Version classiqueVersion mobile

Du Brésil à l'Atlantique

 | 
Laurent Vidal
, 
Didier Poton

Troisième partie. Histoires des échanges culturels internationaux

Brazilianist, brésilianiste, brasilianista ou comment bâtir une coopération scientifique

Hugo Suppo et Mônica Lessa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Deux moments marquent l’évolution des rapports entretenus par Guy Martinière vis-à-vis du Brésil : dans un premier temps le Brésil est l’objet d’étude du jeune chercheur en sciences sociales, avant de devenir un partenaire pour la collaboration scientifique. Avec la fin de la dictature militaire, en 1985, le Brésil s’affirme en effet comme un partenaire scientifique, offrant la possibilité d’expérimenter de nouveaux modèles d’analyse, comme dans le champ des relations culturelles, chères à Guy Martinière. Ne s’agissait-il pas alors de montrer que les asymétries entre les pays pouvaient échapper à l’enfermement des pays dans l’équation du pays donneur vers le pays receveur (Léopold Sédar Senghor) ?

C’est donc avec beaucoup d’émotion, et profondément honorés d’avoir reçu cette invitation pour écrire quelques lignes sur Guy Martinière et ses rapports avec le Brésil, que nous nous sommes mis à la tâche pour rassembler des souvenirs de jeunesse, nous pencher sur les travaux et les écrits ...

Auteurs

Professeurs d’histoire, Université d’État de Rio de Janeiro (UERJ)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search