Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

Les régions contestées de l’Europe du Sud-Est, du Congrès de Berlin à la Première Guerre mondiale : Bosnie-Herzégovine, Bessarabie, Chypre, Crète et Caucase du Sud

Kyrillos Nikolaou

Texte intégral

1Entre 1878 et 1914, l’Empire ottoman dominait dans une région très fragile et délicate d’un point de vue géopolitique. Toute action qui visait à étendre les conquêtes territoriales de la Russie tsariste se trouvait aussitôt confrontée aux intérêts coloniaux britanniques. L’Empire ottoman se trouvait dans cet espace intermédiaire et neutre. Dès que l’une des deux grandes puissances (Russie et Angleterre) étendait un peu plus son hégémonie dans cette zone neutre, l’autre répondait aussitôt de la même manière. Nous pouvons donc supposer que, de toute manière, cette extension territoriale – de l’Angleterre vers le nord, de la Russie vers le sud – avait lieu avec le consentement tacite de la puissance rivale.

2Sur le plan régional, l’Autriche doit être considérée également comme puissance balkanique. L’Autriche se mit en effet, elle aussi, à exercer des pressions sur le Sultan et elle demanda à l’Angleterre et à la Russie de l’appuyer dans ses demandes. L’Autriche s’adjoignit ainsi des régions de la Bosnie-Herzégovine.

3À l’exception de la Crète, les autres territoires dont il est ici question furent cédés pour des raisons d’ordre pratique même si, dans deux cas, ils continuaient d’appartenir juridiquement à leur précédent détenteur.

4L’étude comparative de ces cinq cas, dans le cadre des relations internationales, est celle du compromis entre les Grandes Puissances dans l’espace de l’Empire ottoman en voie de décadence. Les cinq territoires examinés figurent dans les cartes des grandes puissances et peuvent se ranger dans le cadre d’un échange ou d’un équilibre du pouvoir.

L’ÉQUILIBRE GÉOPOLITIQUE RUSSO-BRITANNIQUE ET LES FRONTIÈRES DE L’EMPIRE OTTOMAN

5L’expansion coloniale britannique sur les régions côtières du sud de l’Asie mit immédiatement l’Angleterre en conflit avec les intérêts russes. En effet, la Russie cherchait à rompre partout la chaîne anglaise, de l’Empire ottoman jusqu’à l’Inde, pour pouvoir atteindre les mers du Sud : Méditerranée, golfe Persique et océan Indien. L’Angleterre était un obstacle pour elle dans cette tentative. Tandis que les Britanniques étendaient leur action coloniale au sud de l’Asie, les Russes, quant à eux, s’emparaient de la Sibérie. Les Anglais cherchaient à s’assurer le contrôle de l’Inde jusqu’à la bordure méridionale de l’Himalaya, pendant qu’au nord-ouest, de l’autre côté de ces montagnes, la poussée des Russes se dirigeait vers le sud.

  • 1 Voir Geyer G., Russian Imperialism : The interaction of Domestic and Foreign Policy 1860-1914, New (...)

6Toute action qui visait à étendre les conquêtes territoriales de la Russie tsariste se trouvait aussitôt confrontée aux intérêts coloniaux britanniques. Le dogme de l’intégrité de l’Empire ottoman resta la pierre angulaire de la politique étrangère anglaise durant tout le XIXe siècle et la Grande-Bretagne veilla à ce que l’hégémonie russe ne s’installe pas au sud de la ligne allant de la mer Noire jusqu’au Népal. L’Empire ottoman dominait une région très fragile et délicate d’un point de vue géopolitique. Si cette grande articulation venait à être brisée par le colosse russe, alors l’avenir de toute la politique impérialiste de l’Angleterre se trouverait assombri. L’Empire ottoman se trouvait dans cet espace intermédiaire et neutre. Dès que l’une des deux puissances (Russie et Angleterre) étendait un peu plus son hégémonie dans cette zone neutre, l’autre répondait aussitôt de la même manière. Nous pouvons donc supposer que, de toute manière, cette extension territoriale (de l’Angleterre vers le nord, de la Russie vers le sud) avait lieu avec le consentement tacite de la puissance rivale1.

  • 2 Mantran R. (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, p. 421 sqq. ; Anderson M. S., The Eastern Questio (...)
  • 3 Mantran R., op. cit., p. 270 et p. 432-446 ; Seton-Watson R. W., Disraeli, Gladstone and the Easte (...)

7Transformée en véritable puissance européenne par Pierre le Grand, la Russie s’intéressait de plus en plus aux côtes de la mer Noire. Au début de la Question d’Orient, le traité signé le 21 juillet 1774 à Kutchuk-kaïnardji2, fut défavorable aux Ottomans et consacra la place prise par les Russes dans les affaires internationales. Ces derniers renoncèrent à la Bessarabie mais acquirent le droit d’installer un ambassadeur à Constantinople. Toutefois, en 1806, les Russes envahirent la Moldavie et occupèrent la Valachie ainsi que la Bessarabie. À la suite de l’échec des négociations de Jassy causé par les exigences territoriales de la Russie, la guerre reprit entre les Ottomans et les Russes. Le traité de Bucarest de mai 1812 rendit la Moldavie et la Valachie aux Ottomans, tandis que les Russes prenaient la Bessarabie, mais ils restituèrent les territoires occupés au Caucase. Ils obtinrent aussi le rétablissement de leurs privilèges diplomatiques. En avril 1828, les troupes de Nicolas Ier pénétrèrent à la fois en Anatolie orientale (prise de Kars en juillet 1828 et d’Erzurum en juillet 1829) en Moldavie, en Dobroudja et elles s’emparèrent d’Andrinople le 22 août 1829. Finalement, par le traité d’Andrinople du 14 septembre 1829, complété par la conférence de Londres de février 1830, la Bessarabie passa aux mains des Russes3.

  • 4 Djordjevic D., Révolutions balkaniques des peuples balkaniques, 1804-1914, Belgrade, 1965, p. 129- (...)
  • 5 Mantran R., op. cit., p. 513-516.
  • 6 Sumner B. H., op. cit., p. 596-601 ; Pribram A., The Secret Treaties of Austrian-Hungary, 1879-191 (...)
  • 7 Bérenger J., Histoire de l’Empire des Habsbourg, 1273-1918, Paris, 1990, p. 697-698.
  • 8 Mantran R., op. cit., p. 521.

8En 1875, l’effervescence dans les Balkans4 eut pour point culminant la conférence des trois Premiers ministres de la « Ligue » des trois empereurs, Bismarck, Gortchakov et le comte Andrassy, qui se tint à Berlin au mois de novembre. Lors de la visite du tsar à Berlin, le 13 mai 1876, le ton de la diplomatie européenne fut menaçant envers l’Empire ottoman : si ce dernier ne réalisait pas les réformes promises, l’Autriche occuperait une partie de la Bosnie, tandis que la Russie s’étendrait en Bessarabie méridionale. La diplomatie européenne tenta de régler la crise conformément à ses vues5. La Russie intervint après avoir signé avec l’Autriche un pacte, en janvier 18776, qui garantissait la neutralité habsbourgeoise en échange de la Bosnie-Herzégovine. La crise se termina, en 1878, avec l’occupation des deux provinces par l’Autriche-Hongrie. Mais, les populations balkaniques furent profondément insatisfaites de l’arrangement de San Stefano. La Serbie se retrouva privée de l’Herzégovine ainsi que de la Bosnie et les Russes prirent la Bessarabie à la Roumanie. Par le traité de Berlin, signé le 13 juillet 1878, la Dobroudja alla à la Roumanie, en échange de la Bessarabie, cédée à la Russie. La Bosnie et l’Herzégovine demeuraient nominalement ottomanes, mais seraient occupées et administrées par l’Autriche-Hongrie7. En Anatolie orientale, la Russie conserva Ardahan, Kars et Batoum, mais se vit sommée de rendre à l’Empire Alachkert et Bayazid8.

9En ce qui concernait les deux grandes îles de l’Empire, Chypre et la Crète, elles faisaient également l’objet de l’équilibre géopolitique des Puissances et du jeu diplomatique européen. Chypre, de même que la Crète et les autres îles de la Méditerranée orientale, furent conquises par l’Empire ottoman, tardivement par rapport aux terres continentales balkanique et asiatique. L’influence des Puissances occidentales maritimes a toujours été forte dans les îles de la Méditerranée orientale. Depuis la chute finale de la République vénitienne, en 1797, l’Angleterre semblait s’intéresser de plus en plus à ces îles.

L’ÉCHANGE ANGLO-RUSSE : CHYPRE, LE CAUCASE ET LA BESSARABIE

  • 9 British Documents on Foreign Affairs, vol. 4, p. 18, most confidential, The Earl of Derby to Mr La (...)

10La conquête de Batoum et de la Bessarabie était l’un des objectifs de la politique russe9.

  • 10 Yapp M. E., The Making of the Modern Near East, 1792-1923, Londres-New York, 1987, p. 59.
  • 11 Lee D., Great Britain and the Cyprus Convention Policy of 1878, Londres-Cambridge, 1934, p. 33-34.
  • 12 Ibid, p. 52.
  • 13 Medlicott W. N., The Congress of Berlin and after : A Diplomatic History of the Near Eastern Settl (...)

11Au même moment, le besoin d’une seconde base navale en Méditerranée, hormis Malte, s’avérait encore plus important et urgent pour l’Angleterre après la signature du traité de San Stefano et le contrôle de l’Arménie par les Russes. Les Anglais réitérèrent la demande qu’on leur cède une région comme base, contre la promesse d’un soutien militaire à la Turquie en cas de nouvelle offensive des Russes10. Le projet prévoyait la signature d’une alliance défensive de l’Angleterre avec la Turquie, selon laquelle Londres s’engageait à défendre la Porte contre une éventuelle attaque de la Russie11. Plus tard, le 6 mai 1878, le secrétaire à la Guerre, Hardy et le Lord Chancellor Cairns, dans une note adressée au gouvernement russe, soulignaient que la Russie devrait respecter les intérêts britanniques qui impliquaient le canal de Suez, l’Égypte, Constantinople, les Dardanelles et le golfe Persique12. Le 10 mai, Salisbury écrivit à Layard que si la Russie n’abandonnait pas ses conquêtes d’Arménie, l’Angleterre conclurait une alliance avec la Turquie. Une condition importante de cette convention était l’occupation de Chypre13.

  • 14 Hill G., A History of Cyprus, vol. III, Cambridge, 1952, p. 283.
  • 15 Idem.
  • 16 Le Temps, 20 juillet 1878, p. 1 ; Lee D., op. cit., p. 93.
  • 17 Lee D., op. cit, p. 102.

12Le 24 mai, Layard reçut des instructions afin de conclure une alliance avec le Sultan14. Il le menaça en lui indiquant qu’au cas où il n’accepterait pas cette alliance, l’Angleterre ne négocierait plus avec la Russie et, de la sorte, Constantinople et tout l’Empire tomberaient sous les armes russes. Cependant, la Russie, en conquérant de nouveaux territoires au cours de sa progression, exigea le 8 juin la Bessarabie et Batoum15. Au moment où Layard se battait pour mener à bien la convention avec la Porte, Salisbury concentrait tous ses efforts sur les négociations avec la Russie et l’Autriche. Alors que la Russie revendiquait Kars et Batoum, les Anglais signèrent avec le Sultan la convention de Chypre le 4 juin, dans laquelle était mentionnée l’occupation de Kars, de Batoum et d’Ardahan par le Tsar16. La discussion qui eut lieu au sujet de Batoum, le 6 juillet, entre Salisbury et Shuvalov, se poursuivit entre Beaconsfield et Gorchakov du 7 au 9 du même mois17.

  • 18 Hill G., op. cit., p. 286. Le 20 juin, Sir Stafford Nohrcote écrivit à Salisbury que le gouverneme (...)

13L’Angleterre, lorsque son choix s’était porté sur Chypre, avait déjà accepté l’occupation russe de Kars et de Batoum18. Fournier, l’ambassadeur français à Constantinople, écrivit :

  • 19 AMAE, CP Turquie, 418, Thérapia, le 14 juillet 1878, f. 217 v°.

« Prévoyant sans doute qu’elle n’aurait pas le courage de faire ce qu’il fallait, c’est-à-dire la guerre, vraisemblable pour conserver à la Turquie Batoum, Kars et Ardahan déjà sacrifiés à l’entente anglo-russe, elle songeait à trouver pour ses intérêts personnels d’avenir une compensation, une sauvegarde, et elle avait choisi Chypre19. »

  • 20 Ibid, f. 220 r°-v°.

14Le diplomate français ajoutait de manière caractéristique : « Le Sultan était certainement affolé ; il avait besoin d’un sauveur immédiat : l’Angleterre offrait de l’être et faisait ses conditions ; la mise en scène était préparée, elles furent acceptées. Le tour était joué20. »

  • 21 AMAE, CP, Turquie, 418, Thérapia, le 15 juillet 1878, confidentielle, f. 230 r°-231 r°.

15Après quelques jours, le 15 juillet, l’ambassadeur écrivit à son ministre des Affaires étrangères : « Sa conduite [de l’Angleterre] a été appréciée comme peu loyale vis-à-vis de la Turquie aux dépens de laquelle elle a rendu faciles ses arrangements avec la Russie et l’Autriche. » Et il compléta : « L’Angleterre s’était fait d’avance donner la compensation : on se demande si même elle n’était pas, dans le principe, d’accord avec la Russie et avec l’Autriche21. »

16Sur le rapport entre la conquête de Chypre par les Anglais et celle de l’Arménie (Caucase) par les Russes, on peut lire la chose suivante dans le journal Le Temps :

  • 22 Le Temps, 12 juillet 1878, p. 3.

« Forte de son traité du 4 juin et de la possession de l’île de Chypre, l’Angleterre a pu se montrer moins exigeante. Elle se contente, paraît-il quant à la question de Batoum, de la franchise du port, offerte par la Russie. Elle n’insiste pas pour que l’Arménie turque obtienne l’autonomie réclamée par les Arméniens, et elle consent à ce que l’Arménie russe s’étende jusqu’à Olti, c’est-à-dire à moitié chemin entre la forteresse de Kars, devenue russe, et la grande ville ottomane d’Erzeroum. La possession de l’île de Chypre, dont elle fera une station maritime et une base d’opération en cas de guerre en Asie Mineure contre la Russie, lui semble être le contre-poids suffisant des acquisitions faites par les Russes en Arménie22. »

  • 23 Le 7 juillet 1878, Salisbury adressa à Waddington, représentant de la France au Congrès de Berlin, (...)

17L’ambassadeur de France à Berlin, Saint-Vallier, exprima les mêmes inquiétudes que l’ambassadeur français à Constantinople, dans une lettre adressée à Waddington23, en novembre 1878, à la suite d’un entretien avec Bismarck. Le chancelier lui-même lui avait déclaré, entre autres choses :

  • 24 . AMAE, CP, Turquie, 418, Thérapia, le 10 juillet 1878, f. 188 r°.

« Je suis assez mal édifié des dernières et bruyantes manifestations de la politique anglaise à Constantinople, je n’aime pas la diplomatie à la trompette que Beaconsfield met en pratique, j’ai toujours préféré les actes au bruit. […] L’Angleterre avec le Turc est comme un chirurgien qui, pour mieux saigner un malheureux auquel un méchant a rompu les deux jambes, lui casserait aussi les deux bras ; compte sur moi, je vais te venir en aide ; le barbare russe t’a pris Kars et Batoum, je vais te délivrer de Chypre : il te menace en Arménie, je me charge en Syrie ; il a la velléité de t’enlever même ta capitale, je te la prendrai avant lui ; voilà depuis le Congrès de Berlin, le rôle de la diplomatie britannique en Orient24. »

18En deux mots, concernant l’échange russo-britannique, on peut dire que, d’abord, à l’issue de la guerre russo-turque de 1876-1878, le tsar occupait Batoum, Kars, Ardahan et Bayazid. Ensuite, inquiète de l’avancée russe vers les mers chaudes, l’Angleterre réussit à obtenir la révision du traité de San Stefano au Congrès de Berlin. La Sublime Porte céda Chypre au Royaume-Uni en échange de son soutien contre la Russie et en acceptant ainsi le contrôle de Kars, de Batoum et d’Ardahan par les Russes. Ainsi l’Angleterre donna clandestinement à la Russie ce qu’elle lui avait refusé officiellement.

LE FACTEUR AUTRICHIEN ET L’ÉCHANGE BALKANIQUE : LA BESSARABIE ET LA BOSNIE-HERZÉGOVINE OU L’ÉCHANGE RUSSO-AUTRICHIEN

  • 25 Lascaris S. Th., La Question d’Orient, 1800-1923, Thessalonique, 1948, p. 123, 149-150 ; Jelavich (...)
  • 26 Djordjevic D., op. cit., p. 140.

19Avec le traité de Paris de mars 1856 et devant l’insistance de l’Autriche à vouloir éloigner la Russie du Danube, une grande partie de la Bessarabie fut annexée à la Moldavie, laquelle demeurait un État autonome sous la suzeraineté du Sultan25. Mais avec le traité de San Stefano, la Russie imposa à la Turquie une indemnité de guerre de 1 410 000 roubles. Si la Turquie ne pouvait payer, elle se verrait dans l’obligation de céder à la Russie des régions étendues en Asie, au sud du Caucase, ainsi que la Dobroudja en Europe, région que la Russie remettrait ensuite à la Roumanie pour, en échange, recouvrer la partie de la Bessarabie qu’elle avait perdue en 185626.

  • 27 Jelavich B., op. cit., p. 355-356.
  • 28 Lee D., op. cit., p. 81.

20D’après les termes de la convention secrète de Reichstadt de juillet 1876, la Russie annexerait Batoum et la Bessarabie, tandis que l’Autriche s’adjoindrait des régions de la Bosnie-Herzégovine27. Vers le mois d’avril 1878, l’Autriche se mit à exercer des pressions sur le Sultan pour obtenir la Bosnie-Herzégovine et elle demanda à l’Angleterre de l’appuyer dans sa demande28.

  • 29 Douments diplomatiques français, 2e série, t. IV, p. 63-64, Paris, le 15 juillet 1881 ; Le Figaro, (...)
  • 30 Gaud W. A., « The Anglo-Austrian Agreement of 1878 », English Historical Review, XLI (janvier 1926 (...)
  • 31 Lee D., op. cit., p. 53 ; Castellan G., Histoire des Balkans XIVe-XXe siècle, Paris, 1991, p. 327.
  • 32 Ignatieff N., San Stefano, Saint-Pétersbourg, 1916, p. 11-24. Documents diplomatiques français, 2e(...)
  • 33 Malcolm N., Bosnia. A short History, Londres, 1994, p. 132-135 ; Medlicott W. N., op. cit. ; Harri (...)

21Comme nous l’avons vu, au moment ou Layard tentait de mener à bien la convention à propos de Chypre, Salisbury s’efforçait de négocier avec la Russie et l’Autriche29. Il conclut avec cette dernière un accord le 6 juin. Selon la concertation finale avec Andrassy, l’Autriche et l’Angleterre se soutiendraient mutuellement au sujet de la Bosnie et de la Bulgarie30. Le 8 juin, dans le cadre des concessions territoriales, en vertu desquelles la Russie acquit la Bessarabie et Batoum, Shuvalov proposa à Lord Derby que l’Autriche prenne la Bosnie-Herzégovine31. À la veille du traité de San Stefano, la Russie s’assurait donc la neutralité de l’Autriche, consentant à ce que cette dernière annexe des parties de la Bosnie-Herzégovine. La Russie annexait pour sa part la Bessarabie et certaines régions de l’Asie32. Au Congrès de Berlin, l’Angleterre assura le rôle principal de médiateur. L’Autriche annexa donc à son empire les provinces de Bosnie-Herzégovine et la Russie obtint la Bessarabie, ainsi que des territoires du Caucase33.

  • 34 L’ambassadeur de France à Constantinople, Fournier, avait déjà été informé, le 17 juillet par le c (...)

22Avec le traité de Berlin, l’Autriche occupa également le sandjak de Novi Bazar. La conquête de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche pourrait être interprétée comme un épisode de l’échange diplomatique entre les Puissances. Dans ces conditions, l’Autriche aurait dû se sentir neutre ou se satisfaire, d’une part, de l’occupation de Chypre par les Anglais et, d’autre part, de la possession de la Bessarabie et du Caucase du Sud par la Russie, puisqu’elle agissait dans le même sens avec la Bosnie-Herzégovine et le Sandjak de Novi Bazar34.

LES VUES DE L’ANGLETERRE ET DE L’ALLEMAGNE SUR LA CRÈTE : VERS UN ÉQUILIBRE AVEC LA RUSSIE ET L’AUTRICHE ?

  • 35 Le Temps, 2 août 1878, p. 2.
  • 36 Lee D., op. cit., p. 53. Le ministre français des Affaires étrangères avait suggéré, au début de j (...)

23Le Grand Conseil ottoman, avec la prise de Kars et de Batoum par la Russie et la prise de Chypre par l’Angleterre, craignait que ces événements influencent la présence des Russes en Bessarabie et des Autrichiens en Bosnie-Herzégovine. Surtout, il craignait que ces faits puissent conduire d’autres Puissances à demander des concessions territoriales similaires35. L’Angleterre pourrait vouloir rendre aux autres pays la monnaie de leur pièce en occupant aussi une autre île de la Méditerranée comme, par exemple, Rhodes ou la Crète. Les autres pays semblaient tout particulièrement inquiets des vues de l’Angleterre sur la Crète36.

  • 37 Meletopoulos Ch., La diplomatie européenne en Grèce depuis l’époque de Capodistria jusqu’à nos jou (...)
  • 38 AMAE, CP Turquie 418, Thérapia, le 26 juillet 1878, direction politique, n° 118, confidentielle, f (...)
  • 39 Sur l’intérêt de l’Angleterre pour la Crète, voir Kofos E., La Grèce et la Question d’Orient, 1875 (...)

24Londres convoitait cette île depuis les années 1820 et se livrait à des manœuvres diplomatiques afin de créer l’occasion qui permettrait de s’en emparer. Codrington, vainqueur de la flotte turco-égyptienne en 1827, déclara tout net que l’Angleterre visait la Crète37. L’inquiétude de la diplomatie française était vive en raison, d’une part, de la présence navale de l’Angleterre dans les eaux de la Méditerranée orientale et, d’autre part, d’une possible alliance britannique avec la Grèce38. Cette inquiétude était liée au fait que le protocole d’Alep de1878 entérinait la nomination d’une administration grecque et la convocation d’une assemblée. Déjà, il apparaissait que l’Angleterre pourrait se servir du précédent de la Convention sur Chypre pour effectuer un pareil accord en réalisant l’acquisition de la Crète39.

25L’éventualité d’une conquête de la Crète se représenta en 1885. Au lendemain de l’insurrection bulgare, l’Angleterre trouva

  • 40 AMAE, CP, Turquie, 469, Péra, le 3 mars 1886, f. 325 r°. Le ministre britannique des Affaires étra (...)

« […] l’occasion bonne pour pêcher en mer Méditerranée. Le personnage auquel elle confiait la direction de son ambassade à Constantinople devait lui donner toutes les garanties pour faire le “coup”. […] Le point qui doit attirer toutes les convoitises de l’Angleterre est certainement la Crète, qui a une baie admirable et qui est située sur la grande route de Suez à Brindisi. C’est pour elle un point stratégique et de relâche merveilleux ; aussi cherche-t-elle à se rendre compte des dispositions qu’elle rencontrerait auprès des habitants, si elle occupait l’île a titre provisoire ou définitif à la suite d’un nouveau démembrement de l’Empire ottoman40 ».

  • 41 AMAE, CP Turquie, 450, Péra, 1er janvier 1882, confidentiel, f. 8 r°-10 v°.
  • 42 Idem.

26L’Allemagne s’était intéressée, depuis le milieu du XIXe siècle, à cette région de la Méditerranée orientale et à la Crète en particulier. En 1849, il existait un projet allemand d’occupation des trois grandes îles de l’Empire, la Crète, Rhodes et Chypre, de manière pacifique, car ces trois îles ensemble devaient mieux servir la politique coloniale allemande. Dans la période qui suivit le Congrès de Berlin, des rumeurs annonçaient à Constantinople que le Sultan avait promis aux Allemands la Crète et Rhodes. En échange, l’Allemagne devait intervenir auprès de l’Autriche pour que la Bosnie-Herzégovine soit rendue à la Turquie, puisque la Crète était déjà considérée comme perdue aux yeux des Turcs41. D’après des renseignements diplomatiques, le Sultan aurait songé à s’assurer un appui plus effectif de l’Allemagne en l’achetant par des concessions territoriales. Selon Fournier, « il s’agirait d’une transaction analogue à celle qui a fait passer Chypre entre les mains de l’Angleterre, et ce serait la Crète qui ferait cette fois les frais de la nouvelle alliance42 ».

  • 43 Mantran R., op. cit., p. 559.
  • 44 Castellan G., op. cit., p. 336 ; Clogg R., A Concise History of Modern Greece, Cambridge, 1992, p. (...)

27En 1896, un soulèvement se produisit en Crète. Le gouvernement grec envoya des troupes et des navires pour venir en aide aux insurgés. La victoire militaire des Ottomans ne se transforma toutefois pas en succès diplomatique, car les Puissances (Angleterre, France, Italie, Russie) intervinrent en 1898 et imposèrent à la Crète une autonomie administrative sous le contrôle de l’Europe. L’intervention des Puissances aboutit à l’expulsion des forces turques de l’île, laquelle devint indépendante sous la tutelle des grandes puissances. Même si le drapeau turc fut maintenu symboliquement, la Crète était perdue pour l’Empire ottoman. Le prince Georges, le plus jeune fils du roi Georges de Grèce, fut nommé haut-commissaire de la Crète et celleci fut érigée en principauté43. En 1908, la révolution des jeunes Turcs de l’Empire ottoman remit en question le statut de la Crète. Au lendemain de l’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie, l’Assemblée crétoise proclama l’Enosis (octobre 1908) et un Comité exécutif de cinq membres commença à gouverner l’île au nom du roi Georges Ier44.

LE STATUT INTERMÉDIAIRE DE CES RÉGIONS

28Cinq nouveaux territoires échappaient à la juridiction de Constantinople. La Russie s’était emparée de Kars, de Batoum et d’Ardahan en Anatolie orientale, ainsi que de la Bessarabie dans le nord-est des Balkans. L’Autriche s’était emparée de la Bosnie-Herzégovine dans les Balkans occidentaux. L’Angleterre avait gagné Chypre et la Crète, à travers une hégémonie sous la protection des Grands, passa à la Grèce.

  • 45 Hurewitz J. C., Diplomacy, II, p. 95-97 ; Blondy A., « Malte et Chypre. Identité et diversité des (...)

29D’après l’annexe à la convention de Chypre du 1er juillet, il était question que l’Angleterre rende Chypre à l’Empire ottoman si la Russie restituait aux Turcs Kars, Batoum et Ardahan, de même que les conquêtes qu’elle avait effectuées en Arménie lors de la dernière guerre russo-turque (1878). Après la chute du tsar Nicolas II, et la paix de Brest-Litovsk du 3 mars 1918, Lénine céda Batoum, Kars et Ardahan aux Ottomans. Puis, par le traité turco-russe du 16 mars 1921, Ardahan et Kars furent bien rendues à l’Empire. Chypre, quant à elle, demeura sous administration britannique jusqu’en 1960 (en tant que territoire annexé à la Couronne en 1914 et en tant que colonie à partir de 1925)45.

  • 46 Chypre, de même que la Bosnie-Herzégovine, demeurait soumise à la souveraineté nominale du Sultan. (...)
  • 47 Hill G., op. cit., p. 285, qui renvoie à Oppenheim, International Law, I (1928), p. 363.
  • 48 AMAE, CP, Turquie, Thérapia, le 17 juillet 1878, direction politique, n° 113, confidentielle.
  • 49 Ibid. Parallèlement, l’Autriche concluait avec la Sublime Porte « un traité défensif qui l’assurer (...)

30Selon le droit international, dans le cas de Chypre, entre 1878 et 1914 et dans celui de la Bosnie-Herzégovine, entre 1878 et1908, ces territoires furent cédés pour des raisons d’ordre pratique, même si, juridiquement, ils continuaient d’appartenir à leur précédent détenteur46. Mais il est certain que la seule souveraineté exercée sur ces territoires était celle de l’État chargé de leur administration, soit dans les deux cas présents de l’Angleterre et de l’Autriche respectivement47. Dans le cas de la Bosnie-Herzégovine, l’Autriche s’engageait à occuper temporairement ces régions « jusqu’au rétablissement d’un ordre de choses régulier et durable48 ». L’Angleterre et l’Autriche assuraient que l’occupation de Chypre et de la Bosnie-Herzégovine n’était que temporaire, mais elles ne désignaient pas de terme fixe. En même temps, les deux Puissances européennes établirent des alliances défensives avec la Turquie. L’Angleterre, avec l’occupation de Chypre, se présentait comme la protectrice de la Turquie d’Asie face à la boulimie russe et l’Autriche devenait le défenseur de la Turquie d’Europe face aux revendications de la Serbie, du Monténégro et de la Russie49.

31Le congrès de Berlin du 13 juin 1878 accorda à l’Autriche-Hongrie le droit d’administrer la Bosnie-Herzégovine à titre provisoire, pour trente ans. Le même traité réserva un statut mixte à la Bosnie-Herzégovine et à Chypre, qui dura pour la première jusqu’en 1908 et, pour la seconde, jusqu’en 1914 : souveraineté de droit maintenue à l’Empire ottoman, mandat confié à l’Autriche-Hongrie dans le cas de la Bosnie-Herzégovine. En 1908, le chancelier autrichien Aerenthal, en accord avec le chef d’état-major général, décida l’annexion pure et simple de la Bosnie-Herzégovine, provoquant ainsi une crise diplomatique européenne. Le pays devint un foyer de tensions aiguës : en 1914, l’assassinat à Sarajevo du prince héritier autrichien Francois-Ferdinand fut l’étincelle qui déclencha la Première Guerre mondiale.

32On peut résumer, en quelques lignes les faits exprimés plus haut :

33Ces acquisitions, comme nous l’avons vu, pouvaient se ranger dans le cadre d’un échange et elles avaient comme répercussions d’autres conquêtes. Ainsi l’aspect géopolitique de la question de Chypre, de la Bosnie-Herzégovine, de la Bessarabie et du Caucase du Sud, dépassait de loin les étroites limites géographiques de chacun de ces territoires.

34Entre 1878 et 1914, l’Empire ottoman se trouvait dans un espace intermédiaire et neutre. Dès que l’une des deux grandes puissances (la Russie et la Grande-Bretagne) étendait un peu plus son hégémonie dans cette zone neutre, l’autre répondait aussitôt de la même manière.

35Sur le plan local, l’Autriche doit être considérée comme une puissance régionale balkanique. L’Autriche se mit en effet aussi à exercer des pressions sur le Sultan et elle demanda à l’Angleterre et à la Russie de l’appuyer dans sa demande. Ainsi, elle s’adjoindrait des régions de la Bosnie-Herzégovine.

36Les territoires dont il est ici question furent cédés par la Porte pour des raisons d’ordre pratique, parce que le Sultan voulait sauver son Empire. Pourtant, dans trois cas (Bosnie-Herzégovine, Crète et Chypre), juridiquement, ils continuaient d’appartenir à leur précédent détenteur, l’Empire ottoman.

37Nous avons donc, dans cette étude, comparé les cinq cas, dans le cadre des relations internationales, du compromis et des équilibres entre les Grandes Puissances dans l’espace de l’Empire ottoman en voie de décadence. En même temps, les Grandes Puissances exprimaient leur volonté politique d’assurer la continuation de la vie d’un Empire ottoman faible, pour servir leurs intérêts.

Notes

1 Voir Geyer G., Russian Imperialism : The interaction of Domestic and Foreign Policy 1860-1914, New York, 1987 ; Hanner M., What is Asia for Us ? Russian’s Asian Heartland Yesterday and Today, Boston, 1990 ; Parker G., The Geopolitics of Domination, Londres, 1988 ; Rossos A., Russia and the Balkans. Inter-Balkan rivalries and Russian foreign policy 1908-1914, Londres, 1981.

2 Mantran R. (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, p. 421 sqq. ; Anderson M. S., The Eastern Question, 1774-1923, Londres-New York, 1966.

3 Mantran R., op. cit., p. 270 et p. 432-446 ; Seton-Watson R. W., Disraeli, Gladstone and the Eastern Question : A Study in Diplomacy and Party Politics, Londres, 1962, p. 18 ; Sumner B. H., Russia and the Balkans, 1870-1880, Oxford, 1937, p. 154, p. 177.

4 Djordjevic D., Révolutions balkaniques des peuples balkaniques, 1804-1914, Belgrade, 1965, p. 129-130.

5 Mantran R., op. cit., p. 513-516.

6 Sumner B. H., op. cit., p. 596-601 ; Pribram A., The Secret Treaties of Austrian-Hungary, 1879-1914, II, Cambridge, 1921, p. 203.

7 Bérenger J., Histoire de l’Empire des Habsbourg, 1273-1918, Paris, 1990, p. 697-698.

8 Mantran R., op. cit., p. 521.

9 British Documents on Foreign Affairs, vol. 4, p. 18, most confidential, The Earl of Derby to Mr Layard, Foreign Office, June 12, 1877 ; Le Figaro, 24 juillet 1878, p. 1.

10 Yapp M. E., The Making of the Modern Near East, 1792-1923, Londres-New York, 1987, p. 59.

11 Lee D., Great Britain and the Cyprus Convention Policy of 1878, Londres-Cambridge, 1934, p. 33-34.

12 Ibid, p. 52.

13 Medlicott W. N., The Congress of Berlin and after : A Diplomatic History of the Near Eastern Settlement, Londres, 1938, p. 21 ; Lee D., op. cit., p. 80 ; Ferro M., Histoire des colonisations, des conquêtes aux indépendances, XIIIe-XXe siècle, Paris, 1994, p. 132.

14 Hill G., A History of Cyprus, vol. III, Cambridge, 1952, p. 283.

15 Idem.

16 Le Temps, 20 juillet 1878, p. 1 ; Lee D., op. cit., p. 93.

17 Lee D., op. cit, p. 102.

18 Hill G., op. cit., p. 286. Le 20 juin, Sir Stafford Nohrcote écrivit à Salisbury que le gouvernement anglais avait vendu Kars et Batoum pour garantir l’affaire de Chypre.

19 AMAE, CP Turquie, 418, Thérapia, le 14 juillet 1878, f. 217 v°.

20 Ibid, f. 220 r°-v°.

21 AMAE, CP, Turquie, 418, Thérapia, le 15 juillet 1878, confidentielle, f. 230 r°-231 r°.

22 Le Temps, 12 juillet 1878, p. 3.

23 Le 7 juillet 1878, Salisbury adressa à Waddington, représentant de la France au Congrès de Berlin, un document dans lequel il justifiait l’occupation de Chypre. La lettre confidentielle de Lord Salisbury à Waddington figure dans : Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques français, 1871-1914, t. II, p. 304-305.

24 . AMAE, CP, Turquie, 418, Thérapia, le 10 juillet 1878, f. 188 r°.

25 Lascaris S. Th., La Question d’Orient, 1800-1923, Thessalonique, 1948, p. 123, 149-150 ; Jelavich B., History of the Balkans, Eighteenth and Nineteenth Centuries, I, Cambridge-New York, 1963, p. 288.

26 Djordjevic D., op. cit., p. 140.

27 Jelavich B., op. cit., p. 355-356.

28 Lee D., op. cit., p. 81.

29 Douments diplomatiques français, 2e série, t. IV, p. 63-64, Paris, le 15 juillet 1881 ; Le Figaro, 24 juillet 1878, p. 1 ; Le Temps, 20 juillet 1878, p. 1.

30 Gaud W. A., « The Anglo-Austrian Agreement of 1878 », English Historical Review, XLI (janvier 1926), p. 108-112.

31 Lee D., op. cit., p. 53 ; Castellan G., Histoire des Balkans XIVe-XXe siècle, Paris, 1991, p. 327.

32 Ignatieff N., San Stefano, Saint-Pétersbourg, 1916, p. 11-24. Documents diplomatiques français, 2e série, t. II p. 353-354, Le Caire, 12 juillet 1878, confidentiel ; voir également le Temps, 17 juillet 1878, p. 2, Lettres d’Autriche-Hongrie : « Le protectorat anglais sur la Turquie d’Asie d’une part et le protectorat austro-hongrois sur la Turquie d’Europe d’autre part permettraient à la monarchie des Habsbourg de restreindre davantage encore le rayon de l’influence russe sur le nord de la presqu’île des Balkans. Le comte Andrassy était en train de préparer à Constantinople la contre partie du traité anglo-turc. Il n’est point question dans tout cela de l’alliance des Trois qui se trouverait dans ces conditions, l’Autriche-Hongrie croyant le moment venu de faire une entente anglo-autrichienne fondée sur l’occupation parallèle de la Bosnie et de l’île de Chypre. »

33 Malcolm N., Bosnia. A short History, Londres, 1994, p. 132-135 ; Medlicott W. N., op. cit. ; Harris D., Diplomatic History of the Balkan crisis 1875-8. The first year, Stanford, 1936 et, id., Russia and the Balkans, 1870-1880, Oxford, 1937.

34 L’ambassadeur de France à Constantinople, Fournier, avait déjà été informé, le 17 juillet par le comte Zichy, que les négociations de la Sublime Porte avec l’Autriche, entre le comte Andrassy et Karateodori Pacha, progressaient de manière satisfaisante et qu’elles étaient en voie d’achèvement AMAE, CP, Turquie, Thérapia, le 17 juillet 1878, direction politique, n° 113, confidentielle.

35 Le Temps, 2 août 1878, p. 2.

36 Lee D., op. cit., p. 53. Le ministre français des Affaires étrangères avait suggéré, au début de juin 1878, une occupation anglo-française de l’Égypte et de la Syrie avec la Crète et Chypre comme postes avancés.

37 Meletopoulos Ch., La diplomatie européenne en Grèce depuis l’époque de Capodistria jusqu’à nos jours (en grec), Athènes, 1888, p. 69.

38 AMAE, CP Turquie 418, Thérapia, le 26 juillet 1878, direction politique, n° 118, confidentielle, f. 291 r°.

39 Sur l’intérêt de l’Angleterre pour la Crète, voir Kofos E., La Grèce et la Question d’Orient, 1875-1881, (en grec), Athènes, 2001, p. 115-116.

40 AMAE, CP, Turquie, 469, Péra, le 3 mars 1886, f. 325 r°. Le ministre britannique des Affaires étrangères savait que le Sultan se trouvait en grande difficulté et qu’il craignait une nouvelle agitation à l’intérieur de son Empire. Il savait aussi qu’il serait prêt à sacrifier la Crète en faveur de la paix, si bien sûr l’Angleterre pouvait la lui garantir. L’Angleterre exploitait également, selon le diplomate français, les difficultés financières du Trésor ottoman qui était en quête de prêteurs. Et le diplomate de conclure que l’attitude de l’Angleterre éveillait l’inquiétude, car, « on parle d’achat, d’échange, d’occupation de la Crète » (AMAE, CP, Turquie, 469, Péra, le 3 mars 1886, f. 326 r°).

41 AMAE, CP Turquie, 450, Péra, 1er janvier 1882, confidentiel, f. 8 r°-10 v°.

42 Idem.

43 Mantran R., op. cit., p. 559.

44 Castellan G., op. cit., p. 336 ; Clogg R., A Concise History of Modern Greece, Cambridge, 1992, p. 93-104 ; Dakin D., The Unification of Greece, 1770-1923, Londres, 1972, p. 149-152, p. 190-191.

45 Hurewitz J. C., Diplomacy, II, p. 95-97 ; Blondy A., « Malte et Chypre. Identité et diversité des destins de deux îles de Méditerranée », El Mediterraneo confluencia de culturas, Almeria, 2002 : « Et pourtant, aujourd’hui, ces deux îles [Chypre, Malte] sont les deux seules îles-États de Méditerranée, après avoir été, si l’on excepte Gibraltar, les deux dernières régions européennes colonisées par une autre puissance d’Europe jusque dans les années 1960. » Id., « Chypre ou l’Europe aux portes de l’Orient », Cahiers de la Méditerranée, Modernité et Insularité en Méditerranée, n° 68, Nice, 2004, p. 59-74, où on lit « Chypre a été, avec Malte, un pays européen colonisé par un autre pays européen » (p. 73).

46 Chypre, de même que la Bosnie-Herzégovine, demeurait soumise à la souveraineté nominale du Sultan. Les Chypriotes et les Bosniaques-Herzégoviniens restaient sujets ottomans, voir Drevet J. V., Chypre en Europe, Paris, 2000, p. 55-56. Dans le cas de Chypre, les conditions de son transfert furent définies par trois conventions secrètes préparées à Constantinople entre l’Empire ottoman et le gouvernement britannique. Signées le 4 juin, le 1er juillet et le 1er août 1878, elles organisaient le nouveau statut de l’île, occupée et administrée par le Royaume-Uni (Accounts and Papers, LXXXII, 1878, C. 2057).

47 Hill G., op. cit., p. 285, qui renvoie à Oppenheim, International Law, I (1928), p. 363.

48 AMAE, CP, Turquie, Thérapia, le 17 juillet 1878, direction politique, n° 113, confidentielle.

49 Ibid. Parallèlement, l’Autriche concluait avec la Sublime Porte « un traité défensif qui l’assurerait contre l’ambition de la Serbie et du Monténégro, unis ensemble ou avec la Russie ». L’ambassadeur français s’inquiétait de ce que l’Angleterre et l’Autriche puissent revendiquer le rôle de puissances protectrices de Constantinople et de la Roumélie, car alors, elles pourraient chercher à jouer un rôle plus actif dans la question grecque qui, jusqu’alors, occupait la France et l’Italie.

Auteur

Docteur en histoire contemporaine,
diplomate, représentation permanente de Chypre auprès de l’Union européenne à Bruxelles

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540