Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

L’ordre nazi du « grand espace » : réflexions sur un imaginaire totalitaire transnational

Bernard Bruneteau

Texte intégral

1Entre 1933 et 1939, l’Allemagne nazie a procédé à une véritable révolution diplomatique en ruinant, outre le paysage politique et territorial de Versailles, la conception classique du droit international à partir d’une foule de notions et concepts trans-et supra-nationaux (Reich, Mitteleuropa, Völkerrecht, Grossraum). Critiquant la « société » des États au nom des « communautés » organiques intérieures et supérieures, cette conception, rationalisée et légitimée par nombre d’éminents juristes et historiens allemands du temps, a eu une fonction éminemment dissolvante pour l’ordre fondé depuis le XVIIIe siècle sur le concept de souveraineté des États (et donc sur la notion de frontière). Cet exemple incite à réfléchir sur l’une des composantes du défi totalitaire du XXe siècle et son irréductibilité à l’ordre national-démocratique.

  • 1 On se référera à l’ouvrage de Weinberg Gerhard L., The Foreign Policy of Hitler’s Germany. Diploma (...)

2Avant de fouler sous le poids de ses divisions blindées les frontières des États européens, le IIIe Reich les a progressivement délégitimées au nom de considérations géographiques, historiques et juridiques toutes investies par l’idéologie. Il s’agira donc ici d’inventorier et de clarifier les conceptions et représentations qui, entre 1933 et 1939, ont visé à la destruction de l’ordre politique et territorial de Versailles et, au-delà, à remettre en question la notion même d’un droit international fondé sur l’État-nation souverain. C’est à ce titre que l’expression de « révolution diplomatique » trouve pleine justification1. Mais pour mieux en comprendre l’ampleur et l’efficacité, la dynamique de l’offensive politique et intellectuelle nazie doit être reliée à trois ordres de phénomènes.

  • 2 Arendt Hannah, Les origines du totalitarisme. L’impérialisme, Paris, Seuil, 1997, p. 243.

3On doit tout d’abord prendre en compte l’apparition dans l’Europe d’après la Première Guerre mondiale de deux groupes humains inédits, consécutivement aux crises révolutionnaires, à l’éclatement des empires multinationaux et à la création de nouveaux États unitaires : les exilés sans patrie et les minorités. Du fait de leur situation transnationale, ces individus avaient perdu la protection des droits de l’Homme, ces droits conçus comme inaliénables mais en fait attachés à la citoyenneté depuis 1789. Avec ces groupes, écrit Hannah Arendt, « c’était un élément de désintégration tout à fait nouveau qui était introduit dans l’Europe d’après-guerre. La « dénationalisation » devint une arme puissante entre les mains de la politique totalitaire et l’incapacité constitutionnelle des États-nations européens à garantir les droits humains à ceux qui avaient perdu les droits garantis par leur nationalité permit aux gouvernements persécuteurs d’imposer leurs modèles de valeur même à leurs adversaires2 ».

  • 3 Hitler Adolf, Mein Kampf, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1934, p. 647.

4Il est nécessaire en second lieu d’apprécier le contexte allemand et de mesurer le poids du sentiment révisionniste – la révision des frontières de Versailles – dès les premières années de Weimar. Ce sentiment partagé dans toute la société explique l’assentiment postérieur de l’opinion, en particulier celui des intellectuels les plus intéressés aux questions internationales, aux initiatives de politique étrangère d’Hitler. Même si, comme on le sait, ce dernier s’était emporté dans Mein Kampf contre le manque d’ambition d’une « bourgeoisie nationale » faisant du retour aux frontières de 1914 le seul horizon de sa politique. « La prétention de rétablir les frontières de 1914 », écrit le futur dictateur, « est une insanité politique par ses proportions et ses conséquences, qui la révèlent comme un véritable crime. Soit dit sans compter que les frontières du Reich, en 1914, étaient rien moins que logiques. En réalité, elles ne groupaient pas tous les hommes de nationalité allemande et elles n’étaient pas non plus rationnelles au point de vue stratégique3 ».

  • 4 Stirk Peter M. R., « Authoritarian and National Socialist conceptions of Nation, State and Europe  (...)

5Il s’agit enfin de rappeler la particularité du système de pouvoir nazi, caractérisé non pas par une structure monolithique et pyramidale mais par une réalité polycratique souvent génératrice d’anarchie et d’incohérence. Ainsi, dans le domaine qui nous concerne – l’organisation de l’espace européen –, des conceptions concurrentes ont pu apparaître au gré des supports théoriques des multiples centres de pouvoir : les revues académiques de droit, les revues de géopolitique, dont celle de Karl et Albrecht Haushofer soutenus par Rudolf Hess, les publications liées au ministère des Affaires étrangères, la revue de Goebbels (Das Reich), les productions du parti (de l’Amt Rosenberg), celles enfin des instituts SS (en particulier celui de l’université de Kiel dirigé par Werner Best). La diversité est réelle entre tenants de l’idée germano-nordique, propagandistes de l’idée de Reich et théoriciens du « Grand espace », même si quelques points clés concernant les relations entre race, Volk et État orientent vers une commune négation de l’État-nation territorial à la « française4 ».

6C’est à partir de cet arrière-plan que l’on doit saisir l’entreprise de délégitimation du droit international classique qui conduit à la remise en cause de l’État territorial d’Europe centrale, avant de faire l’inventaire des notions et concepts habilités par la « science » géopolitique et juridique nazie à fonder un espace transnational propice à l’établissement d’une hégémonie, qu’il s’agisse des outils traditionnels d’un « néo-pangermanisme » ou de la construction juridico-économique ambitieuse du Grossraum.

LA DÉLÉGITIMATION DU TRADITIONNEL DROIT DES GENS

  • 5 Dupuy René-Jean, Le droit international, Paris, PUF, 2004 (12e éd.), p. 20.

7Le droit international se définit par nature comme universel. Il est bâti par ailleurs sur la souveraineté et l’égalité des États. Ce sont ces fondations et ces principes qui vont être l’objet d’une remise en cause radicale à partir de 1933. D’un côté, le régime hitlérien va refuser un droit inspiré à ses yeux par un même bloc socio-idéologique d’inspiration démo-libérale incarné par la SDN. De l’autre, il va se revendiquer comme l’auteur d’un autre droit en définissant de nouvelles normes exprimant une légitimité (celle des « peuples ») opposée à la légalité du moment (celle des États). Ce qui est donc en jeu avec cette prétention à un ordre juridique pluraliste, c’est la conception moniste des rapports entre droit interne et droit international, avec primauté de ce dernier, comme l’a affirmée l’école normativiste de l’entre-deux-guerres, celle de Hans Kelsen et Georges Scelle5, juristes démocrates voués comme tels aux gémonies par les gardiens du nouveau droit allemand.

  • 6 « L’État n’est pas un but, mais un moyen. Il est bien la condition préalable mise à la formation d (...)
  • 7 Gott Virginia L., « The national socialist theory of international law », The American Journal of (...)

8La critique de la conception classique du droit international est d’abord facilitée par le primat donné, dans la conception du monde hitlérienne, à ces entités prépolitiques radicalement antagoniques de l’idée d’État que sont le Volk (peuple-race) et la Volksgemeinschaft (communauté du peuple). Exprimant un ordre de fait « naturel » et intemporel, ces entités cantonnent l’État, sa forme comme son développement, dans un rôle secondaire, le rendant même à une existence historique purement transitoire6. Les conséquences sur la conception du droit sont décisives. En premier lieu, ce n’est pas la territorialité qui définit l’appartenance à une communauté politique mais le lien de sang avec le peuple. Consécutivement, la base du droit n’est pas la norme abstraite de l’Humanité mais la réalité concrète de chaque Volk défini par son « droit naturel » (biologique) et exprimant son droit à l’existence, certains peuples ayant plus de droits que d’autres dans la lutte pour la vie7. Il en résulte que le sujet légitime du droit international n’est pas l’État statique mais le Volk dynamique, et que donc ce n’est pas l’État qui est souverain mais le Volk. Et cela vaut pour l’Allemagne comme pour les autres peuples. Les propos d’Hitler sont clairs :

  • 8 Hitler Adolf, op. cit., p. 651.

« Les frontières de l’Allemagne sont des limites fortuites et momentanées au cours de l’éternelle lutte politique. Il en est de même des frontières délimitant l’habitat des autres peuples. Et tout comme la configuration de notre surface terrestre ne peut apparaître immuable comme le granit qu’à un étourdi imbécile – alors qu’en réalité chaque instant ne nous montre de sa constante évolution qu’une apparente immobilité, fruit du travail incessant des forces de la nature, détruite ou changée demain par des forces plus puissantes – il en est de même dans la vie des peuples, des frontières qui les séparent8. »

  • 9 Gott Virginia L., art. cit., p. 708.

9L’accent mis sur le Volk mobile et évolutif permet ainsi aux juristes du IIIe Reich de se faire les interprètes d’une interprétation « dynamique » du droit, jugée plus propice aux exigences de la justice (la réparation du Diktat de Versailles), c’est-à-dire aux droits de la nouvelle Allemagne. Il permet surtout à ceux-ci de dénier à l’ordre international son caractère de « communauté » et de le peindre au contraire comme une « société », selon le sens que le sociologue Tönnies avait donné à ce couple d’opposition à la fin du XIXe siècle. Pour Hans Helmut Dietze, l’un des plus représentatifs de ces juristes, la « société » internationale en question n’est qu’une synthèse a posteriori, un artefact fondé sur l’individualisme et l’égoïsme de ses membres à la différence de la « communauté », synthèse a priori9. On puise aisément dans le contexte du moment des éléments tendant à ruiner l’essence supposée communautaire de l’ordre international en place : l’affirmation par exemple que tous ses membres ne sont pas égaux en droit (les pays lésés par un traité de Versailles qui bafoue leur droit à l’existence, à l’égalité et à la souveraineté) ; le fait que certains de ses membres sont illégitimes (comme l’URSS qui rompt par son idéologie la fameuse unité de croyances et de principes). Le but avoué est d’évoluer vers un nouveau droit international où les « peuples » (Völker) et les « communautés ethniques » (Volksgruppen), jugés seules véritables entités « naturelles », seraient aussi, à égalité avec les États dans un premier temps avant de les supplanter dans un second, des sujets de plein droit, des communautés de droit public. La mission du droit international revu et corrigé par le IIIe Reich serait alors d’en défendre la différence, l’autonomie, bref la « personnalité ». On oppose ainsi à Berlin un « droit des peuples » (Völkerrecht) à celui des États, ceux qui peuplent la Société des Nations honnie pour légitimer et perpétuer l’ordre de Versailles. Les titres des revues les plus influentes se font l’écho de cet antagonisme que l’on veut radical : Völkerrecht und Völkerbund (Droit des peuples et Société des Nations), Nation und Staat (Nation et État).

  • 10 Weibel Ernest, Histoire et géopolitique de l’Europe centrale, Paris, Ellipses, 2004, chap. 15.
  • 11 Mouton Marie-René, « La SDN et la protection des minorités nationales en Europe », Relations inter (...)
  • 12 « Le germanisme existe en dehors de l’histoire, écrit Jacques Bainville, au-delà des frontières et (...)
  • 13 Cité dans Gerbet Pierre, Le rêve d’un ordre mondial de la SDN à l’ONU, Paris, Imprimerie nationale (...)

10La remise en cause du statut des États territoriaux de la nouvelle Europe centrale née lors des traités de paix est le débouché logique de ce « droit des peuples » en action. On le sait, les traités ont accouché d’États où les groupes minoritaires (parmi lesquels se comptent quinze millions d’Allemands) sont nombreux : 15 % de la population en Yougoslavie, 25 % en Roumanie, un tiers en Tchécoslovaquie et en Pologne10. La protection et la garantie des droits des minorités devinrent ainsi l’une des attributions de la SDN, une tâche que cette dernière accomplit plutôt bien dans les années 1920. À tel point que l’Allemagne de Weimar se fit l’un des plus ardents défenseurs de l’extension des compétences de l’organisation internationale en la matière11. Mais le danger potentiel de déstabilisation de l’ordre établi en 1919 était réel, ce que martelait l’historien de l’Action française Jacques Bainville12, et que soulignait Aristide Briand en septembre 1928 devant l’assemblée de la SDN : « Il ne faut pas que la question des minorités devienne une sorte de levier destiné à ébranler les États et à troubler la paix13

  • 14 Soutou Georges-Henri, « 1914 : vers la guerre de Trente Ans ? La disparition d’un ordre européen » (...)
  • 15 On lira ses articles fondés sur l’opposition entre une « méthode française » et une « méthode alle (...)
  • 16 Sur la revue Nation und Staat, voir MINOW Hans Rüdiger et Goldenbach Walter von, D’une guerre à l’ (...)
  • 17 Loesch Karl C. von, « Volkspolitik und Reichspolitik », Volk und Reich, 9, 1933 ; Boehm Max Hildeb (...)

11C’est ce levier que va utiliser l’Allemagne nazie en utilisant à fond l’argument du nécessaire pluralisme du droit international, en l’occurrence l’adéquation du « droit des peuples » à la réalité ethnoculturelle concrète et complexe de l’Europe centrale et orientale. L’efficacité de cette revendication juridico-politique au sein des populations intéressées (Allemands en premier lieu, mais aussi Hongrois, Slovaques, Ruthènes, Croates) se relie au fait que la SDN protège les droits individuels des membres des minorités et non les droits collectifs. Cela découle de la conception de l’État imposée par les traités de paix à l’Europe centrale, à savoir un État-nation « modèle 1789 », une « communauté de citoyens » ne reconnaissant pas les groupes ethniques intermédiaires et ce à la différence de la conception germanique traditionnelle14. La revue francophone L’Europe centrale, dirigée de Prague à partir de 1926, exprimera jusqu’à Munich cette conception politique et territoriale de la nation. Le géographe Jacques Ancel y défendra régulièrement la légitimité d’Etats modernes fondés sur des cadres naturels et des majorités civiques15. Née également en 1926, sous la République de Weimar qui l’a financée à ses débuts, connaissant sa pleine influence après 1933, Nation und Staat, « revue pour le problème des minorités », confronte au contraire de façon virulente citoyenneté (artificielle) et ethnicité (naturelle), en étant de surcroît l’organe unificateur d’un « Congrès européen des nationalités » en lutte contre « les conceptions périmées de l’État-nation ». On y lit ainsi en mars 1938 que « l’Europe devra se servir des peuples comme pierres de construction, sinon elle ne se renouvellera pas et ne recouvrera pas ses forces16 ». En exacerbant les tensions inter-communautaires et en perturbant les relations centre-périphérie des États d’Europe centrale et orientale, la crise économique des années 1930 va donner au « droit des peuples » nazi l’allure d’une solution alternative légitime pour nombre d’intellectuels organiques des minorités de ces régions. Toute une branche de la science juridique allemande s’essaie alors à définir un droit de la « communauté ethnique » pour la « deuxième Europe » en lieu et place de la conception française de l’État et du système de protection internationale de Genève. Ni citoyens d’État ni individus aux droits reconnus par un droit international universaliste, les membres des minorités sont définis comme des Volksgenosse (compagnons de race). Tour à tour les juristes Karl C. von Loesch, Max Hildebert Boehm, Kurt Rabl et Hans Keller établissent les bases juridiques et intellectuelles de la destruction des souverainetés étatiques entérinées en 1919 au nom d’un « espace pluriethnique » centre-européen à respecter et à protéger17.

12Mais si le droit des « peuples » ou des « communautés ethniques » fraye ainsi sa voie entre théorie, propagande et politique d’État, c’est qu’il existe à la disposition de ces juristes-idéologues des concepts spatiaux permettant d’imaginer le dépassement de l’État territorial traditionnel. Certains, issus du passé pangermaniste, vont se voir adaptés aux canons idéologiques du régime. D’autres, construits pour la circonstance, vont émerger en rationalisant « scientifiquement » une pratique politique de plus en plus agressive.

LA RÉNOVATION DU PANGERMANISME

  • 18 Ancel Jacques, Slaves et Germains, Paris, Armand Colin, 1945, p. 195-200. L’ouvrage se trouvait en (...)

13Des supports conceptuels issus de l’arsenal idéologique du pangermanisme permettent de penser le nouvel ordre international rêvé par le Troisième Reich, ordre où se dissoudrait l’État-nation classique. Jacques Ancel a logiquement parlé à propos de ce recyclage d’un « néo-pangermanisme18 ». Il s’agit essentiellement de la remise aux normes du jour par l’histoire et la géopolitique des concepts de Reich et de Deutschtum.

  • 19 Cité dans Griffin Roger, Fascism, Oxford-New York, Oxford University Press, 1995, p. 152-153.

14L’héritage spirituel du Reich médiéval était toujours présent dans l’Allemagne du début du XXe siècle. Il s’est exprimé par exemple dans l’œuvre du poète Stephan Georges (avec la notion de « nouveau Reich ») et surtout dans celle de Moeller van den Bruck annonçant, en 1923, la venue d’un « troisième Reich ». L’hostilité des idéologues nazis, celle en particulier d’Alfred Rosenberg, à l’égard d’une structure historique jugée marquée par l’universalisme chrétien n’en était pas moins réelle. D’où la nécessaire adaptation de cette idée à la réalité nationaliste et impérialiste du Reich hitlérien. Trois œuvres d’historiens, publiées à un moment où la Realpolitik nazie se fait de plus en plus brutale, illustrent cette adaptation. C’est tout d’abord Christoph Steding qui, en 1938, évoque une culture européenne « malade » d’avoir laissé conspirer tout au long de son histoire les forces hostiles à l’idée unitaire, soit toutes celles qui révèlent une « sémitisation intérieure ». Jeune historien de 35 ans, l’auteur du Reich et la maladie de l’Europe entend « inventorier la relation entre la vieille Europe, encore pré-bismarckienne et déjà pré-hitlérienne, et la nouvelle Europe forgée par Bismarck et Hitler » avec l’ambition d’éclairer « la connaissance sur ce qui combat la maladie et l’éradique, […] quelque chose à portée de main et immédiatement restaurable : le Reich en tant que quintessence de la santé de l’Europe19 ». On comprend que ce type de « recherche » ait intéressé au plus haut point Himmler et Heydrich qui y virent une rationalisation historique commode de leur vision d’un empire germanique racialement « sain » à créer sur les décombres d’une Europe libérale « dégénérée ». Avec Hans Keller et son Gegenreich, Frankreich (La France contre l’État universel) qui se veut, en 1935, une histoire comparée objective du droit public français et allemand, l’ennemi de la tradition européenne de Reich est nommé expressément. C’est la France qui a historiquement travaillé sans relâche à ruiner la conception allemande d’un ordre occidental organique unifié par la raison et le sentiment au profit d’un nationalisme étroit et borné.

  • 20 Cité par le germaniste Albert Rivaud qui fait une critique dévastatrice de l’ouvrage dans le numér (...)

« Quand Philippe le Bel et ses prédécesseurs veulent entraîner l’Allemagne dans une guerre sainte contre les Infidèles, quand Henri IV se pose en champion de la liberté allemande, et veut unifier l’Europe, quand l’absolutiste Louis XIV veut gagner le cœur des Allemands en qualité d’héritier supposé de Charlemagne, quand la “grande” Révolution leur promet liberté, égalité, fraternité ; quand la Troisième République nous dispense les bienfaits de la démocratie ; sous tous ces vêtements multiples et contradictoires, nous te reconnaissons, ô France, Antireich20 ! »

  • 21 Cité par Lavastine Philippe, « La mission du Reich », Deutschland-Frankreich, n° 1, 1942, p. 152.

15Mais ce que veut surtout démontrer Hans Keller, c’est que l’idée moderne d’Empire universel, loin de devoir quoique ce soit au Christianisme, est d’émanation allemande, contraire donc dans son essence à l’esprit romain incarné par la France. La réinsertion de l’idée traditionnelle de Reich dans l’idéologie nazie s’opère enfin pleinement en 1940 avec une œuvre pleinement de circonstance, celle de Karl Richard Ganzer : Das Reich als europäische Ordnungsmacht (Le Reich comme puissance ordonnatrice de l’Europe). Plongée sélective dans l’histoire européenne, l’ouvrage fait du Reich la mission, le devoir et la raison d’être de l’Allemagne, analysant toutes les « défaites » passées de cette dernière comme étant d’abord celles de l’Europe. C’est donc au nom de son devoir historique traditionnel que l’Allemagne nazie liquide le chaos intergouvernemental né avec le traité de Westphalie. « L’Europe qui vient de s’écrouler, écrit l’historien, était une Europe illusoire. Et ne sait-on pas qu’entre les illusions et les devoirs, la lutte est engagée depuis le début du monde21 ? » La qualification juridique officielle de l’État national-socialiste comme « Reich » et non plus « Troisième Reich » qui s’opère alors conclut le processus de « naturalisation » de cette notion éminemment prénazie à l’origine.

  • 22 Dufay Alexandre, La géopolitique, Paris, PUF, 2005, p. 17-18.
  • 23 Voir Elvert Jürgen, Mitteleuropa !, op. cit., p. 80-85.
  • 24 Ibid., p. 151-159.
  • 25 Voir Ingrao Christian, « Culture de guerre, imaginaire nazi, violence génocide. Le cas des cadres (...)
  • 26 Sur cette politique, on verra Lumans Valdis E., Himmler’s auxilliaries. The Volksdeutsche Mittelst (...)
  • 27 Ainsi Beuve-Méry Hubert, « Endiguera-t-on le flot hitlérien ? », Politique, n° 7, juillet-août 193 (...)

16L’instrumentalisation de la notion de Deutschtum (l’espace de germanité, linguistique et culturelle) a principalement été le fait de la géopolitique. Si cette discipline est florissante sous le régime hitlérien, on doit rappeler qu’elle a acquis ses lettres de noblesse avant 1914 au temps où Friedrich Ratzel, inventeur en 1901 de la notion de « Lebensraum », niait le principe des nationalités d’Europe centrale au nom de la loi des « espaces croissants22 ». Elle a surtout rencontré l’opinion publique pendant le premier conflit mondial lorsque des millions de soldats allemands ont d’une certaine manière découvert concrètement les minorités allemandes d’Europe centrale et orientale. C’est pour ces raisons que la géopolitique se légitime aisément au cours des années 1920 en se faisant l’instrument de critique « scientifique » du Diktat de Versailles qui a fait passer de 28 % à 34 % la fraction de l’aire linguistique allemande située en dehors des limites du Reich (soit 15 millions d’individus au sein de douze États limitrophes). L’argumentation révisionniste à partir des thématiques issues de la géopolitique est ainsi largement transversale dans la société politique de Weimar. Si elle est très présente comme on peut l’imaginer à droite et à l’extrême droite, elle se retrouve aussi chez les libéraux (les papiers de Stresemann en font foi) et même au SPD23. C’est le moment où, en 1925, le professeur de l’université de Cologne Martin Spahn, mariant analyse historique et principes géopolitiques, donne des frontières « naturelles » au champ d’action du peuple allemand : soit l’espace géographique défini par la limite Rhin-Rhône-Pô-Adriatique-Danube-Dniestr-Baltique-mer du Nord, recoupant avantageusement en partie l’espace historique de la dynastie Hohenstaufen des XIIe-XIIIe siècles24. C’est surtout le moment où s’imposent les analyses de Karl Haushofer prônant dans sa revue Zeitschrift für Geopolitik, fondée en 1923, une approche académique de la notion de « frontières culturelles » (Kulturkreisgrenze) propice à l’action politique. Appuyé sur les démonstrations imagées de la géopolitique, le militantisme pour le Deutschtum fut un foyer d’ultranationalisme au sein des universités de la République de Weimar, cadre de la première socialisation politique d’une future génération de jeunes cadres SS25. Le Troisième Reich répondit en effet à toutes ces attentes par sa politique d’aide pratique aux minorités « allemandes de souche » par le biais d’un organisme comme le Volksdeutsche Mittelstelle (V.O.M.I.), avec inscriptions massives à l’université d’Innsbrück, vacances organisées pour les enfants, cours et aides aux professeurs26. Il le fit aussi par une diplomatie qui conduisit à l’annexion des Sudètes, à celle de Memel et à la crise de Dantzig. Aux témoignages de nombreux observateurs du temps, cette politique du Deutschtum, qui fait fond après 1933 sur une détermination non plus seulement linguistique et culturelle mais ethno-raciale, a une capacité de dilution transnationale comparable dans ses résultats destructeurs à la politique fondée sur l’idée de classe du bolchevisme27.

  • 28 Voir Ancel Jacques, Slaves et Germains, op. cit., p. 196.
  • 29 Voir Ellen Martin, op. cit., qui fait état des notes de Karl Haushofer et des missions de son fils (...)

17Le manuel programmatique de Karl Haushofer, Weltpolitik von heute, publié en 1934 avec une dédicace à Rudolf Hess qui fut le disciple du professeur au début des années 1920, est-il à cet égard le brouillon de la politique d’Hitler ? Visant à proposer un plan de restauration de l’espace vital de l’Allemagne, l’ancien général dessinait alors cinq espaces concentriques : l’espace de souveraineté militaire, le territoire du Reich (comprenant donc la rive gauche du Rhin démilitarisée et la Sarre), l’espace du Volk allemand (l’Allemagne à laquelle s’ajoutent Dantzig, les Sudètes, la Haute-Silésie, Teschen, l’Autriche, l’Alsace-Lorraine et le sud du Danemark), l’espace d’influence linguistique et culturel (le Trentin italien, des régions de Yougoslavie, de Hongrie, de Roumanie et d’Ukraine, les pays baltes), enfin l’espace culturel hollandais et flamand. Sériant frontière militaire, frontière politique, frontière linguistique et frontière de civilisation, l’argumentation laissait aisément penser que les frontières ne sont pas des « lignes privées d’âme » mais des organismes vivants qui peuvent donc changer à volonté28. Compagnon de route, avec son fils Albrecht, de l’entreprise diplomatique hitlérienne qu’il juge comme l’expression d’une volonté salutaire de rompre l’encerclement maritime des Anglo-Saxons, protégé par Hess jusqu’en 1941, le professeur Haushofer n’a pas eu toutefois l’influence que certains lui ont prêté au sortir de la guerre. Jamais membre du parti nazi, étranger aux déterminants de l’idéologie raciste, opposé à toute guerre contre l’URSS, il ne concevait la mise en œuvre du « programme » de 1934 qu’avec le renfort de la négociation, de la pression politique, du plébiscite internationalement organisé, aux antipodes donc de la guerre programmée dès le départ par le fondateur du Troisième Reich29. Pour Hitler en effet, le seul espace géopolitique concevable est un espace biologiquement déterminé, la discipline académique du professeur de Munich n’étant utile que pour travestir un temps le fruste droit à l’espace vital détenu par un peuple racialement supérieur. Il reste qu’une géopolitique ouvertement raciste pouvait être contreproductive aux yeux de juristes et d’économistes soucieux de ménager une relative insertion de la nouvelle Allemagne dans la communauté internationale et ce en dépit de son révisionnisme agressif. La théorie du Grossraum de Carl Schmitt est issue de ce souci. Elle allait avoir son heure de gloire en 1939-1940 dans la mesure où elle s’attachait à bouleverser le droit international, en enlevant notamment une part de leur signification aux notions de souveraineté et d’indépendance, sans pour autant le nier absolument.

LES MULTIPLES VOCATIONS DU GROSSRAUM

18Le concept de Grossraum eut ceci de satisfaisant qu’il était suffisamment englobant pour concilier l’idée de Reich avec la réalité concrète du problème du « droit » des minorités allemandes, les impératifs politiques avec les nécessités économiques, la prétention hégémonique avec la revendication d’influence. Il était surtout jugé apte à justifier « rationnellement » une politique d’expansion qui, au moment où ce concept est véritablement formulé au printemps 1939, était déjà animée par l’irrationnalité intrinsèque d’une politique raciste.

  • 30 Voir son texte « Le bloc continental Europe-centrale-Eurasie-Japon » écrit en 1940 pour la Directi (...)

19Si la référence à la Mitteleuropa, en tant que définition concrète de l’espace organique et organisé au sein duquel le Reich aspire à une hégémonie politique et économique, telle qu’avait pu la formuler Friedrich Naumann en 1915, est à la base de la pensée du « grand espace », ce sont toutefois les évolutions de l’entre-deux-guerres qui ont précipité la théorisation. Son élaboration à partir du tout début des années 1930 était d’abord destinée à rendre compte d’une situation internationale plus intensément vécue en Allemagne qu’ailleurs, à savoir la décomposition de l’économie-monde avec notamment l’industrialisation des pays agricoles d’outre-mer et la dégradation des termes de l’échange, ce qui était alors vu un peu rapidement comme « la fin du capitalisme » pour reprendre le titre de l’ouvrage paru en 1931 de Ferdinand Fried, l’animateur du cercle « national-bolchevik » Die Tat. Analysée comme la résultante d’une nouvelle situation de blocus appelant à la réévaluation des plans d’organisation de la Première Guerre mondiale, la crise de l’économie allemande voit ainsi s’offrir la solution du « grand espace » mitteleuropéen pour éviter l’évolution régressive de l’autarcie tout en montrant le chemin vers l’unité du continent. Wilhelm Grotkopp et Franz Eulenburg en sont alors les concepteurs, le premier n’étant rien moins que le vice-président du comité allemand de l’Union douanière européenne et éditeur de la revue Europawirtschaft, son organe de propagande. L’approfondissement de la crise des échanges, la conclusion progressive d’accords de clearing et le contrôle de l’espace danubien par l’Allemagne devenue entre-temps nazie, tout cela précise pour une génération d’économistes et de juristes la vocation pleinement « européenne » de la théorie du Grossraum. Tour à tour Anton Reithinger (Das wirtschaftliche Gesicht Europas, 1936 ; trad. fr. Le visage économique de l’Europe, 1937), Werner Daitz (Deutschland und die europaïsche Grossraumwirtschaft, 1938) et Friedrich Nonnenbruch (Neuordnung in Europa, 1939) s’en font les promoteurs et déjà les propagandistes. En se combinant avec l’approche géopolitique de Karl Haushofer qui conçoit alors l’image d’un « bloc continental » eurasiatique30, la vision du Grossraum débouche peu à peu sur la construction d’une « doctrine de Monroe allemande ».

  • 31 Pour situer les travaux de droit international de Carl Schmitt au sein de son œuvre, on verra : Go (...)

20Cette doctrine continentale trouve sa plus juste formulation dans les travaux de Carl Schmitt qui voit à ce moment-là dans l’exploration de ce champ théorique une forme de compensation à son échec à devenir le « juriste de la couronne » du IIIe Reich. À la veille de la guerre, le professeur de l’université de Berlin dresse à partir d’un tableau du monde contemporain les raisons qui légitiment à ses yeux l’avènement du « Grand espace » européen. Schmitt part d’un constat : l’affaissement de l’ordre et du droit international centrés sur l’Europe (la Terre) devant le nouvel ordre délocalisé centré sur l’espace universel des Anglo-Saxons (la Mer). La domination de la City, l’impérialisme démocratique du wilsonisme et de son substitut, la SDN, la création même d’un autre universalisme en Russie avec Lénine sont autant de formes d’une « délocalisation totale » qui laisserait l’homme européen désemparé et en quête d’une autre délimitation, d’une autre détermination nécessaire à l’action politique. La notion de « grand espace » réintroduirait alors cette indispensable délimitation face à la conception a-territoriale et abstraite de l’espace anglo-saxon, en redonnant d’abord l’avantage juridique à la Terre dans sa lutte historique contre la Mer, en se montrant apte ensuite à éclaircir la situation nouvelle des années 1930. Échec de la SDN, regain de l’isolationnisme américain, crise du libre-échange mondial, théorie du « socialisme dans un seul pays » : les temps sont en effet jugés mûrs pour revenir à la doctrine de Monroe originelle, ce principe d’ordre géopolitique qui fut, selon Schmitt, la première anticipation du « grand espace ». À l’abri de toute ingérence, celui-ci sera la zone d’influence d’une puissance hégémonique qui l’organisera comme un leistungsraum, un espace qui détermine les rendements et les performances des États sous obédience. À ce titre, le Grossraum est porteur d’une orientation culturelle, d’une idéologie, d’un système économique, d’une organisation politique et juridique et d’une stratégie qui ne ressortent ni de l’échelon national ni de l’échelon universel. Avec, en conséquence, la soumission de la légalité intérieure des États à une légitimité continentale qui les transcende et partant, le déclin de l’ordre européen fondé sur l’État-nation. Désormais fataliste sur l’obsolescence de la souveraineté, Schmitt milite pour un nouvel ordre mondial qui la remiserait définitivement et c’est ici que ses aspirations juridiques sont amenées à croiser le dessein idéologique nazi31.

  • 32 Elvert Jürgen (Hg.), Der Balkan. Eine europäische Krisenregion in Geschichte und Gegenwart, Stuttg (...)
  • 33 Stirk Peter M. R., art. cit., p. 142-143.

21Lorsque Carl Schmitt publie au printemps 1939 ses deux grands articles théoriques, « Grossraum gegen universalismus » (« Grand espace contre universalisme ») et « Völkerrechtliche Grossraumordnung » (« L’ordre du grand espace en droit international »), il s’agit pour lui non seulement de tirer les conséquences juridiques de la mutation globale de la décennie mais aussi celles de l’expansion politique et économique allemande des années 1936-1939. Ainsi l’intégration progressive des économies du Sud-Est européen à celle de l’Allemagne a donné une première cohérence concrète au « Grand espace ». Cette intégration s’est faite en deux temps. Les accords de clearing des années 1933-1936 entre le Reich et chaque pays danubien réalisent d’abord les conditions d’une autarcie à base de troc (matières premières contre produits manufacturés). Le second plan quadriennal de septembre 1936, qui s’inscrit dans une perspective claire de préparation de guerre, ouvre ensuite encore plus la « deuxième Europe » à l’économie allemande. Dès 1937, des pays comme la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et la Yougoslavie réalisent entre 30 et 50 % de leurs exportations avec l’Allemagne, ces chiffres augmentant jusqu’en 193932. En fournissant un espace économique considérablement élargi, la campagne victorieuse de 1940 donne encore plus de visibilité au concept schmittien ainsi qu’à ses utilisateurs privilégiés, juristes et économistes. La notion de Grossraum satisfait à l’évidence les partisans d’une économie européenne intégrée (Grossraumwirtschaft) introduisant une division du travail au bénéfice exclusif du Reich – ce que proclamera le 25 juillet 1940 le plan du ministre Funk d’« Europe économique nouvelle33 ». C’est pour deux ans l’âge d’or de l’idée d’une « économie européenne de grand espace » que des travaux académiques polissent toujours un peu plus, que ce soit lors du colloque de Weimar des 9-11 octobre 1941 ou dans le cadre des séminaires et conférences organisés par l’Auslandwissenschaftliche Institut, sous la houlette du professeur Alfred Six qui y bénéficie de la collaboration de Carl Schmitt. Mais la notion a aussi le mérite de régler la question des minorités en Europe. Pour les tenants du Volksgruppenrecht, le grand espace relativise en effet la notion de souveraineté et légitime la disparition d’États non homogènes comme la Tchécoslovaquie, la Pologne ou la Roumanie, lieux de résidence d’importantes communautés allemandes. La légitimation juridico-politique du « Grand espace » fait par ailleurs disparaître ipso facto le principe de la protection internationale des minorités, principe défini à Versailles et assuré tant bien que mal jusque-là par la SDN. C’est à l’« État directeur » du grand espace, c’est-à-dire à l’Allemagne, qu’il revient de gérer le devenir de ces minorités.

  • 34 Voir le texte de Werner Daitz dans Lipgens W. (éd.), Documents on the History of European Integrat (...)

22En dépit de tous ces avantages – travestissement du but de la guerre, intégration économique, traitement des minorités –, le concept de Grossraum ne fit pas l’unanimité au sein du régime nazi. La réalité de l’économie de guerre totale instituant une véritable économie de traite à l’échelle de l’Europe transforme de fait le Grossraum en simple Lebensraum de la « famille européenne » hiérarchisée, comme tente de le théoriser l’économiste Werner Daitz34. Critiqué pour son trop grand juridisme par les cercles de la SS de plus en plus hégémoniques, le concept est peu à peu rayé du vocabulaire officiel pour disparaître en 1942 au seul bénéfice du Lebensraum, plus adapté somme toute à l’intention fondamentalement raciste et génocidaire du national-socialisme.

  • 35 Voir Caldwell Peter C., « Controversies over Carl Schmitt : A review of recent Literature », The J (...)
  • 36 Voir Bruneteau Bernard, L’« Europe nouvelle » de Hitler. Une illusion des intellectuels de la Fran (...)
  • 37 Cumin Daniel, op. cit., p. 200.
  • 38 L’influence des travaux de Carl Schmitt se manifeste par exemple dans Corselli Rodolfo, « Verso la (...)

23Cette dévalorisation idéologique finale doit-elle absoudre Carl Schmitt ? On le sait, l’analyse des travaux de Carl Schmitt sous la période nazie n’est pas sans susciter de nombreuses controverses35. Certes sa construction intellectuelle se séparait nettement par ses déterminants de la conception hitlérienne en s’articulant sur l’économie, l’histoire et la géopolitique tout en semblant rendre compte d’authentiques phénomènes vécus par les contemporains de la crise des années 1930. Certes le juriste n’a pas eu les possibilités de peser sur les décisions politiques centrales de l’État nazi. Il reste que la sophistication du concept de Grossraum n’a pas peu fait pour contribuer à fournir au régime – et à tous les intellectuels qui à travers l’Europe s’apprêtaient à collaborer avec lui36 – les arguments de droit international dont il avait besoin pour légitimer ses premières agressions contre les États européens. Carl Schmitt donne en effet à la guerre qui s’ouvre en 1939 un sens plus acceptable que celui d’une simple logique impérialiste, celui d’une lutte salutaire pour l’établissement d’un ordre international nouveau fondé sur la base réaliste des « Grands espaces ». L’ambition du juriste est ici de poser la différence du « Grossraum », concept défini avantageusement comme « rationnel » et « scientifique », avec la notion purement idéologique du « Lebensraum37 ». Au « Reich germanique de nation allemande » structuré sur le principe de la hiérarchie raciale s’opposerait un « espace » européen reconfiguré selon le principe de l’hégémonie politique de l’État organisateur. Le concept schmittien est pourtant tout aussi idéologique même s’il se fonde sur une vaste construction historique et juridique. En prétendant faire succéder au droit universaliste des Anglo-Saxons fondé sur des principes abstraits un droit international pensé à partir de la coexistence des grands espaces continentaux concrets, Schmitt a en effet le rôle de faire apparaître la guerre allemande – mais aussi italienne38 – moins illégitime. Les buts de guerre de l’Allemagne et de son allié italien ne viseraient selon ses vues qu’à promouvoir le continentalisme en réanimant le principe de la doctrine de Monroe abandonné par la politique de Roosevelt du « one world ». Ce faisant, le Troisième Reich ne manifesterait que son droit d’établir une doctrine de Monroe pour l’Europe, le grand espace européen définissant son propre droit en interdisant l’intervention des puissances étrangères. Hitler utilisera de fait l’argumentaire schmittien dans certaines de ses grandes déclarations : lors de sa réponse au président Roosevelt du 28 avril 1939 et dans la justification de sa déclaration de guerre aux États-Unis du 11 décembre 1941.

  • 39 Neumann Franz, Béhemoth. Stucture et pratique du national-socialisme, Paris, Payot, 1987, p. 167.

24Ancien membre de l’École de Francfort, travaillant pendant la guerre pour le Département d’État américain, l’exilé allemand Franz Neumann écrivit en 1942 un livre pénétrant sur le fonctionnement de l’État nazi, Béhemoth. Il mettait notamment le doigt sur la logique transnationale de celui-ci et en tirait une conclusion logique. Elle sera la nôtre. Si on définit la souveraineté comme « le pouvoir suprême potentiel sur un territoire donné et un type de population donné […], la notion de souveraineté est aujourd’hui progressiste pour deux raisons : l’égalité juridique de tous les États et la rationalité des relations internationales qui en découle39 ».

Notes

1 On se référera à l’ouvrage de Weinberg Gerhard L., The Foreign Policy of Hitler’s Germany. Diplomatic Révolution in Europe, 1933-1936, Chicago, The University of Chicago Press, 1970.

2 Arendt Hannah, Les origines du totalitarisme. L’impérialisme, Paris, Seuil, 1997, p. 243.

3 Hitler Adolf, Mein Kampf, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1934, p. 647.

4 Stirk Peter M. R., « Authoritarian and National Socialist conceptions of Nation, State and Europe », Stirk Peter M. R. (éd.), European Unity in context. The interwar period, Londres, Pinter Publishers, 1989, p. 125-148.

5 Dupuy René-Jean, Le droit international, Paris, PUF, 2004 (12e éd.), p. 20.

6 « L’État n’est pas un but, mais un moyen. Il est bien la condition préalable mise à la formation d’une civilisation humaine de valeur supérieure, mais il n’en est pas la cause directe. Celle-ci réside exclusivement dans l’existence d’une race apte à la civilisation », écrit Hitler dans Mein Kampf (p. 389).

7 Gott Virginia L., « The national socialist theory of international law », The American Journal of International Law, vol. 32, n° 4, octobre 1938, p. 705.

8 Hitler Adolf, op. cit., p. 651.

9 Gott Virginia L., art. cit., p. 708.

10 Weibel Ernest, Histoire et géopolitique de l’Europe centrale, Paris, Ellipses, 2004, chap. 15.

11 Mouton Marie-René, « La SDN et la protection des minorités nationales en Europe », Relations internationales, n° 75, automne 1993.

12 « Le germanisme existe en dehors de l’histoire, écrit Jacques Bainville, au-delà des frontières et des coutumes ; c’est une idée, une idéologie qui peut revendiquer aussi bien Riga que Strasbourg, la Bohême non moins aisément que l’Autriche. Ce nationalisme idéaliste tend aux ambitions indéfinies », cité dans Weber Eugen, L’Action française, Paris, Stock, 1964, p. 313.

13 Cité dans Gerbet Pierre, Le rêve d’un ordre mondial de la SDN à l’ONU, Paris, Imprimerie nationale, 1996, p. 48.

14 Soutou Georges-Henri, « 1914 : vers la guerre de Trente Ans ? La disparition d’un ordre européen », Chaunu Pierre (dir.), Les enjeux de la paix. Nous et les autres, XVIIIe-XXIe siècle, Paris, PUF, 1995, p. 68-69.

15 On lira ses articles fondés sur l’opposition entre une « méthode française » et une « méthode allemande » de la géopolitique. Ainsi « Minorités » (9 mars 1929), « Les bases géographiques de l’unité tchécoslovaque » (30 mars 1929), « La revanche de la géographie sur l’histoire » (2 novembre 1929). Autre illustration d’une semblable conception civique, le livre de Louise Weiss, fondatrice de la revue L’Europe nouvelle, consacré à La République tchécoslovaque (Payot, 1919).

16 Sur la revue Nation und Staat, voir MINOW Hans Rüdiger et Goldenbach Walter von, D’une guerre à l’autre. La politique extérieure allemande et le morcellement ethnique de l’Europe, Paris, François-Xavier de Guibert, 2002, p. 54-68.

17 Loesch Karl C. von, « Volkspolitik und Reichspolitik », Volk und Reich, 9, 1933 ; Boehm Max Hildebert, Volkstheorie und Volkstumpolitik (1935) ; Rabl Kurt O., Grundlagen und Grundfrage eines mitteleuropäischen Volksgruppenrechts (1938) ; Keller Hans, Das Recht des Völker (1938). Voir Elvert Jürgen, Mitteleuropa ! Deutsche Pläne zur europäischen Neuordnung (1918-1945), le chapitre « Die Mitteleuropafrage in der Zeit des nationalsozialismus », Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1999.

18 Ancel Jacques, Slaves et Germains, Paris, Armand Colin, 1945, p. 195-200. L’ouvrage se trouvait en bon à tirer en juin 1940 et a dû attendre la Libération pour paraître.

19 Cité dans Griffin Roger, Fascism, Oxford-New York, Oxford University Press, 1995, p. 152-153.

20 Cité par le germaniste Albert Rivaud qui fait une critique dévastatrice de l’ouvrage dans le numéro de mai 1937 de la revue Sciences politiques, p. 167.

21 Cité par Lavastine Philippe, « La mission du Reich », Deutschland-Frankreich, n° 1, 1942, p. 152.

22 Dufay Alexandre, La géopolitique, Paris, PUF, 2005, p. 17-18.

23 Voir Elvert Jürgen, Mitteleuropa !, op. cit., p. 80-85.

24 Ibid., p. 151-159.

25 Voir Ingrao Christian, « Culture de guerre, imaginaire nazi, violence génocide. Le cas des cadres du S. D », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 2, avril-juin 2000, p. 272.

26 Sur cette politique, on verra Lumans Valdis E., Himmler’s auxilliaries. The Volksdeutsche Mittelstelle and the german minorities of Europe, 1933-1945, Chappel Hill, South Carolina University Press, 1993.

27 Ainsi Beuve-Méry Hubert, « Endiguera-t-on le flot hitlérien ? », Politique, n° 7, juillet-août 1933, p. 593-608 et Tarde Gabriel de, « Nationalité et nationalismes », Nouveaux Cahiers, n° 15, 1er décembre 1937, p. 13-17.

28 Voir Ancel Jacques, Slaves et Germains, op. cit., p. 196.

29 Voir Ellen Martin, op. cit., qui fait état des notes de Karl Haushofer et des missions de son fils en 1934 en Pologne et en Tchécoslovaquie, p. 55.

30 Voir son texte « Le bloc continental Europe-centrale-Eurasie-Japon » écrit en 1940 pour la Direction des étudiants du Reich dans Haushofer Karl, De la géopolitique, Paris, Fayard, 1986, p. 114-154.

31 Pour situer les travaux de droit international de Carl Schmitt au sein de son œuvre, on verra : Gottfried Paul E., Carl Schmitt. Politics and theory, Westport, Greenwood Press, 1990 ; Blindow Felix, Carl Schmitts Reichsordnung : Strategie für einen europäischen Grossraum, Berlin, Akademie, 1999 ; Cumin David, Carl Schmitt. Biographie politique et intellectuelle, Paris, Cerf, 2005.

32 Elvert Jürgen (Hg.), Der Balkan. Eine europäische Krisenregion in Geschichte und Gegenwart, Stuttgart, 1997, p. 166.

33 Stirk Peter M. R., art. cit., p. 142-143.

34 Voir le texte de Werner Daitz dans Lipgens W. (éd.), Documents on the History of European Integration, vol. 1 : Continental Plans for European Union, 1939-1945, Berlin-New York, W. de Gruyter, 1985, p. 112-114.

35 Voir Caldwell Peter C., « Controversies over Carl Schmitt : A review of recent Literature », The Journal of Modern History, vol. 77, n° 2, juin 2005, p. 373-381.

36 Voir Bruneteau Bernard, L’« Europe nouvelle » de Hitler. Une illusion des intellectuels de la France de Vichy, Monaco, Le Rocher, 2003.

37 Cumin Daniel, op. cit., p. 200.

38 L’influence des travaux de Carl Schmitt se manifeste par exemple dans Corselli Rodolfo, « Verso la nuova Europa », Dottrina fascista, septembre 1941 et dans D’Agostino Orsini Paolo, « Note geo-economiche sull’Eurafrica », Geopolitica, février 1941.

39 Neumann Franz, Béhemoth. Stucture et pratique du national-socialisme, Paris, Payot, 1987, p. 167.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine,
université Pierre Mendès France, Grenoble II

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540