Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

L’Indochine et ses frontières (1940-1954) : entre zones d’échanges, espaces de confrontation armée et instruments de légitimation politique1

Pierre Journoud

Testo integrale

  • 1 Pierre Journoud, chargé de recherches au CEHD et doctorant à l’université Paris I Panthéon-Sorbonn (...)

1Envisager le problème des frontières en Indochine entre 1940 (offensive des Japonais) et 1956 (retrait des dernières troupes françaises et proclamation de la République du Vietnam), c’est poser la question plus large du rapport de la France à cette partie de l’empire dans une période de transition particulièrement mouvementée, et son adaptation – ou ses réticences – aux faits nationaux vietnamien, cambodgien ou laotien.

2Considérée comme la perle de l’empire colonial français, l’Indochine avait été volontairement divisée par le conquérant en cinq parties (Tonkin, Annam, Cochinchine, Cambodge et Laos), pourvues de statuts administratifs différents. Répondant à des impératifs de sécurité, la délimitation linéaire des possessions françaises, objet de traités bilatéraux signés à la fin du XIXe siècle, permit de contenir à peu de frais les ambitions expansionnistes des Vietnamiens et de geler provisoirement les contentieux frontaliers entre Vietnam, Cambodge et Laos. La frontière symbolisait la domination, mais aussi la protection de la puissance coloniale : elle ne paraissait pas devoir être remise en question. C’était le temps des « frontières froides ». En même temps, dans une région particulièrement riche sur le plan ethnique et de vieille tradition commerçante, les longues et sinueuses frontières de l’Indochine sont restées pendant toute la période coloniale, et a fortiori pendant la guerre, ce qu’elles ont toujours été : des zones de contacts, de migrations et d’échanges, y compris les échanges illicites (trafic d’armes, d’opium, d’alcool…) que les archives des douaniers permettent de reconstituer avec une certaine précision et que la guerre, par la suite, va stimuler.

3Le rapport de force entre la métropole et l’Indochine évolua brutalement dès le début de la Seconde Guerre mondiale : la défaite de la France favorisa l’essor des mouvements indépendantistes, et plus particulièrement du Vietminh, constitué en 1941. Après 1945, le gouvernement français, ayant décidé de rétablir coûte que coûte sa souveraineté sur l’Indochine, se heurta aux velléités d’indépendance des Vietnamiens : la frontière, zone-refuge des adversaires de la présence coloniale française, devint souvent, de ce fait, un lieu d’affrontement, voire une ligne de front, théâtre de grandes batailles dont deux, au moins, restèrent dans les annales de l’histoire militaire française : Cao Bang (frontière nord) et Dien Bien Phu (frontière ouest). De la Seconde Guerre mondiale à la première guerre d’Indochine, l’enjeu principal était le contrôle de voies d’accès stratégiques pour la circulation et l’approvisionnement des troupes, depuis ou à travers la Chine méridionale. Au-delà, les protagonistes du conflit indochinois visèrent concurremment à la ré-appropriation des frontières à leur profit, ouvrant ainsi, après la brève parenthèse coloniale française, l’ère des « frontières chaudes ».

4Dans leur opposition à la domination coloniale de la France (relayée par le protectorat de fait des Américains sur le Sud-Vietnam), les Vietnamiens n’ont jamais dissocié ces deux revendications : la renaissance de l’indépendance de leur vieux pays et le respect de son intégrité territoriale, ce qui impliquait dans l’esprit de tous les Vietnamiens, communistes ou non, la réunion des trois provinces artificiellement dissociées par la France : Tonkin, Annam et Cochinchine. Or, la tentative française de favoriser la sécession de la Cochinchine en 1946, au profit d’une élite qui lui était particulièrement attachée, puis la volonté américaine de transformer le 17e parallèle en « frontière internationale », furent directement à l’origine des deux guerres dites d’Indochine. La création d’une telle frontière, largement artificielle, entre le Nord et le Sud du Vietnam, allait directement à l’encontre du sentiment unitaire des Vietnamiens, pourtant profondément enraciné dans leur histoire et dans leur identité. Celui-ci finit par triompher, mais à un coût exorbitant et non sans réveiller de vieilles ambitions territoriales que le pouvoir colonial avait un moment assoupies : certains des éléments des différends frontaliers du Vietnam, terrestres comme maritimes, ne sont toujours pas réglés à l’heure actuelle.

LA GENÈSE DES FRONTIÈRES DE L’INDOCHINE FRANÇAISE2

  • 2 Tertrais Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990, Paris, Autrement, 2004.
  • 3 Ce faisant, la France a-t-elle tourné le dos au principe des nationalités et sacrifié le respect d (...)
  • 4 En délimitant les frontières du Cambodge, la France avait entériné le rattachement au Sud-Annam et (...)

5En imposant sa souveraineté en Indochine, la puissance coloniale a gelé pour un temps les frontières entre certains empires et royaumes dont les aires d’influence, plus que les limites, étaient déjà bien intériorisées dans la mémoire collective des peuples. Face aux ambitions régionales du royaume du Siam (future Thaïlande) et de l’Annam (futur Vietnam), le protectorat français a assuré la survie – ou la résurrection – du Cambodge et du Laos3. Depuis plusieurs siècles, en effet, l’ethnie viet s’étendait dans deux directions différentes. Vers le sud : les Vietnamiens venus du delta du Fleuve Rouge avaient annexé successivement, aux dépends de l’empire khmer, le royaume indianisé du Champa puis les provinces méridionales du delta du Mékong (dont Saigon en 1690), créant ainsi un puissant mouvement irrédentiste khmer4. Vers l’ouest : l’expansion viet s’était faite aussi depuis les plaines côtières bordant la mer de Chine méridionale jusqu’aux confins montagneux peuplés de minorités ethniques. L’empire d’Annam avait mis la main, dès le début du XVIIIe siècle, sur quelques fiefs situés au nord de l’ancien royaume unifié de Lang Xang (une partie de l’actuel Laos).

  • 5 Sur ces concepts, voir Duroselle Jean-Baptiste, « Les frontières. Vision historique », Relations i (...)
  • 6 Dans ces régions d’accès difficiles et peu habitées, la campagne de délimitation de la frontière n (...)

6Victorieuse par les armes, la France a également contraint la Chine à renoncer à la suzeraineté sur le Vietnam en 1885 et à délimiter précisément sa frontière avec l’Indochine, selon des critères modernes : matérialisation du bornage sur des cartes établies d’après des relevés topographiques, consécration par des accords bilatéraux, création d’un système de contrôle douanier et de défense militaire… À la conception d’une marche frontière considérée comme d’origine orientale, elle substituait ainsi le concept occidental d’une frontière-linéaire parfaitement repérable et, a priori, totalement étanche5. Ce ne fut pas sans peine : les récits des campagnes de délimitation de la frontière entre l’Indochine du Nord et la Chine, dans la deuxième moitié des années 1880, rendent souvent compte de l’extrême difficulté de la tâche, tout en vantant le professionnalisme des officiers topographes6.

  • 7 Le Vietnam était lui-même divisé entre trois entités administratives différentes : Tonkin au nord, (...)

7En fixant linéairement les frontières entre Vietnam7, Cambodge et Laos, ainsi que les frontières séparant l’Indochine de ses voisins, la France coloniale voulait assurer avant tout la sécurisation de sa nouvelle colonie, bientôt considérée comme la « perle de l’empire ». Elle ne fit point disparaître, toutefois, la fonction traditionnelle de la frontière – une zone de contacts, d’échanges, de trafics, licites ou illicites, de migrations… –, ni la possibilité pour les nationalistes réfractaires à sa domination d’y trouver refuge. En effet, un mouvement anti-colonial vigoureux, entraîné par les membres du parti communiste indochinois (PCI), réussit à s’organiser dans les espaces interstitiels que laissait subsister le système de défense de la périphérie de l’Indochine française. Déjà transgressées par les Japonais et les Thaïlandais pendant la Seconde Guerre mondiale, les frontières devinrent bientôt des zones privilégiées de confrontation armée avec les troupes du PCI pendant la première guerre d’Indochine : dans ces zones de confins plus difficiles à contrôler que les plaines deltaïques se jouèrent les batailles décisives qui précipitèrent finalement la décolonisation de l’Indochine française.

LA SUBVERSION DES FRONTIÈRES EN INDOCHINE PAR LE VIETMINH (1940-1949)

La zone frontalière septentrionale, berceau du Vietminh (1940-1947)

  • 8 Dalloz Jacques, La guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1987, p. (...)
  • 9 Brocheux Pierre, Ho Chi Minh. Du révolutionnaire à l’icône, Paris, Payot, 2003, p. 111-112.

8C’est dans la région frontalière de l’Indochine avec la Chine, un espace au relief tourmenté et très compartimenté, refuge traditionnel des « hors-la-loi de tout acabit8 », terre d’élection d’ethnies minoritaires relativement autonomes, que peu après l’annonce de la défaite française de juin 1940, les révolutionnaires vietnamiens se regroupèrent pour organiser la lutte armée contre les Japonais et contre les Français. Après avoir achevé les cours de formation politique qu’il donnait aux jeunes recrues dans une province méridionale de la Chine proche de la frontière avec le Tonkin, Ho Chi Minh retourna dans son pays en janvier 1941, après trente années d’absence. Il choisit pour refuge la grotte de Coc Bo, située à proximité d’un hameau nung dénommé Pac Bo, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Cao Bang, et surtout, à deux pas de la frontière avec la Chine qu’il était aisé de gagner en cas d’urgence. Vivant dans des conditions difficiles et très austères, dans cette zone de confins d’empire particulièrement isolée et peu peuplée, le leader révolutionnaire vietnamien sut progressivement gagner la confiance des populations9.

  • 10 Gras Yves, Histoire de la guerre d’Indochine, Paris, Plon, 1978, p. 23-27.
  • 11 Cf. paragraphe suivant.

9Du 10 au 19 mai 1941, le comité central réuni par Ho Chi Minh dans la grotte de Coc Bo, au flanc d’un massif rebaptisé « Karl Marx », entérina la création d’un front national uni, le Vietminh, abrégé de Viet Nam Doc Lap Dong Minh Hoi ou Ligue pour l’indépendance du Vietnam. L’instrument politique qui, sous l’égide d’un directoire communiste, allait conduire le Vietnam à l’indépendance, était né. En 1942, Ho fut arrêté par des policiers chinois : il était en route pour Chongqing où il devait rencontrer Zhou Enlai. Il passa deux années, traîné de prison en prison, avant de regagner le bastion de Cao Bang – Bac Son, en août 1944, aux confins frontaliers de la Chine et du Vietnam où bandes armées chinoises et militants du Parti ne cessaient d’alimenter l’insécurité. Entre temps, les dirigeants du Vietminh, dont Vo Nguyen Giap, avaient étendu la zone placée sous leur contrôle. Combinant la persuasion, la propagande, la force et au besoin la liquidation, le Vietminh avait progressivement infiltré la haute région tonkinoise jusqu’à Thai Nguyen et Lang Son, une région propice aux embuscades ou à la fuite. Dès 1943, il était en mesure de créer un comité inter-provincial du « Cao-Bac-Lang » (désignant le triangle formé entre Cao Bang, Bac An et Lang Son). Encore limitée à une poignée de districts à cause des opérations de « pacification » de l’armée coloniale, particulièrement dures en 1943-1944, cette base de guerre demeurait néanmoins fragile. L’offensive japonaise de septembre 1944 dans le Guangxi contraignit Ho Chi Minh à transporter son PC près de Thai Nguyen, où fut créée une « zone de pouvoir révolutionnaire ». Le 22 décembre, le Détachement de propagande de l’Armée de libération, noyau de la future Armée populaire du Vietnam, était créé par le général Giap10. Particulièrement bien située et fort discrète, cette implantation originelle du Vietminh ne fut pas évaluée correctement par les services de renseignement français. Aussi la surprise fut grande de voir les dirigeants du Vietminh s’emparer du pouvoir aussi facilement après le coup de force japonais11 et s’installer à Hanoi jusqu’aux événements de décembre 1946, qui marquent le début de la guerre d’Indochine.

  • 12 Brocheux P., op. cit., p. 194.
  • 13 Valette Jacques, « Le renseignement militaire et son exploitation pendant la guerre d’Indochine : (...)

10La guerre contraignit Ho Chi Minh, ses collaborateurs et son escorte, à gagner le triangle, aménagé de longue date, Thai Nguyen – Bac Can – Tuyen Quang. En mai 1947, le gouvernement installa sa capitale dans le district de Dinh Hoa. Les services gouvernementaux ayant été disséminés entre les différents villages et les nombreuses grottes de la région, Ho Chi Minh put continuer à diriger la RDV avec ses fidèles lieutenants12. En octobre, le général Valluy crut toutefois possible de les capturer, et de mettre un terme au trafic du Vietminh avec les contrebandiers Chinois13, en déclenchant une importante offensive, avec 12 000 hommes dont de nombreux parachutistes sous les ordres du général Salan, depuis le delta vers la frontière nord. Mais l’opération Léa se solda par un relatif échec. Certes, l’APV perdit beaucoup d’hommes et de dépôts, et le CEFEO put remonter sans difficulté vers la frontière, occupant de nouvelles positions (Bac Can, Cao Bang…), mais Ho échappa à la capture et le gros de ses troupes réussit à passer à travers les lignes françaises. Ainsi, les Français (re) découvraient malgré eux les difficultés d’une armée régulière face à une guérilla, avec des effectifs à peine deux fois supérieurs à ceux de l’adversaire alors que les spécialistes recommandaient un rapport de 10 contre 1.

La guérilla se joue des frontières (1945-1949)

  • 14 Le contexte régional de la guerre d’Indochine a longtemps été négligé dans l’historiographie franç (...)

11Ce combat impitoyable contre la France, la République démocratique du Vietnam (RDV) – proclamée par Ho Chi Minh, à Hanoi, le 2 septembre 1945 – le conçut très tôt dans le cadre indochinois, et même sud-est asiatique14. Elle tissa des liens pardelà les frontières de l’Indochine, à l’ouest et au nord.

  • 15 Dès 1941, la direction communiste du Vietminh fraîchement crée avait tenté d’établir des organisat (...)

12À l’ouest, ses dirigeants envoyèrent dès 1945 des cadres au Laos, par le Mékong, ainsi qu’en Chine du Sud. Ceux-ci réussirent à établir une liaison directe avec les cellules communistes du Nord-Est de la Thaïlande. D’après Christopher Goscha, le Vietminh aurait même tenté de déclencher au Laos un soulèvement général pour favoriser une prise du pouvoir par les communistes au nom de la « révolution indochinoise15 ». Du point de vue militaire, la RDV avait toutes les raisons de vouloir conclure une « alliance de revers » avec les Laotiens, et avant toutes choses pour renforcer sa sécurité au nord face à une éventuelle offensive française. Force est de reconnaître qu’au Laos comme au Cambodge, ce fut très largement un échec, tout au moins jusqu’en 1950… La région frontalière du Mékong en Thaïlande devint aussi une zone de repli pour 40 000 à 50 000 réfugiés vietnamiens et 4 000 Laotiens, qui constituèrent autant de relais entre le PCI et le gouvernement thaïlandais. Des camps militaires situés dans le Nord-Est de la Thaïlande permirent l’entraînement de combattants de l’APV. Une zone d’action militaire, dénommée front du Mékong, fut même instituée en 1947 par les cadres de l’APV. Après le coup d’État de novembre 1947 à Bangkok, le Vietminh réorganisa ses fronts : le front du Mékong en Thaïlande fut en fin de compte dissout en décembre, au profit d’un nouveau « front du Laos », sur l’autre rive du Mékong, intégré au « commandement des fronts lao-cambodgien » dont Giap s’était vu confier la responsabilité par le comité central du PCI. En 1948, craignant un encerclement de son armée, le commandant en chef de l’APV jugea nécessaire de réorienter les efforts vers l’intérieur de l’Indochine : la cordillère annamitique devint le nouveau centre de gravité de la guerre (elle allait le rester jusqu’à la fin de la guerre contre les Américains).

  • 16 Général Vo Nguyen Giap, Mémoires 1946-1954, t. I : La résistance encerclée, Paris, Anako Éditions, (...)

13Au nord, début 1948, le principe d’une coordination entre l’APV et les troupes communistes chinoises, alors en difficultés face aux forces nationalistes postées dans les zones frontalières avec le Vietnam, fut entériné par Ho Chi Minh et le bureau politique, à la demande de Zhou Enlai lui-même. Le commandement militaire et le Parti communiste chinois des zones frontalières nouèrent des contacts avec leurs homologues vietnamiens. En mars 1949, une partie des partisans et des troupes communistes chinoises de l’arrière furent même contraints de passer la frontière pour se réfugier temporairement dans la zone tenue par le Vietminh au nord-est du Tonkin. Le général Giap a révélé dans ses mémoires qu’en avril 1949, la direction du mouvement de guérilla de la province du Guangxi, voisine de la frontière nordest, avait proposé aux troupes de l’APV de soutenir la guérilla chinoise contre les troupes nationalistes, afin de « libérer » une portion de territoire. Avec l’approbation du Comité central du PCI, le commandement général donna l’ordre au PC de la Ire interzone d’aider l’armée chinoise de libération à créer une « zone libre, dans les districts de Yong, de Long et de Qiu, le long de la frontière nord-est de notre pays, et en même temps d’intensifier la guérilla dans le Nord-Est ». L’APV participa donc à des combats en Chine, aux côtés de l’APL, pendant tout l’été 1949, avant de se replier en octobre 194916, date de la proclamation de la République populaire de Chine (RPC). Cette participation militaire du Vietminh avait aussi une fonction politique : elle devait rassurer le Parti communiste chinois, dans lequel certains doutaient encore de la bonne foi du PCI et de Ho Chi Minh lui-même. L’arrivée au pouvoir de Mao Zedong en Chine allait affermir l’alliance sino-vietnamienne et rendre plus improbable encore une victoire militaire française.

  • 17 Sur la nature spécifiquement maritime de ces échanges, et plus généralement des guerres d’Indochin (...)
  • 18 Goscha Ch., « Une guerre pour l’Indochine ? Le Laos et le Cambodge dans la guerre franco-vietnamie (...)

14Comme la frontière occidentale du Vietnam avec le Laos et le Cambodge, la frontière septentrionale de l’Indochine fut donc le théâtre, en dépit de la surveillance française, de mouvements et d’échanges permanents entre la Chine et la RDV17. Dès cette période, le combat des révolutionnaires vietnamiens fut mené à la fois dans et pour l’Indochine18. Conduit à disperser ses forces sur l’ensemble du théâtre, jamais le Corps expéditionnaire français d’Indochine (CEFEO) ne réussit à défendre efficacement les frontières en Indochine tant celles-ci étaient longues et souvent d’accès difficile, même pour les bataillons de parachutistes les plus entraînés et les plus mobiles. Une fois que l’APV s’est sentie assez forte pour engager des combats plus conventionnels, sans abandonner la guérilla, ces frontières déjà poreuses sont devenues l’enjeu de combats qui se révélèrent décisifs.

L’IMPOSSIBLE DÉFENSE DES FRONTIÈRES POUR LE CEFEO (1940-1954)

15Entre la défaite de juin 1940 en France et la défaite de Dien Bien Phu en 1954, les soldats de l’Union française ont tenté de défendre les frontières de l’Indochine, matérialisées par une ligne de postes sommairement fortifiés et trop isolés les uns des autres, contre les attaques successives des Japonais et des Thaïlandais, alors déterminés à provoquer l’effondrement de la colonie française, puis celles des Vietnamiens, résolus à succéder à la puissance coloniale à la tête de la Fédération. En vain : dans ces marges de l’empire mal intégrées par le pouvoir colonial se développa inexorablement la principale contre-force de résistance à la domination française.

Les combats aux frontières contre les Japonais et les Thaïlandais : premiers ébranlements de la domination française (1940-1946)

  • 19 Hesse d’Alzon Claude, « L’armée française d’Indochine pendant la Seconde Guerre mondiale », collec (...)

16La défaite de la France de juin 1940 favorisa la pénétration japonaise en Indochine et réactiva les contentieux politiques et territoriaux dans la péninsule. L’Indochine, désormais, était menacée à la fois par les Thaïlandais et par les Japonais, l’adversaire de loin le plus dangereux19.

17Certes, par les accords du 30 août, le Japon avait reconnu la souveraineté française sur l’ensemble de l’Indochine et s’était engagé à respecter l’intégrité territoriale de l’Indochine française. Cela ne l’empêcha point de violer l’une et l’autre pendant la guerre. Le 22 septembre, un accord fut conclu in extremis avec les autorités japonaises : les Japonais pourraient utiliser trois aérodromes du Tonkin, entretenir 6 000 hommes de troupes au nord du Fleuve Rouge et faire transiter des unités à travers le Tonkin, en direction du Yunnan, dans la limite de 25 000 hommes. Mais au lieu d’attendre le regroupement et le rembarquement de son armée à Haiphong comme le lui enjoignait la convention militaire du 22 septembre, le général nippon commandant la division de l’Armée de Canton tenta un passage en force dans la soirée du 22 : il fit encercler Lang Son, à la frontière nord-est de l’Indochine avec la Chine, provoquant de brefs mais violents combats avec les troupes françaises stationnées dans cette marche-frontière. Dès le 25, les combats cessaient ; la route de Hanoi était désormais ouverte aux Japonais. Seul un ordre de l’empereur en personne stoppa l’avance du général nippon, finalement destitué avec d’autres officiers pour avoir contrevenu aux ordres impériaux. Le 5 octobre, la garnison française était libérée ; la ville réoccupée le 30 novembre. Mais les autorités françaises venaient de subir pour la première fois une humiliante démonstration de puissance, qui avait révélé les faiblesses de l’armée d’Indochine. Une fois l’incident clos, elles en profitèrent pour lancer un vaste programme de fortification, resté toutefois inachevé en mars 1945.

  • 20 Le Siam prit le nom de Thaïlande ou « Pays des Thaïs » en juin 1939.
  • 21 Goscha Ch., op. cit.
  • 22 Mahé Yann, La guerre franco-thaïlandaise de 1940-1941, mémoire de maîtrise sous la direction de Je (...)
  • 23 Cependant, en raison de la défaite japonaise en 1945 et de la réinstallation progressive de l’auto (...)

18En attendant, Bangkok s’empressa de tirer les leçons de la défaite française de Lang Son. La reconquête des territoires conquis par la France à la fin du XIXe siècle sur les Siamois fut même directement à l’origine d’une guerre, en 1940-1941, entre la France et le Siam20. Bangkok voulait en quelque sorte créer une « contre-Indochine » et donner naissance à un « grand Thaï21 ». En septembre 1940, il fit parvenir dans ce but au gouvernement de Vichy une liste de revendications territoriales portant sur le Cambodge et le Laos, qui furent aussitôt repoussées. Fort de l’appui des Japonais et profitant de l’attentisme des Britanniques, la Thaïlande précipita le conflit le 28 novembre 1940. Après une guerre d’escarmouches le long de la frontière franco-thaïlandaise, la percée des Thaïlandais au Cambodge imposa une contre-attaque française. Sur terre, ce fut l’échec, le 16 janvier 1941, mais la marine française réussit à couler une partie de la flotte thaïlandaise au cours de la bataille de Koh Chang. Dans la crainte d’une intervention anglo-américaine dans sa sphère d’influence et avec l’espoir d’arracher aux belligérants des concessions militaires en Indochine, Tokyo imposa alors une médiation favorable à la Thaïlande22 : l’Indochine française, dont le gouvernement nippon s’était pourtant engagé à respecter l’intégrité territoriale, se trouva amputée de deux territoires laotiens de la rive droite du Mékong, de la province de Battambang et d’une bande de territoire cambodgien, soit le quart du territoire khmer23. Le conflit franco-thaïlandais de novembre 1940-janvier 1941 consacra l’isolement de l’Indochine française en Extrême-Orient et son entrée dans la « sphère de co-prospérité asiatique », dont le gouvernement nippon poursuivait patiemment la réalisation.

  • 24 À Dong Dang, tout près de la frontière chinoise, le capitaine Amosse résista jusqu’à l’épuisement (...)
  • 25 Sur les aspects militaires de ces combats des 9 et 10 mars 1945 : Toinet Raymond, Une guerre de tr (...)
  • 26 Mus Paul, Sociologie d’une guerre, Paris, Seuil, 1952.

19Le 9 mars 1945, devant la crainte d’un débarquement américain en Indochine et la recrudescence des activités de résistance françaises, les Japonais déclenchèrent un coup de force qui balaya en 24 heures, ou à peine plus, les troupes et l’administration françaises d’Indochine. C’est encore dans la région frontalière du Nord-Est de l’Indochine que la résistance militaire des Français fut la plus virulente : à Lang Son ou à Dong Dang, tout près de la frontière chinoise, leurs barouds d’honneur s’achevèrent par le massacre de tous les prisonniers, général compris. Commandant à Lang Son la 3e brigade de la division du Tonkin (4 000 hommes dont 700 Européens), le général Lemonnier, 47 ans, avait refusé de signer l’ordre de reddition totale des troupes sous son commandement : après une résistance désespérée, il finit par rendre la place et fut décapité au sabre, comme son second le colonel Robert et 460 autres soldats24. Sous les ordres des généraux Sabattier et Alessandri, seuls quelque 5 000 hommes parvinrent à échapper aux Japonais et à leur redoutable Kempetai (la police politique), en gagnant le Yunnan via la plaine de Dien Bien Phu où – déjà – eurent lieu de durs combats25. De l’avis général, l’effondrement français des 9 et 10 mars 1945 fut l’événement décisif qui rendit tout à coup possible la prise du pouvoir par le Vietminh. En quelques mois, parti de la haute région tonkinoise qu’il avait patiemment infiltrée, celui-ci atteignit Hanoi et le 2 septembre, Ho Chi Minh y proclama l’indépendance de la RDV. La France, désormais, devait compter avec cette nouvelle et puissante revendication d’indépendance et d’unité, magistralement canalisée par le Vietminh (en réalité le PCI) à force de patience, de volonté et de courage, mais aussi de terreur… Le « mandat du ciel », selon une expression chère à l’orientaliste Paul Mus26, échappait définitivement à la puissance coloniale en Indochine parce qu’elle n’avait pas su maintenir son autorité ni défendre ses frontières et ceux qu’elle était censée protéger.

  • 27 Le commandement français, qui s’inquiétait particulièrement de la contrebande d’armes à laquelle l (...)
  • 28 Cesari Laurent, Les guerres d’Indochine, 1945-1993, Paris, Belin Sup, 1995, p. 51.
  • 29 Préface de Pierre Messmer in Niollet Dominique, L’épopée des douaniers en Indochine 1874-1954, Par (...)

20Ce n’est évidemment pas un hasard si, le 20 novembre 1946, la guerre d’Indochine débuta par un incident de frontière, à Haiphong, à la suite d’un contrôle douanier – la douane, matérialisation de la frontière et attribut de la souveraineté par excellence27 : l’interception par la marine française d’une jonque chinoise qui se livrait au trafic de carburants mit, au sens littéral du terme, le feu aux poudres28. Dans sa préface à l’ouvrage de Dominique Niollet sur l’épopée des douaniers en Indochine (1874-1954), Pierre Messmer reconnut que « leur tâche difficile et nécessaire est dangereuse. Les frontières maritimes et terrestres [de l’Indochine] sont immenses ; celle du Vietnam et du Laos avec la Chine, dans une région montagneuse et couverte de forêts où la culture du pavot est la principale ressource, est franchie en force par des contrebandiers bien armés29… » Et – paradoxe apparent de cette guerre sans véritable front – c’est précisément dans cette zone frontalière sino-vietnamienne, si importante du point de vue stratégique pour le Vietminh, que se déroula la première bataille décisive de la guerre d’Indochine en 1950.

De la « bataille des frontières » (1950) à la bataille de Dien Bien Phu (1954) : le CEFEO perd la guerre sur les frontières

  • 30 Joyaux F., La Chine et le règlement du premier conflit d’Indochine. Genève, 1954, Paris, Publicati (...)
  • 31 Général Giap, op. cit., p. 288-289. L’aide chinoise permit la naissance et l’équipement des quatre (...)
  • 32 Gras Y., op. cit., p. 325.
  • 33 Déjà, dans son discours du 8 juillet 1920 à l’Académie française, le maréchal Lyautey rendait homm (...)
  • 34 Pirey Charles-Henri de, La route morte, RC4 – 195. Mémoires, Paris, Indo Éditions, 2002, p. 83.

21Avant de passer au stade de la contre-offensive généralisée que préconisait dès 1949 le général Giap, le soutien chinois s’avérait vital, en particulier dans le domaine militaire. Après la signature d’un accord secret sino-vietnamien en mars 1950, l’aide chinoise permit une modernisation rapide de l’APV et de ses méthodes de combat30. Comme le reconnut plus tard le général Giap lui-même : « La victoire de la révolution chinoise nous facilita les choses. […] Au-delà de la frontière, c’était le territoire chinois, l’Union soviétique et le bloc des pays frères. La tâche importante de l’heure consistait à rompre l’encerclement sur les frontières du Nord31… » Mais pour augmenter le rythme des livraisons et assurer la sécurité de ses liaisons avec la Chine, encore fallait-il que l’APV s’implante solidement et durablement dans la région frontalière de Cao Bang, le long de la RC 4. À l’évidence, les postes occupés sur la frontière par les Français pour contrôler les routes vers la Chine, à Lai Chau, Lao Cai, Cao Bang, Lang Son ou Mong Cay, étaient loin d’être étanches, en raison tant du manque d’effectifs pour couvrir la zone que de sa géographie très particulière : « Tout le long du parcours, précise le général Gras, ce n’était que montagnes escarpées, couvertes d’une jungle dense, dénivellations de centaines de mètres, rochers calcaires aux arêtes déchiquetées et aux parois parfois abruptes, torrents qu’on passe à gué32 ». Les soldats qui appartenaient à cette catégorie un peu particulière des « hommes de la zone frontière33 » n’étaient guère optimistes sur leur capacité à tenir cette zone : « Malgré tous nos efforts, nous n’arrêtons rien de valable. Nos postes sont trop espacés, l’ennemi trop fluide, le terrain trop compartimenté et la végétation trop dense. En revanche, il y aura bientôt de la casse si nous ne renforçons pas nos positions ; il ne se passe apparemment rien de grave mais pourtant il se trame quelques chose34 ! »

  • 35 Pirey Charles-Henri de, op. cit., p. 12-13 (passage en italiques dans le texte original).
  • 36 Zhai Qiang, « Les conseillers militaires chinois et la guerre d’Indochine en 1950 », Revue histori (...)
  • 37 Dang Van Viet, La RC 4, campagne des frontières (1947-1950), Hanoi, Éditions en Langues étrangères (...)

22L’APV ne pouvait encore acheminer à travers la frontière les importantes quantités de matériel dont elle avait besoin. Giap décida de briser le dispositif d’encerclement des Français le long des frontières nord-est et nord-ouest du Tonkin. Les embuscades sur la RC 4 furent donc intensifiées à partir du mois de juillet 1949. Ancien de la colonne Lepage, Charles-Henry de Pirey écrit que « sa garnison, forte de 2 000 hommes environ – partisans compris – ne parvenait plus, depuis la conquête du Guangxi par les troupes de Mao Zedong, à remplir sa mission de chien de garde des marches frontières du Nord. Notre dispositif, conclut-il, était devenu une véritable passoire35 ». Avec le concours des conseillers militaires chinois, en particulier celui du général Chen Geng dont il avait demandé lui-même la présence comme conseiller militaire supérieur auprès du Vietminh36, Ho Chi Minh décida de lancer la campagne des frontières en juin 1950. Comme prévu dans le plan de campagne sino-vietnamien, Dong Khe fut attaqué le 16 septembre, au moment même où était enfin donné l’ordre d’évacuation de Cao Bang, et pris deux jours plus tard par le 174e régiment que commandait le colonel Dang Van Viet37. Importante place forte tenue par deux compagnies de tirailleurs marocains et ravitaillée uniquement par pont aérien depuis Lang Son, Dong Khé était la position la plus avancée du système défensif français en zone frontière. Cao Bang isolée, la RC 4 coupée ; l’APV pourrait désormais accélérer la cadence de ses opérations.

  • 38 Turpin Frédéric, « Cao Bang, automne 1950 : autopsie d’un désastre », RHA, n° 220, septembre 2000, (...)
  • 39 Ibid., p. 248-249.
  • 40 Cesari L., op. cit., p. 76-77. Bien que son témoignage soit à considérer avec précaution, Bui Tin, (...)

23Retardée par des divisions au sommet de la hiérarchie civile et militaire38, l’évacuation des troupes françaises ne commença que le 3 octobre. L’APV dressa une gigantesque embuscade au CEFEO pendant son repli dans les environs de Dong Khe, piégeant les colonnes Charton et Le Page. L’attaque surprise provoqua un sentiment de panique : tous les postes de la frontière chinoise furent évacués en catastrophe, excepté ceux de la RC 4 Sud qui s’échelonnaient de Tien Yen à Moncay, sur la côte. Le CEFEO perdit plus de 5 000 hommes (tués, blessés et prisonniers, sur un effectif total de 7 760 combattants) et abandonna 11 000 tonnes de munitions39. Ainsi, du 3 au 10 octobre 1950, malgré des pertes importantes, l’APV finit par remporter à Cao Bang sa première grande bataille contre les Français, qui se retirèrent de toute la zone montagneuse située au nord du delta. Consolidée sur ses arrières, l’APV pourrait désormais prendre l’initiative, notamment en direction du delta puisque le verrou de Hoa Binh avait également sauté. Elle s’empressa d’améliorer ses voies de communication avec la Chine (voie ferrée Nanning-Lang Son, qui traversait la frontière). Dès lors, les livraisons de la Chine ne cessèrent plus d’augmenter : 2 000 tonnes en 1951 ; 5 000 en 1952 ; 10 000 en 1953… C’était peu par rapport aux livraisons américaines au CEFEO (11 000 tonnes en 1950 ; 118 000 en 1953), mais beaucoup compte tenu de l’avantage stratégique dont disposait déjà la guérilla40.

  • 41 Goscha Ch., op. cit.

24Quant à la France, après ce désastre, elle recourut au chef providentiel – ce fut le général de Lattre – et au grand allié américain. L’Indochine était entrée de plein pied dans la guerre froide, un conflit aux dimensions planétaires, borné par des frontières idéologiques plus que géographiques. Aux yeux de Paris et de Washington, les frontières de l’Indochine, désormais, étaient bien celles du « Monde libre ». Ce tournant, pris en conscience par les responsables politiques et militaires français, fut lourd de conséquences pour l’avenir de la péninsule. Les Français s’étaient convaincus – et n’avaient pas eu de mal à en convaincre leurs alliés américains – que le CEFEO se trouvait, comme l’armée américaine en Corée (et plus encore du fait de sa valeur stratégique en Asie du Sud-Est), aux avant-postes de la défense du Monde libre contre le communisme. Les révolutionnaires vietnamiens en avaient bien conscience. L’un des plus grands stratèges vietnamiens de la première guerre d’Indochine, le général Nguyen Binh, n’avait-il pas prophétisé, dès 1950, à la lueur de la victoire communiste en Chine et de la guerre de Corée, que les États-Unis seraient amenés à déployer leurs forces dans la région, ce qui provoquerait un transfert du centre de gravité de la guerre, du nord de l’Indochine vers le sud, transformerait le Cambodge oriental en base-arrière et rendrait nécessaire la création de la « piste Ho Chi Minh41 » ?…

  • 42 Pirey Charles-Henri de, op. cit., p. 226.
  • 43 L’attaque sur le Haut-Laos fut menée dans deux directions : l’axe Son La – Dien Bien Phu – Luang P (...)
  • 44 Rapport lu au IIIe Congrès national du Parti, du 21 janvier au 13 février 1950, p. 16, cité par Ch (...)

25Bien des anciens de la « bataille des frontières » avaient compris que plus rien n’arrêterait désormais leur adversaire dans sa quête de la victoire. L’un d’eux à peine sorti des camps de prisonniers, le lieutenant du Crest de Villeneuve, affirmait en 1952 à ses camarades : « Cao Bang n’était qu’un coup d’essai. Il y aura un jour un coup de maître42. » Et ce coup, de maître, on le sait, c’est à 13 km de la frontière laotienne, dans une vaste plaine qui constituait depuis longtemps un nœud de communication entre la Chine, le Vietnam et le Laos, que le général Giap, entouré de son état-major et de ses conseillers chinois, le joua. Il avait l’intention manifeste, depuis au moins 195243, de « libérer le Nord-Ouest, Hoa Binh et [d’] aider [nos] amis [laotiens] à libérer le Haut-Laos, ce qui nous permettrait de créer ainsi un tremplin à partir duquel nous pourrions lancer une poussée stratégique [vers le Laos] et amener nos forces principales vers le Nam Bo [la Cochinchine] suivant le Mékong44 ».

  • 45 Le plan d’opérations de l’état-major général de l’APV s’était fixé comme priorité de maintenir l’o (...)
  • 46 David Michel, Guerre secrète en Indochine. Les maquis autochtones face au Viet-Minh, 1950-1955, Pa (...)
  • 47 Journoud P., « La Chine dans les relations franco-américaines au moment de la bataille de Dien Bie (...)
  • 48 Journoud P., « La bataille de Dien Bien Phu : ruses et stratagèmes », Géré François et Widemann Th (...)

26Le projet d’une offensive sur le Haut-Laos que prêtait le général Navarre au général Giap n’était donc apparemment pas dénué de fondement45. Le commandant en chef français crut possible de stopper l’avancée de la division 316 vers Lai Chau, où opérait déjà le 148e régiment, en implantant à partir du 20 novembre une base aéroterrestre à Dien Bien Phu, en liaison avec les maquis qui opéraient déjà dans la Haute Région (en particulier le maquis Colibri)46. Mais sans autre soutien qu’aérien, les bataillons du général de Castries ne purent rayonner dans la région comme il était prévu. Bientôt encerclée par le fer de lance de l’APV – pratiquement 5 divisions, dont la division mixte de génie et d’artillerie 351, ravitaillées grâce à l’aide chinoise47 par près de 300 000 porteurs civils vietnamiens –, la base aéroterrestre fut rapidement transformée en puissant camp retranché. Et le haut commandement français, sans en méconnaître certains risques, fit le pari qu’une bataille sur un terrain qu’il avait choisi lui-même et préparé à dessein pourrait lui être favorable48. L’issue le détrompa rapidement.

  • 49 Cité par Rocolle Pierre, Pourquoi Dien Bien Phu ?, Paris, Flammarion, 1968, p. 178. Destiné à fair (...)
  • 50 Il ne faudrait pas oublier, cependant, que de durs combats se déroulèrent dans et autour des plain (...)

27Lors de la discussion préalable en état-major, le colonel Bastiani, chef d’étatmajor du général Cogny avait pourtant avancé un argument qui ne fut pas suffisamment pesé : « Dans ce pays, on ne barre pas une direction, avait-il affirmé. C’est une notion sans valeur ici. Le Viet passe partout49. » C’est pour avoir nié cette évidence et, surtout, constamment sous-estimé l’adversaire, sa détermination, son nationalisme, son ingéniosité, sa capacité à mobiliser les populations et à mener une guerre totale, avec une aide chinoise sans doute déterminante, que la France échoua à défendre les frontières de son empire en Indochine50 ; échoua, en définitive, à se séparer de manière moins brutale et moins traumatisante de cette parcelle d’empire où chaque soldat, du 2e classe au cinq étoiles, devait laisser un peu de son âme.

NOUVELLE FRONTIÈRE AU VIETNAM ET RÉSURGENCE DES DIFFÉRENDS FRONTALIERS À L’HEURE DES INDÉPENDANCES

  • 51 Tertrais H., La piastre et le fusil…, op. cit., p. 452-453.
  • 52 Cité par Dalloz J., op. cit., p. 267.
  • 53 McNamara Robert, Avec le recul. La tragédie du Vietnam et ses leçons, Paris, Seuil, 1996, p. 241.
  • 54 Langlet Philippe, « La frontière sino-vietnamienne du XVIIIe au XIXe siècle », Lafont P.-B. (dir.) (...)
  • 55 Mus P., op. cit. Sur la nécessaire « solidarité entre ces trois éléments : frontière, territoire, (...)

28En vertu des accords de Genève, signés le 21 juillet 1954, le Vietnam a été divisé en deux, de part et d’autre du 17e parallèle : « Autant qu’une solution à la guerre, la division du pays au 17e parallèle est un produit de la guerre, le produit d’une guerre devenue civile, comme l’ont voulu certains dirigeants français désireux de reprendre pied. […] Toute la péninsule indochinoise émerge ainsi du conflit meurtrie, divisée, “balkanisée”51… » Certes, des élections devaient réunifier dans un délai de deux ans les deux zones : le Nord administré par le gouvernement de Ho Chi Minh ; le Sud par celui de Ngo Dinh Diem. Mais qui croyait vraiment à une résolution pacifique du problème national vietnamien ? Soutenu par Washington, Saigon refusa de se plier à cette clause pourtant essentielle. Sous la pression de l’allié américain, qui relaya rapidement la France et apporta une aide décisive et croissante dans tous les domaines, la « ligne de démarcation provisoire » fut progressivement transformée, de facto, en une frontière internationale. En visite officielle aux États-Unis, Ngo Dinh Diem pouvait déclarer, le 13 mai 1957, que désormais, « la frontière des États-Unis se prolonge jusqu’au 17e parallèle52 ». Dix ans plus tard, décidés à matérialiser cette frontière pour faire cesser les infiltrations de combattants nord-vietnamiens vers le sud, les Américains construisaient une barrière anti-infiltration truffée de capteurs et de mines, baptisée « ligne McNamara53 ». Même si le Vietnam avait déjà connu des longues périodes de division et de guerre civile dans son histoire, comme au XVIe siècle entre seigneurs Trinh au Nord et Nguyen au Sud (1627-1672), les Chinois eux-mêmes n’avaient jamais pris le risque de diviser durablement le Vietnam54. Surtout, l’aspiration à l’unité était profonde, au Nord comme au Sud-Vietnam : chacun était conscient que, de Lang Son à la pointe de Camau, le peuple vietnamien ne faisait qu’un55. En faisant de la réunification leur grand dessein, les dirigeants nord-vietnamiens surent utiliser la force de cette pulsion collective pour faire accepter les privations consécutives à une nouvelle guerre. Toutefois, si le gouvernement de Hanoi parvint finalement, tant bien que mal, à réunifier militairement et administrativement l’ensemble du Vietnam à son profit, il ne put supprimer les clivages très profonds qu’avait fait naître dans la société vietnamienne son adhésion à l’idéologie communiste et qui s’étaient accentués du fait de l’évolution parallèle – totalement dissemblable pendant 20 ans – de deux sociétés, au Nord et au Sud-Vietnam. Bien que la frontière les séparant n’ait jamais eu d’autre fondement que politico-idéologique, cette longue guerre civile, largement entretenue sinon provoquée par les puissances étrangères, demeure encore très présente dans la mémoire vietnamienne.

  • 56 Un processus commun à bien des pays récemment décolonisés que Michel Foucher, dans un ouvrage fond (...)
  • 57 Lafont P.-B. (dir.), op. cit. ; Joyaux F., op. cit. ; Chemillier-Gendreau Monique, La souveraineté (...)
  • 58 Braudel Fernand, L’identité de la France, Paris, Athaud-Flammarion, 1986, p. 218.

29Enfin, la décolonisation de l’Indochine, qui s’est traduite par l’accession à l’indépendance du Vietnam, du Cambodge et du Laos en 1953-1954, puis la réunification du Vietnam sous la houlette du parti communiste vietnamien en 1975, favorisèrent la résurgence de vieux différents frontaliers, maritimes et terrestres, que la colonisation avait un moment apaisés56. Sur le Mékong, en mer de Chine méridionale, à la frontière khmero-vietnamienne ou sino-vietnamienne, dans le golfe de Thaïlande ou dans le golfe du Tonkin, les ambitions territoriales du Vietnam, du Cambodge, du Laos, de la Thaïlande et bien sûr de la Chine, ont aussitôt repris corps, jusqu’à susciter, ou ressusciter, de graves conflits frontaliers57. Le fait que les négociations et les accords frontaliers entre ces pays désormais indépendants – quand ils existent – se fondent encore sur des traités que la France a signés à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, voire sur des textes bien antérieurs à la colonisation française, illustre la permanence de cette remarque de Fernand Braudel : « L’histoire tend à enraciner les frontières, comme s’il s’agissait d’accidents naturels58. »

Note

1 Pierre Journoud, chargé de recherches au CEHD et doctorant à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Christopher Goscha (université de Montréal) et Hugues Tertrais (université Paris I) ont bien voulu relire attentivement ce texte.

2 Tertrais Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990, Paris, Autrement, 2004.

3 Ce faisant, la France a-t-elle tourné le dos au principe des nationalités et sacrifié le respect des réalités économiques, sociales, culturelles, ethniques et géographiques de la région, comme le pense Nguyen The Anh («  États et nations de la péninsule indochinoise », Grand Larousse Annuel. Le Livre de l’Année 1994, Paris, Larousse, 1994, p. 304-307) ? Les spécialistes de l’histoire de la péninsule indochinoise en débattent encore…

4 En délimitant les frontières du Cambodge, la France avait entériné le rattachement au Sud-Annam et à la Cochinchine de vieilles terres cambodgiennes (Joyaux François, Géopolitique de l’Extrême-Orient, t. II : Frontières et stratégies, Paris, Complexe, 1991 et 1993, p. 112).

5 Sur ces concepts, voir Duroselle Jean-Baptiste, « Les frontières. Vision historique », Relations internationales, n° 63, automne 1990, p. 235 sqq. En réalité, ce concept de frontière linéaire n’était pas spécifique à l’Occident, comme en témoigne la « Grande Muraille » en Chine, dont la fonction était tout autant externe (ligne de défense contre les peuples nomades) qu’interne (outil d’unification de la Chine) : Legrand Jacques, « Les marches de l’empire chinois. Grande Muraille et empires nomades », Romer Jean-Christophe (dir.), Face aux barbares. Marches et confins d’empire, Paris, Tallandier, 2004, p. 53 sqq. De même, contrairement à ses voisins khmer et laotien, le Vietnam a matérialisé et intériorisé ses frontières dès après sa victoire sur la Chine en 968 après J. -C. : des bornes furent solennellement posées et la limite administrative qui séparait la Chine de son protectorat d’Annam depuis sept siècles devint une frontière d’État, accélérant la prise de conscience d’un territoire national bien délimité, confondu avec la « terre-patrie » (et d’ailleurs représenté sur des cartes simplifiées dès le XIe siècle). En revanche, la notion de frontière maritime fut entièrement introduite par la puissance coloniale : Lafont P.-B. (dir.), Les frontières du Vietnam. Histoire des frontières de la Péninsule Indochinoise, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 15, 23, 26-27.

6 Dans ces régions d’accès difficiles et peu habitées, la campagne de délimitation de la frontière nord de l’Indochine fut rarement une partie de plaisir : les incursions incessantes des « pirates » et les méfaits du climat décimèrent les effectifs, non seulement parmi les porteurs et les « tirailleurs annamites » de l’escorte française, mais plus encore dans les rangs des soldats chinois qui escortaient la délégation chinoise. Nombreux furent les cas mortels de choléra, de dysenterie… ou de « surmenage ». En dépit de ces difficultés, la frontière terrestre fut reconnue par une série d’accords avec la Chine en 1886-1887 (voir le récit du docteur Neis, médecin de la marine et explorateur, qui fut l’un des membres de la délégation française chargée de matérialiser la « ligne de démarcation avec la Chine » : « Sur les frontières du Tonkin, par M. le docteur P. Neis », consultable sur le site : http://collin.francois.free.fr/Le_tour_du_monde/textes/Neis.htm). Sur la récurrence des attaques de pirates et la difficulté des soldats français d’en venir à bout : Histoire militaire de l’Indochine française des débuts à nos jours (juillet 1930), t. 2, Hanoi, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1930.

7 Le Vietnam était lui-même divisé entre trois entités administratives différentes : Tonkin au nord, Annam au centre, et Cochinchine au sud – seule colonie proprement dite.

8 Dalloz Jacques, La guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1987, p. 68.

9 Brocheux Pierre, Ho Chi Minh. Du révolutionnaire à l’icône, Paris, Payot, 2003, p. 111-112.

10 Gras Yves, Histoire de la guerre d’Indochine, Paris, Plon, 1978, p. 23-27.

11 Cf. paragraphe suivant.

12 Brocheux P., op. cit., p. 194.

13 Valette Jacques, « Le renseignement militaire et son exploitation pendant la guerre d’Indochine : l’exemple des grandes opérations au Tonkin à l’automne 1947 », Soutou Georges-Henri, Frémeaux Jacques et Forcade Olivier (dir.), L’exploitation du renseignement, Paris, Economica, 2001, p. 195-197.

14 Le contexte régional de la guerre d’Indochine a longtemps été négligé dans l’historiographie française : cette lacune a été en partie comblée par la thèse de Goscha Christopher, Le contexte asiatique de la guerre franco-vietnamienne : réseaux, relations et économie (d’août 1945 à mai 1954), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Nguyen The Anh, EPHE, novembre 2000.

15 Dès 1941, la direction communiste du Vietminh fraîchement crée avait tenté d’établir des organisations similaires au Cambodge – la « Ligue d’indépendance du Cambodge » – et au Laos – « Ligue d’indépendance du Laos ». Ces deux organisations, avec la Ligue pour l’indépendance du Vietnam, ou Vietminh, constituant la « Ligue d’indépendance d’Indochine » (Goscha Ch., op. cit.).

16 Général Vo Nguyen Giap, Mémoires 1946-1954, t. I : La résistance encerclée, Paris, Anako Éditions, 2003, p. 257-259.

17 Sur la nature spécifiquement maritime de ces échanges, et plus généralement des guerres d’Indochine : Goscha Ch., « The Maritime Nature of the Wars for Vietnam (1954-1975) », communication au colloque de Lubbock (Texas), avril 2002.

18 Goscha Ch., « Une guerre pour l’Indochine ? Le Laos et le Cambodge dans la guerre franco-vietnamienne, 1948-1954 », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 211, juillet 2003, p. 29 sqq.

19 Hesse d’Alzon Claude, « L’armée française d’Indochine pendant la Seconde Guerre mondiale », collectif, L’Indochine française, 1940-1945, Paris, PUF, 1982, p. 77.

20 Le Siam prit le nom de Thaïlande ou « Pays des Thaïs » en juin 1939.

21 Goscha Ch., op. cit.

22 Mahé Yann, La guerre franco-thaïlandaise de 1940-1941, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Louis Margolin, université de Provence, Aix-Marseille I, 2004.

23 Cependant, en raison de la défaite japonaise en 1945 et de la réinstallation progressive de l’autorité française en Indochine, en 1945-1946, les provinces laotiennes et cambodgiennes annexées en 1941 furent rétrocédées en 1946.

24 À Dong Dang, tout près de la frontière chinoise, le capitaine Amosse résista jusqu’à l’épuisement total de ses munitions : après l’avoir félicité pour son courage, l’officier japonais le décapita d’un coup de sabre ainsi que tous les soldats survivants. Sollicité d’apporter une aide aux Français, le président Roosevelt, ironisant sur le nom de cette bourgade frontalière, se serait exclamé : « Nous n’allons tout de même pas engager l’armée des États-Unis pour combattre la fée Ding Dang ! » (conférence de Philippe Grandjean, Académie des sciences d’outre-mer, 9 mars 2005)… On comprend dans ces conditions que le ressentiment français envers les Américains – qui avaient certes leurs raisons – ait pu être fort et durable.

25 Sur les aspects militaires de ces combats des 9 et 10 mars 1945 : Toinet Raymond, Une guerre de trente-cinq ans. Indochine-Vietnam, 1940-1975, Paris, Lavauzelle, p. 60 sqq.

26 Mus Paul, Sociologie d’une guerre, Paris, Seuil, 1952.

27 Le commandement français, qui s’inquiétait particulièrement de la contrebande d’armes à laquelle la RDV se livrait avec la Chine, avait instauré depuis le 15 octobre 1945 un contrôle douanier autour des côtes, renforcé à Haiphong qui était le principal port du Vietnam du Nord.

28 Cesari Laurent, Les guerres d’Indochine, 1945-1993, Paris, Belin Sup, 1995, p. 51.

29 Préface de Pierre Messmer in Niollet Dominique, L’épopée des douaniers en Indochine 1874-1954, Paris, Éditions Kailash, 1998, p. 14.

30 Joyaux F., La Chine et le règlement du premier conflit d’Indochine. Genève, 1954, Paris, Publications de la Sorbonne, 1979 ; Tertrais H., La piastre et le fusil. Le coût de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, CHEFF, 2002, p. 271-275 ; Zhai Qiang, China and the Vietnam wars, 1950-1975, Chapel Hill, University of North Press, 2000, p. 20 sqq. ; Goscha Ch., « Building force : Asian origins of twentieth-century military science in Vietnam (1905-1954) », Journal of Southeast Asian Studies, n° 34, vol. 3, p. 550 sqq.

31 Général Giap, op. cit., p. 288-289. L’aide chinoise permit la naissance et l’équipement des quatre divisions d’élite de l’APV, la formation de ses cadres, en somme la transformation d’une armée de guérilla en une armée moderne ; mais aussi, en plusieurs occasions décisives. Elle joua également un rôle majeur – bien qu’encore difficile à déterminer – en prodiguant par l’intermédiaire d’une mission de conseillers politiques et militaires de haut niveau, des conseils tactiques et stratégiques précieux (colloque de Pékin sur la bataille de Dien Bien Phu et la conférence de Genève, avril 2004).

32 Gras Y., op. cit., p. 325.

33 Déjà, dans son discours du 8 juillet 1920 à l’Académie française, le maréchal Lyautey rendait hommage à « ces rudes et austères pionniers de la plus grande France, tout à leur devoir, sans le moindre souci qu’on s’occupe d’eux ou non… », qu’il avait rencontrés sur la frontière de Chine lors de son premier séjour en Indochine (Histoire militaire de l’Indochine française, op. cit., p. 297).

34 Pirey Charles-Henri de, La route morte, RC4 – 195. Mémoires, Paris, Indo Éditions, 2002, p. 83.

35 Pirey Charles-Henri de, op. cit., p. 12-13 (passage en italiques dans le texte original).

36 Zhai Qiang, « Les conseillers militaires chinois et la guerre d’Indochine en 1950 », Revue historique des armées (RHA), n° 220, septembre 2000, p. 3-14.

37 Dang Van Viet, La RC 4, campagne des frontières (1947-1950), Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1990 ; Le vieux soldat Dang Van Viet, combattant de la RC4 héroïque, à paraître chez Indo Éditions en 2006.

38 Turpin Frédéric, « Cao Bang, automne 1950 : autopsie d’un désastre », RHA, n° 220, septembre 2000, p. 25-34. Commandée par le général Revers, chef d’état-major envoyé en mission par le gouvernement français en mai 1949, le principe de l’évacuation par les troupes du CEFEO de la portion septentrionale de la frontière avec la Chine (au nord de Lang Son) fut entériné par le Conseil de Défense nationale en juillet. Mais du fait des divisions entre généraux français, son application fut retardée. Entre-temps, la situation sur la frontière s’était franchement dégradée. Le 2e Bureau savait que l’APV, désormais organisée en régiments réguliers et même en divisions, forte de combattants entraînés dans des camps chinois et armés par les Chinois, préparaient une grande offensive pour l’automne dans la région frontalière entre Cao Bang et Dong Khe. Mais le haut commandement français n’avait pas cru aux capacités de Giap de la mener à bien et, tout en sous-estimant l’APV, il craignait surtout une offensive chinoise.

39 Ibid., p. 248-249.

40 Cesari L., op. cit., p. 76-77. Bien que son témoignage soit à considérer avec précaution, Bui Tin, l’ancien rédacteur en chef du Nhan Dan, dissident du régime en 1989, a évoqué les effets pervers de l’introduction du maoïsme dans les rangs de l’APV («  La Chine était devenue l’immense base arrière de la révolution vietnamienne. C’était un atout considérable mais que nous payions très cher… ») : Bui Tin, 1945-1999. Vietnam, la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999, p. 34-35.

41 Goscha Ch., op. cit.

42 Pirey Charles-Henri de, op. cit., p. 226.

43 L’attaque sur le Haut-Laos fut menée dans deux directions : l’axe Son La – Dien Bien Phu – Luang Prabang et l’axe Sam Neua – Moc Chau – Xieng Khouang… Sur ces deux axes, l’APV réussit à installer quelques régiments, même après la bataille de Na San, dont Giap pensait qu’en permettant de libérer le Nord-Ouest, elle pourrait être le tournant de la guerre (Giap, op. cit., p. 15 ; 20). Le tournant ne fut pas pris, on le sait, à Na San, dont l’évacuation surprise par les troupes françaises, en août 1953, furent un indéniable succès tactique pour la France, mais à Dien Bien Phu, quelques mois plus tard…

44 Rapport lu au IIIe Congrès national du Parti, du 21 janvier au 13 février 1950, p. 16, cité par Ch. Goscha, op. cit. Pour le commandant en chef de l’APV, le contrôle du Haut-Laos permettrait de consolider un gouvernement de résistance laotien, de déplacer le cœur du champ de bataille vers l’Indochine du Nord, à proximité de la frontière sino-indochinoise, où ses meilleures divisions, et de bénéficier des récoltes d’opium (dans les régions de Sam Neua et Xieng Khouang) indispensables au financement de la guerre…

45 Le plan d’opérations de l’état-major général de l’APV s’était fixé comme priorité de maintenir l’offensive dans la direction principale (le Nord-Ouest), de prendre la ville de Lai Chau puis le Haut-Laos afin de relier la « zone libérée » à la base arrière de Sam Neua ; de mener ensuite des offensives sur le Moyen et, enfin, le Bas-Laos (Giap, op. cit., p. 16) – autant de régions névralgiques que le CEFEO ne pouvait abandonner. Ce plan de la commission générale du parti, adopté par le bureau politique en octobre 1953, devait contribuer à la dispersion du CEFEO et éviter ainsi sa concentration autour du delta. Ho Chi Minh avait conclut les débats sur une décision ferme : « Nous allons prendre le Nord-Ouest comme direction principale de nos activités, les autres opéreront en coordination » (ibid., p. 27). On ne reviendra pas, dans le cadre de cette communication, sur le contexte politico-diplomatique de la bataille de Dien Bien Phu (décrit par plusieurs auteurs dans Journoud P. et Tertrais H. (dir.), 1954-2004 : la bataille de Dien Bien Phu entre histoire et mémoire, Paris, SFHOM, 2004).

46 David Michel, Guerre secrète en Indochine. Les maquis autochtones face au Viet-Minh, 1950-1955, Paris, Lavauzelle, 2002.

47 Journoud P., « La Chine dans les relations franco-américaines au moment de la bataille de Dien Bien Phu », communication au colloque de Pékin, avril 2004.

48 Journoud P., « La bataille de Dien Bien Phu : ruses et stratagèmes », Géré François et Widemann Thierry (dir.), Stratégie et stratagème, à paraître.

49 Cité par Rocolle Pierre, Pourquoi Dien Bien Phu ?, Paris, Flammarion, 1968, p. 178. Destiné à faire diversion et à dissuader toute tentative de liaison, de renforcement ou de dégagement du camp retranché, le raid éclair de la division 308, parti de Dien Bien Phu en direction de Louang Prabang, en février 1954, l’avait bien montré…

50 Il ne faudrait pas oublier, cependant, que de durs combats se déroulèrent dans et autour des plaines deltaïques, en particulier dans le delta du Fleuve Rouge, que bien des commandants en chef considéraient comme le verrou de la défense du Sud-Est asiatique. Ainsi, peu après sa prise de commandement et de manière très significative, le général de Lattre ordonna la construction d’une ceinture fortifiée autour du delta, qui devait être composée de 900 ouvrages bétonnés… (Gras Y., op. cit., p. 389-390).

51 Tertrais H., La piastre et le fusil…, op. cit., p. 452-453.

52 Cité par Dalloz J., op. cit., p. 267.

53 McNamara Robert, Avec le recul. La tragédie du Vietnam et ses leçons, Paris, Seuil, 1996, p. 241.

54 Langlet Philippe, « La frontière sino-vietnamienne du XVIIIe au XIXe siècle », Lafont P.-B. (dir.), op. cit., p. 71.

55 Mus P., op. cit. Sur la nécessaire « solidarité entre ces trois éléments : frontière, territoire, population – définie comme une unité ethno-culturelle, une nation », voir George Pierre, « L’approche géographique de la réalité de la frontière », Relations internationales, n° 63, automne 1990, p. 242.

56 Un processus commun à bien des pays récemment décolonisés que Michel Foucher, dans un ouvrage fondateur sur les frontières, a qualifié de « formidable horogénèse » (Foucher M., Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 1991).

57 Lafont P.-B. (dir.), op. cit. ; Joyaux F., op. cit. ; Chemillier-Gendreau Monique, La souveraineté sur les archipels Paracels et Spratleys, Paris, L’Harmattan, 1996 ; Brocheux P. (dir.), Du conflit d’Indochine aux conflits indochinois, Paris, Complexe, 2000, p. 103-120 ; p. 164 sqq. ; Dénécé Éric, Détroits et archipels : enjeux et rivalités maritimes et politiques en Asie du Sud-Est, thèse de doctorat de sciences politiques sous la direction de Jean-Pierre Ferrier, université Paris II – Assas, 1998, p. 213 sqq. ; Ternat François, « Géopolitique d’un axe fluvial : le Mékong, frontière et trait d’union », Trames, n° 10, juin 2002, p. 143 sqq. ; Tertrais H., Asie du Sud-Est : enjeu régional ou enjeu mondial ?, Paris, Gallimard, coll. « Folio/actuel », 2002, p. 181 sqq.

58 Braudel Fernand, L’identité de la France, Paris, Athaud-Flammarion, 1986, p. 218.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540