téléphone. Sâdiq al-Mu’ayyad s’est renseigné sur les lignes télégraphiques, dont l’une passe par Harar, Djibouti, Périm et puis l’Égypte, et l’autre par Asmara, Massawa et Périm50. Il y a aussi une ligne téléphonique51, œuvre d’Alfred Ilg, mais, en 1903, elle ne relie encore qu’Addis-Abeba et Harar. L’ouverture sur le monde d’Addis-Abeba se fait par le train, mais au moment où Sâdiq al-Mu’ayyad l’emprunte, la ligne qui part de Djibouti s’arrête à Dire Dewa, ce qui ne l’empêche pas de décrire en détails le service et les gares. Ce chemin de fer52 franco-éthiopien est lui aussi né de la rencontre de Ménélik avec Alfred Ilg. Ayant participé à la mise en place du télégraphe et, en partie, du chemin de fer du Hijaz, Sâdiq al-Mu’ayyad peut parfaitement juger de l’intérêt stratégique et économique de ces installations.

CONCLUSION

19Finalement cette relation d’ambassade devient à la fois un journal de voyage et un compendium d’informations sur la société éthiopienne du début du xxe siècle par la multitude de notes prises en cours de route ou par la suite. C’est aussi l’œuvre d’un haut fonctionnaire parfaitement formé par les programmes d’étude mis en place depuis les Tanzîmât. Son ouverture d’esprit, sa faculté d’observation vont de pair avec une volonté de décrire de manière quasi exhaustive toutes les facettes de la société éthiopienne. Qu’il tienne son information d’Éthiopiens, d’Européens installés sur place ou bien encore de ses lectures, il garde une grande distance avec son sujet et exclut tout jugement moral. Cette distanciation est par ailleurs renforcée par l’introduction de mots éthiopiens pour des réalités propres à ce pays. L’altérité religieuse est minimisée et l’histoire est rappelée pour montrer l’antiquité des bonnes relations entre les deux communautés : Sâdiq al-Mu’ayyad reconnaît à Ménélik le mérite d’avoir perpétué l’amitié entre les deux empires. Le pays qui est montré au lecteur ottoman est à la fois un partenaire potentiel et un modèle à suivre : il est pluriethnique, pluri-religieux, en voie de modernisation et a réussi – par la politique et par les armes – à maintenir éloignés les appétits coloniaux des puissances occidentales. Cet ouvrage de Sâdiq al-Mu’ayyad appartient bien entendu à la tradition des récits de voyages arabo-turcs qui connaît une renaissance au xixe siècle, mais il est aussi le fruit d’un esprit ouvert, curieux et singulièrement sans a priori.

Notes

1 Sadık ül-Müeyyed Azımzade, Habesh Seyahatnamesi, Istanbul, 1322 [1904]. Le texte a été partiellement réédité : Sadık el-Müeyyed, Habesh seyahatnamesi, Istanbul, Kanüs Gezi, 1999. Des contraintes informatiques nous ont obligé à adapter certaines lettres du turc et à simplifier le système de transcription de l’arabe.

2 Sâdiq Bāshā al-Mu’ayyad al-‘Azm, Rihlat al-Habasha, Al-Qâhira, 1326 [1908], et réédition en 2001 sous le titre Rihlat al-Habasha, min al-Astāna ilâ Adîs Abâbâ 1896 (sic), Beyrouth, Al-mu’asasat al-‘arabiyya li-l-dirâsât, 2001 ; c’est l’édition que nous citons. Nous préparons une traduction française de l’ouvrage.

3 Rex Seán O’Fahey, Arabic Literature of Africa, vol. III, Fasc. A, The Writings of the Muslim Peoples of Northeastern Africa, Leiden, Brill, 1903, p. 59-60 ; H. Ahmed, « The historiography of Islam in Ethiopia », in Journal of Islamic Studies, III/1 (1992), p. 40.

4 Islam Ansiklopedisi, s. Habesh eyaleti, XIV, p. 363-367 (Cengiz Orhonlu).

5 Selim Deringil, Les Ottomans et le partage de l’Afrique, dans Selim Deringil et Sinan Kuneralp, The Ottomans and Africa, Istanbul, 1990, p. 124.

6 Egin Deniz Akarlı, The Defence of the Libyan Provinces, in Deringil, S. et Kuneralp, S., ibid., p. 81.

7 Haggai Erlich, Ethiopia and the Middle East, Boulder, 1994, p. 78.

8 François Georgeon, Abdülhamid II, le sultan calife, Paris, Fayard, 2003, p. 198-207.

9 Haggai Erlich, op. cit., p. 75-77.

10 Dans le cadre de ses missions, Ménélik avait fait don d’animaux sauvages au sultan et un zoo avait été constitué au palais de Yıldız, voir François Georgeon, op. cit., p. 133.

11 Afrika Sahra-yı Kebirinde Seyahat, l’ouvrage a été traduit en arabe par un membre de la famille de Sadık ül-Müeyyed en 1902 sous le titre de Rihlat hazret sâhib al-sa ‘ âdat ‘ Azmzâda Sâdiq Bâshâ al-Mu’ayyad ilâ sahrâ’ifrîqiyya al-kubrâ, Istanbul, 1902.

12 William Ochsenwald, The Hijaz Railroad, Charlottesville, 1980, p. 23.

13 Pour le développement du genre littéraire su seyahatnamesi au xixe siècle et l’influence de la littérature européenne de voyage, voir Christoph Herzog et Raoul Motika, « Orientalism alla turca : late 19th/early 20th Century Ottoman Voyages into the Muslim “out back” », in Die Welt des Islams, 40 (2000), p. 139-195.

14 Sâdiq al-Mu’ayyad, Rihlat, op. cit., p. 37-38.

15 Ibid., p. 39-40.

16 Ibid., p. 83.

17 Ibid., p. 156.

18 Ibid., p. 141.

19 Ibid., p. 60.

20 Ibid., p. 114, p. 119 et p. 125. L’antilope dîk dîk est une petite antilope brune. Philip Briggs, Guide to Ethiopia, Chalfont St Peter, Bradt Publications, 1995, p. 13.

21 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 70.

22 Ibid., p. 72.

23 Ibid., p. 65-66 (Somaliens), p. 73 (Gallas), p. 122 (Kerehyous), p. 125 (Argobés), p. 176 (Amharas) et p. 152-153 (répartition ethnique).

24 Ibid., p. 195.

25 Ibid., p. 66.

26 Ibid., p. 71, p. 99, p. 110 et p. 154.

27 Ibid., p. 98.

28 Ibid., p. 89.

29 Ibid., p. 115 et p. 158.

30 Ibid., p. 90.

31 Ibid., p. 112.

32 Ibid., p. 90.

33 Ibid., p. 190.

34 Ibid., p. 180.

35 Le kosso (Hagenia abyssinica) est une plante éthiopienne employée pour expulser les parasites intestinaux, mais sa toxicité est telle qu’elle provoque parfois de graves effets secondaires, Le roi Salomon et les maîtres du regard. Art et médecine en Éthiopie, Paris, RMN, 1992, p. 32.

36 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 179-180 ; Robert P. Skinner, Abyssinia of to-day, London, Éd. Arnold, 1906, p. 166-167.

37 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 146-148, p. 168-173 et p. 183-186.

38 Ibid., p. 207-210.

39 Ménélik, futur négus depuis la mort de Yohannes IV, mais pas encore couronné, signe et scelle le 2 mai 1889 les exemplaires éthiopien et italien du traité d’Uccialli (ou Wechale, selon l’appellation éthiopienne de l’endroit). Ce traité devait être ratifié et entrer en vigueur après le couronnement de l’empereur. Mais l’article XVII posait problème car la version italienne faisait de l’Italie le seul et nécessaire intermédiaire entre l’Éthiopie et le monde extérieur, établissant en quelque sorte un protectorat italien sur le pays. Après cette signature, l’Italie fait connaître le traité aux grandes puissances. En juillet 1890, Ménélik se rend compte du problème et refuse de le ratifier. Des discussions ont lieu entre décembre 1890 et février 1891, mais Ménélik et Tayto sont intraitables. De guerre lasse, Ménélik dénonce globalement tout le traité le 27 février 1893 et le fait savoir aux puissances européennes. Harold G. Marcus, The Life and Times of Menelik II, Ethiopia 1844-1913, London, Oxford University Press, 1975, p. 114-134.

40 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 211-212.

41 Le ras Makonnen (1852-1907) est un important noble éthiopien, vassal de l’empereur Ménélik qu’il servit comme homme de guerre et comme diplomate. Il est le père du ras Tafarî, le futur empereur Hailé Sélassié (1930-1974).

42 Wäldä Giyorgis (1851-1918), est nommé Ras en 1893, voir The Encyclopaedia Africana. Dictionary of African Biography, New York, Reference Publications Inc., 1977, I, p. 142 (Harold, G. Marcus).

43 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 46. Alfred Ilg (1854-1916) est un ingénieur suisse qui arriva en Éthiopie en 1878 à la demande de Ménélik, alors roi du Shoa. Il devint son conseiller et son bras droit pour les questions techniques. Il est ainsi à la base du chemin de fer franco-éthiopien et de l’approvisionnement en eau d’Addis-Abeba. Il fut fait chancelier d’État en 1897, voir The Encyclopaedia Africana, I, p. 88-89 (P. Pankhurst).

44 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 164-165.

45 Abû Ishâq al-Shîrâzî (1003-1083) est un important juriste shaféite, dont le Kitâb al-tanbîh fî l-fiqh constitue encore aujourd’hui l’un des traités fondamentaux du shaféisme.

46 Etore Cerulli, La litteratura Ethiopica, Firenze, Sansoni, 1968, p. 176.

47 Sâdiq al-Mu’ayyad, op. cit., p. 197-203.

48 Ibid., p. 208-209.

49 Ibid., p. 160.

50 Ibid., p. 101 et p. 223-224.

51 Aleme Eshete, « A Page in the History of Posts and Telegraphs in Ethiopia », in Journal of Ethiopian Studies, XIII, 2 (1975), p. 1-16.

52 Guida dell’Africa orientale italiana, Milan, Officine fotolitografiche, 1938, p. 416-417 ; H. G. MARCUS, op. cit., p. 151-153.

Auteur

Université libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540