Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

Le Rhin dans les représentations françaises de 1945 à 1963

Marie Ducet-Huillard

Texte intégral

1Dans les relations complexes qu’entretiennent la France et l’Allemagne entre 1945 et 1963, le Rhin comme expression emblématique de la frontière joue un rôle fondamental. Enjeu de discours et de représentations sociales, l’image du Rhin voit son contenu évoluer au cours de presque deux décennies.

2De la fin de la Seconde Guerre mondiale au début des années 1950, la frontière semble infranchissable et distinguer deux mondes totalement antinomiques. La frontière permet l’opposition terme à terme de soi et de l’altérité germanique.

3Dans la première moitié des années 1950, la définition et le contenu de la frontière se modifient ; le fleuve devient un axe économique, une artère de diffusion de la richesse, un lien dans le cadre d’échanges qui concernent cependant non seulement la France et l’Allemagne mais plus généralement l’Europe occidentale.

4Du milieu des années 1950 au début de la décennie suivante, les discours et les représentations de la frontière laissent percevoir un autre contenu : le Rhin se fait le lien franco-allemand, dans une perspective de construction européenne puis d’amitié franco-allemande, comme en témoigne le traité de l’Élysée de janvier 1963.

  • 1 Febvre Lucien, Le Rhin. Histoire, mythes et réalités, Paris, Perrin, 1997, rééd.
  • 2 Ibidem, p. 62.

5Si l’on considère le terme de « frontière », le sens premier qui émerge est la limite du territoire national mais aussi la ligne qui sépare le pays de ses voisins. Ainsi, pour les relations franco-allemandes le Rhin constitue, en France, une figure symbolique soit du lien, soit, au contraire, de la séparation que l’on veut valoriser avec la voisine germanique. Lucien Febvre, en 1935, a publié un ouvrage intitulé Le Rhin, Histoire, mythes et réalités, dans lequel il posait les fondements d’une réflexion sur la frontière. Il soulignait ainsi que la dispute franco-allemande concernant le Rhin était l’archétype du mythe historique1. Lucien Febvre s’interrogeait notamment sur le sens politique et contemporain que le fleuve revêtait dans toute analyse : « Par un jeu naturel de l’esprit, ce passé proche et ce présent vivant, les historiens le projettent dans les siècles. La tragédie qu’ils vivent, ils l’imaginent naïvement éternelle2

6En effet, le sens donné à cet espace à la fois géographique mais aussi imaginaire et fantasmé a connu des modifications essentielles dans la période 1945-1963. Enjeu de discours et de représentations sociales, le Rhin voit son image évoluer, tout comme celle que les Français ont de l’Allemagne et des Allemands.

7On peut distinguer trois périodes successives : de la fin de la Seconde Guerre mondiale au début des années 1950, la frontière exprime l’opposition irréductible des deux voisines ; dans la première moitié des années 1950, le Rhin devient un axe économique ; enfin, dans la seconde moitié des années 1950 et au début des années 1960, le Rhin est l’expression d’un lien franco-allemand.

8Dans un premier temps, nous décrirons et analyserons ces contenus successifs donnés à la frontière franco-allemande. Nous chercherons ensuite à déterminer les fonctions des discours sur le Rhin.

LES CONTENUS SUCCESSIFS DE LA FRONTIÈRE FRANCO-ALLEMANDE

La frontière expression symbolique de l’altérité absolue

  • 3 « Mémorandum remis au conseil des ministres des Affaires étrangères par la délégation française, P (...)

9À la fin du Second conflit mondial, la France cherche à assurer par divers moyens sa sécurité. Bien entendu, il s’agit d’empêcher les débordements guerriers de la voisine germanique dont la France a fait les frais à plusieurs reprises. L’argument est donc ici sécuritaire et il s’agit pour les Français de prendre des gages face à cette dangereuse voisine. « Les projets français sont essentiellement dominés par des préoccupations de sécurité3. » Le Rhin fait tout naturellement partie, dans les plans français, des espaces à internationaliser, voire à occuper. Le général de Gaulle se fait le chantre des demandes françaises dans cette perspective sécuritaire :

  • 4 Gaulle Charles de, Discours et Messages, t. 1 : Pendant la guerre, Paris, Plon, 1970, 678 p., décl (...)

« La Rhénanie [entendons ici la région, le Land allemand traversé par le Rhin] constitue une marche. C’est la route par laquelle l’invasion de l’Occident s’est toujours produite. Ce territoire constitue, en même temps, une frontière naturelle. […] Si la France se retirait de cette région après l’avoir occupée, elle perdrait son sentiment de sécurité et, à vrai dire, cette sécurité elle-même4. »

10Les arguments français se fondent souvent sur ceux qu’avait développés Charles Maurras dans l’entre-deux-guerres ; celui-ci réclamait le Rhin comme moyen d’assurer la sécurité de la patrie, en même temps que comme rempart face à la Barbarie :

  • 5 Maurras Charles, Devant l’Allemagne éternelle, Gaulois, Germains, Latins. Chronique d’une résistan (...)

« Si la défense militaire des Gaules veut des garanties sur le Rhin, si, d’autre part, le mouvement historique de la civilisation souhaite en outre que l’activité nationale se porte graduellement de ce même côté, il faut y aller dans des conditions qui assurent notre succès. […] Éternel candidat à la civilisation, le Germain ne se civilise qu’à la condition de ne pas se sentir en force : l’idée de sa faiblesse est la condition de son perfectionnement5. »

11Edouard Gachot, dans son ouvrage de 1952 intitulé La dispute du Rhin, mène une analyse historique et stratégique pour souligner le lien entre Rhin et sécurité :

  • 6 Gachot Edouard, La dispute du Rhin, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Payot, Bibliothèque histori (...)

« Si les territoires rhénans de la rive gauche avaient été autonomes et démilitarisés, Hitler n’aurait sans doute pas tenté l’aventure vers l’Ouest et la Wehrmacht n’aurait pas franchi le fleuve sans difficultés. De César à Napoléon, de Bismarck à Hitler, le Rhin a donné la victoire à celui qui le possédait et savait le garder6. »

  • 7 Pezet Ernest, Allemagne-Europe, Paris, La nouvelle édition, Collection diplomatique et politique i (...)
  • 8 Celle d’Edouard Gachot, voir supra.
  • 9 Rioux J.-P., La France de la Quatrième République, t. 1 : L’ardeur et la nécessité (1944-1952), No (...)

12Associant le sort de la France à celui du monde – ce qui s’avère extrêmement fréquent – l’homme politique Ernest Pezet souligne ainsi l’acuité du problème que pose le Rhin pour l’avenir européen : « L’existence de l’Allemagne pose en soi un problème de sécurité française ; mais cette sécurité commande celle de la Belgique, de la Hollande et de l’Angleterre ; notre sécurité sur le Rhin est donc un problème international. Il n’y a pas, à vrai dire, de problème franco-allemand7. » À une exception près8, toutes les interventions favorables à l’internationalisation du Rhin se situent dans la période 1945-1946. Le projet disparaît des discussions interalliées, sans que nous ayons pu retrouver une décision précise faisant état du renoncement à toute internationalisation. Tout ce que l’on peut affirmer, en revanche, c’est que l’aide économique et militaire américaine, décidée à partir de 1947, oblige la France à réviser sa politique internationale et principalement allemande, en s’alignant en partie sur les projets américains. « La massivité de l’aide doit être cependant soulignée : elle constitue un argument de poids dans la conduite de la diplomatie9. »

  • 10 François-Poncet André, « La France et le Rhin », Le Rhin, Nil de l’Occident, Paris, Les ordres de (...)

13L’abandon du projet d’internationalisation du Rhin constitue une défaite diplomatique française majeure concernant l’Allemagne. Parallèlement à ces réflexions sécuritaires, le Rhin est devenu le symbole de l’opposition séculaire entre les deux riverains du fleuve, c’est ce que s’applique à établir André François-Poncet, dans un article de 1946 intitulé « La France et le Rhin » : « Ainsi le beau fleuve personnifie, de génération en génération, l’hostilité des deux peuples10. »

  • 11 Ibidem, p. 311.

« Le seul nom du Rhin résume plusieurs siècles d’antagonisme franco-allemand. Le plus étonnant, dans ce duel, c’est que chacun reproche à l’autre, précisément ce dont l’autre l’accuse lui-même11. »

  • 12 Ingrain Robert, Vagabondages en Sarre, Orléans, La dépêche du Loiret, 1946, p. 2.
  • 13 Rougemont Jean de, Le problème allemand, Paris, Paul Derain, 1946, p. 12.

14En réalité, les horreurs perpétrées par l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale poussent les Français à un questionnement éthique sur l’Allemagne. Le nazisme étant défini alors comme une « maladie de l’âme » la question qui se pose avec acuité est celle de la possibilité d’une guérison. Nombre d’interventions françaises insistent sur l’image d’une incurable Allemagne ; dès lors la frontière est infranchissable et l’opposition des voisines irréductible. « L’incurable Germain12 » s’exclame en 1946 un voyageur français revenu d’Allemagne. Pour cette Allemagne, marquée du sceau du nazisme et dont les bases intellectuelles et morales ont été ébranlées, doit-on, au nom du progrès et de l’avenir, faire du passé « table rase » ou se montrer des occupants sans merci ? Ce questionnement constitue un aspect de la réflexion française sur ses responsabilités éthiques. La réponse à ces interrogations est décisive pour l’avenir des relations franco-allemandes. C’est avec une sorte de frémissement d’horreur que Jean de Rougemont expose son refus de toute « main tendue » : « Comment oser suggérer que l’on puisse, que l’on doive même, sinon oublier, du moins passer outre et tendre la main, oui, tendre une main ouverte vers des êtres qui ne nous inspirent que de la méfiance, du mépris et de la haine13 ? »

  • 14 Camus Albert, Lettres à un ami allemand, Paris, Gallimard, NRF, 1945, p. 68-69, Quatrième Lettre.

15Si l’opposition est telle que rien ne puisse permettre un quelconque rapprochement, certains franchissent le pas de la rupture définitive. Il en est ainsi d’Albert Camus. Il est intéressant de noter que le texte qui suit a été écrit pendant la guerre, au moment où Albert Camus faisait le choix de la lutte armée contre l’occupant nazi. Albert Camus écrit dans sa Quatrième lettre à un ami allemand : « Je veux vous dire comment il est possible que nous ayons été si semblables et que nous soyons aujourd’hui ennemis, comment j’aurai pu être à vos côtés et pourquoi maintenant tout est fini entre nous14. »

16Les descriptions psychologiques et éthiques de la voisine germanique sont pléthore. Il faut souligner, d’ailleurs, que celle-ci est saisie dans sa globalité collective, sans nuances individuelles. Il faut s’interroger cependant sur leurs fonctions mêmes, ce que nous ferons plus loin. Dès à présent, pourtant, ne peut-on pas avancer l’hypothèse que le rejet de principe qui émerge, ici, est un moyen pour les Français de se situer dans ce qu’il est alors convenu d’appeler la civilisation occidentale et, partant, de gommer les heures sombres récentes au prisme desquelles la France et l’Allemagne pouvaient apparaître fort proches idéologiquement et éthiquement ? Par ailleurs, il est significatif de constater que ces arguments français en faveur d’une impossible réconciliation se situent dans une période chronologique très précise : s’ils reprennent des éléments issus de la réflexion française d’avant le second conflit mondial, nous n’en avons trouvé trace que de 1945 à 1950. Doit-on en conclure à une évolution des esprits ? ; à n’en pas douter oui, comme le met en valeur la thématique concernant les liens franco-allemands.

La frontière un axe économique

17Le Rhin devient un lien dans les discours. Cet argument apparaît sous les plumes françaises, à partir de 1946, mais prend de l’ampleur dans la seconde moitié des années 1950. Sans doute faut-il y voir une évolution progressive du regard sur l’Allemagne. Au premier abord, ce sont des justifications négatives qui émergent, fondées sur la méfiance et la peur des Allemands. Mais peu à peu, apparaissent des propositions plus constructives, la contrainte ne pouvant être une politique à long terme, ce dont on se rend compte peu à peu. Le Rhin apparaît comme un axe d’échanges et de relations toujours plus étroites entre peuples. Charles de Gaulle est l’un des premiers à évoquer cet aspect. Dans un discours prononcé à Strasbourg, en octobre 1945, il affirme :

  • 15 Gaulle Charles de, Discours et Messages, t. 1 : Pendant la guerre, 1940-1946, Paris, Berger-Levrau (...)

« Hier le fleuve du Rhin, votre fleuve, notre fleuve, était une barrière, un front, une ligne de combat. Aujourd’hui, puisque l’ennemi s’est écroulé grâce à notre victoire, puisqu’ont disparu dans les Allemagnes les attractions furieuses qui les rassemblaient pour le mal, le Rhin peut reprendre le rôle que lui tracèrent la nature et l’Histoire. Il peut redevenir un lien occidental15. »

  • 16 Ces visions du Rhin, non comme frontière mais comme lien et comme héritage commun relèvent d’une t (...)
  • 17 Se reporter à l’ouvrage suivant : Le Rhin, Nil de l’Occident, Paris, Les ordres de la Chevalerie, (...)

18Ce thème est également repris dans l’ouvrage collectif, au titre évocateur, Le Rhin, Nil de L’Occident16, qui paraît en 194617. Dans cet ouvrage, Jean de Pange affirme ainsi la nécessité d’un changement de regard, et partant, de la politique française. Il milite pour une union de l’Europe occidentale, dans la continuité des liens qui unissent la France et la Rhénanie. Cet héritage est, dans la pensée des auteurs, soit géographique, soit culturel. Notons, dès à présent, que cette position remet totalement en cause l’idée d’une Allemagne opposée de façon consubstantielle à l’Occident. C’est bien, tout d’abord, le constat d’une communauté d’intérêts, du fait de la géographie, qui prévaut. Ainsi, trouve-t-on dans les écrits d’Ernest Renan, réédités après la guerre, l’analyse suivante – imprégnée de l’Ancien Testament :

  • 18 Ernest Renan et l’Allemagne, New York, Brentano’s, 1945, p. 43-44.

« La paix se fera entre la France et l’Allemagne. […] J’ai lu, je ne sais où, la parabole des deux frères qui, du temps de Caïn et d’Abel sans doute, en vinrent à se haïr et résolurent de se battre jusqu’à ce qu’ils ne fussent plus frères. Quand, épuisés, ils tombèrent tous deux sur le sol, ils se trouvèrent encore frères, voisins, tributaires du même puits, riverains du même ruisseau18. »

  • 19 Déclaration au correspondant parisien du Times, le 10 septembre 1945.
  • 20 Discours à Strasbourg, le 5 octobre 1945.

19Ainsi, des considérations géographiques on glisse aux considérations culturelles : la proximité facilite, en effet, les échanges et le partage. La paix revenue en Europe, le général de Gaulle développe un autre argument fondé, cette fois, sur la nécessité d’un groupement d’États à l’Ouest afin d’assurer la reconstruction et la prospérité. Il faut, toutefois, noter que le lien tissé entre Français et Allemands se fait sur une base élargie au nom d’intérêts essentiellement économiques et ce sont les liens franco-britanniques qui permettent l’existence de relations franco-allemandes. Ainsi, le général affirme, le 10 septembre 1945 : « La Hollande, la Belgique, l’Italie, l’Allemagne occidentale, normalement la péninsule ibérique, d’autres pays encore, tendent naturellement à une coopération économique et culturelle avec la France et l’Angleterre19. » Elle se fait ensuite par l’utilisation conjointe du Rhin : « [Il] peut reprendre le rôle que lui tracèrent la nature et l’Histoire. Il peut devenir un lien occidental20. »

20Cependant, le général doit assez vite souligner la légitimité d’une coopération franco-allemande, du fait même de la position géographique de l’Allemagne en Europe :

  • 21 Discours devant les membres de l’Association de la presse anglo-américaine de Paris, le 9 juillet (...)

« Si, à l’égard des États qui prennent la place de l’ancien Reich, la justice, la prudence et les leçons de l’histoire exigent que soient prises les mesures qui leur interdiront à jamais l’agression, ce n’est pas moi qui voudrai les exclure de l’Europe dont ils sont les fils21. »

  • 22 Discours à Bayonne, le 7 septembre 1947.
  • 23 Conférence de presse au palais d’Orsay, le 29 mars 1949.
  • 24 Conférence de presse au palais d’Orsay, le 16 mars 1950.

21Toutefois cette coopération se fait toujours dans le cadre d’un « groupement occidental22 », fondé avant tout sur l’économie. C’est bien au fond la complémentarité qui justifie l’existence d’une entité européenne. Cette Europe à construire ne peut l’être finalement qu’à partir d’un axe franco-allemand. Le projet européen est celui qui permet de franchir une nouvelle étape dans le discours sur l’Allemagne : « Que peut être l’Europe en pratique ? Ou bien ce sera un accord entre le peuple français et le peuple allemand, ou bien ce ne sera rien23. » En réalité le projet européen va permettre une autre image de la frontière en parallèle avec celle d’un voisin devenu acceptable. Certains vont plus loin encore en affirmant, comme Charles de Gaulle, que l’Europe ne pourra se faire sans la France et l’Allemagne. Le chemin à parcourir pour accepter ce nouveau regard est parfois douloureux, pourtant de Gaulle n’en appelle pas moins, dès le début des années 1950, à surmonter les griefs liés à cette histoire bilatérale : « Naturellement, je n’oublie pas le passé, les douleurs et les horreurs qui ont été endurées, les crimes même qui ont été commis24. »

  • 25 Discours à Lille, le 11 décembre 1950.
  • 26 21 décembre 1951.
  • 27 Conférence de presse au palais de l’Élysée, le 25 mars 1959.
  • 28 Conférence de presse au palais d’Orsay, le 21 décembre 1951.
  • 29 Lussy Charles, Sissonne et Mourmelon ne sont pas sur la route de la paix, Paris, Librairie Gedalge (...)

22Cependant c’est au nom du réalisme politique, qu’il faut accepter un certain rapprochement entre les deux peuples, par-delà la frontière : « Certes après ce qui s’est passé, il nous faut, pour prendre la route de l’entente franco-allemande, surmonter beaucoup de douleurs et de méfiances25. » Si le premier argument favorable à la construction européenne se fonde sur le pragmatisme politique, il n’en demeure pas moins que Charles de Gaulle souligne aussi l’évolution du contexte international qui rend, d’une part, possible cette entité européenne, mais d’autre part, la rend nécessaire du fait de l’émergence de nouveaux périls. Le passé est ainsi éclipsé par de Gaulle qui multiplie les discours dans lesquels la vision bainvillienne de l’Allemagne a disparu. En 1951, il affirme : « Le danger de l’hégémonie germanique, qui hier pesait sur le continent, a pour le moment disparu26. » En 1959, il ajoute : « Mais l’Allemagne telle qu’elle est ne nous menace nullement27. » En fait, c’est bien le nouveau danger soviétique qui justifie la création d’une entité européenne : « Surtout parce que devant nous tous se dresse une menace commune : la menace soviétique28. » L’Allemagne est donc bien membre de la communauté occidentale, même si elle a oublié, un temps, les idéaux de celle-ci. Charles Lussy est l’un de ceux qui valorisent le projet pacifique comme moyen de créer une communauté d’intérêts et d’action : « Il ne nous échappe pas que, seul, un rapprochement franco-allemand réel peut éloigner de nos esprits et de nos frontières la hantise de l’agression et de l’invasion29. »

Le Rhin axe symbolique de l’amitié franco-allemande

23Il s’agit finalement, au-delà des relations d’intérêt économique et stratégique, de valoriser une relation plus positive et constructive : l’amitié franco-allemande. Cette relation privilégiée est valorisée à partir des années 1960. L’analyse de Charles de Gaulle – acteur fondamental de cette nouvelle politique – prend deux perspectives distinctes : d’une part, il souligne les difficultés inhérentes aux relations francoallemandes et liées à leur passé commun. D’autre part, il célèbre la réconciliation à laquelle il a travaillé par le traité de l’Élysée.

24Au moment où le traité de l’Élysée est signé, en janvier 1963, Charles de Gaulle s’emploie à montrer que celui-ci n’est pas un acte politique, mais bien plutôt la prise en compte de l’évolution des mentalités de part et d’autre du Rhin :

  • 30 Conférence de presse à l’Élysée, le 14 janvier 1963.

« Il ne s’agit pas seulement d’une réconciliation commandée par les circonstances. Ce qui se produit, en vérité, c’est une espèce de découverte réciproque des deux voisins, dont chacun s’aperçoit à quel point l’autre est valable, méritant et attrayant30. »

25L’évolution des relations franco-allemandes acquiert une historicité, dans le regard gaullien, dont la continuité est mise en exergue.

  • 31 Allocution à Trèves, à l’occasion de l’inauguration du canal de Moselle, le 26 mai 1964.

« Sans doute, l’histoire tiendra-t-elle pour l’un des faits principaux de la vie de l’humanité l’extraordinaire changement qui, au cours des deux dernières décennies, amena le peuple allemand et le peuple français, d’abord à renoncer à leur inimitié d’antan, ensuite à faire partie, côte à côte, d’organisations internationales destinées, soit à la sécurité comme l’alliance atlantique, soit au progrès économique comme le Marché Commun européen, enfin à pratiquer entre eux une coopération régulière et particulière en vue de l’action commune en tous domaines31. »

  • 32 Discours à Strasbourg à l’occasion du vingtième anniversaire de la Libération, le 22 novembre 1964

26Il ne s’agit rien de moins que de « la construction d’une Europe européenne, autrement dit indépendante, puissante et influente au sein du monde de la liberté32 ».

27On le voit, donc, l’évolution des discours français sur l’Allemagne a été grande et progressive. Les représentations sociales de l’altérité sont cependant liées à un contexte international. Ce contexte est d’une part le règlement du conflit mondial et notamment la punition du voisin au profit de la France, si possible. La France cherche à assurer sa position sur la scène internationale mais, peu à peu, elle devra renoncer à tous ses projets économiques et politiques concernant l’Allemagne, notamment ses prises de gages territoriaux.

28Le contexte, d’autre part, met en lumière le projet européen qui lie les États du vieux continent entre eux et rend le Rhin fondamental, autant économiquement et stratégiquement que symboliquement.

LA FONCTION DES DISCOURS SUR LE RHIN

La dimension identitaire des discours

29La fonction du discours sur la frontière en France, dans les années qui suivent la guerre, a cependant une valeur essentielle pour qui veut saisir le symbole que peut revêtir l’espace frontalier. En réalité, l’enjeu est identitaire : la frontière met en place la distance entre l’identité et l’altérité ; c’est bien l’espace qui distingue pour parfois même opposer.

  • 33 Leterre Thierry, « L’autre comme catégorie philosophique », L’Autre. Études réunies pour Alfred Gr (...)

« En un sens philosophique fondamental, “l’autre” recouvre un concept d’essence métaphysique qui désigne le problème général de l’identité et de la différence33. »

  • 34 Lipiansky Edmond Mark, L’identité française, La Garennes Colombes, Éditions de l’espace européen, (...)

30La prise en compte de l’altérité est une composante essentielle de l’élaboration du discours identitaire. Or, ce qui est frappant dans la représentation française de l’Allemagne, c’est l’univocité de l’altérité prise comme consubstantiellement différente. En effet, ce sont les traits distinctifs qui sont survalorisés, au détriment de ceux qui souligneraient la similitude. Ceci explique le leitmotiv de l’opposition absolue entre les deux voisines, leitmotiv qui tourne parfois à la caricature. La représentation de l’Autre a, par conséquent, une fonction fondamentale ; elle permet à la communauté nationale de se définir, par la différence et ainsi de créer un sentiment, communément partagé, d’appartenance, par l’exclusion. Cependant, ces définitions qui s’appuient sur l’exclusion n’apparaissent jamais aussi prégnantes que lorsque l’identité pose problème, précisément. Autrement dit, pour la période qui nous concerne, il faut voir dans le discours de définition de la germanité un méta-discours sur la francité. « Dans les périodes étales où elle ne se sent pas remise en cause, l’identité n’est l’objet d’aucune interrogation : elle va de soi. Elle ne prend un tour problématique que dans les moments de rupture et de mutation profondes34. »

  • 35 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale, 193 (...)

31Nous arrivons ici à un point central de notre réflexion, à savoir que toute l’analyse française sur la germanité est probablement le signe d’une crise identitaire française majeure, à l’instar de celle que l’Hexagone avait connue après 1870, mais sur des questionnements peut-être plus déstabilisants encore. L’émergence d’un discours « mythologique » dans les écrits français serait en réalité l’expression même de cette crise. Selon plusieurs études et notamment celle, majeure, de Pierre Laborie35 sur l’opinion publique française, la crise de l’identité française date des années 1930 et est amplifiée par le désastre de juin 1940. La reconstruction de l’identité nationale en France passe par deux contraintes : la focalisation sur les dissemblances entre la France et l’Allemagne et le silence sur Vichy, parenthèse gênante et douloureuse tout à la fois.

  • 36 Les auteurs abordent les repères fondateurs comme l’espace, l’histoire, les valeurs dites français (...)

32Il va s’agir, pendant quelque cinq années environ, c’est-à-dire jusqu’au début des années 1950, de se réapproprier des repères identitaires. C’est autour de diverses séries de données, simultanément, que va émerger l’identité nationale telle qu’elle est reformulée à partir de 194436.

Les repères identitaires réactivés par un jeu de miroir

33Le premier questionnement concerne l’espace. Eu égard à la définition de cet espace, il semble, dans une première analyse, poser le moins de difficultés. En effet, en rapport avec l’idéologie du « pré carré » chère à Louis XIV et à Vauban, les frontières sont stabilisées par des limites que la réflexion menée par les révolutionnaires caractérise de « naturelles ». Parmi ces limites, le Rhin acquiert une légitimité historique. Le thème récurrent de l’existence d’un territoire fixe et homogène donne à la France un caractère de stabilité géostratégique :

  • 37 Siegfried André, L’âme des peuples, Paris, Hachette, 1950, p. 121.

« Pour nous, la patrie c’est une civilisation, sur un sol, un certain sol et pas un autre. L’Allemagne se conçoit elle-même comme une race plutôt que comme un territoire : la destinée germanique est celle des Germains. […] Le sentiment d’égalité des différentes races humaines, si naturel au Français, demeure étranger à l’esprit germanique, et c’est peut-être le plus grave obstacle qui se soit opposé à l’établissement d’un ordre pacifique durable en Europe37… »

34Ainsi, la France semble clairement définie par des frontières naturelles que les règlements d’après-guerre ne transformeront pas – la France récupère les territoires perdus et occupés pendant le conflit. Cette première affirmation doit être cependant fortement nuancée. Si l’élaboration et la réappropriation des repères nationaux sont menées entre 1944 et 1950, date à laquelle ce type d’interrogations n’apparaît plus, la France va connaître une transformation radicale de son rapport à l’espace entre 1944 et 1963. En effet, en 1944, la France est l’une des puissances impériales qui comptent dans le monde, son empire est vaste. Tout au long de notre période d’étude, la France voit son empire s’amenuiser pour, finalement, disparaître totalement. Parallèlement, elle s’inscrit plus avant, au fil des années, dans la construction européenne qui rend l’espace hexagonal moins signifiant. Cependant, l’espace créé par le traité de Rome de 1957, s’il n’a de signification qu’économique, avec un corollaire énergétique et stratégique, place la France dans une situation politique renforcée puisque le discours ambiant veut qu’elle soit l’une des principales fondatrices et animatrices de cet ensemble.

35Par ailleurs, les soubresauts et les difficultés de la décolonisation qui jouent sur la vie intérieure française, comme en témoigne la disparition de la IVe République, entrent en résonance avec la réactivation de tensions franco-allemandes. Celles-ci n’empêchent pas que des compromis soient trouvés, exprimés d’ailleurs dans le sens communautaire européen. La chronologie entre ces deux aspects du rapport de la France au monde, dans son sens géographique, nous semble, en effet, très troublante. À la fin du conflit mondial, tout laisse à penser qu’en France la position coloniale est assurée, malgré des relations difficiles pendant la guerre entre métropole et colonies. Cependant, très vite, des fissures apparaissent dans le bel édifice colonial et les revendications se font de plus en plus fortes. Le premier véritable choc est évidemment la perte de l’Indochine, précédée par le désastre de Dîen Bîen Phû, en 1954. Cette crispation rejoint, semble-t-il, celles qui existent aussi en France sur la question du réarmement allemand – question qui bouleverse l’opinion française. Si l’Indochine est définitivement perdue au terme de la conférence de Genève (26 avril-21 juillet 1954), le projet de la CED est rejeté par l’Assemblée nationale le 30 août 1954.

36Si l’on considère, par opposition, la période 1956-1957, il apparaît que le choix d’une politique de décolonisation « consentie » facilite la redéfinition de l’espace français. En 1956, la Tunisie et le Maroc se voient accorder leur indépendance par la France et ce n’est qu’un an plus tard que la France s’intègre avec l’Allemagne, notamment, dans l’espace communautaire de la CEE.

  • 38 Cette guerre est encore évacuée par la mémoire nationale, qui n’en a pas fini le « deuil » selon B (...)

37Enfin, dans la dernière période de la redéfinition française de son espace, en 1962, s’achève la guerre en Algérie, tragique et particulièrement douloureuse38.

  • 39 Ibidem, p. 79.

« Car la colonisation ou plutôt ce que les Français ont vu de la colonisation, c’est le miroir qui leur était tendu, renvoyant l’image de leurs désirs, pas seulement une prétention à la puissance, pas seulement une fierté cocardière, mais eux-mêmes, projetés dans la douce utopie coloniale. Lorsque le miroir colonial s’est brisé, c’est l’utopie coloniale qui s’est effondrée et donc la part de rêve et de projection de ce qui aurait pu être la métropole39. »

  • 40 On évoque à l’envi l’humanité « partielle » allemande, dans l’immédiate après-guerre.

38Une translation s’opère donc dans le contenu donné à « la plus grande France » : l’espace qui fut en 1944 celui du monde, prend en une quinzaine d’années une signification essentiellement européenne. Le nouveau rapport à l’espace permet sans aucun doute d’accepter davantage les Allemands même si, dans l’immédiate aprèsguerre les Allemands étaient considérés, aussi, comme « inférieurs culturellement et biologiquement40 ». Au terme de cette évolution se situe le traité de l’Élysée de janvier 1963.

39La seconde série de repères réactivés concerne l’histoire des deux voisines. Il est ici intéressant de noter que, pour cet aspect des énonciations sur l’Allemagne, c’est la similitude que l’on retrouve dans la construction identitaire ; l’Allemagne est caractérisée par une histoire déterminée, continue. La France, elle aussi, a une histoire presque « logique ». Ce qui distingue les deux voisines c’est le terme de cette détermination : pour la première c’est l’abomination et la destruction, pour la seconde, le progrès et l’harmonie. Si la géographie et l’histoire de la France sont mises à contribution dans la réactivation de schèmes communs constitutifs de l’identité hexagonale, ils ne sont pas les seuls. De nombreux auteurs vont se pencher sur les « valeurs » qui fondent la France « éternelle ».

  • 41 Cette âme s’appuie sur trois qualificatifs qui sont autant de qualités ici et qui s’opposent terme (...)

40Dans la réflexion identitaire française sur la francité et la germanité, le point d’orgue permet de définir une « âme » française spécifique41. Toute la réappropriation des référents identitaires aboutit à une vision syncrétique de la France ; celle de la « Civilisation ». Le contenu de celle-ci n’est, d’ailleurs, plus explicité que par allusion aux différents éléments mis en lumière par la reconstruction de l’imaginaire collectif commun. L’élaboration d’un discours sur la Civilisation se fait sur deux axes ; on donne un contenu à celle-ci, en même temps que la notion de « Kultur » sert de contre modèle. Le contenu tant philosophique que culturel donné à la « Civilisation » française lui donne une identité supérieure, celle de l’universel car ce que promeut la France concerne l’Homme et n’a, selon les auteurs, pas de contenu national. On remarquera ici, au passage, la tension contradictoire du raisonnement identitaire, appuyant ses arguments à la fois sur une signification spécifiquement hexagonale et sur une aspiration à un espace de légitimité élargi. Nombre d’auteurs vont donc s’acharner à souligner le caractère « universel » des propositions françaises, mettant ainsi en valeur la mission qui échoit à la France. La France acquiert, dès lors, un rôle universel fondamental face à sa voisine germanique : celui de monter la garde pour protéger les valeurs dont elle est porteuse ; c’est l’exacte position de Georges Weill :

  • 42 Weill Georges, Le problème allemand, Paris, Charlot, 1945, p. 62.

« Voisins de ce peuple inquiétant […] [les Français] sont et resteront destinés à être les gardiens de leur propre civilisation et, tout à la fois, de la civilisation humaine. Pour eux-mêmes et pour un monde qui sera solidaire dans la volonté et dans l’espoir comme il est encore solidaire dans la souffrance et les deuils, ils doivent connaître la gravité de la mission dont la géographie et l’histoire les ont investis […]. Pour les Français, ce sera la meilleure manière de monter la garde au Rhin42. »

41La frontière fait donc ici figure de miroir inversé dans un système d’oppositions binaires. La définition donnée à l’autre au-delà de la frontière est, dans un premier temps, exclusivement basée sur la différence en omettant toute ressemblance. En cela, l’imaginaire associé à la frontière est un élément fondamental dans la réflexion stratégique, politique mais également, il ne faut pas l’oublier, identitaire. La réflexion sur la frontière prend ainsi tout son sens car elle permet de former une communauté, une unité nationale.

42Ce qui est particulièrement notable pour la frontière franco-allemande est que si elle a été le fil directeur de réflexions politiques, stratégiques et éthiques, elle est dépassée au profit du projet d’une communauté élargie, ici européenne, mais aussi au profit d’une mission universelle que s’assigne la France : protéger, partager les valeurs de liberté et de démocratie auxquelles elle est attachée, mais aussi diffuser sa « Civilisation », sans toujours l’avouer, en premier lieu auprès de ses voisins germaniques « sauvages ». Mais c’est le projet européen qui permet et oblige à un changement de regard sur la voisine d’outre-Rhin : il efface ce qui faisait de la frontière une limite pour en faire une relation.

Notes

1 Febvre Lucien, Le Rhin. Histoire, mythes et réalités, Paris, Perrin, 1997, rééd.

2 Ibidem, p. 62.

3 « Mémorandum remis au conseil des ministres des Affaires étrangères par la délégation française, Paris le 25 avril 1946 », Documents français relatifs à l’Allemagne (août 1945-février 1947), p. 24.

4 Gaulle Charles de, Discours et Messages, t. 1 : Pendant la guerre, Paris, Plon, 1970, 678 p., déclaration au correspondant du Times, le 10 septembre 1945.

5 Maurras Charles, Devant l’Allemagne éternelle, Gaulois, Germains, Latins. Chronique d’une résistance, Paris, Édition À l’étoile, 1937, p. 304.

6 Gachot Edouard, La dispute du Rhin, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Payot, Bibliothèque historique, 1952, p. 355.

7 Pezet Ernest, Allemagne-Europe, Paris, La nouvelle édition, Collection diplomatique et politique internationale, 1946, p. 159.

8 Celle d’Edouard Gachot, voir supra.

9 Rioux J.-P., La France de la Quatrième République, t. 1 : L’ardeur et la nécessité (1944-1952), Nouvelle Histoire de la France contemporaine, 15, Paris, Seuil, 1980, p. 188.

10 François-Poncet André, « La France et le Rhin », Le Rhin, Nil de l’Occident, Paris, Les ordres de chevalerie, 1946, p. 312.

11 Ibidem, p. 311.

12 Ingrain Robert, Vagabondages en Sarre, Orléans, La dépêche du Loiret, 1946, p. 2.

13 Rougemont Jean de, Le problème allemand, Paris, Paul Derain, 1946, p. 12.

14 Camus Albert, Lettres à un ami allemand, Paris, Gallimard, NRF, 1945, p. 68-69, Quatrième Lettre.

15 Gaulle Charles de, Discours et Messages, t. 1 : Pendant la guerre, 1940-1946, Paris, Berger-Levrault, 1946, le 5 octobre 1945, Discours à Strasbourg.

16 Ces visions du Rhin, non comme frontière mais comme lien et comme héritage commun relèvent d’une thématique existante, issue du romantisme français. Alphonse de Lamartine décrivait le Rhin, un siècle plus tôt, dans « La Marseillaise de la paix », en ces termes :
« Roule libre et superbe entre tes larges rives.
Rhin, Nil de l’Occident ! Coupe des nations !
Et des peuples assis qui boivent tes eaux vives
Emporte les défis et les ambitions »
(Lamartine A., « La Marseillaise de la paix », le 28 mai 1841 in Œuvres poétiques, Paris, La Pléiade, 1963, p. 471).

17 Se reporter à l’ouvrage suivant : Le Rhin, Nil de l’Occident, Paris, Les ordres de la Chevalerie, 1946, 324 p. On trouve à l’intérieur de cet ouvrage trois articles respectivement signés par Jean-Marie Carré, Jean de Pange et André François-Poncet.

18 Ernest Renan et l’Allemagne, New York, Brentano’s, 1945, p. 43-44.

19 Déclaration au correspondant parisien du Times, le 10 septembre 1945.

20 Discours à Strasbourg, le 5 octobre 1945.

21 Discours devant les membres de l’Association de la presse anglo-américaine de Paris, le 9 juillet 1947.

22 Discours à Bayonne, le 7 septembre 1947.

23 Conférence de presse au palais d’Orsay, le 29 mars 1949.

24 Conférence de presse au palais d’Orsay, le 16 mars 1950.

25 Discours à Lille, le 11 décembre 1950.

26 21 décembre 1951.

27 Conférence de presse au palais de l’Élysée, le 25 mars 1959.

28 Conférence de presse au palais d’Orsay, le 21 décembre 1951.

29 Lussy Charles, Sissonne et Mourmelon ne sont pas sur la route de la paix, Paris, Librairie Gedalge, 1961, p. 9.

30 Conférence de presse à l’Élysée, le 14 janvier 1963.

31 Allocution à Trèves, à l’occasion de l’inauguration du canal de Moselle, le 26 mai 1964.

32 Discours à Strasbourg à l’occasion du vingtième anniversaire de la Libération, le 22 novembre 1964.

33 Leterre Thierry, « L’autre comme catégorie philosophique », L’Autre. Études réunies pour Alfred Grosser, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, 1996, p. 67.

34 Lipiansky Edmond Mark, L’identité française, La Garennes Colombes, Éditions de l’espace européen, 1991, p. 3.

35 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale, 1936-1944, Paris, Seuil, coll. « Points histoire », 2001, 406 p.

36 Les auteurs abordent les repères fondateurs comme l’espace, l’histoire, les valeurs dites françaises – démocratie et liberté –, l’âme française pour enfin aboutir à une définition de la « Civilisation » fondement de l’universel que promeut la France au nom de l’homme et qui lui confère une mission.

37 Siegfried André, L’âme des peuples, Paris, Hachette, 1950, p. 121.

38 Cette guerre est encore évacuée par la mémoire nationale, qui n’en a pas fini le « deuil » selon Bancel Nicolas et Blanchard Pascal, « La mémoire dans tous ses états. Les pièges de la mémoire coloniale », La mémoire entre histoire et politique, Paris, La Documentation française, Cahiers français, 2001, p. 77.

39 Ibidem, p. 79.

40 On évoque à l’envi l’humanité « partielle » allemande, dans l’immédiate après-guerre.

41 Cette âme s’appuie sur trois qualificatifs qui sont autant de qualités ici et qui s’opposent termes à termes à des caractéristiques allemandes. Il s’agit tout d’abord de l’individualisme auquel Maurice Constantin Weyer se plaisait à opposer le « caporalisme » allemand. Il s’agit ensuite de l’intelligence appuyée sur le culte de la raison. À l’inverse, on ne cesse de gloser en France sur l’irrationalité germanique et enfin la modération française qui se distingue de la démesure et de l’instabilité allemande.

42 Weill Georges, Le problème allemand, Paris, Charlot, 1945, p. 62.

Auteur

Agrégée et docteur en histoire contemporaine,
chargée de cours à l’université de Versailles-Saint-Quentin

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540