Version classiqueVersion mobile

L'ailleurs de l'autre

 | 
Claudine Le Blanc
, 
Jacques Weber

Voyageurs d'Extrême-Orient

Yu Kiljun, Sŏyu kyŏnmun : du récit de voyage comme illustration d’une conviction

Eun-Jin Jeong

Texte intégral

1Yu Kiljun et Sŏyu kyŏnmun : deux noms propres que les élèves coréens doivent connaître. L’un est le premier Coréen ayant étudié au Japon, mais aussi aux États-Unis. L’autre est le titre du premier récit de voyage en Occident et, par ailleurs, le premier texte écrit en un mélange de caractères chinois et de coréen. Ces étiquettes officielles dispensent trop souvent et à tort les Coréens de s’intéresser de plus près à cette figure historique, plus complexe qu’il n’y paraît, et à son rôle au cours d’une période mouvementée de l’histoire de la Corée. La présente étude tente de mettre en lumière le parcours du personnage et de réfléchir sur le véritable sens de son récit de voyage si connu dans son pays d’origine et si injustement méconnu ailleurs.

LA JEUNESSE

2Yu Kiljun naît en 1856 à Séoul dans une famille de lettrés occupant des postes importants dans la haute fonction publique. La Corée s’appelle alors Chosŏn et ce depuis cinq siècles. Après la mort du roi Ch’ŏljong en 1863, Kojong, âgé de onze ans, lui succède sur le trône. Le père de ce dernier, Taewŏngun, assure la régence et renforce la politique d’isolement en vigueur. La péninsule n’est alors ouverte aux cultures extérieures qu’à travers la Chine.

3En 1866, un navire américain remonte la rivière Taedong et accoste à Pyongyang dans le but d’y faire du commerce, mais il est incendié par les indigènes. Peu après, réagissant à l’exécution de neuf missionnaires sur ordre des autorités, hostiles au christianisme, la France envoie sur la côte coréenne une expédition navale menée par l’amiral Roze qui subit d’importants revers. Fort de ces victoires, le régent fait ériger partout dans le pays des stèles interdisant l’accès aux étrangers et incitant la population à les combattre.

4Beaucoup d’habitants de Séoul fuient la capitale, une rumeur annonçant une imminente invasion étrangère. La famille de Yu Kiljun est de ceux-là et se réfugie en province pendant trois ans. De retour à Séoul, l’enfant s’instruit auprès de son grand-père maternel qui fréquente des intellectuels renommés et possède une riche bibliothèque. C’est donc tout naturellement que, vers 1870, Yu Kiljun rejoint les positions de Pak Kyusu (1807-1876), devenu partisan de l’ouverture (alors que c’est lui qui avait fait brûler le vaisseau américain en 1866), fin connaisseur des « études pratiques » (sirhak), courant réformiste du xviiie siècle, et par ailleurs petit-fils de Pak Chiwŏn (1737-1805) qui a laissé un célèbre récit de voyage en Chine intitulé Yŏrha ilgi ou Journal du Jehol.

5C’est lors d’un voyage en Chine, au cours duquel Pak Kyusu constate les progrès techniques apportés par les Occidentaux dans ce pays dont ils ont forcé les portes, qu’il prend conscience de la nécessité d’augmenter les capacités défensives de son propre pays. Il sollicite alors le régent pour qu’il accepte les contacts avec les Occidentaux et en tire bénéfice, mais il n’est pas écouté. Bien qu’il n’y voie qu’un pis-aller, il œuvre pour la signature d’un traité avec le Japon en 1876, le premier du genre, qui va entraîner la conclusion d’autres accords similaires avec les puissances étrangères.

  • 1 Kang Man’gil, Koch’ŏ ssŭn han’guk kŭndaesa (Histoire moderne de la Corée revue et corrigée), Séoul (...)

6Mais la véritable cause de ce traité inégal est éminemment politique, comme l’explique l’historien sud-coréen Kang Man’gil1 : le régent est affaibli par le coût des travaux qu’il a fait réaliser après les luttes contre les expéditions occidentales, et le clan Min, de la famille de la reine, en profite pour s’emparer du pouvoir. Il s’empresse ensuite de le consolider et pour cela il est nécessaire d’être en paix avec les puissances étrangères. Quant au Japon, il cherche des compensations aux traités inégaux qu’il a signés avec les puissances occidentales. Autant dire que ce n’est pas par une nécessité interne de modernisation que la Corée s’ouvre sur l’extérieur, mais par un enchaînement d’événements malencontreux qui aboutira à l’annexion du pays par le Japon en 1910.

7Au contact de Pak Kyusu, Yu Kiljun, qui préparait le concours administratif comme tous les enfants de lettrés de l’époque, y renonce pour se consacrer de façon plus approfondie au savoir occidental. Il lit entre autres Haiguo tuzhi ou Géographie illustrée des nations maritimes du géopoliticien chinois Wei Yuan, publiée à la fin de la première guerre de l’Opium en 1843 et qui proposait une nouvelle vision du monde. Il étudie de près le sirhak et le mouvement d’auto-renforcement de la Chine (yangwu yundong). Il côtoie des progressistes tels que Kim Yunsik, Ŏ Yunjung, Pak Yŏnghyo, Sŏ Kwangbŏm, Kim Okkyun. Après la mort de Pak Kyusu, ses disciples se divisent. Kim Okkyun, par exemple, se radicalise et organisera un coup d’État en 1884. Yu prend ses distances.

LE JAPON, L’AMERIQUE ET L’EUROPE

  • 2 Jean-Jacques Origas, Dictionnaire de littérature japonaise, Paris, PUF/Quadrige, 1994, p. 47-48.

8En mai 1881, le gouvernement coréen envoie une délégation au Japon afin qu’elle observe l’évolution de ce pays voisin qui a ouvert ses portes à l’Occident plus tôt que la Corée. Yu Kiljun y accompagne Ŏ Yunjung, chargé d’y étudier les institutions financières. Il fréquente alors le collège de Keiō fondé par le maître à penser Fukuzawa Yukichi (1835-1901). Ce dernier « compte parmi ceux qui engagent [le Japon] de manière irréversible dans la voie de la modernisation2 ». Ses ouvrages, tels que Seiyō jijo (Situation en Occident), une encyclopédie de la civilisation européenne publiée entre 1866 et 1870, ou Gakumon no susume (Plaidoyer pour l’étude) ou encore Bunmeiron no gairyaku (Bref traité de civilisation), exercent une grande influence sur ses compatriotes. Yu Kiljun rêve d’écrire des œuvres comparables pour éclairer les siens. Auteur prolifique, Fukuzawa fonde par ailleurs en 1881 un quotidien, Jiji shinpo (Nouvelles de l’actualité). À sa demande, Yu y publie un article sur l’importance de la presse dans la société japonaise.

9Pendant ce temps, en Corée, les soldats de l’armée traditionnelle, recrutés parmi les couches pauvres de la population, se soulèvent contre les autorités pour exprimer leur mécontentement au sujet de la discrimination dont ils font l’objet par rapport à l’armée moderne créée sur le modèle japonais. L’événement sert de prétexte aux Japonais pour une intervention militaire, mais les Chinois les prennent de vitesse. L’étau se resserre autour de la Corée.

10Yu Kiljun interrompt ses études et son séjour au Japon qui a duré un an et demi. Une fois rentré dans son pays, il se fait une place au sein du ministère des Affaires étrangères et aide à la création du premier journal coréen.

11En 1883, il repart, pour les États-Unis en tant que membre de la délégation qui accompagne le ministre plénipotentiaire Min Yŏngik. Sa mission diplomatique ayant pris fin au bout de quelques mois, il décide de rester au Massachusetts pour y étudier. Le naturaliste Edward S. Morse, alors directeur du Peabody Museum de Salem et que Yu a déjà rencontré au Japon où il a introduit entre autres le social-darwinisme, le prend sous sa protection. En 1884, Yu apprend qu’un coup d’État s’est produit dans son pays et rentre chez lui en passant par l’Europe.

12Mais à son arrivée en décembre 1885, il est arrêté pour avoir pris contact avec les auteurs du coup d’État manqué, ou, suivant une autre interprétation, pour être mis à l’abri des menaces de l’armée chinoise qui a fait avorter cette tentative. Toujours est-il que c’est durant son assignation à résidence qui dure sept ans qu’il écrit Sŏyu kyŏnmun ou Observations lors d’un voyage en Occident. Il le termine en 1889 et le publie en 1895 au Japon. Il ne s’agit pas là d’un simple récit de voyage, mais d’un essai dans lequel il rapporte les mœurs et les institutions des pays occidentaux, expose sa propre vision du monde et insiste sur la nécessité de moderniser la Corée. Il y propose des idées destinées à aider l’État dans cette tâche, idées qui serviront de base aux réformes mises en place en 1894, soit deux ans après sa libération. À l’instar du Seiyo jijŏ de Fukuzawa au Japon, Sŏyu kyŏnmun de Yu Kiljun constitue un véritable bouleversement pour la Corée.

13En 1894, une émeute de paysans éclate dans la province du Chŏlla, dans le sud-ouest du pays, provoquant les interventions militaires japonaise et chinoise. Le gouvernement coréen fait alors de Yu Kiljun son représentant auprès de l’armée japonaise, mais celle-ci investit le palais royal, chasse le clan de la reine et installe un nouveau gouvernement. Yu et ses compagnons progressistes modérés en font partie. Pendant que le Japon est occupé à faire la guerre à la Chine, ils mettent en place une série de réformes politiques, économiques et sociales répondant aux exigences des paysans – notamment l’abolition de l’esclavage et de la classification de la population en catégories sociales. Les réformes de l’année 1894 sont les plus radicales qu’eut alors connues le pays. La Corée se tourne vers le Japon occidentalisé, le préférant à la Chine, son modèle depuis le viiie siècle.

14En 1895, la reine est assassinée par les Japonais qu’inquiètent ses tendances russophiles. Les réformistes continuent leur travail et ordonnent à l’ensemble des Coréens de sexe masculin de se couper les cheveux qu’ils portent longs. Ces deux événements exaspèrent la population. De son côté, se sentant menacé après l’assassinat de son épouse, le roi se réfugie dans la légation russe pendant un an et condamne les membres du gouvernement pro-japonais, dont Yu Kiljun qui s’exile au Japon en 1896.

15Il y prépare avec ses jeunes compatriotes issus de l’École militaire japonaise la destitution du roi coréen, promu entre-temps empereur, et son remplacement par un de ses fils. Le gouvernement japonais le contraint à s’installer sur une île pour éviter des problèmes diplomatiques avec la Corée. Il y reste quatre ans. Le Japon sort vainqueur de la guerre avec la Russie et signe en 1905 avec la Corée un traité de protectorat qui constitue une annexion de facto qui sera officialisée cinq ans plus tard.

16En 1907, le gouvernement japonais destitue l’empereur de Corée à qui il reproche d’avoir expédié un émissaire à La Haye pour plaider auprès de la communauté internationale la cause de son pays réduit à l’état de colonie. Yu Kiljun publie aussitôt une déclaration condamnant la décision des Japonais, dont les échos parviennent jusqu’en Corée. Revenu au pays après douze années d’exil, il œuvre à sa modernisation, notamment en matière d’enseignement et d’édition. Il meurt en 1914.

SŎYU KYŎNMUN

  • 3 Yu Kiljun, Sŏyu kyŏnmun (Observations lors d’un voyage en Occident) (1895), traduit en coréen mode (...)

17Dans sa préface à Sŏyu kyŏnmun, Yu Kiljun affirme qu’il avait rédigé le compte-rendu d’un périple en Occident en 1882… époque à laquelle il séjournait au Japon ! « Mais écrire le récit d’un voyage qui n’a pas eu lieu et qui se contente d’être une synthèse des écrits des autres est comme amalgamer à son propre rêve celui d’autrui. […] Je regrettais ne pas pouvoir rapporter un témoignage direct3 ». Il aurait de toute manière égaré ce manuscrit.

18Quand il regarde le Japon, c’est l’Occident qu’il voit à travers lui :

  • 4 Ibid., p. 14.

Le Japon est devenu une puissance grâce aux relations qu’il noue depuis trente ans avec des pays occidentaux, en s’inspirant de ce qui est bénéfique chez eux, en copiant leurs différents systèmes et en observant l’évolution du monde. Ce qui me fait dire que parmi les « yeux bleus et cheveux roux », il existe assurément des gens possédant une connaissance et un talent supérieurs et que tous ne sont pas des barbares, contrairement à ce que j’avais cru auparavant4.

19On peut donc imaginer sa joie quand en 1883 il traverse enfin le Pacifique et surtout obtient l’autorisation de ses supérieurs de rester aux États-Unis pour y étudier. Il réalise rapidement que, pour s’informer sur les mœurs des Occidentaux, il faut d’abord apprendre leur langue, l’anglais en l’occurrence. Il sollicite Morse à cette fin, et c’est aussi grâce à ce dernier qu’il apprend à connaître la réalité de la vie des Américains.

  • 5 Ibid., p. 17.

À mesure que je comprenais la langue [des Américains], je m’habituais à leurs mœurs et me voyais invité dans leurs festivités où on buvait, chantait et dansait. J’ai ainsi appris leurs manières de s’amuser ou d’exprimer chagrin et joie. J’ai pu observer les rites du mariage et des funérailles, leur façon de réagir devant les événements heureux ou malheureux5.

20C’est dès juin 1885 qu’il entame un périple qui, partant de la côte est américaine, le mènera en Europe avant qu’il ne regagne la Corée à la fin de la même année. Il tient à laisser des traces écrites de son expérience comme l’a fait Pak Chiwŏn. Or, ce récit de voyage ressemble davantage à un manuel de modernisation.

  • 6 Ibid., p. 25.

Ce livre est écrit sur la base des notes que j’ai prises lors de mon séjour en Occident de ce que j’ai entendu et vu à mes heures perdues après l’étude et aussi à l’aide des livres que j’ai consultés à mon retour. Erreurs et lacunes sont probablement nombreuses. Je n’ai pas rédigé une œuvre que je voulais éternelle, mais un ersatz de journal éphémère6.

21Quand on sait que lui-même, s’inspirant du journal de Fukuzawa, a œuvré à la naissance d’un équivalent coréen et que les journaux allaient bientôt avoir une importance primordiale dans le foisonnement intellectuel du pays, ces propos ne relèvent pas de la simple modestie, mais plutôt d’un désir pressant de l’auteur, celui d’apporter une contribution concrète au devenir de son pays, exprimé par ailleurs par son choix, sur lequel nous reviendrons, de l’écriture mélangée.

22Les dix-huit premiers chapitres, sur vingt au total, sont consacrés à la géographie du monde et à la civilisation occidentale. Dans les deux premiers chapitres, il est question des montagnes, des mers, des fleuves, des lacs, des races et des productions particulières, industrielles ou agricoles par exemple. Les chapitres 3 et 4 sont consacrés aux droits de l’État, à ceux de sa population et à l’importance de l’éducation. Des précisions interviennent dans les chapitres suivants à propos des institutions, des systèmes politiques et éducatifs, des impôts, de l’armée, de la monnaie, des lois, de la police, de la santé, des études, des religions, des rites, des jeux, ainsi de suite.

23Pour ce faire, Yu ne cite pas toujours nommément les systèmes étrangers, mais donne une vision générale de ce que doivent être par exemple les « droits de l’État », et sa vision est nourrie, peut-on supposer, de ses impressions personnelles, de ses lectures et de ses rencontres. Il est intéressant d’observer comment il laisse apparaître ses préoccupations du moment derrière une ambition à caractère encyclopédique, quoi qu’il en dise. Ainsi dans le sous-chapitre consacré aux « droits de l’État », il est presque exclusivement question des droits dont un pays indépendant, même si cette indépendance peut paraître dérisoire et s’il paie un tribut à un autre, peut se prévaloir auprès de ce dernier et des autres nations, ce qui constitue une allusion transparente aux relations inéquitables qu’entretiennent alors les cours coréenne et chinoise. Le message sous-jacent de l’auteur peut se résumer ainsi : la Corée n’est pas une vassale de la Chine, mais lui paie tribut de son propre gré pour s’en protéger ; la Chine ne doit pas abuser de son statut pour intervenir dans les affaires intérieures de la Corée et notamment empêcher cette dernière de nouer des liens d’amitié avec d’autres peuples. Il cite alors sur le mode anecdotique, comme il a coutume de le faire dans son livre, le cas de la Grèce libérée du joug ottoman grâce à une alliance des puissances occidentales. On peut aisément imaginer que le but de Yu Kiljun est de contrer ses confrères conservateurs prochinois et aussi de rétablir la dignité de la Corée envisagée comme un membre à part entière de la communauté internationale, réalité dont il vient de prendre pleinement conscience.

24S’il y a un modèle politique à suivre, précise-t-il néanmoins, c’est le modèle anglais, à savoir la monarchie constitutionnelle. Et c’est ce que lui et ses camarades tenteront de mettre en place lors qu’ils lanceront des réformes en 1894.

  • 7 Ibid., p. 146.

En Asie, le régime le plus courant est celui où c’est le roi qui gouverne, tandis que l’Europe préfère généralement celui où le souverain s’appuie sur le peuple. Dans beaucoup de pays du continent américain, c’est ce dernier qui gouverne. […] On observe que l’Europe et l’Amérique comptent plusieurs pays cent fois plus riches et puissants que l’Asie. Qui ne souhaiterait que son propre pays soit riche et puissant ? Mais ce décalage résulte de la différence des institutions et des normes7.

25Pour rendre le pays « riche et puissant », la priorité absolue doit être donnée à l’enseignement. Tout le mal vient de l’ignorance. L’instruction est nécessaire à l’accroissement de la compétitivité. Ceci est vrai aussi bien pour un individu que pour une nation. En même temps, moderniser le pays, c’est aussi le débarrasser des institutions moyenâgeuses comme les castes, offrir à chacun les chances qu’il mérite.

26L’État doit venir en aide aux plus démunis, notamment pour les éduquer, ne serait-ce que pour se protéger des crimes engendrés par la bêtise, pense Yu Kiljun, qui établit un rapport passionné sur les différents systèmes sociaux de l’Occident, qui le font rêver pour son propre pays à ce que l’on appellerait aujourd’hui « l’État-providence ».

  • 8 Ibid., p. 268.
  • 9 Ibid., p. 121.

27Ce dernier en retour exige la loyauté de ses membres. Un individu représente d’abord son pays : « Même si chacun possède un nom de famille et un prénom dénotant sa filiation, ceux-ci ne peuvent être des appellations primant tout. Pour un Coréen, les trois syllabes “Co-ré-en” constituent le titre le plus important et le plus officiel8 ». L’homme est doté d’un certain nombre de droits visant à garantir son bien-être, mais il l’est moins en tant que tel que comme membre de la communauté nationale. D’où une affirmation pour le moins radicale : « Il y a deux sortes de mort : la première est une mort naturelle, comme par exemple celle que cause une maladie ; la seconde une mort plus sociale, celle qui consiste à changer de nationalité9 ». Dès son retour en Corée, sa conception d’une nation moderne est ainsi ancrée dans un patriotisme qui va aller s’affirmant au fil des épreuves que le pays va rencontrer pour se muer en un nationalisme de plus en plus exacerbé, encore que plus défensif qu’agressif.

28Yu Kiljun introduit par ailleurs des notions étonnamment modernes pour l’époque et qui ont dû, lors de leur publication, déconcerter ses compatriotes. C’est ainsi qu’il présente l’activité de l’écrivain comme un métier à part entière. À l’époque de Chosŏn, les lettrés sont la plupart du temps des nobles qui n’ont pas le droit de s’adonner à des activités économiques. Or, Yu rappelle qu’en Occident, l’édition permet non seulement au public de s’instruire, mais aussi aux écrivains de vivre de leurs droits d’auteur. On peut encore admirer son éloge de la liberté de la presse, inattendue de la part d’un lettré nourri d’un confucianisme qui prône la vertu du silence :

  • 10 Ibid., p. 126-127.

Le peuple pourra débattre des mœurs viles, des habitudes infâmes, des actes malhonnêtes, des mesures injustes et les dénoncer dans la presse, si bien que lui-même se comportera de manière à éviter ce genre de polémique et de critique et que par crainte, les fonctionnaires s’abstiendront d’abus de pouvoir10.

29Ce n’est finalement que dans les deux derniers chapitres qu’il traite des villes des États-Unis, de France, d’Allemagne, du Portugal, d’Espagne et de Belgique. Mais là aussi, le style de Yu diffère totalement de celui de Pak Chiwŏn, qui non seulement raconte ce qu’il voit, mais disserte aussi longuement sur ses impressions. Son objectif n’étant pas tant de narrer que d’instruire, Yu manifeste un intérêt particulier pour l’urbanisme. Il avoue aussi que les informations qu’il donne sont souvent de seconde main :

  • 11 Ibid., p. 419.

Je vais à présent décrire différentes villes, mais étant donné la difficulté qu’il y a à brasser en quelques pages autant de personnalités et de beaux paysages, il y aura sûrement des lacunes. Passe encore pour les endroits que j’ai vus de mes propres yeux, mais pour le reste il s’agit d’une retranscription maladroite des écrits des autres. Il est possible que certaines descriptions ne soient pas fidèles à la réalité, voire qu’elles la trahissent totalement11.

  • 12 Ibid., p. 450.

30Partout où il va, il est séduit par la grandeur et l’ingéniosité de l’œuvre humaine. « Lorsque Napoléon est rentré au pays, y ramenant quantité de richesses après avoir conquis plusieurs États européens, les dimensions de Paris étaient loin de satisfaire l’invincible héros qu’il était12 », explique-t-il avec une pointe d’envie avant de décrire les travaux d’aménagement qu’avait connus la capitale française.

31La Corée sort à peine de sa longue période d’isolement ; quant à son peuple, il est totalement ignorant du monde extérieur. Yu cherche à donner un aperçu aussi général que complet sur la civilisation, les institutions et les modes de vie de l’Occident.

J’ai écrit ce livre pendant les longues années où j’étais assigné à résidence et l’ai publié en 1894 au Japon. Je l’ai distribué gratuitement dans l’espoir d’enrichir les connaissances de mes compatriotes à propos du monde extérieur. Il a partout reçu un accueil enthousiaste. Mais depuis mon exil, il est interdit d’y jeter ne serait-ce qu’un coup d’œil,

  • 13 Yi Kwangrin, Kaehwap’awa kaehwa sasang yŏn’gu (Études sur l’idée sur l’ouverture et ses partisans) (...)

32écrit Yu Kiljun à Morse en 1897, depuis le Japon où il s’est retiré13. En effet, le livre tiré à mille exemplaires échoue à produire l’effet escompté, moins à cause de son contenu que du contexte politique. L’espoir qu’il exprime dans l’ouvrage, à savoir celui d’ouvrir les yeux des Coréens sur le monde extérieur, est réduit à néant lorsque le roi se réfugie à la légation russe en février 1896, ce qui entraîne par la suite l’exil de Yu Kiljun au Japon. Le sort contraire qu’a connu cette publication fait un triste contraste avec l’impact suscité par Seiyo jijŏ de Fukuzawa qui, vendu à des centaines de milliers d’exemplaires, a grandement contribué à la modernisation du Japon.

L’IMPORTANCE DE SŎYU KYŎNMUN SUR LE PLAN LINGUISTIQUE

33Une autre raison qui fait que le livre de Yu Kiljun compte dans l’histoire de la Corée tient à sa forme. Il est écrit dans un mélange de caractères chinois et de coréen. Rappelons qu’en cette fin de xixe siècle, tous les écrits dits « sérieux » sont encore rédigés en chinois, langue qui est alors l’apanage des lettrés et diffère totalement du coréen parlé. L’alphabet coréen appelé han’gŭl, inventé au xve siècle, était surtout utilisé par les femmes et le peuple ; il permet dès le xviie siècle le foisonnement d’une littérature populaire. Ces deux mondes scripturaux ne se mélangent guère. Le choix que fait le lettré Yu Kiljun de cette écriture mixte pour la rédaction d’une sorte d’essai sociopolitique est donc révolutionnaire. Il raconte, toujours dans sa préface, comment un ami à qui il a fait lire son manuscrit a critiqué ce choix linguistique, et il s’en explique :

  • 14 Yu, op. cit., p. 20.

Mon objectif étant d’en faciliter la compréhension à quiconque sait lire, je me suis efforcé avant tout d’être clair dans mon exposé. […] Notre écriture a été inventée par feu notre roi [Sejong] contrairement aux caractères chinois que nous avons en partage avec les Chinois. Je regrette de ne pas avoir utilisé uniquement notre propre langue. À présent que nous avons établi des relations diplomatiques avec les pays étrangers, toute la population – quelle que soit la classe sociale et y compris les femmes et les enfants – doit connaître la situation de ces pays14.

34Cette déclaration précède de cinq ans la décision du roi d’imposer le coréen pour la rédaction des documents officiels. Le choix de l’auteur ne manque pas d’audace vu son statut de lettré et le sérieux des sujets qu’il traite. Yu a œuvré toute sa vie pour la propagation de l’écriture coréenne.

  • 15 Dans leur Histoire de la littérature coréenne (Paris, Fayard, 2002), Cho Dong-il et Daniel Bouchez (...)

35Le texte de Yu Kiljun reste difficile d’accès aux Coréens qui ont fait leur scolarité après 1970, car l’apprentissage des caractères chinois a été longtemps et délibérément ignoré par les politiques. Mais l’association des deux types d’écriture sera, dans une forme améliorée, dominante pendant de longues années après sa tentative pionnière. C’est sans doute là un des traits les plus importants de son ouvrage15.

L’OCCIDENTALISATION MODEREE ET LA NEUTRALITE COREENNE

  • 16 Kae et hwa, respectivement kai et hua en chinois. « Se civiliser ». L’expression proviendrait d’un (...)

36Un des mérites de Yu Kiljun réside dans son attachement aux fondements de la culture coréenne en dépit de sa fascination pour l’Occident. Il n’envisage pas d’accepter aveuglément tout ce qui vient d’ailleurs, mais insiste beaucoup sur la nécessité d’une adaptation au contexte coréen. Tel est selon lui le véritable sens de l’» ouverture » appelée alors kaehwa16 : il faut savoir à la fois utiliser les avantages de la modernité et sauvegarder sa propre identité.

37Si Yu étudie aux États-Unis, c’est sur l’incitation de ses supérieurs qui veulent qu’il se rende utile au pays en introduisant le savoir occidental. Il ne s’agit pas là d’une initiative personnelle mue par un désespoir qui lui serait venu devant la situation de son pays et qui l’aurait amené à vouloir imiter l’Occident à tout prix. Sŏyu kyŏnmun est de fait écrit par un Coréen confucianiste de stricte obédience. C’est ainsi qu’il énonce au chapitre 14, qui concerne la notion de kaehwa, que celui qui réussit vraiment à mettre en œuvre cette dernière doit aussi respecter les « cinq relations fondamentales » (oryun en coréen, wulun en chinois : entre souverain et sujet, père et fils, homme et femme, aîné et cadet et entre deux amis). Il ne faut pas oublier que Yu est issu d’une famille politiquement puissante à l’époque. C’est aussi en cela qu’il diffère de son maître Fukuzawa qui se trouve handicapé par son origine de fils d’un samouraï d’un échelon modeste et dont la motivation personnelle joue sans doute dans le choix du chemin qu’il emprunte par la suite.

38Faut-il donc dire que ce que Yu Kiljun a voulu pour son pays, c’est une modernisation « à la coréenne » ? Plutôt « à la japonaise », dira l’historien coréen Hŏ Tonghyŏn, qui parle d’une « modernité retraduite », forcément approximative, soulignant le fait que la compréhension de la modernité passe chez Yu Kiljun par la médiation japonaise :

  • 17 Un des cours du professeur Hŏ Tonghyŏn qui ont été mis sur Internet (http://unsuk.kyunghee.ac.kr/h (...)

L’expression kyŏnmun dans le titre, composée de deux caractères chinois signifiant respectivement « écouter » et « voir », est moins habituelle dans les écrits des lettrés coréens que sa forme inversée mun’gyŏn et il s’agit bien d’un néologisme à la japonaise. Le livre déborde d’autres formules modernes que les intellectuels japonais ont inventées en traduisant les ouvrages occidentaux17.

39Yu Kiljun, qui est quasiment devenu une icône en Corée, fait ainsi l’objet d’une critique acerbe de la part de certains historiens depuis que le pays accepte de faire la lumière sur certains faits de collaboration avec l’occupant japonais. Hŏ Tonghyŏn, tout en reconnaissant ses mérites, pointe du doigt les lissages que l’on trouve dans les manuels scolaires à son sujet.

  • 18 Vladimir Tikhonov, « Kyemonjuŭija, kun’gukjuŭija ? » (« Lumières ou militantisme ? »), Séoul, Hank (...)

40Vladimir Tikhonov, alias Pak Noja, un historien d’origine russe naturalisé coréen, critique avec véhémence l’attitude pro-japonaise de Yu Kiljun, longtemps passée sous silence par le courant dominant de la société coréenne qui préfère insister sur sa contribution à la modernisation du pays18. Il rappelle notamment, preuves écrites à l’appui, comment Yu a incité la jeunesse coréenne à approuver le militarisme japonais.

  • 19 Vladimir Tikhonov, « Hanbando chungriphwanŭn pulganŭnghan’ga ? » (« La neutralité coréenne est-ell (...)

41Mais Tikhonov tempère ce jugement en insistant par ailleurs sur l’originalité de la position de Yu : même si son modèle est japonais, comme c’est le cas chez la plupart des intellectuels coréens de l’époque, il est quasiment le seul à se méfier de la stratégie mise en place par le Japon pour faire apparaître la Russie comme la plus grande menace aux yeux des Coréens19. Il ferait aussi preuve d’une étonnante perspicacité au sujet des États-Unis que tous considèrent alors comme le pays modèle, mais dans lequel il ne voit lui qu’un simple partenaire commercial et non un allié. Yu milite pour une neutralité de la Corée qui serait le seul moyen d’échapper à une annexion. Le gouvernement préférera malheureusement jouer un jeu dangereux en s’appuyant tour à tour sur les différents pays étrangers.

CONCLUSION

  • 20 Kang, op. cit., p. 196.

42Il paraît clair que, doté d’un important bagage intellectuel, fin connaisseur du savoir traditionnel, premier Coréen à étudier aux États-Unis, puis observateur avisé des pays européens, Yu Kiljun a apporté une contribution primordiale au passage de la Corée à la modernité. Les réformes de l’année 1894 se sont beaucoup inspirées des connaissances qu’il a mises au service de son pays. Certes, ces changements n’aboutirent pas à l’indépendance de la Corée ; pis, selon Kang Man’gil, « ces réformes institutionnelles facilitèrent l’invasion du pays par le Japon sorti vainqueur de sa guerre avec la Chine20 ». Par ailleurs, comme pour la plupart des Coréens qui à l’époque aspiraient à un monde nouveau et cherchaient une autre référence que le « grand frère chinois », lui-même humilié par les Occidentaux qui s’étaient emparés de Pékin, son modèle immédiat est le Japon.

43Si les raisons de cette attitude ne manquent pas, aucune d’elles ne peut véritablement justifier le soutien apporté par Yu Kiljun et ses camarades à l’impérialisme japonais. Mais ceci doit faire l’objet d’une autre étude qui, au-delà du cas particulier de Yu, proposerait une vision générale sur cette période troublée et troublante qui débouchera sur une autre, plus tragique encore, marquée par la colonisation, la division du pays et une guerre fratricide.

Notes

1 Kang Man’gil, Koch’ŏ ssŭn han’guk kŭndaesa (Histoire moderne de la Corée revue et corrigée), Séoul, Ch’angjakkwabipyŏng, 1994, p. 179.

2 Jean-Jacques Origas, Dictionnaire de littérature japonaise, Paris, PUF/Quadrige, 1994, p. 47-48.

3 Yu Kiljun, Sŏyu kyŏnmun (Observations lors d’un voyage en Occident) (1895), traduit en coréen moderne par Hŏ Kyŏngjin, Séoul, Hanyang Ch’ulpan, 1995, p. 15.

4 Ibid., p. 14.

5 Ibid., p. 17.

6 Ibid., p. 25.

7 Ibid., p. 146.

8 Ibid., p. 268.

9 Ibid., p. 121.

10 Ibid., p. 126-127.

11 Ibid., p. 419.

12 Ibid., p. 450.

13 Yi Kwangrin, Kaehwap’awa kaehwa sasang yŏn’gu (Études sur l’idée sur l’ouverture et ses partisans), Séoul, Iljogak, 1989. L’ouvrage publie dix-neuf lettres de Yu Kiljun adressées à Edward S. Morse.

14 Yu, op. cit., p. 20.

15 Dans leur Histoire de la littérature coréenne (Paris, Fayard, 2002), Cho Dong-il et Daniel Bouchez se montrent critiques à l’égard de l’initiative de Yu Kiljun : « Yu Kiljun engageait […] la langue coréenne sur le chemin pris en japonais, celui de la lecture-traduction (kunyomi) des sinogrammes, encore pratiquée aujourd’hui dans cette langue. Pour le coréen, c’était une complication inutile, qui allait encombrer l’écriture mixte pendant des décennies » (p. 347-348).

16 Kae et hwa, respectivement kai et hua en chinois. « Se civiliser ». L’expression proviendrait d’une citation du Yìjing (Livre des mutations) disant : « Accomplir une tâche par l’appréhension des choses, instaurer des mœurs par l’instruction du peuple ». À l’époque de Yu Kiljun, le terme désigne des réformes destinées à augmenter la compétitivité d’un pays à travers l’acquisition des nouvelles techniques japonaises ou occidentales.

17 Un des cours du professeur Hŏ Tonghyŏn qui ont été mis sur Internet (http://unsuk.kyunghee.ac.kr/history/mybook/view.html?id=37&code=book&start=0). Voir aussi Hŏ Tonghyŏn, « Forms of Acceptance of Social Darwinism by the Korean Progressives of the 1880-1890s : on the Materials of Yu Kiljun and Yun Ch’iho », International Journal of Korean History 2 (2001), p. 41-64.

18 Vladimir Tikhonov, « Kyemonjuŭija, kun’gukjuŭija ? » (« Lumières ou militantisme ? »), Séoul, Hankyoreh21, N. 502, 25 mars 2004. Voir aussi : Vladimir Tikhonov, « The 1890s korean reformers’view of Japan – a menacing model ? », in International Journal of Asian Studies, 2, 1 (2005), Cambridge University Press (U.K.), p. 57-81.

19 Vladimir Tikhonov, « Hanbando chungriphwanŭn pulganŭnghan’ga ? » (« La neutralité coréenne est-elle possible ? »), Hankyoreh21, N. 446, 12 février 2003.

20 Kang, op. cit., p. 196.

Auteur

Université Paris Diderot – Paris 7

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search