Desktop versionMobile version

L'ailleurs de l'autre

 | 
Claudine Le Blanc
, 
Jacques Weber

Voyageurs d'Amérique

À l’intérieur des terres, dans la mémoire. Une excursion chez les Indiens ranqueles de Lucio V. Mansilla (1870)

Annick Louis

Full text

  • 1 Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, « Avant-propos à la seconde édition », L’écriture de (...)
  • 2 Équivalent du français « créole », le mot criollo désigne les enfants d’Espagnols nés sur le terri (...)
  • 3 Je résume ici très rapidement la situation. Pour un panorama plus complet, voir : Leila Gomez, « T (...)

1L’écriture conquérante européenne, affirme Michel de Certeau dans L’écriture de l’histoire, a utilisé le Nouveau Monde comme une page blanche (sauvage) où écrire l’histoire occidentale, faisant de l’Amérique Latine le « corps historié » de ses blasons et de ses fantasmes1. Les chroniques et les récits de voyage ont été un des instruments de ce processus ; s’adressant au départ aux Européens, la constitution d’une caste de criollos2 conduira à un croisement de publics : les voyageurs venus d’Europe explorent l’Amérique et décrivent ce monde lointain à leurs concitoyens, mais leur regard intéresse aussi les Américains, curieux de voir comment ils sont perçus par cet Autre, qui incarne aussi leur origine. Avec la fin de la Colonie espagnole, les guerres d’indépendance et le développement commercial et technologique, le territoire américain devient l’espace des enjeux expansionnistes des empires européens, contexte dans lequel les voyageurs (naturalistes, géologues, géographes, astronomes, commerçants, cartographes, etc.) seront amenés à jouer le rôle d’intermédiaires entre l’altérité du Nouveau Monde et le public lettré des métropoles, contribuant ainsi à la construction d’une imagination impériale. Ces discours des voyageurs européens proposent de placer le centre culturel et géographique de l’Empire à l’apogée de l’évolution humaine, et contribuent à construire une « conscience planétaire », qui définit cette altérité du Nouveau Monde à partir de paramètres spatiaux et temporels spécifiques3.

  • 4 En ce qui concerne le concept d’élites lettrées en Amérique Latine, voir Angel Rama, La ciudad let (...)
  • 5 Sur cette question voir le récent ouvrage de Cristina Civantos, Between Argentines and Arabs, New (...)
  • 6 Ce célèbre naturaliste et explorateur argentin (1852-1919) qui explora la Patagonie et fut directe (...)

2À partir de l’Indépendance, les élites lettrées américaines vont se joindre au mouvement, et apporter de nouveaux regards sur le parcours du territoire, en dédoublant les espaces à explorer4. D’une part, il s’agit de parcourir l’Europe, voyage qui revêt un caractère initiatique, équivalent inversé des récits de la découverte du monde américain ; parfois leur « européisme » les conduit aussi vers l’Orient, puisque nous sommes dans la période où l’Orientalisme fait fureur en Europe5. D’autre part, ces lettrés racontent leurs déplacements à l’intérieur du continent américain, leur exploration des territoires récemment appropriés par les États-Nation, mouvement entamé dès la fin des affrontements civils qui ont suivi l’Indépendance, lorsque certains hommes politiques utilisent le récit de voyage pour établir un lien entre le système politique souhaité et la réalité du pays. L’appropriation d’un genre (le récit de voyage européen) marque ainsi celle d’un geste, dont la reprise détermina la constitution du récit de voyage en espace de dispute et de formation de l’État : pour les élites latino-américaines, le continent devient aussi une « page blanche », mais ce qui va s’y inscrire est tout autre : l’origine de l’état et la justification d’un système politique, voire l’essence et l’identité du pays en formation (et dans certains cas, l’origine même de l’homme, comme pour Francisco P. Moreno6).

  • 7 La bibliographie sur la littérature de voyage en Amérique Latine est vaste et variée, les études é (...)

3Ces deux formes de récits viatiques jouèrent donc un rôle essentiel dans la construction d’une identité nationale, et relèvent à la fois de l’expérience individuelle et de la projection vers la sphère politique et sociale. C’est pourquoi le récit de voyage devient, à la fin du XIXe siècle, un des enjeux de la transformation des sphères et de leur processus naissant d’autonomisation, à un moment où la littérature commence à s’émanciper de la politique, dont elle était dépendante jusqu’à ce moment-là7.

ORIGINES

  • 8 Josefina Ludmer, El cuerpo del delito. Un manual, Buenos Aires, Perfil/Básicos, 1999, p. 23-139. L (...)
  • 9 Les caudillos étaient de puissants propriétaires terriens et dirigeants politiques provinciaux.
  • 10 Voir l’ouvrage classique d’Adolfo Prieto (comp.), Proyección del rosismo en la Literatura argentin (...)
  • 11 Au sujet de la période qui s’étend de 1852 à 1880, voir Tulio Halperín DONGHI, Una nación para el (...)
  • 12 Je reprends ici les termes de « Blancs » et « Indiens » non pas à partir de critères raciaux, mais (...)

4Les années 1880 correspondent, en Argentine, au moment de la constitution de l’état moderne, période rebaptisée récemment par Josefina Ludmer « coalition de l’état libéral8 ». La période qui à la fois précède et prépare cette mise en place commence avec la défaite de Juan Manuel de Rosas, caudillo9 politique dont le régime s’étend de 1833 à 1852. Outre son importance dans l’histoire du pays, le régime de Rosas, présenté par ses ennemis et vainqueurs comme un état fondé sur l’abus et la cruauté, donc comme un état sans loi, marqua l’imaginaire et la littérature du pays10, et constitua un des enjeux culturels et littéraires essentiels de la mise en place de l’État moderne argentin, divisant les acteurs de la jeune république jusqu’à la fin du siècle. L’étape inaugurée avec la défaite de Rosas face à Urquiza lors de la Bataille de Caseros, en 1852 est, cependant, marquée par le conflit, et non pas par le consensus auquel on peut s’attendre lorsque l’objectif principal de la caste politique devient la construction de la nation ; pendant cette période mouvementée qui s’étend de 1852 aux années 1880, l’écriture constitue un espace de débat politique, culturel et social, alors que ces sphères restent intimement imbriquées. Il s’agit du moment où la question du destin des Indiens devient une priorité, puisque pour instaurer une économie libérale exportatrice de matières premières, le pays doit disposer du contrôle de son territoire. Or, une partie de celui-ci reste sous le contrôle des Indiens, dont l’organisation socio-économique va à l’encontre du système d’exploitation rurale qui est en train de devenir la base même de la richesse du pays11. Ce no man’s land ne l’était au fait que dans la perspective des Blancs : le territoire connu sous le nom de Tierra Adentro (l’intérieur des terres, l’arrière-pays) était en fait un monde vaste, où se réfugiaient les déserteurs, les délinquants et tous ceux qui refusaient le monde et la légalité des Blancs, et donc une zone de mélange et de cohabitation de cultures qui avait ses propres règles12.

  • 13 Né en 1831 à Buenos Aires et mort en 1913 à Paris, Mansilla était l’enfant aîné du colonel Lucio N (...)
  • 14 Una excursión a los indios ranqueles, Buenos Aires, Kapelusz, 1966. Pour une version française de (...)
  • 15 Lucio V. Mansilla, op. cit., p. 67.
  • 16 Littéralement, « ensemble de tentes ». Le mot toldos désigne les tentes des Indiens, et, d’une faç (...)
  • 17 Pour une synthèse en français de la situation des tribus araucanas, voir la Préface de Juan Carlos (...)
  • 18 Après sa défaite, Rosas s’exila en Angleterre, où il mourut en 1877. Il est difficile de trouver u (...)

5C’est d’une partie de ce territoire que Lucio Victorio Mansilla13, sans doute l’homme le plus original de sa génération, et l’écrivain le plus talentueux, va faire le portrait dans Une excursion au pays des Ranqueles, récit du voyage qu’il entreprit entre le 30 mars et le 17 avril 187014. L’objectif officiel de Mansilla est de ratifier un traité qu’il avait signé lui-même avec les Indiens, ce qu’il réussit à faire moyennant les efforts racontés dans le texte ; mais, comme il ne manque pas de le signaler lui-même, c’est là un prétexte, car il est surtout guidé par « le désir de voir de mes propres yeux ce monde qu’on appelle Tierra Adentro »15. Le but géographique était la toldería16 de Mariano Rosas, chef des tribus ranquelinas et fils du grand cacique Painé ; Mariano avait été capturé dans sa jeunesse par les hommes de Juan Manuel de Rosas et détenu dans son estancia (propriété rurale) del Pino, où Rosas devint son parrain selon la coutume des caudillos, raison pour laquelle il portait son nom17. Pour Mansilla, cette excursion est donc aussi, en quelque sorte, une réunion de famille, et un moyen de renouer avec son passé, puisque Rosas était son oncle et il avait grandi sous son régime et dans l’admiration de celui-ci qui était, d’ailleurs, toujours en vie lorsqu’il réalise son excursion18.

  • 19 Ce voyage est raconté dans De Adén a Suez, 1855 ; en 1861, il publie aussi ses « Recuerdos de Egip (...)
  • 20 « ¿ Por qué ? », Entre-Nos. Causeries del Jueves, Buenos Aires, Hachette, 1963, p. 47-82, citation (...)
  • 21 C’est en tout cas la version de Mansilla, racontée dans « De como el hambre me hizo escritor », En (...)

6La passion de Mansilla pour le voyage n’est pas nouvelle. Alors qu’il n’avait pas encore vingt ans, il avait visité l’Inde, l’Égypte, la Turquie, et, pour finir, l’Europe, où il séjourna en Italie, en France et en Angleterre19. Plusieurs versions circulent quant aux raisons pour lesquelles ses parents décident brusquement de l’envoyer en voyage, la plus connue étant celle que Mansilla raconta dans Entre nos. Causeries du jeudi : alors qu’il travaillait dans le saloir de son père, délaissant ses tâches pour se plonger dans la lecture, son père le trouva un jour en train de lire Le Contrat social (anecdote qui n’est pas sans rappeler Le Rouge et le Noir), et, après quelques jours de réflexion, finit par lui dire : « Mon ami, lorsqu’on est le neveu de Juan Manuel de Rozas [sic], on ne lit pas Le Contrat social, si on veut rester vivre dans ce pays ; ou alors, on quitte le pays, si on veut le lire et en tirer profit20 ». Peu après son retour de ce premier voyage, se produit, en 1852, la chute de Rosas, et Mansilla s’exile avec sa famille (pour peu de temps) ; à son retour, il entreprend la difficile tâche de se frayer un chemin dans la vie publique argentine21. La presque totalité de sa longue carrière va donc se dérouler après la chute de Rosas, dans le nouvel état libéral, fondé symboliquement sur le rejet du régime de son oncle.

  • 22 Atar-Gull o una vengaza africana, Buenos Aires, Imprenta de Bernheim y Boneo, 1864.
  • 23 Una tía : comedia de costumbres, Buenos Aires, Imprenta Bonaerense, 1864.
  • 24 Outre les oeuvres mentionnées, Mansilla écrivit une série d’opuscules sur l’armée et la politique (...)
  • 25 Les trois ouvrages classiques de la literatura gauchesca ont été publiés la même année, en 1872, c (...)

7L’écriture était une pratique qui marquait l’appartenance aux élites lettrées argentines de l’époque, et ne constituait nullement une activité autonome (mais il ne faut pas oublier qu’il n’existait alors aucun type d’autonomie des sphères sociales) ; cependant, le cas de Mansilla est particulier, d’une part en raison de son talent d’écrivain, et parce qu’il aspira à une « carrière littéraire » : il écrivit au moins une tragédie (Atar-Gull, représentée en 186422) et une comédie (Una tía, également de 186423). Par ailleurs, le journalisme n’a pas constitué pour lui une pratique latérale ; peu après son retour, alors qu’il s’oriente vers une carrière politique, un épisode dans lequel ses origines « rossistes » jouent un rôle détermine un changement de cap : le 22 juin 1856 il cause un scandale au Théâtre Argentin, provoquant en duel l’écrivain José Mármol, qu’il accuse d’avoir insulté sa mère dans son célèbre roman Amalia ; la justice le condamne alors à l’exil de Buenos Aires, ce qui amène Mansilla à se réfugier dans la ville de Paraná, où il commence sa brillante carrière de journaliste, profession qu’il n’abandonna jamais, et dans laquelle il eut bien plus de succès qu’en tant que militaire et homme politique. Una excursión a los indios ranqueles reste son œuvre la plus connue24, mais ce qui est moins souvent rappelé est le caractère fondateur qu’elle eue la littérature argentine et son influence dans la constitution du genre appelé gauchesca (littérature qui traite de la vie et des malheurs des habitants ruraux de la Pampa) : la galerie de personnages décrits par Mansilla à l’intérieur du pays, a été perçue par ses contemporains comme une véritable typologie, reprise par les hommes politiques et par les écrivains de l’époque25.

  • 26 Juan Manuel de Rosas, Diario de la expedición al desierto, Buenos Aires, Ediciones Pampa y Cielo, (...)
  • 27 Una excursión a los indios ranqueles, p. 53-61, citation page 60.
  • 28 Cette opposition est évidente dans l’étymologie des deux mots : « Excursio, onis : 1) excursion, v (...)

8Formellement, le texte se présente comme une série de lettres adressées à son ami Santiago Arcos, qui furent publiées dans un journal de Buenos Aires, La Tribuna, en 1870, et la même année sous forme de livre. À l’époque de cette excursion, Mansilla est un colonel de trente-neuf ans, dont le geste s’inscrit dans une tradition d’expéditions militaires au territoire indien, ayant donné lieu à des journaux et des rapports officiels – celui de son oncle Juan Manuel, entre autres, puisque Rosas dirigea une campagne militaire contre les Indiens en 1833, qui fut le fondement de son pouvoir économique et politique26. En tant qu’officier de l’armée, Mansilla rédige aussi un rapport officiel, intitulé « Cuadro completo del estado de los toldos » (« Tableau complet de l’état des toldos »), où sa vision de ce qu’on appelait « le problème (ou la question) des Indiens » est défendue de façon explicite et engagée : « Maintenant, quant à la possibilité que la paix dure, en prenant en compte le caractère des Indiens, leurs mœurs, leurs besoins, leur organisation sociale et leur façon de se gouverner, mon opinion est qu’elle peut durer et perdurer selon la prudence, la sagacité et la reconnaissance dont les agents du Gouvernement feront preuve par rapport à ces choses-là27 ». Manque, dans ce texte, une dimension essentielle à Una excursión a los indios ranqueles, le mouvement – c’est-à-dire l’empreinte narrative, puisque le rapport se présente, tel que son titre l’indique, comme un tableau (au sens pictural ou photographique). « Excursion » s’oppose ici à « expédition »28, parce que le voyage de Mansilla n’a pas pour but l’affrontement militaire, ni l’exploration géographique, même si ce regard n’est pas absent, mais aussi à « journal de voyage ». En effet, la publication ne commence que le 20 mai, une fois de retour, alors qu’il a été destitué de ses fonctions ; et même si les raisons pour lesquelles il l’a été ne sont pas, en principe, liées à son excursion, le banquet organisé par ses amis pour fêter le grand succès remporté par ses lettres est considéré comme un geste d’opposition au président Sarmiento. La publication dans un journal émancipe le texte de Mansilla des deux genres contre lesquels il se projette, et qu’il convoque en permanence – le rapport et son caractère « secret », le récit de voyage.

TERRITOIRES DE LA MEMOIRE

9Mansilla utilise l’exploration de ce territoire inconnu et des cultures qu’on y trouve pour explorer aussi la réalité politique présente du monde qu’il a laissé derrière lui, celui des Blancs et de la politique de la jeune république argentine. Grâce à l’excursion, le public participe aux débats privés de l’élite, et est amené à se familiariser avec le discours officiel, que Mansilla cite à propos de chaque question, le superposant à ses propres réflexions et à des points de vue qu’il a recueillis chez différentes connaissances (qui vont de l’Indien au noble européen, en passant par le gaucho illettré). Ce « corps à corps » avec le public de Buenos Aires ouvre un espace au débat public, tout comme la possibilité de démonter le discours officiel.

  • 29 J’analyse la question du genre dans Una excursión dans « Homo explorator. L’écriture “non-littérai (...)
  • 30 L’excursion de Mansilla constitue un épisode peu important au niveau historique, mais qui doit êtr (...)

10Ainsi, l’écart qui se met en place entre le rapport officiel de l’excursion et le texte publié dans le journal permet de saisir un des enjeux idéologiques essentiels de l’époque29 : immobiliser le portrait du monde de Tierra adentro équivaut à faire l’impasse sur l’histoire des cultures qui y sont installées, et aussi à nier l’histoire des relations entre Blancs et Indiens, qui fait ainsi apparaître la situation présente comme de longue durée et destinée à ne pas changer. Si Una excursión a los indios ranqueles se détourne de tout objectif militaire et stratégique, c’est en partie parce que l’inscription du déplacement géographique implique (et déploie) un mouvement temporel qui permet de rappeler que d’autres époques (celle de Rosas, par exemple) ont préféré d’autres solutions, et qu’un projet politique et économique qui répond aux intérêts d’une partie de l’élite se trouve à l’origine de l’idée que l’extermination est la seule solution30. Or, ce geste qui consiste à utiliser le déplacement géographique pour construire un espace qui permet de rappeler le passé, Mansilla va le réaliser aussi chez les Indiens, suscitant autant de violence et de résistance dans cette communauté que parmi les hommes politiques de Buenos Aires.

11Voyons d’abord ce qu’il en est du monde des Blancs. Le lien qui unit Mariano Rosas à Juan Manuel de Rosas n’est pas explicité par Mansilla avant leur rencontre ; le voyage vers ce chef indien est difficile, de nombreux obstacles d’ordre différent s’interposent, des délais surgissent (l’attente aux chap. 23 et 24), et Mansilla est même obligé de prouver à maintes reprises son identité, ce qu’il ne réussit vraiment à faire que lorsqu’il se trouve face à face avec Mariano, dans sa tente, et qu’il peut affirmer qu’il est le neveu de Rosas. Les chapitres 34 à 40 racontent leur entretien, ainsi que le passé de l’Indien, qui n’hésite pas à faire ce que Mansilla ne peut pas faire en 1870, et qu’il s’est gardé de faire jusqu’alors : rappeler ce lien de parenté qui l’unit à l’ancien dictateur, et le système économique qu’il défendait, qui permettait l’intégration des Indiens dans le monde d’exploittion rural des Blancs. Dans ce cadre, le parrainage joue un rôle essentiel, puisque parmi les Indiens cela impliquait l’adoption du nom, le fait de passer de la domination du père à celle du parrain – et aussi l’impossibilité de lever les armes contre le parrain. Rappelé par Mariano, le modèle de Rosas apparaît aussi sous forme de rêve, lorsque Mansilla se voit en empereur des Ranqueles au chapitre 32, lors de la première nuit qu’il passe à Leubucó, qui précède sa rencontre avec Mariano : Lucius Victorius Imperator, patriarche, pacificateur, « conquérant du désert », acclamé par les tribus de Calfucurá, partant à la conquête de Buenos Aires, rappelle fortement les caudillos et la figure de Rosas, à une époque où ce modèle est banni par la caste politique au profit d’un idéal de pouvoir libéral. Mais ce rêve de Mansilla est régulièrement interrompu par cet étrange personnage surgi du passé, qui le perturbe et dont il n’arrive pas à se débarrasser : le negro (noir) à l’accordéon, qui ramène Rosas au présent, sans que Mansilla ne puisse jamais le faire taire (chap. 34).

12Ce rappel de la période de Rosas, où celle-ci n’apparaît pas comme un État sans loi, régi par les caprices et les humeurs d’un homme tout-puissant et sans scrupule mais comme un système social organisé, bâti sur des principes politiques et économiques étrangers à ceux du capitalisme libéral, déclenche chez Mansilla un véritable procès de la culture des Blancs, dans lequel le discours officiel libéral et humaniste s’oppose à la vérité des intérêts économiques. On assiste ainsi à une mise en accusation des évangélisateurs des Indiens (chap. 35), à une critique de la situation des femmes et des mœurs sexuelles (au chap. 36), pour finir par une mise en question du système démocratique : Mansilla expose les idées de Mariano, qui considère que le gouvernement des Blancs est une dictature mais que les Indiens vivent en démocratie (chap. 38), et ajoute : « Je n’ai pas considéré nécessaire de corriger ses idées » (p. 322). On aboutit alors à un questionnement de ce qui se trouve au cœur des enjeux politiques et économiques de l’époque : les critères qui déterminent la propriété de la terre, qui amènent Mansilla à une relativisation radicale de la notion de race.

  • 31 La position de Mansilla devient insoutenable immédiatement, au point qu’il en vient à mentir délib (...)

13En ce qui concerne les Indiens, lors de l’assemblée générale avec les Ranqueles (chap. 54), Mansilla utilise le même recours, qui consiste à ramener et à incruster le passé dans le présent ; c’est le seul moment où la discussion est sur le point de se transformer en violence physique, les Indiens étant prêts à le contredire en utilisant la force. L’enjeu est aussi la propriété de la terre, qui apparaît ainsi comme la question essentielle dans les rapports entre Blancs et Indiens de la période. Les Blancs ne reconnaissent pas les droits des Indiens parce que, dit le discours officiel que Mansilla cite (du moins dans le texte), la terre n’appartient pas à ceux qui y sont nés mais à ceux qui la rendent productive – ce par quoi il faut, bien entendu, comprendre ceux qui la cultivent. Les Indiens répliquent en disant que les Blancs ne leur ont pas appris le travail, à quoi Mansilla répond en citant encore le discours officiel : les Indiens sont ignorants parce qu’ils ne savent pas lire et parce qu’ils ne connaissent pas leur propre histoire – ils ne savent pas que ce sont les conquérants espagnols qui ont apporté vaches et chevaux en Amérique (ce que Mansilla prouve, d’ailleurs, à partir d’arguments philologiques). En d’autres termes, ce qu’ils ignorent c’est que leur système économique et social – et dans une certaine mesure, leur identité culturelle – n’existe que depuis peu de temps, et que cette origine récente est liée à la colonisation31.

  • 32 Una excursión a los indios ranqueles, op. cit., p. 534-539.

14Ces affirmations de Mansilla ne sont pas sans ironie, puisque l’ouvrage rappelle que les Blancs nient également leur histoire, et que leur organisation sociale est aussi fondée sur une transformation de l’histoire en mythe symbolique. C’est aussi ce que le gouvernement actuel fait en refusant la spécificité de la période de Rosas en tant que système économique et politique, pour la transformer en passé mythique et l’utiliser comme fondement de l’État de loi. Malgré la description détaillée de l’assemblée, ce n’est que dans l’Épilogue que Mansilla livre la clé du traité et du discours de l’État qui propose l’extermination des Indiens, un moment qui met en évidence le caractère fictionnel de cette chronique. Le voyage est achevé, Mansilla rentre à Fort Sarmiento, il regarde le paysage avec les yeux de l’économie productive et non pas de l’esthétique ; c’est seulement alors qu’il raconte une conversation qu’il a eue avec Mariano Rosas, dans laquelle le cacique lui a montré une coupure de journal (de La Tribuna, où paraissent aussi les lettres de Una excursión) qui parle du projet de construction ferroviaire dans le pays. Mariano ajoute que le seul obstacle à une politique d’extermination est d’ordre matériel, l’État n’ayant pas encore les moyens techniques qui lui permettraient d’exterminer des populations dans leur totalité32.

À NOUS DEUX, MAINTENANT : MANSILLA DEVIENT ECRIVAIN

  • 33 Ibid., p. 66. C’est le caractère fragmentaire de l’écriture de Mansilla, souvent signalé par la cr (...)
  • 34 Ibid., p. 538.
  • 35 Il faut, cependant, noter certaines limites, notamment le fait que Mansilla ne perçoit pas comme u (...)

15Mansilla porte sur les Indiens un regard dépourvu d’exotisme, similaire à celui qu’il projette sur les Français, les Allemands, les Anglais, les Argentins, les Égyptiens, et qui a pour effet de démonter à la fois le racisme positiviste de l’époque et le racisme évolutionniste. L’unique hiérarchie qu’il postule est énoncée au tout début, sans explications ni précision aucune, et ne prend un sens que dans le développement de l’ouvrage lui-même : « Il y a des races et des nations créatrices, et des races et des nations destructrices33 » dit-il au début ; et, à la fin : « S’il est une chose impossible à déterminer, c’est le degré de civilisation auquel parviendra chaque race ; et s’il est une théorie conçue pour justifier le despotisme, c’est la théorie de la fatalité historique34 ». On ne peut pas dire que la célèbre opposition entre « civilisation et barbarie » ne soit pas présente dans Una excursión a los indios ranqueles, elle constitue un des enjeux majeurs du discours officiel des uns et des autres ; mais ces axes ne s’incarnent pas chez lui en des peuples, des nations ou des groupes sociaux. Mansilla passe en revue chaque pratique culturelle, comme le ferait un ethnologue, et rappelle les coutumes des différents groupes sociaux qu’il a connus35. Les frontières entre « barbares et civilisés » s’effacent, jusqu’à rendre une telle division vide de sens, puisque les Indiens, comme les autres, incarnent tantôt un axe, tantôt l’autre.

16Cependant, Mansilla n’hésite pas à prendre parti, à rendre explicite sa préférence pour la mode française, ranquelina, arabe ou allemande, à propos de détails vestimentaires, de la sexualité des femmes ou de la gestion du pouvoir, tout comme il n’hésite pas à rendre public son rejet de certaines habitudes des uns et des autres (voir, en ce sens, son dégoût face au contact physique entre hommes, habituel parmi les Ranqueles). On peut aussi dire que Mansilla voit des codes sociaux là où ses contemporains perçoivent des valeurs, sans pour autant se poser lui-même en observateur neutre et objectif. Et, dans ce vaste éventail de codes sociaux, la seule hiérarchie possible est déterminée par les goûts personnels, auxquels il rattache souvent son interlocuteur premier, Santiago Arcos, puis le lecteur, l’écriture publique ayant la possibilité de transformer des préférences personnelles en affaire sociale : lire Una excursión équivaut à réaliser le voyage dans l’espace et dans le temps avec Mansilla, à explorer la réalité des discours politiques de l’époque, et à conclure avec lui qu’ils mènent vers l’extermination des Indiens. Par ce biais, Una excursión a los indios ranqueles s’inscrit dans le débat sur le sort des Indiens, qui aboutira à la célèbre campagne d’extermination menée par Julio Argentino Roca en 1879.

Notes

1 Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, « Avant-propos à la seconde édition », L’écriture de l’histoire, Paris, Folio/Histoire, 2002 [1975], p. 9-12.

2 Équivalent du français « créole », le mot criollo désigne les enfants d’Espagnols nés sur le territoire américain.

3 Je résume ici très rapidement la situation. Pour un panorama plus complet, voir : Leila Gomez, « The Philosoper-Traveler : The Secularization of Knowledge in Spanish America and Brazil », A Companion to Latin American Literature and Culture, edited by Sara Castro-Klaren, Blackwell, 2008, et Mary Louise Pratt, Imperial Eyes : Travel Writing and Transculturation, New York, Routledge, 1992, à qui j’emprunte l’expression de « conscience planétaire ».

4 En ce qui concerne le concept d’élites lettrées en Amérique Latine, voir Angel Rama, La ciudad letrada, Hanover, Ediciones del Norte, 1984.

5 Sur cette question voir le récent ouvrage de Cristina Civantos, Between Argentines and Arabs, New York, Suny Press, 2005.

6 Ce célèbre naturaliste et explorateur argentin (1852-1919) qui explora la Patagonie et fut directeur du Musée anthropologique et ethnographique de La Plata était persuadé que la région de la Pampa et la Patagonie étaient le berceau de l’espèce humaine. Voir Ernesto Livon-Grosman, « Francisco P. Moreno : la fundación del Museo y los límites de la nación », Geografías imaginarias. El relato de viaje y la construcción del espacio patagónico, Rosario, Beatriz Viterbo Editora, 2003, p. 103-151.

7 La bibliographie sur la littérature de voyage en Amérique Latine est vaste et variée, les études étant organisées à partir de différents paramètres. Certains chercheurs s’attachent au parcours d’un voyageur européen en Amérique (Humboldt, Darwin, etc.), d’autres à celui d’un voyageur hispano-américain (en particulier dans la seconde moitié du xixe siècle) ; de nombreux travaux prennent pour organisateur un territoire précis (le Mexique, l’Argentine, la Patagonie, etc.), à partir d’une coupure diachronique ou synchronique ; dans d’autres cas, c’est le type de voyage qui intéresse (scientifique, touristique, etc.). Parmi les études les études les plus importantes, il faut mentionner : David Vinas, « La mirada a Europa : del viaje colonial al viaje estético », Literatura argentina y realidad política, Buenos Aires, CEAL, 1982 ; Àngel Rama, La riesgosa navegación del escritor exiliado, Montevideo, Arca, 1995 ; Adolfo PRIETO, Los viajeros ingleses y la emergencia de la literatura argentina 1820-1850, Buenos Aires, Sudamericana, 1996 ; Roberto Gonzalez Echevarria, Myth and Archive. A Theory of Latin American narrative, Durham and London, Duke University Press, 1998 ; Julio RAMOS, Desencuentros de la modernidad en América Latina, Santiago, Editorial Cuarto Propio, 2002 ; Abril TRIGO, Memorias migrantes, Rosario, Beatriz Viterbo, 2003 ; Beatriz COLOMBI, Viaje intelectual. Migraciones y desplazamientos en América Latina (1880-1915), Rosario, Beatriz Viterbo, 2004 ; Ernesto Livon-Grosman, Geografías imaginarias. El relato de viaje y la construcción del espacio patagónico, op. cit. ; Leila Gomez, Iluminados y Tránsfugas. Relatos de viajes y ficciones nacionales en Argentina, Paraguay y Perú, Madrid, Iberoamericana/Vervuert, 2008 (sous presse).

8 Josefina Ludmer, El cuerpo del delito. Un manual, Buenos Aires, Perfil/Básicos, 1999, p. 23-139. Le terme de « coalitio » ne désigne pas uniquement le groupe de jeunes écrivains de la « génération de 1880 », mais le réseau de positions et de sujets des fictions qu’ils écrivent. Ludmer propose de lire les rapports entre État et culture non pas dans les sujets réels mais dans les positions écrites dans leur littérature. Il s’agit d’une « coalition » d’écrivains qui écrivent des fictions pour l’État, et ces fictions produisent les « sujets » de l’État libéral ; l’État a besoin de ces fictions non seulement pour organiser les rapports de pouvoir mais aussi pour postuler ses propres définitions et alternatives.

9 Les caudillos étaient de puissants propriétaires terriens et dirigeants politiques provinciaux.

10 Voir l’ouvrage classique d’Adolfo Prieto (comp.), Proyección del rosismo en la Literatura argentina, Rosario, Universidad Nacional del Litoral, 1959.

11 Au sujet de la période qui s’étend de 1852 à 1880, voir Tulio Halperín DONGHI, Una nación para el desierto argentino, Buenos Aires, CEAL, 1982.

12 Je reprends ici les termes de « Blancs » et « Indiens » non pas à partir de critères raciaux, mais pour désigner des groupes sociaux identifiables, quoique pas homogènes, qu’il est impossible de regrouper sous d’autres termes à signification historique.

13 Né en 1831 à Buenos Aires et mort en 1913 à Paris, Mansilla était l’enfant aîné du colonel Lucio Norberto Mansilla, héros de la bataille de Obligado, et d’Agustina Ortiz de Rosas, sœur du dictateur Juan Manuel de Rosas.

14 Una excursión a los indios ranqueles, Buenos Aires, Kapelusz, 1966. Pour une version française de ce texte, voir : Une excursion au pays des Ranqueles, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2008, trad. par Odile Begué. Dans son excursion, Mansilla parcourut plus de 500 km ; partant de ce qui était Fort Sarmiento (aujourd’hui Villa Sarmiento), au Sud de la province de Córdoba, il continua à travers l’ouest de la province de La Pampa, puis par le sud de la province de San Luis, pour terminer à Leuvucó, proche de l’actuelle localité de Loventué, province de La Pampa (voir carte).

15 Lucio V. Mansilla, op. cit., p. 67.

16 Littéralement, « ensemble de tentes ». Le mot toldos désigne les tentes des Indiens, et, d’une façon plus générale leur habitat.

17 Pour une synthèse en français de la situation des tribus araucanas, voir la Préface de Juan Carlos Garavaglia à la récente édition française de l’ouvrage de Mansilla, « Préface à Une excursion au pays des Ranqueles », op. cit., p. 9-23.

18 Après sa défaite, Rosas s’exila en Angleterre, où il mourut en 1877. Il est difficile de trouver un équivalent de cette situation dans la vie politique française ; il faudrait imaginer par exemple une publication du Rouge et le Noir du vivant de Napoléon.

19 Ce voyage est raconté dans De Adén a Suez, 1855 ; en 1861, il publie aussi ses « Recuerdos de Egipto » dans la Revista de Buenos Aires.

20 « ¿ Por qué ? », Entre-Nos. Causeries del Jueves, Buenos Aires, Hachette, 1963, p. 47-82, citation page 81. Une autre version prétend que des amours inconvenantes seraient à l’origine de son voyage (il serait tombé amoureux d’une cousette française de seize ans avec laquelle elle tenta de fuguer ; découvert, on l’envoya chez son oncle, où il s’amouracha de sa cousine).

21 C’est en tout cas la version de Mansilla, racontée dans « De como el hambre me hizo escritor », Entre nos. Causeries du jeudi, op. cit., p. 102-110.

22 Atar-Gull o una vengaza africana, Buenos Aires, Imprenta de Bernheim y Boneo, 1864.

23 Una tía : comedia de costumbres, Buenos Aires, Imprenta Bonaerense, 1864.

24 Outre les oeuvres mentionnées, Mansilla écrivit une série d’opuscules sur l’armée et la politique argentines, les plus importants étant « Bases para la reorganización del Ejército Argentino », Buenos Aires, El Nacional, 1871, et « Reglamento para el ejército y maniobras de la infantería de Ejército Argentino », Buenos Aires, Imprenta y Librerías de Mayo, 1875.

25 Les trois ouvrages classiques de la literatura gauchesca ont été publiés la même année, en 1872, c’est-à-dire deux ans après Una excursión, et sont très marqués par cette oeuvre: El gaucho Martín Fierro de José Hernandez (dont une deuxième partie paraît en 1879), Los Tres Gauchos Orientales de Antonio Lussich, Santos Vega de Hilario Ascasubi. Sur la question, voir essentiellement, Josefina Ludmer, El género gauchesco. Un tratado sobre la patria, Buenos Aires, Sudamericana, 1986, que je remercie aussi pour ses observations sur le sujet.

26 Juan Manuel de Rosas, Diario de la expedición al desierto, Buenos Aires, Ediciones Pampa y Cielo, 1965. Je rappelle aussi que Mansilla écrivit de nombreux textes sur son oncle ainsi qu’une biographie : Rozas. Ensayo Histórico-Psicológico, Buenos Aires, Editorial Bragado, 1967 (écrite en 1904).

27 Una excursión a los indios ranqueles, p. 53-61, citation page 60.

28 Cette opposition est évidente dans l’étymologie des deux mots : « Excursio, onis : 1) excursion, voyage ; 2) a. mouvement qui consiste à aller vers l’auditoire ; b. Incursion, irruption, sortie ; 3) a. Possibilité de prendre de l’élan, de se donner du terrain ; b. Digression. Expeditio, onis : 1) préparatifs de guerre, campagne ; 2) présentation claire, exposition ; 3) recours qui consiste à écarter successivement tous les motifs supposés pour arriver à un seul qui est développé ; 4) disposition, distribution », Dictionnaire illustré latin-français Félix Gaffiot, 1976. À noter que même dans son rapport officiel, Mansilla emploie le mot « excursion ».

29 J’analyse la question du genre dans Una excursión dans « Homo explorator. L’écriture “non-littéraire” d’Arthur Rimbaud, Lucio V. Mansilla et Heinrich Schliemann », Revue de Littérature Comparée, octobre-décembre 2007, p. 440-458.

30 L’excursion de Mansilla constitue un épisode peu important au niveau historique, mais qui doit être replacé dans le processus connu sous le nom de « araucanisation des Pampas », qui commence au début du xviiie siècle, lorsque des relations s’établissent entre les groupes qui habitent le sud du continent, des deux côtés de la Cordillère des Andes. À partir de là, le malón se transforme de simple expédition de rapine en entreprise économique et militaire qui, pour être menée à bien, implique la constitution de centres de pouvoir politique autrement puissants que ceux qui avaient caractérisé ces sociétés jusqu’alors ; c’est ainsi que surgissent progressivement les grands caciquats, les dynasties de Painé, et son fils Mariano Rosas, et de Calfucurá et son fils Namuncurá. Face à cette réalité, les Blancs adoptèrent deux positions ; la première fut celle de Rosas, qui consistait à utiliser certains groupes appelés « Indiens amis » comme tampon entre les Blancs et les groupes plus agressifs, tel qu’on peut le voir dans le journal de son expédition de 1833 ; cela permit une paix relative à la frontière, mais avec la chute de Rosas en 1852, les Indiens reprirent le chemin des malones. L’autre option était la stratégie offensive, sur laquelle se construit l’idéologie de l’opposition entre « barbares et civilisés » chez Sarmiento, largement adoptée par l’État libéral.

31 La position de Mansilla devient insoutenable immédiatement, au point qu’il en vient à mentir délibérément. Les Indiens demandent comme garantie qu’il donne sa parole, ce qu’il fait, mais tout en rappelant qu’il n’est qu’un émissaire du gouvernement ; puis Mariano Rosas cherche à savoir si les Blancs vont respecter le traité, et rappelle un certain nombre de tueries perpétrées par les Blancs ; Mansilla décline alors toute responsabilité concernant le passé, et invente des massacres contre les Blancs.

32 Una excursión a los indios ranqueles, op. cit., p. 534-539.

33 Ibid., p. 66. C’est le caractère fragmentaire de l’écriture de Mansilla, souvent signalé par la critique, qui rend ce fonctionnement possible.

34 Ibid., p. 538.

35 Il faut, cependant, noter certaines limites, notamment le fait que Mansilla ne perçoit pas comme un trait d’organisation sociale et culturelle les demandes constantes des Indiens ; il associe celles-ci à une absence de sens de la propriété privée, et dévalorise sans cesse ces Indiens pedigüeños (de « pedir », demander).

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26332/img-1.jpg
File image/jpeg, 171k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search