Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

La défense des frontières de l’Union française après la Seconde Guerre mondiale : les enjeux « eurafricains », la guerre froide et la décolonisation

André-Paul Comor

Texte intégral

1La défense intérieure et extérieure de l’Union française entre 1945 et 1958 est à l’origine d’un débat stratégique au sein du haut commandement et des responsables politiques autour du concept d’Eurafrique. Le néologisme emprunté à l’école géopolitique allemande – et adapté aux réalités de l’ensemble des possessions françaises d’Afrique – sert de fondement géographique et géostratégique à une politique globale de défense nationale défendue par l’école « africaine » gravitant autour du Comité des chefs d’état-major (CCEM) et au sein des grandes instances de décision des armées, le Conseil supérieur de la guerre, le Conseil supérieur des forces armées, le Conseil supérieur de la défense nationale, enfin le Comité de défense nationale, instance politique présidée par le président de la République.

2Dès 1944, les responsables militaires se penchent sur la politique de défense et de sécurité de la France en mettant l’accent sur le « glacis » méditerranéen. La guerre froide introduit une nouvelle donne dans l’espace euro-méditerranéen et infléchit la stratégie française. Si le général de Lattre défend auprès du président Vincent Auriol la stratégie de l’avant (la défense de l’Europe avant tout), il ne réussit pas à rallier les nombreux partisans de la stratégie périphérique défendue par les Anglo-Saxons. Le déclenchement des mouvements insurrectionnels et nationalistes dans les protectorats et la perte de l’Indochine renforcent la conviction des officiers généraux qui privilégient la défense de l’ensemble constitué du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie et du Sahara.

3Le déclenchement de la guerre en Algérie, en 1954, semble confirmer les analyses de certains chefs militaires engagés au sein des grands commandements de l’OTAN. En outre, le général Paul Ély, chef d’état-major général des forces armées, inscrit le conflit algérien dans la stratégie mondiale du bloc communiste. Dès lors, et ce jusqu’à la dissolution de la Communauté française et l’accession à l’indépendance des anciennes colonies d’Afrique noire, l’« école coloniale et contre-révolutionnaire » s’efforce de conserver au bloc nord-africain la place qu’elle veut lui faire tenir dans la défense du « monde libre ». Il convient de s’interroger sur la pertinence du concept d’Eurafrique et sur la place qu’il a pu occuper dans la réflexion stratégique du haut commandement français pendant les deux décennies où la défense nationale se jouait dans l’espace euro-méditerranéen, voire « eurafricain ».

  • 1 Mitterrand François, Aux frontières de l’Union française, Paris, 1953, p. 40-41.

« Si l’on considère ce bloc colossal qui, de Lille à Brazzaville et d’Abéché à Dakar, s’étale sur sept mille kilomètres de largeur et si l’on constate qu’il n’est entaillé que par le bassin occidental de la Méditerranée, on s’étonne que tout n’a pas été tenté pour garantir son intégrité. […] Les Français ont cru bon de choisir un camp dans la querelle des colosses qui se partagent la domination du monde […] comme si tous ne devaient pas d’abord se faire les défenseurs de la seule réalité historique incontestable : la France eurafricaine qui, actuellement, comprend ou contrôle quatre-vingt-cinq millions d’êtres1… »

  • 2 SHD (Service historique de la Défense), 1H3, Note de la DAM (Direction des affaires militaires), m (...)
  • 3 Au conseil national de la SFIO du 3 novembre 1957, l’ancien président du conseil, Guy Mollet, pron (...)
  • 4 Levisse-Touzé Christine, L’Afrique du Nord : recours ou secours ?, septembre 1939-juin 1943, thèse (...)

4Le point de vue du ministre d’État délégué auprès du Conseil de l’Europe et ancien ministre de la France d’outre-mer des gouvernements Pleven et Queuille (12 juillet 1950-9 août 1951), rejoint celui de nombreux chefs militaires qui considèrent que « l’Afrique donne à l’Europe la profondeur stratégique nécessaire à sa défense en cas d’agression et l’espace nécessaire à sa survie en cas de revers initial2 ». Toutefois, s’agissant d’une question qui porte avant tout sur la sécurité de territoires sous souveraineté française dans une période particulièrement troublée et où les enjeux sont multiples, compte tenu du contexte international, l’historien militaire est en droit de reprendre la démarche de l’un des plus éminents commandants de l’École supérieure de guerre de 1908 à 1911, le général Ferdinand Foch, qui exposait sa méthode d’analyse dans son ouvrage majeur, Des principes de la guerre. Il importe donc de préciser le sens donné au néologisme « Eurafrique », employé dans certains milieux politiques et cercles militaires dans les années cinquante3. En un mot, de quoi s’agit-il ? Pourquoi le mot a-t-il connu un tel succès ou, à tout le moins, a-t-il rallié les suffrages d’une majorité des hauts responsables de l’armée de terre qui orientaient la stratégie de défense et de sécurité sous la IVe République ? Peut-on évaluer l’influence de ces officiers généraux au sein des grands commandements et dans les autres instances de décision nationales et alliées, comme l’Union occidentale et l’Organisation de l’Atlantique nord ? Comment ont-ils pu imposer leur perception de la menace dans le double contexte de la guerre froide et de la décolonisation ? La défense du territoire national-métropolitain, qui devait rester prioritaire, aurait-elle été négligée au profit exclusif du bloc nord-africain, transformé en bastion et enjeu stratégique majeur ? Pour reprendre l’hypothèse avancée par les tenants de l’école « africaine », l’Afrique du Nord pouvait-elle redevenir le recours, sinon le secours, comme elle l’avait été au cours de la Seconde Guerre mondiale4 ?

EURAFRIQUE OU BLOC NORD-AFRICAIN ?

  • 5 Ageron Charles-Robert, « La survivance d’un mythe, la puissance par l’empire colonial, 1945-1947 » (...)

5En 1945, la Méditerranée, perçue comme un lac par le « parti colonial », fait figure de trait d’union au sein d’une France « eurafricaine ». De nombreuses élites politiques et militaires partagent ces vues ou cette représentation sur le rang que doit tenir la France, grâce à l’Empire colonial rénové en Union française. Le mythe de la puissance par l’empire survit jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie et pèse sur certaines des grandes orientations et des décisions prises dans le domaine de la politique étrangère et de défense sous la IVe République5. En effet, le général de Gaulle avait déjà approuvé les plans établis à sa demande par le général Juin, chef de l’étatmajor général de la défense nationale. Le plan du 4 mars 1945, révisé le 6 septembre et le 22 décembre de la même année, privilégie la défense de l’outre-mer et plus particulièrement l’Afrique du Nord. De plus, le plan du 8 mars 1946 s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle la guerre se joue désormais à l’échelle de l’Empire, élevé au rang de nouvel espace stratégique des armées françaises.

  • 6 La DAM a remplacé l’important et influent état-major colonial de l’entre-deux-guerres.
  • 7 SHD, 1 T12, dossier de séance et procès-verbal de séance du CSG du 23 juillet 1947. La motion du g (...)

6Ainsi, le titre VIII de la Constitution du 27 octobre 1946, consacré à l’Union française, précise notamment que, dans le domaine de la sécurité, « le gouvernement de la République assume la coordination de ces moyens et la direction de la politique propre à préparer et à assumer cette défense ». Toutefois, le haut commandement privilégie l’Afrique du Nord, même si le ministère de la France d’outre-mer, doté d’une Direction des affaires militaires (DAM) et qui joue un rôle effacé au sein des organes d’étude et de préparation de la politique militaire, s’efforce d’influer sur les orientations et de peser sur la définition de la stratégie de défense de l’Union française6. D’autant plus que les plans de réorganisation des forces armées prévoient, dans le but d’unifier l’armée, l’abrogation de la loi du 17 juillet 1900. Les projets de loi sur l’organisation de l’armée de terre, discutés depuis le printemps 1947 par le Conseil supérieur de la guerre, prévoient d’en finir avec le dualisme armée métropolitaine-armée coloniale (l’armée d’Afrique est parfois évoquée dans les discussions portant sur les zones stratégiques)7.

  • 8 Il s’agit des généraux de Lattre, jusqu’à sa nomination, le 6 décembre 1950, comme haut-commissair (...)
  • 9 Brouillard Pierre alias Nord Pierre, L’Eurafrique notre dernière chance, Paris, 1954.
  • 10 Il s’agit du point de vue de Pierre Nord présenté dans son ouvrage consacré à l’Eurafrique, repris (...)
  • 11 Interview du général Massu parue dans Le Journal d’Alger du 16 janvier 1957.
  • 12 Ageron Charles-Robert, op. cit., p. 446-475. L’historien de l’Algérie et de la décolonisation fran (...)
  • 13 Ou un imaginaire stratégique selon Hervé Coutau-Bégarie. Voir l’article de Motte Martin, « Géostra (...)

7Cependant les responsables militaires de l’armée de terre8 évoquent le théâtre méditerranéen et font rarement référence à l’Afrique occidentale française (AOF) et à l’Afrique équatoriale française (AEF) qui, selon les vues des « eurafricains », constitue (rait) le deuxième volet de l’Eurafrique. Toujours présenté comme l’avenir, l’atout premier de la France mais aussi et surtout comme « l’enjeu » géopolitique – ou géostratégique – de l’après-guerre, plus particulièrement dans le contexte de la guerre froide, cet espace n’est jamais clairement circonscrit, si l’on excepte l’évocation du « bloc colossal » par François Mitterrand. Le général Meynier, fondateur et directeur de la revue Eurafrique, revue générale d’action africaine, parue entre 1951 et 1963 et Pierre Nord, écrivain et ancien officier, dans la lignée des défenseurs de la grandeur par l’Empire de l’entre-deux-guerres, tiennent le même discours9. L’idée, car il s’agit avant tout d’une idée, est défendue par les champions d’une Europe occidentale qu’ils considèrent comme « écrasée entre l’URSS et les États-Unis » et n’étant plus « qu’une frange côtière de l’Eurasie politiquement désunie, économiquement faible, militairement indéfendable. Seule l’Eurafrique peut apporter à l’Europe occidentale prospérité et sécurité. Seule l’Eurafrique est une solution complète, économique, militaire et politique. C’est la solution de l’Europe10 ». Comment, dès lors, s’étonner si, au début de la bataille d’Alger, le général Massu estime que « la note Algérie étant très élevée, il faudra la régler dans le cadre Eurafrique », rejoignant le point de vue de nombreux « Africains » qui peuplent les états-majors parisiens11. L’historien peut à bon droit s’interroger sur la validité du concept hérité des années trente autour des célébrations du centenaire de l’Algérie et de l’exposition coloniale, présidée par le maréchal Lyautey, à l’apogée de l’Empire12. L’Eurafrique des militaires, autrement dit dans son acception géostratégique, peut être définie comme un espace stratégique ou de manœuvre dans la perspective d’une nouvelle guerre mondiale13. Sa défense s’appuie sur un réseau de bases stratégiques : Port Lyautey, Mers el Kébir et Bizerte en AFN, Dakar en Afrique noire et Diego Suarez dans l’océan Indien. En revanche, l’Afrique du Nord fait l’objet d’une attention particulière et quasi permanente, pour ne pas dire obsessionnelle, de la part des décideurs militaires. Ce, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale et les graves événements qui secouent déjà les positions françaises en Méditerranée, de Sétif à Damas.

  • 14 Ainsi le conseiller militaire du gouvernement, le général Juin, élevé en 1952 à la dignité de maré (...)

8Le gouvernement a jugé utile de créer, par décret du 11 décembre 1946, un haut commandement adapté à l’AFN en raison de l’importance de ce territoire pour la défense nationale. À Paris, les généraux issus de l’armée coloniale et de l’ancienne armée d’Afrique, généralement bien informés, s’inquiètent des menaces internes et vont multiplier les interventions au sein des divers organismes militaires de décision et auprès des responsables politiques de haut rang. Ils s’efforcent de faire entendre leur voix et de peser dans la prise de décision, notamment dans le domaine de la stratégie de défense14. L’enjeu est de taille : la défense globale s’inscrit désormais dans le contexte de l’Union française où la Méditerranée constitue ce glacis qui a tenu une grande place dans le dernier conflit mondial.

LA GUERRE FROIDE ET LE DÉBAT STRATÉGIQUE SUR LA DÉFENSE NATIONALE

  • 15 La DEG est un organe de l’état-major sous l’autorité directe du chef d’état-major général des forc (...)
  • 16 SHD, 1 K233, carton 6, dossier 2, note du 23 août 1946 du général Paul Ély, directeur du cabinet m (...)
  • 17 Soutou Georges-Henri, « La sécurité de la France dans l’après guerre », Vaïsse Maurice, Mélandri P (...)

9Jusqu’à la fin des années cinquante, les notes rédigées par le groupe d’officiers de la Division des études générales (DEG) de l’État-Major général des forces armées (EMGFA), chargé d’orienter la stratégie en fonction des objectifs de la politique de défense nationale élargie depuis la guerre froide reviennent sans cesse sur le problème posé par la défense du bloc nord-africain15. Dès lors que la menace allemande s’efface devant l’expansionnisme soviétique en Europe, les chefs militaires doivent définir une stratégie adaptée au nouvel ennemi désigné. Ainsi, l’aggravation de la situation, au printemps de 1947, conduit le haut commandement à réviser la politique de défense du territoire métropolitain en tenant compte de l’option prise à la suite de la signature du traité de Dunkerque, signé le 4 mars 1947, qui établit l’alliance franco-britannique encouragée par les États-Unis. En effet, les chefs militaires, tentés en 194616 par la politique de neutralité affichée par le gouvernement en raison des incertitudes de la situation intérieure du pays, sont désormais convaincus de devoir choisir l’un des deux camps en présence. C’est notamment le point de vue défendu par le nouveau chef d’état-major de la Défense nationale, le général Humbert, qui s’est expliqué sur l’orientation de la politique de défense au cours de l’été, sans parvenir à convaincre un Paul Ramadier irrésolu, penchant pour la neutralité et paradoxalement favorable au repli sur l’Afrique du Nord17.

  • 18 SHD, 1 K331, carton 5. Tout oppose les deux officiers : l’origine sociale, le caractère, mais auss (...)

10À l’automne de 1947, deux des plus hauts responsables militaires vont, à la suite du général Humbert, orienter les discussions et alimenter le débat sur la stratégie à adopter dans le nouveau contexte international. Le général de Lattre, inspecteur général de l’armée qui vient de perdre les prérogatives attachées à son titre de chef d’état-major de l’armée lui conférant la fonction de chef des armées désigné en temps de guerre et le général Revers, depuis peu chef d’état-major général et rival de l’ancien commandant de la 1re armée, vont occuper le devant de la scène jusqu’à la signature du traité de Washington18. Le premier estime, dans une note du 29 septembre 1947 à l’attention du président du Conseil et du ministre de la Guerre, qu’en cas de conflit en Europe « il n’y a pas à s’illusionner, nous serons rapidement réduits à replier vers l’Afrique du Nord ou vers l’étranger nos éléments de valeur ». Il poursuit en précisant :

« On peut dès lors être tenté de penser que, puisque le terme ultime de notre manœuvre serait l’Afrique, il vaudrait mieux consentir délibérément à l’abandon de la Métropole et transporter d’avance le meilleur de notre potentiel matériel et humain sur l’Afrique [mais] s’éloigner sans combattre, c’est risquer une définitive dissociation de la patrie. En outre c’est, pour les peuples de l’Union [française], abdiquer et l’évacuation sans lutte, la dislocation immédiate de cette Union. »

  • 19 SHD, 1 K331, Fonds Revers, carton 7, note de l’inspecteur général de l’armée, 29 septembre 1947. U (...)

11Sa conclusion, cependant, ne laisse entrevoir d’autre alternative que la stratégie directe car « abandonner la Métropole c’est tout abandonner19 ».

  • 20 SHD, 1 K331, carton 7, note du 22 septembre 1947.
  • 21 SHD, 1 K331, carton 7, note du 12 octobre 1947.

12Quant à Revers, il s’explique dans deux notes datées du 22 septembre et du 12 octobre 1947 portant sur la question de la neutralité et sur le repliement sur l’Afrique du Nord, en formulant des réserves sur les possibilités offertes par l’adoption d’une politique étrangère aventureuse et de défense peu réaliste, compte tenu de la situation particulière des trois territoires français. Il estime pour sa part « qu’il n’y a pas pour la France de sécurité dans la neutralité et que même, il n’est de neutralité possible puisque la neutralité amènerait rapidement notre pays à être le champ de bataille des deux adversaires20 ». Il partage l’opinion du chef d’état-major de la Défense nationale qui rallie les suffrages des chefs militaires. De plus, si la France adopte cette posture – l’isolement – il pense que « le repli sur l’AFN est plus qu’aléatoire, notre maintien dans ce pays n’est pas assuré, la défense de cet élément essentiel de l’Union ne peut être que de très courte durée, le retour sur notre sol métropolitain sera aléatoire et à échéance très lointaine21 ».

  • 22 Le décret organique du 2 juin 1947 a arrêté la composition du CSG présidé par le ministre des Forc (...)
  • 23 SHD, 1 T 15, procès-verbal de la séance du 21 octobre 1947.
  • 24 Archives de France, 4 AG 243. Dossier de préparation du CDN du 4 novembre 1947. Exposé sur les pos (...)

13En dépit de ses appuis politiques, le général de Lattre ne parvient pas à rallier à ses vues ses pairs du Conseil supérieur de la guerre qui examinent depuis la première séance, tenue le 10 juillet 1947, le projet de grande réforme de l’armée associée aux problèmes nés de la dégradation du climat politique en Europe. La séance du CSG du 21 octobre 1947 est entièrement consacrée aux études demandées aux chefs d’état-major des trois armées par le président du Conseil, Paul Ramadier, sur « les possibilités de l’armée française dans l’hypothèse d’un conflit européen ». Le général Revers reprend devant ses pairs les grandes lignes des deux notes qu’il a adressées au ministre des Forces armées, Pierre-Henri Teitgen, qui préside le CSG22. La discussion s’engage entre les membres du Conseil sur les scénarios, en tenant compte des possibilités offertes par l’aide des Anglo-Saxons23. Le général Giraud pense qu’il faut se battre sur le Rhin et… sur la ligne Maginot mais le débat tourne vite autour de la place de l’Afrique du Nord dans l’hypothèse d’un conflit avec l’URSS. Afin de clarifier le débat, le ministre intervient pour préciser la position des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Il rappelle que les deux gouvernements n’envisagent pas la bataille en Europe mais l’évacuation suivie d’un débarquement pour la reconquête. L’un des scénarios prévoit la retraite sur les Pyrénées pour s’appuyer sur l’Espagne et le Portugal comme bases de départ pour une offensive générale24. Dans un premier temps, la discussion porte sur la priorité qui doit être accordée à la contribution américaine à la défense de l’Europe occidentale. Au terme des délibérations, la majorité des membres du Conseil convient d’une position commune pour adresser aux responsables politiques et militaires d’outre-atlantique un message clair. Il s’agit de les convaincre de l’impérieuse nécessité de participer à cette bataille décisive.

  • 25 SHD, 1 K331, carton 6, 25 janvier 1948, compte rendu du voyage du général Revers, effectué en Gran (...)

14Revers a une nouvelle occasion, le 4 novembre, d’exprimer son avis sur les possibilités militaires de la France devant les membres du Comité de Défense nationale. Il émet des doutes sur l’efficacité d’une offensive menée par l’Espagne à partir de la tête de pont portugaise et se montre réservé sur l’option du repli sur l’AFN25. Le chef d’état-major de l’armée de terre considère que « mettre tout le paquet en Afrique du Nord paraissait être une solution trop absolue comportant des risques considérables, notamment pour l’unité de la Nation… […] Ceci incite donc à rechercher une solution mesurée, nous réservant la possibilité d’utiliser au maximum les bases d’AFN pour renforcer la défense de la Métropole et du bloc France-Afrique tout entier ». La réaffirmation de la solidarité entre les deux rives de la Méditerranée est bien accueillie par Juin et Billotte, dont les avis ont les oreilles de bon nombre de leurs pairs.

15À l’exception notable de de Lattre – de plus en plus isolé et qui n’a pu participer à la délibération du Conseil du 21 octobre 1947 –, la très grande majorité des chefs militaires penche cependant pour la stratégie périphérique défendue par les Anglo-Saxons, en dépit des effets probables sur la défense de la Métropole. Les généraux, tout en reconnaissant la nécessité de se battre sur le Rhin, penchent déjà en faveur de l’alliance américaine et écartent l’option européenne, jugée irréaliste dans la situation économique et politique mais aussi en tenant compte du simple rapport des forces militaires en présence.

  • 26 Auriol Vincent, Journal du septennat, t. 1, p. 252-253. Entretien avec le général de Lattre. La ri (...)
  • 27 Maréchal de Lattre Jean, Ne pas subir, Paris, 1984, p. 389.

16Il faut attendre le coup de Prague suivi de la conclusion, le 17 mars 1948, du pacte de Bruxelles pour que les divergences latentes éclatent au grand jour entre les partisans de la stratégie de l’avant et ceux qui préconisent la stratégie périphérique26. Le général de Lattre se prononce clairement pour une défense européenne par les Européens. Il n’écarte pas la possibilité de faire appel aux États-Unis mais il craint une alliance trop étroite qui risquerait d’alourdir le climat et d’aggraver la guerre froide. C’est pourquoi il multiplie ses interventions et n’hésite pas à faire le siège des responsables politiques pour essayer de les convaincre de faire le choix européen. De Lattre peut ainsi compter sur l’appui du président du Conseil, Robert Schuman et du président de la République, Vincent Auriol mais aussi sur des personnalités influentes au Quai d’Orsay, dont les convictions européennes rejoignent son appréciation de la situation internationale27.

17Le 20 juin 1948, il adresse au ministre des Forces armées une « Note sur la défense de l’Europe occidentale » dans laquelle il expose sa stratégie pour « livrer avec chances de succès la bataille d’Europe. Car il n’y a pas de bataille pour la France, mais pour l’Europe occidentale ». Convaincu des réticences américaines à participer directement à la bataille pour l’Europe, l’inspecteur général des forces armées met l’accent sur les conséquences d’une probable victoire des armées soviétiques. La guerre serait perdue pour les Américains et a fortiori pour les Européens. Aussi convient-il de persuader les responsables d’outre-atlantique de l’impérieuse nécessité de participer à cette bataille décisive. Il ajoute :

  • 28 Ibid., p. 388.

« En vérité, il n’y a pas de solution dans le plan français. Il faut arriver à le trouver sur le plan européen. Il n’y a même pas de solution dans la vassalité par rapport à l’Amérique. […] En effet, si le bloc occidental s’organise uniquement dans la dépendance américaine, cela revient, a priori, à ne former plus qu’un avec l’Amérique. Le jeu serait plus souple avec une Europe occidentale qui chercherait au moins une apparence d’indépendance28. »

  • 29 Archives du ministère des Affaires étrangères, Europe, 1944-1966, Grande-Bretagne, n° 44, Note con (...)

18Toutefois, en plein accord avec les autres chefs militaires, le général de Lattre se prononce pour une défense conjointe de l’Europe occidentale et de l’Afrique qui donne la profondeur stratégique à l’ensemble eurafricain sans pour autant préconiser le repli envisagé par le haut commandement. Mais les Britanniques se sont nettement prononcés sur le choix d’une stratégie lors de la conférence africaine qui s’est tenue à Londres du 29 septembre au 9 octobre 1948. Dans son discours du 4 octobre, le maréchal Montgomery, président du Comité des commandants en chef de l’Union occidentale, exprime le point de vue partagé par les Américains selon lequel « il y a de fortes chances que le sort de la bataille se joue en Afrique du Nord […] il faut donc considérer l’AFN comme un champ de bataille certain qui aura à s’appuyer sur la masse stratégique et économique que constituera le reste du continent africain29 ».

  • 30 SHD, 1 K331, carton 6, double de la note datée et non signée que l’on peut attribuer au général de (...)

19Une note, adressée le 27 novembre 1948 à P. -H. Teitgen, traduit l’inquiétude et le scepticisme des généraux concernant la politique de l’Union occidentale. Le rédacteur, sans doute de Lattre, revient sur la question centrale de la stratégie car « il est indispensable de savoir si les États-Unis sont décidés à admettre que la bataille initiale essentielle est en Europe et si on se battra tous effectivement pour la défense du Rhin. Si cette question devait être tranchée par la négative, la France aurait à prendre des mesures de repli sur l’AFN des éléments essentiels de son patrimoine30 ».

20Les négociations en vue de la conclusion du Pacte atlantique donnent l’occasion aux généraux français de remettre sur le tapis la question de la défense de l’Afrique du Nord. Il s’agit d’obtenir des États-Unis, déjà engagés en Méditerranée, de prendre en compte les intérêts de la France dans la région. Les Américains consentent avec beaucoup de réticence à inclure l’Algérie (et le Sahara) dans l’espace euro-atlantique concerné par l’article 5 du traité de Washington.

  • 31 Archives de France, 4 AG 252, comité de défense nationale du 13 mars 1953, réponse en date 5 mars (...)
  • 32 Archives de France, 4 AG 253 et 254, DN du 5 août 1953 et du 6 février 1954.

21Alors même que se mettent en place les grands commandements de l’OTAN, les chefs militaires français doivent relever le défi de la décolonisation des deux protectorats nord-africains. Le problème de la défense de l’Afrique se pose avec d’autant plus d’acuité que l’évolution du conflit indochinois pèse dans le débat stratégique qui agite les plus hautes instances de l’armée. L’Afrique du Nord, ou plutôt le bloc nord-africain, devient ainsi l’un des enjeux majeurs de la IVe République finissante. C’est dans ce sens que l’on peut interpréter la décision du Comité de défense nationale du 24 avril 1952 qui charge le secrétaire d’État « de poursuivre l’étude sur le desserrement en AFN dès la première alerte d’une classe non instruite, des cadres des écoles militaires ». Le plan prévoit même le dédoublement de certains organismes comme les services gouvernementaux, les centres de recherche scientifiques ou techniques (recherche nucléaire, Office national d’études et de recherches aéronautiques, grandes écoles – X, Mines, ENA, Centrale). L’éventualité de la mise à l’abri de certains éléments du potentiel, comme le transfert des réserves d’or, rappelle les heures sombres de 194031. Les membres du CDN reviennent à la charge à plusieurs reprises pour avoir connaissance de l’état d’avancement des travaux32.

LA DÉCOLONISATION DE L’AFRIQUE DU NORD ET LA DÉFENSE DE L’OCCIDENT

22Les premiers troubles éclatent dans le nord de la Tunisie en janvier 1952 pour s’étendre dans le Sahel. Le Maroc s’enflamme après la déposition du sultan Ben Youssef, le 20 août 1953. L’année suivante, c’est au tour des départements français d’Algérie d’être touchés par une vague d’attentats qui ouvre la guerre d’indépendance déclenchée par le Front de Libération nationale. Instruits de la récente expérience indochinoise, certains chefs militaires, séduits par les analyses des « théoriciens » de la guerre révolutionnaire, inscrivent les guerres de décolonisation dans le cadre exclusif de la guerre froide.

  • 33 Vial Philippe, « Le militaire et le politique : le maréchal Juin et le général Ély face à la CED 1 (...)
  • 34 SHD, 1 K233, carton 26, Ély a suivi de Lattre au Comité militaire de l’Europe occidentale dès le m (...)
  • 35 Le directoire (États-Unis, Royaume-Uni et France) met en place cinq groupes stratégiques régionaux (...)
  • 36 SHD, 7 R 4 à 6. Le CSFA réunit les plus hauts responsables des trois armées et peut être considéré (...)
  • 37 SHD, 4 S 20, état-major de l’armée, DEG et 6 T520. Faivre Maurice, Le général Ély et la politique (...)

23De plus, le clivage apparu pendant la querelle de la Communauté européenne de défense (CED), entre 1950 et 1954, divise à nouveau et durablement les élites militaires sur les grandes orientations de la politique de défense, en voie d’élaboration à l’initiative du nouveau chef d’état-major général des forces armées (CEMGFA) et président du Comité des chefs d’état-major (CCEM)33. Le général Paul Ély prend ses fonctions le 18 août 1953, après avoir dirigé à Washington la délégation militaire française au Groupe permanent (Standing Group) du Pacte atlantique, mis en place en octobre 1949. Il est partisan d’une défense européenne, à l’instar du général de Lattre, auprès duquel il a servi en 1947 à l’inspection générale de l’armée de terre, après avoir dirigé le cabinet militaire d’Edmond Michelet. Mais il ne parvient pas à fléchir Juin – encore influent et dont le prestige reste grand dans l’armée – toujours convaincu de devoir accorder la priorité à l’Alliance atlantique. Ély a en outre participé à l’élaboration de la stratégie de l’avant, adoptée au Groupe permanent avec l’idée centrale d’un combat retardateur34. Ce, malgré les réticences des Britanniques convaincus de devoir revenir à la ligne de défense de 1940, en l’occurrence la Manche. Il accorde une importance toute particulière au groupe stratégique régional du Sud Europe-Méditerranée occidentale, appelé selon lui à jouer un rôle particulier dans le contexte de la décolonisation et de la menace soviétique dans la région35. À son retour d’Indochine, Ély retrouve son poste, occupé pendant sa mission par le général Guillaume et reprend les grands chantiers ouverts par la Division des études générales (DEG) à la demande du Conseil supérieur des forces armées (CSFA) en 1955, alors que la situation militaire se dégrade en Afrique du Nord36. Instruit de ses expériences au Standing Group et à Saigon, il lance le plan militaire à long terme ou PMLT, dans le but de doter la France d’une stratégie mondiale et de l’appareil militaire adapté à l’évolution prévisible des événements internationaux37. Mais il est aussitôt accaparé par les affaires nord-africaines, devenues prioritaires avec l’extension des combats et l’accession à l’indépendance des deux protectorats du Maroc et de la Tunisie, en mars 1956.

24En effet, avant de prendre ses fonctions à l’état-major général, Ély participe aux travaux du CSFA qui réunit, autour du ministre de la Défense nationale et des trois secrétaires d’État à la Guerre, à la Marine et à l’Air, les grands chefs militaires des trois armées. Méthodique, il étudie très attentivement les nombreux rapports et comptes rendus des séances du Conseil et attache une importance particulière aux études de l’équipe du général Allemane. Le dossier algérien va l’accaparer jusqu’au retour au pouvoir du général de Gaulle, en mai 1958. Ély doit s’imposer en raison des critiques et des bruits qui circulent depuis son retour de Saigon. C’est pourquoi, dans les premières semaines qui suivent sa prise de fonction, il reçoit et consulte ses pairs et ses subordonnés pour s’informer. Il doit se frotter aux partisans du maintien coûte que coûte en Algérie, autrement dit au courant « africain » ou « impérial-atlantiste », selon l’heureuse formule de Philippe Vial. Les généraux des troupes coloniales Callies, inspecteur des forces terrestres, maritimes et aériennes de l’Afrique du Nord, Magnan, Borgnis-Desbordes, Valluy, son successeur au Groupe permanent avant d’être nommé au commandement Centre-Europe de l’OTAN en octobre 1956, également Chassin, qui a commandé l’aviation en Indochine, enfin Juin, toujours influent, vont peser de tout leur poids dans le long débat engagé au Conseil supérieur des forces armées sur la stratégie.

25Le long exposé de Callies, à la séance du CSFA du 9 décembre 1954, est très révélateur de l’ambiance qui règne dans les hautes sphères de l’armée. Pour lui,

« […] l’Afrique du Nord est donc devenue le centre de gravité du système français et, dans un cadre plus large, de l’Europe occidentale… [car] la France est trop faible en temps de paix pour vivre sans son Afrique, la France est trop petite en temps de guerre pour se défendre et survivre sans son Afrique. L’AFN qui constitue la liaison entre la tête française et le corps africain est devenue la pièce maîtresse de l’édifice, le cœur du système français et, sur un plan plus large, du système de l’Europe occidentale. Chasser la France de l’AFN c’est couper en deux l’immense corps eurafricain de la France et de l’Europe occidentale qui représente, ne l’oublions pas, une superficie d’un tiers plus grande que celle de l’immense corps eurasiatique de l’URSS ».

  • 38 Ratte Philippe, Armée et communication. Une histoire du SIRPA, Paris, 1989, 288 p. Villatoux Paul (...)

26Le général Callies poursuit en développant la thèse qui sera bientôt diffusée à tous les échelons du commandement, par le biais d’organes d’information comme la Revue militaire d’information (RMI)38. Il reprend l’opinion répandue dans les cercles d’anciens de l’armée d’Afrique, selon laquelle

« […] nul ne met en doute l’importance stratégique exceptionnelle de l’AFN amplement démontrée par le dernier conflit et que vient confirmer l’acharnement mis par notre adversaire soviétique à tenter dès le temps de paix de nous en chasser. Il n’est pas inutile d’en revoir rapidement les raisons principales afin de mettre l’AFN en situation de jouer le rôle principal qui lui est dévolu… [car] la notion de France réduite à son territoire métropolitain est désormais totalement révolu ».

27Il insiste à nouveau sur la dimension stratégique de son analyse en martelant :

  • 39 SHD, 7 R, carton 4, CSFA du 9 décembre 1954, compte rendu in extenso, 212 p.

« En temps de paix comme en temps de guerre, la seule réalité actuelle est la France eurafricaine avec son immense territoire, ses immenses ressources et ses cent millions d’hommes. […] Elle est donc de ce fait la plate-forme aérienne stratégique essentielle et constitue, en cas d’effondrement partiel ou total du front en Europe, une ligne d’arrêt, une ligne de recueil et une base de contre offensive39

28Seul le général de Larminat rompt le consensus tacite en émettant de fortes réserves et s’interroge sur la pertinence de la comparaison de la situation actuelle avec celle de la Seconde Guerre mondiale. En conclusion de son intervention, il « pense que ce serait une déviation très grave que de charger le tableau qu’on appelle la deuxième bataille au détriment de ce qui est l’essentiel, c’est-à-dire d’une part la première bataille conduite avec des forces qui sont en place et d’autre part le maintien en même temps de la souveraineté française ». Le général Guillaume, CEMGFA, clôt le débat en revenant sur l’exposé du général Callies. Il approuve dans ses grandes lignes son analyse et ajoute que

  • 40 SHD, 7 R, carton 4, p. 108.

« […] c’est une raison supplémentaire pour penser que les Soviétiques feront l’effort maximum sur ce qu’ils peuvent faire tous les jours, c’est-à-dire les tentatives de pourrissement dans nos territoires extérieurs et en France, en commençant par nos territoires extérieurs. […] La priorité consiste à ne pas être détruits en temps de paix, car si les Soviétiques ne font pas la guerre, ils espèrent la gagner sans la faire40 ».

  • 41 Assemblée nationale, JO, 2e séance du 10 novembre 1954, p. 6080.

29Il est aussi vrai que les chefs militaires ont été heureusement surpris par les premières réactions des responsables politiques, notamment par les interventions et les déclarations du ministre de l’Intérieur, toujours partisan d’une « ligne Lille-Brazzaville ». Dans son intervention à l’Assemblée nationale, lors de la deuxième séance du 10 novembre 1954, François Mitterrand n’hésite pas à avancer : « L’avenir, la sécurité, la grandeur de la France sont fixés, en premier lieu, dans notre ensemble africain et ne peuvent être assurés que par notre contrôle du bassin occidental de la Méditerranée41

  • 42 SHD, 7 R, carton 7, séance du CSFA du 20 janvier 1956 présidée par le général Pierre Billotte, min (...)
  • 43 Revue militaire d’information, n° 178, novembre 1956, article du général Callies, p. 35-43.
  • 44 SHD, 7 R, carton 7, rapport n° 875/INS/AFN/EM du 6 août 1955.

30Moins de deux mois après la Toussaint rouge, la thèse du général Callies rallie déjà les suffrages de la majorité des généraux de l’armée de terre42. En 1956, fort des nombreux appuis qu’il gagne parmi ses pairs, l’inspecteur des forces terrestres, maritimes et aériennes de l’Afrique du Nord donne une série de conférences sur le problème algérien dont la presse militaire se fait l’écho, notamment la Revue militaire d’information, largement diffusée dans les unités43. De même, le rapport qu’il rédige, en août de la même année, à la demande du CEMGFA, sur « Le système militaire capable d’assurer efficacement la défense extérieure et intérieure de l’Afrique du Nord », est du volume et de la qualité des forces affectées à cette défense. Il s’appuie sur son exposé du 9 décembre 195444.

  • 45 COMOR Paul-André, « La guerre d’Algérie et le haut commandement, jusqu’au 13 mai 1958 », Historien (...)
  • 46 SHD, 1 K233, carton 48, directive 3491 du 13 mars 1956 et directive de PMLT n° 1533/EMFA/EG 1 du 5 (...)
  • 47 SHD, 6 T520, Projet – Introduction à une politique militaire à long terme, 1re partie, p. 4. Ce do (...)

31Désormais, les chefs militaires vont associer étroitement et parfois exclusivement, la guerre de décolonisation qui se déroule en Algérie à la défense de l’Europe occidentale – voire de l’Occident – et à la lutte contre le communisme45. Mais en mars 1956, le débat stratégique prend une nouvelle tournure avec le retour du général Ély à la tête des armées. Sous son impulsion, les discussions vont porter dans un premier temps sur la définition et l’ordre des priorités : défense du bloc nordafricain pour et par la France, avec l’appui de ses alliés de l’OTAN ou défense exclusive de la France métropolitaine avec l’arme atomique et des forces conventionnelles modernisées. Les travaux préparés par la DEG sont examinés et discutés entre le 24 octobre 1956 et le 28 janvier 1957, au cours des dix séances réunissant les trois chefs d’état-major autour du général Ély, président du CCEM et CEMGFA. Le comité doit se prononcer sur les questions et les orientations inscrites dans la directive Ély du 13 mars 1956 sur la PMLT et « s’appuyant sur le fait nucléaire d’une part, sur le fait idéologique de l’autre46 ». Dès le départ, le ton est donné. Deux écoles vont s’affronter et donner lieu à d’âpres échanges de notes et autres avis écrits. Cependant, le projet approuvé lors de la séance du CCEM du 31 octobre 1957 peut être considéré comme un compromis satisfaisant qui relègue au second plan de la stratégie générale la question algérienne47.

  • 48 SHD, 1 K233, carton 75. Le général Allard est assisté des colonels Goussault du 2e bureau et Godar (...)
  • 49 Ibid., p. 7.

32Mais à Alger, autour du général Salan, des officiers plus que jamais déterminés à accorder la priorité à la défense de l’Algérie n’ont pas renoncé à contourner l’obstacle parisien pour porter l’affaire algérienne devant le SHAPE. Le 15 novembre 1957, alors que la bataille d’Alger vient de s’achever, l’adjoint du commandant en chef, le général Allard, donne une conférence devant un parterre de généraux de l’Alliance atlantique. Il s’agit de démontrer le bien-fondé de la position française en Algérie48 alors même qu’à Paris, les états-majors, plus prudents et dans l’expectative, cherchent avant tout à sortir de la crise qui pèse sur la prise de décision. Alger est convaincu qu’« arracher l’Algérie à la France sous le prétexte du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en encourageant le mythe du nationalisme et de l’indépendance pour en faire un nouvel état arabe incapable de se suffire à lui-même, en faire avec ses voisins de l’Est et de l’Ouest la proie du panarabisme, c’est préparer le terrain, là comme ailleurs, pour la communisation et la satellisation ». Car in fine « la ligne de défense arrière, la dernière, passe par l’Algérie49 ».

ÉPILOGUE : L’OCRS ET LE PROJET DU 8 MAI 1958

  • 50 Revue internationale d’histoire militaire, n° 76, 1997, « La guerre d’Algérie – La défense des fro (...)
  • 51 SHD, 1 K233, carton 86, Notes des 12 et 21 février 1958. Ély s’inquiète de l’hostilité des États-U (...)
  • 52 Ibid., note 1190/CEMFGA/CAB du 7 mars 1958.

33En février 1958, le chef d’état-major ne cache pas son inquiétude devant la tournure que prend la bataille des frontières malgré la construction des deux barrages50. Il multiplie les interventions écrites pour mettre en garde son ministre contre les risques encourus en raison de la dégradation de la situation militaire51. Quelques semaines après l’affaire de Sakiet Sidi Youssef, dans une note sur « l’action à mener dans les prochains mois » adressée au ministre de la Défense nationale le 7 mars 1958, il souligne notamment « l’aide apportée par les pays depuis Bandoeng et [insiste] sur la nouvelle dimension de la guerre… [qui] n’est pas un conflit local, une révolte mais un cas typique de ces conflits internationaux localisés qui, dans la guerre révolutionnaire menée par les Soviets à l’échelle du globe jouent le rôle de “batailles” successives dans la guerre conventionnelle ». Le stratège fait sien le schéma de la guerre de contournement par l’Afrique et insiste sur « l’enlisement du conflit algérien [qui] est en fait l’enlisement de l’Europe occidentale et celui de tout l’Occident. Il importe que nos alliés, autant que nous-mêmes, en prennent une exacte conscience ». Il termine en insistant sur le fait que « l’Occident ne peut, même sous le prétexte facile qu’il s’agit d’une guerre décolonisatrice, se désolidariser de la lutte menée par la France sans risquer l’existence de l’Alliance et son indépendance même52 ».

  • 53 SHD, 1 K233, journal de marche du général Ély. Le rédacteur a consigné à la date du 5 mai 1958 les (...)
  • 54 Comor André-Paul, Les militaires en politique pendant la guerre d’Algérie, Histoire et défense, Le (...)
  • 55 François Mitterrand, quant à lui, pour résister au nationalisme africain, sans pour autant repouss (...)
  • 56 Thomas Marc-Robert, Sahara et Communauté, Paris, 1960, 298 p.

34La sécurité de l’Afrique n’est pas pour autant négligée dans la perspective offerte par la loi cadre sur l’Outre-Mer, votée le 23 juin 1956 et dont l’importance n’a pas échappé aux « Africains » et autres coloniaux qui peuplent les états-majors. La Direction des affaires militaires (DAM) du ministère de la France d’outre-mer a engagé une étude sur les hypothèses d’évolution de l’Union française en se fondant sur un modèle fédéral53. Ce « projet de solution fédérale » dort dans les cartons de l’état-major avant de subir des amendements et d’être présenté – pour approbation – au général Ély, le 8 mai 1958, à son retour d’inspection à Alger54. L’organisation politique de « l’ensemble France-Outre-Mer », proposée sous la forme d’une Fédération française des Républiques libres ou République fédérale française, se veut une réponse globale aux défis de la guerre en Algérie, de la crise de l’État et de l’évolution de l’Afrique noire55. Le projet « œcuménique » peut être tenu comme le dernier avatar de l’idée eurafricaine qui, malgré la création de l’Organisation commune des régions sahariennes (OCRS), en juin 1957, ne réussit pas à fédérer les derniers partisans du maintien de la présence française en Afrique56.

35Toutefois, en 1959, malgré l’inflexion de la politique étrangère de la France, un an après le retour au pouvoir du général de Gaulle, la défense de la Méditerranée occidentale est toujours prise en compte dans la stratégie « mondiale » dans le cadre de l’Alliance atlantique Dans une Instruction personnelle et secrète à l’attention du commandant en chef de la zone (stratégique) Méditerranée-Algérie-Sahara récemment créée, le Premier ministre Michel Debré expose la stratégie adaptée « aux diverses hypothèses d’évolution de la situation mondiale ». Il prend soin d’expliquer

  • 57 SHD, 1 K233, carton 49, Instruction personnelle et secrète pour le commandant en chef de la Zone M (...)

« […] qu’elle vise à opposer à la stratégie globale de nos adversaires et à la multiplicité des formes qu’elle revêt, une organisation capable d’assurer la défense de la Communauté et, plus largement, en coopération avec nos alliés, celle du monde occidental. […] Dans votre zone d’action éventuelle qui couvre le bassin méditerranéen en entier, y compris les pays riverains, vous aurez la responsabilité :
A/de préparer et éventuellement de mettre en œuvre les plans d’opérations intéressant la défense d’ensemble de l’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc, Sahara) et de ses communications avec la Métropole.
B/sur instructions du Gouvernement, d’étudier et de préparer dans l’ensemble de votre zone d’action éventuelle, des opérations qui seraient éventuellement à mener :
– d’une part, à titre national,
– d’autre part, en coopération soit avec l’OTAN, soit avec certains pays riverains ou alliés57. »

  • 58 La lettre de commandement qui désigne le général Ailleret (CEMA) comme commandant du théâtre d’opé (...)
  • 59 Le 15 février 1963, à l’École militaire, le général de Gaulle rappelle que si la guerre devait avo (...)

36Contrairement à une idée communément admise, pour les stratèges français de la fin de l’ère coloniale, l’« Eurafrique » reste une référence implicite de la stratégie militaire des débuts de la Cinquième République qui sera formalisée au milieu des années soixante. C’est ainsi que le dispositif des troupes en Afrique, après le désengagement en Algérie entre 1962 et 1968 et l’abandon des bases stratégiques de Bizerte et de Mers el Kébir, répond à la politique de défense des intérêts de la France dans un cadre géographique – exception faite de l’Afrique du Nord – qui rappelle celui de l’après-Seconde Guerre mondiale58. Les enjeux ont certes changé – la défense du sanctuaire national, désormais prioritaire, fait partie du premier cercle59 – mais les accords de défense et les traités conclus avec les pays de la défunte Communauté permettent de maintenir la présence militaire de la France pour répondre à la menace représentée par l’orientation de la politique soviétique en Afrique.

Notes

1 Mitterrand François, Aux frontières de l’Union française, Paris, 1953, p. 40-41.

2 SHD (Service historique de la Défense), 1H3, Note de la DAM (Direction des affaires militaires), ministère de la France d’outre-mer, « Les territoires de la France d’outre-mer dans le cadre de la défense nationale », 1954.

3 Au conseil national de la SFIO du 3 novembre 1957, l’ancien président du conseil, Guy Mollet, prononce un discours dans lequel il revient sur le problème algérien : « Ce que j’appelle l’essentiel moi, c’est le lendemain, c’est l’Eurafrique, c’est l’union entre la France et l’Afrique, c’est le Sahara, c’est le maintien des liens algériens. »

4 Levisse-Touzé Christine, L’Afrique du Nord : recours ou secours ?, septembre 1939-juin 1943, thèse pour le doctorat d’État, Paris 1, 1991, 1 052 p.

5 Ageron Charles-Robert, « La survivance d’un mythe, la puissance par l’empire colonial, 1945-1947 », Girault René et Frank Robert (dir), La puissance française en question 1945-1949, Paris, 1988.

6 La DAM a remplacé l’important et influent état-major colonial de l’entre-deux-guerres.

7 SHD, 1 T12, dossier de séance et procès-verbal de séance du CSG du 23 juillet 1947. La motion du général de Lattre, inspecteur général de l’armée, soumise à l’approbation des membres du Conseil, est adoptée à l’unanimité moins une voix. Les officiers généraux issus de la coloniale et de l’armée d’Afrique se sont rangés à l’avis de la majorité.

8 Il s’agit des généraux de Lattre, jusqu’à sa nomination, le 6 décembre 1950, comme haut-commissaire et commandant en chef en Indochine, Juin, Revers et Guillaume, pour ne citer que les principaux.

9 Brouillard Pierre alias Nord Pierre, L’Eurafrique notre dernière chance, Paris, 1954.

10 Il s’agit du point de vue de Pierre Nord présenté dans son ouvrage consacré à l’Eurafrique, repris par Ageron Charles-Robert, « L’idée d’Eurafrique et le débat colonial franco-allemand de l’entre-deux-guerres », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXII, juillet-septembre 1975, p. 475.

11 Interview du général Massu parue dans Le Journal d’Alger du 16 janvier 1957.

12 Ageron Charles-Robert, op. cit., p. 446-475. L’historien de l’Algérie et de la décolonisation française met en lumière la filiation entre les « européistes » et les « impérialistes » dans la défense de l’idée eurafricaine.

13 Ou un imaginaire stratégique selon Hervé Coutau-Bégarie. Voir l’article de Motte Martin, « Géostratégie », Klein Jean et Montbrial Thierry de, Dictionnaire de stratégie, Paris, 2000.

14 Ainsi le conseiller militaire du gouvernement, le général Juin, élevé en 1952 à la dignité de maréchal de France.

15 La DEG est un organe de l’état-major sous l’autorité directe du chef d’état-major général des forces armées et commandé par un brillant officier breveté, le colonel puis général Pierre Allemane. Entre 1951 et 1958, sous sa direction éclairée, la DEG est chargée des études de stratégie dans le cadre du Pacte atlantique et de travaux ayant servi de base à la politique militaire tant sur le plan national que sur le plan international. Il peut être considéré comme la cheville ouvrière de cette politique dont les grandes orientations sont données par le général Ély avec lequel il est en communion d’idées.

16 SHD, 1 K233, carton 6, dossier 2, note du 23 août 1946 du général Paul Ély, directeur du cabinet militaire du ministre des Armées Edmond Michelet.

17 Soutou Georges-Henri, « La sécurité de la France dans l’après guerre », Vaïsse Maurice, Mélandri Pierre et Bozo Frédéric (dir.), La France et l’OTAN, 1949-1996, Paris, 1996, p. 31-33.

18 SHD, 1 K331, carton 5. Tout oppose les deux officiers : l’origine sociale, le caractère, mais aussi la manière de commander. Le général Revers expose sans aménité ses griefs dans une lettre adressée à son ministre le 22 décembre 1947, dans laquelle il critique ouvertement de Lattre, dont il connaît « les insuffisances mieux que personne […] je l’ai vu isolé et je crois être resté presque seul auprès de lui aux temps douloureux de 1934. Je sais aussi qu’il sait flatter ses chefs, qu’il sait brutaliser ses subordonnés et que toute résistance l’irrite. Malheureusement je connais aussi son sens de la calomnie, je l’ai vu l’exercer sur tous ceux qui pouvaient le concurrencer : Juin, Koenig, Leclerc et nous en sommes là aujourd’hui ».

19 SHD, 1 K331, Fonds Revers, carton 7, note de l’inspecteur général de l’armée, 29 septembre 1947. Une copie a été remise à Vincent Auriol, en vue du CDN du 4 novembre 1947. Le général André Grossin, secrétaire général militaire de la présidence de la République, chargé de la préparation du Comité, « ne tranche pas entre les avis des deux généraux […] dont les désaccords empoisonnent le climat dans les états-majors ».

20 SHD, 1 K331, carton 7, note du 22 septembre 1947.

21 SHD, 1 K331, carton 7, note du 12 octobre 1947.

22 Le décret organique du 2 juin 1947 a arrêté la composition du CSG présidé par le ministre des Forces armées. Il comprend neuf titulaires nommés pour une année, ainsi que des officiers généraux appartenant aux états-majors et aux corps d’inspection. Aux côtés du général de Lattre, vice-président, siègent les généraux d’armée Giraud, Juin, Koenig, Leclerc et Mast, les généraux de corps d’armée Revers, Bergeron et d’Anselme. En outre, les généraux de division Sabattier, Pinson et Zeller, les généraux de brigade Coudroux, Jacquot et Lajouanie ont été désignés pour participer aux travaux avec voix consultative. Seuls les premiers ont droit de vote au sein du Conseil.

23 SHD, 1 T 15, procès-verbal de la séance du 21 octobre 1947.

24 Archives de France, 4 AG 243. Dossier de préparation du CDN du 4 novembre 1947. Exposé sur les possibilités de résistance en AFN avec l’appui anglo-saxon, daté du 17 septembre 1947.

25 SHD, 1 K331, carton 6, 25 janvier 1948, compte rendu du voyage du général Revers, effectué en Grande-Bretagne du 20 au 24 janvier 1948. On peut notamment lire dans la conclusion qu’« il est acquis que le commandement britannique envisage la bataille en Europe occidentale, à l’intérieur de l’Allemagne et au plus près du Rhin ». À cette réserve près que Revers n’a pas rencontré les responsables politiques qui n’ont pu exposer leur point de vue.

26 Auriol Vincent, Journal du septennat, t. 1, p. 252-253. Entretien avec le général de Lattre. La rivalité entre Revers et de Lattre irrite le président de la République qui ne cache pas son admiration pour le second, consignée dans son journal, à l’issue d’un entretien le 17 décembre 1947, par cet éloge : « Quel admirable soldat ! Général, patriote et républicain », op. cit., p. 633.

27 Maréchal de Lattre Jean, Ne pas subir, Paris, 1984, p. 389.

28 Ibid., p. 388.

29 Archives du ministère des Affaires étrangères, Europe, 1944-1966, Grande-Bretagne, n° 44, Note confidentielle du ministère de la France d’outre-mer, Direction des affaires politiques, 3e bureau.

30 SHD, 1 K331, carton 6, double de la note datée et non signée que l’on peut attribuer au général de Lattre, en raison de sa tonalité comme de l’orientation de la pensée stratégique.

31 Archives de France, 4 AG 252, comité de défense nationale du 13 mars 1953, réponse en date 5 mars 1953 du secrétariat général permanent de la Défense nationale.

32 Archives de France, 4 AG 253 et 254, DN du 5 août 1953 et du 6 février 1954.

33 Vial Philippe, « Le militaire et le politique : le maréchal Juin et le général Ély face à la CED 1948-1954 », Dumoulin Michel (dir.), L’échec de la CED : leçons pour demain ?, actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 30-31 mars et 1er avril 1995, Berne, Peter Lang, 1998.

34 SHD, 1 K233, carton 26, Ély a suivi de Lattre au Comité militaire de l’Europe occidentale dès le mois de mai 1948 et, à ce titre, a participé aux travaux entre les représentants des cinq pays signataires du traité de Bruxelles et le général Lemnizter, à la tête d’une importante délégation militaire américaine.

35 Le directoire (États-Unis, Royaume-Uni et France) met en place cinq groupes stratégiques régionaux destinés à préparer les plans d’action. Le groupe des États-Unis est chargé d’élaborer les plans de défense de la zone nord-américaine, celui de l’Atlantique-Nord a une vocation océanique, celui du nord Europe couvre le Danemark, la Norvège et le Royaume-Uni, quant au groupe Ouest-Europe, il regroupe la Belgique, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas et la République fédérale d’Allemagne.

36 SHD, 7 R 4 à 6. Le CSFA réunit les plus hauts responsables des trois armées et peut être considéré comme plus représentatif que le CSG. À titre d’exemple, sa composition pour l’année 1955, arrêtée par le décret du 30 mai 1955, comprend tous les inspecteurs généraux, les commandants désignés des zones stratégiques et les commandants en chef en AFN : le maréchal Juin, les généraux (Terre) Clément Blanc, Borgis-Desbordes, Callies, Ély, Guillaume, de Larminat, Magnan, Noiret et Valluy ; les généraux (Air) Valin, Bailly, Bodet et Chassin ; l’amiral Nomy et les vice-amiraux d’escadre Auboynneau et Ortoli. La richesse des dossiers préparatoires des séances et la qualité des débats permettent de mieux saisir les enjeux, les rivalités entre généraux mais avant tout de cerner les problèmes posés par l’adéquation entre la politique étrangère d’indépendance nationale – réaffirmée avec force après l’affaire de Suez – et l’outil militaire.

37 SHD, 4 S 20, état-major de l’armée, DEG et 6 T520. Faivre Maurice, Le général Ély et la politique de défense, 1956-1961, Paris, Economica, 1998, 146 p.

38 Ratte Philippe, Armée et communication. Une histoire du SIRPA, Paris, 1989, 288 p. Villatoux Paul et Marie-Catherine, L’action et la guerre psychologique en France 1945-1961, thèse sous la direction de Vaïsse Maurice, Paris, 2002. La version revue et corrigée a été publiée par l’éditeur « Les Indes savantes » sous le titre La République et son armée face « au péril subversif ». Guerre et action psychologiques en France (1945-1960), Paris, 2005, 694 p. Géré François, La pensée et la politique militaires françaises sous la IV e République, thèse de doctorat sous la direction de Jean-Claude Allain, Paris III, 1993, 780 p.

39 SHD, 7 R, carton 4, CSFA du 9 décembre 1954, compte rendu in extenso, 212 p.

40 SHD, 7 R, carton 4, p. 108.

41 Assemblée nationale, JO, 2e séance du 10 novembre 1954, p. 6080.

42 SHD, 7 R, carton 7, séance du CSFA du 20 janvier 1956 présidée par le général Pierre Billotte, ministre de la Défense nationale du gouvernement démissionnaire. La note du général Valluy, représentant français au groupe Permanent, revient sur la question algérienne pour relever « l’interpénétration des théâtres africain et européen ». Le général (Air) Bodet, commandant désigné de la zone stratégique de l’Afrique centrale, souligne de son côté que « c’est là que le bloc oriental peut-être tenté, en profitant de toutes les occasions favorables, de réaliser à bon marché la “carte de guerre” qui, en cas de succès, rendrait illusoire toute tentative de défense de l’Europe occidentale ».

43 Revue militaire d’information, n° 178, novembre 1956, article du général Callies, p. 35-43.

44 SHD, 7 R, carton 7, rapport n° 875/INS/AFN/EM du 6 août 1955.

45 COMOR Paul-André, « La guerre d’Algérie et le haut commandement, jusqu’au 13 mai 1958 », Historiens et Géographes, n° 388, octobre 2004, p. 277-283.

46 SHD, 1 K233, carton 48, directive 3491 du 13 mars 1956 et directive de PMLT n° 1533/EMFA/EG 1 du 5 octobre 1956.

47 SHD, 6 T520, Projet – Introduction à une politique militaire à long terme, 1re partie, p. 4. Ce document est présenté par le CEMGFA devant les membres du Comité de Défense nationale, le 6 février 1958, après avoir été approuvé par le ministre Chaban-Delmas.

48 SHD, 1 K233, carton 75. Le général Allard est assisté des colonels Goussault du 2e bureau et Godard, directeur de la Sûreté nationale à Alger.

49 Ibid., p. 7.

50 Revue internationale d’histoire militaire, n° 76, 1997, « La guerre d’Algérie – La défense des frontières – Les barrages algéro-marocain et algéro-tunisien 1956-1962 ».

51 SHD, 1 K233, carton 86, Notes des 12 et 21 février 1958. Ély s’inquiète de l’hostilité des États-Unis à l’égard de la politique algérienne de la France, tout en dressant un tableau alarmiste de la situation en Algérie.

52 Ibid., note 1190/CEMFGA/CAB du 7 mars 1958.

53 SHD, 1 K233, journal de marche du général Ély. Le rédacteur a consigné à la date du 5 mai 1958 les remarques faites au sujet du statut de l’Algérie au cours de l’entretien qu’il a eu avec René Pleven, pressenti par René Coty pour former le nouveau gouvernement. Il rappelle avoir « fait faire une étude en 1956 […] le projet envisageait l’existence d’un État algérien ayant des liens avec la France par l’intermédiaire d’une fédération ». Il ajoute que « cette solution est dépassée en raison de l’évolution du monde arabe et des problèmes que soulèverait cette option ». Cette dernière remarque est en contradiction avec la philosophie du projet daté du 8 mai 1958.

54 Comor André-Paul, Les militaires en politique pendant la guerre d’Algérie, Histoire et défense, Les Cahiers de Montpellier, n° 40, p. 43-53 ; Faivre Maurice, op. cit., p. 3

55 François Mitterrand, quant à lui, pour résister au nationalisme africain, sans pour autant repousser les légitimes revendications et renonçant à l’intégration qu’il appelait de ses vœux, se prononce pour une communauté franco-africaine à base fédérale (L’Express, n° 357, 11 avril 1958).

56 Thomas Marc-Robert, Sahara et Communauté, Paris, 1960, 298 p.

57 SHD, 1 K233, carton 49, Instruction personnelle et secrète pour le commandant en chef de la Zone Méditerranée-Algérie-Sahara, n° 148 PM/CAB. MIL/O du 13 août 1959.

58 La lettre de commandement qui désigne le général Ailleret (CEMA) comme commandant du théâtre d’opérations « Métropole-Méditerranée » pour le temps de guerre en fait pratiquement un généralissime désigné.

59 Le 15 février 1963, à l’École militaire, le général de Gaulle rappelle que si la guerre devait avoir lieu, elle commencerait par la « bataille d’Allemagne ». En conséquence, la France doit disposer de l’armement nucléaire afin d’assurer la défense du territoire national.

Auteur

Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence,
UMR 5906 ESID du CNRS de l’université Montpellier III

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540