Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ailleurs de l'autre

 | 
Claudine Le Blanc
, 
Jacques Weber

Voyageurs d'Extrême-Orient

Récits d’Amérique (1908), Récits de France (1909) : images hybrides de l’Occident et de l’Orient chez Nagai Kafu (1879-1959)

Tomomi Ota

Texte intégral

  • 1 Le nom patronymique précède le prénom. Nous suivons l’usage japonais de désigner les gens de lettr (...)

1Au début du xxe siècle, l’écrivain japonais Nagai Kafû1 a publié deux recueils de textes, Amerika monogatari (Récits d’Amérique, 1908) et Furansu monogatari (Récits de France, 1909), suite à un séjour de quatre ans aux États-Unis (1903-1907) puis d’un an en France (1907-1908). Dans les nouvelles très souvent autodiégétiques et les essais de ces recueils, qualifiés par certains critiques de l’époque de récits de voyage, Kafû propose différentes représentations de l’Orient, des États-Unis et de la France à partir de points de vue qui évoluent d’un texte à l’autre. Un des textes de Kafû nous donne une piste de réflexion pour l’analyse de ses différents points de vue sur l’Orient et l’Occident. Dans la nouvelle « Sabaku » (« Désert »), recueillie dans Récits de France, « l’orientalisme » est mentionné. En effet le « je » narrateur s’apprêtant à faire escale dans la ville de Port Saïd lors de son retour au Japon se remémore :

  • 2 « Désert », dans Kafû zenshû (L’intégrale de Kafû), tomes 1-30, Tôkyô, Iwanami shoten, 1992-1995, (...)

Quand j’étais au Japon, je n’arrivais pas à éprouver de sentiment particulier envers l’Égypte ni la Turquie, même en lisant l’histoire d’amour écrite par Loti qui se déroulait dans la belle Turquie. […] Une fois aux États-Unis où le ciel gris et la vie puritaine sévère m’affligeaient, j’ai ressenti la beauté de l’orientalisme présent dans une partie de l’art français, et mon imagination a filé comme une flèche de l’Afrique du Nord au ciel des Balkans2.

  • 3 Edward Said, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, traduit par Catherine Malamoud, Paris, (...)
  • 4 Ibid., p. 15.
  • 5 Homi K. Bhabha, « Signs Taken for Wonders : Questions of Ambivalence and Authority under a Tree Ou (...)

2« L’orientalisme » évoqué dans cet extrait est au xixe siècle le mode de discours ou de représentation de « l’Orient mystérieux », fondé sur les fantasmes suscités par l’Orient. Ce discours fantasmé des Occidentaux sur l’Orient est selon Edward Saïd3 un « style de pensée fondé sur la distinction ontologique et épistémologique entre “l’Orient” et […] “l’Occident” » qui est « un style occidental de domination, de restructuration et d’autorité sur l’Orient »4. Pour examiner les représentations créées par Kafû, nous nous fondons sur les contributions récentes des études postcoloniales, et nous tentons d’éclairer la façon dont le discours orientaliste, regard fantasmé des Occidentaux sur l’Orient, et le regard d’admiration de Kafû porté sur l’Occident se croisent et construisent un réseau d’images plurielles de l’Occident et de l’Orient, particulier à l’auteur. Afin de comprendre le caractère hybride des différentes sortes de « perspectives »5 de Kafû, nous proposons de les catégoriser en cinq types d’attitudes qui peuvent être divisées en sous-figures : a) les réactions vis-à-vis de l’orientalisme, ou le culte de l’Orient, b) le culte de l’Occident, c) la critique du Japon, d) la critique de l’Occident, et e) l’auto-orientalisme/l’auto-japonisme.

REACTIONS DE KAFÛ VIS-A-VIS DE L’ORIENTALISME

  • 6 « Natsu no machi » (« Ville en été »), dans Mita bungaku, août et septembre 1910, KZ, 7, 224.

3Kafû qui a peut-être découvert l’art orientaliste aux États-Unis ou en France en voyant dans des musées des « toiles d’un orientaliste qui a peint un groupe de belles femmes turques rassemblées sur le carrelage d’un palais6 » présente non seulement le point de vue orientaliste des Occidentaux mais aussi celui des Orientaux sur leur propre « Orient » et l’Orient des Occidentaux.

L’ironie envers les Occidentaux

4Dans le cas de l’orientalisme des Occidentaux, il arrive parfois que des sarcasmes soient exprimés. Dans la pièce de théâtre Ikyô no koi (Un amour en pays étranger) de Récits de France, Kafû fait une description satirique des New-Yorkais qui parlent à des Japonais de leur amour pour le Japon :

  • 7 KZ, 5, 94-95. Ils parlent de l’opérette Le Mikado de Gilbert et Sullivan.

- Je voudrais plutôt me faire naturaliser japonaise. Je serais une musume [mousmé] japonaise, porterais des kimono et me promènerais avec une belle ombrelle. […]
- Est-ce que les arbres et les plantes fleurissent toute l’année au Japon ? C’est très beau, là-bas. J’ai vu récemment une pièce de théâtre Mikado. […]
- Je l’ai vue moi aussi. C’est très joli. Il n’y a pas que les femmes qui portent des kimono brodés, les hommes aussi et ils se coiffent joliment. J’aimerais bien aller au Japon et me balader sous des cerisiers à côté d’un homme en joli kimono avec les bras croisés. Comme je rêverais d’une belle love story7 !

  • 8 Le mot mousmé, transcription du japonais musume, « jeune fille ou jeune femme », a été popularisé (...)
  • 9 Kôno Kensuke, Tôki toshiteno bungaku (Littérature comme spéculation), Tokyo, Shin. yôsha, 2003, p. (...)

5Dans ce texte japonais le fait que les mots musume et kimono sont en syllabaires katakana au lieu de leur écriture standard en caractères chinois est significatif. Il ne s’agit pas de jeunes femmes ou de vêtements de la réalité japonaise, mais de mousmés8 et de kimono de l’imaginaire occidental et du regard orientaliste. Ce Japon idéalisé à travers cette vision fantasmée, autrement dit le « Japon comme objet du regard extérieur », est en effet « interprété et dominé par l’orientalisme occidentalo-centrique9 ». En ironisant, dans le passage cité ci-dessous, sur ces Américains admiratifs des mousmés, Kafû semble critiquer le regard biaisé des Occidentaux influencés par une pièce de théâtre orientaliste, ou au moins souligner l’étrangeté d’une telle vision chimérique occidentale portée sur les Japonais.

L’imitation de l’orientalisme

6Une autre réaction de Kafû vis-à-vis de l’orientalisme se traduit par l’imitation de ce regard. Elle se décline de deux façons.

L’admiration de l’Orient

7Premièrement, Kafû adopte entièrement le discours orientaliste tel quel, et il décrit la Turquie ou l’Égypte en reproduisant le même regard d’admiration que les Occidentaux. Alors qu’il semble dénoncer la rhétorique orientaliste sur le Japon en en montrant tout le ridicule, quand elle est appliquée à d’autres pays orientaux, il ne remet pas en question ce regard fantasmé. Dans « Désert » de Récits de France, Kafû décrit la ville de Port Saïd avec émerveillement :

  • 10 KZ, 5, 288.

Port Saïd est une ville à l’extrémité de l’Égypte. C’est une partie des pays musulmans orientaux auxquels je rêvais depuis longtemps. C’est un paradis inoubliable pour ceux qui aiment les couleurs, songent au plaisir et vivent dans l’oisiveté10.

  • 11 KZ, 5, 328.

8Kafû reprend les expressions utilisées par des écrivains occidentaux. Par exemple, en se promenant dans la ville de Port Saïd, le « je » narrateur de la nouvelle « Désert » sent qu’» une sorte de tristesse indescriptible jaillit de l’ensemble de ce village portuaire », et il pense que « ce que les poètes [occidentaux] appellent “la tranquillité de l’Orient, la tristesse de l’Orient”, pourrait être ceci11 ». Il imite des expressions occidentales sans se poser la question de leur pertinence.

L’imitation du langage orientaliste sur les pays occidentaux

9Puis Kafû opère un déplacement du langage orientaliste des artistes occidentaux en l’employant à propos d’un objet auquel il n’est habituellement pas appliqué : l’Occident. Le « je » narrateur s’imagine ainsi être en « Orient » alors qu’il est aux États-Unis :

  • 12 « Rokugatsu no yo no yume » (« Le rêve d’une nuit d’été au mois de juin »), KZ, 5, 266. D’autres e (...)

Je n’ai pas l’impression d’être sur le continent nord-américain où adviendra l’hiver. En extase, frappé par une sorte de mystère, je me sens comme si j’errais sous le ciel de « l’Orient », le pays des rêves, chanté par les poètes décadents12.

10Dans Récits de France, la rencontre entre un homme et une prostituée est décrite comme suit :

  • 13 « Matsuri no yogatari » (« Récit de la nuit de fête »), KZ, 5, 164.

C’était comme si César en expédition en Égypte rencontrait Cléopâtre dormant à la belle étoile avec ses vêtements et ses cheveux en désordre devant une statue de Sphinx au milieu du désert13.

11Il s’agirait d’une manifestation du processus d’apprentissage par Kafû du champ lexical, des métaphores et de la rhétorique de l’orientalisme. Après avoir découvert le lexique orientaliste à travers la peinture, la littérature et la musique, il l’assimile et l’utilise sur des pays orientaux, comme l’ont fait les artistes européens, puis il essaie d’employer différemment ce nouveau langage en l’associant aux pays occidentaux.

12Que Kafû, un auteur japonais, emploie pour dépeindre l’Occident les procédés rhétoriques créés par l’Occident afin de décrire l’Orient est assez curieux. Cependant il montre bien l’ambivalence et l’hétérogénéité des représentations du monde chez Kafû.

LE CULTE DE L’OCCIDENT

13Le culte de l’Occident est exprimé par Kafû de deux manières.

Le processus d’occidentalisation des Japonais

14L’adoration est d’une part énoncée par la conversion de soi, c’est-à-dire par l’occidentalisation du Japon et des Japonais. Les modèles occidentaux sont alors imités et copiés par le « je » narrateur et les personnages des nouvelles de Kafû.

15Le héros de « Hôtô » (« Débauche ») est un personnage vivant en Occident depuis huit ans. Son allure est nettement occidentalisée :

  • 14 KZ, 5, 74-75. Pour un autre exemple, voir « Akkan » (« Animosité »), KZ, 5, 300.

À ce moment-là, le regard des gens était fixé […] sur un gentleman à l’air distingué qui arrivait de loin, à pied sur la berge. Un panama neuf, un gilet gris, une veste rayée olive sombre, une cravate avec un somptueux motif brodé. […] Son air qui ressemblait à celui d’un jeune noble se promenant incognito avait été très remarqué dans ce faubourg. Son allure avait davantage attiré la curiosité des gens. Ce gentleman étranger – un Japonais –, c’était Koyama Sadakichi14.

  • 15 Kôno K., op. cit., p. 296.
  • 16 « La mer en été », KZ, 4, 215. Ce discours se rapproche de ce que JanMohamed appelle les littératu (...)

16Cependant, l’occidentalisation ne révèle pas nécessairement une admiration inconditionnelle de l’Occident. Comme l’écrit Kôno Kensuke, ce serait aussi pour renverser le schéma de dominant (l’Occident)/dominé (l’Orient) que le Japon s’efforce d’être « occidentalisé ». Cependant, « l’occidentalisation elle-même indique l’adhésion à la structure du monde créée par l’Occident », et le « renversement » ne signifie pas que le Japon parvienne à s’en extraire15. Il ne s’agirait que d’une imitation de la culture occidentale ou de l’affiliation à ce monde. C’est pour cela qu’» une utopie » telle que « l’harmonisation des civilisations orientales et occidentales16 » est prônée par ceux qui veulent promouvoir l’occidentalisation du Japon. Dans Un amour en pays étranger, un Japonais, Takebe, répond sérieusement à un Américain rêvant du pays des mousmés :

  • 17 KZ, 5, 96.

Aujourd’hui, dans notre ère de civilisation, personne ne porte un chignon chonmage. Le Japon d’aujourd’hui qui a battu la Russie est identique aux États-Unis ou aux pays occidentaux. Il y a des tramways, des trains, des bateaux à vapeur, un parlement, des hôpitaux et des écoles. Il n’y a rien qui soit différent de l’Occident. […] Le Japon du xxe siècle a pour mission d’harmoniser la civilisation occidentale et le code d’honneur des samouraïs (bushidô) du Japon ancien pour le développement du monde et le bonheur des êtres humains. Nous avons donc pour mission d’unir les deux grands courants de pensée : ceux de l’Est et de l’Ouest17.

Le culte de l’Occident

  • 18 « Bansan » (« Le dîner »), KZ, 5, 145.
  • 19 Norman Bryson, « After “Orientalism” », dans Kindai Gasetsu, n° 2, 1993, p. 4.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 5.

17L’admiration de l’Occident est d’autre part exprimée d’une manière directe, par la simple expression du « culte de l’Occident18 ». Dans L’orientalisme, qui étudie la construction de l’Orient par l’Occident, celle de son propre Occident par l’Orient lui-même, « l’occidentalisme », n’est pas analysée19. Or, comme l’a montré Norman Bryson, l’étude des processus par lesquels les pays non occidentaux ont évolué au contact de l’Occident, en adoptant certains éléments de la culture occidentale qui répondaient à leur besoin, en en rejetant d’autres pour préserver certains traits de leur propre culture ou encore en en transformant, fournirait une des réponses à ce point de vue à « sens unique » de l’orientalisme20. Selon Bryson, elle permettrait de mieux comprendre le point de vue de l’Orient sur l’Occident et les interactions culturelles entre l’Occident et le Japon pendant l’ère Meiji (1868-1912)21.

  • 22 KZ, 4, 175.
  • 23 L’atmosphère joyeuse des foyers américains est aussi admirée dans « Shikago no futsuka » (« Deux j (...)

18Dans le cas de Kafû, nous pouvons effectivement observer une réinterprétation sélective de certains traits culturels occidentaux que Kafû accomplit en manifestant son adhésion ou son rejet par rapport à différents aspects de la culture occidentale. Dans Récits d’Amérique, un personnage dans « Ichi gatsu ichi jitsu » (« Le premier janvier ») apprécie « les pensées occidentales dans lesquelles se trouvent très fréquemment des mots tels que love (amour), home (foyer)22… », à la différence des idées confucéennes et du bushidô dictés par son père23.

  • 24 KZ, 5, 12. D’autres exemples du « culte de l’Occident » sont dans « Môpassan no sekizô o haisu » ( (...)

19Si Kafû parlant des États-Unis évoque surtout la liberté et la franchise qu’il y a vues, ce que Kafû montre à travers l’adoration exprimée par le « je » narrateur se trouvant en France est avant tout l’art et la littérature. Kafû voit et dépeint la France à travers le filtre des œuvres artistiques et littéraires. Prenons par exemple « Fune to kuruma » (« Le bateau et le train ») : Le Havre est décrit en faisant référence à des œuvres de Maupassant ; le trajet en train entre Le Havre et Paris est celui où se déroule l’histoire de La Bête humaine de Zola. À Paris, le narrateur sent « combien les romans réalistes français et les poèmes parnassiens ont fidèlement et minutieusement décrit la vie de cette grande capitale. La France devient la France par l’existence même de l’art français24 ».

  • 25 N. Bryson, op. cit., p. 4.

20L’image de la France idéalisée chez Kafû est « la construction de son propre Occident25 », c’est-à-dire d’un certain occidentalisme qu’il crée en choisissant délibérément les aspects artistiques en tant que sa représentation de la France.

LA CRITIQUE DU JAPON

21Le revers du culte de l’Occident est le mépris de ce qui n’est pas occidental. Parmi ce qui n’est pas occidental, le Japon sert de cible à la critique de Kafû.

Le dégoût du Japon

22Plus le « je » narrateur s’approche du Japon après son départ de la France, plus sa haine se renforce.

  • 26 « Animosité », KZ, 5, 298.

Les agents de police, les instituteurs, les militaires, les fonctionnaires […], les journaux qui gagnent de l’argent avec des articles traitant de la question humanitaire, les placards qui affichent les interdictions de toutes sortes, les avis, les règles, les mairies, l’état civil, les chefs de famille, les sceaux légaux […] – l’animosité que j’éprouvais depuis longtemps contre l’Empire nippon, l’animosité que j’avais oubliée sans y penser en Occident, a soudainement surgi comme si je me souvenais d’un cauchemar d’une nuit passée26.

23À cause de son « animosité envers le Japon contemporain », le narrateur sur le bateau pour le Japon ne supporte pas non plus l’aspect physique des Japonais qui sont parmi les passagers. Son dégoût vis-à-vis de la physionomie des Japonais et son ressentiment envers le régime japonais se mêlent. Derrière l’apparence grossière de ses compatriotes, le narrateur entrevoit le caractère barbare de son pays natal :

  • 27 KZ, 5, 305.

Le visage pâle de l’épouse avec ses cheveux clairsemés et ses dents sales me fait comprendre implicitement qu’au Japon […] tous les plaisirs de l’amour sont niés, et que les femmes ne sont rien d’autre que les machines de reproduction qui font naître les futurs soldats qui vont conquérir la Russie. En même temps, le grand visage vigoureux et la voix forte et oppressante de l’éducateur me convainquent que le pays civilisé de Meiji est un pays de monarque qui défend la morale et la fidélité à son suzerain, ainsi que la piété filiale et que si j’y mets un pied, je serai obligé de suivre les coutumes traditionnelles qu’ont organisées des ancêtres au teint foncé, aux jambes courtes, au tronc long et aux pommettes saillantes27.

24Le narrateur ne supporte pas le physique des Japonais car il manifeste une absence de culture, un respect pour un état totalitaire et pour une morale qu’il méprise.

La critique du Japon et des Japonais occidentalisés

25L’occidentalisation du Japon et des Japonais peut être l’objet de critique parce que leur imitation de l’Occident reste superficielle et simpliste. L’occidentalisme de Kafû, c’est-à-dire sa construction imaginaire de l’Occident, opère principalement dans le domaine culturel et artistique. Se fondant sur cette image idéalisée de l’Occident, Kafû critique l’occidentalisation brutale imposée par le gouvernement de Meiji parce qu’elle contredit son propre code de l’Occident. Dans Un amour en pays étranger, Fujisaki, un Japonais sarcastique à l’égard des autorités de son pays, fait à des Américains une description burlesque de l’occidentalisation de la société japonaise :

  • 28 KZ, 5, 97.

Se coiffer avec un chonmage, porter un sabre ou porter un kimono brodé sont des coutumes d’il y a un ou deux siècles. L’amiral Perry de votre pays […] est venu au port d’Uraga avec des navires noirs, et il a donné l’ordre aux Japonais de se civiliser en tirant un coup de canon. Environ trente millions de Japonais ont alors, tous en même temps, coupé leur chonmage, abandonné leurs sabres et cousu des vêtements occidentaux28.

  • 29 . Rachael Hutchinson, « Occidentalism and Critique of Meiji », dans Japan Forum, 2001, t. 13 (2), p (...)
  • 30 Xiaomei Chen, Occidentalism. A Theory of Counter-discourse in Post-Mao China, New York, Oxford Uni (...)

26Le culte aveugle voué à l’Occident par les Japonais est ainsi condamné. Dans ce discours de la critique de l’occidentalisation du Japon, nous pouvons constater un autre aspect de l’occidentalisme : la mobilisation de l’image construite de l’Occident pour critiquer son pays, le Japon29. Selon Xiaomei Chen, ce procédé est, dans le cas du régime post-Mao de la Chine, « un puissant anti-“discours officiel” qui utilise l’Autre occidental comme métaphore de la libération politique contre l’oppression idéologique au sein d’une société totalitariste30 ».

  • 31 Dans Kichô-sha no nikki (Journal d’une personne revenue de l’étranger), publié juste après Récits (...)
  • 32 X. Chen, op. cit., p. 8.

27La critique de Kafû vis-à-vis de l’état de l’ère Meiji et des Japonais occidentalisés de l’époque a des points communs avec ce procédé de l’occidentalisme en tant que contre-discours. Il utilise l’image de l’Autre, c’est-à-dire l’Occident ancré dans son histoire et sa tradition31, pour critiquer la modernisation superficielle et l’occidentalisation apparente poursuivies par le gouvernement de Meiji. Il emploie ainsi la construction de l’Autre occidental pour créer un contre-discours destiné à critiquer la politique de l’État32.

28Par l’intermédiaire du personnage de Fujisaki dans Un amour en pays étranger, Kafû dénonce avec un humour décapant ce que dissimule l’occidentalisation, l’oppression de l’État :

  • 33 KZ, 5, p. 99-100.

J’ai l’honneur de vous présenter l’Empire nippon up-to-date dans la dernière mode du xxe siècle. […] Le gouvernement, la police et le peuple ont un rapport très étroit, comme père et fils. C’est pour cela que dans les réunions politiques, les spectacles, les événements sportifs et tous les endroits où les gens se regroupent, le peuple est honoré par la présence d’agents de police en uniformes imposants. […] Les sujets de l’Empire japonais sont comme des saints qui se conforment à une morale sévère. […] Dans nos journaux, les viols, les adultères, les meurtres et la vie privée des gentlemen sont des thèmes d’actualité plus importants que la politique, le commerce ou l’industrie33.

  • 34 KZ, 5, 106.

29Le fruit de la restauration du pays poursuivie au moyen de l’introduction aveugle du progrès up-to-date de l’Occident n’est que l’état policier de l’Empire nippon. Si l’imitation de l’Occident est critiquée, c’est parce qu’elle s’arrête au niveau extérieur des « appareils de la civilisation » tels que la politique, le commerce ou l’industrie, et qu’elle ne descend pas jusqu’à « la vie intérieure profonde de la civilisation34 ».

30Le statut de l’Occident imaginaire construit par Kafû n’est plus seulement un objet admiré. Il évolue en dépassant le premier stade de l’occidentalisme, la construction de la figure de l’Occident comme objet de culte, pour participer, en tant qu’argument de départ, à l’élaboration d’un discours critique sur le Japon, c’est-à-dire un discours autocritique.

LA CRITIQUE DE L’OCCIDENT

31Bien qu’elle soit plus rare que les autres types de discours, la critique de l’Occident apparaît de temps à autre dans les textes de Kafû.

32Le « je » narrateur dans « Deux journées à Chicago » observe les gratte-ciel à Chicago :

  • 35 KZ, 4, 209. Un autre exemple est « Nezame » (« Réveil »), KZ, 4, 138.

Les immeubles de plus de vingt étages se font concurrence sur un grand boulevard. […] Innombrables, les hommes et les femmes disparaissent à vue d’œil dans les ténèbres – ténèbres qu’on appelle Chicago – comme s’ils étaient avalés. J’ai été saisi d’une horreur intense. En même temps, sans avoir le temps de me demander si c’était bien ou mal, j’ai vite été frappé par l’envie de faire partie de ces destructeurs de la civilisation35.

33Il est intéressant d’observer ce mélange de sentiments chez ce narrateur : ce qui l’effraie l’enchante en même temps ; l’objet de la critique devient aussitôt un objet d’adoration. Rien n’est stabilisé dans les perspectives de Kafû ; tout reste ambivalent et mobile.

  • 36 KZ, 5, 97.
  • 37 KZ, 5, 98.
  • 38 KZ, 5, 98.

34Dans Un amour en pays étranger, Fujisaki explique humoristiquement aux Américains qui regrettent que le Japon soit « comme l’Occident36 » et qu’il n’y ait plus de mousmé en kimono ni de pousse-pousse, que c’est à cause des Américains qui « sont venus exprès en traversant la mer pour crier l’ordre : “Soyez civilisés  !” », que les Japonais se sont occidentalisés37. « Les Américains sont les pères de la civilisation japonaise. Vous nous avez donné l’ordre de nous couper le chignon et de nous habiller en habits occidentaux38 ». Nous pourrions déceler dans ces propos sarcastiques de Fujisaki la critique de l’impérialisme et du colonialisme des États-Unis dans leur effort de « civiliser » le Japon.

  • 39 KZ, 5, 98.

Les temples shintoïstes et bouddhistes que vous trouvez beaux et magnifiques même en photos sont détruits progressivement. […] Le christianisme a acquis de l’influence et partout des églises en bois ont été bâties. Le Japon est le premier pays chrétien dans le monde39.

35En même temps que Fujisaki critique le Japon qui accepte trop facilement l’occidentalisation imposée, il critique l’Occident qui force un pays « non civilisé » à acquérir son système socioculturel. Ce discours caricaturant l’occidentalisation du Japon est tragi-comique.

L’AUTO-ORIENTALISME/L’AUTO-JAPONISME, OU LE CULTE DU JAPON

  • 40 Suga Hidemi, « Teikoku » no bungaku (La littérature de « l’Empire »), Ibunsha, 2001, p. 161.

36Nous avons observé plus haut deux niveaux d’occidentalisme. Dans la première phase, Kafû construit l’autre occidental en acceptant ou rejetant certains aspects de sa culture. Dans la seconde, il utilise cette image construite de l’Occident afin de critiquer son propre pays. Nous arrivons au niveau suivant dans les textes de Kafû. Il s’agit de l’adhésion, de l’adaptation ou du rejet par Kafû, un écrivain japonais, du discours orientaliste des Occidentaux, c’est-à-dire de l’image ou du fantasme sur le Japon créés par l’Occident. Suga Hidemi appelle ce processus d’intériorisation du point de vue propre à l’orientalisme créé par l’Occident, « auto-orientalisme ou occidentalisme40 », car il ne peut s’agir de ce qu’on appelle orientalisme dans la mesure où Kafû est lui-même oriental. Il s’agit donc de l’occidentalisme en tant qu’intériorisation du regard occidental sur l’Orient.

  • 41 Sur la notion d’hybridité, voir par exemple Homi K. Bhabha, « The Commitment to Theory », dans New (...)
  • 42 N. Bryson, op. cit., p. 5.

37Nous constatons ici un phénomène de porosité et d’hybridité41 ; les catégories ne sont plus bipolarisées entre l’Occident et l’Orient, elles deviennent « différenciées, nuancées et mobiles42 », comme le note Bryson. On parle de soi-même par le biais de l’autre qui nous regarde. On se découvre soi-même par le détour du regard de l’autre posé sur soi.

L’auto-orientalisme (l’occidentalisme)43

  • 43 Afin de différencier le sens de l’occidentalisme utilisé dans les deux figures différentes, b. 2. (...)

38Dans Récits d’Amérique le « je » narrateur de « La mer en été » accepte, bon gré mal gré, cette représentation du Japon créée par l’Occident :

  • 44 Les jeunes apprenties geishas.
  • 45 « La mer en été », KZ, 4, 215.

La beauté du Japon est connue et appréciée par le monde entier […] pour les cerisiers en fleurs, les geishas dansant comme des papillons. Notre vocation à nous, les Orientaux, n’est pas, comme certains le disent, de nous enivrer des rêveries de l’harmonie des civilisations orientales et occidentales ; c’est, pour les hommes, de tous devenir des horticulteurs, et pour les femmes, de toutes devenir des danseuses maiko44 pour créer, avec toutes les forces de la nation, un pays de plaisir et de musique45.

  • 46 KZ, 5, 95.

39L’ironie de ce narrateur face à ces images orientalistes du Japon construites par l’Occident est évidente mais pas très explicite. En revanche dans Un amour en pays étranger, Fujisaki est nettement sarcastique. Aux Américains qui rêvent de « mousmés » jouant au shamisen, un autre Japonais Takebe, indigné, leur explique qu’elles sont « de viles femmes qu’on appelle des geishas46 ». Fujisaki réagit en riant :

  • 47 KZ, 5, 95.

Elles ne sont pas ignobles. Elles sont musiciennes. Elles sont les déesses de la beauté. Leur contribution pour faire connaître le Japon au monde entier est bien plus extraordinaire que celle du nouveau vaisseau de guerre japonais, X, qui est venu en Occident récemment47.

  • 48 Kono K., op. cit., p. 296.
  • 49 Ibid., p. 297.

40Ces deux citations montrent bien, comme Kôno l’affirme, que voir la destinée du Japon selon les stéréotypes orientalistes équivaut à voir « le Japon en tant que prostituée48 ». Kafû a délibérément choisi ce discours du « quasi-auto-orientalisme »49 tout en ayant conscience qu’il révélait la structure du monde dominé par l’Occident au début du xxe siècle.

  • 50 X. Chen, op. cit., p. 4-5.
  • 51 R. Hutchinson, op. cit., p. 210.
  • 52 Sur cette figure, voir le chap. 3, sect. 2.8.2. de notre thèse, Nagai Kafû (1879-1959) et le champ (...)

41Cependant, l’appropriation de l’image donnée aux dominés par les dominants produit-elle forcément un effet négatif ? Comme le note Xiaomei Chen dans le cas de la Chine, l’occidentalisme (dans le sens d’auto-orientalisme) pourrait être « une pratique discursive qui, en construisant son Autre occidental, a permis à l’Orient de participer activement et avec la créativité indigène au processus de l’appropriation de soi, même après avoir été intégré et construit par les Autres occidentaux50 ». Kafû agit comme « un participant actif dans l’affirmation de l’identité du Japon » et s’engage dans « l’appropriation de soi pour redéfinir le Japon51 ». Cette figure du « culte du Japon par le détour de l’auto-japonisme » par le biais de l’appréciation de la culture japonaise traditionnelle est le discours d’appropriation de l’image de soi créée par l’Occident. Elle sera développée pleinement dans les œuvres ultérieures à Récits de France52.

42Les textes de Kafû, qui mêlent et alternent sans cesse les points de vue sur le Japon, les États-Unis, la France, l’Orient et l’Occident, sont ainsi remplis d’ambivalence et d’hétérogénéité. Kafû présente un point de vue dans un texte, puis réfléchit sur ce qu’il a écrit, s’autocritique, annonce une autre opinion, différente ou opposée, revient sur son premier point de vue… Il prend la liberté de jouer avec des perspectives hétérogènes voire contradictoires. C’est ce déplacement perpétuel qui crée l’œuvre hybride et originale de Kafû.

Notes

1 Le nom patronymique précède le prénom. Nous suivons l’usage japonais de désigner les gens de lettres par leur « prénom » de plume (par ex. Kafû pour Nagai Kafû).

2 « Désert », dans Kafû zenshû (L’intégrale de Kafû), tomes 1-30, Tôkyô, Iwanami shoten, 1992-1995, t. 5, p. 288. Nous utiliserons désormais l’abréviation KZ, suivie des numéros de tome et de page (par exemple KZ, 5, 288). Les traductions françaises sont de l’auteur.

3 Edward Said, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, traduit par Catherine Malamoud, Paris, Éditions du Seuil, 1980, p. 40 [New York, 1978].

4 Ibid., p. 15.

5 Homi K. Bhabha, « Signs Taken for Wonders : Questions of Ambivalence and Authority under a Tree Outside Delhi (May 1817) », dans Critical Inquiry, t. 12 (1), automne 1985, p. 154.

6 « Natsu no machi » (« Ville en été »), dans Mita bungaku, août et septembre 1910, KZ, 7, 224.

7 KZ, 5, 94-95. Ils parlent de l’opérette Le Mikado de Gilbert et Sullivan.

8 Le mot mousmé, transcription du japonais musume, « jeune fille ou jeune femme », a été popularisé par Pierre Loti dans Madame Chrysanthème, publié en 1887.

9 Kôno Kensuke, Tôki toshiteno bungaku (Littérature comme spéculation), Tokyo, Shin. yôsha, 2003, p. 296.

10 KZ, 5, 288.

11 KZ, 5, 328.

12 « Rokugatsu no yo no yume » (« Le rêve d’une nuit d’été au mois de juin »), KZ, 5, 266. D’autres exemples de ce procédé se trouvent dans « Rinkan » (« Dans les bois »), KZ, 4, 99, et « Natsu no umi » (« La mer en été »), KZ, 4, 221.

13 « Matsuri no yogatari » (« Récit de la nuit de fête »), KZ, 5, 164.

14 KZ, 5, 74-75. Pour un autre exemple, voir « Akkan » (« Animosité »), KZ, 5, 300.

15 Kôno K., op. cit., p. 296.

16 « La mer en été », KZ, 4, 215. Ce discours se rapproche de ce que JanMohamed appelle les littératures « symboliques » qui « essaient de trouver des solutions syncrétiques » entre « le colonisateur et le colonisé », Abdul R. JanMohamed, « The Economy of Manichean Allegory », dans Critical Inquiry, t. 12 (1), 1985, p. 66.

17 KZ, 5, 96.

18 « Bansan » (« Le dîner »), KZ, 5, 145.

19 Norman Bryson, « After “Orientalism” », dans Kindai Gasetsu, n° 2, 1993, p. 4.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 5.

22 KZ, 4, 175.

23 L’atmosphère joyeuse des foyers américains est aussi admirée dans « Shikago no futsuka » (« Deux journées à Chicago »), KZ, 4, 203-204.

24 KZ, 5, 12. D’autres exemples du « culte de l’Occident » sont dans « Môpassan no sekizô o haisu » (« Honorer la statue de Maupassant »), KZ, 5, 228, ou « Pari no wakare » (« Adieu à Paris »), KZ, 5, 266.

25 N. Bryson, op. cit., p. 4.

26 « Animosité », KZ, 5, 298.

27 KZ, 5, 305.

28 KZ, 5, 97.

29 . Rachael Hutchinson, « Occidentalism and Critique of Meiji », dans Japan Forum, 2001, t. 13 (2), p. 210.

30 Xiaomei Chen, Occidentalism. A Theory of Counter-discourse in Post-Mao China, New York, Oxford University Press, 1995, p. 8.

31 Dans Kichô-sha no nikki (Journal d’une personne revenue de l’étranger), publié juste après Récits de France, Kafû écrit ceci : « Autant que j’ai pu le constater, l’Occident n’est pas partout modernisé. […] Les pays occidentaux sont donc des pays qui respirent l’ancien, des pays qui respirent l’histoire », KZ, 6, 193.

32 X. Chen, op. cit., p. 8.

33 KZ, 5, p. 99-100.

34 KZ, 5, 106.

35 KZ, 4, 209. Un autre exemple est « Nezame » (« Réveil »), KZ, 4, 138.

36 KZ, 5, 97.

37 KZ, 5, 98.

38 KZ, 5, 98.

39 KZ, 5, 98.

40 Suga Hidemi, « Teikoku » no bungaku (La littérature de « l’Empire »), Ibunsha, 2001, p. 161.

41 Sur la notion d’hybridité, voir par exemple Homi K. Bhabha, « The Commitment to Theory », dans New Formations 5, 5-23, 1988.

42 N. Bryson, op. cit., p. 5.

43 Afin de différencier le sens de l’occidentalisme utilisé dans les deux figures différentes, b. 2. et c. 2., nous utilisons ici le terme d’« auto-orientalisme » plutôt qu’« occidentalisme ».

44 Les jeunes apprenties geishas.

45 « La mer en été », KZ, 4, 215.

46 KZ, 5, 95.

47 KZ, 5, 95.

48 Kono K., op. cit., p. 296.

49 Ibid., p. 297.

50 X. Chen, op. cit., p. 4-5.

51 R. Hutchinson, op. cit., p. 210.

52 Sur cette figure, voir le chap. 3, sect. 2.8.2. de notre thèse, Nagai Kafû (1879-1959) et le champ littéraire : genèse d’un écrivain, université Paris Diderot – Paris 7, UFR LCAO, septembre 2008.

Auteur

Université Paris Diderot – Paris 7

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540