Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

L’Allemagne, glacis des puissances occidentales ?

La Zonengrenze et la lutte pour l’influence allemande sur la stratégie de l’OTAN (1949-1965)

Magdalena Revue

Texte intégral

1Depuis 1949 et ensuite pendant les quarante années de guerre froide, la République fédérale d’Allemagne n’a cessé de revendiquer son influence sur les stratégies de l’OTAN qui se concentraient sur la frontière inter-allemande. En effet, si cette frontière représentait le « Rideau de fer » entre deux blocs militaires et entre deux mondes idéologiques, pour les Allemands qui l’ont appelée « Zonengrenze » jusqu’au bout, elle divisait leur nation. Il s’agissait d’agir pour que l’Allemagne ne soit pas qu’un glacis des puissances occidentales, en proie à la destruction totale dès la moindre attaque nucléaire. Sont retracés ici les débats autour de la stratégie de « l’avant », déjà avant la création de la Bundeswehr, de l’équipement de la Bundeswehr en armes nucléaires tactiques dès 1955 et du changement de stratégie vers une « réponse flexible » au début des années 1960.

2Jamais et nulle part, les termes de guerre froide et de dissuasion n’ont été autant concrétisés que le long de la frontière interallemande, celle que les Allemands de l’Ouest n’ont jamais cessé d’appeler Zonengrenze. Depuis 1949 et pendant quarante ans, la République fédérale d’Allemagne a revendiqué son influence sur les stratégies de l’OTAN qui se concentraient sur la frontière interallemande. En effet, si cette frontière représentait le « Rideau de fer » entre deux blocs militaires et entre deux mondes idéologiques, pour les Allemands, elle divisait surtout leur nation. Pour les politiques responsables d’une population issue tout juste du traumatisme de la guerre mondiale, il importait d’agir de sorte que l’Allemagne ne soit pas qu’un glacis des puissances occidentales, en proie à la destruction totale dès la moindre attaque nucléaire. On retracera ici les débats autour de la stratégie dite « de l’avant », planifiée bien avant la création de la Bundeswehr, autour de l’équipement de la Bundeswehr en armes nucléaires tactiques dès 1955 et autour du changement de stratégie vers une « réponse flexible » au début des années soixante.

3Il y aurait beaucoup de choses à dire sur la construction, la fortification progressive de cette frontière, sur les vies qu’elle a coûtées aux Allemands des deux côtés et sur les soldats et les policiers qui la gardaient ou observaient, de part et d’autre, les passages et ouvertures successifs au cours des années, puis la trace ineffaçable qu’elle laisse encore après sa disparition définitive en 1990. Mais tel n’est pas mon propos. Cette frontière était bien plus qu’une Zonengrenze. Justement, elle constituait la partie la plus importante du Rideau de fer entre le bloc Est et le bloc Ouest pendant la guerre froide, 800 km sur les 1 700 de la ligne entre deux idéologies et donc entre deux mondes.

4En effet, deux alliances militaires armées jusqu’aux dents se touchaient ici, cherchaient à s’affronter tout en se dissuadant mutuellement de concrétiser cet affront. Au centre se trouvait l’Allemagne, divisée en deux, chaque partie appartenant à l’un des camps adverses et désirant vivement la réunification. Pour la partie qui nous intéresse, la République fédérale, on imagine la contradiction qu’elle devait supporter, contradiction de considérer à la fois le territoire d’en face comme ennemi et comme ami. L’Ostzone, son territoire et sa population n’étaient certes pas à défendre puisqu’ils faisaient partie du camp adverse, mais en même temps, ses habitants étaient des Allemands, il s’agissait de la terre allemande, appelée un jour à redevenir un seul pays avec un seul peuple. Cet ultime objectif était clairement formulé dans la Loi fondamentale, Constitution de la République fédérale et on ne l’avait pas oublié, même au moment du traité de Paris qui, en 1954, rendait à l’Allemagne fédérale sa quasi-souveraineté. Si l’Ostzone n’était pas à défendre, il fallait au moins veiller à lui nuire le moins possible en cas de conflit. Or, le conflit aurait invariablement lieu ici, de part et d’autre de la frontière interallemande, sur le territoire est-allemand comme ouest-allemand.

HISTOIRE DE L’ALLEMAGNE, HISTOIRE DE FRONTIÈRES

5L’Histoire de la Zonengrenze est étroitement liée à celle de la ligne Oder-Neiße. Cette frontière, entre l’Est de l’Allemagne et la Pologne, mériterait une contribution particulière dans notre thématique. On doit se contenter ici de montrer les points de jonction de ces deux problèmes. Déjà, à Moscou en octobre 1943, les ministres des Affaires étrangères des trois puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale avaient discuté de façon générale du sort de l’Allemagne et de son occupation. La proposition initiale britannique d’occuper en commun le territoire allemand en entier, n’avait pas été retenue : les Américains craignaient des difficultés pour l’approvisionnement de leurs troupes. Ils souhaitaient probablement aussi éviter un contact étroit avec les troupes soviétiques. On attribua donc à chaque puissance une zone. Une commission appelée European Advisory Commission (EAC) présenta en septembre et novembre 1944, dans un protocole, le contrôle administratif de l’Allemagne après la phase de capitulation : un Conseil de contrôle allié gouvernerait l’Allemagne sous autorité directe des gouvernements alliés – sauf Berlin qui devait être placée sous la direction générale du Conseil de contrôle. À partir des frontières du Reich de 1937, donc avant l’Anschluss, cette commission proposait aussi la division de l’Allemagne en zones d’occupation. Selon ce plan, la plus grande partie, c’est-à-dire la moitié de l’ancien Reich, devenait zone soviétique : la Prusse orientale, la Poméranie, le Brandebourg oriental et la Silésie, plus le territoire qui devait constituer par la suite l’Allemagne de l’Est.

  • 1 Ligne de frontière avec la Russie proposée, après la Première Guerre mondiale, par la Société des (...)

6Une première grande conférence des trois puissances eut lieu à Téhéran du 28 novembre au 1er décembre 1943. Avant tout, elle voulait isoler la Prusse, considérée comme centre du militarisme allemand, pour éviter une nouvelle menace venant de l’Allemagne. Cette conférence fut une étape décisive pour la marche fatidique de l’Union soviétique vers l’Europe centrale. C’est là que Staline accepta – ou plutôt revendiqua – la ligne Curzon1, à l’est de la Pologne, comme nouvelle frontière orientale pour la Pologne et proposa à cette dernière, en compensation, les régions à l’ouest jusqu’à la ligne limitée par les fleuves Oder et Neiße.

7À la conférence de Yalta, du 4 au 11 février 1945, le plan de division en zones fut accepté. Le Nord-Ouest de l’Allemagne était au départ revendiqué aussi bien par les Américains que par les Britanniques pour deux raisons : d’une part l’accès à la mer, d’autre part la région industrielle que constituait la Ruhr. Finalement, les Américains se contentèrent de l’Allemagne du Sud, en conservant toutefois le contrôle sur la région de Brême et de son port, pour l’approvisionnement des troupes. Pour le reste, la ligne de démarcation était censée suivre les frontières des Länder.

8À Yalta, on admit aussi la France parmi les puissances victorieuses et on lui octroya une zone d’occupation. Staline n’avait donné son accord qu’à la condition que ce ne serait pas au détriment de l’Union soviétique. Cependant, cet accord ne fut signé qu’à la conférence de Potsdam, du 17 juillet au 2 août 1945, donc après la capitulation de l’Allemagne. La France récupérait sur la zone britannique la province sud de la Rhénanie, le Palatinat et la Sarre, sur la zone américaine le sud du pays de Bade, Wurtemberg et certaines zones en Hesse. Ici, le principe consistant à suivre les frontières des Länder dut être abandonné.

  • 2 Pour l’histoire de la frontière, voir Thilenius Richard, op. cit. ; puis Bark Dennis et Gress Davi (...)

9Mais le plus gros problème de la conférence de Potsdam était que les Soviétiques avaient mis leurs alliés occidentaux devant le fait accompli. En effet, une zone polonaise n’avait jamais été prévue. Or, les Soviétiques avaient troqué à l’administration polonaise, sans consulter leurs alliés, la partie occidentale de leur zone, y compris la Prusse orientale, en compensation des régions riches et pétrolifères à l’est de la ligne Curzon. Un gouvernement communiste, reconnu par Moscou et à sa botte, était installé à Lublin puis à Varsovie (alors qu’un gouvernement provisoire se trouvait en exil dès 1939 à Londres). Il avait déjà instauré des unités administratives, de part et d’autre de l’Oder. Il y eut des discussions violentes à Potsdam, mais rien de plus. En outre, les acteurs n’étaient plus les mêmes ; le président américain Roosevelt, décédé, avait été remplacé par Truman ; Winston Churchill, en pleine période électorale, ne fut pas réélu et fut remplacé pendant la conférence de Potsdam par le travailliste Clement Attlee, qui estimait pouvoir collaborer avec Staline. Mais, tout compte fait, il fallait admettre qu’il était impossible de revenir sur le fait accompli, il fallait se résigner et reconnaître la ligne Oder-Neiße comme frontière provisoire jusqu’à un traité de paix à venir. Réagir aurait signifié risquer une guerre avec l’Union soviétique. Dès lors, on avait compris que la politique soviétique allait à l’encontre des intérêts occidentaux, que la menace soviétique remplaçait la menace nazie. À la suite des accords de Potsdam, l’expulsion des 12 millions d’Allemands des régions occupées par les Polonais et les Soviétiques se trouvait en quelque sorte légalisée2.

10À Potsdam, on avait renoncé à l’idée première de « démembrer » l’Allemagne et on prônait les trois « D » pour l’ensemble de l’Allemagne : Dénazification, Démilitarisation, Démocratisation. Mais il devint vite évident que, ne serait-ce que pour des raisons économiques, des questions de réparation par exemple, la ligne de démarcation, la Zonengrenze, se refermait progressivement. Depuis l’automne 1945, un million cinq cent mille personnes avaient quitté le secteur soviétique ; Moscou se rendit compte qu’il y avait hémorragie de matière grise et de main d’œuvre qualifiée. À la demande de l’Union soviétique, la ligne de démarcation fut hermétiquement fermée et cette fermeture devint officielle le 30 juin 1946.

  • 3 Soutou Georges-Henri, La guerre de cinquante ans, Paris, Fayard, 2001, p. 212.

11Dès lors, le partage de l’Allemagne en deux était entériné. Par la suite, les deux parties avancèrent sur deux voies différentes : l’Est devint la vitrine du socialisme et l’Ouest, la vitrine du capitalisme libéral, comme le dit si bien Henri-Georges Soutou3. Les zones britannique et américaine fusionnèrent en bizone, puis en trizone, avec la zone française. La guerre froide avait commencé. Dès mars 1946, Churchill, dans un discours prononcé aux États-Unis et devenu célèbre, avait parlé du « Rideau de fer ». En 1948, une nouvelle monnaie fut introduite dans la trizone, le Deutsche Mark, ce qui déclencha le blocus de Berlin. En mai 1949 fut instaurée à l’Ouest la République fédérale, qui scellait définitivement l’ancrage de cette partie de l’Allemagne dans le monde occidental. Peu de temps après, à l’Est également, un autre État allemand fut créé, la République démocratique. Et qui plus est, la « police populaire » (Volkspolizei) de cet État se transforma progressivement en une armée, bientôt appelée NVA (Nationale Volksarmee), qui devint membre fondateur du Pacte de Varsovie dès la création de celui-ci, en 1955.

12À partir de la conférence de Potsdam, l’histoire de l’Allemagne devient l’histoire des Allemands des différentes zones. Dès cet instant, l’évolution des trois zones occidentales compose l’histoire de la République fédérale. Pour les citoyens ouest-allemands, l’Ostzone devient petit à petit un territoire étranger, la sogenannte DDR, « soi-disant RDA », peuplée de gens pas comme les autres. Une lente aliénation s’installe qui s’amenuisera à peine au moment des accords de l’Ostpolitik de Willy Brandt, dans les années 1970 et qui semble perdurer au-delà de la réunification. Drüben – làbas, de l’autre côté – des frères ? De faux frères alors, menaçants et méfiants. La réunification ? Bien sûr qu’on la veut ! La Constitution et les discours des hommes politiques sont là pour l’affirmer. Mais l’ancrage de l’Allemagne de l’Ouest dans le bloc occidental anéantit tout espoir d’une réunification rapide. Plus le temps avance, moins on y pense, et moins on y croit vraiment. Les nations alliées semblent de plus en plus se contenter de la division de l’Allemagne devenue le statu quo. L’effort de contribution à la défense demandé semble compromettre la réunification et fait apparaître la menace d’un « orage nucléaire » sur l’Allemagne. La population et les soldats allemands se trouvent finalement face à une terrible contradiction : comment faire face à une grave menace sans devenir fratricide ?

LA STRATÉGIE DE L’AVANT EST-ELLE UNE STRATÉGIE ALLEMANDE ?

13La plus importante institution de la guerre froide, l’OTAN, est liée à l’histoire de l’Allemagne fédérale ainsi qu’à celle de la frontière interallemande. Fondée le 4 avril 1949, elle n’était au départ qu’un engagement des douze nations fondatrices, sans structure, pour montrer à l’URSS et au monde entier que l’Occident avait l’intention de se défendre dans la solidarité. C’est la guerre de Corée, déclenchée en juin 1950, qui servit de catalyseur. Elle préfigurait une menace imminente d’une attaque soviétique contre l’Europe. Les préparatifs de défense devenaient alors réalité, le plan d’une force de défense intégrée fut appliqué. La nécessité d’une capacité européenne à défendre son propre territoire devint évidente. On s’interrogeait alors sur la participation de l’Allemagne fédérale à cette défense de l’Europe. Après tout, l’enjeu était bien son territoire ; c’est ici, le long de cette ligne de démarcation que les forces s’opposaient, et c’est bien cette terre qui représentait pour les États occidentaux le « glacis » de la défense européenne prévue par les États-Unis.

  • 4 « Die Himmeroder Denkschrift », Militärgeschichtliche Mitteilungen, 21/1977.

14En RFA, on avait pensé dès le début à la mise en place d’une nouvelle armée. Il n’y avait que la lassitude de la guerre de la population allemande, puis, de la part des États voisins, la crainte d’une Allemagne remilitarisée, pour retarder le projet. Mais les acteurs politiques étaient plus avisés. Dès 1949, le premier chancelier, Konrad Adenauer, avait chargé un comité d’anciens officiers de la Wehrmacht, entre autres le général Adolf Heusinger, à la réputation irréprochable, d’étudier la menace et d’établir un rapport secret sur une éventuelle création d’une force armée, le mémoire de Himmerod, rendu en octobre 19504. La même année, Adenauer institua le « service Blank », embryon d’un futur ministère de la Défense, dont Heusinger faisait partie.

15Cependant, le chemin était long. Bien que la nécessité s’en fît sentir, les Alliés, en particulier les Français, avaient du mal à dévier de leurs plans initiaux prévoyant une Allemagne démilitarisée et neutralisée. Lorsqu’en 1950, le président du Conseil français, René Pleven, suggéra un plan de création d’une armée européenne, des négociations débutèrent à Paris avec la participation des Allemands. Une Communauté européenne de défense fut créée en 1952, puis rejetée en 1954 par le Parlement français. Presque immédiatement après, l’Allemagne fédérale fut invitée à rejoindre l’OTAN. Son entrée effective dans l’Alliance eut lieu le 9 mai 1955 ; en novembre, les premiers soldats de sa nouvelle armée, la Bundeswehr, encore volontaires, prêtèrent serment. Il était évident qu’une contribution allemande à la défense de l’Europe comblerait une gigantesque lacune. Face à 82 divisions soviétiques, dont 22 stationnées en Allemagne de l’Est, plus celles de leurs alliés qui allaient former le Pacte de Varsovie, les troupes américaines et européennes étaient bien insuffisantes sur le plan conventionnel. D’ailleurs, le blocus de Berlin, en 1948-1949 avait bien démontré l’impuissance de l’Allemagne en cas de menace extrême.

  • 5 Ibid., p. 171.
  • 6 Voir carte 2.
  • 7 Greiner Christian, « Die militärische Eingliederung der Bundesrepublik Deutschland in die WEU und (...)

16Dès le mémoire de Himmerod, le général Heusinger avait exigé une défense aussi loin que possible à l’est5. Il voyait les Soviétiques attaquer vers l’Ouest et gagner rapidement la côte atlantique. Dans un tel scénario, l’Allemagne était sacrifiée. Or, le potentiel économique de l’Allemagne de l’Ouest était déterminant pour la défense du monde occidental. Défendre l’Allemagne revêtait donc un intérêt vital. Dans les années de la négociation de la CED et dans l’attente de la ratification de celle-ci, les anciens officiers de la Wehrmacht ne perdaient pas leur temps. Les contacts avec l’OTAN se faisaient à travers les discussions avec les Alliés occidentaux. Leur savoirfaire et leur expérience, notamment en matière de guerre contre l’Union soviétique, étaient appréciés des Alliés. De nombreux interlocuteurs internationaux s’intéressaient au point de vue allemand. Heusinger développait une stratégie de combat mobile permettant à la défense européenne de contre-attaquer efficacement. Il ne voyait pas comment défendre de façon rigide une ligne de plus de 800 kilomètres (de Lübeck à Passau). Selon ce que savaient les Allemands, car on ne leur disait pas tout, l’OTAN avait placé la ligne de défense principale le long du Rhin6. Pour éviter le dilemme du glacis allemand – les combats auraient inévitablement eu lieu sur le sol de la République fédérale – Heusinger aurait voulu placer la ligne de défense au moins sur l’Elbe. Ainsi, le théâtre des opérations serait déplacé en Allemagne de l’Est, puis en territoire tchèque et polonais. Les « autres » Allemands seraient épargnés. La composante nucléaire, purement stratégique, était encore exclue de ces réflexions7.

17Heusinger présenta ces idées à l’OTAN à plusieurs reprises au début des années cinquante. Les Américains lui répondirent qu’une telle défense pourrait être envisagée une fois les divisions allemandes prêtes à l’emploi. En 1953, il y avait 18 divisions alliées entre la mer du Nord et les Alpes. Les 12 divisions allemandes prévues devaient leur permettre la mobilité nécessaire.

  • 8 Weigl Ludwig, Strategische Einsatzplanungen der NATO, thèse de doctorat, Universität der Bundesweh (...)
  • 9 Greiner Ch., op. cit., p. 609.

18La stratégie de l’OTAN depuis 1949 avait effectivement placé la ligne de défense le long du Rhin et de l’Ijssel, en Pays-Bas. Selon les analyses et les plans de défense américains de 1948 et 1949 (Offtackle, Halfmoon…), on pensait que l’armée soviétique pourrait mobiliser ses troupes en cinq jours, que les 84 divisions, dont 22 stationnées en Allemagne de l’Est, étaient prêtes à intervenir en Europe occidentale. On estimait que ces armées seraient en arrivées jusqu’au Rhin en 5 jours, en quinze jours sur la Manche, en un mois sur les côtes de l’Atlantique et en deux mois dans les Pyrénées8. Mais ce que les militaires allemands ignoraient alors, parce que leur pays n’était pas encore membre de l’OTAN, c’est que depuis 1950 déjà, dans le plan stratégique MC 14, l’OTAN avait fixé l’objectif d’établir un écran, une couverture vers l’est et de retarder l’avance de l’ennemi vers l’ouest, le plus loin possible à l’est de l’Allemagne. Dès 1954 et le plan MC 14/2, on appela ces troupes dotées d’armes conventionnelles le « bouclier », les armes nucléaires stratégiques étant « l’épée » de la défense. Le bouclier retarderait l’ennemi jusqu’à ce que l’épée soit prête à lui asséner le coup fatal, réplique massive nucléaire à la moindre attaque conventionnelle. À partir de 1953, avec l’apparition de nouveaux moyens nucléaires tactiques, on décida d’avancer le bouclier sur une ligne située le long de l’Elbe et du canal de la Trave, puis, en reculant, sur les rivières Fulda, Weser et sur le canal Main-Ludwig9. La présence des divisions allemandes renforçait les forces conventionnelles de l’OTAN, comblait une lacune importante. L’utilisation d’armes nucléaires tactiques devait permettre, dès la fin des années cinquante, de forcer l’adversaire à interrompre son action (Denkpause) avant de risquer une escalade qui conduirait à l’utilisation d’armes stratégiques. Cette idée figurait déjà sous le nom de forward strategy, stratégie de l’avant. Il s’agissait de gagner de la profondeur pour la défense aérienne et terrestre, puis de ne pas laisser le potentiel allemand tomber aux mains des Soviétiques. Même l’idée d’actions de contre-attaque avait déjà été avancée.

  • 10 Ibid., p. 605.
  • 11 MC 14, cité et commenté dans Weigl, op. cit., p. 35-37.
  • 12 Bark D. et Gress D. R., op. cit., p. 293 ; Lehmann Hans-Georg, Deutschland-Chronik 1945 bis 2000, (...)
  • 13 Greiner Ch., op. cit., p. 618.

19Les planificateurs de l’OTAN avaient-ils donc retenu les observations des Allemands ? Même sans aucune déclaration officielle en ce sens, de nombreux éléments semblent le confirmer. En juillet 1953, le général Heusinger rencontra le chef d’état-major de l’armée de terre américain, le général Collins, et nota que les conceptions américaines étaient très proches des siennes : défense mobile et très offensive, refus de sacrifier le sol allemand, tout ceci toutefois sous condition d’une participation allemande effective aux efforts de la défense10. L’objectif de l’OTAN était de convaincre les Soviétiques qu’une guerre n’était pas rentable et d’assurer une défense efficace de la zone OTAN. Les trois régions d’Europe – Nord, Ouest et Sud – formeraient une sorte de « couverture » vers l’est. Les groupes planifiés affectés à ces régions avaient pour tâche de maintenir l’ennemi le plus à l’est et au nord possible. Le groupe USA-Canada s’occuperait du renfort des troupes et de la planification de la guerre aérienne stratégique. Ainsi, la forward strategy était un moyen pour les Américains d’impliquer fortement les Européens dans leur propre défense11. Le chancelier Konrad Adenauer avait toujours vu dans le « réarmement » un pas vers la souveraineté de l’Allemagne fédérale et vers l’égalité de celle-ci avec ses partenaires. Même le chef de l’opposition, le social-démocrate Kurt Schumacher, approuvait cette thèse et revendiqua très tôt une « stratégie de l’avant », le long de l’Elbe, espérant qu’elle permettrait de déplacer le théâtre des opérations hors de l’Allemagne, avant de se prononcer définitivement contre un « réarmement » sous forme de CED. Il pensait que le réarmement ne servirait finalement qu’à défendre le glacis entre le Rhin et l’Elbe et qu’il anéantirait tout espoir de réunification12. Dès 1955, les 42 premiers officiers allemands prenaient place dans les instances internationales et états-majors de l’OTAN, étaient autorisés à consulter les documents stratégiques et pouvaient les confronter avec les intérêts allemands. En 1956, ils avaient ainsi la possibilité de faire valoir leur influence. En effet, le SACEUR (commandant des forces alliées Europe de l’OTAN), le général Gruenther, pensait réaliser le concept de la « stratégie de l’avant » dès 1957, c’est-à-dire avancer la ligne de défense vers l’est jusqu’à l’Elbe. Il s’était toujours montré favorable aux revendications allemandes et avait même accepté d’expliquer à l’opinion publique allemande, alertée par le SPD et le mouvement pacifiste sur un danger imminent de guerre atomique, qu’une fois les troupes allemandes en place, la tâche essentielle de l’OTAN serait la défense du territoire allemand tout près de la frontière interallemande13. Cependant, sous l’influence de la stratégie américaine du new look de la présidence Eisenhower, l’OTAN privilégia le rôle des armes nucléaires tactiques par rapport à la présence de troupes. Aussitôt apparurent des divergences d’avis sur la réalisation de certains détails tactiques de la « stratégie de l’avant ».

DES ARMES ATOMIQUES POUR LA BUNDESWEHR ?

20Étant donnés les progrès de la technologie des armes atomiques tactiques, au milieu des années cinquante, les Américains songeaient à en équiper les troupes de l’OTAN en Europe. Il devenait clair que de ce fait, le sol allemand, encore une fois, risquait d’être dévasté. Il était alors naturel que la Bundeswehr exige d’avoir son mot à dire dans la stratégie nucléaire, voire qu’elle dispose elle-même d’armes nucléaires tactiques dans le cadre de l’OTAN, l’Allemagne ayant renoncé à en produire sur son sol dans le traité de Paris, en 1954. La Bundeswehr le voulait, le ministre de la défense Strauss et le chancelier Adenauer le voulaient aussi, dans un souci d’équité au sein de l’OTAN, mais certainement pas la population : le débat sur le danger d’une guerre atomique sur le sol allemand mit en branle le deuxième grand mouvement pacifiste qu’a connu la République fédérale, après celui exprimé autour du réarmement. Commença alors un bras de fer pour une politique d’équipement atomique équilibrée, sans laquelle la « défense de l’avant » serait moins efficace, sans oublier le renforcement des troupes conventionnelles, tout cela se heurtant soit au pacifisme de l’opinion publique, soit aux réalités géopolitiques changeantes.

21Ainsi, par exemple, un groupe d’études tactiques (GETI) dont les résultats étaient censés entrer dans les discussions stratégiques, proposa au printemps 1956 une « tactique des grandes lacunes », idée britannique qui prévoyait l’utilisation de troupes allemandes seules le long de la Zonengrenze, les lacunes entre elles étant comblées par le recours aux armes nucléaires tactiques. D’après la « doctrine des lacunes », une bataille de l’air offensive serait complétée par une bataille au sol défensive. Les officiers allemands s’insurgèrent contre ce projet, refusant que les armes nucléaires ne soient utilisées que pour « repriser les trous » et que les soldats allemands servent de « chair à canon ». Un changement sensible se manifesta dans la conception de la défense allemande, sans doute influencée par le nouveau ministre Franz-Josef Strauss. Deux tendances se manifestaient dans la Bundeswehr et s’affrontaient parfois, celle qui revendiquait les armes nucléaires « modernes », et celles qui insistait sur l’importance primordiale du conventionnel. Certains plaidaient pour un usage précoce des armes tactiques atomiques, avec à leur tête le général Hans Speidel, autre pionnier du service Blank et de la CED et qui devint dès 1957 commandant des forces terrestres LANDCENT.

  • 14 Le plan Radford prévoyant une réduction des troupes américaines de 800 000 hommes jusqu’en 1960 fi (...)
  • 15 Theiler Olaf, « Die Rezeption der Nato-Nuklearstrategie durch die Bundeswehr 1954 bis 1956 », Mili (...)
  • 16 Greiner Ch., op. cit., p. 745.

22Sans en arriver à un véritable affrontement d’idées, il s’avéra finalement que la tactique britannique des lacunes n’était pas applicable, compte tenu des petites unités mobiles allemandes composées pour 50 % de forces blindées. Cependant, face aux restrictions budgétaires des armées américaines et britanniques qui risquaient d’entraîner un retrait de troupes14, il était évident que la composante nucléaire était désormais indispensable pour assurer la défense le long de la frontière interallemande. Cette perspective inquiétait beaucoup d’Allemands : la construction de la Bundeswehr n’avançait guère, l’OTAN était en sous-effectif par rapport à ses prévisions. On ne manquait pas de le souligner aux Allemands. Face à ce problème, le général Heusinger, devenu le premier inspecteur général de la Bundeswehr, ce qui équivaut en France au chef d’état-major des armées, faisait entendre à nouveau sa voix au Comité militaire et dans des réunions de l’UEO pour exiger un renforcement du « bouclier conventionnel ». Il ne se résigna que difficilement à la nécessité des armes atomiques tactiques. Il ne fallait pas courir le risque d’être pris d’assaut dès les premiers jours de guerre15. Constatant que l’Emergency Defense Plan du SACEUR pour 1958 parlait toujours de la ligne Rhin-Ijssel comme ligne de défense principale, Heusinger n’hésita pas à écrire directement au général Norstad, alors SACEUR, pour lancer un rappel au sujet de la « stratégie de l’avant » : il fallait retarder l’adversaire en utilisant toutes les forces alliées présentes en Allemagne et en commençant le long du Rideau de fer ; défendre la ligne Weser-bassin de Francfort-Main-Iller ; reculer sur la ligne Rhin-Ijssel en dernière minute seulement et après accord du SACEUR16.

23Ainsi, les officiers allemands eurent-ils, à diverses reprises, l’occasion de monter au créneau, que ce soit dans les institutions ou les exercices de l’OTAN. Strauss, ministre de la Défense entre 1956 et 1962, mit la planification de l’OTAN en faveur des idées allemandes à l’actif de son mandat au ministère :

  • 17 Strauss Franz-Josef, « Die Bundeswehr – aus der Sicht der Verteidigungsminister », Wehrtechnik, 7/ (...)

« Il y avait à l’époque une série de décisions fondamentales à prendre. […] La décision la plus importante était le développement et la mise en application du concept de la défense de l’avant. Ainsi, les lignes de défense de l’Alliance furent avancées aux frontières du Pacte de Varsovie, selon la mission de maintien de la paix de la Bundeswehr jusqu’à nos jours, et la République fédérale fut fermement intégrée dans la protection de l’Alliance17. »

  • 18 Ibid.
  • 19 Adenauer Konrad, Erinnerungen, t. 3, cité dans Greiner Ch., op. cit., p. 735.

24Au fur et à mesure que les officiers allemands accédaient aux postes-clés dans la hiérarchie de l’OTAN, ils avaient aussi accès aux informations secrètes et participaient aux réunions de planification, à l’exception cependant des décisions sur le plan nucléaire : celles-ci restèrent longtemps encore réservées aux seuls détenteurs d’armes atomiques, jusqu’à la création, en 1966, du Groupe de planification nucléaire, parallèlement au Comité militaire, qui permit aux États membres, non détenteurs d’armes nucléaires mais qui en avaient en dépôt sur leur territoire, d’avoir droit à la parole dans les questions nucléaires de l’Alliance. C’est n’est pas sans raison que Strauss revendique d’avoir « réussi, non par faculté d’adaptation, mais par un travail de conviction et de passion, à familiariser la Bundeswehr avec la stratégie de la dissuasion et à lui faire comprendre l’effet dissuasif de l’armement atomique dans une alliance18 ». Il était soutenu par Adenauer qui, considérant les armes atomiques tactiques comme une simple évolution de l’artillerie, voyait dans leur détention, même à travers l’OTAN, un « facteur de pouvoir » pour l’Allemagne fédérale et un autre moyen de mettre son pays sur un pied d’égalité avec ses partenaires19. Les impératifs allemands s’imposaient alors. Toutefois, sur le papier seulement : l’application de la « stratégie de l’avant » laissait à désirer, quoi que prétendît Strauss, soit, comme le faisaient remarquer les Alliés, parce que la mise en place des divisions allemandes se faisait trop lentement, soit parce que les intérêts allemands divergeaient de ceux des autres partenaires. La première division allemande avait été assignée à l’OTAN en juillet 1957. Mais en réalité, la montée en puissance des troupes allemandes, avec laquelle le général Heusinger avait justifié son rappel à l’ordre, ne compensait pas le retrait des troupes françaises vers l’Algérie ni celui des troupes britanniques vers le Moyen-Orient. La réalisation de la « stratégie de l’avant » était en permanence retardée ou remise en question, aussi bien par le retrait de troupes que par les diverses crises extérieures, ce qui influait notablement sur la capacité de défense de l’OTAN.

  • 20 Kujat Harald, Europa bewahren. Anmerkungen zur Nato-Strategie, Herford, Mittler & Sohn, 1985, p. 1 (...)

25Harald Kujat, qui, dans les années 1990 et jusqu’en 2002, fut inspecteur général de la Bundeswehr, explique dans son livre sur la stratégie de l’OTAN, pourquoi la « défense de l’avant » était une condition sine qua non de la doctrine de défense allemande. Il explique que le territoire allemand manque de profondeur, puisqu’il n’est par endroit que de 150 à 250 kilomètres. 30 % de la population ouest-allemande vivent dans une bande de 100 kilomètres à partir de la frontière interallemande, 25 % du potentiel industriel s’y trouve, ainsi que d’importantes villes portuaires ou industrielles comme Emden, Brême, Hanovre, Kassel, Nuremberg, Ces régions ne résisteraient pas longtemps, même à un conflit conventionnel. Selon Kujat, la défense allemande pendant la guerre froide ne peut avoir qu’un objectif : assurer l’intégrité de la totalité du territoire allemand, contraindre l’agresseur à abandonner le plus tôt possible, limiter les dommages et rétablir rapidement la paix. Et non, comme le voulait la doctrine de la « rétorsion massive », la neutralisation à tout prix de l’ennemi au moindre incident20. Cependant, l’Allemagne fédérale n’était pas le seul pays à se soucier de sa sécurité en cas de guerre nucléaire. Des stratégies alternatives et des solutions de désengagement apparurent aussi bien à l’ouest qu’à l’est. La plus discutée fut celle du ministre polonais des Affaires étrangères, Adam Rapacki, en octobre 1957. Sa proposition de créer une zone dépourvue d’armes atomiques qui comprendrait les deux Allemagnes et, bien sûr, la Pologne, n’était pas exempte de considérations nationales. En Allemagne, on refusa de donner suite à cette proposition. La supériorité occidentale en matière d’armes nucléaires était encore trop importante pour renoncer à cet avantage. La capacité de dissuasion aurait été compromise, compte tenu de l’asymétrie conventionnelle en Europe. Adenauer ne croyait pas que des accords régionaux de ce type seraient efficaces, en revanche, il se prononçait pour un désarmement général sur le plan mondial à long terme. Avec le plan Rapacki, il craignait un isolationnisme total de la part des États-Unis, fatal pour l’Allemagne et l’Europe.

  • 21 Interview avec le général de Maizière du 25 mars 2003 ; voir carte 1.
  • 22 Interview avec le général Kiessling du 6 novembre 2002.

26Il fallut attendre l’année 1963 et l’administration Kennedy-McNamara pour que les choses changent définitivement. Un nouveau plan opérationnel entra en action au niveau de l’OTAN, inspiré depuis la fin des années cinquante par les nouvelles capacités nucléaires soviétiques. Alors, la doctrine de la « rétorsion massive » fut progressivement abandonnée au profit de la « riposte flexible », adoptée définitivement en 1967 par la directive MC 14/3. On répondrait au coup pour coup et non plus massivement à la moindre avancée adverse. Aucun territoire ne serait plus sacrifié sans combat, mais grâce aux armes nucléaires tactiques, la « Grande Guerre » pourrait faire place à de petites actions locales qui, par une menace d’« escalade préparée » (deliberate escalation), affinaient et renforçaient la dissuasion, avant une frappe nucléaire stratégique. En Europe, la défense était maintenant assurée directement le long de la frontière interallemande et de la frontière avec la Tchécoslovaquie. Ainsi, l’objectif allemand était atteint. Les forces de l’OTAN seraient positionnées le long de la frontière en forme de « gâteau à étages », à plusieurs couches, comme l’explique le général Ulrich de Maizière, l’un des fondateurs de la Bundeswehr, négociateur en 1950 de la CED et inspecteur général de la Bundeswehr dans les années soixante21. Ainsi, toute la bande était couverte, chaque force avait sa strate à défendre en alternant avec d’autres ; l’adversaire ne pouvait pas choisir d’attaquer seulement telle ou telle nation. D’autre part, chaque nation alliée était impliquée au même titre et dès le début des hostilités dans la défense du territoire, à l’exception de la France. La France avait refusé de participer au « gâteau ». Elle se concentrait, entre autres, sur la région de la Moselle, endroit stratégique classique pour un agresseur venant de l’Est. Restant en arrière, elle constituait la « réserve stratégique ». Les Français pouvaient ainsi choisir le moment pour intervenir : si l’agression était mineure ou n’était dirigée que contre le territoire allemand, éventuellement, ils n’interviendraient pas. Le général Günther Kießling, autre personnalité de la Bundeswehr et SACEUR adjoint au début des années quatre-vingt, interprète que les Français, pour leur part, se rangeraient, le moment venu, du côté du plus faible. Ils refusaient de se laisser imbriquer dans la planification de la défense, ils refusaient d’être une « meurtrière dans le Rideau de fer22 ».

27L’enjeu crucial, à partir de ce moment, après la question de l’espace, était la question du délai, c’est-à-dire le temps d’alerte et de pré-alerte. Un délai de préalerte rapide était décisif. En effet, certaines forces comme les danoises, par exemple, avaient un temps de réaction de 96 heures, d’autres, les Belges et Néerlandais par exemple, avaient 300 kilomètres à parcourir pour arriver ; en attendant, c’était aux Allemands d’assurer la sécurité et de préparer le terrain. Le dispositif ainsi mis en place est à peu de détails près resté en place jusqu’à la fin de la guerre froide.

28En conclusion, je reviendrai au général de Maizière qui souligne également, dans un entretien que j’ai eu avec lui en 2003, le problème éthique devant lequel se trouvaient les soldats de la Bundeswehr et les planificateurs des forces alliées : et si l’ennemi en face de moi n’est pas un Soviétique mais un soldat de la NVA ? Un Allemand, un frère donc ? Défendre la totalité du territoire allemand implique, pour Ulrich de Maizière, aussi l’autre Allemagne. De même, on peut imaginer que le « gâteau à étages », structure stratégique d’une défense alliée, était aussi inspiré par un besoin des Allemands : réduire le risque de se trouver en face de frères à combattre. Défendre le plus loin possible à l’est signifie le plus près possible de la Zonengrenze ; mais était-ce vraiment une frontière ?

Zones de responsabilité (« gâteau à étages »). Source : WEIGL, op. cit., p. 268.

Le développement de la « défense avancée ».

Notes

1 Ligne de frontière avec la Russie proposée, après la Première Guerre mondiale, par la Société des Nations pour rétablir un État polonais et approuvée par les Britanniques, appelée d’après le ministre des Affaires étrangères Lord Curzon ; objet de litige entre la Pologne et la Russie et objet de revendication russe, négocié contre la neutralité au pacte entre Hitler et Staline en 1939. Voir Thilenius Richard, Die Teilung Deutschlands. Eine zeitgeschichtliche Analyse, Rowohlt, Reinbek bei Hamburg 1962, p. 61-62.

2 Pour l’histoire de la frontière, voir Thilenius Richard, op. cit. ; puis Bark Dennis et Gress David R., Histoire de l’Allemagne, 1945-1991, traduit de l’anglais par Odile Demange, Paris, Robert Laffont, 1992.

3 Soutou Georges-Henri, La guerre de cinquante ans, Paris, Fayard, 2001, p. 212.

4 « Die Himmeroder Denkschrift », Militärgeschichtliche Mitteilungen, 21/1977.

5 Ibid., p. 171.

6 Voir carte 2.

7 Greiner Christian, « Die militärische Eingliederung der Bundesrepublik Deutschland in die WEU und in die NATO 1954 bis 1957 », Anfänge westdeutscher Sicherheitspolitik, t. 3, Munich-Oldenbourg, 1993, p. 604.

8 Weigl Ludwig, Strategische Einsatzplanungen der NATO, thèse de doctorat, Universität der Bundeswehr, München-Neubiberg, 2005, p. 23.

9 Greiner Ch., op. cit., p. 609.

10 Ibid., p. 605.

11 MC 14, cité et commenté dans Weigl, op. cit., p. 35-37.

12 Bark D. et Gress D. R., op. cit., p. 293 ; Lehmann Hans-Georg, Deutschland-Chronik 1945 bis 2000, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2002, p. 89 ; Brill Heinz, « Deutschlands geostrategische Lage und Wehrstruktur 1949-1999 », Österreichische Militärzeitschrift, 4/1999, p. 414.

13 Greiner Ch., op. cit., p. 618.

14 Le plan Radford prévoyant une réduction des troupes américaines de 800 000 hommes jusqu’en 1960 finit par être démenti, mais le problème de fond subsistait. De même, la crise de Suez et l’engagement français en Algérie obligeaient les Britanniques et les Français à retirer des troupes d’Allemagne.

15 Theiler Olaf, « Die Rezeption der Nato-Nuklearstrategie durch die Bundeswehr 1954 bis 1956 », Militärgeschichtliche Mitteilungen, 54/1995, p. 493-499.

16 Greiner Ch., op. cit., p. 745.

17 Strauss Franz-Josef, « Die Bundeswehr – aus der Sicht der Verteidigungsminister », Wehrtechnik, 7/1980, p. 39, traduction par nos soins.

18 Ibid.

19 Adenauer Konrad, Erinnerungen, t. 3, cité dans Greiner Ch., op. cit., p. 735.

20 Kujat Harald, Europa bewahren. Anmerkungen zur Nato-Strategie, Herford, Mittler & Sohn, 1985, p. 131.

21 Interview avec le général de Maizière du 25 mars 2003 ; voir carte 1.

22 Interview avec le général Kiessling du 6 novembre 2002.

Table des illustrations

Légende Zones de responsabilité (« gâteau à étages »). Source : WEIGL, op. cit., p. 268.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Le développement de la « défense avancée ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540