Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ailleurs de l'autre

 | 
Claudine Le Blanc
, 
Jacques Weber

Prémices : voyageur turc

La représentation de soi et de l’autre dans le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages d’Evliya Celebi : étude comparative avec les voyageurs français du xviie siècle

Irini Apostolou

Texte intégral

1L’intérêt croissant des chercheurs pour la littérature viatique fut essentiellement focalisé sur les écrits des voyageurs occidentaux. En effet, les récits des voyageurs non-européens n’ont pas encore fait l’objet d’études approfondies dans leur ensemble. Leurs écrits, qui n’obéissent pas forcément aux normes de la littérature des voyages européenne, constituent un vaste champ de recherche dont l’analyse s’avère souvent problématique.

  • 1 La partie des pérégrinations orientales de Celebi a été partiellement publiée en anglais : Narrati (...)
  • 2 Robert Dankoff, An Ottoman Mentality : The World of Evliya Çelebi, Leiden-Boston, Brill, 2006.

2Le présent article propose une étude comparative entre la production des voyageurs français du xviie siècle en Orient et le récit des pérégrinations orientales dans le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages d’Evliya Celebi, qui annonce la littérature viatique ottomane. Sans vouloir prétendre à une mise parallèle de deux productions, vu l’étendue limitée du présent article et les particularités de l’œuvre de Celebi dont les dix livres couvrent un espace de cinquante ans, nous proposons une étude de leurs approches concernant le gouvernement, la société, la religion et l’art. À l’opposé de la manière européocentrique, pour ne pas dire gallocentrique des voyageurs de percevoir les différentes facettes de l’Empire ottoman, le Seyâhatnâme, Livre des voyages1 qui n’obéit pas à des règles préétablies, offre la vision d’un sujet ottoman2. Néanmoins, quoique Celebi soit un voyageur qui parcourt son propre pays, l’ampleur et l’hétérogénéité de l’Empire ottoman le situent souvent dans la position d’un Autre, qui, face à une altérité complexe, parle d’un ailleurs inconnu. En effet, si le premier livre de Seyâhatnâme traite de Constantinople, lieu de naissance de l’auteur, le dixième traite de l’Égypte et du Caire, où Celebi résida durant les dix dernières années de sa vie.

  • 3 Afin de rétablir l’amitié franco-ottomane mise en épreuve par la participation française à l’expéd (...)

3À l’Âge classique, l’Empire ottoman est loin de constituer une altérité absolue. Grâce à la signature des Capitulations entre François Ier et Soliman le Magnifique, qui assurèrent les contacts entre les deux pays, les Français multiplièrent les voyages dans le Levant. Notons également que l’envoi de Süleyman Agha à la cour de Louis XIV et le renouvellement des Capitulations furent des événements contemporains des pérégrinations de Celebi qui manifestent les liens durables entre le royaume de France et l’Empire ottoman3.

  • 4 Sur les modes d’écriture du voyage à la Renaissance, cf. Marie-Christine Gomez-Geraud, Écrire le v (...)
  • 5 Sur les voyageurs français en Orient au xvie siècle, voir Yvelise Bernard, L’Orient du xvie siècle (...)

4Considérés comme une source historique qui certes doit être étudiée avec précaution, mais qui vient souvent combler des lacunes dans l’histoire, les récits viatiques du xviie siècle obéissent à des règles d’écriture et de structure qui étaient déjà établies depuis la Renaissance4. La profusion de récits sur l’Orient avait déjà éclairé le public français sur le Levant. Ainsi l’altérité levantine rencontrée par les voyageurs français reste-t-elle relative. En effet, quoiqu’il ne s’agisse pas de déjà-vu, il s’agit souvent de déjà lu. Notons que la production viatique fait appel non seulement aux notes de voyage mais puise dans l’information livresque. En général, les voyageurs, avant même leur départ, avaient déjà une idée des caractéristiques de l’Orient grâce essentiellement à leurs prédécesseurs5. Particulièrement riche, le corpus documentaire rapporté à l’occasion de l’ambassade de Gabriel d’Aramon auprès de Soliman le Magnifique avait établi les pratiques de description et d’analyse du monde oriental. En effet, l’imitation, pour ne pas dire la copie des textes préalables, est une des caractéristiques de la littérature viatique de cette période.

  • 6 Jean Thevenot, Relation d’un voyage fait au Levant dans laquelle il est curieusement traité des es (...)
  • 7 Guillaume-Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople. Enrichie de plans levez (...)
  • 8 Antoine des Barres, L’Estat present de l’archipel, Paris, Claude Barbin, 1678, p. 215-216.

5Néanmoins, au xviie siècle, la véracité des propos des voyageurs et la précision de leurs observations sont des éléments qui garantissent le succès du livre et établissent la réputation de l’auteur. Ainsi Jean Thévenot exprime-t-il sa réticence à publier ses notes prises lors de ses voyages. Ce n’est qu’après qu’on l’a persuadé que « la face des choses se change, et que ce qui se pratique aujourd’hui est bien différent de ce qui se faisait dans leur temps et que on ne peut pas tout remarquer & tout dire & qu’il n’y a point de livre de voyage qui n’instruise », et après avoir repéré des éléments curieux dans son récit qui n’étaient pas traités auparavant, qu’il procéda à la publication de son récit6. De même, Joseph-Guillaume Grelot précise qu’il y a « tant des relations publiées sur le Levant et les curieux sont si bien informez de tout ce qui s’y fait que tout ce que les voyageurs modernes nous rapportent aujourd’hui [ne sont] pour la plupart que des redites »7. De son côté, La Croix en s’adressant au roi note qu’«  il y a presque autant de Relations de Constantinople, qu’il y a de personnes qui en ont fait le voyage & je ne prendrais pas la liberté, sire, d’en présenter une nouvelle à v. M. Si j’avois autre but que de rendre un compte des choses les plus particulières qui regardent le gouvernement de l’Empire othoman, sa force et sa faiblesse ». En outre, les voyageurs du xviie siècle insistent sur la fiabilité de leurs propos. Ainsi Antoine de Barrès, qui fut un compagnon de voyage du marquis de Nointel, refuse-t-il de parler de Scutari qu’il n’avait pas visité parce qu’il ne veut décrire que ce qu’il a vu8.

  • 9 Historiographe officiel, Ibrahim Petchevi s’appuya pour sa chronique ottomane sur des informations (...)
  • 10 Outre ses observations, pour la rédaction De topographia Constantinopoleos et de illius antiquitat (...)
  • 11 Sur les voyages de Covel, consulter l’édition annotée de son manuscrit par Jean-Pierre Grelois, Jo (...)
  • 12 Dans le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages, Celebi cite parmi ses sources des historiens grecs et l (...)

6Caractérisé par une curiosité remarquable et par une ouverture d’esprit inhabituelle, Celebi recherche la vérité en s’appuyant, à l’instar d’Ibrahim Petchevi9, sur des documents de première main et sur des informations fournies grâce à ses contacts privilégiés avec la Sublime Porte. De plus, il fait preuve de précision en mesurant attentivement les distances afin de fournir des chiffres exacts, technique qui fut mise en pratique également par Pierre Gilles10 et John Covel11. Attentif, malgré quelques exagérations, en ce qui concerne la description de la réalité et la narration des événements vécus, il est moins rigoureux dans ses références au passé. En effet, en dépit de ses efforts d’objectivité et de rigueur, sa connaissance lacunaire, pour ne pas dire inexistante, de l’histoire ancienne et byzantine, fut souvent à l’origine des erreurs grossières qui émaillent ses commentaires historiques12. En outre, son récit, qui communique également ses observations et ses impressions, se caractérise par un manque d’organisation en ce qui concerne l’élaboration de la matière rappelant un peu les voyages « par curiosité » et « par plaisir » qui mêlaient souvent récit romanesque, expériences viatiques et réflexions personnelles. Dans son récit, Celebi abolit souvent la notion du temps, racontant des événements auxquels il n’assista pas comme s’il était présent, et fait une grande place au merveilleux mêlant réalité et légendes.

LE GOUVERNEMENT

  • 13 Guillaume Postel, De la République des Turcs et là où l’occasion s’offrira des mœurs et loys de to (...)
  • 14 Le système politique ottoman fut notamment présenté par Nicolas Poullet, « Du gouvernement des Tur (...)
  • 15 Les Mémoires du sieur De La Croix traitent notamment de la réception de l’Ambassadeur de France pa (...)

7L’organisation politique et sociale de l’Empire ottoman fut amplement traitée dans la littérature viatique française. Les voyageurs de la Renaissance s’étaient longuement attardés sur la cour et l’administration du Grand seigneur dont Guillaume Postel présenta un aperçu détaillé13. Intéressés par les mécanismes de l’exercice du pouvoir, les voyageurs traitèrent de l’autorité et de la personnalité du sultan ainsi que des responsabilités du grand vizir et des hauts fonctionnaires civils, militaires et religieux. De plus, ils présentèrent analytiquement la hiérarchie administrative ainsi que l’organisation et les structures sociopolitiques de l’Empire ottoman14. Néanmoins, si les récits viatiques du xvie siècle communiquèrent la grandeur de l’Empire ottoman sous Soliman le Magnifique, ceux du xviie siècle, plus critiques, révélèrent certains signes de son déclin comme l’affaiblissement du prestige du sultan et la « diminution de la puissance othomane » qui est signalée dans les Mémoires du sieur De La Croix secrétaire de l’ambassadeur de France à Constantinople. En effet, la période sur laquelle s’étend la relation du Seyâhatnâme, ou Livre des voyages, est marquée par les règnes d’Ibrahim Ier dit le fou (1640-1648) qu’on assassina et de Mehmed IV (1648-1687) à qui revient l’échec du deuxième siège de Vienne. Notons que parmi les écrits des voyageurs, ce sont essentiellement ceux des ambassadeurs, secrétaires et membres de l’ambassade de France à Constantinople qui, riches en informations sur les relations du royaume de France avec l’Empire ottoman15, présentent souvent un aperçu approfondi de sa situation politique.

  • 16 Nombreuses sources françaises se réfèrent au siège de Candie et à la participation des troupes fra (...)
  • 17 Dans le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages, Celebi relate notamment la nomination de Melek Ahmed Pa (...)

8De même, les fonctions de Celebi en tant que compagnon et commensal des personnes importantes de l’Empire ottoman lui permirent d’assister à d’importants événements militaires comme la dernière phase du siège de Candie16 et d’avoir accès à des informations sur l’administration et les personnalités de différentes régions. De plus, sa position privilégiée auprès du grand vizir Melek Ahmed Pacha, qui était le cousin de sa mère, lui permit d’avoir une connaissance directe de son vizirat. En effet, sans être un traité sur l’organisation administrative de l’Empire ottoman, le Seyâhatnâme ou Livre des voyages comprend souvent des digressions sur la personnalité et les activités de Melek Ahmed Pacha17.

LA SOCIETE

  • 18 Jacob Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, Lyon, Antoine Cellier, 1678, vol. (...)

9Lors de ses pérégrinations, le voyageur entre forcement en contact avec la population des contrées parcourues. Cette rencontre avec l’Autre, rendu déjà proche par les sources livresques historiques ou viatiques, est souvent l’occasion de jugements rapides appuyés essentiellement sur son apparence extérieure et sa religion. Outre les références à leur répartition ethnique et religieuse, les voyageurs qui se rendaient en Orient traitaient de la hiérarchie de la société ottomane et présentaient ses différents traits (activités économiques, divertissements, pratiques d’hygiène). La cour du sultan, son harem et les habitants de Constantinople furent parmi les sujets préférés de cette analyse ethnographique encore balbutiante. Notons également que l’hétérogénéité ethnique de l’Empire ottoman ne facilitait pas la formation d’une image homogène de sa population. Par ailleurs, la communication limitée des voyageurs avec les populations locales ne permettait pas la perception de leurs caractéristiques morales et intellectuelles, ce qui fut à l’origine des redites et des clichés. Afin de surmonter les problèmes posés par le manque de compréhension linguistique des populations rencontrées, certains voyageurs apprenaient la langue des contrées visitées. De plus, certaines œuvres comprenaient des dictionnaires sommaires des langues des régions parcourues. Ainsi les Mémoires du sieur De La Croix présentent-ils une explication des noms turcs contenus dans l’ouvrage, tandis que le Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant de Jacob Spon inclut un « Petit dictionnaire du Grec vulgaire, comme il se parle & se prononce présentement dans la Grèce : En faveur des curieux & des ceux qui voudront voyager dans ce pays-là »18.

  • 19 Alexander Pallis, In the days of the Janissaries : old Turkish life as depicted in the « Travel-bo (...)
  • 20 En général, l’apparence extérieure des populations rencontrées joua un rôle décisif dans la percep (...)
  • 21 Robert Dankoff, « Turkish Languages and Turkish Dialects according to Evliya Celebi », Altaica Osl (...)
  • 22 L’emploi de différents langues et dialectes en Macédoine fut signalé par Celebi. Sur ce sujet, voi (...)

10Fin connaisseur de la société ottomane, Celebi traite dans le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages de la population d’après des critères socioculturels, ethniques et religieux19. Lors de la description de différentes régions de l’Empire ottoman, il insiste notamment sur la composition ethnique et sur la hiérarchie de la population comme dans le cas de la population de Trébizonde qui est classifiée en employés de l’État, érudits, marchands, industriels, marins, agriculteurs, pêcheurs. Particulièrement intéressante, sa longue description de l’importante guilde des métiers, que Murad IV ordonna en 1638 à l’occasion de sa campagne contre les Safavides, fournit notamment des informations importantes sur la composition de la société et l’organisation de l’économie de Constantinople. De plus dans son récit, Celebi s’attarde sur les comportements, le mode de vie ainsi que sur les relations humaines, et décrit les caractéristiques extérieures des populations, insistant sur leur physique et leur costume comme dans le cas des « beaux jeunes » d’Athènes20. Conscient également des obstacles posés par l’altérité linguistique des populations rencontrées, Celebi prit des cours de grec et de latin. Intéressé par les différents dialectes et les particularités linguistiques de certaines classes sociales et ethnies, il les signala dans son récit21 comme dans le cas des mamelouks d’Égypte dont l’arabe comprenait un nombre important de mots turcs. En outre, la citation en différents langues et dialectes des noms des villes visitées22 ainsi que son effort de présenter l’origine et l’étymologie des noms révèle son intérêt pour le multilinguisme de l’Empire ottoman.

LA RELIGION

  • 23 Parmi les plus importantes œuvres traitant de l’Islam au xviie siècle, compte l’Histoire générale (...)
  • 24 Parmi les œuvres viatiques contemporaines de Seyâhatnâme, ou Livre des voyages qui présentent les (...)
  • 25 Voir notamment sieur De La Croix, État présent des nations et églises grecque, arménienne et maron (...)

11Parmi les sujets favoris des voyageurs, qui parcoururent le Levant au xviie siècle fut la religion de ses populations23. Intrigués par l’Islam24 ou intéressés par les Églises d’Orient25 et dans une moindre mesure par la religion juive, les voyageurs consacrèrent des livres ou des chapitres entiers à la question ou intégrèrent à leurs récits des informations et des impressions éparses. En général, l’approche de la religion des populations de l’Empire ottoman dépendait de la fonction et du statut du voyageur. Si les antiquaires et les marchands abordèrent superficiellement le sujet ou répétèrent des éléments déjà connus, en revanche, les hommes de l’Église, les pèlerins et les membres des missions diplomatiques fournirent une approche plus approfondie. Rappelons que la polémique sur la question de la transsubstantiation et les efforts de l’Église catholique pour trouver des preuves de sa doctrine dans la tradition des Églises orientales fut à l’origine de l’intérêt des catholiques pour l’Église orthodoxe. Néanmoins, malgré cette approche, les chrétiens de rite oriental qui étaient considérés comme schismatiques, n’étaient pas bien perçus par les voyageurs qui traitaient du fondement de leur dogme, leur foi et leurs pratiques religieuses. De son côté, Celebi en tant que personnage de la vie religieuse puisqu’il fut un récitant du Coran (hafiz), fut particulièrement réservé envers les non-musulmans surtout quand ceux-ci menaçaient l’autorité ottomane. Notons également que son attitude envers les gens du Livre (chrétiens et juifs), qui bénéficiaient d’un statut privilégié, n’était pas uniforme, puisque, quoique assez ouvert envers les chrétiens de rite oriental, il était particulièrement critique envers les juifs. Musulman pieux, Celebi avait effectué le pèlerinage à La Mecque (hadj) en 1672, et fourni un compte rendu analytique de sa participation à la caravane des pèlerins (livre IX). De même, il décrit les différentes manifestations de la vie religieuse des Ottomans.

L’ART

  • 26 Sur la naissance de l’archéologie, se référer à Alain Schnapp, La conquête du passé : aux origines (...)
  • 27 Illustré de gravures grossières représentant des monuments antiques, le Voyage d’Italie, de Dalmat (...)
  • 28 Spon, op. cit., préface.
  • 29 Lors de ses pérégrinations, Covel prit des notes d’intérêt archéologique et releva des inscription (...)

12Lors de leurs pérégrinations, les voyageurs français du xvie siècle et de la première moitié du xviie siècle, s’intéressèrent, quoique passagèrement, à l’art et à l’architecture des régions parcourues. En effet, leurs descriptions sommaires ne présentaient pas une image claire des monuments gréco-romains, égyptiens, byzantins ou islamiques26. Le public dut attendre la publication du Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant (Lyon 1678)27 de Jacob Spon (1647-1685), qui fut le fruit du premier « voyage archéologique ». Considéré comme un archéologue pionnier, Spon qui consacrait son temps à « considérer les statues, les bas reliefs & les mazures & à copier toutes les inscriptions »28, inaugura l’autopsie comme méthodologie centrée sur l’observation directe. Contemporain de Spon fut John Covel qui manifesta également son intérêt pour les antiquités des régions parcourues29. Si l’œuvre de Spon fut consacrée essentiellement aux monuments gréco-romains, la Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople de Guillaume-Joseph Grelot, dont le discours fut fondé sur l’iconographie de l’ouvrage, présentait des plans, élévations et coupes de Sainte-Sophie et des mosquées de Constantinople.

  • 30 Robert Dankoff, « Evliya Çelebi’s Book of Travels as a Source for the Visual Arts », The Turkish S (...)
  • 31 Sur le séjour de Celebi à Athènes, consulter K. Biris (éd.), « Le livre sur l’Attique de Celebi : (...)
  • 32 Sur ce sujet, voir Henry George Farmer (éd.), Turkish Instruments of Music in the Seventeenth Cent (...)

13Dans son récit viatique, Evliya Celebi, en tant que fils du premier orfèvre du palais où se développait la culture artistique de l’Empire, exprime souvent la conception ottomane de l’art30. Lors de la description des villes, il présente notamment les différents bâtiments publics et privés comme les grandes et les petites mosquées, les palais, les écoles, les fontaines, les khans et les hammams. De même, il accorde une attention particulière aux édifices défensifs comme les châteaux, les fortifications et les remparts. Outre la description de leurs caractéristiques extérieures, Celebi, appuyé sur des archives ou sur la tradition orale, cite l’année de leur construction ou de restauration et signale leur fondateur. Notons que l’intérêt de Celebi pour l’architecture se focalise essentiellement sur les monuments pré-ottomans et ottomans qu’il analyse de manière systématique et analytique comme les mosquées de Constantinople. En revanche, les édifices religieux (églises, monastères, synagogues) des chrétiens et des juifs sont, soit sommairement abordés comme les églises d’Athènes, soit ignorés. De même, les monuments et les sites antiques sont traités superficiellement puisque Celebi ne possédait pas la culture occidentale des voyageurs français qui lui permettait d’en faire une étude approfondie. Ainsi, quoique sa description des monuments et de l’Acropole d’Athènes31 (livre VIII), du site d’Éphèse et des pyramides d’Égypte (livre X) est révélatrice de la vision ottomane de l’Antiquité grecque et égyptienne, elle n’offre que peu d’informations sur l’état des monuments au xviie siècle. En outre, son approche des statues, qu’il considère soit comme des talismans soit comme des hommes et des animaux transformés en pierre, eut apparemment son origine dans la proscription de la figure humaine de la sculpture ottomane. Par ailleurs, Celebi, qui avait appris les arts du livre, notamment la calligraphie et l’enluminure, ne cache pas son admiration pour les manuscrits enluminés qu’il consulte lors de ses pérégrinations. De même, musicien accompli, il donne des informations sur la musique à la cour de Murad IV ainsi que sur la tradition musicale des régions visitées32. Par ailleurs, sa description de la guilde organisée en l’honneur de Murad IV comprend la liste des musiciens, chanteurs et fabricants d’instruments de musique qui y participèrent.

14Conçus dans un style différent, les récits des voyageurs français en Orient et le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages d’Evliya Celebi mettent en spectacle les différentes facettes du monde oriental. Présentés sous la forme d’œuvres autobiographiques, journaux et traités sur les différentes caractéristiques de l’Empire ottoman, ces récits communiquent au lecteur impressions et réflexions personnelles. Les publications des voyageurs français et le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages d’Evliya Celebi sont caractérisés par l’approche différente de leurs auteurs. Plus critiques, les propos des voyageurs français, malgré leurs efforts d’objectivité, présentent souvent une vision faussée, révélatrice de leur culture et leur mentalité. Beaucoup plus analytique et certainement moins critique, l’approche de Celebi est celle d’un sujet ottoman au service de l’État. En effet, le récit de Celebi, qui est un observateur averti malgré son attachement au surnaturel, comprend une thématique beaucoup plus riche et variée que celle des voyageurs français qui auraient pu difficilement se mesurer à sa longue expérience de voyageur et à sa connaissance des éléments qui étaient pour eux invisibles. Particulièrement précieux pour leur richesse documentaire et informative, les récits viatiques des voyageurs français et le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages doivent cependant être exploités attentivement en raison de la subjectivité de leurs propos.

Notes

1 La partie des pérégrinations orientales de Celebi a été partiellement publiée en anglais : Narrative of Travels in Europe, Asia and Africa, in the Seventeenth Century, éd. Joseph Freiherr von Hammer Purgstall, London, Printed for the Oriental Translation Fund of Great Britain and Ireland, 1834-1850, 2 vol. En outre, La Guerre des Turcs. Récits de batailles (extraits du « Livre de voyages », éd. Faruk Billici, Paris, Sindbad, 2000) est une étude critique des morceaux choisis du Seyâhatnâme Livre des voyages relatant les opérations militaires auxquelles Celebi assista.

2 Robert Dankoff, An Ottoman Mentality : The World of Evliya Çelebi, Leiden-Boston, Brill, 2006.

3 Afin de rétablir l’amitié franco-ottomane mise en épreuve par la participation française à l’expédition de Candie qui eut comme suite l’emprisonnement de Jean de La Haye-Vantelet (1659-1660), ambassadeur de France à Constantinople, et par l’envoi d’un contingent français pour secourir les troupes impériales à la bataille de Saint-Gothard (1664), Mehmed IV envoya son émissaire Süleyman Agha à la cour de Louis XIV. Süleyman Agha, dont la mission fut un échec, fut reçu par Louis XIV au château de Saint-Germain en 1669. Sur le voyage et son séjour qui inspira la turquerie de la comédie-ballet du Bourgeois gentilhomme, cf. Laurent d’Arvieux, Mémoires du chevalier d’Arvieux, envoyé extraordinaire du Roy à la Porte, consul d’Alep, d’Alger, de Tripoli et autres Échelles du Levant : contenant ses voyages à Constantinople, dans l’Asie, la Syrie, la Palestine, l’Égypte et la Barbarie […] recueillis […] de ses Mémoires originaux et mis en ordre par le R. P. Jean-Baptiste Labat, Paris, C.-J.-B. Delespine, 1735, 6 vol.

4 Sur les modes d’écriture du voyage à la Renaissance, cf. Marie-Christine Gomez-Geraud, Écrire le voyage au xvie siècle en France, Paris, PUF, 2000.

5 Sur les voyageurs français en Orient au xvie siècle, voir Yvelise Bernard, L’Orient du xvie siècle : une société musulmane florissante, Paris, L’Harmattan, 1988, et Frédéric Tinguely, L’Écriture du Levant à la Renaissance : enquête sur les voyageurs français dans l’Empire de Soliman le Magnifique, Genève, Droz, 2000.

6 Jean Thevenot, Relation d’un voyage fait au Levant dans laquelle il est curieusement traité des estats sujets au Grand Seigneur… et des singularitez particulières de l’Archipel, Constantinople, Terre-Sainte, Égypte, pyramides, mumies, déserts d’Arabie, la Meque, et de plusieurs autres lieux de l’Asie et de l’Affrique… outre les choses mémorables arrivées au dernier siège de Bagdat, les cérémonies faites aux réceptions des ambassadeurs du Mogol et l’entretien de l’autheur avec celuy du Pretejan, où il est parlé des sources du Nil, Paris, L. Bilaine, 1664, préface.

7 Guillaume-Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople. Enrichie de plans levez par l’auteur sur les lieux, et des figures de tout ce qu’il y a de plus remarquable dans cette ville. Présentée au Roy, Paris, en la boutique de Pierre Rocolet. Chez la veuve de Damien Foucault, impr. & libr. ordin. du roy & de la ville, au Palais en la gallerie des Prisonniers, aux Armes du Roy et de la Ville, 1680, avis au lecteur.

8 Antoine des Barres, L’Estat present de l’archipel, Paris, Claude Barbin, 1678, p. 215-216.

9 Historiographe officiel, Ibrahim Petchevi s’appuya pour sa chronique ottomane sur des informations communiquées par les hauts dignitaires de la Porte.

10 Outre ses observations, pour la rédaction De topographia Constantinopoleos et de illius antiquitatibus libri quatuor, Lugduni, apud G. Rouillium, 1562, Pierre Gilles se servit des sources antiques et s’appuya sur les historiens byzantins.

11 Sur les voyages de Covel, consulter l’édition annotée de son manuscrit par Jean-Pierre Grelois, John Covel, Voyages en Turquie, 1675-1677, Paris, P. Lethielleux, 1998, p. 137.

12 Dans le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages, Celebi cite parmi ses sources des historiens grecs et latins dont l’identification s’avère problématique et se réfère à la légende d’Alexandre le Grand.

13 Guillaume Postel, De la République des Turcs et là où l’occasion s’offrira des mœurs et loys de tous les muhamedistes suivie de l’Histoire et considérations de l’origine, loy et coustume des Tartares, Persiens, Arabes, Turcs, et tous autres ismaélites et muhamediques dicts par nous Mahometains ou Sarazins et Tierce partie des orientales histoires où est exposée la condition, puissance et revenu de l’Empire turquesque : avec toutes les provinces et pais généralement depuis 950 ans et ça Ismaelites conquis, Poitiers, Enguilbert de Marnef, 1560.

14 Le système politique ottoman fut notamment présenté par Nicolas Poullet, « Du gouvernement des Turcs », Nouvelles relations du Levant, qui contiennent plusieurs remarques fort curieuses non encore observées, touchants la religion, les mœurs & la politique de divers peuples. Avec un discours sur le commerce des Anglois et des Hollandois, Paris, Louis Billaine, 1667, p. 299-332, et par le sieur De La Croix, « Du gouvernement turc », Mémoires du sieur De La Croix, cy-devant secrétaire de l’ambassade de Constantinople : contenans diverses relations très curieuses, Paris, Claude Barbin, 1684.

15 Les Mémoires du sieur De La Croix traitent notamment de la réception de l’Ambassadeur de France par le Grand Vizir et comprennent des lettres de Louis XIV adressées au Grand Seigneur et au Grand Vizir. Le Journal d’Antoine Galland pendant son séjour à Constantinople (1672-1673), éd. Charles Schefer, Paris, E. Leroux, 1881 retrace le quotidien de l’ambassade de France. Sur les relations diplomatiques entre la France et l’Empire ottoman au xviie siècle, consulter Gérard Tongas, Les Relations de la France avec l’Empire ottoman durant la première moitié du xviie siècle et l’ambassade à Constantinople de Harlay, comte de Césy, 1619-1640 : d’après des documents manuscrits inédits, Toulouse, Impr. F. Boisseau, 1942, et Albert Vandal, L’Odyssée d’un ambassadeur : les voyages du marquis de Nointel 1670-1680, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1900, qui se réfère à l’ambassade de Charles Marie François Olier marquis de Nointel à Constantinople. Des éléments précieux sur les rapports entre les deux pays sont également mis en lumière grâce à la Correspondance consulaire des ambassadeurs de France à Constantinople : inventaire analytique des articles A.E BI 376 à 385, édition Raia Zaimova, revue par Philippe Henrat, Archives nationales, Paris, Centre historique des Archives nationales, 1999.

16 Nombreuses sources françaises se réfèrent au siège de Candie et à la participation des troupes françaises. Sur ce sujet, voir François Savinien d’Alquie, Les mémoires du voyage de Monsieur le marquis de Ville au Levant, ou l’histoire curieuse du siège de Candie. Comprenant en trois parties tout ce qui s’est passé, tant avant l’arrivée & sous le commandement de ce général, que sous celuy de M. le marquis de S. André Montbrun, jusques à la prise de la Place. Le tout tiré des Mémoires de J.B. Rostagne. Amsterdam, Henry & Théodore Boom, 1671 et le Journal de l’expédition de Monsieur de la Feuillade pour le secours de Candie, Lyon, J. Thioly, 1670 qui comprend notamment une « liste des morts et des blessez en Candie sous Monsieur de la Feuillarde », p. 65-75.

17 Dans le Seyâhatnâme, ou Livre des voyages, Celebi relate notamment la nomination de Melek Ahmed Pacha comme grand vizir. Pour plus d’éléments sur Melek Ahmed Pacha, voir Robert Dankoff (éd.), The intimate life of an Ottoman statesman : Melek Ahmed Pasha (1588-1662) : as portrayed in Evliya Çelebi’s Book of travels (Seyahat-Name), Albany (N.Y.), State university of New York, 1991.

18 Jacob Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, Lyon, Antoine Cellier, 1678, vol. II, p. 388-417.

19 Alexander Pallis, In the days of the Janissaries : old Turkish life as depicted in the « Travel-book » of Evliya Chelebi, London, Hutchinson, New York, 1951.

20 En général, l’apparence extérieure des populations rencontrées joua un rôle décisif dans la perception de leur identité par les voyageurs. Sur cette pratique qui persista au xviiie siècle, voir Irini Apostolou, « L’apparence extérieure de l’Oriental et son rôle dans la formation de l’image de l’Autre par les voyageurs français au xviiie siècle », Cahiers de la Méditerranée, « L’Autre et l’image de soi en Méditerranée », 2003, p. 181-200.

21 Robert Dankoff, « Turkish Languages and Turkish Dialects according to Evliya Celebi », Altaica Osloensia : Proceedings from the 32nd Meeting of the Permanent International Altaistic Conference, dir. Bernt Brendemoen, Oslo, 1990, p. 89-102.

22 L’emploi de différents langues et dialectes en Macédoine fut signalé par Celebi. Sur ce sujet, voir Vassilis Dimitriadis (éd.), Macédoine centrale et occidentale d’après Evliya Celebi, Thessalonique, Société des Études macédoniennes, 1973 (en grec), p. 45-47.

23 Parmi les plus importantes œuvres traitant de l’Islam au xviie siècle, compte l’Histoire générale de la Religion des Turcs : avec la naissance la vie et la mort de leur prophète Mahomet et les actions des quatre premiers Caliphes qui l’ont suivi, Paris, Cramoisy, 1625 de Michel Baudier. Notons également qu’un « sommaire de la Religion des Turcs » fut compris dans la première traduction du Coran en français, L’Alcoran de Mahomet translaté d’arabe en français par le sieur Du Ryer de la Garde Malezair, Paris, Antoine de Sommaville, 1647. En général, sur la conception de l’Islam au xviie siècle, consulter Dominique carnoy, Représentations de l’Islam dans la France du xviie siècle, Paris, L’Harmattan, 1998.

24 Parmi les œuvres viatiques contemporaines de Seyâhatnâme, ou Livre des voyages qui présentent les différents aspects de la religion des Ottomans, nous distinguons la Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople de Grelot et les Nouvelles relations du Levant de Poullet qui comprennent « De la Religion des Turcs », op. cit., p. 271-297.

25 Voir notamment sieur De La Croix, État présent des nations et églises grecque, arménienne et maronite en Turquie, Paris, P. Hérissant, 1695 et Paul Rycaut, Histoire de l’estat présent de l’église grecque et de l’église arménienne […]. Traduite de l’anglois, par M. de Rosemond, Middelbourg, G. Horthemels père et fils, 1692. Le Journal d’Antoine Galland pendant son séjour à Constantinople (1672-1673) comprend également des importantes informations sur les contacts de l’ambassadeur de France avec les dignitaires des Églises d’Orient.

26 Sur la naissance de l’archéologie, se référer à Alain Schnapp, La conquête du passé : aux origines de l’archéologie, Paris, Librairie générale française, Éd. Carré, 1993.

27 Illustré de gravures grossières représentant des monuments antiques, le Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant fut composé de trois volumes dont le premier relate le voyage, le deuxième décrit Athènes et le troisième comprend les inscriptions relevées par Spon.

28 Spon, op. cit., préface.

29 Lors de ses pérégrinations, Covel prit des notes d’intérêt archéologique et releva des inscriptions. Jean-Pierre Grelois (éd.), op. cit., 1998, p. 137.

30 Robert Dankoff, « Evliya Çelebi’s Book of Travels as a Source for the Visual Arts », The Turkish Studies Association Bulletin, 16.1, 1992, p. 39-49.

31 Sur le séjour de Celebi à Athènes, consulter K. Biris (éd.), « Le livre sur l’Attique de Celebi : Athènes et ses environs au xviie siècle » Athènes, impr. G. Bizounis, 1959 (en grec) et Pierre A. MacKay, « A Turkish description of the Tower of the Winds », American Journal of Archeology, n° 73, 1969, p. 468-469.

32 Sur ce sujet, voir Henry George Farmer (éd.), Turkish Instruments of Music in the Seventeenth Century as described in the Siyahat Nama of Ewliya Chelebi, Glasgow, Civic Press, 1937.

Auteur

Université d’Athènes

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540