Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ailleurs de l'autre

 | 
Claudine Le Blanc
, 
Jacques Weber

Voyageurs des empires coloniaux

Les émerveillements du Bengali Mirza Sheikh Itesamuddin, en France et en Grande-Bretagne entre 1766 et 1769

Florence D’Souza

Texte intégral

  • 1 Mirza Sheikh Itesamuddin, The Wonders of Vilayet, being the memoir, originally in Persian, of a vi (...)

1Mirza Sheikh Itesamuddin (vers 1730-vers 1800) était un notable lettré musulman du Bengale, qui travailla dès l’âge de trente ans jusqu’à sa mort à l’âge de soixante-dix ans, donc pendant une quarantaine d’années, en tant que scribe de langue persane pour la Compagnie anglaise des Indes. Il descendait d’une famille de Sayyid, considérés comme parents proches du prophète Mahomet, qui avait émigré en Inde au xvie siècle depuis la Perse, victime alors d’une invasion mongole1. C’étaient des scribes employés dans l’administration et dans les tribunaux de l’État, le père d’Itesamuddin, nommé Tajuddin, étant domicilié au village de Panchnoor, dans le district de Nadia au Bengale, et le frère aîné d’Itesamuddin ayant servi comme conseiller juridique sous l’ancien nabab du Bengale, Aliverdi Khan, entre 1740 et 1756. Itesamuddin lui-même fut initié à la langue persane et aux devoirs d’un scribe au Bengale par les scribes (munshi) Salim Ullah et Mohammad Kasim entre 1757 et 1760. Dès 1760, il entra au service de l’East India Company et servit en différentes capacités sous une série de militaires britanniques jusqu’en 1765 où il fut promu mirza (« sieur »), obtenant le statut de courtisan moghol et étant embauché directement par l’empereur moghol Shah Alam II. C’est au début de l’année 1766 que Shah Alam lui confia la mission de porter une lettre en langue persane de sa part au roi anglais George III, sollicitant une protection militaire de ce dernier contre tous les pouvoirs (indiens et européens) qui menaçaient la stabilité du gouvernement impérial moghol, accompagnée d’un cadeau de cent mille roupies indiennes. Cependant, Robert Clive, alors gouverneur du Bengale, intercepta la lettre et le cadeau de l’empereur moghol, qu’il décida de porter lui-même en Angleterre. Il permit néanmoins aux délégués impériaux, Itesamuddin et l’Anglais Swinton, de poursuivre leur voyage. Itesamuddin n’accomplit jamais sa mission diplomatique auprès du roi anglais, mais son séjour d’environ dix-huit mois lui permit de découvrir la France et la Grande-Bretagne, ce qui donna lieu à son récit de voyage en persan, rédigé en 1784, quinze ans après son retour en Inde, sous la pression d’amis et dans le but de laisser une trace de ses expériences à la postérité (WV, préface de l’auteur, 16).

2Ce texte parut d’abord sous une forme manuscrite (autour de 1784) avec le titre Shigurf Nama-e-Vilayet ou « Récits merveilleux sur l’Europe », dont une copie est conservée à la British Library à Londres, et une autre à la bibliothèque Khoda Baksh à Bankipur au Bihar. Un Anglais, James Edward Alexander, en donna une traduction anglaise tronquée et remplie de fautes en 1827. Une traduction bengalie par le professeur A.B.M. Habibullah parut en 1981. Enfin, Kaiser Haq, professeur bangladeshi de littérature anglaise à l’université de Dacca, publia le texte en anglais que nous étudions, à partir de la traduction bengalie de 1981, car il ne pratiquait pas le persan lui-même, chez une petite maison d’édition de Leeds, Peepal Trees Press, en 2002.

  • 2 Qazi Mohammed Sadrul Ola, History of the Family of Mirza Sheikh Itesamuddin, Calcutta, 1944 ; réim (...)

3Itesamuddin rédigea aussi, dans les années 1780, une compilation de la généalogie de sa famille sous le titre Nasabnama, qui servit à Qazi Mohammed Sadrul Ola en 1944, pour la rédaction de son histoire de la famille de Mirza Sheikh Itesamuddin2, utilisée par le traducteur Kaiser Haq en 2002.

4Le voyage en France et en Grande-Bretagne d’Itesamuddin commença en janvier 1766 et se termina à la fin de l’année 1768, ayant duré deux années et neuf mois en tout, dont une année entière (de juin 1766 à juin 1767) en Angleterre et en Écosse. Le récit de ses expériences en Vilayet, terme vague désignant à la fois l’étranger, l’Europe et la Grande-Bretagne, avait pour but de valoriser ses découvertes, exceptionnelles à l’époque. Pour évaluer l’originalité du point de vue d’Itesamuddin, nous tiendrons compte de l’interférence de sa subjectivité – révélée par l’emploi fréquent de « je » – dans ses observations, dans les comparaisons qu’il établit entre les objets décrits et les éléments du milieu auquel il appartient, et dans les distorsions de ses jugements, résultant de ses propres préjugés ou de lieux communs de l’époque. Puisque son texte fut rédigé en 1784, quinze ans après son retour en Inde en 1769, il y a forcément eu une sélection des éléments les plus frappants ou les plus agréables à sa mémoire. Nous étudierons la mise en texte par Itesamuddin des expériences vécues pendant son voyage en France et en Grande-Bretagne sous trois rubriques : les lieux visités, les mœurs sociales et les interlocuteurs européens.

LES LIEUX

  • 3 WV, 48 : « Like a groom chasing an errant horse, it follows the ship for 80 to 100 miles. At least (...)

5Itesamuddin compare ou oppose les lieux visités aux lieux qu’il connaît déjà, soulignant ainsi leur particularité. Par exemple, au cap de Bonne-Espérance, au cours de son voyage aller vers l’Europe au début de l’année 1766, il rencontre des esclaves bengalis possédés par les Hollandais du cap. Ces Bengalis expatriés, ayant perdu la pratique de la langue bengalie, communiquent avec lui par signes et lui procurent du poisson et des fruits (WV, 44). Cette solidarité des Bengalis en un pays étranger est touchante par sa spontanéité. Plus loin, Itesamuddin utilise une comparaison imagée pour évoquer des rascasses (hog-fish) qui suivent son navire (WV, 48)3 :

Comme un palefrenier à la poursuite d’un cheval récalcitrant, la rascasse poursuit un navire pendant 80 & 100 milles (120 à 150 km). Au moins un millier de rascasses (ou truies de mer, de l’espèce des phoques) gambadaient de cette manière autour de notre navire. Lorsqu’elles sautaient en l’air toutes en même temps, cela faisait le bruit d’une tempête. C’était un spectacle divertissant.

6L’utilisation de l’image d’un palefrenier à la poursuite d’un cheval récalcitrant pour décrire des rascasses dans le sillage d’un navire souligne la particularité du regard de l’observateur musulman bengali.

  • 4 WV, 50 : « One thing astonished me. The lower orders among the French are so poor that they cannot (...)

7Arrivé à Nantes, Itesamuddin est surpris par les sabots dont se chaussent les plus humbles (WV, 50)4 :

Une chose m’étonna. Les échelons inférieurs parmi la population française ont si peu de moyens qu’ils ne peuvent pas s’acheter de chaussures et y substituent des sandales en bois. Ils prennent des morceaux de bois et y perforant des trous d’une taille appropriée, ils y glissent leurs pieds et marchent en traînant les pieds d’une manière ridicule.

  • 5 WV, 58 : « I was told that the only church comparable in magnificence to St. Paul’s is in Rome, on (...)

8À Londres, Itesamuddin introduit une double comparaison pour décrire la cathédrale Saint-Paul, du haut de laquelle il trouve la vue « très agréable » (WV, 57). Il compare la cathédrale bâtie par Christopher Wren au xviie siècle, à la basilique Saint-Pierre de Rome, pour son aspect imposant, et parmi les monuments indiens, il la rapproche du mausolée du sultan Muḥammad Adil Shah de Bijapur, dans le Deccan, à cause de son immense coupole, de sa hauteur impressionnante et de sa galerie à écho5.

9Lorsqu’il visite l’Abbaye de Westminster, ainsi que les bibliothèques vénérables d’Oxford, Itesamuddin est frappé par la beauté des formes dans les tableaux des maîtres anciens. Il manifeste alors un goût conservateur, préférant les maîtres anciens aux artistes anglais contemporains, et estimant que les premiers dépassent les artistes persans qu’il connaît (Mani, Farhad, Behzad). Il utilise des termes forts de comparaison pour exprimer son admiration : « Je n’ai jamais vu de sculptures aussi exquises, nulle part ailleurs » ; « sans comparaison » ; « dépassent de loin » (WV, 58, 72).

10De même, Itesamuddin dit son émerveillement devant les installations urbaines de Londres – les marchés et les rues géométriquement planifiés, les conduites d’eau potable qui relient chaque maison de Londres à un réservoir au sud de la capitale, alimenté depuis des zones riches en sources d’eau fraîche, et un système d’égouts et de collecte régulière des ordures. Les seuls autres endroits où il ait vu des aménagements urbains aussi efficaces sont les casernes militaires de Calcutta et les comptoirs anglais en Inde (WV, 61-63).

11Itesamuddin paraît touché en découvrant des textes sacrés anciens de l’Asie, des instruments de musique, des insectes et des reptiles de l’Inde parmi les objets exposés au British Museum (WV, 65). Pendant sa visite des bibliothèques d’Oxford, en compagnie du capitaine Swinton et de l’orientaliste déjà célèbre William Jones (WV, 71-72), il est heureux de découvrir un exemplaire de la traduction en arabe du viiie siècle, du récit de Kaleelah wa Dumnah, qui raconte les aventures amoureuses de deux chacals à partir des fables animalières indiennes en langue sanscrite du recueil de Panchatantra, un dictionnaire persan du xviie siècle, le Ferhad Jehangaree, qui contient une grammaire détaillée de la langue persane, et d’autres ouvrages arabes, turcs et persans. Ces textes orientaux attirent tout particulièrement l’attention du scribe qu’il est.

12Itesamuddin signale aussi deux nouveautés sportives observées en Écosse : le patinage sur glace, qui lui donne l’impression d’anges ou d’esprits ressuscités qui avancent en glissant avec une grande grâce (WV, 77), et les parties de chasse, à pied avec un chien de chasse de la race pointer ou à courre avec un groupe de chasseurs à cheval qui suivent des chiens de meute qui traquent la proie (WV, 133, 134).

13Ainsi à travers son utilisation de comparaisons et de superlatifs pour présenter des nouveautés frappantes, Itesamuddin communique à ses lecteurs son étonnement dans les différents lieux qu’il a visités en France et en Grande-Bretagne.

LES M URS

14Itesamuddin est aussi sensible aux différences entre les mœurs sociales de son propre pays et celles des pays européens. Il assiste à des représentations théâtrales à Londres, avec de la musique et de la danse, dans de grandes salles de spectacle où des Londoniens riches et pauvres peuvent se distraire pour des sommes relativement modiques, ce qui diffère considérablement selon lui des soirées privées de nautch chez des notables indiens riches et oisifs, organisées à grands frais, engloutissant à la longue des fortunes familiales entières (WV, 66-67). Itesamuddin raconte avoir ri aux éclats devant une comédie d’Arlequin et avoir été très ému par une tragédie à Londres (WV, 68).

  • 6 WV, 70 : « To the south-west of the metropolis, on the other sides of the Thames, is a large garde (...)

15Au jardin de Vauxhall, il trouve des sources nombreuses d’agrément, notamment une évocation de l’histoire récente de l’Inde dans une peinture montrant des embrassades entre le nouveau nabab du Bengale, Mir Zafar Ali Khan, et Lord Clive, après la défaite de l’ancien nabab du Bengale à Plassey en 17576 :

Au sud-ouest de la métropole, de l’autre côté de la Tamise, est un grand jardin avec de belles allées bordées d’arbres, et ici et là, des pavillons en bois de différentes formes – triangulaires, ronds, rectangulaires ou octogonaux – contenant des sculptures enlacées de plantes grimpantes. Au centre du jardin se trouve un kiosque où il y a de la musique et des gens qui dansent… Il y a aussi la représentation détaillée d’une scène après la défaite du Nawab Siraj-ud-Dowla à Plassey.

16Itesamuddin note en Écosse la manière des Britanniques de conclure des contrats de mariage, les unions étant essentiellement fondées, selon lui, sur des critères de belles apparences et d’aisance financière. Il attribue le grand nombre de vieilles filles célibataires qu’il eut l’occasion de voir, à la loi de l’offre et de la demande en matière de mariage (WV, 78-79).

  • 7 WV, 85 : « Such stories only prove the truth that Allah did not create all five fingers equal. The (...)

17Itesamuddin décrit les habits des Écossais des Highlands et les récits généalogiques par lesquels chaque clan illustre son attachement à l’honneur et à la dignité de la lignée. Ils sont réputés pour leur courage intrépide, mais aussi pour leur naïveté et leur sottise. Le voyageur bengali conclut que7 :

De telles histoires ne font que prouver la véracité du dicton qui dit qu’Allah n’a pas créé les cinq doigts de la main comme égaux. Il n’y a aucun pays au monde où il n’y ait point de gens stupides et ignorants. En fait, ils constituent la majorité partout.

  • 8 WV, 120 : « The teacher, with a leather strap in his hand walks down the line. If he notices any m (...)

18Itesamuddin déclare avoir été témoin d’une scène de punition corporelle dans la salle de classe d’une école pour enfants de familles modestes à Londres8.

L’enseignant, une courroie de cuir à la main, longe la rangée des élèves. S’il remarque une erreur dans la lecture d’un élève, il le frappe avec la courroie, si fort que le dos et les bras de l’élève deviennent ensanglantés. Cela peut paraître comme de la cruauté mais il est néanmoins vrai que « la tyrannie d’un professeur vaut mieux que l’amour d’un père ».

  • 9 WV, 122 : « Many of them would find no place in England, because they lack any skill. Some of them (...)

19Itesamuddin signale un plus grand brassage entre les classes sociales en Angleterre qu’en Inde, où le rigide système des castes contraint les enfants à ne pratiquer aucune autre profession que celle de leurs parents, et maintient les échelons les moins favorisés dans un illettrisme regrettable. Il admire le système anglais d’apprentissage qui permet aux jeunes gens d’acquérir un métier et de gagner honorablement leur vie (WV, 121). Cependant Itesamuddin a observé en Inde des Anglais sans moyens et sans formation professionnelle, qui travaillent comme valets de pied ou dans d’autres positions subalternes9 :

Beaucoup d’entre eux [de ces Anglais sans moyens] ne trouveraient aucune situation en Angleterre, car ils ne possèdent aucune compétence professionnelle. Certains sont assez stupides et un grand nombre sont des travailleurs agricoles qui se sont enfuis vers les zones urbaines pour éviter des punitions pour des crimes, et sont montés dans des navires partant pour l’Inde, comme matelots ou manutentionnaires.

  • 10 WV, 140 : « I hereby wish to say that each nation has its own peculiar customs and practices, and (...)

20Deux aspects de ses propres mœurs ont retenu l’attention des Anglais, selon Itesamuddin. D’abord, son houka ou pipe orientale finement ouvragée qui contraste avec les petites pipes et la pratique de chiquer du tabac, en usage chez les Britanniques de son temps. Le bruit glougloutant de son houka attire la curiosité d’Anglais, à qui il doit expliquer qu’il n’y a pas un animal à l’intérieur (WV, 135). Ensuite, ses habitudes alimentaires qui nécessitent que toute viande consommée par lui soit saignée selon des rites religieux stricts. Ce n’est pas toujours commode, surtout pendant ses voyages, et cela suscite des tensions entre lui et son hôte d’origine écossaise, le Capitaine Swinton, qui trouve ridicule son entêtement concernant la nourriture, ce à quoi Itesamuddin répond (WV, 140)10 :

Je veux simplement dire que chaque nation a ses propres us et coutumes particuliers, et que donc la nourriture d’un pays sera agréable au palais de ses ressortissants, mais pourrait être immangeable pour des étrangers. Il faut se souvenir surtout qu’entre vos mœurs et les nôtres, il y a la différence entre l’est et l’ouest.

21En ce qui concerne les mœurs, Itesamuddin se révèle un observateur perspicace des différences, avec une sensibilité fine aux nuances de classes et de milieux, ainsi qu’aux pratiques culturelles de groupes spécifiques.

LES INTERLOCUTEURS EUROPEENS

22S’interrogeant sur les spécificités de ses interlocuteurs et les siennes propres, sur l’identité et l’altérité, la politique et la religion, la science et les inventions techniques, Itesamuddin a élargi sa propre vision du monde.

23Pour se référer aux Européens en général, Itesamuddin utilise à plusieurs reprises les expressions Firinghee et « porteurs de chapeau », le terme Firinghee désignant en persan un étranger à la peau blanche. Que ce soit à propos des recommandations de leurs médecins (WV, 27), de leurs comptoirs au cap de Bonne-Espérance (WV, 44), de leurs manières malpropres de s’alimenter (WV, 45-46), de leurs colonies en Amérique (WV, 46), de leur manière de chasser la baleine au nord de l’Angleterre (WV, 66), ou de l’assistance logistique accordée par les métropoles à leurs compagnies de commerce d’outre-mer (WV, 118), ce sont toujours ces mêmes deux attributs Firinghee et « porteurs de chapeau » qui les qualifient. Cela doit être parce que la peau blanche et le fait de porter un chapeau étaient deux aspects importants qui distinguaient les Européens des Indiens.

  • 11 XV, 53 : « [At a dance-party in Dover] the assembled ladies and gentlemen thronged around me in wi (...)

24À l’arrivée d’Itesamuddin à Douvres, nous avons une superbe scène d’émerveillement réciproque entre le notable indien qui débarque en Angleterre et les habitants de Douvres. En voici des extraits11 :

[À une soirée dansante à Douvres] les hommes et les femmes présents s’attroupèrent autour de moi, les yeux écarquillés d’étonnement, et ils examinèrent ma tunique, mon turban, mon châle et d’autres parties de mon accoutrement… Ils continuèrent de fixer des yeux mes vêtements et mon apparence, pendant que moi je scrutais leur beauté surprenante [des dames anglaises]. Quelle ironie que moi, qui m’y étais rendu pour assister à un spectacle, je sois devenu un spectacle moi-même ! Les dames étaient belles comme des houris [du Paradis]… Bouche bée d’admiration, j’y restai figé comme une statue…

  • 12 WV, 135 : «[Aristocratic and wealthy Englishmen] admire physical prowess and endurance, and despis (...)

25Sur le plan politique Itesamuddin met en opposition l’expansion des Européens, qui, sous le règne de l’empereur Aurangzeb (1656-1707), saisirent toutes les occasions pour construire des fortifications sur les territoires indiens, et la décadence de l’administration moghole, qui s’adonnait à la débauche et à des excès de luxe (WV, 23). Plus loin, il profite de ses observations sur le fonctionnement efficace de la monarchie anglaise, soumise au contrôle et à l’aval d’un conseil de ministres et de notables, avant l’application de toute décision politique, évitant ainsi toute possibilité d’abus du pouvoir ou d’anarchie, pour dénoncer en même temps les dérapages du système impérial de l’Inde (WV, 105-107). Aux yeux d’Itesamuddin, le régime arbitraire pratiqué en Inde provient de divergences d’intérêts entre les élites indiennes, permettant à un ministre puissant mais perfide d’aveugler et de détenir en captivité l’empereur régnant, Badshah Shah Alam II. Il en déplore le résultat qui fut le déclin de l’Empire moghol sur tous les plans (WV, 107). Vers la fin de son récit, Itesamuddin réitère ce contraste entre une puissance européenne qui étend sa domination et des élites indiennes décadentes vouées à l’assujettissement12 :

[Des Anglais aristocratiques et fortunés] admirent les exploits physiques et la capacité d’endurance tandis qu’ils méprisent la paresse, la mollesse et les excès de luxe. Si de telles personnes n’étendent pas leur domination sur plusieurs territoires, qui le fera ? Seraient-ce nos émirs et nos princes indiens contemporains qui se gorgent de pilau, se désaltèrent avec de l’eau glacée, prennent leurs aises d’une manière efféminée sur de doux coussins de velours et laissent le luxe et le laisser-aller gouverner leurs existences ? Et est-ce surprenant si un pays, dont les militaires et les nobles sont maniérés, débauchés et efféminés, est soumis par un peuple courageux et guerrier ?

26Parmi les Européens Itesamuddin signale quelques différences. Par exemple, selon lui, si les Français sont célèbres pour leur manière raffinée de transmettre les connaissances aux jeunes générations, et pour leur maîtrise des arts et des sciences, ils ont aussi la réputation de toujours mettre en avant leur propre supériorité au détriment des autres nations qu’ils rabaissent sans justification. En comparaison, les Anglais sont tristement célèbres pour leurs classes moins aisées peu éduquées [comme la masse des Indiens, souligne Itesamuddin], même si on leur reconnaît des capacités militaires exceptionnelles (WV, 52). Ces oppositions entre les Français et les Anglais reflètent peut-être la longue hostilité entre la France et l’Angleterre, dont découlaient nombre de stéréotypes dépréciateurs des deux côtés de la Manche. Plus loin, Itesamuddin observe le statut à part des Hollandais parmi les pays européens : gouvernés à la manière républicaine par des notables marchands, ils sont souvent tenus en mépris comme « vendeurs de poissons » (WV, 87). En revanche, Itesamuddin n’est pas insensible au prestige attaché à la langue italienne et à la langue française, langues des ouvrages canoniques des sciences et de la philosophie, et dont la pratique était considérée comme incontournable dans les milieux cultivés européens (WV, 87).

27En revanche, les Russes avaient longtemps pâti d’une réputation de rudesse et d’inculture. Cependant, depuis le début du xviiie siècle, la Russie a intensifié les échanges intellectuels avec d’autres pays européens, et Itesamuddin a lui-même croisé deux étudiants russes à Édimbourg dont il compare « le teint rouge vif », à celui des campagnards (WV, 88) !

28Sur le christianisme en Europe, Itesamuddin part de l’épopée en persan du saint-poète de la Perse du xiie siècle, Maulana Rumi, qui avait signalé l’émergence d’une multiplicité de sectes et de courants religieux différents à l’intérieur de l’Église catholique. Itesamuddin observe aussi que les Anglais ne reconnaissent plus le pape (WV, 88, 87). Par ailleurs, il trouve le même penchant pour des pratiques superstitieuses chez les Français et chez les hindous, qui ont accepté les chantages de leurs clergés respectifs afin d’obtenir des grâces divines par la médiation de ces prêtres, corrompus en France comme en Inde (WV, 92). Itesamuddin dénonce aussi la stupidité superstitieuse des Indiens qui acceptent la supériorité des brahmanes en leur reconnaissant le monopole de l’accès aux écritures saintes, ce qui maintient les hindous des castes inférieures dans une ignorance de leurs propres textes sacrés (WV, 92). À l’opposé, il trouve inacceptable le rationalisme des Anglais quand il conduit à des écoles de pensée qui refusent toute idée de révélation divine, ainsi que l’école de pensée naturaliste qui se fonde sur la donnée initiale de la vie déjà créée sous toutes ses formes, se reproduisant sans fin, dans un processus cyclique, et excluant l’idée d’un Dieu créateur. Ce sont des doctrines fallacieuses qui éloignent du bon chemin le croyant fidèle, selon Itesamuddin (WV, 94).

  • 13 WV, 99 : « […] Because fate is the ultimate ruler over everything. But you are right in pointing o (...)

29Itesamuddin utilise ses discussions sur la religion avec le capitaine Swinton pour souligner le fossé qui sépare l’islam du christianisme. Nous pouvons en retenir deux points principaux : l’exhortation de Mahomet au djihad et la croyance à la prédestination, que n’admet pas Swinton. En ce qui concerne le djihad, Itesamuddin répond que c’est le Tout-Puissant qui l’ordonna à Mahomet contre les Qureish de La Mecque, qui refusaient d’accueillir le message religieux du prophète (WV, 97). Quant à la croyance à la prédestination, elle ne signifie pas, pour Itesamuddin, qu’il faille renoncer à tout effort, au discernement et à la raison13 :

[…] Car le Destin est le souverain ultime en toute chose, mais vous avez raison de souligner que nos Indiens croyants sont exagérément fatalistes. Ils se tiennent les bras croisés et attendent que la Providence s’occupe de tout. C’est un mauvais choix, car le principe de l’intelligence est que l’on s’en serve.

30Ouvert au dialogue sur les questions religieuses, Itesamuddin accepte de revoir son jugement sur d’autres religions que la sienne.

31Itesamuddin est attentif aux innovations scientifiques et techniques récentes et aux améliorations qu’elles induisent pour l’ensemble de la société. Par exemple, il admire le lent développement de la science de la navigation maritime des Firinghee avec l’invention du compas, les ajouts constants aux cartes maritimes et les journaux de bord de chaque navire qui permettent d’évaluer les distances parcourues (WV, 30). Pendant sa visite à Oxford il admire un télescope pour observer les étoiles et une maquette en bois de la terre et du ciel. Il est conscient que les scientifiques firinghee et les scientifiques persans divergent dans leurs théories du mouvement des planètes. Il s’enthousiasme aussi devant un véritable squelette humain, tenu en position verticale grâce à des fils de fer reliant les multiples articulations (WV, 74). Plus loin, dans son chapitre sur l’éducation, il rend hommage à l’esprit travailleur des Anglais, qui abhorrent la paresse. Il attribue à cette qualité de persévérance dans le travail, leur succès matériel et leur maîtrise des arts et des sciences (WV, 123). Il loue leur goût pour les activités créatrices comme leurs recherches scientifiques, leurs investigations en histoire et en philosophie, et leurs expérimentations technologiques (WV, 126). Il souligne le contraste entre ces activités dynamiques et le penchant des élites indiennes pour l’oisiveté et pour une poésie amoureuse mièvre et futile (WV, 126).

32Itesamuddin vante les machines issues de la technologie britannique, qui contribuent à la prospérité économique. Il admire par exemple les innovations typographiques qui facilitent la circulation des informations et des connaissances en les rendant accessibles à un prix jusqu’à vingt fois moins cher qu’auparavant (WV, 120). Les différents types de moulins, à eau et à vent, à produire de la farine, à scier le bois, à décortiquer les grains, à filer le coton ou la laine, obtiennent ses applaudissements (WV, 129), et s’il les observe en Angleterre, il signale aussi leur apparition récente à Calcutta. Enfin, tous les cadrans qui mesurent le passage du temps, chronomètres, montres de poche, horloges et pendules, et même cadrans solaires, permettent selon lui aux riches et aux pauvres en Angleterre de suivre l’écoulement des heures de la même façon, tandis qu’en Inde, c’est encore l’apanage des élites aisées de pouvoir employer des batteurs de tambour, pour marquer les différentes heures du jour et de la nuit (WV, 130).

33Que retenir comme conclusion du récit de voyage de cet observateur avide de comprendre tout ce qui l’entoure ? Un bilan mitigé peut-être. Car, si Itesamuddin s’enthousiasme pour les aménagements urbains, pour les inventions technologiques et pour les sciences modernes des Anglais, il ne va pas jusqu’à apprendre la langue anglaise (WV, 21) et est déçu par certaines mœurs des Anglais, que résume la perfidie de Clive (WV, 144). Et dans l’autre sens, s’il suscita l’émerveillement des Anglais (pour son narguilé, WV, 135 ; ou pour ses vêtements orientaux, WV, 53), il provoqua en même temps leur incompréhension (concernant ses tabous alimentaires, WV, 139, 141 ; ou concernant certains préceptes de l’islam, WV, 97). En tout cas, il nous a laissé un témoignage passionnant qui met en scène un observateur perspicace avec une forte personnalité, consciente des différences (de classe, de race, de religion).

Bibliographie

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE

Itesamuddin, Mirza Sheikh, The Wonders of Vilayet : being the memoir, originally in Persian, of a visit to France and Great Britain in 1765, traduit par by Kaiser Haq, Leeds, Peepal Trees Press, 2002.

Kaplan Caren, Questions of travel : Postmodern Discourses of Displacement, Durham, NC, & Londres, Duke University Press, 1996.

Pratt, Mary Louise, Imperial Eyes : Travel Writing & Transculturation, Londres & New York, Routledge, 1992.

Notes

1 Mirza Sheikh Itesamuddin, The Wonders of Vilayet, being the memoir, originally in Persian, of a visit to France & Britain in 1765, translated by Kaiser Haq, Leeds, Peepal Tree Press, 2002, Translator’s Introduction, p. 7-15 (ce texte sera cité dorénavant au cours de cette présentation avec le sigle « WV », suivi du numéro de page de cette édition).

2 Qazi Mohammed Sadrul Ola, History of the Family of Mirza Sheikh Itesamuddin, Calcutta, 1944 ; réimpression Dhaka, 1984, cité in WV, 10, 15.

3 WV, 48 : « Like a groom chasing an errant horse, it follows the ship for 80 to 100 miles. At least a thousand hog-fish sported in this manner around our ship. When they leapt all together, there was a noise like a tempest. It as an entertaining spectacle ».

4 WV, 50 : « One thing astonished me. The lower orders among the French are so poor that they cannot afford shoes, and as a substitute wear wooden sandals. They take small blocks of wood and chiselling holes of the appropriate size, they slip their feet into them and walk about with a ludicrous shuffle ».

5 WV, 58 : « I was told that the only church comparable in magnificence to St. Paul’s is in Rome, on which it is modelled. The only comparable stone edifice in India is the mausoleum of Sultan Muhammad Adil Shah in Bijapur in the Deccan, which is surmounted by a huge cupola, is equal in height to St. Paul’s and also has an excellent whispering gallery ».

6 WV, 70 : « To the south-west of the metropolis, on the other sides of the Thames, is a large garden with lovely tree-lined walks and, at intervals, wooden pavilions of various shapes – triangular, round, rectangular or octagonal – containing statuary festooned with creepers. In the centre of the garden is a house where there is music and dancing… There is also an accurate representation of the scene after the defeat of Nawab Siraj-ud-Dowla at Plassey… ».

7 WV, 85 : « Such stories only prove the truth that Allah did not create all five fingers equal. There is no country in the world where there are no stupid and ignorant people, In fact, everywhere they are the majority ».

8 WV, 120 : « The teacher, with a leather strap in his hand walks down the line. If he notices any mistake in a student’s reading, he lashes at him with the strap with such force that the student’s back and arms become bloody. This may appear to be cruelty, but it is nevertheless true that the teacher’s tyranny is better than the father’s love ».

9 WV, 122 : « Many of them would find no place in England, because they lack any skill. Some of them are quite stupid and illiterate and many of them are farm labourers who fled to the cities to avoid punishment for crimes and took ship to India as sailors or porters ».

10 WV, 140 : « I hereby wish to say that each nation has its own peculiar customs and practices, and so the food of one country will be pleasant to the taste of its natives, but to foreigners it may be unpalatable. We should remember in particular that between your manners and customs and ours, there is the difference of East and West ».

11 XV, 53 : « [At a dance-party in Dover] the assembled ladies and gentlemen thronged around me in wide-eyed amazement and examined my robe, turban, shawl and other parts of my costume… They continued to stare at my clothes and countenance, while I gazed at their astonishing loveliness [of the English ladies]. How ironic that I, who had gone there to enjoy a spectacle became a spectacle myself. The ladies were lovely as houris… Speechless with admiration, I stood like a statue… ».

12 WV, 135 : «[Aristocratic and wealthy Englishmen] admire physical prowess and endurance, and despise indolence, slackness and indulgence in luxury. If such people do not extend their empire over many lands, who will–our present-day Indian emirs and princes who gorge themselves on pilau, drink ice-cooled water, recline effeminately on soft velvet cushions, and let luxury and self-indulgence rule their lives ? And is it surprising if a country whose soldiers and noblemen are affected, luxurious and effeminate is subdued by a brave, warlike people ? ».

13 WV, 99 : « […] Because fate is the ultimate ruler over everything. But you are right in pointing out that our people are inordinately fatalistic. They sit down with folded arms and let Providence take care of everything. This is wrong, for it is a precondition of intelligence that it should be used ».

Auteur

Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540