Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

Défense de l’Union soviétique et communisme français : à l’interface du politique, du culturel et du militaire (1925-1934)

Georges Vidal

Texte intégral

1Entre 1925 et 1934, les dirigeants soviétiques, obnubilés par la crainte d’une agression des puissances capitalistes, définissent une stratégie de défense globale de l’URSS qui repose sur la combinaison de trois forces distinctes : l’outil militaire, l’activité diplomatique et l’action du Komintern.

2Pour cette raison, les communistes français ont dû appliquer un projet antimilitariste ambitieux et complexe que l’on peut ainsi résumer : en temps de paix, affaiblir la défense nationale ; en temps de guerre, provoquer son effondrement afin de s’emparer du pouvoir et construire sur les ruines de l’armée bourgeoise une armée prolétarienne, conforme au modèle de l’Armée rouge d’Union soviétique. Par ses caractéristiques subversives et ses finalités défaitistes et insurrectionnelles, l’antimilitarisme communiste constitue en fait une véritable politique militaire que le PCF applique de la seconde moitié des années 1920 jusqu’au début des années 1930.

3Cette action prend quatre formes différentes : l’antimilitarisme stricto sensu (actions dans l’armée et dans les usines travaillant pour la défense nationale), les manifestations de rue contre la guerre et la défense nationale, la propagande en faveur de l’Armée rouge et l’espionnage dans les usines d’armement.

4Cependant, au terme de plusieurs années de mise en pratique, le bilan de l’action communiste demeure modeste, très en deçà des objectifs fixés. Comment expliquer cet échec relatif ? Par l’efficacité de la répression mais également parce que la majeure partie de la mouvance communiste française, y compris dans une certaine mesure la direction du parti, se révèle assez imperméable à l’orientation anti-guerre dictée par Moscou. Dans l’ensemble, on constate un fort scepticisme quant à l’imminence de la guerre contre l’URSS et l’identification à la patrie soviétique semble marginale, montrant ainsi que la césure classe ouvrière-nation est loin d’être une réalité dans la période où le PCF mène la politique la plus radicale de son histoire.

5En août 1927, Staline résumait, dans son style lourd si caractéristique, les principes qui fondaient la subordination du mouvement communiste international à l’Union soviétique :

  • 1 Staline Joseph, « Discours sur la situation internationale à l’assemblée plénière du comité centra (...)

« Est un révolutionnaire celui qui, sans réserves, sans conditions […] est prêt à défendre l’URSS, car l’URSS est le premier État prolétarien révolutionnaire bâtissant le socialisme au monde. Est un internationaliste celui qui, sans réserves, sans hésitations, est prêt à défendre l’URSS, parce que l’URSS est la base de la révolution mondiale1. »

  • 2 « Thèses sur la lutte contre la guerre impérialiste et la tâche des communistes » (thèses et résol (...)

6Un an plus tard, le VIe Congrès du Komintern rappelait sans ambiguïté qu’en cas de conflit contre l’Union soviétique, « les travailleurs [du monde entier] avaient le devoir de défendre leur patrie socialiste2 ».

7Ainsi, pour les communistes, l’époque où les prolétaires n’avaient pas de patrie est considérée comme révolue depuis octobre 1917.

  • 3 Sur la croyance des dirigeants soviétiques de cette époque, et en tout premier lieu de Staline à u (...)

8Ces quelques slogans indiquent clairement que, pour les dirigeants soviétiques, le mouvement communiste international, outre sa vocation à militer pour l’extension du communisme dans le monde, faisait partie intégrante des moyens de défense de l’URSS face aux États capitalistes. Cette conviction est particulièrement forte dans la période 1925-1934 car les dirigeants soviétiques sont alors obnubilés par la crainte d’une agression des puissances d’Occident contre l’URSS3. Cette hantise de la « guerre inévitable » entraîne la mise en place progressive, dans la deuxième moitié des années 1920, d’une stratégie de défense globale du monde communiste qui repose sur la combinaison de trois forces distinctes : l’outil militaire, l’activité diplomatique et l’action du Komintern. Les deux premières forces restent, durant cette période, d’un niveau modeste, reflétant la relative faiblesse de l’État soviétique : l’Armée rouge est progressivement renforcée mais ses effectifs demeurent faibles et ses équipements limités du fait des carences de l’appareil industriel ; l’URSS, marginalisée sur le plan diplomatique, n’a guère de poids dans l’évolution des relations internationales. En conséquence, le Kremlin considère que le Komintern doit occuper une place importante dans le dispositif de défense de l’Union soviétique en développant une activité antimilitariste à l’échelle de l’Europe ainsi qu’au Japon et, secondairement, en y organisant des réseaux de renseignement dans les industries d’armements.

9Sur le plan géopolitique, Moscou estime que l’ensemble de ces tâches concerne en tout premier lieu le Parti communiste français, puisque la France est considérée comme la principale menace pour la sécurité de l’URSS : d’une part, elle est la première puissance militaire mondiale ; d’autre part, elle est perçue, jusqu’au début de 1934, comme le chef de file des puissances capitalistes qui préparent la guerre antisoviétique. Le PCF s’est donc trouvé au centre du dispositif de défense de l’Union soviétique développé par le Komintern en Europe et en Extrême-Orient. De ce constat découlent trois questions : placé au cœur du territoire ennemi, quelle orientation le PCF a-t-il appliqué contre la Défense nationale ? A-t-il été, durant cette période, l’allié de l’URSS ou le prolongement de l’Armée rouge en France ? Comment les directives de Moscou ont-elles été reçues et appliquées par les communistes français ?

LE PCF AU CŒUR DU TERRITOIRE ENNEMI

  • 4 La conviction que la guerre moderne se caractérise désormais par la disparition de toute distincti (...)

10La stratégie internationale de défense de l’URSS repose sur l’articulation de deux concepts : la guerre mécanisée, menée par des armées de masse dans les zones de combat ; le « front intérieur » considéré par les stratèges communistes comme une dimension essentielle de la guerre totale à l’époque impérialiste. Pour cette raison, ils estiment que les conflits contemporains se caractérisent par l’absence de séparation entre le front et l’arrière. En particulier, l’extension des actions de guerre loin au cœur des nations en conflit vise à briser les structures industrielles de l’ennemi afin de saper les fondements de sa puissance militaire. Les infrastructures économiques et les moyens de transport étant devenus un enjeu militaire essentiel, les ouvriers sont donc eux aussi devenus un enjeu stratégique majeur, le facteur humain décisif qui fera basculer la guerre vers la défaite ou la victoire4.

11Dans ces conditions, face à l’agression inéluctable contre l’URSS, le PCF doit se préparer à affaiblir les forces armées tout en tenant le front intérieur. À cette fin, la direction de l’Internationale distingue deux types de situation : celle du temps de paix et celle du temps de guerre.

12En temps de guerre, les communistes doivent adopter une politique défaitiste et convaincre les ouvriers et les soldats qu’il faut aider par tous les moyens l’Armée rouge, « armée du prolétariat international », à remporter la victoire. Le défaitisme est ainsi considéré comme la voie royale conduisant à la victoire finale du prolétariat car, en entraînant la désagrégation, il permettra de transformer la guerre contrerévolutionnaire en guerre civile. Mais réussir la conquête insurrectionnelle du pouvoir en temps de guerre dépend très largement de l’action préalable menée dès le temps de paix.

13Pour cette raison, les communistes français ont dû appliquer un projet antimilitariste ambitieux et complexe que l’on peut ainsi résumer : en temps de paix, affaiblir la défense nationale ; en temps de guerre, provoquer son effondrement afin de s’emparer du pouvoir et construire sur les ruines de l’armée bourgeoise une armée prolétarienne, conforme au modèle de l’Armée rouge de l’Union soviétique. Que ce soit par l’action ouverte ou par l’action clandestine, cet axe antimilitariste est conçu comme une arme de défense de l’Union soviétique : dissuasive en temps de paix, offensive en temps de guerre.

14En appliquant cette orientation, le Komintern a adopté une définition extensive de l’antimilitarisme. Celui-ci ne désigne plus seulement l’opposition à l’appareil militaire mais englobe de façon générale la lutte contre l’ensemble des activités liées, de quelque manière que ce soit, à la défense nationale, tout particulièrement dans les usines et les transports. En cas de guerre, l’activité antimilitariste dans l’armée permettrait donc d’aboutir à la désagrégation du front, tandis que l’antimilitarisme de masse réaliserait la désintégration du « front intérieur ». Ainsi, par ses caractéristiques subversives et ses finalités défaitistes et insurrectionnelles, l’antimilitarisme communiste constitue en fait une véritable politique militaire que le PCF applique de la seconde moitié des années 1920 jusqu’au début des années 1930.

15Parallèlement à l’antimilitarisme, les Soviétiques comptent sur une intensification de l’activité de renseignement grâce à l’appui discret du PCF. Ils espèrent ainsi mieux connaître les préparatifs de guerre de la France et s’approprier ses innovations technologiques dans le secteur des armements afin d’en faire bénéficier une industrie militaire soviétique encore peu développée. Ce recours à l’espionnage n’est pas ouvertement revendiqué, mais il fait partie des tâches attribuées au Komintern pour combattre l’institution militaire.

16Par-delà cette théorisation de l’action anti-guerre, il est vrai que la propagande antimilitariste et pro-soviétique, bruyante et excessive, est surtout utilisée comme arme de dissuasion face à la supposée menace impérialiste. Toutefois, l’activité des communistes contre la Défense nationale ne se limite pas à un ensemble de gesticulations destinées à impressionner les dirigeants politiques et les chefs militaires. Elle comprend également tout un ensemble de pratiques spécifiques et la mise en place de structures légales et semi-légales destinées à combattre les préparatifs à la guerre antisoviétique.

LE PCF, ALLIÉ DE L’URSS OU PROLONGEMENT DE L’ARMÉE ROUGE ?

17Suivant les directives de Moscou, le PCF va agir sur quatre plans différents : l’antimilitarisme stricto sensu directement dirigé contre l’institution militaire et les industries travaillant pour la Défense nationale, les manifestations de rue, la propagande et le renseignement.

  • 5 Dès la fin de 1923, le Komintern avait donné au PCF des instructions pour qu’il organise son activ (...)

18En 1926, le PCF a mis en place un appareil spécial destiné à mener une activité dans l’armée et baptisé, selon la terminologie communiste, le travail anti ou le travail militaire. La création de cet organisme illégal a été facilitée par l’expérience acquise lors des campagnes menées contre l’occupation de la Ruhr en 1923 et la guerre du Rif de 1925 à 19265. Cet appareil se développe dans les années suivantes et continue de fonctionner sans modification notable dans la première moitié des années 1930.

  • 6 Vassart Albert, Mémoires, partie IV, 1931-1934 (non paginé). Le financement des appareils spéciaux (...)

19Comparé à la taille modeste du Parti communiste qui, durant cette période, ne regroupe que quelques dizaines de milliers d’adhérents, cet organisme clandestin a pris des proportions relativement importantes et a mobilisé des effectifs ainsi que des moyens matériels et financiers non négligeables. D’après Albert Vassart, les fonds affectés au travail anti vers 1930 représentent 8 % du budget du PCF6. Ce chiffre élevé est significatif de l’importance accordée à l’activité antimilitariste. Cet appareil conspiratif, couramment appelé appareil anti, comprend deux ensembles étroitement reliés entre eux : l’appareil militaire et, placé sous sa tutelle, l’appareil civil.

20L’appareil militaire est organisé selon deux degrés distincts :

  1. L’appareil proprement dit, composé de six à huit permanents du parti spécialement affectés au travail anti et placé sous la direction d’une troïka, baptisée le Centre, constituée du secrétaire général du PCF, du secrétaire national des JC et du technique ;
  2. Les cellules de caserne qui regroupent des militants sous les drapeaux. Ces cellules, à cause des exigences de la clandestinité, ne regroupent qu’un effectif réduit. Dans le cas où un soldat communiste est en relation avec l’appareil antimilitariste, mais se trouve isolé dans son unité, il est considéré comme une liaison.
  • 7 Ibid.

21L’appareil civil, qui fonctionne à l’extérieur des casernes, est composé de militants appartenant aux structures locales du parti. Cet appareil est en principe structuré sur deux plans différents : les comités régionaux et les comités locaux, organisés en troïka qui comprennent le principal dirigeant local ou régional du PCF et de la JC, ainsi qu’un technique. L’appareil civil permet de faire le lien entre le Centre et les cellules de soldats et d’intégrer, dans la mesure du possible, ces dernières à l’activité locale du parti. En effet, ces cellules ne sont pas conçues comme des structures « dormantes » qui attendraient, pour passer à l’action, que survienne une crise politique majeure ou l’éclatement de la guerre. Au contraire, elles sont conçues pour agir dès leur création et de façon permanente7. Leur activité se résume surtout à assurer la diffusion des journaux et des tracts antimilitaristes dans les casernes.

22Outre le quotidien L’Humanité qui possède une rubrique spécialisée dans la dénonciation de l’institution militaire, le PCF s’est doté d’un système de presse antimilitariste comprenant plusieurs titres, en principe imprimés selon une périodicité régulière, le plus important d’entre eux étant le bimensuel La Caserne. S’y ajoute la parution de plusieurs journaux de casernes, réalisés localement grâce à une collaboration étroite entre la cellule de soldats et le comité local.

  • 8 BMP, bob. 566, Congrès ouvrier et paysan de la région parisienne, 2 et 3 juillet 1932, résolution (...)
  • 9 BMP, bob. 301, projet pour la campagne contre la guerre, 12 juin 1928, p. 44.

23Pour développer l’antimilitarisme dans l’industrie, le Parti communiste s’est fixé deux priorités : d’abord, améliorer son implantation dans la région parisienne, le principal « arsenal de guerre » du pays8 ; secondairement, accroître sa présence dans les centres industriels de province, en particulier dans les grandes entreprises travaillant pour la défense nationale9. Les communistes comptent profiter de ce travail d’implantation pour grossir les rangs des manifestations qu’ils organisent régulièrement contre la Défense nationale.

24Entre 1929 et 1933, chaque 1er août, date anniversaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale, se déroule la Journée internationale d’action contre la guerre impérialiste et pour la défense de l’Union soviétique qui marque le temps fort des mobilisations du PCF contre la guerre. D’une tonalité violemment antimilitariste en 1929, ces journées tendent les années suivantes à prendre une tournure plus modérée. En particulier, les mots d’ordre prennent un contenu de plus en plus revendicatif. Le PCF cherche ainsi à convaincre les ouvriers que défendre les revendications sociales, c’est aussi lutter contre la guerre et contre le militarisme. Du fait de cette évolution, la lutte contre la guerre tend à se dissoudre dans la politique générale du parti. Cette relative désescalade de l’action antimilitariste se vérifie également à l’occasion des actions contre les manœuvres aériennes et de défense passive.

25Au début des années 1930, la peur de la guerre aérochimique entraîne l’application d’une série de mesures destinées à renforcer sensiblement l’efficacité de la défense passive. Celle-ci fait alors l’objet de toute l’attention de l’administration, des autorités militaires, des municipalités, ainsi que d’une bonne partie de la population. De ce fait, la question de la défense passive devient un enjeu politique de taille pour le PCF dans sa lutte contre la défense nationale. Les communistes condamnent le principe même de la défense passive puisqu’elle relève du domaine militaire. Afin d’empêcher son amélioration, le PCF développe de grandes mobilisations pour gêner ou, si possible, faire échouer les manœuvres antiaériennes, généralement nocturnes, qui comprennent des exercices de protection des populations civiles. En 1931, les consignes sont les suivantes :

  • 10 Leroux H., « Quelques enseignements des manœuvres militaires de 1930 », Cahiers du bolchevisme, n° (...)

« Manifestez en masse, dans les usines et quartiers ! Refusez les masques et brisez-les ! Refusez d’entrer dans les abris ou caves ! Si on coupe le gaz et l’électricité, allumez des lampes à pétrole, des bougies, lancez des fusées, allumez des feux de Bengale, des lanternes vénitiennes ! N’observez point le silence qu’on réclamera mais faites le maximum de bruit. Chantez, criez10 ! »

  • 11 Lebrun M., « Les nouvelles formes de la guerre », Les Cahiers du bolchevisme, n° 8, avril 1932, p. (...)

26En 1932, cette orientation devient plus modérée. D’abord, il n’est plus question de refuser les masques et de les détruire mais au contraire de « prendre l’engin qui est offert et de le garder, en expliquant que les masques à gaz comme toutes les armes sont indispensables au prolétariat dans la lutte pour son émancipation11 ». Ensuite, les manifestations de rue deviennent le moyen d’action privilégié, au détriment des chahuts et autres « feux de joie ». Profitant de ce contexte d’agitation, le PCF développe d’importants moyens de propagande en faveur de l’Union soviétique.

  • 12 BM, bob. 566, Discours de Paul Vaillant-Couturier au nom du Front culturel au Congrès ouvrier et p (...)
  • 13 Alfred L., « Comment on ne doit pas combattre le militarisme », L’Internationale communiste, n° 12 (...)

27La propagande contre la guerre est structurée selon une logique binaire : les États capitalistes préparent la guerre, l’URSS défend la paix. Ainsi, la militarisation croissante et globale de la société française devient un des thèmes récurrents de la propagande communiste. Exemple significatif, en 1932, Paul Vaillant-Couturier, journaliste et intellectuel influent au sein du PCF, estime que l’art, la science et la littérature de la bourgeoisie travaillent dans un sens identique : « Tout est tendu […] vers la préparation de la guerre impérialiste. Du roman populaire à la chanson des rues, des chromos au cinéma, de la TSF à la chimie, c’est une littérature, un art, une science de police et de gaz asphyxiants12. » À l’inverse, le PCF célèbre le pacifisme authentique de l’Union soviétique qui prône avec sincérité le désarmement général13. Toutefois, le PCF reste assez discret sur cet aspect pourtant saillant de la politique extérieure soviétique. Il s’attache surtout à faire l’apologie de l’Armée rouge comme force de défense de la paix.

28La propagande communiste décrit une armée soviétique exempte des tares et des travers qui caractérisent les armées bourgeoises. En 1933, Pierre Sémard rapporte ainsi la visite qu’il vient d’effectuer dans une unité de l’armée soviétique :

  • 14 RGASPI (Moscou), 517/1434, Pierre Sémard, Le 15e anniversaire chez les cosaques rouges de Proskour (...)

« Nous visitons les casernements : les dortoirs sont bien chauffés, meublés de petites armoires individuelles, de tables et bancs avec leur “coin rouge” […] ou on peut étudier dans le calme. [Il y a] des bibliothèques dans chaque régiment qui sont surchargées de livres […], des salles spacieuses pour les exercices d’hiver et l’étude des diverses armes. Aux murs, les portraits des chefs aimés, […] partout des bustes de Lénine, dédicacés et entourés de plantes vertes. […] Nous faisons immédiatement la différence avec la ratatouille servie dans les casernes de France, la différence avec les chambrées nues et malodorantes où les soldats gèlent l’hiver et cuisent l’été14. »

  • 15 BMP, bob. 344, Section centrale antimilitariste mixte, numéro spécial sur l’Armée rouge, 12 févrie (...)

29Ce dithyrambe n’est que l’illustration d’un thème plus général : l’Armée rouge est foncièrement différente des armées capitalistes car, mise au service de la paix, elle est exclusivement destinée à assurer la défense de l’Union soviétique, alors que les armées de la bourgeoisie sont conçues pour mener des guerres d’agression. Cependant, plutôt que de valoriser la puissance militaire de l’Armée rouge, la propagande met davantage l’accent sur sa nature prolétarienne et soviétique, sur l’amour qu’il faut lui porter, car « elle est non pas une armée russe mais l’armée du prolétariat international15 ». Cette dimension internationaliste de l’armée soviétique n’occupe toutefois qu’une place secondaire dans le discours du PCF, alors qu’il exalte avec vigueur le patriotisme soviétique, légitimant ainsi l’admiration et l’affection que les communistes doivent éprouver pour l’armée chargée de veiller à la sécurité de l’URSS.

  • 16 Servet C., « L’armée nouvelle de Jaurès », Les Cahiers du bolchevisme, n° 8, août 1930, p. 812.
  • 17 « Défendons la patrie socialiste (éditorial) », Les Cahiers du bolchevisme, n° 6, mars 1932, p. 38 (...)
  • 18 L’Humanité, 12 novembre 1932, p. 4.
  • 19 « Après une période de réserve au 4e génie » (rubrique le coin du soldat), Le Travailleur du Langu (...)

30Ce patriotisme d’un nouveau type est justifié par l’existence de l’État prolétarien : « Le prolétariat a une patrie lorsqu’il est devenu le propriétaire collectif de toutes les richesses, lorsqu’il est au pouvoir. Et cette patrie socialiste-là n’est pas en contradiction avec l’internationalisme, avec la solidarité et l’union du prolétariat de tous les pays16. » Lorsque le PCF mène ses campagnes de propagande et de manifestations contre la préparation à la guerre antisoviétique, il invoque la nécessité de défendre la « patrie socialiste17 ». D’ailleurs, la presse communiste publie fréquemment des courriers de lecteurs qui expriment leur attachement patriotique à l’URSS et à son armée. Ainsi, en novembre 1932, L’Humanité publie la lettre d’un réserviste du 29e régiment de dragons de Provins qui écrit que « les réservistes ne seront pas dupes de l’état-major, [qui annonce une guerre prochaine avec l’Allemagne]. Ils apprendront à se servir de fusils pour défendre leur seule patrie : la Russie des soviets18 ». De même, deux ans plus tard, Le Travailleur du Languedoc reproduit une lettre signée par « quatre bolcheviks du 4e génie » qui affirment : « Notre patrie, c’est l’Union soviétique, notre armée, c’est l’Armée rouge, l’armée de la Révolution19. »

  • 20 Le 1er janvier 1924, le PCF a porté un drapeau à cette division, puis le 31 juillet 1925, un décre (...)
  • 21 RGASPI (Moscou), 517/1434, lettre de l’instructeur des Jeunesses communistes de la section politiq (...)
  • 22 SHAT, 5N601, circulaire du ministre de la Guerre, 15 mars 1930.

31Très tôt, le PCF a voulu montrer de manière spectaculaire et irrévocable que l’Armée rouge n’était pas seulement l’armée de l’Union soviétique mais également celle des communistes français. Pour mettre en pratique cette affirmation et montrer sa détermination à aider l’URSS en cas de guerre, le PCF a développé des liens directs avec l’armée soviétique pour en faire un thème de propagande. Par conséquent, dès 1925 est mis en place un système de parrainage avec la 1re division de cavalerie des cosaques rouges qui prend à cette occasion le nom de Parti communiste français20. Toutefois, il ne semble pas que, dans les années suivantes, des relations régulières aient été maintenues. Elles paraissent s’être limitées à quelques visites de délégations françaises, à des échanges irréguliers de courrier21. En 1931, le PCF a bien organisé une souscription pour financer l’achat de trois mitrailleuses destinées à la division cosaque, mais cette initiative n’a pas été renouvelée22.

  • 23 Sémard Pierre, Les exploits de géants des cosaques rouges. La 1re division de la cavalerie rouge p (...)

32Ce semblant d’institutionnalisation d’une relation organique entre le PCF et l’Armée rouge donne à ce parrainage une forte dimension idéologique. Il ne se réduit pas à une simple opération de propagande mais permet au PCF d’affirmer sa nature irréductible de parti bolchevik, intimement lié à l’Union soviétique. En faisant de l’Armée rouge l’armée de référence du parti, le PCF affiche sa détermination à appliquer trois grands principes du communisme kominternien : l’internationalisme prolétarien, son corollaire, le patriotisme soviétique et l’antimilitarisme révolutionnaire. Le parrainage des Cosaques rouges sert à marquer à la fois la détermination sans concession du PCF, mais aussi sa volonté de participer directement à la défense de l’URSS, y compris sur le plan militaire. Le PCF apparaît ainsi comme le prolongement de l’Armée rouge au cœur de la principale citadelle impérialiste d’Occident. En revendiquant un lien direct avec la division des « cosaques rouges », les communistes français affichent implicitement leur volonté de parvenir un jour à créer en France une armée prolétarienne. Ainsi, la construction de ce mythe guerrier porte la promesse d’une future Armée rouge à la française23. Il faut cependant remarquer que cette phraséologie martiale relève surtout du symbolique. Le PCF ne possède pas d’organisation paramilitaire de type M-apparat, comme le KPD en Allemagne et ses cadres ayant suivi une formation militaire en URSS ont été peu nombreux. Toutefois, cette ambiance « militariste » favorise la mise en place de réseaux de renseignement dans les usines travaillant pour la défense nationale.

33Même si l’espionnage n’est pas mis en avant comme activité militante à part entière, il est discrètement revendiqué comme pratique légitime dans la lutte contre la guerre impérialiste. Ainsi, L’Humanité du 14 mai 1927 la justifiait en ces termes :

  • 24 Cité dans Faligot Roger, As-tu vu Crémet, Paris, Fayard, 1991, p. 228.

« Chaque ouvrier […] est un ennemi du capital et “espionne” […] dans sa sphère de travail et d’action. Il n’espionne pas pour de l’argent mais pour la révolution qu’il doit préparer, mettre tous les perfectionnements de l’industrie du capital à la disposition de sa classe pour écraser dans la lutte révolutionnaire les forces bourgeoises ! Ce n’est pas là une question de goût mais une nécessité de classe, un devoir de classe, une probité de classe24. »

34Dès 1921, les Soviétiques ont recruté un informateur dans une usine d’aviation, Joseph Tommasi, dit « Toto », qui va organiser un réseau dans l’industrie aéronautique. Repéré en 1923 par la Sûreté générale, il s’enfuit en URSS et Jean Crémet le remplace à la tête du réseau. Ce choix montre que Moscou compte sur l’aide du Parti communiste pour développer l’espionnage industriel. Jean Crémet est en effet un membre important du mouvement communiste : secrétaire général adjoint du PCF de 1924 à 1926, puis secrétaire du comité exécutif de l’Internationale communiste de 1926 à 1928. Sous sa direction, le réseau, contrôlé par le GRU, se développe et opère dans les industries militaires, mais en avril 1927, il est démantelé par les services du contre-espionnage. Jean Crémet parvient toutefois à gagner l’URSS. Cette affaire est lourde de conséquences pour le PCF : compromis de la base au sommet dans une affaire d’espionnage, il se trouve ainsi exposé à une dure répression. Malgré ce précédent fâcheux, le général « Muraille », résident en chef du GRU en France, imagine, deux ans plus tard, d’utiliser le réseau des « rabcors » comme système de renseignement. Au nombre d’environ 2 000, les « rabcors » sont les correspondants ouvriers du quotidien L’Humanité dans lequel ils alimentent une rubrique consacrée aux luttes syndicales mais également aux productions et innovations industrielles considérées comme des préparatifs de guerre. Une commission spéciale secrète est créée pour analyser la masse des dépêches rédigées par les « rabcors » afin d’en extraire les informations sensibles présentant un intérêt militaire. Ce vaste système de renseignement, alimenté à l’insu des informateurs eux-mêmes, fonctionne jusqu’en juin 1932, date à laquelle éclate l’affaire « Fantômas » qui entraîne la destruction du réseau. Une centaine de personnes sont arrêtées et, une fois encore, un dirigeant de premier plan, Jacques Duclos, est mis en cause. Pour échapper aux poursuites, il part s’installer quelque temps en Allemagne.

35Échaudée par cette succession d’affaires, la direction du PCF demande alors au Komintern qu’un strict cloisonnement soit dorénavant respecté entre l’activité politique et syndicale et l’appartenance aux services de renseignement. Cette décision est significative de la marge de manœuvre limitée dont dispose le PCF pour combattre la Défense nationale, mais également de la volonté de ses dirigeants de ne pas s’engager trop loin afin de pas nuire aux intérêts de leur parti, en particulier pour limiter les risques de marginalisation dans le pays et au sein de la classe ouvrière, mais également pour ne pas se couper d’une partie de la mouvance communiste, réfractaire à des pratiques trop radicales. Ces réticences expliquent d’ailleurs, pour une part, le relatif échec de l’orientation antimilitariste.

UN PATRIOTISME SOVIÉTIQUE EN DEMI-TEINTE, UN ANTIMILITARISME MARGINALISÉ

36Les résultats obtenus par le PCF sont dans l’ensemble modestes, très en deçà des objectifs fixés.

  • 25 BMP, bob. 301, situation actuelle de l’appareil, juillet 1928, p. 94.

37Il semble que l’implantation communiste dans les casernes ait culminé en 1928 avec 62 cellules de soldats répertoriées25. En admettant que chaque cellule compte de trois à quatre membres, le nombre de militants communistes organisés dans les casernes aurait été compris, cette année-là, entre 250 et 309, chiffre particulièrement modeste rapporté à l’ensemble de l’armée française.

  • 26 Digard Étienne, « L’activité antimilitariste de masse », Les Cahiers du bolchevisme, n° 8, août 19 (...)

38Dans les années suivantes, plusieurs indices montrent un affaiblissement sensible de l’activité communiste dans l’armée. L’appareil militaire connaît une baisse du nombre de cellules et son organisation interne devient plus lâche. Ainsi, la presse nationale antimilitariste diffusée dans les casernes sort avec une fréquence réduite. De plus, il est fort probable qu’une grande partie de ces journaux n’atteigne jamais les soldats, soit parce que l’organisation locale du parti néglige d’organiser sa diffusion, soit parce que, bien souvent, sa distribution consiste à lancer au hasard un paquet de journaux ou de tracts par-dessus le mur des casernes. Dans ces conditions, ce matériel de propagande est bien souvent récupéré par l’autorité militaire et n’atteint aucun soldat. Autre exemple significatif de la faiblesse du travail anti : entre 1929 et 1933, lors des grandes manifestations communistes du 1er août ou du 1er mai, le PCF ne parvient jamais à faire défiler des soldats en uniforme dans les cortèges26.

  • 27 « Les luttes contre les manœuvres aériennes dans la région marseillaise », Les Cahiers du bolchevi (...)

39Par ailleurs, les diverses manifestations de rue antimilitaristes ne rencontrent au mieux qu’un succès mitigé. Ainsi, en 1932, tirant un bilan des quelques actions menées contre les manœuvres antiaériennes, la direction du travail antimilitariste constate : « Nous n’avons pas réussi à mobiliser tout le Parti. Nous n’avons mobilisé que l’actif27. » Comment expliquer cet échec relatif ?

  • 28 RGASPI (Moscou), 517/688, la lutte contre les périodes, juillet 1928, p. 66. Digard Étienne, « L’a (...)
  • 29 Leroux H., « Quelques enseignements des manœuvres militaires de 1930 », Les Cahiers du bolchevisme(...)
  • 30 Ibid., p. 30.
  • 31 Sageot, « La lutte contre la guerre dans l’armée », Les Cahiers du bolchevisme, n° 1, janvier 1933 (...)
  • 32 Cf. Faligot Roger, op. cit., p. 197-219.

40D’abord la répression est relativement efficace, surtout à partir de 1927 lorsque, sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur, Albert Sarraut, le gouvernement décide de durcir sensiblement la lutte contre le communisme en visant particulièrement ses menées antimilitaristes. L’appareil anti voit alors sa marge de manœuvre réduite et plusieurs de ses dirigeants, au moins provisoirement, neutralisés28. Ainsi, Jacques Duclos, officiellement gérant de La Caserne depuis juillet 1926, totalise un an plus tard 30 ans de prison et 18 000 francs d’amende29 ! En 1931, François Billoux informe les militants que si L’Humanité évoque moins les luttes des soldats, « c’est que chaque manifestation de soldats ou de réservistes relatée dans l’Humanité coûte deux années de prison au gérant et 22 000 francs d’amende au journal30 ». Pour la seule deuxième moitié de 1932, les activités antimilitaristes au sein des casernes auraient entraîné une moyenne mensuelle de 20 procédures judiciaires31. Quant aux mesures de contre-espionnage, elles se sont montrées particulièrement efficaces puisque la même année, l’affaire « Fantômas » entraîne le démantèlement de l’organisation conçue par le général Muraille. Cinq ans auparavant, le réseau Crémet avait été rapidement infiltré puis démantelé. Ces succès de la Sûreté générale et de la Section de centralisation du renseignement ont été grandement facilités par le refus de plusieurs responsables syndicaux de faire du renseignement, une pratique étrangère à leur culture militante, qui non seulement heurte leurs convictions mais aussi vraisemblablement un patriotisme latent32.

41Cette attitude est symptomatique de la réticence des milieux ouvriers et communistes à suivre les directives anti-guerres élaborées à Moscou. Lorsque la direction du Komintern critique la « passivité » du PCF dans la lutte contre la défense nationale, elle constate en fait que la masse du parti se montre assez imperméable à l’engagement antimilitariste, qu’elle fait preuve de scepticisme et d’inertie dans la lutte contre la guerre.

  • 33 BM, bob. 177, rapport sur le travail anti, 1er janvier 1927, p. 22.
  • 34 Marty Michel, « Pour la renaissance du travail antimilitariste de masse », Les Cahiers du bolchevi (...)
  • 35 Arch. nat., F7/13119, rapport sur la Conférence de la région parisienne du PCF, le 15 mars 1931.
  • 36 Arch. nat., F7/13115, rapport d’activité de la région Centre, travail antimilitariste, 1929.

42Cette attitude concerne en particulier les jeunes communistes qui accomplissent leur service militaire. Rapporté aux effectifs du parti, les militants organisés dans l’armée représentent environ 0,5 % des membres du PCF. Ce pourcentage dérisoire indique que, depuis sa mise en place, l’appareil militaire est loin d’organiser l’ensemble des jeunes communistes sous les drapeaux. Cette réticence à s’investir dans une activité militante pendant leur temps de service explique l’échec systématique de tout sérieux recensement des conscrits, membres du PCF et des Jeunesses communistes. Ainsi, en 1926, la direction du travail militaire n’a pu centraliser que le chiffre dérisoire de 100 adresses de conscrits33 et dans les années qui suivent, en particulier en 1933, les appels renouvelés à effectuer le recensement des conscrits communistes34 montrent que la consigne n’est guère entendue. Cette incapacité à recenser s’explique en partie par la négligence des cellules, des rayons et des directions de région, mais elle résulte aussi de la mauvaise volonté des conscrits communistes à se faire enregistrer, certains d’entre eux allant même jusqu’à fournir de fausses adresses35. Cette fuite des jeunes communistes face à leur devoir antimilitariste se retrouve également dans l’attitude des militants convoqués pour effectuer leurs périodes de réserve. Ainsi, en 1929, la direction de la région Centre du PCF note le manque de combativité des réservistes, membres du parti : « Il règne encore trop dans l’idée des camarades que les périodes sont 21 jours de vacances et, partant de là, 21 jours à être peinards. Donc avec cet état d’esprit, on évite le travail anti pendant cette période36. »

  • 37 RGASPI (Moscou), 495/270/1942, biographie de Casanova, 9 mai 1933.
  • 38 Vigreux Jean, Waldeck Rochet. Du militant paysan au dirigeant ouvrier, thèse de l’IEP-Paris, 1997, (...)

43Autre indice allant dans le même sens, les biographies de cadres communistes ayant fait leur service à cette époque révèlent souvent une absence d’engagement militant à la caserne ou une activité assez faible. Par exemple, Laurent Casanova, pourtant devenu ultérieurement un dirigeant de l’appareil anti37, et Waldeck Rochet, futur secrétaire général du PCF, n’ont pas appartenu à l’appareil militaire et ne paraissent pas avoir fait preuve d’activisme au sein de leur régiment38. Il est donc vraisemblable qu’une grande partie des jeunes communistes, vraisemblablement la majorité, n’ont pas mené une véritable action antimilitariste pendant la durée de leur service. Pour certains, à cause de l’isolement, pour d’autres, certainement la plupart, parce qu’ils ne le souhaitaient pas et ont évité d’être intégrés à l’appareil militaire. Pourquoi une telle abstention ? La peur de la répression a certainement joué un rôle essentiel. Celle-ci est d’autant plus dissuasive que leur statut militaire étant par nature provisoire, beaucoup de militants communistes sous les drapeaux, à moins d’avoir de solides convictions et d’adhérer sans réserve à la ligne antimilitariste, hésitent à prendre des risques pour combattre une institution dans laquelle ils ne sont de passage que pour quelques mois.

  • 39 BMP, bob. 479, le guide de l’instructeur anti n° 2, février 1932, p. 6.
  • 40 Bruhat Jean, Il n’est jamais trop tard. Souvenirs, Paris, Albin Michel, 1983, p. 57.

44Ce sentiment ne peut qu’être accentué par leur scepticisme quant à la possibilité d’influencer la masse des soldats et à l’entraîner dans des actions revendicatives. En 1932, un responsable de l’appareil militaire constate « le pessimisme très courant des soldats communistes sur la combativité des soldats et sur les possibilités d’organiser des cellules39 ». De plus, nombre de jeunes militants communistes ont dû éprouver un certain malaise à appliquer une orientation antimilitariste qui heurtait leur sensibilité foncièrement pacifiste, suscitant chez eux des sentiments contradictoires. Jean Bruhat a ainsi résumé ses réflexions de jeune soldat en 1929 : « J’éprouvais une allergie au métier des armes. Tout se mêlait en moi : ce que j’avais tiré de la théorie communiste [conquérir l’armée], ce que j’avais retenu de mes lectures et mon aversion pour l’armée40. »

  • 41 Leroux H., « Les faiblesses de notre travail antimilitariste », Les Cahiers du bolchevisme, n° 9, (...)

45L’application de l’antimilitarisme de masse se heurte également à la tiédeur des militants. Alors que la ligne officielle prône l’organisation de manifestations devant les casernes, ce type d’actions est rarement mené et le PCF rencontre de réelles difficultés pour parvenir à les organiser. Ainsi, le 1er août 1931, une seule manifestation fut organisée à Bordeaux alors que plusieurs autres avaient été prévues dans l’ensemble du pays. Pour la direction du travail anti, l’explication de cet échec est simple : « Des rayons, comme à Paris, firent une grande résistance à préparer ces manifestations et ne les organisèrent pas en pratique41. » Il est également significatif que les organisations satellites du PCF ne s’engagent guère dans l’action antimilitariste. Ainsi, l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), qui participe pourtant volontiers à des actions radicales, voire violentes, contre l’extrême droite, fait défaut lorsqu’il s’agit d’antimilitarisme. Le contraste entre, d’une part, le dynamisme et la combativité de l’ARAC, et, d’autre part, son absence d’adhésion aux activités et mots d’ordre antimilitaristes, indique à quel degré la mouvance communiste se révèle imperméable à la pénétration de l’antimilitarisme kominternien.

46D’ailleurs, en dépit de ses incantations rituelles pour appeler les militants à se mobiliser, la direction du PCF, elle-même, a pratiqué une autolimitation dans l’application de la ligne antimilitariste, surtout pour le travail dans l’armée. Ainsi, il ne semble pas que des sanctions aient été prises contre des cadres de l’appareil à la suite de négligences dans le travail anti, bien que les occasions n’aient pas manqué. Par ailleurs, la question de l’organisation effective de la lutte des soldats est rarement abordée avec précision par les instances de direction, comme s’il ne s’agissait pas d’une tâche essentielle, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des casernes. De façon générale, même si la mobilisation contre la guerre occupe une place privilégiée dans la politique du parti, sa dimension antimilitariste n’est guère mise en avant, exceptée sur un plan purement propagandiste.

  • 42 BMP, bob. 301, rapport semestriel sur le travail anti de la région parisienne, 20 juillet 1928, p. (...)

47Étant donné l’attitude de la direction du parti, il n’est guère étonnant que les efforts des directions régionales soient restés dans l’ensemble insuffisants. Déjà, à la fin des années 1920, les rapports de l’appareil militaire reprochaient aux dirigeants locaux et surtout régionaux de se désintéresser des tâches antimilitaristes42. Cette indifférence, qui engendre la passivité, est probablement inégale selon les régions. Dans le Nord, elle atteint un tel degré qu’elle semble dissimuler un véritable refus d’appliquer la ligne antimilitariste. Un problème d’autant plus grave pour le PCF qu’il s’agit là d’une zone frontière et industrielle qui revêt une importance capitale dans l’application de la stratégie communiste de lutte contre la guerre. Cet échec est révélateur de la prégnance du pacifisme dans la mouvance communiste.

  • 43 Vaïsse Maurice, « Le Pacifisme français dans les années trente », Relations internationales, 1988, (...)

48Il est probable que, dans une période marquée sur le plan international par les négociations de Genève et par l’affirmation des diverses variantes de pacifisme43, les dirigeants communistes les plus lucides sont conscients de la marginalisation croissante du PCF. Ses prises de position, ses diverses campagnes contre la guerre impérialiste paraissent en effet très éloignées des enjeux des discussions internationales sur le désarmement et le rôle de la SDN comme garante d’une paix définitive. Le maximalisme de la politique anti-guerre du PCF, l’absence de l’URSS dans les négociations de Genève, ne peuvent que favoriser dans les milieux populaires le succès des thèses pacifistes, tout particulièrement celles des socialistes qui paraissent à cette époque beaucoup plus réalistes que les positions ultragauches défendues par les communistes.

  • 44 Thorez Maurice, « La lutte du PCF contre la social-démocratie. Extrait du discours du XIIe Plénum  (...)

49Ainsi, malgré un discours très volontariste et offensif, le PCF se trouve en réalité sur la défensive, ce que reconnaît implicitement Maurice Thorez lorsqu’il considère que « la réponse de notre parti aux campagnes du Parti socialiste sur le désarmement est très faible44 ». Cette déclaration du secrétaire général confirme l’inquiétude que suscitent, chez les dirigeants communistes, la conjonction des effets de la propagande socialiste et des difficultés à faire adopter par le prolétariat et par les militants du parti l’orientation antimilitariste de lutte contre la guerre impérialiste.

50Dans la période 1925-1934, la majeure partie de la mouvance communiste française, y compris dans une certaine mesure la direction du parti, se révèle assez imperméable à l’orientation anti-guerre dictée par Moscou : la plupart des conscrits et réservistes communistes évitent d’être intégrés à l’appareil antimilitariste qui agit dans les casernes ; au sein du parti, cet appareil est marginalisé, en particulier parce que les directions locales s’en désintéressent ou même parfois s’y montrent hostiles ; les militants sont nombreux à ne pas participer aux manifestations de rue contre la guerre, trop risquées face à la police et dont les motifs ne sont guère pris au sérieux.

51En effet, on constate un fort scepticisme quant à l’imminence de la guerre contre l’URSS. En fait, au sein de la mouvance communiste, la logique pacifiste l’emporte sur la mobilisation en faveur de l’Union soviétique. L’identification à la patrie soviétique reste marginale, montrant ainsi que la césure classe ouvrière-nation est loin d’être une réalité dans la période où le PCF mène la politique la plus radicale de son histoire.

Notes

1 Staline Joseph, « Discours sur la situation internationale à l’assemblée plénière du comité central du Parti communiste de l’URSS, 1er août 1927 », L’Internationale communiste, n° 18-19, octobre 1927, p. 1188.

2 « Thèses sur la lutte contre la guerre impérialiste et la tâche des communistes » (thèses et résolutions du VIe Congrès mondial de l’Internationale communiste), La Correspondance internationale, n° 149, 11 décembre 1928, p. 1712.

3 Sur la croyance des dirigeants soviétiques de cette époque, et en tout premier lieu de Staline à une guerre d’agression inéluctable, cf. Pons Silvio, Stalin et la guerra inevitabile, 1936-1941, Turin, Einaudi, 1995. Khlevniuk Oleg, « The reasons for the “Great Terror”. The Foreign-Political Aspect », Pons Silvio, Romano Andrea (dir.), Russia in the Age of Wars, 1914-1945, Milan, Fondazione Feltrinelli, 2000, p. 159-170.

4 La conviction que la guerre moderne se caractérise désormais par la disparition de toute distinction nette entre le front et l’arrière et que les capacités de l’arrière à soutenir l’effort de guerre décideront de l’issue du conflit, n’est pas particulière aux seuls communistes. C’est en fait une idée assez répandue à l’époque dans les milieux militaires. Ainsi, pour le maréchal Pétain, la prochaine guerre sera « une guerre des arrières, étendue à la totalité du pays, parallèlement à la guerre conduite sur les fronts des armées » (maréchal Pétain, L’Armée moderne, 1er mars 1932).

5 Dès la fin de 1923, le Komintern avait donné au PCF des instructions pour qu’il organise son activité antimilitariste. Cf. Programme de travail et d’action du Parti communiste français dans Quatre premiers congrès mondiaux de l’Internationale communiste, Paris, F. Maspéro, 1975, p. 201. Les campagnes antimilitaristes organisées entre 1923 et 1925 ne reposent pas sur un appareil aussi structuré que celui mis en place en 1926. De plus, les actions menées dans l’armée semblent être restées limitées durant cette période, l’action antimilitariste reposant surtout sur des mobilisations organisées hors de l’armée par les Jeunesses communistes.

6 Vassart Albert, Mémoires, partie IV, 1931-1934 (non paginé). Le financement des appareils spéciaux, dont l’appareil militaire, avait la priorité sur tous les autres.

7 Ibid.

8 BMP, bob. 566, Congrès ouvrier et paysan de la région parisienne, 2 et 3 juillet 1932, résolution votée, p. 84.

9 BMP, bob. 301, projet pour la campagne contre la guerre, 12 juin 1928, p. 44.

10 Leroux H., « Quelques enseignements des manœuvres militaires de 1930 », Cahiers du bolchevisme, n° 1, janvier 1931, p. 36.

11 Lebrun M., « Les nouvelles formes de la guerre », Les Cahiers du bolchevisme, n° 8, avril 1932, p. 596.

12 BM, bob. 566, Discours de Paul Vaillant-Couturier au nom du Front culturel au Congrès ouvrier et paysan contre la guerre impérialiste, juillet 1932.

13 Alfred L., « Comment on ne doit pas combattre le militarisme », L’Internationale communiste, n° 12, 15 juin 1929, p. 737-738.

14 RGASPI (Moscou), 517/1434, Pierre Sémard, Le 15e anniversaire chez les cosaques rouges de Proskourof, 28 février 1933, p. 63. Par-delà l’exagération, il faut toutefois remarquer qu’à cette époque, les efforts de l’État soviétique pour assurer une haute qualité de vie aux militaires sont également relevés par des observateurs pourtant hostiles au communisme. Cf. « Une leçon dans une caserne soviétique », La France militaire, 4 janvier 1933, p. 2.

15 BMP, bob. 344, Section centrale antimilitariste mixte, numéro spécial sur l’Armée rouge, 12 février 1929, p. 59.

16 Servet C., « L’armée nouvelle de Jaurès », Les Cahiers du bolchevisme, n° 8, août 1930, p. 812.

17 « Défendons la patrie socialiste (éditorial) », Les Cahiers du bolchevisme, n° 6, mars 1932, p. 387-393.

18 L’Humanité, 12 novembre 1932, p. 4.

19 « Après une période de réserve au 4e génie » (rubrique le coin du soldat), Le Travailleur du Languedoc, 11 août 1934, p. 4.

20 Le 1er janvier 1924, le PCF a porté un drapeau à cette division, puis le 31 juillet 1925, un décret du comité militaire révolutionnaire a donné à cette unité le nom de 1re division de cavalerie, Parti communiste français (Cachin Marcel, Carnets, Paris, CNRS Éditions, 1997, t. 3, p. 452).

21 RGASPI (Moscou), 517/1434, lettre de l’instructeur des Jeunesses communistes de la section politique de la 1re division de cavalerie au secrétariat de l’Internationale communiste de la Jeunesse, 18 août 1933, p. 71.

22 SHAT, 5N601, circulaire du ministre de la Guerre, 15 mars 1930.

23 Sémard Pierre, Les exploits de géants des cosaques rouges. La 1re division de la cavalerie rouge patronnée par le PCF, Paris, bureau d’édition, 1933, 64 p.

24 Cité dans Faligot Roger, As-tu vu Crémet, Paris, Fayard, 1991, p. 228.

25 BMP, bob. 301, situation actuelle de l’appareil, juillet 1928, p. 94.

26 Digard Étienne, « L’activité antimilitariste de masse », Les Cahiers du bolchevisme, n° 8, août 1930, p. 824. Cet échec est explicitement reconnu à la suite des manifestations du 1er août 1931 (« Rapport autocritique sur le 1er août. Matériaux pour la Conférence nationale de février », Les Cahiers du bolchevisme, n° spécial, janvier 1930, p. 66).

27 « Les luttes contre les manœuvres aériennes dans la région marseillaise », Les Cahiers du bolchevisme, n° 20, 15 octobre 1932, p. 1288.

28 RGASPI (Moscou), 517/688, la lutte contre les périodes, juillet 1928, p. 66. Digard Étienne, « L’activité antimilitariste de masse », Les Cahiers du bolchevisme, n° 8, août 1930, p. 824.

29 Leroux H., « Quelques enseignements des manœuvres militaires de 1930 », Les Cahiers du bolchevisme, n° 1, 1931, p. 32.

30 Ibid., p. 30.

31 Sageot, « La lutte contre la guerre dans l’armée », Les Cahiers du bolchevisme, n° 1, janvier 1933, p. 35.

32 Cf. Faligot Roger, op. cit., p. 197-219.

33 BM, bob. 177, rapport sur le travail anti, 1er janvier 1927, p. 22.

34 Marty Michel, « Pour la renaissance du travail antimilitariste de masse », Les Cahiers du bolchevisme, n° 19, 1er octobre 1933, p. 1350.

35 Arch. nat., F7/13119, rapport sur la Conférence de la région parisienne du PCF, le 15 mars 1931.

36 Arch. nat., F7/13115, rapport d’activité de la région Centre, travail antimilitariste, 1929.

37 RGASPI (Moscou), 495/270/1942, biographie de Casanova, 9 mai 1933.

38 Vigreux Jean, Waldeck Rochet. Du militant paysan au dirigeant ouvrier, thèse de l’IEP-Paris, 1997, p. 70-72.

39 BMP, bob. 479, le guide de l’instructeur anti n° 2, février 1932, p. 6.

40 Bruhat Jean, Il n’est jamais trop tard. Souvenirs, Paris, Albin Michel, 1983, p. 57.

41 Leroux H., « Les faiblesses de notre travail antimilitariste », Les Cahiers du bolchevisme, n° 9, 1931, p. 724.

42 BMP, bob. 301, rapport semestriel sur le travail anti de la région parisienne, 20 juillet 1928, p. 109. Digard Étienne, « L’activité antimilitariste de masse », Les Cahiers du bolchevisme, n° 8, août 1930, p. 827.

43 Vaïsse Maurice, « Le Pacifisme français dans les années trente », Relations internationales, 1988, n° 53, p. 37-52 ; Offenstadt Nicolas, Olivera Philippe, « L’Engagement pour la paix dans la France de l’entredeux-guerres : un ou des pacifismes ? », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 30, 1993, p. 53-56.

44 Thorez Maurice, « La lutte du PCF contre la social-démocratie. Extrait du discours du XIIe Plénum », L’Internationale communiste, n° 21-22, 5 novembre 1932, p. 1097.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540