Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

Conclusions

Jean-Pierre Bois

Texte intégral

1Approchées d’un point de vue historique, avec un mélange d’entrées politiques, militaires, culturelles, les frontières ont été assez longuement évoquées pour que l’on puisse en énoncer deux caractères : le premier est qu’elles ont existé, et qu’elles existent encore, même dans notre monde si mondialisé ; le second est qu’elles ont largement focalisé les conflits de la première moitié du XXe siècle, et même de la seconde moitié, largement évoquée aussi, parce qu’elles ne semblent jamais évidentes, jamais définitives, toujours résulter d’un débat et d’une réflexion autant que de contraintes préexistantes. Quel que soit l’angle d’approche, décliné ici avec des regards divers. Celui de l’opération militaire, celui du concept d’ouverture ou de fermeture, celui de zone – la Zonengrenze allemande –, enfin, plus large encore, celui d’aire, aire d’influence, espace culturel, domaine de représentation même.

2Sous toutes ces approches, la frontière requiert, pour exister, trois conditions. Hors desquelles le débat sera toujours tronqué.

3La première est de tenir compte de la géographie, c’est-à-dire de la nature, avec cette particularité que la frontière existe mieux quand on la voit dans le paysage que quand on ne la voit pas. Des lignes naturelles semblent s’imposer sans débat, une ligne de crête – la frontière pyrénéenne franco-espagnole, une évidence –, une vallée profonde, ou très large, bref, tous les signes qui concrétisent la perception immédiate, en même temps que se trouve limitée la faculté des hommes à se déplacer. À l’inverse, une frontière perdue dans une zone de lacs et de forêts immense et imprécise, ou dans l’obscurité de la nuit polaire pendant la moitié de l’année, semble moins réelle.

4La seconde condition est de tenir compte de la démographie. On ne le dit peutêtre pas assez fortement. Le nombre des hommes qui tiennent un territoire en impose les limites, aussi sûrement que l’éparpillement des hommes dessine des zones dans l’espace desquelles une frontière va traverser, et finalement séparer deux bassins de populations. Il en va ainsi des frontières historiques de la Grèce, dont la capitale est Byzance, mais que les diplomates occidentaux réduisent au XIXe siècle à son bassin de peuplement hérité de l’antique république athénienne, sans doute parce que l’espace historique de la Grèce est une immense diaspora maritime et commerciale, de la Crimée à la Sicile…

5Enfin, on ne peut en aucune circonstance négliger l’importance de l’histoire dans la définition même des frontières. Autant parce que les événements qui s’y déroulent fixent les populations, superposent la terre et les passions, enracinent la mémoire, que parce que la naissance des États centralisés se double d’une réflexion sur les régimes politiques, d’une pratique administrative uniforme, d’une culture du quotidien, finalement tout ce qui, au fil des siècles, vient différencier les nations en les inscrivant dans un territoire.

6Avec ce constat initial, qui limite exactement le champ de nos réflexions, trois espaces se sont trouvés ici privilégiés.

7Le premier, le plus évident quand on se penche sur l’histoire de l’Europe au XXe siècle, est celui de la frontière orientale de l’Europe, qui a toujours posé problème. Extrêmement imprécise jusqu’au XVIIIe siècle, elle n’existe alors que dans l’identification, au-delà, de la Moscovie ou du grand-duché de Novgorod, espace réputé non européen, peut-être parce que de religion orthodoxe, mais aussi par la sauvagerie des mœurs qui y règnent – tragiquement illustrées dans la seconde moitié du XVIe siècle par le règne d’Ivan IV justement nommé le Terrible, au point qu’au XVIIe siècle, la Russie est l’une des rares puissances non représentées aux Congrès de Westphalie. Le trouble ne peut que devenir plus grand lorsque, au début du XVIIIe siècle, le tsar Pierre se tourne enfin vers l’Europe, et veut arracher la Russie à l’Asie. Au XXe siècle, la frontière entre Europe et Russie s’est trouvée réactualisée par la limite imposée par les vainqueurs qui disposent à Versailles de l’Europe des vaincus, et en excluent la nouvelle République en révolution. Après la Seconde Guerre, l’URSS a elle-même artificiellement déplacé la frontière, pour couper l’Europe en deux blocs, alors articulée sur un ensemble de territoires disposés comme une succession de glacis, de la Carélie à la Roumanie, en passant par les républiques baltes (fondées sur quelle histoire ?), la Pologne (et ses minorités nationales), la Poméranie ou la Haute-Silésie (autrefois zones d’influence allemande), la Tchécoslovaquie (singulière réunion entre Bohême et Slovaquie créée aux lendemains de la Première Guerre), la Hongrie (dont la frontière avec l’Autriche s’inscrit, sur la Raba – le Raab des Allemands et des Français – dans un lieu qui avait été celui du limes romain, celui de la bataille de Saint-Gotthard entre les Turcs et les Impériaux), cependant que, en deçà, les Alpes autrichiennes étaient un lieu de défense privilégiée et hautement sophistiquée face à la menace soviétique… Cette frontière est moins nette dans les Balkans, où s’unissent artificiellement, ou se déchirent cruellement Serbie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, moins nette aussi en Grèce, en Crète, ou à Rhodes et Chypre qui ne sont qu’à un ticket de bateau de la Turquie, mais à un billet d’avion d’Athènes… Abolie après 1989, cette frontière est devenue de nos jours une aire culturelle, en même temps qu’un front de valeurs conquérantes, celles de la démocratie, du progrès et de la promesse du bonheur, une frontière appelée à engloutir les uns après les autres tous les États qui se situent encore au-delà, ce qui pose à moyen terme le problème de l’Ukraine, puis celui des républiques caucasiennes, et à court terme celui de la Turquie. Cette frontière indécise est-elle un front de civilisations ? Alors que Saint Cyrille et Saint Méthode étendaient l’évangélisation dans les terres slaves, la religion musulmane commençait à suivre les pas de la conquête arabe, accomplie finalement avec la conquête ottomane, dessinant une frontière culturelle peut-être irréductible.

8À l’intérieur même de l’Europe, une autre frontière semble bien avoir fixé l’histoire : la franco-allemande, ou frontière rhénane. À grande échelle, nous sommes dans cet espace créé, entre Lombardie et mer du Nord, par le traité de Verdun en 843, puis morcelé en Pays-Bas, évêchés du Rhin, duché de Bourgogne, puis enjeu des compétitions territoriales qui opposent Habsbourg et Bourbons en Palatinat, en Bade, en Wurtemberg, en Alsace. Occasion de rappeler que le Rhin n’y constituait nullement une frontière naturelle avant que Louis XIV ne le décide. Avant la conquête française, si une frontière pouvait exister dans ce territoire, marche avancée de l’Empire placée sous le regard de la République de Strasbourg, elle aurait séparé le nord et le sud de la vallée rhénane sur les deux rives du fleuve, tous deux espaces de langue héritée du moyen haut allemand, mais d’origine francique au nord, d’origine alémanique au sud… Louis XIV crée ici un espace divisé entre est et ouest par le Rhin, au point de renoncer même aux enclaves françaises qui le débordent, Brisach et Fribourg en Brisgau au sud, Philippsbourg au nord. Il impose la France à l’Alsace, par la soumission des villes libres, par la réunion des principautés possessionnées des princes allemands, par la capitulation de Strasbourg. Après quoi, il construit cette frontière, de Bâle à la Lauter, de Huningue à Landau… C’est désormais la frontière que récupéreront et étendront, tout le long de la « Rive gauche du Rhin », le Directoire et l’Empire ; la frontière le long de laquelle on créera une Belgique, après avoir hésité entre duché de Brabant, départementalisation française, et royaume des Deux-Belgiques. C’est encore la frontière qui sera remise en équation avec l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Empire allemand en 1871. C’est aussi en ce lieu que se joue le premier grand drame du XXe siècle, qui voit la frontière devenir un sillon tragique arrosé du sang de plusieurs millions d’hommes venus du monde entier, morts sur ce limes en creux… C’est là encore que, après la guerre, la France essaiera de mettre la main sur la Sarre, et de faire revivre une Rhénanie indépendante, dont l’impossible avènement induit alors le repli derrière une nouvelle version du Pré Carré, la « ligne Maginot ». Là seront créées après 1945 de nouvelles entités rhénanes à la fois administratives et historiques, avec le Baden-Württemberg, le Rheinland-Pflaz et le Nordrhein-Westfalen, et un peu plus tard en France la région « Alsace », qui, elle, se superpose bien à l’ancienne province historique – cas unique parmi les régions françaises… Mais au fond, de Bâle à Ijmuiden, l’immense vallée industrielle du Rhin actuel est-elle encore une frontière, et son activité, sa densité humaine, son unité culturelle ne contribuent-elles pas à en faire plutôt une nouvelle région naturelle typiquement européenne ? Elle est devenue l’axe vital de l’Europe, et n’a plus rien d’une frontière.

9Resterait le cas de l’Allemagne elle-même. Entre l’Empire des Hohenzollern, le Troisième Reich hitlérien, les deux Allemagnes artificiellement ennemies, la fédérale et démocratique – die sogenannte RDA… –, la nouvelle Allemagne réunie, où est la frontière, si elle existe ? Au cœur de l’Allemagne elle-même, avec le mur de Berlin et le Rideau de fer ? Une frontière ainsi érigée ne sera jamais durable, l’histoire de tous les murs nous le démontre, de l’ancienne muraille de Chine au mur du Liban actuellement érigé par Israël pour protéger son territoire. L’Allemagne doit-elle être toute ensemble un glacis, un État-tampon ? On a longtemps redouté qu’elle puisse devenir le champ de bataille privilégié d’une Troisième Guerre mondiale qui n’a pas eu lieu, comme elle a été quatre siècles auparavant le champ de bataille de la guerre de Trente Ans, mais elle a bien été l’un des enjeux territoriaux de la guerre froide.

10Une journée d’étude ne suffit jamais pour tout dire. D’autant plus que notre regard s’est étendu bien au-delà de la seule Europe, puisque l’évocation de l’Union française et de l’Indochine, comme celle de la puissance impériale britannique, sont venues nous rappeler que la définition de zones d’influences et d’espaces stratégiques pouvaient donner une extension considérable au concept de frontières nationales…

11Pourtant, la frontière atlantique de l’Europe n’a été ici qu’effleurée. Ce n’est pas une ligne étroite, mais un espace, très large, plus large qu’une rivière, mais qui possède deux rives, deux immenses berges, chacune d’entre elles aux dimensions d’un continent. Et d’une rive à l’autre, n’y a-t-il pas plus de raison d’unité que de séparation frontalière ? Au fond, notre histoire commune, entre États-Unis et Europe, est plus importante que nos conflits, nous le savons depuis le temps de La Fayette comme depuis 1917 ou 1944… Si l’unité d’un espace est d’abord culturelle, force est aussi de convenir qu’il y a plus de communauté entre la civilisation américaine, de racine judéo-chrétienne et largement inscrite dans les Lumières du XVIIIe siècle, et la nôtre, qu’entre la nôtre et la civilisation turque d’aujourd’hui.

12La mutation du concept de frontière en liaison avec la mutation des outils militaires, doit aussi être désormais mise en évidence. Nos frontières historiques relèvent, à beaucoup de points de vue, des réalités de la guerre terrestre, d’infanterie, de cavalerie, d’artillerie. Une frontière peut-elle être identique au temps de la guerre aérienne et maritime ? Déjà, avec les progrès de l’artillerie, les anciennes murailles des villes avaient été démolies. Avec l’abolition de la distance, avec la possibilité de transport de troupes, de projection d’unités instantanément opérationnelles à des milliers de kilomètres d’une frontière, en « opérations extérieures », la frontière n’est-elle plus qu’une sorte de concept théorique ? La France n’est-elle pas frontalière de la plupart des pays d’Afrique ? Et les États-Unis ne sont-ils pas frontaliers d’à peu près tous les pays du monde ? La frontière ne se transforme-t-elle pas en une simple somme de protections juridiques d’intérêts commerciaux, allégrement contournées ou renversées par les flux de capitaux ou contrôlées par des multinationales qui ne sont lus d’aucune nation ?

13Pour autant, existe-t-il actuellement dans le monde un espace frontière physiquement identifiable, qui serait encore porteur de toutes les vicissitudes historiques des frontières ? Si tel est le cas, pour la première fois depuis deux à trois millénaires, il n’est pas en Europe. Il existe peut-être aux bornes de l’Europe, sur une très vaste écharpe de terres imprécises, étirées du Maroc à l’Indonésie, actuellement reconquises par un islamisme dont la puissance d’expansion tient autant à sa vitalité démographique qu’à la perte de ses repères culturels dont est malade l’Europe. Il existerait peut-être de manière moins immédiatement visible, mais tout aussi menaçante, en Asie, et plus précisément aux frontières de la Chine. Au nord avec le lieu sensible de sa frontière coréenne, au sud avec le lieu sensible de sa frontière tibétaine, à l’est surtout, avec le lieu sensible de sa frontière taïwanaise… Si loin de nous. Mais l’histoire du XXIe siècle ne s’écrit plus à l’échelle européenne, mais à l’échelle du monde.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540