Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

Frontières, glacis et zones d’influence dans la géopolitique classique

Martin Motte

Texte intégral

1Le terme de « géopolitique » est aujourd’hui employé dans un sens très large : on parle de géopolitique des religions, des minorités, des capitaux, des drogues… Au contraire, la géopolitique « classique » – celle qui, pour simplifier, va de Ratzel à Haushofer – centrait toute son attention sur l’État. L’Anthropogéographie a ainsi pour sous-titre Les lois de l’expansion spatiale des États, cependant que l’un des principaux ouvrages théoriques de Kjellén s’intitule L’État comme forme de vie. Tout naturellement, la géopolitique « classique » a consacré une bonne partie de sa réflexion aux frontières, aux glacis et aux zones d’influences qui tout à la fois définissent les États et conditionnent leurs relations avec le voisinage. L’influence de l’organicisme et du darwinisme social l’a amenée à théoriser tout cela par analogie avec la peau d’un être vivant : organe permettant le contact avec l’extérieur, la frontière aurait aussi pour fonction de détecter toute agression (militaire, économique, culturelle) et d’y réagir. Cet organe serait en outre appelé à se dilater au même rythme que le corps qu’il enclôt – c’est la fameuse théorie des frontières dynamiques, indissociable de l’expansionnisme allemand mais que l’on retrouve en réalité dans tous les discours impérialistes de l’époque. Cette étude a pour objet de mettre en lumière les principales caractéristiques de ces raisonnements et d’évaluer leur impact sur les relations internationales : la politisation des débats géographiques, notamment à travers les polémiques franco-allemandes de l’entre-deux guerres, a-t-elle contribué à aggraver les tensions interétatiques ?

  • 1 Claval Paul, Géopolitique et géostratégie. La pensée politique, l’espace et le territoire au XXe s (...)

2La géopolitique classique, disparue au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, présentait deux caractéristiques principales : d’une part elle pensait les rapports entre la géographie et la politique en termes de lois objectives, empruntées notamment à la biologie, là où la géopolitique moderne insiste sur la façon dont les décideurs perçoivent subjectivement l’espace ; d’autre part elle concentrait son attention sur les États alors que la géopolitique moderne s’intéresse à l’ensemble des phénomènes politiques, qu’ils soient ou non étatiques1. Tout État se définissant entre autres par ses frontières, présentant souvent des glacis et tentant généralement de se créer des zones d’influence, ces notions eurent une place centrale dans la géopolitique classique. Nous verrons comment les ont théorisées Ratzel, Kjellén et Haushofer et examinerons l’impact de leurs doctrines au cours du premier XXe siècle.

RATZEL

  • 2 Voir l’avant-propos de Michel Korinman à Ratzel Friedrich, La géographie politique (1897 et 1903), (...)

3Après des études de pharmacie et de zoologie, Friedrich Ratzel (1844-1904) soutint une thèse de géographie et enseigna aux universités de Munich et de Leipzig2. Il n’a pas utilisé le mot « géopolitique », mais les intitulés de ses grandes œuvres – Anthropogéographie, sous-titrée Principes de l’application de la géographie à l’histoire ; Géographie politique, sous-titrée Les lois de la croissance géographique des États ; L’espace vital, sous-titré Une étude biogéographique – indiquent assez pourquoi Kjellén et Haushofer l’ont revendiqué comme leur inspirateur le plus immédiat.

La fonction des frontières

  • 3 Korinman M., Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique, Paris, (...)
  • 4 Ratzel, op. cit., p. 55.
  • 5 Ibid., p. 64.
  • 6 Ibid., p. 65.
  • 7 Ibid., p. 66.
  • 8 Ibid., p. 60.

4Bien que Ratzel reprochât au darwinisme social ses simplifications, son inculture géographique et sa tendance au racisme3, sa propre réflexion sur le lien entre les sociétés et le milieu naturel relève du même courant biologisant et évolutionniste. Les hommes aménagent leur espace vital (lebensraum) d’une façon bien plus complète que les autres animaux parce qu’ils sont capables d’une action collective très élaborée, qui trouve sa plus haute expression dans l’État. L’État est donc l’objet central de la géographie politique. Elle doit le considérer « comme un organisme » s’inscrivant « dans la série de tous les phénomènes d’expansion de la Vie dont il constitue pour ainsi dire le sommet4 ». Il présente en effet deux caractéristiques des organismes vivants, la dépendance vis-à-vis du milieu et la tendance à la croissance, des cités aux royaumes et des royaumes aux empires. Certes, il reste un organisme « imparfait » en ce qu’il n’est pas un individu mais un groupe d’individus5. En lui toutefois, « Un lien spirituel unit ce qui est matériellement séparé6 ». Ce lien n’est pas premièrement racial, mais résulte de « motivations religieuses et nationales », « de souvenirs historiques7 » enracinés dans un sol « commun8 », en quoi l’approche de Ratzel s’apparente à celle de Renan.

  • 9 Ibid., p. 163-164.

5De même que tout organisme vivant possède un organe formant interface entre lui et son milieu – membrane de la cellule, peau de l’animal –, tout État a des frontières qui lui permettent à la fois d’assimiler ce que l’environnement apporte de positif et de se défendre contre les menaces qu’il comporte : « Être ouvert à toutes les stimulations, tout en restant capable de les élaborer à l’abri d’une entité fermée, voilà la garantie d’une croissance qui atteindra la perfection […]. Les barrières doivent isoler sans exclure9

  • 10 Manent Pierre, Cours familier de philosophie politique, Paris, Gallimard, 2005, p. 85 sqq.
  • 11 Ratzel, op. cit., p. 62.
  • 12 Ibid., p. 158.

6Mais il semble que les fonctions d’échange, pour Ratzel, doivent rester limitées au strict nécessaire. Partant du constat que la croissance de tout organisme tend à l’individualiser toujours davantage, il conclut en effet que tout État recherche la plus grande autarcie possible (comme on l’a d’ailleurs généralement admis depuis Platon et Aristote jusqu’à la Seconde Guerre mondiale10). Un développement complet aboutit donc à « l’étanchéité des frontières11 ». Cet idéal est facile à atteindre lorsque les frontières s’ancrent dans des limites physiques. C’est pourquoi « La frontière maritime constitue l’idéal de la frontière politique. Elle isole, préserve et donne en même temps accès au monde entier12 » – deux fonctions négatives pour une fonction positive.

La genèse des frontières

  • 13 Ibid., p. 59.
  • 14 Ibid., p. 66.

7« Les frontières ne sont pas à concevoir autrement que comme l’expression d’un mouvement organique et inorganique13 ». L’élément inorganique est fourni par les coupures de terrain. Mais « La taille et la forme de l’État, marquées par ses frontières, ne sont pas données au départ » : la coïncidence entre frontières naturelles et frontières étatiques résulte de la dilatation de l’État, qui constitue l’élément organique. Cette dilatation suppose de l’énergie, du courage, de l’intelligence, une volonté politique. En ce sens, elle est une liberté en acte. Pour autant, son objectif est en quelque sorte dicté par « l’influence du sol », puisque l’État « tend à […] rejoindre » les barrières physiques délimitant son horizon14. Ratzel tient donc la balance égale entre volontarisme et déterminisme : il y a interaction entre la libre activité de l’État et le conditionnement exercé par le milieu, celui-ci offrant à celui-là une vocation latente qu’il aura ensuite la responsabilité de réaliser.

  • 15 Ibid., p. 65.

8Que le milieu ne détermine pas tout, que l’homme ait son rôle à jouer, on le voit a contrario dans les phénomènes de déliaison politique comme l’émiettement de l’Italie médiévale ou, aux États-Unis, la Sécession du Sud. Ces phénomènes viennent de ce qu’on a laissé les particularismes territoriaux miner le lien spirituel sur lequel reposait l’État : ainsi, « une politique avisée s’attachera à ne pas laisser les oppositions sociales et économiques s’inscrire dans la géographie afin de les priver de la force qu’elles tireraient de leur lien avec le sol15 ». Mais les tendances centrifuges des hommes sont compensées par l’influence centripète du milieu :

  • 16 Ibid., p. 63.

« Dans le processus d’unification de l’Italie comme dans […] la lutte sanglante des États-Unis d’Amérique pour leur unité, il y a comme une loi naturelle qui agirait inconsciemment : le sol qui est susceptible de porter un État un et achevé doit se couvrir d’un État unique qui en fera un territoire unifié16. »

  • 17 Ibid., p. 92.
  • 18 Ratzel, cité par Klein Jean, « Considérations sur la géopolitique. Du pangermanisme aux doctrines (...)

9Ces deux exemples suggèrent que l’unification passe par la violence : de fait, elle ne peut avoir lieu qu’à partir d’une pluralité d’États, et la dilatation des uns implique la suppression des autres. Les concepts darwiniens de lutte pour la vie et de survie du plus adapté constituent l’arrière-plan du raisonnement. La guerre, qui « fait instantanément disparaître les frontières » et fond les territoires situés de part et d’autre en un même « théâtre17 », opère par conséquent un double dévoilement : d’une part elle révèle qui, dans la lutte pour l’hégémonie, est le plus digne de la victoire, de l’autre elle rappelle que la frontière procède étymologiquement et originellement du front. Guerroyer, c’est en dernière instance « promener la frontière sur le terrain d’autrui18. »

La frontière comme phénomène dynamique

10Jusqu’ici, il pouvait sembler que Ratzel se contentât de décrire le processus par lequel les États font coïncider leurs frontières politiques et leurs frontières naturelles. Violent en lui-même, ce processus déboucherait sur la pacification du monde, puisqu’à son terme les États survivants ne nourriraient plus d’ambitions extérieures et pourraient couler des jours paisibles à l’abri des limites physiques que la nature leur a assignées.

  • 19 Ratzel, op. cit., p. 158 (c’est nous qui soulignons).

11Or, outre que les grands peuples ne sont pas partout séparés par des frontières naturelles, Ratzel estime que leur volonté de puissance les porte toujours à avancer au-delà de ces frontières. Sur ce point, son propos ne relève pas seulement de la description scientifique, mais constitue une véritable prescription politique : « Une bonne frontière doit coller le plus possible à la ligne de démarcation naturelle quand il y en a une et si possible la contenir », c’est-à-dire la dépasser. Par exemple, « La frontière devra comprendre les îles voisines d’une côte ou au moins en assurer un accès favorable. Si le pays est borné par un bras de mer, il faudra posséder au moins une rive, mieux, les deux, ou encore des bases sur la rive opposée », comme l’Angleterre l’a fait avec les îles anglo-normandes et l’Espagne avec Ceuta19.

12« Un accès », « des bases » : Ratzel raisonne moins en termes de glacis, notion défensive, que de tête de pont, notion offensive. Un État puissant doit en effet se donner les moyens d’une expansion ultérieure, car si sa population vient à croître plus rapidement que sa production, il ne pourra rétablir l’autarcie qu’en élargissant son espace vital. Se dessine ici en filigrane une seconde acception de la frontière naturelle : n’est pas seulement naturelle la frontière prédéfinie par le relief, les fleuves, etc., mais encore celle qui répond le mieux à l’exigence naturelle d’autarcie. C’est donc la force qui, en dernière instance, délimite les frontières d’un État, non la géographie physique. Un pays peut avoir les frontières physiques les plus solides du monde, il est voué à les perdre s’il n’est pas capable de les défendre, ou mieux de les étendre. En d’autres termes, la frontière est un phénomène essentiellement dynamique.

La mission de l’Allemagne

13Le passage de la description scientifique à la prescription politique n’a rien d’accidentel, car Ratzel est tout sauf un théoricien désengagé : pour lui, les géographes ne doivent pas rester murés dans leurs cénacles universitaires, mais devenir les conseillers du pouvoir. Son parcours épouse d’ailleurs étroitement l’histoire allemande de son temps. Il a pris part aux combats de 1870-1871 en tant qu’engagé volontaire, ce qui l’a porté à envisager les processus d’unification sous leur angle guerrier. De même, son plaidoyer en faveur du dépassement des frontières physiques rappelle l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine, terres situées au-delà du Rhin. Les arguments qui en furent donnés à l’époque étaient d’ordre historique et ethnique, mais le grand état-major prussien avait de son côté souligné l’aspect stratégique de la question.

  • 20 Voir à ce sujet Korinman M., « De Friedrich Ratzel à Karl Haushofer, la Politische Ozeanographie » (...)
  • 21 Ratzel, op. cit., p. 164.
  • 22 Ibid., p. 163.

14À l’ère bismarckienne, celle de l’unification, succède l’ère wilhelmienne, qui voit le jeune Reich s’affirmer sur la scène internationale. Ratzel s’y illustre comme membre fondateur de la Ligue coloniale allemande, d’où la place éminente des questions maritimes dans son œuvre20. Ayant établi que la mer est la meilleures des frontières, il est fasciné par l’insularité et lui attribue les succès extérieurs de l’Angleterre et du Japon : leurs « barrières protectrices » ont d’abord favorisé leur « développement politique et économique », puis l’appel du large a stimulé leur « pulsion expansionniste21 ». Mais les grands États mixtes, partiellement continentaux et partiellement maritimes, ne sont pas en reste, tendant tous à élargir leurs littoraux. Les exemples des États-Unis (où Ratzel a séjourné), de la Russie et de l’Australie montrent qu’« avec la croissance ininterrompue des espaces politiques, les continents s’insularisent politiquement22 ».

  • 23 Cité par Ratzel, ibid., p. 143.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid., p. 125.

15Dès lors, les États d’Europe risquent de ne plus peser bien lourd face aux Étatscontinents qui se constituent autour d’eux… sauf s’ils acceptent de « s’unir étroitement », comme l’a suggéré devant le Reichstag le chancelier von Caprivi (10 décembre 1891)23. Ratzel ne pense pas que cette union puisse aboutir à un État européen, auquel s’oppose la diversité géographique et ethnique du Vieux Continent, mais il la croit réalisable sous sa « forme économique24 ». Même sous cette forme toutefois, il faudrait à l’Europe un fédérateur, un primus inter pares, comme il a fallu un Piémont à l’Italie et à l’Allemagne une Prusse. Compte tenu des rapports de forces existants, seules l’Angleterre et l’Allemagne peuvent y prétendre. Mais la première est un empire planétaire beaucoup plus qu’une puissance européenne, et sa « tentation nationaliste » la pousse à combattre les légitimes aspirations maritimes des autres pays d’Europe25. Bref, c’est derrière l’Allemagne que ceux-ci doivent se regrouper.

KJELLEN

  • 26 Voir Ranquet Philippe, Rudolf Kjellén et sa postérité, mémoire de maîtrise sous la direction du Pr (...)

16Créateur en 1900 du terme « géopolitique », le Suédois Rudolf Kjellén (1864-1922) a accentué le mouvement qui portait Ratzel à faire de la géographie une science auxiliaire de la politique. Il n’était d’ailleurs pas géographe de formation, mais politologue et enseignait à l’Institut de Göteborg, plus ouvert par son recrutement et plus tourné vers la vulgarisation que l’université d’Uppsala. Député de droite, il fut l’un des hérauts du courant germanophile avant et pendant la Grande Guerre26.

17L’héritage de Ratzel

  • 27 Kjellén Rudolf, L’État comme forme de vie (1916), cité par Ranquet P., op. cit., p. 54.

18Comme Ratzel, Kjellén juge souhaitable l’autarcie et note qu’elle n’est pas d’abord un « cadeau du territoire », mais le résultat d’un effort étatique. De même l’absence de frontières physiques peut-elle être compensée par des fortifications, des chemins de fer stratégiques, etc. : « L’État est donc capable de rendre son territoire plus naturel » (c’est-à-dire conforme aux tendances naturelles de tout État, la sécurité et l’autarcie) « qu’il ne l’est fondamentalement […]. La frontière n’est pas assurée par ses seules qualités naturelles, mais avant tout par le développement de la puissance de l’État ». Enfin, « Les États puissants ne s’arrêtent pas aux frontières naturelles sans chercher derrière elles des têtes de pont ou des glacis27 ».

  • 28 Kjellén, Les grandes puissances de 1914 (1914), cité par Ranquet P., ibid., p. 85.

19Des concepts légués par Ratzel, Kjellén retient en particulier la course à l’accroissement spatial, qu’il étudie à la veille de la Grande Guerre dans Les grandes puissances de 1914. Spécialement conçu pour le public allemand, cet ouvrage le conquit aussitôt et connut de nombreuses rééditions durant le conflit. La grande puissance y est définie comme « une volonté pourvue en suffisance des moyens de son action […], une volonté d’accroître sa puissance […]. Les grandes puissances sont des États en expansion28 ». C’est d’après ce critère que Kjellén examine l’Europe de son temps.

Les fausses grandes puissances

  • 29 Ibid., p. 82-83.
  • 30 Ibid., p. 85-86.

20L’Autriche-Hongrie présente des traits « artificiels », car ses frontières ne rejoignent pas partout les lignes de partage des eaux délimitant le bassin danubien ; et quand bien même elle les atteindrait, il lui faudrait encore imposer son hégémonie à l’ensemble de la péninsule balkanique pour obéir à la loi qui pousse les États à accroître au maximum leurs littoraux. Mais elle n’en a pas la force, car elle manque d’une « personnalité » assez affirmée29 : les dissensions de ses ethnies la privent en effet de ce lien spirituel dont Ratzel faisait le ciment des États. C’est donc à tort qu’on la considère comme une grande puissance. Elle n’est pas pour autant condamnée à disparaître, mais ne peut survivre qu’avec le consentement des autres puissances. Kjellén exhorte ces dernières à la ménager « dans l’intérêt de l’Europe, comme protection […] contre ses dangereux ennemis à l’Est », puisqu’elle a été de tout temps un glacis « séparant pangermanisme et panslavisme30 ».

  • 31 Ibid., p. 88.

21L’Italie a au contraire des frontières on ne peut plus naturelles, Alpes et Méditerranée, et une remarquable homogénéité ethnique. Ces atouts expliquent son dynamisme économique et colonial, mais elle souffre encore de ses divisions internes : le peuple se montre trop campaniliste et particulariste pour comprendre les ambitions que lui proposent ses dirigeants ; le conflit entre l’Église et l’État, en particulier, affaiblit l’unité nationale, pour ne rien dire de la sous-intégration du Mezzogiorno et du rôle qu’y joue la Mafia. Il s’agit donc d’une grande puissance en gestation, immature encore, dont le développement est trop « extensif31. » Elle devrait renforcer sa cohésion intérieure avant de déployer son énergie sur la scène internationale.

  • 32 Ibid., p. 90.

22La France a une remarquable unité nationale et d’excellentes frontières naturelles, sauf celle du Nord-Est ; encore la nécessité de défendre et d’étendre cette dernière lui a-t-elle offert « une stimulation permanente pour la cohésion intérieure, une occasion de se tremper dans le sang pour de grands desseins historiques32 ». Rien d’étonnant dès lors à ce qu’elle soit devenue la deuxième puissance impériale du monde. Mais cet éclatant succès l’a embourgeoisée et a fini par provoquer son déclin, avéré notamment par son vieillissement démographique. Elle ne le surmonte que par le recours à l’immigration, laquelle dilue inéluctablement son identité nationale. Elle est donc une grande puissance finissante, conclut Kjellén.

  • 33 Ibid., p. 100.

23La même remarque vaut de l’Angleterre. Ses succès coloniaux inouïs ont leur origine dans son insularité, qui l’a libérée du souci d’entretenir une puissante armée et lui a permis de consacrer toute son énergie à sa flotte. Mais elle est maintenant victime de sa propre réussite, puisqu’elle se trouve à la tête d’un empire démesuré dont « la métropole n’englobe plus que 10 % de la population et pas même 1 % du volume. » Cette « monstrueuse prépondérance de la périphérie » donne à l’ensemble un « caractère artificiel » qui l’expose à « toutes les influences centrifuges ». En outre, l’Angleterre y a perdu l’avantage de ses frontières maritimes puisqu’elle doit désormais se préparer à de nombreuses « confrontations » terrestres sur les confins de son empire33. Un tel défi excède manifestement ses moyens.

L’Allemagne, espoir de l’Europe

  • 34 Ibid., p. 108.
  • 35 Ibid., p. 112.

24Ni l’Autriche-Hongrie, fausse grande puissance, ni l’Italie, grande puissance prématurée, ni la France et l’Angleterre, grandes puissances déclinantes, ne peuvent donc protéger le Vieux Continent des menaces qui l’entourent : la barbare Russie, « face arrière de l’Europe cousue à la face arrière de l’Asie34 » ; le « péril jaune », aujourd’hui japonais et demain chinois ; le « péril américain », dont rien ne semble pouvoir enrayer la mainmise sur l’hémisphère occidental. L’Europe doit pourtant « dépasser les réalités et les traditions si puissantes qui la tiennent encore éclatée en morceaux pleinement souverains. » Il lui faut donc se fédérer derrière l’Allemagne, son « guide naturel, au point de vue géographique » du fait de sa position centrale – « comme au point de vue culturel », puisque les éclatantes réussites du IIe Reich font de lui un concentré de l’excellence européenne35.

  • 36 Ibid., p. 115.

25Mais si l’Allemagne seule a assez de volonté politique pour prétendre au rang de grande puissance, ses frontières sont très fragiles. Le « caractère militaire » qu’on lui reproche est le seul moyen qu’elle ait de se défendre en l’absence de coupures physiques bien nettes36. Aussi Kjellén lui reconnaît-il le droit d’améliorer sa situation en absorbant les terres de germanité extérieure, Suisse, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, voire l’Autriche si la Double-Monarchie venait à disparaître. Point n’est besoin pour cela d’une guerre : il suffit que les Européens aient la sagesse de consentir au Reich les rectifications de frontières qui, assurant sa sécurité, lui permettraient ensuite de les défendre contre leurs ennemis communs. Malheureusement, les Anglais s’y opposent en dressant Paris et Saint-Pétersbourg contre Berlin. Kjellén y voit l’expression de leur égoïsme : ils ne songent selon lui qu’à diviser le continent pour empêcher l’émergence de puissances maritimes capables de concurrencer la leur…

HAUSHOFER

  • 37 Voir Klein J., « Préface », et Jacobsen Hans-Adolf, « Karl Haushofer (1869-1946). Une esquisse bio (...)

26Officier d’artillerie, Karl Haushofer (1869-1946) finit la Première Guerre mondiale comme général de division et décida alors de se consacrer à la géopolitique. Imputant la défaite de l’Allemagne à son manque de formation en la matière, il s’efforça d’y remédier à travers son enseignement à l’université de Munich et sa Revue de géopolitique37.

La vie des frontières

  • 38 Haushofer, « La vie des frontières politiques » (1930), ibid., p. 185.

27À l’instar de ses prédécesseurs, Haushofer pense qu’« un phénomène vital résultant d’un jeu de forces toujours changeant comme la frontière politique ne peut être pleinement saisi […], à partir d’une conception statique […]. Seule une conception dynamique […] peut rendre compte de sa mobilité38 ». D’où une dévalorisation des frontières physiques : « Absolument rien à la surface de la terre ne fournit de protection en tant qu’obstacle purement passif. » D’ailleurs, les frontières « empruntées à la nature » sont de moins en moins solides, car la maîtrise croissante de l’humanité sur son environnement tend à les annuler. Ainsi des fleuves :

  • 39 Haushofer, « De la géopolitique » (1931), ibid., p. 111.

« Aussi longtemps qu’ils coulaient […] avec de nombreux bras et un débit irrégulier, [ils] constituaient […] des zones de séparation. Le fleuve d’aujourd’hui, qui porte un trafic intense et produisant de l’électricité […], unit bien plus qu’il ne sépare ; c’est pourquoi il sera toujours une mauvaise frontière39. »

  • 40 Ibid.
  • 41 Haushofer, « La vie des frontières politiques », art. cit., p. 189.

28La seule frontière naturelle est celle dont les défenseurs entretiennent « un vigilant sentiment de la vie ». C’est le cas au Japon – auquel Haushofer a consacré sa thèse –, puisque chaque Nippon ressent toute atteinte aux avant-postes de l’empire « comme une menace concernant sa propre peau40 ». « Il s’agit de savoir si l’organe qui enveloppe toute la nation est irrigué avec assez de sang vigoureux, si les pulsations bénéficient de toute la force de l’ensemble ou non ; ainsi seulement on pourra juger de sa force de résistance contre les inondations de germes étrangers, de sa capacité à se renouveler en face de graves blessures41. » La mention des « germes étrangers » suggère que la frontière n’est pas seulement un rempart militaire, mais encore une défense contre les agressions du temps de paix : invasions de produits, de travailleurs, de capitaux, d’idées étrangères, bref l’ensemble des phénomènes d’influence.

  • 42 Ibid., p. 190.

29« L’étude scientifique de la vie des frontières » doit dès lors privilégier deux approches, « l’une plus mécanique et l’autre plus organique ». La première repose sur « la densité de population », qui fournit « un gradient anthropogéographique » : des zones-frontières sous-peuplées par rapport à leurs vis-à-vis sont menacées. Mais la menace ne se concrétisera que si l’étranger nourrit « l’envie organique d’attaquer ». Peu quantifiable, une telle envie s’exprime en revanche par « de nombreux symptômes scientifico-culturels, des signes artistiques à valeur politique, des expressions de l’âme populaire [mentalité]42 ». Cette attention aux données subjectives montre que la géopolitique classique avait entrevu le champ d’étude spécifique de la géopolitique moderne, avec cette différence que les représentations agressives procèdent pour Haushofer de données objectives, l’inégale densité de peuplement et la tendance naturelle à l’expansion.

Pour en finir avec les frontières de 1919-1920

  • 43 Hassinger Hugo, « Autriche-Hongrie et États successeurs », Les grandes puissances avant et après l (...)

30Haushofer et ses collaborateurs soulignent que les frontières centre-européennes tracées par les vainqueurs en 1919-1920 sont inorganiques, donc aberrantes. Dans l’ancien espace austro-hongrois, « la délimitation des nouveaux États a commis le lourd péché géopolitique d’arracher les uns aux autres des pays qui se complètent harmonieusement, de sorte qu’elle a fabriqué des territoires infirmes, miséreux », incapables d’autarcie. Vienne, bien placée et bien proportionnée comme capitale d’empire, est excentrée et surdimensionnée par rapport au petit État qu’est devenue l’Autriche : elle concentre 30 % de sa population, soit bien plus que n’en peut approvisionner l’arrière-pays autrichien. Ses besoins étaient autrefois satisfaits par l’agriculture hongroise et l’industrie tchèque, mais elle s’en trouve maintenant séparée par des barrières douanières prohibitives, délibérément mises en place pour empêcher la naissance d’une confédération danubienne qui pourrait remplir le même rôle « géopolitique et géoéconomique » que l’empire défunt43. Comme caution de ces démembrements, les Alliés ont invoqué le principe des nationalités, mais force est de constater qu’ils ont suscité plus de conflits ethniques qu’ils n’en ont résolu : contre leur gré, les populations germanophones des Sudètes ont été rattachées à la Tchécoslovaquie et celles du Sud-Tyrol à l’Italie ; on trouve de fortes minorités hongroises en Roumanie, en Tchécoslovaquie, etc.

  • 44 Haushofer, « De la géopolitique », art. cit., p. 111.
  • 45 Haushofer, « La vie des frontières politiques », art. cit., p. 189-190.
  • 46 Haushofer, « Les bases géographiques de la politique étrangère » (1927), De la géopolitique, op. c (...)

31La situation de l’Allemagne n’est pas meilleure. Le Rhin est l’exemple-type du fleuve moderne, trait d’union et non coupure : aussi n’est-il pas une bonne frontière, mais « une plaie ouverte » séparant artificiellement des « habitants de même langage44 » (où l’on voit que Haushofer considère les Alsaciens comme des Allemands). La démilitarisation de sa rive droite expose cette « artère vitale » à un danger « terriblement sérieux ». Il en va de même pour la frontière germano-tchèque, d’où le « manque de confiance » de ses habitants et leur fuite vers l’intérieur de l’Allemagne : ils prouvent ainsi qu’une frontière démilitarisée est une notion contradictoire. Ce phénomène de fuite aggrave le sous-peuplement des marches allemandes face à la « vague déferlante de la dense population tchèque ». La menace est encore plus grande à l’Est, avec localement 27 à 40 habitants au kilomètre carré contre 150 du côté polonais45. Prise dans son ensemble en revanche, l’Allemagne est le seul grand pays d’Europe à avoir « plus de 130 habitants au kilomètre carré », avec des pics à 800 dans les campagnes rhénanes. Elle apparaît donc comme un « peuple sans espace » par rapport à la Belgique, à l’Angleterre, à la France, à la Hollande, aux États-Unis et à la Russie qui, en comptant leurs empires, n’ont que 9 à 25 habitants au kilomètre carré46.

L’avenir de l’Allemagne

32Ce constat avive l’irrédentisme de Haushofer :

  • 47 Haushofer, « La vie des frontières politiques », art. cit., p. 186.

« Tout autour de nos frontières s’agitent des forces qui nous sont défavorables […] ; elles continuent à menacer ce qui reste des formes de vie de l’Europe centrale, quelque chose de bien maigre, entassé sur un espace incroyablement exigu, comme elles ont déjà rongé en partie, depuis des siècles, cette Europe centrale et lui ont volé des lambeaux d’espace […] dont les traces sont tangibles tout autour du sol culturel et national allemand : les noms de lieux allemands qui ont été romanisés, l’aigle impérial de Frédéric Barberousse dans le cloître de Saint-Trophime à Arles, les églises, universités, écoles, théâtres allemands volés à l’Est, les vestiges se dressant vers le ciel de l’œuvre des architectes allemands, partout, tout autour47 »

  • 48 Haushofer, « L’espace vital allemand » (1931), De la géopolitique, op. cit., p. 199.

33– et de citer Ratzel, qui qualifiait la Bourgogne, la Franche-Comté, le Luxembourg, la Flandre et autres lieux de « pierres tombées de la muraille du vieux Reich48 ». On aura noté au passage que Haushofer assimile le malheur allemand au malheur centreeuropéen dans son ensemble : il suggère ainsi que l’Allemagne, dessaisie par sa défaite de la mission paneuropéenne à elle assignée par Ratzel et Kjellén, reste le plus sûr espoir de la Mitteleuropa.

  • 49 Korinman M., Quand l’Allemagne…, op. cit., p. 191 sqq.
  • 50 Voir notre article « La guerre au commerce maritime : un exemple de violence contre les civils (19 (...)
  • 51 Haushofer, « Le bloc continental Europe centrale-Eurasie-Japon » (1940), De la géopolitique, op. c (...)
  • 52 Ibid., p. 148.

34C’est pourquoi la Revue de géopolitique ouvre ses pages à des géopoliticiens et à des hommes politiques des pays voisins, avec l’idée de définir sur des bases scientifiques une refonte de l’Europe centrale qui satisfasse au mieux les besoins de chacun49. Mais pour exercer son rôle de fédérateur, l’Allemagne a besoin de puissance et par conséquent d’alliés. Aussi Haushofer se fait-il le chantre d’un bloc Allemagne-URSS-Japon, trois pays qui voient leurs possibilités d’expansion bloquées par les nantis de l’Ouest. Pris isolément, ils sont très vulnérables à un blocus naval, comme l’a tragiquement illustré l’exemple allemand en 1914-191850. Réunis au contraire, ils échapperaient au « collet de l’anaconda », d’abord parce que les escadres angloaméricaines ne pourraient rompre leurs communications ferroviaires, ensuite parce qu’ils constitueraient un espace autarcique, la Russie apportant en dot la « profondeur d’espace » stratégique et économique, l’Allemagne et le Japon les moyens techniques de la mettre pleinement en valeur51. Ce bloc, conforme à l’idéal ratzelien d’État-continent, pourrait en outre aider les « pauvres de la terre » Chinois, Indiens, Arabes et autres – à secouer le joug colonial de l’Occident52.

LES RESPONSABILITÉS DE LA GÉOPOLITIQUE

35Que la géopolitique classique lato sensu – Ratzel compris par conséquent – ait joué un rôle important dans la catastrophe de 1914-1945 semble peu récusable, et beaucoup y ont vu la cause de sa disparition après la mort de Haushofer. Mais une analyse plus fine s’impose : d’une part ses dangereuses compromissions n’exclurent pas certaines réserves explicites ou implicites, de l’autre elle illustre un état d’esprit dont l’Allemagne n’eut pas l’exclusivité.

Éléments à charge

  • 53 Haushofer, lettre à Hans-Otto Roth (1935), De la géopolitique, op. cit., p. 240-241.
  • 54 Korinman M., Deutschland über alles. Le pangermanisme, 1890-1945, Paris, Fayard, 1999, p. 48.
  • 55 Cité par Chéradame André, Le Plan pangermaniste démasqué, Paris, Plon, 1916, p. 89 (c’est nous qui (...)

36L’acte d’accusation se déduit de ce que Haushofer écrivait des frontières : « Plus on évite les formules juridiques dans une affaire au fond biologique, moins on porte atteinte à son essence dynamique53. » La géopolitique classique consacre le droit du plus fort, c’est-à-dire la ruine du droit. Son expansionnisme foncier a pourvu de flèches le carquois de la Ligue pangermaniste, à laquelle Ratzel a d’ailleurs adhéré ; elle lui emprunta dès sa fondation sa doctrine du dépassement des frontières physiques54. On retrouve cette doctrine dans le mémoire pangermaniste du 20 mai 1915 sur les buts de guerre de l’Allemagne, qui stipulait l’annexion des « contreforts occidentaux des Vosges55 ». Quant au livre de Kjellén sur les grandes puissances, il ancra dans l’opinion allemande l’idée que le IIe Reich menait le bon combat.

  • 56 Tirpitz, Mémoires, Paris, Payot, 1922, p. 453.
  • 57 Ibid., p. 339.
  • 58 Ibid., p. 341.
  • 59 Ibid., p. 339.
  • 60 Ibid., p. 341-342.
  • 61 Ibid., p. 454.

37Les souvenirs du Grand-Amiral von Tirpitz illustrent quant à eux l’influence de la géopolitique dans l’entourage du Kaiser. « Mal située par rapport à l’Océan, occupant un territoire d’une richesse médiocre, privée de toutes parts de la protection de frontières naturelles56 », de surcroît en pleine explosion démographique, l’Allemagne ne pouvait selon lui mettre ses espoirs dans le « droit », qui n’est qu’un « leurre57 ». Elle ne pouvait pas davantage admettre que tant des siens prissent la route des Amériques, tout émigré étant « perdu […] pour le germanisme58 ». Elle avait donc le droit et le devoir de s’étendre, car « l’avenir est à l’espace ». Pour assurer sa sécurité, il lui fallait devenir le « primus inter pares » de l’Europe59 et élargir ses débouchés maritimes par « l’extension de [sa] zone d’influence » jusqu’au Pasde-Calais. « Libérer les Flandres […] de la domination étrangère franco-wallonne » était d’ailleurs faire œuvre de justice, puisque c’étaient d’anciennes terres d’empire60. Enfin, la « mission de l’Allemagne » dépassait de beaucoup ses intérêts propres : elle engageait « le bien de l’Europe et de l’univers entier61 », qu’il s’agissait de soustraire à la rapacité de la thalassocratie britannique.

  • 62 Chéradame, op. cit., p. 28.
  • 63 Hasse Ernest (sous anonymat), Grossdeutschland und Mitteleuropa um das Jahr 1950 (1895), cité par (...)
  • 64 Voir à ce sujet Husson Edouard, « Nous pouvons vivre sans les Juifs ». Quand et comment ils décidè (...)

38Mais la doctrine des frontières dynamiques a préparé bien d’autres horreurs que la guerre. Par principe en effet, elle ne cautionnait pas seulement le recouvrement de terres irrédentes du germanisme, mais l’annexion de tout espace qui s’avérerait nécessaire à la grandeur de l’Allemagne (aussi le Français Chéradame, professeur à l’École libre des sciences politiques, avait-il raison de noter que « Le Pangermanisme est l’antithèse absolue et la négation radicale du principe des nationalités62 »). Apparaissait dès lors une contradiction entre deux postulats de la géopolitique, la nécessité de l’expansion et la nécessité de renforcer constamment l’identité nationale : la première pouvait légitimer l’annexion de terres nonallemandes, la seconde excluait les apports étrangers. La seule manière de surmonter la contradiction était de réduire une partie des futurs annexés à l’esclavage et d’expulser les autres, avouait sans ambages le président de la Ligue pangermaniste63. C’est effectivement par là que commencera le IIIe Reich, avant de pousser beaucoup plus loin le raisonnement64

  • 65 Haushofer, procès-verbal du Conseil de la communauté de travail pour la géopolitique (1936), De la (...)
  • 66 Cité par Jacobsen H.-A., op. cit., p. 55.
  • 67 Haushofer, lettre à H.-O. Roth, doc. cité, p. 240.
  • 68 Cité par Klein J., « Considérations sur la géopolitique », art. cit., p. 32.

39À la collusion de Ratzel et du pangermanisme fait écho celle de Haushofer et de l’hitlérisme : le général-géographe a plaidé pour « l’assemblage inévitable de notre idéologie nationale-socialiste et de l’image du monde fournie par la géopolitique », toutes deux fondées « sur le sang et sur le sol65 ». Il a imputé la défaite de 1918 à l’influence dissolvante de Juifs « traîtres à la patrie66 ». Il a enfin joué un grand rôle dans les réseaux d’influence du IIIe Reich auprès de la germanité extérieure, présidant notamment le Conseil des Allemands de souche fondé en 1933 par son disciple et ami Rudolf Hess, alors dauphin de Hitler. La véritable fonction de ces instances était de préparer la liquidation des frontières de 1919-1920 et la destruction de cette Tchécoslovaquie ethniquement composite que Haushofer assimilait à un « État-méduse » formé de « plusieurs méduses […] essentiellement étrangères l’une à l’autre67 ». Ainsi pourrait-on en récupérer les minorités allemandes, conformément au premier point du programme national-socialiste de 1920 : « L’union de tous les Allemands au sein d’une Grande Allemagne en vertu du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes68. »

Atténuations

  • 69 Korinman M., Deutschland über alles, op. cit., p. 26 et note 76 p. 410.
  • 70 Ibid., p. 219 sqq.
  • 71 Ibid., p. 237.

40En réalité, les collusions établies ci-dessus furent plus minces qu’il n’y paraît. Celle de Ratzel et du pangermanisme, d’abord : l’illustre géographe quitta rapidement la Ligue, à laquelle il reprochait notamment son antisémitisme69 et dont les ambitions territoriales délirantes alarmaient l’universitaire sérieux qu’il était. Certes, la doctrine des frontières dynamiques vint à point nommé servir la mégalomanie des pangermanistes, mais le darwinisme social leur offrait déjà quantité d’arguments expansionnistes. Ce fonds commun biologisant les apparentait à Ratzel en qualité de petits-cousins, non de fils. Enfin, tout en influençant le pouvoir wilhelmien par leur vocabulaire (à preuve Tirpitz), ils n’en furent pas les relais mais les opposants, le jugeant trop mou70 ; en 1914, le chancelier von Bethmann-Hollweg leur reprocha leur maximalisme irresponsable71.

  • 72 Korinman M., Quand l’Allemagne…, op. cit., p. 147 sqq.
  • 73 Ibid., p. 49 et 84-85.
  • 74 Haushofer, « De la géopolitique », art. cit., p. 105.

41Par ailleurs, la continuité entre la géographie politique de Ratzel et la géopolitique du tandem Kjellén-Haushofer est-elle si évidente ? Sur la question des frontières, c’est indéniable. Reste qu’au lendemain de la défaite allemande de 1918, la seconde s’affirma contre la première, à laquelle nombre de professeurs du secondaire et de l’enseignement technique reprochaient d’être trop académique pour pouvoir sortir le pays de l’ornière72. De fait, quelle que fût sa volonté d’influencer les choix du IIe Reich, Ratzel avait refusé de compromettre la scientificité de son œuvre par un militantisme trop accusé73. Pour promouvoir la géopolitique, Haushofer n’eut alors qu’à la présenter comme un instrument de prévision, une « météorologie politique » par opposition à une « géographie politique plus statique et uniquement descriptive74 ». La géopolitique devint ainsi la vulgate activiste de la géographie politique, avec tous les risques de récupération inhérents à ce statut.

  • 75 Korinman M., Quand l’Allemagne…, op. cit., p. 53.
  • 76 Haushofer, « Les bases géographiques de la politique étrangère », art. cit., p. 203-204.
  • 77 Haushofer, « Apologie de la “géopolitique” allemande » (1945), De la géopolitique, op. cit., p. 15 (...)

42Mais Haushofer ne fut pas pour autant un proto-Hitler. Pendant la Grande Guerre déjà, il désapprouvait l’annexionnisme forcené des pangermanistes et raisonnait plutôt en termes de zones d’influence75. Ses aspirations ultérieures à de nouvelles frontières européennes privilégiaient certes les intérêts de l’Allemagne, dont il espérait démontrer à l’opinion publique mondiale « le droit de s’étendre76 », mais c’est à une renégociation pacifique du traité de Versailles qu’il songeait alors, comme le chancelier Stresemann, qui s’intéressa à ses travaux ; il eut également l’oreille du comte Coudenhove-Kalergi77. Or ni Stresemann, qui mata la tentative de putsch de Hitler et de Ludendorff en 1923, ni Coudenhove-Kalergi, théoricien d’une construction européenne fédéraliste et irénique, ne pouvaient être soupçonnés de nationalsocialisme. D’autre part Haushofer, strict partisan du principe des nationalités, récusait toute conquête de terres non-allemandes. Enfin, son antisémitisme était si peu racial que son épouse, qui fut aussi son inspiratrice et sa plus proche collaboratrice, était d’origine juive : il s’agissait d’une hostilité culturelle et politique envers les immigrants d’Europe orientale, que Haushofer jugeait inassimilables et tendanciellement révolutionnaires.

  • 78 Ibid., p. 159. Ces termes datent de 1945, mais il n’y a pas de raison de penser que Haushofer ait (...)

43Dans ces conditions, son ralliement à Hitler doit être interprété comme un expédient face au malheur allemand et un exemple de la naïveté avec laquelle les droites conservatrices, à quelques exceptions près, se laissèrent instrumentaliser par les droites révolutionnaires. En l’occurrence, Haushofer crut pouvoir orienter les décisions du Führer par le biais de son ami Hess. L’Anschluss, le démembrement de la Tchécoslovaquie et l’alliance germano-soviétique semblèrent valider ce calcul. Mais Haushofer s’était brouillé dès 1938 avec Hitler, lui reprochant de sacrifier les Allemands du Sud-Tyrol sur l’autel de l’Axe Rome-Berlin ; un de ses livres évoquant cette question fut d’ailleurs censuré à la requête du gouvernement italien. L’invasion de l’URSS acheva de démontrer que le Führer était mû par ses passions idéologiques, non par la raison géopolitique : certain que l’Allemagne ne pouvait gagner un conflit livré sur deux fronts, Haushofer y vit un « péché mortel78 ». Le général fut alors marginalisé, d’autant que l’équipée anglaise de Hess lui avait fait perdre le plus sûr avocat qu’il eût en haut lieu. Compte tenu des origines de sa femme, les menaces s’accumulèrent sur lui et les siens jusqu’à ce jour tragique de 1945 où son fils, lié aux auteurs de la tentative d’attentat contre Hitler, fut assassiné par la Gestapo.

Le testament de Haushofer

  • 79 Ibid., p. 157.
  • 80 Ibid., p. 158-159. Sur la vogue de la géopolitique aux États-Unis vers la fin de la Seconde Guerre (...)
  • 81 Haushofer, « De la géopolitique », art. cit., p. 99.
  • 82 Pour une présentation synthétique de la pensée de Mahan, voir notre livre Une éducation géostratég (...)

44Les époux Haushofer se suicidèrent en 1946, ne pouvant survivre au drame personnel qu’ils venaient de connaître et qui n’était qu’une facette de la catastrophe allemande. Mais Haushofer ne se reprocha-t-il pas aussi le rôle qu’il avait joué dans cette catastrophe, sans d’ailleurs avoir été le seul ni même le principal mentor du national-socialisme ? Soumis peu avant sa mort à une commission d’enquête américaine, il regretta d’avoir trop souvent franchi « la limite qui sépare la science pure de la science appliquée79 ». Il s’efforça toutefois de sauver la géopolitique avec un argument très puissant : loin d’être une exception allemande, elle était pratiquée par certaines universités américaines. Mieux encore, les Anglo-Saxons en avaient été les pionniers. Parmi ses propres inspirateurs, Haushofer citait l’Américain Mahan, théoricien de la puissance maritime, ou l’Anglais Mackinder, théoricien de la puissance continentale80. De fait, les auteurs anglo-saxons apparaissent de bonne heure dans son œuvre81, et Mahan avait auparavant influencé le développement du navalisme wilhelmien. De fait aussi, leurs travaux relèvent de la géopolitique si l’on appelle ainsi une politique déduite de la géographie. De fait encore il s’agit d’une géopolitique impérialiste, visant à défendre un empire déjà existant (Mackinder) ou à établir une hégémonie indirecte (Mahan)82.

  • 83 Haushofer, « De la géopolitique », art. cit., p. 107.
  • 84 Chéradame, op. cit., p. 2.
  • 85 Ibid., p. 21.
  • 86 Ibid., p. 70.
  • 87 Ibid., p. 185.
  • 88 Aron Raymond, Les guerres en chaîne, Paris, Gallimard, 1951, p. 34.

45Haushofer avait par ailleurs ferraillé contre Chéradame, qui indiquait en 1916, avec force statistiques et cartes, comment exploiter les divisions ethniques de l’Autriche-Hongrie pour l’abattre83. À lire cet auteur, on est bien obligé de reconnaître l’existence d’une géopolitique française qui, pour se vouloir libérale et démocratique, fut épistémologiquement aussi douteuse que la géopolitique allemande. L’une et l’autre mettent des matériaux de grande valeur scientifique au service d’un projet de « vulgarisation84 » relevant en réalité de partis pris idéologiques à peine dissimulés : aux diatribes haushofériennes contre l’État-méduse tchécoslovaque correspondent les imprécations de Chéradame contre la Double-Monarchie, « État […] parasitaire85 ». Il affirmait que ses minorités nationales étaient « opprimées […] depuis des siècles de la façon la plus abominable par [la] noblesse féodale86 », ignorant ainsi le mouvement de libéralisation entamé depuis les années 1900, et que ses soldats ne se battaient « que contraints par la férocité des cadres allemands87 », alors que la plupart d’entre eux firent preuve de loyalisme jusqu’en 1916. En ce sens, notait Raymond Aron, « la guerre révéla plus encore la solidité que la précarité [du] vieil édifice des Habsbourg » : sa dislocation résulta de la stratégie alliée d’appui aux mouvements nationaux plutôt que d’irrépressibles tendances indigènes88.

  • 89 Chéradame, op. cit., p. 194-195.

46Chéradame exposait aussi les normes qui allaient présider au tracé des frontières de 1919-1920 : d’une part il faudrait faire justice aux « petites nations martyrisées », en quoi le principe des nationalités constituerait « la base morale […] de la future Europe » ; de l’autre, ce principe ne pourrait « toujours recevoir […] une application intégrale », car « pour constituer des États viables, il faut […] tenir compte […] des nécessités stratégiques défensives, historiques, économiques, de la majorité89 ». Ainsi les monts des Sudètes furent-ils cédés à la Tchécoslovaquie en tant que frontière stratégique malgré leur population allemande : techniquement parlant, Ratzel n’eût pas raisonné autrement. Mais de ces nouvelles frontières, l’Europe ne se porta pas mieux, bien au contraire, puisque la balkanisation du monde danubien ouvrit un boulevard aux ambitions hitlériennes.

  • 90 Haushofer, lettre à K.-O. Roth (1933), De la géopolitique, op. cit., p. 239.
  • 91 Haushofer, « Le bloc continental… », art. cit., p. 127.

47Rien d’étonnant dès lors à ce que Haushofer ait conçu la géopolitique allemande comme un contrepoids aux « auxiliaires scientifiques de la politique extérieure française que sont l’Académie, les instituts, l’École des sciences politiques et autres cuisines de sorcières », sans oublier leur pendant d’outre-Manche, l’Imperial Institute90. Nulle surprise non plus qu’il se soit estimé fondé à « se servir des bons outils […] trouvés dans un arsenal bien garni tel qu’en offrait l’impérialisme […] anglais et français91 ».

  • 92 Yves Lacoste, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Maspero, 1976.

48La géographie a toujours frayé avec la politique et la stratégie, car pour reprendre le mot fameux d’Yves Lacoste, elle sert d’abord à faire la guerre92. On peut le déplorer, mais non le nier, pas plus qu’on ne peut récuser la théorie des frontières dynamiques en tant que constat : elle décrit adéquatement les postulats implicites ou explicites de l’impérialisme classique. Le caractère sulfureux de la géopolitique allemande tient plutôt à son aspect programmatique. Sans doute le doit-elle aux circonstances de son apparition dans un Reich wilhelmien ébloui en même temps qu’affolé de ses propres succès, oscillant entre mégalomanie et paranoïa, tout frémissant de virtualités révolutionnaires. Si la géopolitique anglaise et française fut moins agressive, c’est parce qu’elle exprimait les besoins de puissances établies, donc conservatrices (encore qu’elles n’hésitèrent pas à user de moyens subversifs contre l’Autriche-Hongrie). Quant à la géopolitique d’outre-Atlantique, ses pulsions expansionnistes furent tempérées par l’isolationnisme de l’opinion américaine, de sorte qu’elle déboucha sur une stratégie d’influence plutôt que de conquêtes.

49Le climat intellectuel du premier XXe siècle explique également le dérapage de la géopolitique classique. D’avoir ébranlé la religion et le système de valeurs qu’elle commandait, la science – notamment le darwinisme et ses succédanés – avait gagné un prestige social qui tendait à la transformer en nouveau dogme : aussi un authentique savant comme Ratzel passa-t-il sans ciller de la description géographique (la frontière comme ancien front) à la prescription politique (la frontière comme futur front). Mais à l’ère des masses, l’influence qu’il ambitionnait d’exercer ne pouvait rester cantonnée aux antichambres feutrées du pouvoir. Elle glissa dans la rue sous l’influence des pangermanistes et s’y trouva aussitôt dénaturée. Marquée par la Grande Guerre et se voulant plus opérationnelle que la géographie politique de Ratzel, la géopolitique de Kjellén et Haushofer fut encore plus exposée à ces avatars.

Notes

1 Claval Paul, Géopolitique et géostratégie. La pensée politique, l’espace et le territoire au XXe siècle, Paris, Nathan, 1996, p. 4-7.

2 Voir l’avant-propos de Michel Korinman à Ratzel Friedrich, La géographie politique (1897 et 1903), morceaux choisis, Paris, Fayard, 1987.

3 Korinman M., Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique, Paris, Fayard, 1990, p. 38 sqq.

4 Ratzel, op. cit., p. 55.

5 Ibid., p. 64.

6 Ibid., p. 65.

7 Ibid., p. 66.

8 Ibid., p. 60.

9 Ibid., p. 163-164.

10 Manent Pierre, Cours familier de philosophie politique, Paris, Gallimard, 2005, p. 85 sqq.

11 Ratzel, op. cit., p. 62.

12 Ibid., p. 158.

13 Ibid., p. 59.

14 Ibid., p. 66.

15 Ibid., p. 65.

16 Ibid., p. 63.

17 Ibid., p. 92.

18 Ratzel, cité par Klein Jean, « Considérations sur la géopolitique. Du pangermanisme aux doctrines de l’espace vital et des frontières mouvantes », Stratégique, n° 20, Paris, Fondation pour les études de Défense nationale, 1983, p. 31.

19 Ratzel, op. cit., p. 158 (c’est nous qui soulignons).

20 Voir à ce sujet Korinman M., « De Friedrich Ratzel à Karl Haushofer, la Politische Ozeanographie », Coutau-bégarie Hervé (dir.), La pensée géopolitique navale (L’évolution de la pensée navale V), Paris, Economica, 1995.

21 Ratzel, op. cit., p. 164.

22 Ibid., p. 163.

23 Cité par Ratzel, ibid., p. 143.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 125.

26 Voir Ranquet Philippe, Rudolf Kjellén et sa postérité, mémoire de maîtrise sous la direction du Professeur Philippe Levillain, université Paris X, 1995, et l’article de même intitulé dans Coutau-Bégarie H. et Motte M. (dir.), Approches de la géopolitique (à paraître fin 2006 chez Economica).

27 Kjellén Rudolf, L’État comme forme de vie (1916), cité par Ranquet P., op. cit., p. 54.

28 Kjellén, Les grandes puissances de 1914 (1914), cité par Ranquet P., ibid., p. 85.

29 Ibid., p. 82-83.

30 Ibid., p. 85-86.

31 Ibid., p. 88.

32 Ibid., p. 90.

33 Ibid., p. 100.

34 Ibid., p. 108.

35 Ibid., p. 112.

36 Ibid., p. 115.

37 Voir Klein J., « Préface », et Jacobsen Hans-Adolf, « Karl Haushofer (1869-1946). Une esquisse biographique », Haushofer, De la géopolitique (recueil de textes), Paris, Fayard, 1986.

38 Haushofer, « La vie des frontières politiques » (1930), ibid., p. 185.

39 Haushofer, « De la géopolitique » (1931), ibid., p. 111.

40 Ibid.

41 Haushofer, « La vie des frontières politiques », art. cit., p. 189.

42 Ibid., p. 190.

43 Hassinger Hugo, « Autriche-Hongrie et États successeurs », Les grandes puissances avant et après la guerre mondiale, refonte du livre de Kjellén sous la direction de Haushofer (1930), cité par Ranquet P., op. cit., p. 134-135.

44 Haushofer, « De la géopolitique », art. cit., p. 111.

45 Haushofer, « La vie des frontières politiques », art. cit., p. 189-190.

46 Haushofer, « Les bases géographiques de la politique étrangère » (1927), De la géopolitique, op. cit., p. 204-205.

47 Haushofer, « La vie des frontières politiques », art. cit., p. 186.

48 Haushofer, « L’espace vital allemand » (1931), De la géopolitique, op. cit., p. 199.

49 Korinman M., Quand l’Allemagne…, op. cit., p. 191 sqq.

50 Voir notre article « La guerre au commerce maritime : un exemple de violence contre les civils (1914-1945) », Motte M. et Thebault F. (dir.), Guerre, idéologies, populations, 1911-1946 (Cahiers d’Histoire de Saint-Cyr-Coëtquidan, n°2), Paris, L’Harmattan, 2005.

51 Haushofer, « Le bloc continental Europe centrale-Eurasie-Japon » (1940), De la géopolitique, op. cit., p. 134. L’allusion à l’anaconda est manifestement une réminiscence de la guerre de Sécession, durant laquelle cette image fut appliquée au blocus mis en œuvre par l’US Navy contre les Confédérés.

52 Ibid., p. 148.

53 Haushofer, lettre à Hans-Otto Roth (1935), De la géopolitique, op. cit., p. 240-241.

54 Korinman M., Deutschland über alles. Le pangermanisme, 1890-1945, Paris, Fayard, 1999, p. 48.

55 Cité par Chéradame André, Le Plan pangermaniste démasqué, Paris, Plon, 1916, p. 89 (c’est nous qui soulignons).

56 Tirpitz, Mémoires, Paris, Payot, 1922, p. 453.

57 Ibid., p. 339.

58 Ibid., p. 341.

59 Ibid., p. 339.

60 Ibid., p. 341-342.

61 Ibid., p. 454.

62 Chéradame, op. cit., p. 28.

63 Hasse Ernest (sous anonymat), Grossdeutschland und Mitteleuropa um das Jahr 1950 (1895), cité par Chéradame, id., et Korinman M., Deutschland über alles, op. cit., p. 55.

64 Voir à ce sujet Husson Edouard, « Nous pouvons vivre sans les Juifs ». Quand et comment ils décidèrent de la Solution finale, Paris, Perrin, 2005. L’auteur propose un dépassement très convaincant de la querelle entre « intentionnalistes » et « fonctionnalistes ».

65 Haushofer, procès-verbal du Conseil de la communauté de travail pour la géopolitique (1936), De la géopolitique, op. cit., p. 241.

66 Cité par Jacobsen H.-A., op. cit., p. 55.

67 Haushofer, lettre à H.-O. Roth, doc. cité, p. 240.

68 Cité par Klein J., « Considérations sur la géopolitique », art. cit., p. 32.

69 Korinman M., Deutschland über alles, op. cit., p. 26 et note 76 p. 410.

70 Ibid., p. 219 sqq.

71 Ibid., p. 237.

72 Korinman M., Quand l’Allemagne…, op. cit., p. 147 sqq.

73 Ibid., p. 49 et 84-85.

74 Haushofer, « De la géopolitique », art. cit., p. 105.

75 Korinman M., Quand l’Allemagne…, op. cit., p. 53.

76 Haushofer, « Les bases géographiques de la politique étrangère », art. cit., p. 203-204.

77 Haushofer, « Apologie de la “géopolitique” allemande » (1945), De la géopolitique, op. cit., p. 158-159.

78 Ibid., p. 159. Ces termes datent de 1945, mais il n’y a pas de raison de penser que Haushofer ait pu raisonner autrement en 1941, compte tenu de son attachement à l’alliance germano-soviétique.

79 Ibid., p. 157.

80 Ibid., p. 158-159. Sur la vogue de la géopolitique aux États-Unis vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, voir Antonsich Marco, « De la Geopolitik à la Geopolitics : transformation idéologique d’une doctrine de puissance », Stratégique, n°60, Paris, Institut de stratégie comparée, 1996.

81 Haushofer, « De la géopolitique », art. cit., p. 99.

82 Pour une présentation synthétique de la pensée de Mahan, voir notre livre Une éducation géostratégique. La pensée navale française, de la Jeune Ecole à 1914, Paris, Economica, 2004, chap. I et V. Pour un premier contact avec Halford J. Mackinder, voir sa célèbre conférence de 1904 « Le pivot géographique de l’histoire », Stratégique, n°55, Paris, Fondation pour les études de Défense nationale, 1992.

83 Haushofer, « De la géopolitique », art. cit., p. 107.

84 Chéradame, op. cit., p. 2.

85 Ibid., p. 21.

86 Ibid., p. 70.

87 Ibid., p. 185.

88 Aron Raymond, Les guerres en chaîne, Paris, Gallimard, 1951, p. 34.

89 Chéradame, op. cit., p. 194-195.

90 Haushofer, lettre à K.-O. Roth (1933), De la géopolitique, op. cit., p. 239.

91 Haushofer, « Le bloc continental… », art. cit., p. 127.

92 Yves Lacoste, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Maspero, 1976.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540