Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

La Poméranie polonaise, la Grande Pologne et la Haute-Silésie comme zones d’influence allemandes dans l’entre-deux-guerres ?

Mariusz Wolos

Texte intégral

1Le but principal de cette communication est la présentation de la minorité allemande en Pologne de 1918 à 1939, dans le contexte large des relations entre Berlin et Varsovie et en tant que problème des relations internationales à cette époque. Il s’agit d’étudier l’évolution de l’attitude de l’Auswärtiges Amt, d’une part et celle du gouvernement de Varsovie, d’autre part, envers cette minorité. Entrent également dans notre problématique le problème des Allemands de Pologne dans la Société des Nations (1926-1933), la vie quotidienne et les relations entre les voisins polonais et allemands en Poméranie, Grande Pologne et Haute-Silésie, ainsi que le rôle réel des organisations allemandes dans la préparation de l’agression contre la Pologne en septembre 1939.

2Il s’agit de tenter de répondre à la question de savoir si les régions occidentales de Pologne (par exemple, le fameux « couloir de Dantzig ») peuplées d’Allemands représentaient la zone d’influence de Berlin entre les deux guerres. Ces problèmes seront représentés dans la perspective polonaise, à la lumière des documents diplomatiques polonais et des documents des autorités régionales polonaises.

3En préambule, il est essentiel de justifier du choix de ces trois régions de Pologne dans l’entre-deux-guerres : Poméranie, Grande Pologne et Haute-Silésie. Ce choix est avant tout dicté par la spécificité de ces régions qui furent autrefois des territoires annexés par la Prusse et, ensuite, firent partie de l’Allemagne unie. À cheval sur les XIXe et XXe siècles, ces territoires subirent l’influence de la politique de germanisation qui avait pour objectif de restreindre toute forme d’activité polonaise : politique, économique, sociale et culturelle, ainsi que de favoriser le déclin de l’identité nationale des Polonais. De plus, cette politique de germanisation fut dirigée contre l’Église catholique romaine qui était considérée comme une citadelle de l’identité polonaise en Poméranie, en Grande Pologne et, à un degré moindre, en Haute-Silésie. Cette influence se fit tout de suite remarquer dans la période du « combat pour la civilisation » (Kulturkampf) mené par Otto von Bismarck, ainsi que dans la période de l’exercice du pouvoir par ses successeurs, ce qui dura par conséquent jusqu’à la Première Guerre mondiale.

4En outre, les Allemands habitaient ces territoires depuis le Moyen Âge et y émigraient en grand nombre. D’ailleurs, avant la Première Guerre mondiale, les Allemands réussirent à acquérir une supériorité numérique en devenant la majorité nationale. Ce phénomène eut surtout lieu dans les villes et dans les autres lieux clés de l’économie. Pourtant, peut-être est-il plus important encore que les Allemands habitant la Poméranie, la Grande Pologne et la Haute-Silésie aient manifesté un fort sentiment de supériorité vis-à-vis des Polonais. En tout cas, c’étaient les Allemands qui détenaient le statut de nation privilégiée du point de vue politique, administratif et économique sur ces territoires. En Prusse, les Polonais n’étaient pas intentionnellement ni consciemment admis à occuper des postes importants au gouvernement, dans l’administration et dans l’armée. En même temps, ils étaient considérés comme des éléments incertains, voire dangereux. Néanmoins, toutes ces actions se déroulaient conformément à la loi, que les autorités allemandes respectaient scrupuleusement. Cela donnait quand même de grandes possibilités aux Polonais, qui avaient leurs députés au Reichstag allemand ou au Landtag prussien.

5Cette situation changea inopinément et radicalement pour les Allemands, lorsque après la fin de la Première Guerre mondiale, la Poméranie, la Grande Pologne et la Haute-Silésie se retrouvèrent englobées dans les frontières de l’État polonais. À ce moment, de nombreux Allemands quittèrent massivement ces territoires, mais ceux qui décidèrent de rester devinrent les représentants d’une minorité, en perdant leur statut de nation privilégiée ; leurs autres apanages furent supprimés et attribués aux Polonais qui avaient été opprimés jusque-là.

  • 1 Matelski D., Niemcy w Polsce w XX wieku (Les Allemands en Pologne au XXe siècle), Warszawa-Poznań, (...)
  • 2 Par exemple voir Wojciechowski M., « Nationalitätenverhältnisse in Westpreußen zu Beginn des 20. J (...)

6Voici quelques chiffres. D’après le recensement de la population, effectué en 1910 par les autorités allemandes, sur le territoire de la Poméranie (Westpreussen) habitaient 421 033 Allemands (42,5 %), en Grande Pologne (Provinz Posen), 686 628 Allemands (35,2 %). Quant à la région qui constitua par la suite la partie polonaise de la Haute-Silésie (Oberschlesien), elle était peuplée de 306 235 Allemands, ce qui équivalait à 29,6 % de la population totale de cette région1. Pourtant, les résultats de ce recensement officiel étaient et sont toujours mis en doute par certains historiens polonais qui soutiennent que le nombre de Polonais fut de facto plus important2.

  • 3 Stażewski M., Exodus. Migracja ludności niemieckiej z Pomorza do Rzeszy po I wojnie światowej (Exo (...)
  • 4 Matelski M., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 43-44 et 345-348 ; pour les autres chiffres, voir Tomas (...)
  • 5 Ibid., p. 45-46 et 345-348 ; voir également Wojciechowski M., « German minority in Pomerania betwe (...)
  • 6 Michowicz W., « Problemy mniejszości narodowych » (Les problèmes des minorités nationales), Tomick (...)
  • 7 Hoover Institution Archives, Stanford, Palo Alto, Poland. Ambasada. France, box 4, folder 3, télég (...)

7Les bouleversements dus à la défaite allemande de 1918 se reflétèrent dans la situation nationale des territoires qui nous intéressent ici. En particulier, dans les années 1919-1924, de nombreux Allemands quittèrent ces régions qui faisaient déjà partie de l’État polonais. Ceux qui ne voulaient pas adopter la nationalité polonaise, le plus souvent pour des raisons politiques et économiques, furent obligés d’abandonner la Deuxième République polonaise dans un délai prévu par la loi. À cette époque-là, le gouvernement de la République de Weimar les encourageait, eux aussi, à partir, de même que les autorités polonaises qui exerçaient une pression sur les Allemands afin de se débarrasser du plus grand nombre possible. On parle ainsi de premier exode de la population allemande et de sa fuite vers l’ouest3. Le deuxième exode, encore plus massif, eut lieu à la fin et à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Rappelons quelques chiffres. D’après le recensement du 30 septembre 1921, effectué cette fois par les autorités polonaises, sur le territoire de la Pologne habitaient 1 092 371 Allemands au total (ce qui constituait 3,9 % de la population du pays). Le lieu de résidence de la plupart d’entre eux – 75,65 % – se trouvait dans les trois régions qui nous intéressent. Ainsi, il y avait 175 771 Allemands en Poméranie (18,8 % du nombre total des habitants de cette région), 327 846 Allemands en Grande Pologne (16,7 %) et 322 759 personnes de nationalité allemande dans la partie polonaise de la Haute-Silésie (27,9 %)4. Pour ce dernier cas, nous disposons seulement d’estimations car l’incorporation de la Haute-Silésie à la Pologne date du mois d’octobre 1922, c’est-à-dire de plus d’un an après le recensement. Le nombre des Allemands devint fixe dans la deuxième moitié des années vingt, ce qui fut la conséquence de l’achèvement des départs vers la République de Weimar des personnes qui ne voulaient pas se faire naturaliser polonais. Ce phénomène trouva son écho dans le recensement suivant du 9 décembre 1931, effectué en Pologne, selon lequel 741 095 personnes (2,3 % des habitants du pays) déclarèrent l’allemand comme langue maternelle. En Poméranie se trouvaient 105 400 Allemands (9,7 % de toute la population de cette région), en Grande Pologne, 193 080 (7,7 %) et en Haute-Silésie, 99 645 Allemands (9,2 %)5. De même que le recensement de 1910, ceux de 1921 et de 1931 sont mis en doute par certains chercheurs allemands et polonais qui sont persuadés qu’au début des années trente, le nombre réel d’Allemands était plus élevé et pouvait atteindre 821 000 (2,6 % de la population totale du pays)6. Le fait que la Poméranie polonaise – ce fameux « couloir de Danzig » ou « couloir de Poméranie » – était habité par le nombre le moins élevé des représentants des minorités nationales, fut un vrai paradoxe, constamment rappelé par les diplomates polonais accrédités dans les capitales des pays de l’Ouest, y compris la France. La population polonaise y constituait jusqu’à 90 % des habitants, pendant que dans le même temps, les Polonais constituaient environ 67 % de la population totale du pays7.

  • 8 Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 49.

8Les Allemands continuèrent à quitter la Pologne jusqu’en 1926. Au milieu des années vingt, les autorités allemandes, particulièrement le ministère des Affaires étrangères dirigé par Gustav Stresemann, changèrent de position sur la question de la fuite des Allemands des régions occidentales de la Pologne. Dans un premier temps, cet état de choses avait été considéré comme très avantageux pour la République de Weimar, même pour les représentants des minorités qui avaient opté pour le départ de la Pologne. Mais, au fur et à mesure, il s’avéra que cet état de fait était fâcheux et indésirable. À cause de la diminution du nombre des Allemands en Pologne, Berlin perdait un argument de poids dans la lutte politique visant à la rectification des résolutions du traité de Versailles et qui avait pour objectif de rattacher les territoires de Poméranie polonaise, de Grande Pologne et de Haute-Silésie au Reich. Quant aux représentants de la minorité allemande, persuadés que la patrie ferait son retour, tôt ou tard, sur ces territoires, ils se décidèrent sporadiquement à quitter la Pologne8.

  • 9 Hauser P., Mniejszość niemiecka na Pomorzu w okresie międzywojennym (La minorité allemande en Pomé (...)
  • 10 Ibid., p. 90-93.
  • 11 Ibid., p. 94-95 ; Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 89-90.
  • 12 Hauser P., Mniejszość niemiecka, op. cit., p. 235-265 ; Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. (...)
  • 13 Potocki S., Poĺożenie mniejszości niemieckiej w Polsce 1918-1938 (La situation de la minorité alle (...)
  • 14 Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 92.

9Par la suite, un autre élément important de la politique de Berlin envers les Allemands habitant la Pologne reposa sur les efforts constants visant à consolider le mouvement allemand. Grâce à une politique adroite sur le plan du financement des activités de diverses organisations minoritaires, les autorités de la République de Weimar et, par la suite, celles du IIIe Reich, obtinrent un atout majeur9. La stabilisation de la vie politique de la minorité allemande réussit presque complètement, sous l’œil attentif de Berlin. En mai 1921, à Bydgoszcz, fut fondée une organisation politique appelée Deutschtumsbund zur Wahrung der Minderheitsrechte in Polen (Deutschtumsbund, en forme abrégée), qui possédait ses structures en Poméranie et en Grande Pologne. Accusée par les autorités polonaises d’espionnage et de trahison d’État, elle fut dissoute en 192310. À sa place fut rapidement formée une autre organisation, agissant autour des bureaux parlementaires des députés de la minorité allemande, appelée Deutsche Vereinigung im Sejm und Senat für Posen, Netzegau und Pommerellen. La zone d’activité de ce parti s’étendait sur la Poméranie et la Grande Pologne11. Dans la deuxième moitié des années trente, le pôle d’activité de la vie politique de la minorité allemande était constitué de deux partis : la Deutsche Vereinigung in Westpolen et le Jungdeutsche Partei. Tous deux appartenaient au mouvement hitlérien12. En outre, en Haute-Silésie, le rôle principal fut joué par une organisation politique – Der deutsch-oberschlesische Volksbund zur Wahrung der Minderheitsrechte (Volksbund, en forme abrégée) formée à Katowice, en novembre 192113. Des groupes et des partis sociaux-démocrates qui, à cause de leur faiblesse, restaient en marge de la vie politique de la minorité allemande, constituaient une alternative insuffisante aux partis nazis. Nous pouvons cependant citer l’exemple d’une organisation loyaliste, voire favorable à l’État polonais. Il s’agissait de la Deutscher Kultur und Wirtschaftsbund – formée en 1929 par des Allemands originaires de Łódź, c’est-à-dire de Pologne centrale. Son rayon d’action s’étendait sur les territoires de la Poméranie et de la Grande Pologne. De toute façon, elle n’avait pas beaucoup de partisans et elle fut dissoute avant la Seconde Guerre mondiale14.

  • 15 Rezmer W., « Problematyka narodowościowa i wyznaniowa w wojsku na terenie Dowództwa Okręgu Korpusu (...)

10La minorité allemande était minutieusement observée et contrôlée par les autorités politiques polonaises, la police et l’armée. Elles intervenaient catégoriquement lorsque les Allemands, qui étaient citoyens polonais, commettaient des infractions à la loi en vigueur sur le territoire de la Deuxième République de Pologne. Parfois, l’attitude de l’État polonais à l’égard de citoyens allemands était ferme et inébranlable, ce qui semblait être particulièrement le cas dans l’action menée par les autorités militaires polonaises à l’égard des conscrits d’origine allemande qui étaient envoyés le plus souvent dans des garnisons très éloignées de leur domicile, généralement vers les confins orientaux. De plus, les Allemands n’étaient jamais ou presque jamais admis dans les formations aériennes, dans les forces navales, ou dans l’artillerie15. Cette attitude avait pour objectif d’exprimer le manque de confiance en la loyauté des représentants de la minorité allemande envers l’État polonais.

  • 16 Sur ce problème voir Krasuski J., Stosunki polsko-niemieckie 1919-1932 (Les relations polono-allem (...)
  • 17 Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 56-63.
  • 18 Par exemple voir AAN, MSZ, vol. 1569, télégramme de Zaleski à Varsovie du 23 janvier 1931 et dépêc (...)

11La question de la minorité allemande marqua de son empreinte la situation internationale de la Pologne et posa un problème important aux diplomates polonais. On peut citer pour exemple la campagne appelée « action pétitions ». Elle s’exprima sous la forme de pétitions et de plaintes contre l’État polonais par les représentants de la minorité allemande auprès d’organisations diverses, par exemple, auprès de la Société des Nations ou de la Cour internationale de justice de La Haye. Ces plaintes se basaient surtout sur le « petit traité de Versailles », dont les stipulations garantissaient les droits des minorités dans certains pays de l’Europe centrale et orientale et qui fut signé par l’État polonais en 1919, avant d’être annulé en 1934, à la veille de l’accession de l’URSS à la Société des Nations16. Les Allemands habitant la partie polonaise de la Haute-Silésie déposèrent leurs plaintes en citant des articles de la convention de Genève de 1922. Bien que la plupart des cas aient concerné des affaires insignifiantes, quelques cas sérieux furent soulevés. De 1920 à 1934, la Société de Nations enregistra 318 plaintes au total, parmi lesquelles 300 furent déposées par les représentants de la minorité allemande. Le Conseil de la Société des Nations en examina 7 et il constata que 6 étaient justifiées. L’« action pétitions » fut menée avant tout par les organisations Deutschtumsbund de Poméranie et de Grande Pologne, Volksbund de Haute-Silésie17. Dans la période où l’Allemagne faisait partie de la Société des Nations, dans les années 1926-1933, les représentants de la minorité purent compter sur le soutien de la diplomatie allemande. Le fait de faire ressortir les problèmes intérieurs de l’État polonais devant l’assemblée internationale aggrava la situation politique de la Deuxième République de Pologne18. L’« action pétitions » ne fut pas tant le signe de la faiblesse de la diplomatie polonaise que celui de la force de la diplomatie allemande qui savait parfaitement coopérer avec sa minorité à l’étranger.

12Le problème de la minorité allemande s’intensifia dans la période de la grande crise économique de la première moitié des années trente, dans le contexte plus large de la politique étrangère de la Pologne. Il ne s’agissait alors plus seulement d’affaires concernant l’Allemagne mais aussi de celles de la France et de la Société des Nations. En août 1931, au cours d’une conversation avec Philippe Berthelot, le secrétaire général du Quai d’Orsay, Anatol Mühlstein, chargé d’affaires de l’Ambassade polonaise à Paris, déclara :

  • 19 AAN, MSZ, vol. 3764, dépêche de Mühlstein à Zaleski du 8 août 1931.

« Même dans un domaine si éloigné des finances que celui de la question des minorités, on peut constater que le fait de briser l’oppression créditrice allemande provoquera une détente notable, en diminuant l’influence de Berlin sur les sphères dirigeantes de la minorité allemande en Pologne et en faisant diminuer l’intensité des incidents qui trouvent leur épilogue auprès du Conseil de la Société des Nations. Une victoire sur la compétence des banques allemandes n’est pas seulement l’impératif de la raison d’État, mais aussi une obligation tout simplement européenne, le meilleur moyen de prévention contre les incidents de minorités. C’est aussi la meilleure solution pour apaiser et améliorer les relations polono-allemandes, d’autant plus que Berlin a été privé d’instrument de pression sur la vie intérieure de la Silésie19. »

  • 20 Bulhak H., Polska-Francja. Z dziejów sojuszu 1922-1939 (Pologne-France. Pages d’histoire de l’alli (...)

13Les arguments de ce type ne furent pas toujours convaincants pour les hommes politiques et les diplomates français, surtout pour Aristide Briand, ministre des Affaires étrangères dans cette période, qui préférait ne pas compliquer les relations de la France avec Berlin et pensait sans cesse à la nécessité de travailler à un rapprochement durable entre la France et l’Allemagne. Sur ce point, la raison d’État française était très éloignée de la raison d’État polonaise20.

  • 21 Dessberg F., Les relations franco-soviétiques et le facteur polonais dans les questions de sécurit (...)
  • 22 Ibid., p. 634-636 ; Wolos M., « Quai d’Orsay wobec polsko-niemieckiej deklaracji o niestosowaniu p (...)
  • 23 Wanatowicz M. W., « Wpływ deklaracji na układ stosunków wewnątrzpaństwowych oraz międzypaństwowych (...)

14Par la suite, la déclaration polono-allemande de non-agression, signée le 26 janvier 1934, exerça une influence non négligeable sur le comportement de la minorité allemande en Pologne. Elle constitua l’un des piliers de la « politique de distances égales » entre Berlin et Moscou que Józef Beck, ministre des Affaires étrangères de Pologne, réalisait sous l’œil attentif du maréchal Józef Piłsudski21. Selon ces deux hommes politiques, cette déclaration fut la meilleure preuve de l’autonomie et de l’indépendance de la politique étrangère de Varsovie. Il n’est donc pas surprenant qu’elle ait été reçue très froidement au Quai d’Orsay22. Par la suite, afin de compléter cette déclaration, les deux pays conclurent un accord confidentiel sur la presse, le 24 février 1934. Ils s’imposèrent l’obligation de créer dans leur presse un climat de détente, voire d’amitié et ils s’engagèrent à se retenir d’attaques réciproques dans le domaine de la politique intérieure et extérieure23.

  • 24 Cité par Wojciechowski M., « Mniejszość niemiecka na Pomorzu wobec polsko-niemieckiej deklaracji o (...)

15Après la signature de ces déclarations, l’amélioration des relations bilatérales fut une grande surprise pour l’Europe et influença explicitement la position de la minorité allemande en Pologne. Les Allemands habitant la Pologne commencèrent à recevoir des signaux de Berlin les engageant non seulement à s’abstenir de critiquer agressivement l’État polonais, mais encore à manifester à chaque occasion leur loyauté envers les autorités polonaises. Et les Allemands obéirent à ces indications. Par exemple, en juin 1934, les autorités de la voïvodie de Toruń, en Poméranie, reçurent le compte rendu de réunions du Jungdeutsche Partei, qui mentionnait : « L’un des points obligatoires d’une réunion est de rapprocher les noms du maréchal Piłsudski et d’Hitler et de souligner leurs mérites dans le procédé de normalisation des relations polono-allemandes. Pendant quelques réunions, on acclama le Maréchal [Piłsudski]24… » Il est possible de multiplier les exemples d’un tel comportement des Allemands – citoyens polonais. Les autorités polonaises étaient bien conscientes que cette nouvelle attitude des représentants de la minorité allemande ne devait rien à la spontanéité et qu’il s’agissait de l’exécution d’ordres provenant de Berlin. D’un autre côté, cette loyauté simulée était considérée comme la preuve que Piłsudski et Beck avaient réussi à améliorer les relations avec le IIIe Reich.

  • 25 Hauser P., « Mniejszość niemiecka na Pomorzu… », op. cit., p. 263-264 ; Chincinski T., « Niemiecka (...)
  • 26 Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 193-196.

16Comment les relations entre les voisins allemands et polonais se présentaientelles dans les régions qui nous intéressent ? Ce problème est vaste et compliqué, impossible à analyser dans un court article. Des représentants actifs des organisations des minorités allemandes, qui entretenaient en des rapports étroits avec Berlin, adoptèrent, dans la plupart des cas, une position malveillante envers l’État polonais et leurs voisins polonais. Quelques incidents ouvertement anti-polonais se produisirent, provoqués par des agents envoyés d’Allemagne. Le nombre d’événements de ce type augmenta à la veille de la Seconde Guerre mondiale25. Des militants de partis dont les principes étaient basés sur le nazisme : Deutsche Vereinigung in Westpolen, Jungdeutsche Partei et surtout Auslandsorganization der NSDAP, montrèrent une hostilité acharnée envers l’État polonais. Bien que l’activité de ce dernier parti ait été illégale en Pologne, les autorités polonaises la toléraient, en prenant soin de maintenir de bonnes relations sur la ligne Varsovie-Berlin. Peu avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la police criminelle hitlérienne, de Berlin, publia une liste des Polonais considérés comme dangereux pour le IIIe Reich (Sonderfahndungsbuch Polen). Il s’agissait surtout de représentants de l’élite polonaise qui furent arrêtés au début de la guerre et ensuite fusillés ou déportés dans des camps de concentration. Cette liste avait été préparée par les services de renseignements hitlériens, en collaboration avec des représentants actifs de la minorité allemande en Pologne26.

  • 27 Polskie Dokumenty Dyplomatyczne. 1939 styczeń-sierpień (Documents Diplomatiques Polonais. 1939 jan (...)

17Il est toutefois difficile de dire que les actions anti-polonaises de la minorité allemande avaient un caractère massif. En réalité, ces cas étaient assez rares. La plupart des Allemands habitant la Pologne restaient passifs et dans une position d’attente, conscients qu’ils étaient de la gravité de la situation. Deux semaines avant le déclenchement de la guerre, l’ambassadeur polonais à Berlin, Józef Lipski, dans une lettre officieuse au ministre Beck, suggéra qu’il faudrait donner à entendre à l’Auswärtiges Amt « que la minorité allemande loyale ne [devait] rien craindre et qu’elle [pouvait] vivre tranquillement et se développer culturellement en Pologne ; mais qu’en revanche, toutes les actions contraires aux intérêts de l’État et toutes les organisations de caractère subversif [seraient] poursuivies sévèrement27 ».

  • 28 Wojciechowski M., « Steinborn Otton Andrzej (1868-1936) », Krzysztof Mikulski (dir.), Toruński Sĺo (...)

18Il existait également des Allemands pour qui la cohabitation avec les Polonais pouvait être qualifiée de modèle. De plus, des cas de polonisation volontaire d’Allemands nés dans des familles entièrement allemandes se produisirent. Par exemple, le premier président de Toruń, élu juste après le retour de cette ville à la Pologne, était Otton Steinborn, originaire d’une famille allemande, qui avait été l’un des piliers de la vie polonaise dans cette ville avant la Première Guerre mondiale28. Il est possible de citer plusieurs exemples semblables.

19Pour répondre à la question quelque peu provocatrice posée dans le titre : est-ce que la Poméranie polonaise, la Grande Pologne et la Haute-Silésie ont-elles été des zones d’influence allemande dans l’entre-deux-guerres ? il faut conclure par la négative. Le nombre d’Allemands habitant ces territoires indique déjà qu’ils n’étaient pas capables d’imposer leur rythme à la majorité polonaise. De plus, l’État polonais disposait d’instruments de contrôle divers sur l’action des Allemands qui, par le moyen de différentes méthodes, avaient la possibilité de s’élever contre la Deuxième République de Pologne et le firent effectivement. D’un autre côté, l’attention des hommes politiques et des diplomates allemands fut attirée par ces régions, d’autant plus qu’à Berlin, on espérait fortement que ces territoires, détachés temporairement, seraient bientôt rattachés au Reich. Ainsi, par leur présence en Poméranie polonaise, en Grande Pologne et en Haute-Silésie, les Allemands représentaient un argument nécessaire, voire indispensable pour Auswärtiges Amt. Ils constituaient la composante essentielle d’un irrédentisme potentiel. Tout cela compliquait la situation internationale de l’État polonais et rendait l’amélioration des relations polono-allemandes plus difficile. En fin de compte, cette situation créa l’un des problèmes politiques et diplomatiques les plus graves de l’Europe.

Notes

1 Matelski D., Niemcy w Polsce w XX wieku (Les Allemands en Pologne au XXe siècle), Warszawa-Poznań, Wydawnictwo Naukowe PWN S. A., 1999, p. 41 et 345-348 ; voir également Kotowski A., Polska polityka narodowościowa wobec mniejszości niemieckiej w latach 1919-1939 (La politique polonaise face à la minorité allemande de 1919 à 1939), Toruń, Wydawnictwo Adam Marszałek, 2003, p. 50-51.

2 Par exemple voir Wojciechowski M., « Nationalitätenverhältnisse in Westpreußen zu Beginn des 20. Jahrhunderts (1900-1920) », Historische Grenzlandschaften Ostmitteleuropas im. 16. -20. Jh. Gesellschaft – Wirtschaft – Politik, Studiensammlung unter der Redaktion von Mieczysław Wojciechowski und Ralph Schattkowsky, Toruń, Wydawnictwo Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, 1996, p. 76-77.

3 Stażewski M., Exodus. Migracja ludności niemieckiej z Pomorza do Rzeszy po I wojnie światowej (Exode. La migration des Allemands de Poméranie polonaise vers le Reich après la Première Guerre mondiale), Gdańsk, Wydawnictwo Uniwersytetu Gdańskiego, 1998, passim.

4 Matelski M., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 43-44 et 345-348 ; pour les autres chiffres, voir Tomaszewski J., Rzeczpospolita wielu narodów (La République des nations nombreuses), Warszawa, Czytelnik, 1985, p. 213.

5 Ibid., p. 45-46 et 345-348 ; voir également Wojciechowski M., « German minority in Pomerania between the First and the Second World War (1920-1939). Political Life », Neighborhood dilemmas. The Poles, the Germans and the Jews in Pomerania along the Vistula river in the 19th and 20th century. A collection of studies, Editor-in-chief Jan Sziling and Mieczysław Wojciechowski, Toruń, Wydawnictwo Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, 2002, p. 43.

6 Michowicz W., « Problemy mniejszości narodowych » (Les problèmes des minorités nationales), Tomicki Jan (dir.), Polska Odrodzona 1918-1939. Państwo-społeczeństwo-kultura (La Pologne ressuscitée 1918-1939. État-société-culture), Warszawa, Państwowe Wydawnictwo « Wiedza Powszechna », 1982, p. 287.

7 Hoover Institution Archives, Stanford, Palo Alto, Poland. Ambasada. France, box 4, folder 3, télégramme chiffré de Chłapowski à Varsovie du 6 novembre 1931 ; Archiwum Akt Nowych w Warszawie, Ministerstwo Spraw Zagranicznych 1918-1939 (ministère des Affaires étrangères 1918-1939) (ci-après AAN, MSZ), vol. 3798, dépêche de Chłapowski à Zaleski du 12 novembre 1931 ; voir également Wolos M., Alfred Chĺapowski (1874-1940). Biografia ambasadora Polski we Francji (Alfred Chĺapowski. Biographie d’un ambassadeur de Pologne en France), Toruń, Wydawnictwo Adam Marsza∏ek, 1999, p. 191.

8 Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 49.

9 Hauser P., Mniejszość niemiecka na Pomorzu w okresie międzywojennym (La minorité allemande en Poméranie polonaise dans l’entre-deux-guerres), Poznań, Wydawnictwo Naukowe UAM, 1998, p. 81-84.

10 Ibid., p. 90-93.

11 Ibid., p. 94-95 ; Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 89-90.

12 Hauser P., Mniejszość niemiecka, op. cit., p. 235-265 ; Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 93-94.

13 Potocki S., Poĺożenie mniejszości niemieckiej w Polsce 1918-1938 (La situation de la minorité allemande en Pologne 1918-1938), Gdańsk, Wydawnictwo Morskie, 1969, p. 124-128 ; Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 86.

14 Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 92.

15 Rezmer W., « Problematyka narodowościowa i wyznaniowa w wojsku na terenie Dowództwa Okręgu Korpusu nr VIII w Toruniu (1920-1939) » (« Le problème des minorités nationales et confessionnelles dans l’armée polonaise sur le territoire du commandement du district n° VIII de Toruń 1920-1939 »), Mieczysław Wojciechowski (dir.), Mniejszości narodowe i wyznaniowe na Pomorzu w XIX i XX wieku (Les minorités nationales et confessionnelles en Poméranie polonaise aux XIXe et XXe siècles), Toruń, Wydawnictwo Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, 1998, p. 169-173.

16 Sur ce problème voir Krasuski J., Stosunki polsko-niemieckie 1919-1932 (Les relations polono-allemandes 1919-1932), Poznań, Instytut Zachodni, 1975, p. 151-153 ; Sierpowski S., Mniejszości narodowe jako instrument polityki międzynarodowej 1919-1939 (Les minorités nationales comme instrument de la politique internationale 1919-1939), Poznań, Krajowa Agencja Wydawnicza, 1986, p. 53-75.

17 Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 56-63.

18 Par exemple voir AAN, MSZ, vol. 1569, télégramme de Zaleski à Varsovie du 23 janvier 1931 et dépêche de Malczewski (chargé d’affaires de Pologne à Oslo) à Zaleski du 5 février 1931.

19 AAN, MSZ, vol. 3764, dépêche de Mühlstein à Zaleski du 8 août 1931.

20 Bulhak H., Polska-Francja. Z dziejów sojuszu 1922-1939 (Pologne-France. Pages d’histoire de l’alliance 1922-1939), part. I : (1922-1932), Warszawa, Wydawnictwa Fundacji « Historia pro Futuro », 1993, p. 279-281.

21 Dessberg F., Les relations franco-soviétiques et le facteur polonais dans les questions de sécurité en Europe (1924-1935), thèse de doctorat, sous la direction de Georges-Henri Soutou, université Paris IV, octobre 2005, p. 627-629 et 632-634.

22 Ibid., p. 634-636 ; Wolos M., « Quai d’Orsay wobec polsko-niemieckiej deklaracji o niestosowaniu przemocy z 26 stycznia 1934 roku » (« Le Quai d’Orsay face à la déclaration de non-agression polonoallemande du 26 janvier 1934 »), Deklaracja polsko-niemiecka o niestosowaniu przemocy z dnia 26 stycznia 1934 r. z perspektywy Polski i Europy w siedemdziesiątą rocznicę podpisania (La déclaration de non-agression polono-allemande du 26 janvier 1934 dans la perspective de la Pologne et de l’Europe à l’occasion du 70e anniversaire de sa signature), actes du colloque sous la direction de Wojciechowski Mieczysław, Toruń, Centrum Edukacji Europejskiej, 2005, p. 80-93.

23 Wanatowicz M. W., « Wpływ deklaracji na układ stosunków wewnątrzpaństwowych oraz międzypaństwowych na śląskich kresach Drugiej Rzeczypospolitej » (« L’importance de la déclaration de non-agression sur les relations intérieures et extérieures dans les confins silésiens de la Deuxième République »), Deklaracja polsko-niemiecka, op. cit., p. 300-301.

24 Cité par Wojciechowski M., « Mniejszość niemiecka na Pomorzu wobec polsko-niemieckiej deklaracji o niestosowaniu przemocy z 1934 r. » (« La minorité allemande en Poméranie polonaise face à la déclaration de non-agression polono-allemande de 1934 »), Deklaracja polsko-niemiecka, op. cit., p. 324.

25 Hauser P., « Mniejszość niemiecka na Pomorzu… », op. cit., p. 263-264 ; Chincinski T., « Niemiecka dywersja w Polsce w 1939 r. w świetle dokumentów policyjnych i wojskowych II Rzeczypospolitej oraz służb specjalnych III Rzeszy, część I (marzec – sierpień 1939 r.) » (« La diversion allemande en Pologne en 1939 à la lumière des documents de la Police et de l’Armée de la Deuxième République et des services spéciaux du IIIe Reich, première partie, mars-août 1939 »), Pamięć i Sprawiedliwość (Mémoire et Justice), n° 2 (8), 2005, p. 159-196.

26 Matelski D., Niemcy w Polsce, op. cit., p. 193-196.

27 Polskie Dokumenty Dyplomatyczne. 1939 styczeń-sierpień (Documents Diplomatiques Polonais. 1939 janvier-août), Stanisław Żerko (dir.), Warszawa, Polski Instytut Spraw Międzynarodowych, 2005, lettre officieuse de Lipski à Beck du 18 août 1939, p. 768.

28 Wojciechowski M., « Steinborn Otton Andrzej (1868-1936) », Krzysztof Mikulski (dir.), Toruński Sĺownik Biograficzny (Dictionnaire biographique de Toruń), vol. 4, Toruń, Towarzystwo Miłośników Torunia i Uniwersytet Mikołaja Kopernika w Toruniu, 2004, p. 236-238.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine,
université Nicolas Copernic de Torun, Pologne

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540