Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ailleurs de l'autre

 | 
Claudine Le Blanc
, 
Jacques Weber

Introduction

Claudine Le Blanc

Texte intégral

  • 2 Ces contributions (et d’autres) auraient dû être prononcées dans le cadre d’un colloque prévu à l’ (...)
  • 3 Ces publications portent en général sur le domaine asiatique ; citons Récits de voyage des Asiatiq (...)
  • 4 On évoquera notamment le CERLV, Centre de recherche sur la littérature des voyages, de Paris IV, f (...)
  • 5 Voir les travaux de Jean-Marc Moura en particulier (La littérature des lointains. Histoire de l’ex (...)

1L’ailleurs de l’autre : le titre choisi pour ce volume apparaîtra peut-être ignorant ou provocateur depuis que les études postcoloniales ont jeté le soupçon sur l’évidence de l’un et l’autre terme, en invitant à y traquer la vision subjective européo-centrée et le figement abusif des identités. Ni le mépris ni le goût de la polémique ne sont toutefois à la source de ce volume dont les auteurs, en réunissant les contributions d’historiens, de linguistes et de comparatistes2, ont souhaité ouvrir une réflexion sur la façon dont, hors d’Europe, on a voyagé et relaté ses voyages. Il s’agit là d’un questionnement qui peut sembler élémentaire ; pourtant, en dépit de quelques publications récentes3, il reste remarquablement négligé alors que la recherche sur la littérature de voyage européenne a connu depuis deux ou trois décennies un développement soutenu4, en même temps que s’imposait un champ d’études nouveau, l’imagologie, ou étude des représentations de l’étranger dans la littérature5. Mais on a rarement poussé l’exploration jusqu’à l’étude des représentations de l’autre dans la littérature de l’étranger extra-européen faute, sans doute, d’une maîtrise de langues rares et de corpus peu connus, ou par présupposé de leur inexistence.

  • 6 Voir le volume des Voyageurs arabes dans la « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard, 1995 (...)
  • 7 Essais, édition de Pierre Villey, 3 vol., Paris, PUF, t. 1, p. 213. Les deux autres sujets d’étonn (...)

2À l’exception notable de la tradition viatique arabe, suffisamment imposante pour être connue, reconnue et traduite6, le point de vue de l’autre, fût-il le voyageur, est demeuré le plus souvent un point aveugle de la rencontre entre l’Occident et ses « sauvages ». Les Amérindiens évoqués par Montaigne au chapitre « Des cannibales » du livre I des Essais n’ont pas laissé leurs impressions, que Montaigne rapporte filtrées par les défauts de la communication et de sa propre mémoire : « Quelqu’un leur demanda leur advis, et voulut sçavoir d’eux ce qu’ils […] avoient trouvé de plus admirable : ils respondirent trois choses, d’où j’ay perdu la troisième, et en suis bien marry ; mais j’en ay encore deux en mémoire7 ».

3Quelque peu énigmatique à dessein, l’expression « l’ailleurs de l’autre » est donc une invitation à prolonger en les renversant les démarches des spécialistes de la littérature de voyage européenne et de l’imagologie : tout en assumant un point de vue européen, il s’agit de porter le regard sur le récit viatique non européen, ses formes et ses contenus.

  • 8 Voir la définition du récit de voyage par Louis Marin dans Utopiques. Jeux d’espaces, Paris, Éditi (...)

4L’on connaît désormais, grâce aux études menées sur les corpus européens, les paradoxes et les ambiguïtés de l’exercice : si un voyage peut être décrit comme un parcours qui surimpose à la succession naturelle du temps dans une vie individuelle une succession de lieux divers et non familiers8, le texte qui le relate est plus complexe encore, puisqu’il ajoute au jeu du temps et de l’espace, de soi et de l’autre, l’inscription dans une pratique littéraire antérieure, qu’il convoque, cite, corrige, ou affronte au besoin. À la traversée des lieux observés, dont témoigne la dimension picturale de la relation, s’ajoute celle des lieux rhétoriques, la description du coucher de soleil, par exemple, sur Rome, Athènes ou Jérusalem, ou l’évocation des grandeurs passées. Tendant moins au tableau parfois qu’au réinvestissement du topos du monde comme livre, le récit de voyage, conçu initialement dans la littérature européenne comme un mémoire au service de la connaissance, marchande ou scientifique, nous apprend donc autant sur la culture de l’observateur que sur celle observée par ce dernier. Le fait est connu, exploité avec virtuosité par les fictions de voyage des Lumières (les Lettres persanes de Montesquieu, ou le Supplément au Voyage de Bougainville de Diderot, par exemple) : le récit de voyage ramène toujours à soi, l’ailleurs s’estompe au profit du récit qui en est donné, le voyage ultime est livresque, même s’il convient de noter que l’interaction entre la curiosité de l’autre et le souci de soi dans le voyage ne se résorbe jamais, le pèlerinage médiéval fournissant l’exemple d’une négociation continue entre démarche spirituelle et esprit de découverte.

  • 9 Comme le révèle le volume des Récits de voyage des Asiatiques, op. cit., qui consacre sa première (...)
  • 10 Voir la préface d’Alain Blondy à Transhumances divines. Récits de voyage et religion, Sophie Linon (...)

5Mais qu’en est-il ailleurs ? S’agit-il également d’une œuvre au statut singulier, interrogeant la littérature (la question des genres, la pratique de la seconde main), tout en constituant un document précieux pour appréhender non seulement la subjectivité de l’écrivain voyageur, mais aussi, plus largement, l’imaginaire de sa culture et de son temps ? Dans l’Extrême-Orient prémoderne, le chamanisme a ainsi constitué un modèle pour le voyage et son récit9, prolongeant dans l’histoire ce qui dût être, au paléolithique, la première expérience de découverte de l’altérité, distincte du déplacement commandé par la recherche d’un espace vital10.

  • 11 Celle-ci est venue s’ajouter à des pratiques locales de déplacement à petite ou moyenne échelle po (...)
  • 12 L’ouvrage a été traduit en français par Régine Mfoumou-Arthur sous le titre Ma véridique histoire  (...)

6C’est l’époque moderne toutefois qui a été privilégiée par les contributions réunies ici, et non sans raison sans doute. Si on laisse de côté le monde arabe (et son prolongement turc), déjà cité, et la Chine à la riche tradition de récits de pèlerinages bouddhistes dont la fameuse Pérégrination vers l’ouest (Xiyou ji), c’est en effet avec les temps modernes, et les voyages européens d’exploration puis d’exploitation du monde, que s’est engagée une mobilité générale de grande envergure11 accompagnée des traces écrites de cette mobilité, dont la figure exemplaire est peut-être celle d’Olaudah Equiano (1745 ?-1797). Jeune Africain capturé et vendu comme esclave en Amérique, Equiano devint négociant et parcourut les mers après avoir racheté sa liberté ; l’année de la Révolution française, il publia à Londres The Interesting Narrative of the Life of Olaudah Equiano, or Gustavus Vassa the African12 (1789), une autobiographie qui fut un grand succès de librairie, où l’auteur s’engageait dans la lutte pour l’abolition de l’esclavage.

  • 13 Traduits en français pour les premiers par Olivier Jamet et Elisabeth Suetsugu dans Haltes en Mand (...)
  • 14 Traduit en français par Catherine Lauga du Plessis, Paris, Seuil, 2003.

7L’Europe, on le constate, est restée au centre de la mise en mouvement du monde qui se produisit alors, y compris lorsque celle-ci se fit à l’encontre de son hégémonie : les voyages inversés accomplis dans la métropole coloniale par des Africains ou des Asiatiques sont une inversion du sujet et de l’objet qui n’en reconduit pas moins le rapport duel. Aussi nombre des articles du présent volume se consacrent-ils à ce cas de figure : qu’ils appartiennent ou non aux empires coloniaux, les voyageurs extra-européens des XVIIIe et XIXe siècles et de la première moitié du XXe siècle subissent le magnétisme de l’Europe, dans une sorte de retournement de l’exotisme et de l’orientalisme. Au sein de cet ensemble, une place singulière est à réserver aux descendants des colons qui, souvent à l’occasion d’études supérieures en Europe, découvrent à la fois un lieu d’origine (celui de l’alma mater) et un ailleurs, en partageant bien souvent le sentiment d’exil des « vrais » étrangers : le malaise de Tagore (Yurop Prabâsir Patra, 1881) ou les rêveries désenchantées de Sôseki à Londres (dans les nouvelles connues en français sous le titre Textes londoniens, 1903-1905 et Eijitsu shôhin [Petits contes de printemps], 190913) préfigurent le désarroi du jeune Coetzee (Youth [Vers l’âge d’homme], 200214).

  • 15 L’opposition entre les voyages inversés et ceux qui répondent au désir de découverte d’un monde à (...)
  • 16 Pensons, pour la seule littérature du sous-continent indien, aux récits de voyage de Vikram Seth e (...)

8Dans sa complexité, la situation du descendant de colon constitue un bon exemple du type de voyages qui par ailleurs apparaissent et se multiplient au XXe siècle dans les littératures extra-européennes15 : voyages vers soi, au sens propre ici, vers son origine, ses compatriotes éloignés, ou son avenir dans le cas des migrants ; voyages sans retour souvent ; voyages sous l’attraction d’autres terres radieuses, l’Amérique bien souvent, l’URSS ou la Chine16. Dans ces parcours effectués selon des axes de plus en plus variés qui ne se limitent plus à l’orientation septentrionale, la référence européenne perd de son caractère absolu, sans disparaître toutefois, la littérature de voyage européenne ayant par avance informé tout discours sur les lieux du monde. Mais le lecteur occidental se trouve confronté à une mise en scène distanciée de sa pratique viatique, dans des récits où c’est, cette fois, un autre qui parle de l’autre. On assiste ainsi à des formes de triangulation à la surface du globe, dont la figure la plus remarquable se trouve sans doute incarnée par le prix Nobel de littérature V. S. Naipaul, descendant d’ouvriers agricoles indiens immigrés à Trinidad, installé en Angleterre et rapportant de ses voyages des écrits caractérisés par un art du regard distancié, que celui-ci porte sur l’Inde de ses ancêtres (An Area of Darkness, 1964 ; A Wounded Civilization, 1977, India : A Million of Mutinies Now, 1990), le monde caraïbe de son enfance (The Middle Passage, 1962) ou le monde musulman (Among the Believers : An Islamic Journey, 1981).

9Le déplacement géographique moderne convoque ainsi l’histoire, puisque les récits de voyages inversés renvoient à l’époque où la planète s’est amenuisée et ordonnée sous l’égide européenne, tandis que les voyages de non-Européens dans des lieux tiers tendent à réactiver des logiques régionales antérieures ou, au contraire, post-coloniales et globalisantes.

  • 17 . Voir Gérard Cogez, Les écrivains voyageurs au XXe siècle, Paris, « Points » Seuil, 2004, 229 p.

10Aussi n’est-ce sans doute pas un hasard si cette complexité du voyage au XXe siècle, qui va de pair avec sa multiplication et sa banalisation, voire sa déréalisation dans le transport aérien, se traduit par des récits d’un nouveau type. Il est difficile désormais de rendre compte du monde comme si celui-ci se découvrait pour la première fois aux yeux du voyageur. Si la posture du touriste est abhorrée dans le récit de voyage européen qui se construit dans une déclaration d’évitement du genre17, on constate aussi une tendance de plus en plus prononcée à la confusion de la relation et de la fiction, par l’introduction de séquences de voyages dans le roman, ou la fictionnalisation du récit de voyage. Or, cette tendance affecte aussi la littérature extra-européenne, riche en récits de migration.

11Toutes ces pistes sont diversement esquissées dans le présent volume, et mériteraient d’être plus amplement explorées : il conviendrait de généraliser le propos, en s’interrogeant sur l’émergence ou non d’un genre viatique dans les littératures extra-européennes, et en établissant systématiquement les corpus. Le champ est vaste, et fertile : les éditeurs seraient heureux si cet ouvrage pouvait contribuer à attiser, dans le domaine de la recherche, le plaisir de la découverte et le désir de connaissance qui présidèrent aux premiers grands voyages géographiques.

Notes

2 Ces contributions (et d’autres) auraient dû être prononcées dans le cadre d’un colloque prévu à l’université de Nantes en juin 2008, qui n’a pu se tenir. Grâce à M. Michel Catala, directeur du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique, leur publication a été possible dans la revue du CRHIA, Enquêtes et Documents. Qu’il en soit chaleureusement remercié.

3 Ces publications portent en général sur le domaine asiatique ; citons Récits de voyage des Asiatiques. Genres, mentalités, conception de l’espace, Cl. Salmon (éd.), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1996, 438 p., actes d’un colloque organisé en décembre 1994 par l’École française d’Extrême- Orient et l’École des hautes études en sciences sociales, et plus récemment, L’image de l’autre vue d’Asie et d’Europe, H. Nakagawa et Jochen Schlobach (éd.), Paris, Champion, 2007, 325 p. Ce dernier ouvrage toutefois ne traite pas du récit de voyage en tant que tel.

4 On évoquera notamment le CERLV, Centre de recherche sur la littérature des voyages, de Paris IV, fondé par François Moureau, ainsi que le plus récent Groupe de recherche Orient/Occident qui s’attache aux récits de captivité en Méditerranée (XVIe-XVIIIe siècles), ces derniers pouvant être analysés comme une variante, ou une subdivision du récit de voyage.

5 Voir les travaux de Jean-Marc Moura en particulier (La littérature des lointains. Histoire de l’exotisme européen au XXe siècle, Paris, Champion, 1998, 482 p. ; L’Europe littéraire et l’ailleurs, Paris, PUF, 1998, 200 p.), dans le sillage de ceux de Jean-Marie Carré (1887-1958).

6 Voir le volume des Voyageurs arabes dans la « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard, 1995, 1472 p.

7 Essais, édition de Pierre Villey, 3 vol., Paris, PUF, t. 1, p. 213. Les deux autres sujets d’étonnement des « sauvages » sont la soumission des soldats à un enfant (le roi), et l’absence de révolte des pauvres.

8 Voir la définition du récit de voyage par Louis Marin dans Utopiques. Jeux d’espaces, Paris, Éditions de Minuit, 1973, p. 64-65.

9 Comme le révèle le volume des Récits de voyage des Asiatiques, op. cit., qui consacre sa première partie aux « Quêtes chamaniques et spirituelles ».

10 Voir la préface d’Alain Blondy à Transhumances divines. Récits de voyage et religion, Sophie Linonchipon et Jean-François Guennoc (éd.), Paris, PUPS, 2005.

11 Celle-ci est venue s’ajouter à des pratiques locales de déplacement à petite ou moyenne échelle pour des raisons religieuses, professionnelles ou matrimoniales. Voir, par exemple, pour le monde indien, Les attaches de l’homme. Enracinement paysan et logiques migratoires en Inde du Sud, Jean-Luc Racine (éd.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994.

12 L’ouvrage a été traduit en français par Régine Mfoumou-Arthur sous le titre Ma véridique histoire : Africain, esclave en Amérique, homme libre, Paris, Mercure de France, « Le Temps retrouvé », 2008.

13 Traduits en français pour les premiers par Olivier Jamet et Elisabeth Suetsugu dans Haltes en Mandchourie et en Corée, La Quinzaine littéraire/ Louis Vuitton, 1997 ; et pour les seconds par Elisabeth Suetsugu, Arles, Philippe Picquier, 2003.

14 Traduit en français par Catherine Lauga du Plessis, Paris, Seuil, 2003.

15 L’opposition entre les voyages inversés et ceux qui répondent au désir de découverte d’un monde à la fois proche et lointain apparaît aussi pertinente dans le cas précis des récits de voyageurs asiatiques, voir Cl. Salmon, op. cit., les parties II, « Pérégrinations en Asie », et III, « Découverte de la modernité : voyages en Occident ».

16 Pensons, pour la seule littérature du sous-continent indien, aux récits de voyage de Vikram Seth en Chine (From Heaven Lake: Travels through Sinkiang and Tibet, 1983), de Salman Rushdie au Nicaragua (The Jaguar Smile : A Nicaraguan Journey, 1987), ou de I. Allan Sealy en Amérique du Nord (From Yukon to Yucatan, 1994).

17 . Voir Gérard Cogez, Les écrivains voyageurs au XXe siècle, Paris, « Points » Seuil, 2004, 229 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540