Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

Royaume des Deux-Belgiques, « rive gauche du Rhin », État rhénan, « Wallonia », « Reichsland Rhénanie-Ruhr-Sarre » : États-frontières, États-tampons ou glacis militaires entre France et Allemagne (xixe-xxe siècles) ?

François Pernot

Texte intégral

1Les frontières ne sont pas seulement des lignes. Ce peuvent être aussi des zones et même des États à part entière destinés à assurer la sécurité militaire de l’un ou des deux États entre lesquels il s’intercale.

2Ainsi, en est-il de la zone rhénane et mosane de l’Empire jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale : du début du XIXe siècle jusqu’en 1945, dans les traités de paix et les projets de paix européenne, de construction européenne, voire de fédération et d’union européenne, les dirigeants politiques développent volontiers l’idée de reconstituer un État-frontière, qui se calque sur l’Europe des champs de bataille, mais aussi sur l’Europe historiquement la plus riche, un « État médian » ou un « État-tampon » s’étendant des bouches de l’Escaut aux sources du Rhin et regroupant – avec de multiples variantes – les États ou régions actuelles des Pays-Bas, de la Belgique, du Luxembourg, de la Lorraine, de la Franche-Comté, de l’Alsace, de la rive gauche du Rhin, de la Suisse.

3Le concept d’un État-frontière ou d’une frontière d’États entre la France et ses voisins orientaux traverse donc l’ensemble du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle.

4En effet, après les cinq républiques sœurs de 1798-1799 formant autour de la France révolutionnaire un large glacis ; après le projet de Pitt en 1805 imaginant réunir la Belgique et la Hollande dans un État assez puissant pour constituer une barrière contre la France ; après la création d’une Belgique souveraine et indépendante en 1830 ; après le projet anglais de 1814-1815 souhaitant, pour contenir la France, créer un État intermédiaire entre celle-ci et le Rhin en rassemblant dans un même « État lotharingien » la Belgique, la Hollande et les pays à l’ouest de la Moselle et du Rhin, après tous ces projets de création d’États-frontières, il faut attendre la Première Guerre mondiale et les conférences préparant les traités de paix, pour que des projets d’États-frontières entre France et Allemagne soient envisagés. On peut citer ici en particulier le projet d’Aristide Briand en 1917 de créer un État rhénan indépendant et neutre ; les projets de Foch en 1918 imaginant de partager la zone rhénane en « États-tampons lotharingiens », indépendants et neutres, projets repris par le même Foch en janvier 1919 et défendus par André Tardieu et l’administration militaire française basée à Mayence dans les années 1920 ; le projet de Churchill en mai 1942 de réunir la Belgique, la Hollande et le Danemark au sein d’une fédération des Pays-Bas ( !) ; le projet d’Henry Wallace, vice-président des États-Unis, de rattacher la Belgique et les Pays-Bas à la France ( !) ; le projet de Roosevelt, en mars 1943, de créer un nouvel État appelé « Wallonia » (sic) formé par la réunion de la Wallonie, du Luxembourg, de l’Alsace-Lorraine et d’une partie du nord de la France ( !) ; le projet du CFLN et de René Mayer, en septembre 1943, de créer un État rhénan comprenant le bassin de la Ruhr et éventuellement, ensuite, l’Italie, projet soutenu par le général de Gaulle ; enfin, le projet du général de Gaulle de février 1944 de rassembler un Reichsland, un État de Rhénanie-Ruhr-Sarre détaché du Reich.

  • 1 Cette Europe « médiane » regroupe – avec de multiples variantes – les États ou régions actuelles d (...)

5Dans la plupart des traités de paix et projets de paix européenne négociés, conclus ou imaginés entre la fin du XVe siècle et 1945, les souverains, dirigeants politiques et diplomates qui réfléchissent sur la carte et sur le découpage d’une Europe idéale, développent volontiers l’idée de constituer ou de reconstituer un ou des « États médians », un ou des « États d’Entre-Deux » calqués sur l’Europe économiquement la plus active aux époques médiévale et moderne, un ou des « États-frontières » ou « États-tampons » dans l’Europe des champs de bataille s’étendant des bouches de l’Escaut aux sources du Rhin1.

6S’agit-il, en particulier pour les Français, de construire des « États-glacis militaires » en instrumentalisant la menace que représentent un Empire germanique, une Prusse puis une Allemagne trop puissants et d’éviter – ou de retarder – ainsi un nouvel assaut des voisins d’outre-Rhin ? S’agit-il, non seulement pour les Prussiens et les Allemands, mais aussi pour les Anglo-Saxons, de placer une frontière en profondeur, un « État-tampon » entre l’Europe continentale et la France lorsque celle-ci se révèle trop puissante et trop hégémonique sur le continent européen ?

DU ROYAUME DES PAYS-BAS À LA BELGIQUE ÉTAT-TAMPON

7L’idée de placer un ou des États-frontières entre la France et ses voisins orientaux traverse le XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, mais elle est en réalité bien antérieure. Dans le cadre de cette étude, nous ne remonterons pas jusqu’au « Grand Dessein » de Sully, mais seulement à l’époque de la Révolution française, lorsque, sous prétexte de rationalité géographique, les Révolutionnaires revendiquent des frontières naturelles pour la France : « Les limites de la France sont marquées par la nature » déclare Danton en janvier 1793. En février, Carnot précise : « Les limites anciennes et naturelles de la France sont le Rhin, les Alpes et les Pyrénées. » Cette revendication ayant été satisfaite, le Directoire sécurise ensuite le territoire français en créant, le long des frontières orientales de la France, plusieurs États-satellites constituant un glacis militaire et politique, les « républiques sœurs » – en 1795, la République batave ; en 1797, la République Cisalpine en Italie du Nord et la République Ligurienne ; et, en 1798, les Républiques helvétique et romaine.

  • 2 Harouel Jean-Louis, « Vie et mort des républiques sœurs », L’Histoire, n° 227, décembre 1998, p. 2 (...)

« À l’automne 1798, écrit Jean-Louis Harouel, ces cinq républiques sœurs forment autour de la France révolutionnaire un large glacis qui complète l’annexion de la Belgique et de la Rhénanie. Ainsi se dessine autour de l’Hexagone un arc quasi continu allant de Groningue au sud du Latium, soit un ensemble assez voisin de ce qu’avait été la Lotharingie – la part du fils aîné de Louis le Pieux, Lothaire – dans le partage de Verdun, en 843. Un arc quasi continu qui rappelle aussi la fameuse “banane bleue” des géographes2… »

  • 3 Notons ici que le fait est remarquable : pour la première fois depuis le IXe siècle, l’Empire de C (...)

8L’Empire va plus loin que le Directoire : non seulement sont créés, en 1798, après annexion, quatre départements français dont les chefs-lieux sont Trèves, Mayence, Coblence et Aix-la-Chapelle, mais aussi, en 1806, Napoléon met fin au Saint-Empire romain germanique et regroupe la Bavière, le Wurtemberg, les trois États rhénans de Bade, Hesse et Nassau et deux États nouveaux créés autour de Francfort et de Cologne dans une Confédération « tampon3 » sous la protection de l’Empire napoléonien. Cependant, cette construction ne dure pas : en mai 1814, au premier traité de Paris, la France abandonne le sud de la Hollande, la Belgique et la Rhénanie ; en novembre 1815, au second traité de Paris, elle perd toute la zone entre Sambre et Meuse, Bouillon, la Sarre et Landau.

9Pour retenir la France dans ses nouvelles frontières, pour l’empêcher de déborder de nouveau de ses limites, les puissances alliées imaginent alors de reconstituer un ou plusieurs « États-tampons » entre la France et le reste de l’Europe continentale.

10En 1805 déjà, Pitt avait pensé réunir les Pays-Bas autrichiens et les Provinces-Unies dans un État assez puissant pour former une barrière contre la France. Et, en cette même année 1805, ce projet est présenté à Londres dans une brochure rédigée par l’abbé italien Piatoli. Celui-ci réclame la création d’un royaume des Deux-Belgiques qui serait confié au prince Guillaume d’Orange. Le projet ne connaît pas de suite immédiate, mais, en 1813, la Prusse propose à l’Angleterre la formation d’un royaume « guelfe » s’étendant de l’Elbe à l’Escaut – Hanovre et Pays-Bas – dirigé par un prince anglais. L’idée est reprise par Castlereagh qui souhaite, pour contenir la France, créer un État intermédiaire entre celle-ci et le Rhin en rassemblant la « Belgique », la Hollande et les pays à l’ouest de la Moselle et du Rhin. En 1814, le plan de Castlereagh rencontre un début de réalisation lorsque les alliés s’entendent à Chaumont pour que les pays situés entre la Meuse et l’ancienne frontière de la France, d’une part, entre la Meuse et le Rhin – au nord de la ligne Maastricht-Cologne –, d’autre part, soient réunis à la Hollande, et pour que l’on attribue à cet État les autres régions de la rive droite de la Meuse. Cet accord est complété par deux articles secrets (3 et 4) du traité de Paris du 30 mai 1814 :

« Les pays compris entre la mer, les frontières de la France, telles qu’elles se trouvent réglées par le présent traité et la Meuse seront réunis à toute perpétuité à la Hollande. Les frontières sur la rive droite de la Meuse seront réglées selon les convenances militaires de la Hollande et de ses voisins. Les pays allemands sur la rive gauche de la Meuse serviront à l’agrandissement de la Hollande et à des compensations pour la Prusse et les autres États allemands. »

11L’idée de Castlereagh et de Wellington est donc de faire du royaume hollandobelge une tête de pont facilitant les communications de l’Angleterre sur le continent, sans que cette tête de pont ne dépende d’un État trop vaste et trop puissant.

  • 4 Cf. Leclère L., La question d’Occident. Les pays d’Entre-deux de 843 à 1921. Régions rhodaniennes, (...)

12Cependant, cette belle construction est battue en brèche au Congrès de Vienne par la diplomatie prussienne qui s’oppose à la diplomatie anglaise : les diplomates prussiens sont en effet partisans d’intégrer les territoires belges – et, au-delà, l’ensemble des Pays-Bas –, dans la Confédération allemande afin de reconstituer un nouveau cercle de Bourgogne. Toutefois, Castlereagh et Wellington tiennent bon. Finalement, un accord est trouvé entre Anglais et Prussiens : d’une part, les articles 55 et 56 de l’Acte final du Congrès de Vienne officialisent l’existence d’un royaume des Pays-Bas indépendant comme le souhaite l’Angleterre, d’autre part, celle-ci doit accepter en échange les conditions prussiennes et renoncer à voir ce nouvel État s’étendre sur la rive droite de la Meuse, vers le Rhin et la Moselle4. L’Angleterre impose donc l’union de la Belgique et des Pays-Bas, espérant ainsi que cet État-tampon empêchera la France de se lancer de nouveau à la conquête de l’Europe. Cependant, dans le nouveau royaume des Pays-Bas, les Belges catholiques ne cessent de se plaindre d’être traités en citoyens de second rang face aux Hollandais protestants et, en septembre 1830, la Belgique fait sécession. Une conférence se réunit à Londres en novembre 1830 et, en janvier 1831, l’indépendance de la Belgique est officiellement reconnue par les puissances, sans trop de difficultés d’ailleurs : la Prusse et l’Angleterre voient toujours dans le nouvel État une barrière pratique aux éventuelles ambitions de la France, et celle-ci est non seulement satisfaite que son voisin hollandais ait perdu de sa puissance, mais elle sait aussi que la jeune Belgique – qui a réclamé au début de son soulèvement son rattachement à la France – est son meilleur allié en Europe.

FAUT-IL CRÉER UN ÉTAT RHÉNAN, ÉTAT-FRONTIÈRE ?

13La Belgique n’ayant pas totalement joué son rôle d’« État-tampon » entre la France et l’Allemagne en 1914 – mais ayant contribué à freiner les armées allemandes et, en cela, peut-être a-t-elle tout de même accompli ce que les militaires français attendaient d’un État-tampon – resurgit en 1917-1919 dans les projets des politiques et des diplomates européens préparant les traités de paix, l’idée de re-création sur la rive gauche du Rhin d’un nouvel État-tampon – en l’occurrence un État rhénan.

14C’est ainsi que, le 12 janvier 1917, le président du Conseil et ministre des Affaires étrangères Aristide Briand définit très précisément la position de la France quant aux frontières occidentales de l’Allemagne :

  • 5 Tardieu André, « L’occupation de la rive gauche du Rhin », L’Illustration, 14 février 1920.

« Une question se posera nécessairement, c’est celle de la rive gauche du Rhin. De bons esprits en France, attachés aux plus vieilles traditions de notre politique nationale, la revendiquent comme l’héritage perdu de la Révolution et de l’Empire, nécessaire pour former ce que Richelieu appelait “notre pré carré” [sic]… Ce qui importe plus qu’un avantage glorieux et précaire, c’est de créer un état de choses qui soit une garantie pour l’Europe autant que pour nous et qui fasse couverture devant nos territoires. L’organisation de la région rhénane, sa neutralité, son occupation provisoire, sont à envisager dans les échanges de vues entre alliés ; il importe que la France étant la plus directement intéressée dans le statut territorial de cette région, ait voix prépondérante dans l’examen de la solution de cette grave question5. »

  • 6 Cité par Leclère L., op. cit., p. 191.

15À la fin de cette même année 1917, Balfour, le responsable du Foreign Office, répond à Briand par deux discours : d’une part, il déclare que les alliés n’ont passé aucun accord prévoyant la création, sur la rive gauche du Rhin, d’un État indépendant, d’autre part, il tient à préciser qu’une « telle solution n’est jamais entrée dans la politique du gouvernement britannique6 ». Ainsi, bien avant la fin de la guerre, Anglais et Français émettent déjà des points de vue divergents sur la configuration de l’Europe médiane après guerre.

16Le désaccord perdure et s’accentue encore après la victoire des alliés : le 8 octobre 1918, dans une lettre à Clemenceau, le maréchal Foch affirme que l’occupation de la rive gauche du Rhin doit être une des conditions de l’armistice, mais il s’interroge aussi pour savoir si, au terme de cette occupation, on redonnera cette région à l’Allemagne ou si, au contraire, on la partagera en États-tampons, indépendants et neutres. Quelques semaines plus tard, dans deux notes adressées au président du Conseil, l’une du 27 novembre 1918, l’autre du 10 janvier 1919, le maréchal Foch, dont l’objectif est d’assurer la sécurité de la France en créant une zone tampon, estime que l’Allemagne cherchera la vengeance dans un délai de vingt à trente ans et suggère que la délégation française à la Conférence de la Paix s’en tienne à un programme très précis : d’une part, peser pour que le Rhin devienne la frontière occidentale de l’Allemagne, d’autre part, ne pas annexer la rive gauche, mais en faire un ou plusieurs États indépendants protégés par une force interalliée contrôlée par la Société des Nations ; André Tardieu, l’un des délégués français, arrive à des conclusions similaires dans son Mémoire du 8 janvier 1919 : ne pas annexer la rive gauche du Rhin, la rendre au contraire indépendante, faire du Rhin la « frontière de la liberté » et le « rempart de l’Occident ».

17Ces propositions rencontrent aussitôt de fortes oppositions chez les négociateurs anglais et américains. Lloyd George estime qu’il ne faut pas arracher les terres rhénanes à l’Allemagne, pour ne pas y attiser un esprit de revanche ; Wilson rejette également la position française, mais pour des raisons différentes. Pour lui, la Rhénanie n’est pas un territoire de nationalité française. Selon le principe des nationalités, ce territoire doit être rattaché à l’Allemagne. Wilson devant s’absenter, les Français tentent alors une démarche auprès de House. Ce dernier est prêt à céder à la position française. Cependant, averti, Wilson se montre ferme et refuse de rattacher la Rhénanie à la France. Pour répondre aux objections anglo-saxonnes, la délégation française à la Conférence de la Paix présente donc deux nouveaux mémoires, les 19 et 25 février 1919 :

  • 7 Ce mémoire est publié en annexe au rapport Barthou. L’un de ses rédacteurs est A. Tardieu.

« La France ne réclame pas pour elle la rive gauche du Rhin ; elle n’en a que faire et son intérêt, comme son idéal, lui interdit de la revendiquer. Sans aucune ambition territoriale, mais pénétrée de la nécessité de créer une protection à la fois internationale et nationale, elle attend de l’occupation interalliée du Rhin ce que la Grande-Bretagne et les États-Unis attendent du maintien de leur force navale ; elle prie les gouvernements alliés et associés d’insérer dans les clauses des préliminaires de paix les dispositions suivantes : la frontière occidentale de l’Allemagne doit être fixée au Rhin, les ponts du Rhin doivent être occupés par une force interalliée, ces deux mesures ne devant entraîner au profit d’aucune puissance aucune annexion de territoires7. »

18Les Français réclament donc les « trois frontières » : la frontière politique de 1870 ; une frontière économique plus étendue englobant le bassin de la Sarre dans l’orbite de l’industrie française ; une frontière militaire avancée jusqu’au Rhin, de la Lauter à la Wesel, la Rhénanie située sur la rive gauche du Rhin devenant ainsi un État neutre et indépendant du Reich.

  • 8 Tardieu André, op. cit.

19Du 11 mars au 22 avril 1919, un débat difficile s’engage entre les trois grandes délégations. Le président Wilson et le Premier ministre britannique Lloyd George sont hostiles non seulement à la création d’un État rhénan indépendant, mais également à une occupation interalliée – même temporaire – de la rive gauche du Rhin et ils proposent à Clemenceau d’autres garanties telles que le désarmement de l’Allemagne, la démilitarisation de la rive gauche et le règlement des problèmes inter étatiques européens par la Société des Nations. La France doit transiger. Il n’y aura pas d’État rhénan indépendant. Nombreux sont ceux qui le regrettent, tel Tardieu : « L’occupation de la rive gauche du Rhin, c’était pour les Français une sûreté nécessaire contre une effraction deux fois répétée en cinquante ans. À d’autres, cette occupation, quels qu’en fussent le mode et la durée, semblait, sous l’empire de l’histoire différemment interprétée, injustifiable, inutile et dangereuse8.» Il semble aussi que, dans l’esprit des délégués britanniques et américains, la création d’une Rhénanie indépendante et faible non seulement enlève des Allemands à l’Allemagne, mais risque surtout de rompre au profit de la France l’équilibre rétabli en Europe occidentale par le recul de l’Allemagne. La Rhénanie indépendante ne voit pas le jour, mais le 20 avril 1919, Wilson, puis le 21, Lloyd George, consentent à l’occupation par zones de la rive gauche du Rhin. Ajoutons qu’en France, au début des années 1920, la création d’un État rhénan continue d’être réclamée :

« Au tout début des années 20, écrit Peter Schöttler dans son édition du Rhin de Lucien Febvre, l’administration militaire française basée à Mayence ne cachait pas, surtout dans les premières années, qu’elle tenait pour légitime et souhaitable de séparer ces territoires du reste de l’Allemagne ou du moins de créer une république autonome qui servirait d’État-tampon démilitarisé. »

  • 9 Febvre Lucien, Le Rhin. Histoire, mythes et réalités (nouvelle édition établie et présentée par Pe (...)

20Force est également ici de constater que, si cet État-tampon « lotharingien », cette république rhénane, est demandé avec force par nombre de politiques, diplomates et militaires français à commencer par Foch, il ne correspond pas aux conclusions des experts du Comité d’études composé d’historiens et de géographes chargés d’établir la liste des revendications françaises en vue des futures négociations de paix9.

DE L’ÉTAT-RHÉNAN FRONTIÈRE DE L’ALLEMAGNE À L’ALLEMAGNE COMME FRONTIÈRE

21C’est pendant la Seconde Guerre mondiale que les concepts d’espace et d’Étattampon reviennent à l’ordre du jour. Du côté britannique, américain, mais aussi français, nombre de dirigeants et de diplomates tirent les premières leçons de l’entredeux-guerres et de la défaite de 1940 et s’interrogent sur la viabilité des petites nations dans le nouvel ordre international d’après-guerre, à commencer par le chantre de la Pan Europe, Richard Coudenhove-Kalergi en exil aux États-Unis, et par le professeur E. H. Carr en Grande-Bretagne.

22« Ces deux Européens convaincus se prononcent clairement pour la suppression des États nationaux et la création d’une Europe unifiée », écrit Thierry Grosbois.

  • 10 Grosbois Thierry, « Les projets des petites nations de Benelux pour l’après-guerre 1941-1945 », Du (...)

« Ces perspectives de suppression de ce que les Américains considéraient comme des États lilliputiens reçoivent un accueil favorable au sein des milieux gouvernementaux. C’est ainsi que Churchill préconise à Washington, le 22 mai 1942, aux autorités politiques américaines, de réunir la Belgique, la Hollande et le Danemark au sein d’une fédération des Pays-Bas. Il rejette cependant la suggestion formulée par Henry Wallace, vice-président des États-Unis, de rattacher la Belgique et les Pays-Bas à la France ! Quant au président Roosevelt, il discute avec Eden, le 13 mars 1943, de la création d’un nouvel État appelé “Wallonia” [sic] formé par la réunion de la Wallonie, du Luxembourg, de l’Alsace-Lorraine et d’une partie du nord de la France. Ces projets confus, outre qu’ils témoignent d’une connaissance très approximative des réalités européennes de la part des autorités supérieures américaines, exprimaient un certain embarras : les Anglo-saxons ne savent que faire des petits États dans leur ambitieux plan de réorganisation mondiale10 ! »

  • 11 Guillen Pierre, « La France libre et le projet de fédération ouest-européenne 1943-1944 », Dumouli (...)
  • 12 Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE) 717, Massigli à Dejean, 7 mars 1944. Cité égal (...)
  • 13 Bossuat Gérard, Les fondateurs de l’Europe unie, Paris, Belin, 2001, p. 76.

23Moins connu, mais certainement plus sérieux, du côté français et en particulier au sein du CFLN, on réfléchit également à l’Europe de l’après-guerre : René Mayer, dans une note du 30 septembre 1943, envisage une fédération européenne regroupant, en plus de la France, de la Belgique et des Pays-Bas et éventuellement ensuite de l’Italie, un État rhénan comprenant le bassin de la Ruhr. Notons ici que ce projet, qualifié de « Lotharingie industrielle » par Gérard Bossuat, est soutenu par le général de Gaulle11. Cependant, ce projet évolue puisque, le 24 février 1944, le Général demande à René Massigli d’étudier les conditions dans lesquelles pourrait vivre un État de Rhénanie-Ruhr-Sarre détaché du Reich et rattaché à un bloc occidental dans le cadre d’une fédération stratégique et économique entre la France, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Italie, fédération à laquelle pourrait se rattacher éventuellement la Grande-Bretagne ! De Gaulle développe cette idée devant Mendès France, venu s’informer des vues du Général sur le projet d’union ouest-européenne : « La Ruhr et les Rhénanie seront le lien commun des pays occidentaux libérés ; ce sera un Reichsland ; pour cimenter l’Europe libérée, c’est bien qu’elle ait quelque chose qui soit sa propriété collective. » Massigli mobilise alors tous ses collaborateurs et se met au travail. Toutefois, au bout de quelques semaines, il est perplexe : comment détacher stratégiquement et économiquement la Rhénanie-Westphalie du reste de l’Allemagne ? Ce point, pour Massigli, est « enveloppé de brumes12 ». Les travaux se poursuivent cependant en ce sens : toujours pour assurer la sécurité future de la France, en novembre 1944, une commission réunie autour d’Hervé Alphand et comprenant de grands géographes comme Emmanuel de Martonne et Max Sorre, étudient la possibilité de séparer la Rhénanie du Reich et d’établir un cordon douanier avec le Reich en coupant 16 millions d’habitants du Reich allemand, comme on l’avait fait dans les provinces orientales au profit de la Pologne. Il est même question pendant un temps de déporter les habitants pour « dégermaniser » la région ! Même si 78 % des Français sont favorables à cette partition à l’été 1945, « le projet est abandonné au nom du bon sens13 ».

  • 14 Gaulle Charles de, Lettres, notes et carnets, mai 1945-juin 1951.

24Le Général développe encore son projet l’année suivante, dans son discours de Baden-Baden du 5 octobre 194514, mais le Reichsland « Rive gauche du Rhin-Hesse-Ruhr-Palatinat-Sarre » qu’il imagine n’aboutit pas.

25Quelles conclusions peut-on tirer de l’étude de ces projets de création d’États entre la France et l’Allemagne ? Les qualificatifs d’États-frontières, d’États-tampons, ou de glacis militaires sont-ils synonymes et sont-ils suffisants pour les définir ? Quelle politique et quels objectifs suivent les vainqueurs de Napoléon en créant le royaume des Deux-Belgiques ; quelle politique et quels objectifs poursuivent les Français et les alliés en 1917-1919 lorsqu’il est question de la rive gauche du Rhin, puis les alliés et le général de Gaulle en 1943-1945 ? S’agit-il de pures réflexions intellectuelles, de simples arguments historiques, de constructions politiques offensives ou défensives, ou seulement de « chants incantatoires » destinés à instrumentaliser une menace ? Il apparaît en fait que ces projets correspondent à un principe fondamental de la stratégie, comme l’exprime le général Bourgeois, ancien directeur du Service géographique de l’armée, dans un rapport sur la frontière militaire du Nord-Est en date du 30 avril 1917 :

« Un pays qui serait maître à un moment donné de tracer à son gré sa frontière militaire aurait à tenir compte, pour établir ce tracé, des doctrines de guerre en cours chez ses ennemis éventuels et des conditions de l’armement, tant offensif que défensif, c’est-à-dire du canon et de la fortification. L’étude des différentes hypothèses d’opérations lui ferait voir le fort et le faible des diverses solutions envisagées. Mais il est évident que tous ces éléments étant variables dans le temps, la meilleure frontière n’est pas immuable. Telle frontière complétée par une organisation défensive remarquable et ayant même fait ses preuves à une certaine époque de l’histoire peut devenir insuffisante à une époque relativement voisine, soit que les doctrines de guerre aient été modifiées, soit que des progrès essentiels aient été réalisés dans l’organisation des armées, soit que la puissance offensive de l’armement ou la force défensive de la fortification aient subi des modifications radicales, entraînant une rupture complète d’équilibre en faveur de l’un ou de l’autre facteur. Nous avons vu le fait se produire pour la magistrale organisation défensive de la frontière du Nord, telle qu’elle avait été conçue par Vauban. »

26Autrement dit, la meilleure « frontière-ligne » militaire possible n’existe pas : la ceinture de fer de Vauban n’a pas arrêté le déferlement des armées alliées en 1814. Certes, l’idée de substituer aux grandes places et aux camps retranchés isolés des ensembles fortifiés appelés « régions fortifiées », dont Séré de Rivières a fait la base de son organisation, s’est révélée relativement efficace dans le secteur de Verdun, mais en 1914, les Allemands ont tourné ces régions fortifiées en passant par la Belgique. Et, pour les Français, en 1918, et d’une certaine manière en 1945 encore, seuls des États-tampons peuvent efficacement jouer le rôle de frontières militaires. Or, pour les Français, si elle a retardé les armées allemandes, la Belgique s’est révélée un État-tampon insuffisant pour les contenir. Un État-tampon, un « État-frontière militaire » qui n’est qu’une simple limite ne suffit pas pour protéger la France, il faut soit créer un autre État-tampon sur le territoire ennemi lui-même – l’État rhénan – ou, tout du moins, former un glacis militaire – la rive gauche du Rhin – militairement occupé et bien organisé. Le paradoxe de l’histoire est que, si en 1919, les Alliés américains et britanniques ne veulent pas entendre parler d’une frontière militaire sur le Rhin car, à leurs yeux, la création d’un État-tampon sur le Rhin entretiendrait une agitation perpétuelle et susciterait d’innombrables conflits, en 1943-1945, tous, Français comme Américains et Britanniques sont d’accord pour envisager cette création. Cependant, en 1945, la géopolitique de l’Europe a changé et l’heure n’est sans doute plus à la création d’États nouveaux, mais plutôt à l’occupation militaire pure et simple du territoire : l’Allemagne n’est plus l’ennemi, l’ennemi est plus à l’Est et l’Allemagne entière devient ainsi un vaste glacis militaire et un État-tampon avant-garde de l’Occident, un État servant de frontière pas seulement militaire, mais aussi politique, idéologique et culturelle.

Notes

1 Cette Europe « médiane » regroupe – avec de multiples variantes – les États ou régions actuelles des Pays-Bas, de la Belgique, du Luxembourg, de la Lorraine, de la Franche-Comté, de l’Alsace, de la rive gauche du Rhin.

2 Harouel Jean-Louis, « Vie et mort des républiques sœurs », L’Histoire, n° 227, décembre 1998, p. 22-23, p. 22.

3 Notons ici que le fait est remarquable : pour la première fois depuis le IXe siècle, l’Empire de Charlemagne est reconstitué et ce, à partir de sa pars occidentalis, de la France.

4 Cf. Leclère L., La question d’Occident. Les pays d’Entre-deux de 843 à 1921. Régions rhodaniennes, Alsace et Lorraine, Belgique et Rhénanie, Bruxelles, Maurice Lamertin libraire-éditeur, 1921, p. 112-114.

5 Tardieu André, « L’occupation de la rive gauche du Rhin », L’Illustration, 14 février 1920.

6 Cité par Leclère L., op. cit., p. 191.

7 Ce mémoire est publié en annexe au rapport Barthou. L’un de ses rédacteurs est A. Tardieu.

8 Tardieu André, op. cit.

9 Febvre Lucien, Le Rhin. Histoire, mythes et réalités (nouvelle édition établie et présentée par Peter Schöttler), Paris, Perrin, 1985, p. 25 et 28.

10 Grosbois Thierry, « Les projets des petites nations de Benelux pour l’après-guerre 1941-1945 », Dumoulin Michel (dir.), Plans des temps de guerre pour l’Europe d’après-guerre, 1940-1947, actes du colloque de Bruxelles 12-14 mai 1993, Groupe de liaison des historiens auprès des communautés, Paris, LGDJ, p. 95-125, p. 106.

11 Guillen Pierre, « La France libre et le projet de fédération ouest-européenne 1943-1944 », Dumoulin Michel (dir.), op. cit., p. 158 et Bossuat Gérard, « Jean Monnet et l’avenir de l’Europe, 1940-1948 », Dumoulin Michel (dir.), op. cit., p. 337.

12 Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE) 717, Massigli à Dejean, 7 mars 1944. Cité également par Guillen Pierre, « La France libre et le projet de fédération ouest-européenne 1943-1944 », Dumoulin Michel (dir.), op. cit., p. 161-162.

13 Bossuat Gérard, Les fondateurs de l’Europe unie, Paris, Belin, 2001, p. 76.

14 Gaulle Charles de, Lettres, notes et carnets, mai 1945-juin 1951.

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Cergy-Pontoise,
EA 2529 CICC, université de Cergy-Pontoise,
UMR 8138 IRICE, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540