Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

Les conflits frontaliers dans les relations entre Israël, le Liban et les Territoires palestiniens : une approche des notions de « sécurité » et de « zone d’influence »

Fabien Guillot

Texte intégral

1Les frontières constituent des lignes mettant en lien deux États, mais aussi différents groupes sociaux. Elles peuvent être considérées comme lignes ou comme zones, de fronts ou de contacts. Elles représentent à la fois une fin et un commencement selon les acteurs en présence, les contextes, les stratégies. Les frontières sont révélatrices des relations entre États, entre populations. Parfois fermées, parfois ouvertes, elles matérialisent toujours différents éléments des relations sociales.

2Concernant la zone d’étude, la première période s’étend du milieu du XIXe siècle aux lendemains de la Première Guerre mondiale. Elle concerne les différentes étapes du démantèlement de l’Empire ottoman et les découpages territoriaux qui s’en suivent dans le cadre des prérogatives accordées par la SDN à la France et au Royaume-Uni. Cette première partie permet d’aborder la notion de zone d’influence européenne sur cette région et de donner des éléments de recadrages historiques pour comprendre la complexité des relations frontalières qui s’en suivront avec la création de l’État d’Israël.

3La seconde période constitue la partie centrale de l’étude, consacrée à la question des relations entre Israël et ses voisins palestiniens et libanais. Elle débute véritablement lors de la création de l’État d’Israël et permet d’aborder les stratégies israéliennes développées au cours de ces cinquante dernières années face aux pays et populations arabes. Dans cette partie, les thématiques de la « zone d’influence » et de la « sécurité » constituent deux axes particulièrement intéressants pour mettre en relief les contours des relations pour le moins tumultueuses de cette région. Incontestablement, la création d’Israël représente le nœud de fixation de la problématique régionale. De plus, la stratégie politique et militaire de l’État israélien s’impose au cœur des pays arabes de la région et bouleverse les équilibres politiques, militaires, sociaux, démographiques, etc., mais aussi les configurations spatiales ou, plus précisément, territoriales.

4La question sous-jacente reste celle du rapport entre espace et pouvoir. La nature des relations frontalières et le degré d’ouverture ou de fermeture des frontières témoignent de ce rapport. Rapport qui est à considérer comme un processus relationnel produit et déterminé par des facteurs socioéconomiques, politiques, idéologiques, culturels.

  • 1 Raffestin Claude, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 1980, p. 150.

5Les frontières peuvent être considérées comme lignes ou comme zones de contacts, de fronts ou de liens entre deux États mais aussi entre différents groupes sociaux. Elles ont une connotation politique et introduisent bien souvent la question du pouvoir. Elles sont souvent manipulées « comme instrument pour communiquer une idéologie1 ». Au cours des nombreuses observations menées aussi bien au Proche-Orient qu’en Amérique centrale, les frontières ont permis d’apprécier l’épaisseur complexe des relations sociales. Tantôt fermées, tantôt ouvertes, à chaque fois, elles matérialisent différents éléments des relations sociales.

6Cette contribution se propose d’aborder la complexité des relations frontalières entre Israël, le Liban et les Territoires palestiniens. L’approche privilégiée sera de mettre en relief l’évolution historique des stratégies, des rapports de force et des relations entre les différents protagonistes, ceci afin d’illustrer le thème des frontières ouvertes et des frontières fermées. Il s’agit aussi de prendre la mesure des choix stratégiques opérés par l’État israélien pour assurer sa sécurité et la pérennité du projet national pour le peuple juif.

7Concernant la zone d’étude, un rapide recadrage historique semble nécessaire. Deux périodes paraissent importantes pour comprendre cette région proche-orientale. La première période s’étend du milieu du XIXe siècle jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale. On retrouve les différentes étapes du démantèlement de l’Empire ottoman et les découpages territoriaux qui s’en suivent dans le cadre des prérogatives accordées par la Société des Nations à la France et au Royaume-Uni. Cette première partie permettra d’aborder la notion de « zone d’influence » européenne sur cette région et de nous donner des éléments de recadrages historiques, afin de comprendre la complexité des relations frontalières qui s’en suivront avec la création de l’État d’Israël.

8La seconde période est consacrée à la question des relations entre Israël et ses voisins palestiniens et libanais. Elle débute véritablement lors de la création de l’État d’Israël, après la Seconde Guerre mondiale. Il sera question des stratégies israéliennes, développées au cours de ces cinquante dernières années face aux pays et populations arabes.

9Dans cette seconde partie, les thématiques de la « zone d’influence » et de la « sécurité » constituent deux axes particulièrement intéressants pour mettre en relief les contours des relations pour le moins tumultueuses de cette région. Incontestablement, la création d’un nouvel État, Israël, représente le nœud de fixation de la problématique régionale. C’est le premier argument qui invite ici à centrer l’approche autour de ce pays. Un second argument explique également ce choix, celui de la stratégie politique et militaire de l’État israélien qui s’impose au cœur des pays arabes de la région et qui bouleverse les équilibres politiques, militaires, sociaux, démographiques, etc., mais aussi les configurations spatiales ou plus précisément territoriales.

10Enfin, dans un troisième temps, nous tenterons de proposer quelques éléments de réflexion sous la forme de questionnements sur les thématiques de l’ouverture et de la fermeture des frontières. Cela amène à proposer diverses pistes qui conduisent à une question sous-jacente, plus générale, celle des rapports entre espace et pouvoir, celle aussi des rapports sociaux.

DE L’EMPIRE OTTOMAN AUX PROTECTORATS : LE PROCHE-ORIENT SOUS INFLUENCE EUROPÉENNE

11Que ce soit le Liban ou la Palestine, ces différentes portions du territoire sur lequel s’étend l’Empire ottoman (déjà bien malade au tournant des XIXe et XXe siècles) concentrent une hétérogénéité sociale, culturelle et religieuse à la fois riche et complexe. Depuis plusieurs siècles, l’Europe garde de nombreux liens avec cette zone et avec ces peuples entre Asie et Méditerranée. Les influences y sont multiples et profondes avec de nombreux groupes aux premiers rangs desquels se situent les populations chrétiennes minoritaires dans cette partie du monde musulman. Protégés et acceptés au sein de l’Empire ottoman, les chrétiens d’Orient (Maronites du Liban, Grecs orthodoxes…) se trouvent disséminés tant en Syrie, qu’au Liban au cœur des « montagnes refuges » des Monts Liban et Monts Hermon, ou encore en Syrie, en Palestine, en Irak et en Égypte…

12Dans cet espace ottoman, la notion de frontière n’a pris une signification qu’avec l’arrivée des Européens sur la scène régionale. Avant cela, les frontières n’avaient que peu de sens pour les populations commerçantes et paysannes si diverses de ces régions du Proche et Moyen-Orient, d’Europe Balkanique et Méditerranéenne, voire d’Afrique du Nord. Au cours des XIXe et XXe siècles, les puissances européennes développent diverses stratégies pour placer l’Empire ottoman sous leur influence. Les frontières sont sans arrêt déplacées, transgressées, contestées. Les zones de souveraineté épousent les mouvements contradictoires, antagonistes, des projets européens et ottomans, sur un espace moyen-oriental qui deviendra enjeu stratégique, économique, politique.

Empire ottoman et Europe : les trois temps d’une mise sous influence…

13L’Empire ottoman et les nations européennes ont eu durant plusieurs siècles des relations économiques diverses, souvent supplantées par des raisons politiques, engendrant de nombreux conflits d’intérêts. Sans égrener l’ensemble des moments des relations à toutes les périodes et de façon détaillée, nous pouvons affirmer néanmoins que jamais ou presque, les nations européennes n’ont laissé trop de marge de manœuvre à l’Empire ottoman, dès lors que sa puissance pouvait nuire ou concurrencer les intérêts des puissances européennes. Russie, Royaume-Uni, France, Italie, Allemagne, Autriche, toutes ces nations ont cherché à réduire et affaiblir cet Empire, à en contrôler les immenses contrées, les populations et les ressources naturelles… L’espace sur lequel s’étend l’Empire ottoman, entre Orient et Occident, s’affirme donc comme un lieu stratégique pour l’Europe engagée dans une conquête du monde, des marchés et des ressources.

14Trois moments paraissent importants, afin de comprendre les stratégies européennes pour placer et garder sous influence les différents territoires de l’Empire ottoman.

  • 2 1812, Paix de Bucarest signée avec les Russes qui prennent possession de la Bessarabie. La Serbie (...)

15Au cours de la période 1774-1840, c’est tout d’abord la Russie tsariste qui incarne cette dynamique européenne. Au fil des années, cette dynamique vient à bout de cet Empire déclinant. À partir du XVIIIe siècle, les Russes ouvrent une première brèche vers la mer Noire en 1774, lors de la signature du traité de Kutchuk-Kaïnardji. C’est le point de départ de « la question d’Orient ». Cette période est marquée par la volonté de réformer l’Empire (Selim III) afin qu’il soit davantage en mesure de répondre aux défis que lui opposent les nations européennes, au premier rang desquelles se trouve alors la Russie. Mais la tentative de réforme ne parvient pas à enrayer l’offensive européenne. Les reculs territoriaux se succèdent2. La grande période des réformes, incarnées par l’édit Auguste (Hatt-i Sherif) ou le Tanzimat (1839), ne relance pas l’Empire sur de nouvelles bases susceptibles de lui permettre de résister aux pressions européennes. L’Empire est secoué par de multiples crises : soulèvements à caractère national, souvent attisés par les puissances européennes, Anglais et Français en tête. Ce premier élément révèle la stratégie employée. Elle consiste à créer les moyens d’affaiblir les Ottomans en morcelant le territoire qu’ils contrôlent. Ceci est facilité par l’hétérogénéité des peuples qui sont sous administration ottomane, laquelle s’étend en Europe balkanique comme en Asie et en Afrique du Nord.

16Entre 1840 et 1878, de nouvelles motivations apparaissent dans les choix stratégiques des Européens pour placer sous leur influence de nouveaux espaces, ressources et peuples. C’est avec la question des Lieux saints qu’un nouveau conflit s’engage. Les Lieux saints sont en effet sous protection et responsabilité de la Russie, mais la France en réclame la charge au nom des Capitulations. La guerre de Crimée (1854-1855) commence. Pour les Anglais et les Français, les Russes deviennent un peu trop présents dans la région. Une concurrence européenne se développe non plus seulement entre Français et Anglais mais aussi avec les Russes. C’est sans doute la raison qui explique l’aide franco-anglaise à l’Empire ottoman pour contrer la poussée de l’Empire russe vers la Méditerranée orientale. Plus tard, les Français parviennent à marquer un court avantage dans cette concurrence européenne, lors de la construction du canal de Suez (17 novembre 1869).

17Mais très vite les Russes, lors de la Paix de San Stephano (1878), reviennent sur le devant de la scène. Ils incarnent en partie le triomphe et la domination européens sur l’Europe des Balkans. Les Anglais se font céder l’île de Chypre et, déjà en secret, entre Français, Anglais et Italiens, se dessine le partage de l’Afrique du Nord, de la Tunisie à l’Égypte. Ces nouveaux reculs ottomans confirment l’agonie de l’Empire…

Fig. 1. – De l’Empire ottoman aux Protectorats Franco-britannique.

18Enfin, au cours d’une troisième période, de 1880 à 1923, les rivalités européennes s’affirment avec force, tout comme la détermination des États à parvenir à leurs fins. Les questions économiques prennent des dimensions politiques et militaires et matérialisent la concurrence autour de ces espaces stratégiques.

19L’Allemagne obtient tout d’abord la concession des chemins de fer de Bagdad, mais aussi des concessions dans des gisements pétrolifères. Ces avancées allemandes déclenchent chez les Britanniques de fortes inquiétudes. La région est riche et prometteuse en pétrole et, surtout, elle se situe sur la route des Indes que les Anglais entendent contrôler tout du long. Le commerce avec les colonies est au cœur de la stratégie britannique.

20En 1908, la révolution des « Jeunes Turcs » est soutenue par les Allemands qui voient alors le moyen de créer un nouvel empire plus libéral et surtout d’obtenir, en échange de ce soutien, de nouveaux gages pour favoriser leur implantation dans la région. En retour à ce soutien allemand, les Ottomans offrent leur concours lors de la Première Guerre mondiale. Mais l’Allemagne est vaincue et la conséquence pour l’allié ottoman est sa disparition.

21Dès 1916, en pleine guerre, les Français et les Anglais renforcent leur ingérence, soutiennent et encouragent les révoltes arabes. En 1917, les Anglais arrivent jusqu’à Bagdad et aident les révoltes en Arabie, en Palestine et en Syrie qui éclatent entre 1916 et 1918. Les Turcs sont alors obligés de quitter ces provinces. En 1917, la déclaration de Lord Balfour, ministre anglais des Affaires étrangères, plante les germes de la création d’un futur « Foyer national pour le peuple juif ». La conférence de San Remo en 1920, fait de cette promesse une réalité dans le cadre du mandat confié à la Grande-Bretagne sur la Palestine.

22Par ailleurs, les offensives de Mustapha Kemal pour constituer la République Turque se trouvent récompensées lors du Traité de Lausanne de 1923 : les provinces arabes sont reconnues indépendantes, les Turcs retrouvent les frontières de la Thrace, contrôlent les détroits. Le 29 octobre 1923, la République turque est proclamée.

Les protectorats : une nouvelle phase dans la stratégie européenne au Proche-Orient

23Les vainqueurs, aux premiers rangs desquels se trouvent les deux puissances coloniales d’alors, la France et le Royaume-Uni, se voient confier par la Société des Nations nouvellement créée, l’administration de territoires jusque-là placés sous administration ottomane.

24De ce nouveau contexte, une nouvelle réalité émerge pour les populations autochtones : celle de la territorialisation de deux souverainetés, les protectorats français et britanniques. C’est aussi l’expression d’une nouvelle colonisation, non plus turque, mais européenne. Plusieurs conférences et accords dessinent les limites de différentes entités territoriales. Les accords « Sykes-Picot » formalisent et imposent à tous (notamment aux Palestiniens), des limites et des frontières. Les frontières matérialisent un partage de l’espace, des populations et des ressources (notamment celle de l’eau, si précieuse dans cette région). Le Liban, la Syrie, la Palestine deviennent des réalités concrètes dont les frontières incarnent les contours.

25Les relations qui pouvaient exister auparavant sont déstructurées par la création de ces nouvelles limites territoriales. Certes, les frontières sont alors ouvertes et n’interdisent pas les mouvements et les échanges. Mais elles constituent sans aucun doute un élément nouveau dans ces relations entre populations jusqu’alors arabes, et maintenant « arabe libanaise », « arabe palestinienne » ou encore « arabe syrienne ». De plus, les relations se trouvent complexifiées du fait de la cohabitation de deux systèmes administratifs réglementaires et politiques érigés par les tutelles française et britannique. Au-delà, c’est aussi la concurrence franco-anglaise que les frontières matérialisent.

26Dans cette première période s’affirme la notion de « zone d’influence » pour les deux puissances européennes que sont la France et le Royaume-Uni. Deux puissances européennes, mais aussi deux puissances coloniales concurrentes qui tentent d’affirmer leur mainmise sur les affaires de cette région stratégique à plus d’un titre. Même si la Palestine ou le Liban ne recèlent pas de matières premières telles que le pétrole (déjà fortement recherché), elles n’en constituent pas moins des lieux d’implantation stratégiques. Ils permettent aux deux puissances de maintenir un œil sur les affaires de la région et d’y laisser en permanence une présence militaire (principalement britannique). On se situe pleinement dans la stratégie de « zone d’influence ». Le rayon d’action britannique ou français se trouve élargi à des zones stratégiques tel le canal de Suez, ou encore les réserves d’hydrocarbures de la péninsule arabique.

27Enfin, le projet de constituer un « Foyer national pour le peuple juif » en Palestine devient plus concret au fil des arrivées de migrants juifs d’Europe. Dans un premier temps, l’autorité britannique laisse le projet sioniste se développer, puis se trouve en quelque sorte mise devant le fait accompli tant la détermination des sionistes est grande pour voir émerger un État pour les juifs du monde entier. Dans l’introduction au Conflit israélo-palestinien, Joseph Maïla résume la situation du Proche-Orient au moment de la création d’Israël. Pour lui, c’est le « divorce de la géographie et de l’identité ».

  • 3 Maïla Joseph et Lindenberg Daniel (dir.), Le conflit israélo-palestinien, Paris, Desclée de Brouwe (...)

« En réalité, Israël n’avait d’autre identité aux yeux des Arabes que celle du projet hégémonique européen puis américain qui l’avait inséré au Proche-Orient. Cette perception fut longtemps corroborée par l’extranéité du projet sioniste luimême. Projet pensé ailleurs qu’au Proche-Orient, conçu à l’époque où les puissances européennes se prévalaient d’une visée civilisationnelle porteuse de progrès et d’historicité à des peuples marginalisés, le sionisme avait d’emblée revêtu un caractère occidental3. »

28Ces quelques rappels historiques permettent de remettre en perspective l’influence européenne ancienne sur cette région.

29Abordons maintenant de façon plus concrète la question des frontières fermées et des frontières ouvertes.

LES FORMES DE RELATIONS FRONTALIÈRES ENTRE ISRAËL ET SES VOISINS

Les axes stratégiques israéliens : renforcer, étendre, être reconnu

30L’État d’Israël utilise différentes voies pour parvenir à une double exigence, celle de la reconnaissance de l’État hébreu en tant que pays par ses voisins arabes et celle de la sécurité qui passe par son renforcement et son extension territoriale.

31Créées en 1947, les limites d’Israël ne correspondent pas aux projets sionistes. Dès le premier congrès de Bâle de 1897, les sionistes ont imaginé et proposé d’installer un « Foyer national juif » en Palestine, mais dans des limites bien plus étendues que celles qui leur ont été octroyées en 1947 par les Nations unies.

32Dès le départ, la stratégie consiste à étendre la superficie de l’espace israélien, notamment par la colonisation. Le premier conflit, en 1948-1949, avec les voisins arabes confirme dans l’esprit des dirigeants israéliens cette priorité. Les limites du territoire de l’État israélien sont trop restreintes. De ce fait, cet État est en sursis face à la volonté qu’ont les pays arabes voisins de le détruire et de chasser des Juifs nouvellement installés qui ne cessent d’arriver dans le cadre d’un mouvement migratoire continu. C’est la question de la viabilité territoriale, donc celle de la sécurité de l’État israélien qui est posée. Remportant ce premier conflit, l’armée israélienne annexe de fait des territoires supplémentaires, en chasse les populations arabes palestiniennes. L’espace de l’État hébreu, initialement de presque 55 % de la superficie de la Palestine en 1947, passe alors à environ 75 %. Lors du nouveau conflit de 1956, face aux armées égyptienne, syrienne et jordanienne, là encore, l’armée israélienne conforte son implantation et repousse plus loin les limites de l’État d’Israël.

33La stratégie employée cherche donc à assurer plusieurs conditions : le renforcement de l’État hébreu, son expansion territoriale et sa reconnaissance par les voisins arabes. Dans ce contexte, les frontières sont ici à concevoir comme autant de lignes de fronts, aux sens militaire mais aussi colonial (renvoyant à la définition anglo-saxonne de la frontier en tant que front pionnier).

34Le conflit de 1967 apporte de nouveaux éléments dans la stratégie politique et militaire de l’État hébreu. La victoire de l’armée israélienne lors de la guerre des Six-Jours permet de consolider encore l’implantation de l’État israélien, notamment du fait des annexions : Sinaï égyptien, bande de Gaza, Cisjordanie et Jérusalem est, le Golan syrien…

35La stratégie d’annexion est claire, mais elle se double d’une nouvelle approche, celle de la reconnaissance de l’État d’Israël en échange de la restitution des terres annexées. C’est la démarche qui est entreprise vis-à-vis de l’Égypte par exemple. Cette stratégie a pour but et conséquence d’obliger les pays arabes à régler les différents frontaliers au « cas par cas », cassant de ce fait le « bloc arabe ». Le « cas par cas » est un moyen particulièrement intéressant pour Israël de diviser les pays arabes et ce qui constitue le principal danger pour l’État hébreu : la cohésion de ses ennemis.

Fig. 2. – Évolution des frontières et occupations au Proche-Orient.

36En outre, il est toujours question d’assurer la sécurité et la viabilité de l’entité israélienne face à ses voisins belliqueux. Il s’agit également d’affirmer son emprise sur les populations palestiniennes. Pour cela plusieurs modes opératoires ont été alternativement utilisés : effrayer et pousser à l’exode les populations civiles, avoir recours à l’expulsion et à la destruction des habitations, voire de villages entiers, pour empêcher tout retour, occuper l’ensemble des territoires palestiniens mili- tairement mais aussi en établissant de nombreuses colonies de peuplement. Ceci contribue à briser toute continuité territoriale palestinienne qui pourrait favoriser une conscience nationale future.

  • 4 L’épisode tragique de l’assassinat des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de 1972, les détour (...)

37L’occupation permanente et planifiée devient un nouvel élément de la stratégie israélienne en matière de sécurité non plus seulement extérieure, mais aussi intérieure afin de lutter contre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) créée en 1964 et dont le but premier était alors la destruction de l’État hébreu. Comme les forces sionistes l’avaient fait en leur temps, sous la Palestine mandataire britannique, pour forcer Londres à accepter la création d’un État pour le peuple juif, les Palestiniens empruntent eux aussi la voie du terrorisme. Ainsi, en corollaire de la politique israélienne, les actions de luttes armées, parfois terroristes se développent4. Les opérations kamikazes succèdent déjà aux assassinats « ciblés » des forces de sécurité israéliennes.

Le Liban sud : une zone occupée pour sécuriser ?

38Nous entrons, entre 1967 et 1973, dans une étape charnière pour la région. Israël met en place une nouvelle forme de stratégie territoriale : il s’agit d’expérimenter une « zone de sécurité » sur le territoire libanais servant de zone tampon afin d’assurer la protection des villes et villages israéliens du nord du pays, souvent attaqués depuis le Liban. La zone frontalière se situe au cœur de cette nouvelle stratégie. La question qui se pose est : occuper, est-ce sécuriser ?

39Dans une escalade sans fin, la politique sécuritaire de l’État israélien se développe compte tenu des circonstances conflictuelles quasi permanentes. L’ennemie déclarée est l’OLP. Elle incarne la résistance palestinienne, mais aussi sa structuration politique et militaire. Pourchassés partout et de façon systématique, les membres de l’OLP et la majorité de ses forces combattantes trouvent tout d’abord refuge en Jordanie (1970). Puis, à la suite de massacres perpétués par les Jordaniens sur les Palestiniens, ils partent au Liban qui s’enfonce déjà, début 1973, dans une guerre civile particulièrement sanglante. De 1970 à 1982, l’OLP s’implante largement dans un Liban totalement déchiré par la guerre civile que mènent les différentes factions et milices armées libanaises et étrangères.

40La frontière entre le Liban et Israël devient une zone d’affrontement durant de longues décennies. Dès 1977, Israël commence à jouer un rôle visible au Liban. En mars 1978, dans le cadre de « l’opération Litani », l’armée israélienne envahit le sud du pays. Cette première opération militaire israélienne au Liban est condamnée par l’ONU et une force onusienne, la FINUL, est envoyée sur place dans le cadre de la résolution 425.

41Les Israéliens créent « l’État libre du Liban sud », à la tête duquel ils placent un Libanais acquis à leurs thèses, le major Haddad. C’est sur ce terrain qu’Israël se trouve entraîné dans un conflit larvé, avec non seulement les Palestiniens mais aussi avec le Hezbollah libanais. L’opération militaire « Paix en Galilée » menée en 1982, pousse les forces armées israéliennes jusqu’aux portes de Beyrouth et dans la région du Chouf. Elles y imposent un blocus durant de longues semaines durant lesquels les bombardements sont particulièrement meurtriers. L’OLP se retire du Liban. Les populations palestiniennes, réfugiées dans des camps de la banlieue de Beyrouth, se retrouvent alors seules face aux milices hostiles des phalanges chrétiennes. Ces dernières attaquent les civils palestiniens des camps de Sabra et Chatila, sous le regard de l’armée israélienne qui n’intervient pas pour empêcher le massacre.

42Les buts de cette mission « Paix en Galilée » sont pour Israël, de détruire les moyens de nuisance des combattants de l’OLP, leurs bases situées au sud du Liban et plus largement d’accentuer le sentiment de peur et de désespoir chez les Palestiniens. Il s’agit de briser la résistance menée de l’extérieur depuis le Liban et de garantir la sécurité de la frontière du nord d’Israël avec le Liban.

43C’est dans cet esprit, qu’Israël met en place une « zone de sécurité », le long de la frontière sud du Liban et y maintient une occupation pendant plus de vingt ans. Bien loin de parvenir à apaiser la situation au nord d’Israël, cette stratégie se révèle coûteuse et contre productive. En 1985, l’armée israélienne effectue un premier retrait mais demeure au sud du fleuve Litani, comme en 1978. Elle poursuit, avec l’aide de l’Armée du Liban sud qu’elle a créée, une occupation sur 10 % du territoire libanais, soit environ 1 100 km2.

44Sur le terrain, même avec le concours de sa milice supplétive (ALS), la résistance libanaise reste une menace permanente. Le groupe Amal, puis surtout, le Hezbollah jouent un rôle central dans la résistance à l’occupation israélienne. Une véritable guérilla est menée dans cette région particulièrement propice à ce type de stratégie de combat. C’est la première fois qu’Israël se trouve confronté à un échec militaire et politique.

Fig. 3. – La zone d’occupation israélienne au sud Liban.

  • 5 Les affrontements avec la résistance libanaise au sud Liban ou bien au nord d’Israël, conduisent l (...)
  • 6 Charara Walid et Domont Frédéric, Le Hezbollah. Un mouvement islamo-nationaliste, Paris, Fayard, 2 (...)

45Dès lors, sans réussir à pacifier cette frontière5 et à en réguler les activités, la présence israélienne alimente au contraire un foyer permanent de conflit et de tension. Au départ, contrôlé et manipulé par les Syriens et les Iraniens, le Hezbollah s’émancipe quelque peu, sans rompre totalement avec ces derniers, pour devenir un mouvement de libération de cette partie du Liban. Il s’inscrit dans une posture politique « islamo-nationaliste » et constitue « le principal acteur de la résistance nationale contre Israël6 ».

  • 7 Guillot Fabien, « Le Liban sud : complexité des identités et des représentations », Bouquet Christ (...)

46La configuration topographique, une région semi-montagneuse surplombant le reste du Liban et de la Syrie, confère un intérêt stratégique évident. La frontière israélolibanaise prend alors un sens différent dans la mesure où, dans les faits, elle se trouve « déplacée » plus au nord. Avec ce déplacement de la frontière en raison de l’occupation, Israël cherche à modifier les représentations spatiales, les pratiques sociales, les référents socio-spatiaux des populations de cette partie du Liban coupée du reste du pays. En favorisant les mouvements de main d’œuvre libanaise vers les usines et les exploitations agricoles israéliennes et en inondant de produits israéliens les marchés locaux, c’est toute l’activité économique du Sud qui est déstructurée. Les identités locales sont très profondément touchées par ces évolutions brutales qui engendrent bien souvent des inégalités sociales et des tensions dans un contexte social et économique difficile. Tout ceci à des conséquences sur les populations libanaises dont les questions identitaires sont au centre des relations entre groupes7.

  • 8 Chesnot Christian, La bataille de l’eau au Proche-Orient, Paris, L’Harmattan, 1993, 224 p.

47À côté de ce premier but, c’est aussi un moyen pour Israël de contrôler un espace stratégique pour ses ressources en eau. Contrôler cet espace du sud Liban, le Djabal Amel, c’est revenir sur les projets sionistes du début du siècle avec des frontières d’un État Juif, situées plus au nord, incluant les ressources hydrographiques de la région. Comme le relève Christian Chesnot8, avec des ressources en eau très diversifiées (fleuve Litani, rivières Hasbani, Wazani et Awali, des sources et nappes souterraines…), le Djabal Amel constitue l’un des principaux réservoirs hydrauliques de la région. Israël a donc tout intérêt à contrôler cet espace.

Construire un mur : sécurité, cloisonnement social et exclusion

48Dernier axe qu’il est nécessaire d’aborder, c’est la construction du Mur dit de « sécurité » par l’État israélien. L’idée ici est de se couper de ce que les Israéliens estiment être une source permanente d’insécurité : les Palestiniens. Toutefois, sur le terrain, la justification israélienne se trouve en partie contredite par la réalité. Bien souvent, le tracé de ce Mur sépare de façon ubuesque et cynique les Palestiniens entre eux, ou dessine les contours de nouvelles annexions territoriales en Cisjordanie. Sans respecter la ligne de cessez-le-feu de 1967 qui fait office de ligne temporaire de partage territorial entre Israël et les Territoires palestiniens, et en veillant à inclure et rattacher les principaux blocs de colonies juives en Cisjordanie, le tracé de ce Mur matérialise avec force la fermeture, la séparation, le rejet.

49Déclaré illégal par la justice internationale, ce Mur de huit mètres de haut illustre une nouvelle approche des relations israélo-palestiniennes marquée par l’absence de confiance, la peur réciproque, la défiance permanente et le conflit sous-jacent. Il hypothèque aussi un peu plus une possible normalisation des relations israélo-palestiniennes.

  • 9 Enderlin Charles, Le rêve brisé. Histoire de l’échec du processus de paix au Proche-Orient, 1995-2 (...)

50En 2000, la seconde Intifada et son cycle d’attaques et de vengeances ont profondément transformé la nature des relations entre Palestiniens et Israéliens. Alors que les accords d’Oslo avaient laissé entrevoir un espoir de paix, les remises en cause, retards et reniements du gouvernement israélien et de l’Autorité palestinienne ont nourri la montée d’une nouvelle flambée de violence. Camp David allait précipiter la suite prévisible du statu quo. Dans Le rêve brisé, Charles Enderlin9 nous permet de mesurer la réalité de cette rencontre d’où Israéliens et Palestiniens sont sortis plus divisés que jamais.

  • 10 Durant les quatre premiers mois de l’Intifada, les bombardements israéliens en zones urbanisées on (...)

51La répression10 menée par l’armée israélienne contre la seconde Intifada donne une idée du fossé qui sépare désormais Israéliens et Palestiniens. La violence déployée par Israël pour « mater la révolte » porte les noms de la ville de Jenine qui a été l’un des symboles les plus durs de la répression, au même titre que l’encerclement de la Muqata, le quartier général du président Yasser Arafat.

52Le Mur symbolise donc cette situation de blocage, mais aussi au-delà, le rejet, la volonté d’annexer de nouveaux territoires à l’ensemble israélien et le renforcement du morcellement des territoires palestiniens. Le récent démantèlement des colonies juives de la bande de Gaza cache mal les annexions territoriales résultant de facto de la construction de ce Mur. Mais c’est aussi l’empreinte matérielle et symbolique de l’enfermement et du repli sur soi que l’État israélien tente de masquer et de justifier par la « guerre au terrorisme » qu’il mène en écho à ce que les États-Unis proclament depuis les attentats du 11 septembre 2001. Dans ce contexte, l’arrivée du Hamas, victorieux des élections palestiniennes de janvier 2006, ne va-t-il pas isoler davantage encore le peuple palestinien ?

Fig. 4. – Mur de séparation (check-point de Qalandiya).

53Paradoxalement, alors qu’Israël nie l’existence du fait national palestinien, d’un État palestinien, le Mur, arbitrairement placé et imposé par Israël, matérialise la séparation, la frontière fermée. Ceci constitue un fait nouveau dans les relations israélo-palestiniennes et dans la conception du rapport à l’autre. Ce Mur inscrit et transpose sur l’espace une domination sans partage, un rejet, une volonté de punir et d’exclure l’autre, les Palestiniens, considérés chez nombre de juifs israéliens comme l’incarnation du terrorisme…

  • 11 Lire à ce propos Bishara Marwan, Palestine/Israël : la paix ou l’apartheid, Paris, La Découverte, (...)

54Doit-on y voir ici la matérialisation de la forme la plus poussée de la fermeture et du cloisonnement frontalier, celle de l’apartheid ? De multiples références11 abondent en ce sens. Dans un éditorial de The Observer en date du 15 octobre 2000, on pouvait déjà lire :

« Si les Palestiniens étaient noirs, Israël serait actuellement un État paria soumis aux sanctions économiques des États-Unis. Son expansion et ses implantations en Cisjordanie seraient considérées comme un système d’apartheid dans lequel la population indigène est obligée de vivre dans une toute petite partie du pays, dans des “bantoustans” autogérés, les “Blancs” monopolisant la distribution d’eau et d’électricité. De même que la population noire a été contrainte de vivre dans les townships scandaleusement mal équipées d’Afrique du Sud, de même la discrimination flagrante en matière de logements et d’éducation imposée par l’État d’Israël aux Arabes israéliens serait reconnue comme scandaleuse. »

55Dans le même registre, Sylvain Cypel aborde sans détour lui aussi cette question, notamment en citant les propos de Frederik De Klerk, l’ex-président sud-africain, dans le journal Ha’Aretz en date du 16 mai 2003. Mais il va aussi plus loin en développant un second aspect : celui de l’analogie avec la guerre d’Algérie et ce qu’il appelle la « pied-noirisation » qui imprégnerait les mentalités israéliennes. Il s’appuie à la fois sur les témoignages de ses enquêtes de terrain auprès des colons juifs, mais aussi sur les écrits de Pierre Vidal-Naquet, dans Le Monde du 12 juin 1967.

  • 12 Cypel Sylvain, Les emmurés. La société israélienne dans l’impasse, Paris, La Découverte, 2005, p. (...)

« La “pied-noirisation” avait imprégné les mentalités. Israël se retrouvait de plainpied dans ce processus d’“algérisation” dont Pierre Vidal-Naquet écrivit dès le lendemain de la guerre des Six-Jours qu’elle constituait pour son avenir le plus grave des dangers12. »

56Dans ce contexte de « lutte contre le terrorisme », cette nouvelle étape dans le processus stratégique israélien constitue un pas supplémentaire dans la conception sécuritaire des relations frontalières. Les différents axes stratégiques développés par l’État hébreu dans le cadre de ses relations frontalières avec ses voisins arabes, alternent entre frontière ouverte et frontière fermée.

57Dans cet exemple, du point de vue israélien et selon le contexte historique et géographique, la frontière ouverte est à prendre au sens de « front pionnier » pour des annexions potentielles (par la construction de nouvelles implantations de colonies en Cisjordanie ou leur extension), au sens de zones de sécurité sur des territoires aux franges des limites nationales reconnues par le droit international (le sud Liban ou encore le plateau du Golan syrien).

58Il existe également un second aspect à la logique de cloisonnement et de séparation : la politique d’implantation de colonies juives en Cisjordanie. Là encore, cela vise aussi à poursuivre le morcellement du territoire palestinien et à en garantir le contrôle et la main mise sur la population palestinienne. L’omniprésence militaire y contribue, sans l’assurer totalement. Tout ceci (implantation, démarcation, morcellement de l’espace et des représentations), toutes ces données socio-spatiales matérialisent un projet politico-idéologique et la nature des relations entre Israéliens et Palestiniens.

59La frontière fermée illustre une logique de cloisonnement par rapport à une source de danger qu’il convient de circonscrire dans un périmètre spatial, à défaut de parvenir à en identifier les auteurs, si ce n’est par l’amalgame sur l’ensemble de la population palestinienne. Le type de relation est également marqué par la domination économique et militaire, mais aussi par l’exclusion et le rejet des populations arabes palestiniennes (renvoyant à une situation d’apartheid).

QUELQUES ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION SUR LA NOTION DE FRONTIÈRE FERMÉE ET DE FRONTIÈRE OUVERTE

60Pour conclure notre analyse, tentons un essai de mise en perspective des différents éléments observés dans le cadre de recherches sur les relations frontalières. Pour ce faire, trois questions semblent centrales afin de synthétiser quelques idées et réflexions sur les notions de frontières fermées et ouvertes.

Comment se matérialisent une frontière fermée et une frontière ouverte ?

61Cette première question renvoie à la notion de forme matérielle de la frontière. La matérialisation de la fermeture ou de l’ouverture nécessite d’avoir recours à différents éléments jouant sur les registres matériels et symboliques. Les différents dispositifs mis en place (murs, fossés, barbelés, barrières, check-points, télésurveillance, forces militaires, armements…) sont autant de vecteurs d’expression de la nature des relations frontalières. Ils témoignent du degré de confiance, de sécurité, de souveraineté et de maîtrise de moyens techniques auxquels peuvent avoir recours les différents États. Ils matérialisent et symbolisent l’état des relations avec ses voisins. Ainsi, Israël a-t-il développé tout un arsenal matériel et symbolique pour imprimer sa souveraineté sur des territoires tout en empêchant par exemple que les Palestiniens puissent en faire de même. L’étalage de la force, aussi bien en termes d’armement que de renseignements, impose un certain type de relations. C’est dans un rapport de force à son avantage qu’Israël impose le cadre de ses relations avec ses voisins arabes. A contrario, l’absence de visibilité de la frontière incarnerait l’ouverture et témoignerait de relations de nature plus apaisée, moins conflictuelle et tendue.

Fig. 5. – Frontière libano-israélienne.

Quels sont les éléments qui conduisent à ouvrir ou fermer une frontière ?

62Cette seconde question est liée à la notion de confiance entre les États mais aussi à leurs capacités. L’évolution des relations et des rapports de force représente la base sur laquelle se construit et s’entretient cette confiance. La question de la confiance est à la fois liée à l’autre et également à soi ; c’est-à-dire aux possibilités sociales, économiques, techniques, politiques, militaires… sur lesquelles un État peut s’appuyer pour entrer en relation avec les autres États.

63Second élément important, celui de l’intérêt. Quel intérêt un État a-t-il à ouvrir ou fermer ses frontières ? Cette notion d’intérêt peut prendre différentes acceptions au-delà de la question économique. Par exemple, dans le cas de la situation des Palestiniens de la bande de Gaza, la fermeture de la frontière interdit de fait toute possibilité de développement pour les populations palestiniennes et constitue un levier de pouvoir supplémentaire – donc un intérêt pour Israël, afin d’imposer aux Palestiniens les choix de l’État hébreu. Les « bouclages », « couvre-feux » sont des outils et des instruments politiques de contrôle et de fermeture. On pourrait aussi élargir notre propos vers des formes plus générales de blocus et d’embargos à partir d’autres exemples (Irak, Cuba…).

64Dans le cas de la frontière ouverte, l’exemple du sud Liban est intéressant. L’ouverture même partielle durant l’occupation israélienne avait pour intérêt de permettre des mouvements de main d’œuvre du Liban vers Israël, des échanges de produits agricoles mais aussi des trafics divers (tabac, drogue…). L’ouverture permettait de matérialiser dans les esprits la continuité territoriale du Djabal Amel avec le nord d’Israël et de rendre moins visible la frontière internationale. Le but était pour Israël de donner aux populations une nouvelle représentation spatiale des lieux. Pour cela, la frontière, marque et symbole des limites du référent national libanais, doit être effacée. Ce dernier élément renvoie à la question du pourquoi.

Pourquoi fermer ou ouvrir une frontière ?

65La frontière est un instrument d’expression de la souveraineté d’un État sur un espace (et des populations) qu’il considère comme le sien (et étant sous son autorité) ; c’est-à-dire celui où (et sur lesquelles) il exerce ses pouvoirs. Ce premier élément est central pour expliquer et justifier l’ouverture ou la fermeture d’une frontière. Parallèlement, le fait de pouvoir fermer ou ouvrir une frontière offre la possibilité de contrôler les flux, les passages tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif, à savoir contrôler la nature de ce qui entre ou sort de l’État. À ce titre, tous les domaines sont concernés : populations, marchandises, idées, etc. La frontière constitue un filtre – pas suffisant mais nécessaire – pour contrôler et contribuer à la sécurité. Dans cet esprit, l’État israélien, comme tout État, développe différentes stratégies dont nous avons tenté de présenter les grandes lignes précédemment.

66Dans un autre registre, l’ouverture ou la fermeture n’est pas un choix, ni un pouvoir, mais une réalité subie. Autrement dit, si l’un des protagonistes d’un rapport frontalier possède le pouvoir, l’autre le subit. Il faut donc prendre en compte non plus la situation du point de vue du dominant, mais du dominé. Ce changement d’angle permet d’intégrer une seconde notion en plus de celle du pouvoir, celle de l’ajustement. L’ajustement est la réponse à une situation de contrainte à laquelle on se confronte.

67Les zones frontalières sont en premier lieu des zones de contact. S’y déroule tout un jeu de pressions qui reposent sur des ressorts politiques, économiques, démographiques, culturels, militaires… Dès lors, une zone frontalière est à considérer comme un « front social », dont la ligne de partage matérialise le jeu d’équilibre et de déséquilibre entre les différents acteurs sociaux. L’ouverture ou la fermeture frontalière traduit ce rapport d’ajustement social. Les facteurs explicatifs de l’ouverture ou de la fermeture d’une frontière se trouvent donc produits au cours de cet ajustement généré lors de situations de tension et de conflit, plus généralement de rapports de force, tels qu’ils apparaissent et sont produits dans le cadre des rapports sociaux.

  • 13 Raffestin Claude, op. cit., p. 149.

68Les notions de « sécurité » et de « zone d’influence » prennent un relief particulier et central dans la problématique des relations israélo-arabes. À l’issue de cette réflexion sur les relations frontalières, la question sous-jacente qui ressort est celle du rapport entre espace et pouvoir. Ouverte ou fermée, la frontière cristallise ces rapports. Elle « devient alors idéologique puisqu’elle rend compte territorialement de rapports de pouvoirs13 ». La nature des relations frontalières et le degré d’ouverture ou de fermeture des frontières témoignent de ce rapport. Rapport qui est à considérer comme un processus relationnel produit et déterminé par des facteurs socioéconomiques, politiques, idéologiques, culturels… La trajectoire historique et politique d’Israël est inséparable des mouvements contradictoires des rapports sociaux internationaux. Les relations frontalières israélo-arabes épousent de très près les contours des jeux de pouvoirs et d’influences des acteurs régionaux et extra-régionaux.

Notes

1 Raffestin Claude, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 1980, p. 150.

2 1812, Paix de Bucarest signée avec les Russes qui prennent possession de la Bessarabie. La Serbie devient une province autonome. 1830, Conférence de Londres dont les interlocuteurs européens sont la France, le Royaume-Uni et la Russie et qui consacre l’indépendance de la Grèce, l’autonomie de la Moldavie et de la Valachie, l’ouverture des détroits. La Russie obtient la Podolie. 1833, Traité de Kutahyia offrant à Mehmet Ali, qui règne sur l’Égypte, la Cilicie et la Syrie…

3 Maïla Joseph et Lindenberg Daniel (dir.), Le conflit israélo-palestinien, Paris, Desclée de Brouwer, 2001, p. 18.

4 L’épisode tragique de l’assassinat des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de 1972, les détournements d’avions et les prises d’otage révèlent à la face du monde la réalité du conflit israélo-palestinien.

5 Les affrontements avec la résistance libanaise au sud Liban ou bien au nord d’Israël, conduisent l’État israélien à planifier deux nouvelles opérations particulièrement meurtrières pour les civils libanais. En juillet 1993, avec l’opération « Règlement de comptes » et en avril 1996, l’opération « Raisins de la colère ».

6 Charara Walid et Domont Frédéric, Le Hezbollah. Un mouvement islamo-nationaliste, Paris, Fayard, 2004, p. 23.

7 Guillot Fabien, « Le Liban sud : complexité des identités et des représentations », Bouquet Christian et Velasco-Graciet Hélène (dir.), Tropisme des Frontières, Approche pluridisciplinaire, Acte 1, Paris, L’Harmattan, coll. « Géographie et cultures », à paraître.

8 Chesnot Christian, La bataille de l’eau au Proche-Orient, Paris, L’Harmattan, 1993, 224 p.

9 Enderlin Charles, Le rêve brisé. Histoire de l’échec du processus de paix au Proche-Orient, 1995-2002, Paris, Fayard, 2002, 370 p.

10 Durant les quatre premiers mois de l’Intifada, les bombardements israéliens en zones urbanisées ont provoqué, selon un article paru dans Ha’Aretz, journal israélien, daté du 30 janvier 2001 : « La mort de 25 civils par des éclats à l’intérieur même de leurs maisons, 730 blessés, 3 000 bâtiments avaient été endommagés, touchant 21 000 personnes qui vivaient dedans, dont près de la moitié ont moins de 14 ans, 4 000 se sont retrouvées sans toit, 500 maisons ont été rasées. » Ajoutons à ces chiffres les différentes mesures de rétorsion que sont les check-points, les bouclages, les couvre-feux interminables, les punitions collectives, les destructions de propriétés agricoles, les tirs à balles réelles sur les manifestants, les « détentions administratives » sans inculpation et les « liquidations ciblées »…

11 Lire à ce propos Bishara Marwan, Palestine/Israël : la paix ou l’apartheid, Paris, La Découverte, 2001, 124 p.

12 Cypel Sylvain, Les emmurés. La société israélienne dans l’impasse, Paris, La Découverte, 2005, p. 297-298.

13 Raffestin Claude, op. cit., p. 149.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – De l’Empire ottoman aux Protectorats Franco-britannique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26154/img-1.jpg
Fichier image/, 762k
Légende Fig. 2. – Évolution des frontières et occupations au Proche-Orient.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26154/img-2.jpg
Fichier image/, 841k
Légende Fig. 3. – La zone d’occupation israélienne au sud Liban.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26154/img-3.jpg
Fichier image/, 546k
Légende Fig. 4. – Mur de séparation (check-point de Qalandiya).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26154/img-4.jpg
Fichier image/, 130k
Légende Fig. 5. – Frontière libano-israélienne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26154/img-5.jpg
Fichier image/, 98k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540