Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

La fortification des frontières françaises dans l’entre-deux-guerres : enjeux et effets de la « ligne Maginot »

Philippe Garraud

Texte intégral

1Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la France est confrontée à une nouvelle situation politique et militaire et doit progressivement repenser sa politique de défense pour l’adapter aux réalités radicalement nouvelles nées de la redéfinition des frontières en Europe. Complémentairement à des alliances de revers avec certains des nouveaux États européens, la protection rapprochée du territoire national est assurée à moyen terme par l’occupation militaire puis la démilitarisation de la Rhénanie. Celle-ci n’étant que provisoire et l’Alsace-Lorraine ayant réintégré le territoire national, elle est complétée par une ambitieuse politique de fortification de la nouvelle frontière avec l’Allemagne (la construction de la ligne dite Maginot) qui, dans un contexte politique, militaire mais aussi démographique donné, marque dans les années 1928-1930 un « grand tournant » décisif, largement contradictoire avec les alliances de revers contractées. Mais cette politique novatrice n’est que momentanée et partielle et, dès 1936 (voire quelques années avant), le choix est fait d’une modernisation de l’armée privilégiant la mobilité et la motorisation des unités. Dans cette perspective, trois questions semblent devoir être privilégiées : le contexte et la logique initiale de la politique de fortification des frontières (1925-1930) ; les modalités de construction de la « ligne Maginot » et le changement de contexte (1930-1936) ; les effets et les usages de la politique de fortification (1936-1940).

2Il apparaît alors, d’une part, que la ligne Maginot a constitué seulement une « demi-politique » laissant ouverte la frontière belge pour tout un ensemble de raisons diverses (tout à la fois politiques, financières, techniques et topographiques) ; et d’autre part que la fortification de la frontière franco-allemande dans la première moitié des années 1930 a pesé sur le déroulement des opérations militaires en 1939-1940 et a eu des effets stratégiques contre-productifs. Au lieu d’économiser les effectifs, ce qui était sa vocation initiale, elle en a, au contraire, absorbé de considérables (cinq armées), qui ont fait défaut pour endiguer l’offensive allemande.

  • 1 Avant-postes, observatoires, obstacles antichars, casernements et abris semi-enterrés, dépôts, rou (...)

3En barrant l’une des principales voies traditionnelles d’invasion de la France, la « ligne Maginot » a constitué un système puissant de fortifications permanentes et enterrées, destiné à assurer la protection des nouvelles frontières et, plus largement, du territoire national, après la restitution de l’Alsace-Lorraine à la France en 1918. Elle est composée d’un ensemble d’ouvrages situés à quelques kilomètres en arrière immédiat des frontières, d’une conception nouvelle et de différents types, dont seules les superstructures des « blocs de combat » émergent extérieurement. S’épaulant mutuellement en croisant leurs feux, condition impérative pour éviter que les ouvrages ne soient « coiffés » par les hauts, ils sont environnés et soutenus par différents aménagements complémentaires1.

  • 2 André Maginot (1877-1932) a été sous-secrétaire d’État à la Guerre en 1913-1914, ministre des Colo (...)

4Au regard de l’histoire, la ligne Maginot a cependant eu un destin curieux, paradoxal à bien des égards et passablement ingrat. Son appellation même est erronée et prête à confusion dans la mesure où, d’une part, André Maginot, ministre de la Guerre qui a attaché son nom à la loi assurant son financement, n’en a pas été le principal artisan2 et où, d’autre part, elle ne constitue pas une ligne continue de fortifications protégeant les frontières dans leur ensemble. Après avoir été présentée comme une « muraille de France » inviolable et célébrée au point de devenir un mythe national, sécurisant mais illusoire, elle est réputée, selon l’expression consacrée « n’avoir servi à rien », ce qui est pour le moins sommaire et passablement expéditif, même s’il est vrai qu’elle n’a guère joué un rôle actif et positif pendant la courte campagne de mai-juin 1940.

5Prise à revers dans le courant du mois de juin, à l’issue de l’offensive allemande sur l’Aisne et de la rupture du front français, elle a du être rendue aux Allemands avant d’être progressivement abandonnée dans l’après-guerre. Sa dimension mythique n’en a pas moins perduré, mais dans un tout autre sens, puisqu’elle est alors devenue l’exemple caricatural d’une politique coûteuse mais totalement inutile, voire le symbole de l’ineptie militaire. Pourtant, la réalité de la ligne Maginot est bien différente de ces mythes successifs et contradictoires. Largement oubliée et méconnue en dépit du succès et de la postérité de l’expression, elle n’en constitue pas moins un bon « analyseur » ou révélateur de la politique de défense durant tout l’entre-deux-guerres, de ses enjeux et dilemmes comme de ses différentes orientations successives dans le contexte particulièrement instable et mouvant des années 1930.

6Dans cette perspective, on précisera tout d’abord dans un premier temps le contexte particulier et très largement oublié, qui a conduit à sa réalisation, ainsi que les modalités et la chronologie de sa conception. Dans une deuxième étape, il faudra souligner qu’elle n’a constitué en définitive qu’une politique momentanée et inachevée en raison de la transformation profonde du contexte qui a rapidement conduit, au moment même de sa construction, à privilégier de nouvelles orientations de défense. Enfin, dans un troisième temps, on s’attachera à mettre en évidence les effets et les usages de cette politique de fortification qui n’étaient pas inscrits dans sa conception initiale.

LA POLITIQUE DE FORTIFICATION DES FRONTIÈRES : CONTEXTE ET OBJECTIFS INITIAUX (1925-1930)

7Loin d’être une politique des années précédant la Seconde Guerre mondiale, comme on le croit souvent, la construction de la ligne Maginot trouve son origine dans les années qui ont suivi la fin de la Grande Guerre, c’est-à-dire dans un tout autre contexte militaire. Aussi, pour en comprendre la logique, il est impérativement nécessaire de la replacer dans ce contexte très particulier et daté qui en a déterminé la signification initiale.

Le contexte militaire de la fin des années 1920 et la logique de fortification des frontières

8Avec le retour à la France de l’Alsace et de la Moselle, la question de la protection du territoire national se pose dès les années qui suivent la fin du premier conflit mondial, les fortifications construites dans les années 1880 (ouvrages Séré de Rivières) n’étant plus en mesure d’assurer cette fonction du fait de leur localisation à proximité de l’ancienne frontière. À cet effet, une Commission de défense du territoire (CDT), présidée par le maréchal Joffre, puis par le général Guillaumat, commandant de l’armée du Rhin, est créée en mai 1922 pour réfléchir à l’organisation défensive des frontières. Elle cède la place, en décembre 1925, à la Commission de défense des frontières (CDF), toujours présidée par le général Guillaumat, adversaire d’une stratégie défensive et d’une fortification linéaire.

  • 3 Paul Painlevé (1863-1933), scientifique renommé, a été ministre de l’Instruction publique en 1915- (...)
  • 4 Voir dans cette perspective : Dutailly H., « L’architecture militaire », Pedroncini G. (dir.), His (...)

9Complémentairement, le désarmement effectif de l’Allemagne constitue une autre donnée lourde de la politique française de défense de cette période. Devant la commission de l’armée de la Chambre, le maréchal Foch fait en février 1927 un exposé des résultats des activités de la Commission militaire interalliée de contrôle (CMIC), installée à Berlin depuis 1919 et longtemps présidée par le général Nollet, qui s’est assurée de la destruction de quantités considérables d’armements allemands, et fait le constat du désarmement effectif de l’Allemagne. La CMIC quitte l’Allemagne une dizaine de jours plus tard. Dès lors, le processus de décision s’accélère. En septembre 1927 est créé l’organisme technique chargé de concevoir les plans des ouvrages de la ligne Maginot et de coordonner leur construction et leur équipement : la Commission d’organisation des régions fortifiées (CORF), présidée par le général Filloneau, puis par l’inspecteur général du Génie, le général Belhague. Le tracé des régions fortifiées de Metz-Thionville et de la Lauter-Haute-Alsace, issu des travaux de la CDF, est approuvé par le ministre de la Guerre Paul Painlevé3 dès décembre 19274.

  • 5 Au lieu de 250 000 hommes, il tombe à 149 000 en 1935, 117 000 en 1936, 126 000 en 1937, 146 000 e (...)

10En fonction de ces deux facteurs précédents, la troisième composante de la nouvelle politique peut alors être mise en place rapidement. Elle consiste, d’une part, à réduire la durée du service militaire à un an (vote de la loi de recrutement de mars 1928) et, d’autre part, à réduire de manière importante le nombre des grandes unités à vingt divisions d’infanterie et cinq divisions de cavalerie (hors troupes coloniales constituées d’environ dix divisions) par le vote de la loi de réorganisation de l’armée métropolitaine d’avril 1928. Cette décision permet d’anticiper le phénomène des « classes creuses » lié à la baisse importante de la natalité au cours de la Première Guerre mondiale et qui entraîne, dans les années 1930, jusqu’à la division par deux du volume du contingent annuel5. Dans un tel contexte démographique, la vie des soldats devient une ressource particulièrement précieuse parce que rare et qu’il convient de ménager.

11La construction de la ligne Maginot s’engage alors rapidement : une décision ministérielle autorise en octobre 1928 le démarrage des chantiers des premiers ouvrages jugés prioritaires et le ministre de la Guerre approuve en mars 1929 le programme des ouvrages à construire dans le Sud-Est et les Alpes-Maritimes, en particulier. Enfin, la loi-programme pour la défense des frontières terrestres, proposée par André Maginot, nouveau ministre de la Guerre qui a succédé à Paul Painlevé, est votée le 4 janvier 1930. Elle accorde des crédits de 2,9 milliards de francs sur quatre ans pour la construction de la ligne de fortifications qui portera dorénavant son nom.

12Dans un tel contexte, il devient dès lors envisageable de mettre un terme à l’occupation militaire de la Rhénanie allemande. Ce qui est fait en août 1929, lors de la conférence de La Haye entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne, qui, en échange de l’adoption du plan Young de révision des modalités de versement des réparations et de leur montant, décide de l’évacuation anticipée de la Rhénanie au plus tard le 30 juin 1930, soit cinq ans avant la date prévue initialement, engagement qui sera tenu.

Objectifs et modalités de la fortification des frontières : un compromis provisoire

  • 6 La Reichswehr ne comprenait que 100 000 hommes, sept divisions d’infanterie et trois divisions de (...)

13Les objectifs premiers de la politique de fortification des frontières sont simples et font très largement consensus, tant au sein des responsables politiques du moment que du haut commandement militaire. Il s’agit tout à la fois, d’une part, d’assurer la protection des nouvelles frontières après le retour à la France de l’Alsace-Lorraine et, tout particulièrement, du bassin industriel lorrain, d’une importance stratégique vitale ; d’autre part, d’empêcher une « attaque brusquée » de la part de l’Allemagne6 par les voies connues d’invasion, prenant la France par surprise, et de permettre la mobilisation générale dans de bonnes conditions ; enfin, de compenser l’infériorité démographique française prévisible et à venir (« classes creuses ») par une utilisation rationnelle des moyens humains disponibles.

  • 7 Il importe cependant de ne pas figer les positions qui ont pu évoluer dans le temps en fonction de (...)
  • 8 Affluent du Rhin, la Lauter est la rivière qui délimite la frontière entre l’Allemagne et la Franc (...)

14La nature, l’étendue et la forme des fortifications suscitent en revanche de très longs débats et des désaccords durables au sein du haut commandement qui est très divisé à cet égard. Le maréchal Foch et les généraux Guillaumat et Nollet considèrent que la fortification des frontières est largement illusoire et qu’elle ne doit pas constituer l’orientation majeure de la politique de défense. Pour eux, la sécurité de la France se joue bien davantage sur le Rhin, d’où la nécessité de « tenir » la Rhénanie allemande. Ils s’opposent aux partisans d’une fortification continue, le maréchal Pétain et les généraux Buat et Debeney7. Entre ces deux groupes apparaît une troisième position médiane défendue par le maréchal Joffre et le général Degoutte, favorable à un compromis. En bonne logique, c’est le compromis qui l’emporte. Seul le principe d’une couverture partielle est retenu et des premières priorités, qualifiées de « première urgence », sont définies : les secteurs de Metz, de la Lauter8, de Belfort (abandonné ultérieurement) et des Alpes.

  • 9 Jacomet R., L’armement de la France, 1936-1939, Éditions Lajeunesse, 1945. Contrôleur général de l (...)
  • 10 Par exemple Duroselle J.-B., « 1940 : la France sans stratégie », Études sur la France de 1939 à n (...)

15Il est vrai que les moyens financiers sont limités et ne permettent pas la fortification totale des frontières avec l’Allemagne et l’Italie. Durant toute cette période, les effectifs et le fonctionnement absorbent la plus grande part des budgets et la construction de la ligne Maginot constitue incontestablement le programme le plus important de la période considérée : d’un montant prévu initialement de 2,9 milliards de francs, son coût réel a été de 5,5 milliards de francs au total9. Mais elle n’a pas été pour autant aussi coûteuse qu’on a bien voulu l’affirmer et le répéter à l’envi10.

  • 11 Jacomet R., op. cit. ; Frank R., « Le Front populaire a-t-il perdu la guerre ? », L’Histoire, Les (...)

16La perception du coût de sa construction et de son aménagement est en effet largement faussée par la faiblesse des budgets militaires de cette période. Si, rapporté aux budgets limités de la période 1928-1935, il paraît proportionnellement fort, il devient beaucoup plus faible au regard des sommes totales consacrées ultérieurement au réarmement de 1936 à 1940 qui globalement, bien au-delà du plan dit des 14 milliards, sont de l’ordre de 67 milliards de francs11. Il importe donc d’en relativiser beaucoup le coût et on ne peut pas dire que la construction de la ligne Maginot ait absorbé la plus grosse part des budgets militaires de l’entre-deux-guerres au détriment de la modernisation de l’armée : les deux ont été menées de pair, mais à des moments et selon des cycles budgétaires bien différents.

La frontière belge laissée ouverte

17Lors de la conception puis de la construction de la ligne Maginot, la question politique et stratégique de la couverture de la frontière belge ne se pose pas de manière centrale pour différentes raisons. Tout d’abord, la Belgique est, jusqu’en octobre 1936, une puissance alliée, liée à la France par un traité militaire de défense, dont il serait politiquement délicat de s’isoler. D’autre part, la Belgique a développé son propre système de fortification et, durant toutes les années 1930, le haut commandement français est confiant en la valeur et la capacité de résistance des fortifications belges qui paraissent complémentaires de la ligne Maginot. Par ailleurs, elle peut également constituer un champ de bataille probable, voire souhaitable, en cas d’attaque allemande, l’autre voie classique d’invasion par la Lorraine étant justement barrée par la construction de la ligne Maginot. De ce point de vue, la fortification profonde de la seule frontière franco-allemande présente en elle-même pour la France l’intérêt et l’avantage de réduire très sensiblement le champ des possibles sur le plan stratégique.

  • 12 Lors de la conception initiale de la ligne, cette question se pose aussi en Moselle et les villes (...)

18Enfin, contrainte majeure jamais évoquée mais pourtant bien réelle, commencent à apparaître progressivement les difficultés techniques d’une organisation défensive d’un milieu très urbanisé et proche de la frontière et, tout particulièrement, les contraintes topographiques et l’absence de relief. Techniquement, certains secteurs frontaliers s’avèrent proprement indéfendables par des fortifications12. Toute prolongation ne peut qu’être coûteuse sur le plan financier pour une efficacité très faible et illusoire. De multiples raisons politiques, militaires, financières et techniques se conjuguent donc pour ne pas prolonger la ligne à la frontière belge et, tout particulièrement, des coûts élevés pour un résultat incertain, et même aléatoire, en terme d’efficacité.

UNE POLITIQUE CONFRONTÉE À UN CHANGEMENT RADICAL DE CONTEXTE (1934-1936)

  • 13 Les différentes décisions évoquées s’inscrivent également, il faut le souligner, dans le contexte (...)

19Décidée dans un contexte politique et militaire très particulier mais transitoire13, la ligne Maginot présente la particularité d’avoir été construite alors que celui-ci changeait radicalement du fait de la politique de réarmement de l’Allemagne, consécutive à l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933. Contre le mythe de la ligne Maginot englobant tout un ensemble de réalisations très diverses obéissant à des logiques différentes, il importe de distinguer les ouvrages construits sous l’égide de la CORF de 1929 à 1936 des extensions ultérieures, plus ou moins improvisées, et n’ayant nullement la même valeur défensive. Dès lors, apparaît la nature très hétérogène, voire disparate, des différents types de fortifications regroupés sous l’appellation de « ligne Maginot ». L’organisation finale des nombreux secteurs fortifiés constitués en 1939-1940 pour assurer la défense de l’intégrité du territoire en témoigne. Cette situation s’explique par le caractère transitoire, partiel et inachevé de la politique de fortification des frontières.

Une politique transitoire et partielle

20En effet, un changement important s’opère à partir de 1934-1935, qui n’a sans doute pas été assez souligné. La « première urgence » étant largement réalisée ou en voie de l’être rapidement, de nombreux projets sont plus ou moins abandonnés ou ne seront que très partiellement réalisés dans les années qui suivent ; ce qui donnera incontestablement un caractère inachevé à cette politique et conduira à un changement progressif de priorités. En définitive, la construction de la ligne Maginot apparaît comme une politique transitoire, inscrite dans un moment particulier. Pour tout un ensemble de raisons, le projet initial ne fait plus l’objet d’une véritable priorité.

  • 14 Bruge R., Faites sauter la ligne Maginot !, Fayard, 1973, p. 30-31. Dans ses mémoires, le général (...)

21La dernière réunion de la Commission de défense des frontières (CDF) se tient en janvier 1931 et, dès mai 1932, le Conseil supérieur de la guerre donne un avis négatif au projet de prolongation vers le nord du front fortifié14. Après le vote, le 6 juillet 1934, de la loi complémentaire permettant d’accorder une « rallonge » de 1,275 milliard pour financer les dépassements de crédits de la construction de la ligne Maginot, la Commission d’organisation des régions fortifiées (CORF) est elle-même dissoute en décembre 1935. Cette date marque la fin de la politique à laquelle André Maginot a attaché son nom pour la postérité.

  • 15 Rétablissement du service militaire obligatoire d’un an, annonce de la constitution officielle de (...)

22Il est vrai que le contexte politique et militaire change radicalement et rapidement à partir de 1934-1935 et oblige les autorités politiques et militaires à revoir la politique menée jusqu’ici. Ce nouveau contexte politique est bien évidemment marqué par l’instauration du régime nazi en Allemagne et le début de son réarmement en 1935-193615, même s’il est encore limité, et son affranchissement rapide des contraintes imposées par le traité de Versailles ; mais aussi par l’occupation militaire de la Rhénanie en mars 1936 et la proclamation de neutralité belge en octobre de cette même année, qui met fin, de fait, à l’alliance franco-belge (politique dite d’indépendance) ; sans oublier le poids des contraintes financières qui oblige également à des révisions.

  • 16 Avec en particulier la constitution des divisions légères mécaniques (DLM). Voir Weygand M., Mémoi (...)
  • 17 Chars de différents types et modèles, mais aussi automitrailleuses Renault et Panhard, canons anti (...)

23Dans cette perspective, le passage à la tête de l’armée du général Weygand de 1931 à 1935, comme inspecteur général de l’armée et vice-président du Conseil supérieur de la guerre, apparaît comme une transition qui conduit tout à la fois à un renoncement et à l’affirmation progressive d’une nouvelle politique et de nouvelles priorités. Le renoncement est celui du prolongement véritable de la ligne Maginot, tant pour des raisons de coûts (estimés à cinq autres milliards de francs dans un contexte de restrictions budgétaires) que du fait des difficultés techniques et topographiques à couvrir et protéger les régions concernées. Complémentairement, le choix est alors également fait d’un début de modernisation de l’armée qui privilégie d’une part la motorisation et la modernisation de la cavalerie16 et, d’autre part, la définition de nouveaux armements modèles 1935, qui feront l’objet de commandes importantes avec l’adoption du plan dit des quatorze milliards de septembre 193617.

24Dès lors, la politique de fortification des frontières change complètement de nature. La construction d’ouvrages puissants conçus par la CORF – les seuls à avoir une réelle capacité défensive, mais à la double condition de pouvoir bénéficier d’une topographie favorable ainsi que d’une proximité forte et d’une densité élevée –, est abandonnée au profit d’une politique complémentaire et secondaire de fortification sommaire à moindre coût (« nouveaux fronts » embryonnaires et, surtout, « fortifications de campagne » de 1939-1940), très différente de la politique antérieure dans sa conception comme dans ses réalisations.

  • 18 Selon la répartition détaillée donnée par le contrôleur général Jacomet, op. cit., p. 123-126, seu (...)

25On ne peut donc réduire l’essentiel de la politique de défense durant l’entredeux-guerres à la construction de la ligne Maginot qui n’en a jamais constitué qu’un élément transitoire et momentané, dicté par les données politiques et militaires du moment. Dès 1935, la ligne Maginot cesse d’être une priorité en tant que telle18 et, d’un système de fortifications puissantes mais discontinues et localisées dans des secteurs finalement très réduits (la région de Thionville en Moselle, les deux versants des Vosges du nord en Haute-Alsace et quelques vallées des Alpes), on passe insensiblement à une conception linéaire sans aucune profondeur, conduisant à une multiplication de petits blocs bétonnés, dépourvus d’artillerie, qui n’ont qu’une capacité de résistance très faible et illusoire. N’ayant qu’une fonction retardatrice, ils ne peuvent en aucun cas prétendre assurer la défense de l’intégrité territoriale.

L’organisation finale des secteurs fortifiés : un ensemble très hétérogène

26Du fait de la transformation radicale du contexte militaire, la politique symbolisée par la ligne Maginot apparaît très datée et sa construction est restée inachevée. Bien loin de constituer un système homogène ou une ligne continue, comme son appellation le suggère, elle ne constitue qu’un ensemble discontinu et très hétérogène, à la valeur défensive très variable. Dans cette perspective, quatre sousensembles différents peuvent être distingués : les régions réellement fortifiées, les secteurs intermédiaire ou complémentaire du front nord-est, les ébauches complémentaires de secteurs fortifiés et, enfin, les secteurs n’ayant de fortifié que le nom.

  • 19 Elle comporte un total de 38 ouvrages (numérotés de manière continue de A1 à A38) : 14 gros ouvrag (...)
  • 20 Elle compte un total de 11 ouvrages : cinq gros ouvrages, deux de moindre importance et quatre ouv (...)

27Les secteurs réellement fortifiés par la CORF ont constitué la « première urgence » mais ne sont qu’au nombre de trois seulement, dont deux portent le nom de régions fortifiées. À l’est de Longuyon, l’ouvrage de Fermont en Moselle marque le véritable commencement de la ligne Maginot et constitue le premier ouvrage important de la Région fortifiée de Metz (RFM), zone la plus privilégiée. Son rôle est d’assurer la protection du bassin industriel lorrain autour de Thionville et, plus largement, la voie d’invasion qu’il constitue vers Metz et Paris. On ne compte que 60 kilomètres à vol d’oiseau entre les deux gros ouvrages extrêmes de cette région qui se caractérise par une densité d’ouvrages particulièrement forte19. Séparée de la région fortifiée de Metz par la « trouée » de la Sarre, impossible à fortifier réellement du fait de sa topographie particulière (voir plus loin), la région fortifiée de la Lauter (RFL), en Haute-Alsace, a pour rôle de barrer de part et d’autre des contreforts des Vosges du nord la rive droite de la Sarre et la trouée de Wissembourg-Saverne. Son étendue est moindre mais, là également, la densité d’ouvrages est forte20.

  • 21 On n’en compte que six seulement : en Savoie, la vallée de la Maurienne (Modane) ; dans le Dauphin (...)
  • 22 En juin 1935 le général Gamelin et son homologue italien, le maréchal Badoglio, signaient à Rome u (...)

28On l’a dit, la frontière franco-allemande n’a pas été la seule à avoir été fortifiée, comme on le croit souvent. Les Alpes, assez curieusement, ont également fait l’objet d’une priorité dont les raisons restent encore aujourd’hui passablement mystérieuses. Le tracé frontalier entre la France et l’Italie suivant le plus souvent des lignes de crête situées à une altitude élevée (3 000 m), le nombre des voies de pénétration possibles depuis l’Italie présente l’avantage d’être très réduit21. Mais on peut se demander pourquoi elles ont fait l’objet d’une priorité presque égale à celle du front nord-est en nombre d’ouvrages (même si les ouvrages sont sensiblement plus petits et moins puissants), en dépit de difficultés techniques accrues en raison de l’altitude, alors que l’armée italienne ne représentait pas à cette période une menace très sérieuse ou pressante et qu’une coalition militaire germano-italienne n’était pas d’actualité. Certes, Mussolini formulait périodiquement des revendications territoriales à l’égard de la France (Nice, Corse, Tunisie) mais l’Italie était attachée à l’indépendance de l’Autriche et le rapprochement entre l’Allemagne et l’Italie ne s’effectua véritablement qu’à partir de 193622.

29Complémentairement et ultérieurement (« deuxième urgence »), deux autres secteurs géographiques se sont ajoutés sur le front nord-est aux deux seules vraies régions fortifiées. Ils ont fait l’objet d’une ébauche de fortification seulement, en raison essentiellement de la configuration particulière du terrain qui permettait de se dispenser d’ouvrages plus importants. Le secteur défensif (SD) puis SF de la Sarre, situé entre la région de Thionville et la Haute-Alsace, n’a pas constitué une priorité dans la mesure où jusqu’en 1935, la Sarre allemande bénéficiait d’un statut d’autonomie sous l’égide de la SDN. La « trouée » de la Sarre étant dépourvue de tout relief, la défense et la protection de ce secteur ont été assurées par des zones inondables constituées par la mise en communication des nombreux cours d’eau de la région. Il ne comporte pas « d’ouvrages » à proprement parler mais seulement des casemates d’infanterie dépourvues d’artillerie et des petits blocs bétonnés. Enserrée entre le massif des Vosges et celui de la Forêt-Noire côté allemand, la plaine d’Alsace (rive gauche du Rhin) constitue une sorte de cul-de-sac stratégique du fait de sa particularité géographique et topographique. On n’y trouve pas davantage d’ouvrages et sa défense et sa protection ont été assurées par trois lignes de casemates d’infanterie armées de mitrailleuses lourdes mais dépourvues d’artillerie organique.

  • 23 Dont celui de Villy-La Ferté, isolé à l’ouest à 30 km de Sedan et le plus occidental de cette exte (...)

30Dans le cadre d’une extension tardive, partielle et inachevée, deux autres secteurs à l’ouest de la ligne Maginot proprement dite ont fait l’objet d’une ébauche de fortification seulement, essentiellement par économie. Visant à constituer des môles défensifs pour protéger certains saillants, ils n’ont pas été pourvus d’artillerie organique, sauf très modestement le SF de Montmédy dans la Meuse. Ce dernier, occupé par la IIe armée, ne comporte que quatre petits ouvrages construits de 1936 à 1940, relativement éloignés les uns des autres : deux ouvrages dotés de quelques canons seulement et deux ouvrages intermédiaires d’infanterie23. Le SF de Maubeuge (Ire armée) ne comprend que quatre petits ouvrages d’infanterie type CORF construits de 1936 à 1940, pris d’assaut par les Allemands en mai 1940 et contraints à la reddition. La capacité de résistance de ces deux secteurs a été faible en raison de l’absence d’artillerie organique comme de l’éloignement des ouvrages les uns des autres empêchant tout soutien mutuel.

  • 24 Entrent dans cette catégorie : les SF des Flandres, de Lille, de l’Escaut qui compte un seul petit (...)

31Les autres « secteurs fortifiés » participent du mythe et de l’illusion d’une ligne continue de fortifications assurant la protection intégrale des frontières. Mais en 1940, sept SF sur vingt-quatre n’ont de fortifiés que le nom et peuvent être comptés comme quantités négligeables24. Ils ne comportent que de simples fortifications de campagne, construites à moindre coût, sans organisation d’ensemble et de manière plus ou moins improvisée. On n’y trouve aucun ouvrage de type CORF à proprement parler mais de simples casemates et petits blocs bétonnés construits de 1936 à 1940 par les régions militaires ou les unités elles-mêmes en 1939-1940, à des fins essentiellement occupationnelles.

LES EFFETS ET LES USAGES DE LA POLITIQUE DE FORTIFICATION

32Si la modification profonde du contexte politique et militaire, après l’arrivée au pouvoir d’Hitler en Allemagne, a remis en cause la logique initiale de la ligne, il n’en demeure pas moins qu’en 1939-1940, bien qu’imparfaite et inachevée, elle constituait en tant que telle une réalité tangible, dont il aurait dû être possible de tirer parti et avantages. Tel n’a pas été le cas : ses effets paraissent avoir été tout autres et son usage particulièrement inapproprié, pour ne pas dire malheureux.

Les effets contradictoires de la réalisation de la ligne Maginot

  • 25 Voir dans cette perspective Garraud Ph., « L’idéologie de la défensive et ses effets stratégiques  (...)
  • 26 Doise J. et Vaïsse M., Diplomatie et outil militaire, 1871-1969, Seuil, rééd. Points-Histoire, 199 (...)

33Comme on le sait, la ligne Maginot n’a pas empêché la défaite de la France en mai-juin 1940. Au contraire, elle l’a même sans doute facilitée, bien que de manière indirecte. La réalisation de la ligne Maginot semble avoir eu différents effets paradoxaux, voire contradictoires, et tout d’abord un effet « cognitif » et stratégique25. Participant du tournant défensif des années 1928-1930 dont elle est une composante centrale, elle a conduit à la fermeture ou l’enfermement de la réflexion stratégique française. Le renoncement à toute action offensive rapide a accentué la logique défensive initiale en contradiction avec une politique étrangère privilégiant les alliances orientales (Tchécoslovaquie, Pologne, Yougoslavie, Roumanie)26.

  • 27 Politique dite « d’indépendance » qui constitue une rupture de fait de l’alliance franco-belge de (...)

34Elle a eu également un autre effet géographique et stratégique. En réduisant le champ des possibles sur le plan stratégique, elle conduisait logiquement au déplacement attendu, voire voulu, du terrain de l’affrontement en Belgique. D’où le retour à la question belge mais dans un contexte très différent de celui de sa conception en 1928-1930, du fait de la proclamation de neutralité belge d’octobre 193627. Cette dernière, par effet induit, a conduit à la quasi impossibilité objective d’action à l’égard de l’Allemagne, sauf à prendre et à assumer le risque de pertes humaines peu compatibles avec la conception de la guerre et l’état d’esprit de l’époque. L’enferment stratégique s’est alors doublé d’un enfermement géographique.

  • 28 Du nom du maréchal von Schlieffen (1833-1913), chef de l’état-major impérial allemand et concepteu (...)

35La ligne Maginot a eu aussi un effet temporel. L’inaction française liée à « l’esprit Maginot » est à l’origine de la « drôle de guerre » et de la neutralisation temporaire de l’affrontement. Elle a permis au facteur temps de jouer sur l’élaboration des plans d’opérations respectifs mais dans des sens bien différents. Alors que le temps était donné à l’Allemagne de renoncer au plan initial d’attaque de la France, très « classique » et attendu, par le chemin traditionnel de la Belgique (inspiré de la stratégie de von Schlieffen28), et d’élaborer, définir et planifier l’offensive par l’Ardenne belge (Fall Gelb, « plan jaune », inspiré par von Manstein), le haut commandement français, et tout particulièrement le général Gamelin, s’obstinaient dans le choix contestable du plan Dyle-Breda qui faisait justement l’impasse sur ce secteur, victime de la double polarisation de la réflexion stratégique sur la question belge et la ligne Maginot, et en dépit des différents exercices ayant montré qu’une offensive allemande par cette voie était possible. Enfin, sur le plan symbolique, de réalité partielle et élément parmi d’autres d’une stratégie, non sans valeur, il ne fait pas de doute que la ligne Maginot s’est progressivement transformée en un véritable mythe, rassurant et sécurisant en cette période pleine d’incertitudes et d’inquiétudes, mais illusoire.

Les usages des fortifications

  • 29 3e, 4e, 5e et 8e armées, auxquelles on peut ajouter la 2e armée qui occupait le front de Sedan à L (...)
  • 30 Auxquelles il faut encore ajouter les réserves d’armées et de corps d’armée non endivisionnés (soi (...)

36En ce domaine, il faut souligner le choix stratégique très contestable du haut commandement. Alors que la ligne Maginot était principalement destinée à assurer la protection de la frontière franco-allemande en économisant les effectifs par une organisation rationnelle des moyens, le haut commandement en a eu un usage très différent qui a conduit à en faire une véritable « éponge ». Sur le front nord-est, sa défense n’a pas seulement mobilisé les troupes de forteresse spécialisées. Outre ces unités et effectifs correspondants, pourtant non négligeables, elle a fait appel à quatre voire cinq armées29, rassemblant un total de l’ordre de 45 divisions30.

37Or, à partir de la frontière du Luxembourg, compte tenu de la stratégie allemande de concentration des forces et de l’organisation des moyens qui en a découlé, ces armées n’avaient en face d’elles que le Groupe d’armées C allemand (von Leeb), composé de deux armées (1re et 7e armées), mais ne rassemblant que 20 divisions seulement. Au final, plus de la moitié de l’armée française était donc stationnée, en mai 1940, derrière la ligne Maginot, de Sedan à la frontière suisse, alors que le haut commandement savait pertinemment que, selon toutes probabilités, l’affrontement majeur se passerait ailleurs. Cette erreur manifeste d’appréciation a conduit à un mauvais usage des fortifications existantes. Loin d’économiser les effectifs et les moyens, ce qui était son objectif initial, et d’être un moyen rationnel au service d’une stratégie, la ligne Maginot est devenue une fin en soi, considérée comme insuffisante en tant que telle pour assurer la protection des frontières, mais qu’il fallait à son tour protéger par des troupes très nombreuses.

38Dans cette perspective, une première esquisse de comparaison externe entre le Westwall allemand (ligne Siegfried) et la ligne Maginot est éclairante. Contrairement à la France, les fortifications allemandes ont été mises de manière rationnelle au service de la stratégie du régime nazi et ont parfaitement joué leur rôle dissuasif à l’égard de la France, tant lors de la crise tchèque de 1938 que de l’invasion de la Pologne en septembre 1939, et durant toute la « drôle de guerre ». En dépit de ses faiblesses, bien connues aujourd’hui, son existence a largement contribué à décourager toute velléité d’action de la part de la France en soutien à ses alliés.

  • 31 Trois divisions d’infanterie alpine de série B, mais à recrutement local et composées d’hommes et (...)

39Complémentairement, une seconde comparaison interne à la France entre le front nord-est et les Alpes est intéressante également dans la mesure où elle permet de mettre en évidence deux usages très différents des fortifications. Dans les Alpes apparaît un usage utile et positif des fortifications défensives qui ont permis de protéger le territoire et de repousser l’offensive italienne avec de faibles effectifs et relativement peu de moyens31 ; contrairement au nord-est où au lieu de les économiser, au bénéfice beaucoup plus utile d’un accroissement sensible des réserves stratégiques à la disposition du haut commandement ou du renforcement de certains secteurs particulièrement fragiles et vulnérables (et, tout particulièrement, celui des Ardennes), elle a immobilisé inutilement des effectifs importants et totalement disproportionnés, contraints à l’inaction pendant la plus grande partie du mois de mai.

  • 32 Et très brutalement le plus souvent, comme de nombreuses photos en témoignent, à coups de tirs dir (...)
  • 33 Cependant, cette perméabilité n’interviendra seulement qu’après le repli des divisions occupant ce (...)

40Pour conclure, trois points différents méritent d’être soulignés. Tout d’abord, la ligne Maginot a constitué une réelle innovation et une remarquable réussite technique. Comparativement aux tranchées improvisées de 1915-1918, une dizaine d’années auparavant seulement, le contraste est total et les conditions de vie et de combat permises sans aucune commune mesure. D’autre part, la devise des troupes de forteresse, « On ne passe pas ! », a été respectée. Au total, si l’on écarte les huit petits ouvrages des deux ébauches d’extension tardives (Montmédy et Maubeuge), submergés et abandonnés, 48 ouvrages sur 52 ont tenu bon en dépit de conditions particulièrement difficiles et alors que la défaite militaire était consommée. Aucun ouvrage pourvu d’artillerie des deux secteurs de Thionville et de Haute-Alsace n’a cependant été pris, il faut le souligner, bien que la plupart d’entre eux, encerclés, aient été attaqués à revers32. Seuls les secteurs intermédiaires de la trouée de la Sarre et de la plaine d’Alsace ont fait l’objet d’attaques allemandes réussies les 15-16 juin, qui conduiront à la reddition de quatre ouvrages d’infanterie dépourvus d’artillerie, de part et d’autre de la trouée de la Sarre33.

41Si la ligne Maginot a, en définitive, rempli deux de ses missions initiales (assurer l’inviolabilité de la frontière franco-allemande et empêcher une « attaque brusquée » avant la complète mobilisation des armées françaises), elle a eu néanmoins et contradictoirement des effets non voulus dans la mesure où, sur les plans mental comme géostratégique, elle a participé d’une logique d’enfermement et de ce qu’il faut bien appeler une sorte de « bétonnage » des esprits et de la réflexion stratégique. Enfin, elle a été particulièrement mal utilisée en 1939-1940. Faute de stratégie adaptée, l’outil d’une politique de défense qu’elle constituait a fait l’objet d’un usage qui en a incontestablement accentué les limites, voire les défauts intrinsèques. Elle n’a pas servi à économiser les effectifs, ce qui était pourtant sa troisième mission.

  • 34 Où n’étaient positionnées que cinq divisions d’active, constituant les seules réserves du haut com (...)

42Une autre utilisation de la ligne Maginot était pourtant possible, même dans le cadre de la stratégie défensive et attentiste adoptée, c’est-à-dire sans remettre en cause la conception française de la guerre. Elle aurait conduit à beaucoup moins doter les différents secteurs de la ligne Maginot en grandes unités et en effectifs, pour constituer une réserve stratégique conséquente située au centre du front nordest, c’est-à-dire très exactement au sud de Sedan34, et permettant ainsi de faire face à toute surprise que la guerre ne manque jamais de comporter. En ce domaine, de par les choix qu’ils ont effectué dans l’organisation et la répartition des moyens, les généraux Gamelin et Georges portent une très lourde responsabilité, et dans la mauvaise utilisation de la ligne Maginot et dans l’effondrement militaire français de mai-juin 1940.

Notes

1 Avant-postes, observatoires, obstacles antichars, casernements et abris semi-enterrés, dépôts, routes et voies ferrées, réseaux électrique et téléphonique, etc.

2 André Maginot (1877-1932) a été sous-secrétaire d’État à la Guerre en 1913-1914, ministre des Colonies en 1917 et 1928-1929, des Pensions en 1920-1924 et de la Guerre en 1922-1924 et de 1929 à sa mort en 1932. Gravement blessé en 1914, il est surtout devenu après guerre une figure très populaire et active du monde combattant.

3 Paul Painlevé (1863-1933), scientifique renommé, a été ministre de l’Instruction publique en 1915-1916, de la Guerre de mars à novembre 1917 et président du Conseil de septembre à novembre 1917. Animateur du Cartel des gauches, il devient président de la Chambre des députés en 1924. Il est de nouveau président du Conseil en 1925 et ministre de la Guerre de manière presque continue de 1925 à 1929.

4 Voir dans cette perspective : Dutailly H., « L’architecture militaire », Pedroncini G. (dir.), Histoire militaire de la France, PUF, coll. « Quadrige », vol. 3, p. 363-376 (« La fortification permanente aux formes nouvelles ») ; Trutmann M., « La ligne Maginot, une forteresse inachevée », Histoire de Guerre, n° 35, février 2003.

5 Au lieu de 250 000 hommes, il tombe à 149 000 en 1935, 117 000 en 1936, 126 000 en 1937, 146 000 en 1938 et 150 000 en 1939. Cf. Feller J., Le dossier de l’armée française. La guerre de « cinquante ans », 1914-1962, Librairie académique Perrin, 1966, p. 174-221.

6 La Reichswehr ne comprenait que 100 000 hommes, sept divisions d’infanterie et trois divisions de cavalerie, dépourvues de tout armement lourd. Mais, outre son caractère professionnel et permanent (contrats de longue durée), elle a développé sous le commandement du général von Seeckt une doctrine résolument offensive, ainsi que des tactiques d’infiltration d’infanterie novatrices, toujours en vigueur en 1940.

7 Il importe cependant de ne pas figer les positions qui ont pu évoluer dans le temps en fonction des contextes. Ainsi, le maréchal Pétain s’opposera à une prolongation de la ligne en 1932 et en 1934.

8 Affluent du Rhin, la Lauter est la rivière qui délimite la frontière entre l’Allemagne et la France de Wissembourg à son confluent.

9 Jacomet R., L’armement de la France, 1936-1939, Éditions Lajeunesse, 1945. Contrôleur général de l’armée, l’auteur a été secrétaire général du ministère de la Défense nationale et de la Guerre de 1936 à 1940.

10 Par exemple Duroselle J.-B., « 1940 : la France sans stratégie », Études sur la France de 1939 à nos jours, Seuil, 1985, p. 15 ; et Hoffmann S., « Le désastre de 1940 », ibidem, p. 32, soulignent son coût très élevé dans deux articles parus initialement dans la revue L’Histoire.

11 Jacomet R., op. cit. ; Frank R., « Le Front populaire a-t-il perdu la guerre ? », L’Histoire, Les années trente : de la crise à la guerre, Seuil, coll. « Points-Histoire », 1990.

12 Lors de la conception initiale de la ligne, cette question se pose aussi en Moselle et les villes industrielles de Longwy, Saint-Avold, Forbach et Sarreguemines ne sont pas incluses dans son périmètre. Elle continue de se poser quand sera envisagée une extension de la ligne Maginot le long de la frontière belge. Du fait de leur proximité de la frontière allemande comme de la topographie de leur environnement, les villes frontalières de Sedan, Charleville-Mézières, Maubeuge, Valenciennes, l’agglomération de Lille-Roubaix-Tourcoing ne peuvent être véritablement protégées par des fortifications qui tirent leur efficacité conjointement de leur caractère enterré et en surplomb. Le secteur des Ardennes, situé en dévers des côtes de Meuse et au débouché d’une zone fortement boisée, ne peut pas davantage l’être réellement pour ces mêmes raisons.

13 Les différentes décisions évoquées s’inscrivent également, il faut le souligner, dans le contexte international des négociations de Genève sur le désarmement, visant à proscrire tous les armements offensifs. Dans cette perspective, voir Weygand M., Mémoires, t. 2 : Mirages et réalité, Flammarion, 1957, p. 379-380 et 388-391. C’est pour cette raison que l’artillerie de la ligne Maginot a été volontairement limitée à des armes à relativement courte portée qui ne permettaient pas d’atteindre le territoire allemand. Dans le cas contraire, les armements auraient alors été réputés « offensifs ».

14 Bruge R., Faites sauter la ligne Maginot !, Fayard, 1973, p. 30-31. Dans ses mémoires, le général Weygand mentionne cette décision sans s’y attarder et en dire davantage, Mémoires, t. 2, op. cit., p. 405. Il est vrai que sa position à ce sujet a sensiblement varié.

15 Rétablissement du service militaire obligatoire d’un an, annonce de la constitution officielle de la Luftwaffe et de porter progressivement le nombre des divisions allemandes à 36 en mars 1935, création des premières Panzer Divisionen à l’automne 1935, toutes mesures qui deviendront effectives en 1936, année qui voit également l’adoption en avril du plan allemand de réarmement de 4 ans, dont la coordination est confiée au général Goering.

16 Avec en particulier la constitution des divisions légères mécaniques (DLM). Voir Weygand M., Mémoires, t. 2, op. cit., p. 354-355, 407-408 et 427-428. Et plus largement : Nayberg R., « L’emploi des chars dans la cavalerie française entre 1919 et 1939 », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 168, octobre 1992 ; Fontbonne R., « L’évolution de la cavalerie française : de la division de cavalerie à la division légère mécanique », Histoire de Guerre, n° 49, juillet-août 2004.

17 Chars de différents types et modèles, mais aussi automitrailleuses Renault et Panhard, canons antichars de 25 mm, véhicules de transport de troupes et tracteurs d’artillerie Citroën-Kégresse semichenillés, chenillettes Renault. Voir Garraud Ph., « La politique française de réarmement de 1936 à 1940 : priorités et contraintes », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 219, mai-juillet 2005.

18 Selon la répartition détaillée donnée par le contrôleur général Jacomet, op. cit., p. 123-126, seuls 8,5 % des crédits du plan des 14 milliards de 1936 ont été affectés aux fortifications, et encore essentiellement à l’amélioration de l’équipement et de l’armement antichars des ouvrages (obstacles et canons antichars).

19 Elle comporte un total de 38 ouvrages (numérotés de manière continue de A1 à A38) : 14 gros ouvrages abritant de 500 à plus de 1 000 hommes, 4 ouvrages de moindre importance bien que pourvus d’artillerie, et 20 ouvrages intermédiaires d’infanterie.

20 Elle compte un total de 11 ouvrages : cinq gros ouvrages, deux de moindre importance et quatre ouvrages intermédiaires.

21 On n’en compte que six seulement : en Savoie, la vallée de la Maurienne (Modane) ; dans le Dauphiné, le col de Montgenèvre (Briançon) et la vallée de l’Ubaye ; dans les Alpes-Maritimes, la Vésubie (Mercantour), le secteur de Sospel dans l’arrière-pays, et celui de Menton à proximité de la côte. De cette particularité découle l’organisation en trois secteurs fortifiés différents. Du nord au sud, le secteur fortifié de la Savoie comporte cinq ouvrages principaux totalisant 28 pièces d’artillerie, celui du Dauphiné cinq ouvrages principaux totalisant 22 pièces d’artillerie ; le Secteur fortifié des Alpes-Maritimes (SFAM) est de loin le plus puissant des Alpes, puisqu’il compte treize ouvrages principaux totalisant 88 pièces d’artillerie.

22 En juin 1935 le général Gamelin et son homologue italien, le maréchal Badoglio, signaient à Rome une convention militaire prévoyant en cas de menace allemande l’échange d’unités entre les deux pays et, en particulier, le déploiement d’un corps d’armée italien en France.

23 Dont celui de Villy-La Ferté, isolé à l’ouest à 30 km de Sedan et le plus occidental de cette extension sommaire de la ligne Maginot, attaqué avec succès et mis hors de combat par les Allemands le 18 mai 1940, l’équipage de 107 hommes se réfugiant dans la galerie souterraine de l’ouvrage avant de périr asphyxié en raison d’un mauvais fonctionnement de la ventilation interne. Les trois autres ouvrages de ce secteur ont alors été sabordés et abandonnés sur ordre.

24 Entrent dans cette catégorie : les SF des Flandres, de Lille, de l’Escaut qui compte un seul petit ouvrage tardif type CORF construit de 1936 à 1940, le SD des Ardennes puis 102e DIF et les trois SF de la frontière suisse (Montbéliard, Jura, Rhône).

25 Voir dans cette perspective Garraud Ph., « L’idéologie de la défensive et ses effets stratégiques : le rôle de la dimension cognitive dans la défaite de 1940 », Revue française de science politique, vol. 54 (5), octobre 2004.

26 Doise J. et Vaïsse M., Diplomatie et outil militaire, 1871-1969, Seuil, rééd. Points-Histoire, 1992.

27 Politique dite « d’indépendance » qui constitue une rupture de fait de l’alliance franco-belge de 1920. Les politiques de défense des deux pays cessent définitivement d’être coordonnées. Compte-tenu de la construction des lignes Maginot et Siegfried (Westwall), toute possibilité d’intervention directe contre l’Allemagne disparaît.

28 Du nom du maréchal von Schlieffen (1833-1913), chef de l’état-major impérial allemand et concepteur dès 1905 d’une manœuvre consistant à chercher le plus rapidement possible la décision par l’invasion de la Belgique et la violation de sa neutralité, dans le cadre d’un vaste mouvement tournant permettant de prendre à revers les troupes et les fortifications françaises de l’Est. Ce plan a été repris avec quelques modifications par son successeur, le général von Moltke, mais a été mis en échec en 1914 au cours de la bataille de la Marne.

29 3e, 4e, 5e et 8e armées, auxquelles on peut ajouter la 2e armée qui occupait le front de Sedan à Longuyon (SF de Montmédy inclus), dont la mission principale était d’éviter le contournement de la ligne, et qui logiquement sera rattachée le 16 mai au GA 2 du général Prételat. Voir dans cette perspective Garraud Ph., « Le rôle de la “doctrine défensive” dans la défaite de 1940 : une explication trop simple et partielle », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 214, avril-juin 2004.

30 Auxquelles il faut encore ajouter les réserves d’armées et de corps d’armée non endivisionnés (soit 20 régiments supplémentaires et 17 bataillons de chars de combat indépendants, regroupant plus de 750 chars) ; ainsi que les deux tiers des grandes unités (GU) dont l’emploi était réservé par le GQG, dont 10 sur 15 étaient stationnées dans l’Est de la France, à proximité de la ligne Maginot, et jusqu’à la frontière suisse.

31 Trois divisions d’infanterie alpine de série B, mais à recrutement local et composées d’hommes et d’officiers expérimentés et connaissant bien leur terrain. Se reporter à ce propos à : Guelton F., « La bataille des Alpes (septembre 1939-juin 1940) », Levisse-Touzé C. (dir.), La campagne de 1940, Tallandier, 2001.

32 Et très brutalement le plus souvent, comme de nombreuses photos en témoignent, à coups de tirs directs des redoutables canons antiaériens allemands de 88 mm sur les arrières des ouvrages et de pièces d’artillerie de très gros calibres.

33 Cependant, cette perméabilité n’interviendra seulement qu’après le repli des divisions occupant ces deux secteurs et, surtout, le retrait des troupes d’intervalles, qui a fait perdre au dispositif défensif sa logique et sa cohérence. Privés de tout contact avec les échelons supérieurs du commandement, les ouvrages ont poursuivi leurs tirs presque littéralement jusqu’à la dernière minute (0 h 30), avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu le 25 juin à 0 h 35. Les quelque 22 000 hommes qui les occupaient ne se rendront que les 30 juin et 1er juillet seulement, sur ordres exprès et écrits du haut commandement. Sur les combats de 1940, voir les trois ouvrages de Bruge R., Histoire de la ligne Maginot, Fayard, 1973, 1975, 1977.

34 Où n’étaient positionnées que cinq divisions d’active, constituant les seules réserves du haut commandement disponibles rapidement mais engagées de manière trop dispersée pour pouvoir prétendre contrecarrer la percée allemande.

Auteur

Directeur de recherche au CNRS,
Centre de recherches sur l’action politique en Europe,
CRAPE – UMR CNRS 6051, Institut d’études politiques de Rennes

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540