Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

La défense des Alpes autrichiennes face à une menace soviétique entre 1945 et 1955

Stéphanie Plouvier

Texte intégral

1Dans la période étudiée, la frontière constituée par les Alpes autrichiennes représente une voie de passage et un espace conçu comme un glacis protecteur. Avec la guerre froide, l’Autriche se trouve à la jonction entre les deux blocs occidental et soviétique. Le statut d’occupation, dans les secteurs occidentaux, devient celui d’une coopération entre les Autrichiens et les puissances occupantes en vue de défendre le territoire contre une expansion soviétique. En particulier, le Tyrol constitue un réduit possible en cas de repli des troupes occidentales, en cas d’attaque soviétique.

2Aux plans de défenses américains, entre 1947 et 1949, prévoyant un repli général au-delà des Pyrénées, s’opposent les projets français. Le plan de défense du général Béthouart, en particulier, prévoyant la constitution d’un « réduit alpin » constitué par le Tyrol-Vorarlberg, projette la constitution d’importantes fortifications à base d’explosifs.

3La coopération franco-autrichienne se développe dans la période 1950-1955, avant le traité d’État du 15 mai 1955. Une fois les troupes alliées évacuées, l’Autriche neutre retrouve sa liberté d’action. Le « Rideau de fer » est désormais fixé entre elle et ses voisines, la Hongrie et la Tchécoslovaquie.

4La déclaration de Moscou du 30 octobre 1943 définit l’Autriche comme étant la première victime de l’Allemagne hitlérienne. Par conséquent, les Alliés – États-Unis, Grande-Bretagne, URSS – ne cherchèrent pas à l’accabler, autant sur le plan politique qu’économique. Dès lors, l’enjeu devint différent de celui que poursuivait chacun des quatre Alliés en Allemagne. Le sort de l’Autriche étant considéré, dans un premier temps, comme secondaire par rapport au problème allemand, la situation au sein du Conseil Allié fut beaucoup moins tendue au sujet de l’Autriche que de l’Allemagne. L’affrontement ne fut jamais exposé au grand jour et ne fit jamais d’éclat sur la scène publique.

5La déclaration de Potsdam, à l’été 1945, répartit les zones d’occupation :

  • Pour l’Union soviétique : Burgenland et Niederösterreich ;
  • Pour les États-Unis : Oberösterreich et Salzburg ;
  • Pour la Grande-Bretagne : Kärtern et Steiermark ;
  • Pour la France : Tyrol et Vorarlberg.

6Les Alliés souhaitaient, en Autriche, une occupation de courte durée. De plus, le 1er arrondissement de Vienne constituait un secteur international : les Alliés étaient ainsi obligés de coopérer.

7En 1947 éclata la guerre froide, avec la proposition du plan Marshall et la doctrine Jdanov en réponse. Les relations Est-Ouest se tendirent de manière dangereuse et l’on redouta une attaque soviétique vers l’Europe.

8Considérons la notion de frontière dans le sens le plus large. En effet, la frontière constituée par les Alpes autrichiennes représente une voie de passage et un espace conçu comme un glacis protecteur.

9Après le déclenchement de la guerre froide, l’Autriche se trouvait à la jonction entre les deux blocs américain et soviétique. Divisée en quatre zones d’occupation, elle fit l’objet d’un intérêt inavoué pour les Soviétiques. Toutefois, on ne se trouvait pas ici dans le cas d’un pays occupé qui protestait contre un occupant mais plutôt dans celui d’une coopération entre les Autrichiens et les pouvoirs occidentaux afin de défendre le territoire contre une expansion soviétique. Il est également intéressant de faire le lien entre la notion de frontière et celle d’opérations militaires, c’està-dire sur la manière dont on a envisagé, dès le temps de paix, la défense de cette frontière et sur les mesures prises pour équiper cette frontière : fortifications à base d’explosifs.

LA PLACE STRATÉGIQUE DES ALPES ET LEUR SIGNIFICATION POUR LES SOVIÉTIQUES

Institut de géographie, Landesverteidigungsakademie, Vienne.

Constitution d’un glacis et position centrale en Europe

10La position de l’Autriche entre ces deux blocs était très délicate et la situation se compliqua encore avec la fragilisation de l’ordre en Europe de l’Est et, à partir de 1947, avec le déclenchement de la guerre froide. Les Soviétiques, avec Staline, se constituaient un glacis formé par les pays de l’Europe de l’Est, qui se refermait peu à peu sur l’Autriche.

Le Tyrol et le Vorarlberg

11Le Tyrol-Vorarlberg est une région très montagneuse formée par les Alpes autrichiennes, qui constituent une véritable barrière naturelle entre l’Europe du Nord et du Sud, entre l’Est et l’Ouest.

12Le Tyrol ne compte que deux voies de pénétration de la plaine bavaroise vers la plaine du Pô : le col du Brenner et le col de Resia (Haut Adige). Pour traverser le Tyrol d’Est en Ouest, il n’y a qu’un seul passage : la vallée de l’Inn (Inntal). Ces accès sont peu nombreux et relativement aisés à bloquer : il fallut les défendre !

  • 1 Service historique de la Défense (SHD), 1 U18, Commandement supérieur des troupes d’occupation, gé (...)

13Conscient de l’importance cruciale de cette région, le général Descour, commandant supérieur des troupes françaises d’occupation en Autriche, déclara : « Le Tyrol constitue le seul réduit valable en Europe tant que sera maintenue la neutralité suisse pour menacer ou contre-atttaquer par des actions de flanc, une action soviétique en direction du Rhin, et pour couvrir l’Italie du Nord1. »

14Les principales considérations qui justifiaient l’attention particulière accordée au Tyrol étaient les suivantes :

  • Il permettait une défense de l’Italie ;
  • Il se combinait avec les opérations à l’Est du Rhin ;
  • Il offrait une possibilité de repli aux troupes américaines, britanniques et françaises en cas d’attaque massive de l’Union soviétique.

LES MISSIONS DES FRANÇAIS – L’ÉTAT DE LA SITUATION

15Le général Béthouart, commandant en chef des troupes d’occupation françaises dans le Tyrol et le Vorarlberg, prit très rapidement conscience du comportement suspect des Soviétiques ; en effet, il était plus facile de se rendre compte de la situation à Vienne ou même au Tyrol-Vorarlberg qu’à Londres, Washington ou même Paris. Quant aux États-Unis et à la Grande-Bretagne, extracontinentaux, ils semblaient loin du champ de bataille.

16L’Autriche a, tout au long de ces années d’occupation, constitué un problème secondaire par rapport au problème allemand. Les Puissances d’occupation occidentales, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, commencèrent rapidement à retirer leurs troupes du territoire autrichien. En 1947, il ne restait que 7 000 soldats français.

17Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’hypothèse d’un nouveau conflit n’était, du côté des puissances occidentales, pas envisageable. Ainsi, la mission à remplir en Autriche, bien plus alors qu’en Allemagne, était principalement d’ordre politique. Les forces militaires engagées furent réduites au strict minimum. On souhaita en effet une occupation d’une courte durée et peser le moins possible sur le gouvernement et sur la population. Il en résulta que la réduction et la démobilisation des troupes furent très rapides. Les Français furent les premiers à réduire considérablement leurs effectifs, autant civils que militaires d’ailleurs. Car s’ajoutait à l’aspect peu préoccupant que semblait revêtir la situation en Autriche, le fait que la France était occupée par le conflit en Indochine et fut bientôt secouée par des conflits internes.

18En 1945, il ne restait que la 4e division marocaine de montagne. Elle fut remplacée le 4 septembre 1945 par la 27e division alpine considérablement réduite. Elle se composait de :

  • Bataillons de chasseurs ;
  • Groupe d’artillerie ;
  • Régiment de Dragons chasseurs de chars ;
  • Des éléments du Génie et des services, sous le commandement du général Molle.

19Les unités françaises étaient situées dans les trois zones principales du Tyrol-Vorarlberg :

  • Donnbirn, Feldkirch, Bludenz, dans le Vorarlberg ;
  • Innsbruck, Landeck, dans l’Oberinntal ;
  • Wörgl, Kitzbühel, Schwaz, dans l’Unterinntal.
  • 2 SHD, 1U13, Stationnement des troupes françaises en Autriche.
  • 3 Koppensteiner Bruno W., « Béthouarts Alpenfestung », Schmidl E. A., Österreich im frühen Kalten Kr (...)

20En terme de chiffres, en janvier 1946, la force française comptait 20 000 hommes. À la fin du mois, il n’en restait que 15 000 et en mai 1946, les troupes furent encore réduites de 7 000 hommes. Au milieu de l’année 1946, il ne restait donc que 8 000 hommes2. En comparaison, les effectifs américains et britanniques représentaient 50 000 hommes et les forces soviétiques comptaient 250 000 hommes, dans leurs zones respectives3. Les effectifs français constituaient donc un strict minimum. En novembre 1947, des grèves communistes se déclarèrent à Paris, le Général Béthouart devait démobiliser deux bataillons de chasseurs à Paris. À côté de ceci, les autorités françaises devaient parlementer avec le gouvernement autrichien qui faisait pression en réclamant sans cesse la réduction des effectifs des troupes d’occupation. On peut donc considérer que le facteur militaire a été largement négligé lors des premières années d’occupation.

21Le général Béthouart était parfaitement conscient de l’insuffisance de ses effectifs pour remplir la mission qui lui était donnée.

LA MISE EN PLACE DE LA DÉFENSE

22En 1947, la guerre froide devint une évidence pour tout le monde et la menace communiste se fit sentir jusqu’en Autriche lorsque des troubles agitèrent le pays, à la suite d’actions séditieuses du parti communiste autrichien. Prévoyant le pire, les États-Unis élaborèrent alors de multiples plans d’évacuation de leurs troupes du territoire autrichien : plan Pincher en 1946-1947 ; plan Broiler en 1947-1948 ; plan Bushwalker en 1948 ; plan Halfmoon en 1948-1949. Ces différents projets envisageaient le retrait des troupes américaines afin de se mettre à l’abri au-delà des Pyrénées, laissant alors sans défense une grande partie de l’Europe.

23Les Alliés élaborèrent alors en commun des plans d’action pour faire face à une attaque soviétique : le plan Pilgrim, avec trois variantes possibles :

  • Pilgrim Able, prévoyant la défense des Alpes italiennes ;
  • Pilgrim Baker, retrait total des troupes par les ports italiens ;
  • Pilgrim Charlie, retrait à travers l’Autriche de l’Ouest puis par le Rhin.

24Ces projets ne se révélèrent pas satisfaisants car ils ne protégeaient pas la totalité de l’Europe. Ils prévoyaient en effet un repli au-delà des Pyrénées.

  • 4 Ibidem.

25Mais les plans français de défense des Alpes autrichiennes trouvèrent peu de soutien au sein de l’armée américaine, qui considérait l’occupation de l’Autriche comme étant stratégiquement dangereuse. En octobre 1949, le général Omar Bradley, chef d’état-major, déclara : «Our military untenable position there4. » Très préoccupés par la situation asiatique et notamment par les récents développements politiques en Corée, les Américains envisagèrent même l’évacuation de l’Autriche afin de réduire leur front et de redéployer leurs troupes sur des théâtres jugés prioritaires.

26Dans l’hypothèse d’une attaque soviétique, le souci principal des Occidentaux était de ne pas abandonner le pays, ce qui aurait dangereusement exposé le flanc sud du dispositif occidental en Allemagne et les régions orientales de la Suisse. Dans les plans du général Béthouart, la parade était donc envisagée en trois temps :

  • 5 SHD, 1U18, dossier 1, décembre 1948.

« T1 : en tenant les “portes” par où débouchaient les axes de communications, couvrir la mise sur pied des forces nécessaires à la constitution du môle envisagé (4 divisions de montagne minimum), couverture par emploi [de fortifications à l’explosif] ou guérilla ;
T2 : étant appuyé à la frontière italienne, mener des actions offensives en direction de Munich ou de Vienne (attaques de convois, de dépôts), créer un climat d’insécurité ;
T3 : la possession assurée des Alpes austro-italiennes constituerait une base de contre-offensive massive pour atteindre le Nord5. »

27Afin de mettre en œuvre le temps 1, le général Béthouart développa alors sous le nom de Pilgrim Dog, un plan de défense du Tyrol-Vorarlberg basé sur la création d’un « réduit alpin », pour lequel il projetait la construction d’importantes fortifications. Il s’agissait de fortifications à base d’explosifs, situées le long des axes décrits précédemment et majoritairement au niveau des ponts.

  • 6 État des troupes françaises : cf. I – 3.

28Ces ouvrages de fortification devaient permettre de compenser la relative faiblesse numérique du contingent français déployé sur la zone6, tout en ménageant la susceptibilité des Soviétiques. L’organisation administrative militaire des deux provinces sous tutelle française, le Tyrol et le Vorarlberg, se fit en divisant la zone en plusieurs secteurs, chacun portant une lettre :

  • Zone « A », 16 fortifications, Lechtal avec des points particuliers à Reutte, Fenpass et Leutasch ;
  • Zone « T », 16 fortifications, Unterinntal de Kufstein à Innsbruck, comprenant Achental et Brixental ;
  • Zone « I », 4 fortifications, Gerlos et Brenner ;
  • Zone « R », 12 fortifications, Oberinntal d’Imst à Finstermünz, Arlberg et Flexenpass ;
  • Zone « V », 18 fortifications, le Vorarlberg.

29Ces fortifications étaient ici exclusivement des fortifications à base d’explosifs. Leur nombre dans chaque domaine était assez élevé pour quadriller le territoire du Tyrol-Vorarlberg.

30Les travaux de fortifications débutèrent en janvier 1948. Les voies de communication qui traversent le Tyrol-Vorarlberg étant très restreintes et pouvant facilement être interdites, des barrages furent édifiés le long de ces axes au niveau des ponts, des routes et sur les flancs des montagnes. Afin de bloquer les accès de l’Allemagne vers l’Autriche, une ligne de défense fut élevée au niveau de Füssen et de Reutte (domaine A) ; les deux accès de l’Autriche vers l’Italie furent barrés : deux ponts furent minés au col du Brenner (I2 et I3) et au col du Resia (R9) ; mais c’est sur la voie principale traversant d’Est en Ouest par la vallée de l’Inn que furent érigées les principales fortifications : au niveau de Küfstein (domaine T), deux ponts furent minés pour interdire l’accès à Innsbruck (T15 et T16), le long de la voie au niveau d’Imst et de Landeck (R6, R7, R8, R100, R10 et R11), puis plus loin au niveau de Stuben (R13 à 16) ; et enfin l’accès à l’Allemagne et à la Suisse fut barré par d’importantes fortifications au niveau de Bregenz (domaine V du Vorarlberg). La répartition géographique de ces fortifications est révélatrice de l’attention portée à la menace soviétique et traduit la stratégie que la France s’apprêtait à appliquer en cas d’attaque : tenir les axes et endiguer l’assaut. Pour cela la France comptait avant tout sur la capacité de résistance du réduit alpin.

31La prise du pouvoir par les communistes à Prague, en février 1948, constitua un nouveau cap dans la perception de la menace communiste par l’opinion occidentale. Cela se traduisit concrètement par une plus grande attention accordée aux fortifications de l’Inntal (vallée de l’Inn), considérée comme l’axe principal dans lequel s’écouleraient les chars soviétiques en marche vers la France. Cependant il est intéressant de noter qu’en 1948, la méfiance à l’égard de l’Allemagne n’avait pas disparu, comme l’illustrent les nombreuses fortifications édifiées dans le domaine A. La question est alors de savoir s’il s’agissait d’empêcher une attaque soviétique venant de la République démocratique d’Allemagne (RDA), ou si l’on essayait toujours de se prémunir contre la renaissance d’une menace allemande. Le fait est que le deuxième point de fortification le plus important était l’Ausserfern avec non moins de 12 barrages, 14 en comptant le Fernpass. Cela s’explique aisément par le fait que les plans de l’OTAN considéraient cette zone comme faisant partie intégrante du dispositif de défense du Rhin.

  • 7 Koppensteiner B. W., op. cit.

32À Kufstein, zone de fortification la plus à l’Est du Tyrol, se trouvait le barrage T5. Il s’agissait en fait d’un pont de la rue Kufsteiner permettant la traversée de l’Inn entre Rosenheim et Wörgl. L’ouvrage s’appuyait sur trois points : les deux rives et un pilier central. La destruction de ce pont pouvait constituer un atout important en bloquant l’avance d’éventuelles troupes soviétiques, aussi l’ouvrage fut-il « préparé » par le génie français de façon à pouvoir être démoli en cas de nécessité. Le plan d’action prévoyait que soient déposés au niveau de chaque rive 270 kg d’explosifs ; deux chambres à explosifs furent forées dans le pilier central pour pouvoir y placer une charge de 250 kg. De plus, 102 kg d’explosifs devaient également être placés à divers points du pont de façon à assurer sa destruction complète. Le personnel nécessaire à la mise en place du dispositif se limitait à 1 officier, à deux sousofficiers et à vingt-cinq soldats du génie. Selon un tableau d’emploi du personnel, la destruction totale du pont ne devait pas prendre plus de cinq heures7. Le barrage T5 n’était qu’un exemple parmi d’autres des multiples barrages et dispositifs prévus par les plans de défense de l’armée française afin de protéger le territoire autrichien et de freiner autant que faire se pouvait une éventuelle attaque soviétique.

33De 1950 à 1955, les relations franco-autrichiennes s’améliorèrent progressivement. Les autorités françaises, avec à leur tête le général Béthouart, s’attachèrent à faire participer de plus en plus le gouvernement autrichien dans les prises de décisions le concernant et à prendre en compte ses revendications. Le programme de formation d’une armée autrichienne se développa : poursuite des entraînements, apport de matériel américain, coopération secrète entre les autorités autrichiennes et les Alliés occidentaux.

34Le 15 mai 1955 le traité d’État fut signé au Belvédère par les quatre ministres des Affaires étrangères des puissances d’occupation et le ministre des Affaires étrangères autrichien.

35Le 25 octobre 1955, le dernier soldat des troupes alliées se retirait du territoire autrichien, condition sine qua non pour que la neutralité de l’Autriche soit déclarée. Ce qui fut fait le lendemain, 26 octobre 1955.

36Ainsi l’Autriche retrouvait son indépendance et sa liberté d’action. Mais la menace communiste n’était pas pour autant écartée : le Rideau de fer s’arrêtait maintenant à la frontière entre l’Autriche et ses pays limitrophes : la Hongrie et la Tchécoslovaquie.

Notes

1 Service historique de la Défense (SHD), 1 U18, Commandement supérieur des troupes d’occupation, général Descour, Commandant supérieur des Troupes françaises d’occupation en Autriche, à M. le ministre de la Défense nationale, 2 février 1950, p. 4.

2 SHD, 1U13, Stationnement des troupes françaises en Autriche.

3 Koppensteiner Bruno W., « Béthouarts Alpenfestung », Schmidl E. A., Österreich im frühen Kalten Krieg, 1945-1958, Spione, Partisanen, Kriegspläne, Wien, Böhlau, 2000, p. 193-237.

4 Ibidem.

5 SHD, 1U18, dossier 1, décembre 1948.

6 État des troupes françaises : cf. I – 3.

7 Koppensteiner B. W., op. cit.

Table des illustrations

Légende Institut de géographie, Landesverteidigungsakademie, Vienne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26158/img-1.jpg
Fichier image/, 309k

Auteur

Officier-élève, École spéciale militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540