Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

Les frontières de l’Europe : critique géographique et historique d’un débat tronqué

Bruno Judde de Larivière

Texte intégral

1L’élargissement à l’Est de l’Union européenne a provoqué un malaise au sein des opinions publiques continentales. Les frontières de l’Union ayant été repoussées à l’Est, de nombreux pays balkaniques ou ex-soviétiques sollicitent leur intégration, ce qui soulève le difficile problème des critères de sélection à leur entrée. À ce problème s’ajoute le fait que les frontières internes de l’URSS, décidées par Staline en 1945, sans consultation des alliés occidentaux, sont devenues frontières internationales en 1991, avec l’indépendance des anciennes républiques soviétiques, puis frontières de l’Union européenne en 1995 et 2004. Elles se caractérisent par une triple fragilité : du point de vue de la géographie physique, du point de vue géo-historique et du point de vue démographique.

2Les contestations de frontières ne font que commencer. La tentation irrédentiste renvoie à la question des relations entre la Russie et l’Union européenne, comme à celle des critères de choix pour les candidats à l’intégration.

3Les frontières qui seront ici en question se situent à l’est d’une Union européenne élargie à vingt-cinq. Trois dates marquent leur redéfinition successive : en 1981, avec l’entrée de la Grèce, en 1995 avec celles de l’Autriche et de la Finlande, puis en 2004 avec celles de la Hongrie, de la Slovaquie, de la Pologne et des pays Baltes.

4Au départ, les six pays fondateurs de la Communauté européenne se définissaient dans une sphère géographique large, dite occidentale. La question des frontières orientales se posait d’autant moins que les deux seuls pays concernés étaient l’Allemagne et, secondairement, l’Italie : les deux vaincus de la Seconde Guerre mondiale. Le gouvernement italien s’opposa alors avec succès aux exigences territoriales de Tito dans le Frioul, car le renversement précoce de Mussolini et la proclamation de la République créaient l’illusion d’une Italie alliée contre Hitler.

5L’Allemagne fédérale ne put quant à elle discuter le tracé de ses frontières. L’Armée rouge campait à Berlin. Le territoire de l’Allemagne se répartit en quatre secteurs d’occupation. Seuls les Américains, Britanniques et Français acceptèrent dans un deuxième temps d’atténuer cette présence, par le retrait de leurs administrations militaires. Cette opportunité permit la renaissance allemande à l’ouest, dans ce qui devint la République fédérale d’Allemagne. Du côté soviétique, la création de la République démocratique allemande conduisit à une ambiguïté : pays à la fois indépendant et sous la tutelle de Moscou.

6Les hommes politiques à l’origine de la construction européenne désiraient, après 1945, sauver le continent de ses mauvais penchants : le nationalisme militariste d’une part, et le protectionnisme d’autre part. La cohérence du projet était d’abord politique, par l’imposition d’idéaux démocratiques, à l’opposé du totalitarisme communiste qui s’était imposé en Europe centrale et orientale. L’objectif n’était pas territorial, mais dans la mise en place de nouvelles institutions, dans la marche vers une intégration économique. L’histoire et la géographie renvoyaient donc à une vision territoriale dépassée.

7Les événements se sont pourtant bousculés, avec la dislocation du Bloc de l’Est et la disparition de l’URSS, qui permettait jusque-là de se définir européen à peu de frais : au-delà des frontières de l’Union s’étendait un espace non démocratique, donc non européen. Avec l’élargissement à l’Est, l’incertitude grandit soudain sur les limites : jusqu’où ? De nombreux pays balkaniques ou ex-soviétiques sollicitent dans le même temps leur intégration ; lesquels faut-il choisir ? Les débats se focalisent en tout cas sur la question de l’entrée de la Turquie.

8Les frontières résultant d’un accord international seront ici laissées de côté. Les accords de Potsdam impliquaient une concertation internationale minimale entre alliés et l’accord des Occidentaux donné au nouveau tracé des frontières d’Europe orientale, y compris au déplacement vers l’ouest de la Pologne. Mais dans le cas de la Carélie ou des pays baltes, il s’agit de territoires absorbés par l’Union Soviétique. Moscou impose un cadre juridique – républiques autonome ou fédérées – et son système totalitaire. À l’intérieur de la Yougoslavie, la Slovénie représente un cas équivalent, membre de l’Union européenne en 2004 dont les frontières méridionales avec la Croatie sont tracées par Tito.

  • 1 Liddell Hart Basil H., Histoire de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, Marabout, 1973, p. 4 (...)

9Sans aucune consultation extérieure, mais non sans une certaine cohérence dans le temps, les autorités soviétiques fixent les limites de la Carélie, de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie. Le pacte signé entre Molotov et Ribbentrop assurait en effet le contrôle de cette zone par les Soviétiques. Moscou formule trois exigences immédiatement rejetées par Helsinki : la cession d’une portion de l’isthme de Carélie pour constituer un glacis protégeant Leningrad, celle des îles du golfe de Finlande (et la militarisation du port d’Hangö, au débouché du golfe) et celle – au-delà du cercle polaire – de la région située à l’ouest de Mourmansk1.

10Déclenchant l’étonnement de l’Europe d’alors, l’Armée rouge échoue dans sa première tentative pour envahir son voisin en octobre 1939. Il faut attendre le mois de février 1940 pour qu’elle enfonce l’armée finlandaise. Le 6 mars, Helsinki dépêche une délégation de paix. L’offensive Barbarossa décide un peu plus tard le gouvernement finlandais à soutenir l’effort de l’armée allemande. L’isthme de Carélie est récupéré, et sur les 400 000 personnes qui avaient quitté la région, les trois quarts se réinstallent, reconstruisent, replantent.

11Mais après février 1944, le retournement de la situation à l’Est et la victoire qui s’annonce pour l’Armée rouge pousse Helsinki, dans une ultime volte-face, à entériner les termes de l’accord bilatéral de mars 1940. À l’exception du port d’Hangö, la Finlande perd environ 17 000 km2, en particulier dans la partie la plus clémente au plan climatique et favorable au plan agricole, et des villes comme Petsamo dans le Grand Nord ou Viipuri, dans l’isthme de Carélie. Lors du traité de Paris, en 1947, la population carélienne reçoit cependant l’autorisation de quitter l’URSS.

12En Finlande, une partie des anciens déplacés ou de leurs descendants paraissent sensibles à l’idée d’un retour. La méconnaissance géographique de territoires longtemps inaccessibles joue sans doute un rôle évident : la Carélie fait office de paradis perdu :

  • 2 Virolainen Johannes, « La Carélie – une histoire brûlante », interview de Johannes Virolainen, www (...)

« Ce n’est pas seulement une des meilleures régions de la Finlande mais de toute l’Europe. Même le climat, il est si favorable entre le lac Ladoga et le golfe de Finlande qu’on ne trouve rien d’équivalent dans toute la Finlande. C’est là que coulent les grands rapides de Finlande. Le pays n’aura pas besoin de centrale nucléaire si nous récupérons les rapides de Rouhela et le Vuoksi. La région est couverte de près de deux millions d’hectares de forêts à l’abandon et il y a 300 000 hectares de champs envahis aujourd’hui par la broussaille2. »

  • 3 Ibid.

13La reconstruction de la Carélie ne coûterait-elle pas trop cher ? L’investissement, jugé impossible à réaliser par les Russes, produirait incontestablement un effet bénéfique. L’écart de niveau de vie de part et d’autre du golfe de Finlande est d’un à sept : 25 000 dollars par habitant en 2001 (Finlande) contre 3 750 en Estonie et 2 050 en Russie. Mais le président Poutine ne laisse aucun doute sur les objectifs russes dans la région. À l’occasion d’une visite d’État de la présidente de la République finlandaise – Taria Halonen – en juin 2000, il lance à propos des questions territoriales opposant leurs deux pays : « Pour nous cette question est résolue et l’affaire est définitivement close… À mon avis, il est très dangereux de poursuivre un tel débat3.» Sur un peu plus de 700 000 habitants, les trois quarts environ sont russophones.

14À l’issue de l’offensive du printemps 1944, conjointe avec le débarquement de Normandie, l’Armée rouge libère les pays baltes. La dernière poche allemande de Riga ne tombe aux mains des Soviétiques que le 13 octobre 1944. La résistance balte tente en vain – en particulier en Lituanie – de décourager l’occupant soviétique. Dans le cas de l’Estonie, et après l’indépendance obtenue durant l’entre-deuxguerres, Moscou fixe arbitrairement la frontière en 1945, finalement tolérée comme ligne de démarcation en 1991. Les négociations entre Tallinn et Moscou se concluent le 18 mai 2005. Le traité entérine en l’état les frontières et le partage des eaux territoriales entre les deux pays. Elles passent par la Narva et le milieu (île Piirissaar) du lac Peïpous. Cinq points de passage ponctuent les 460 km de frontières.

  • 4 Le Monde, dimanche 4-lundi 5 septembre 2005, « La Russie confirme l’abandon de l’accord frontalier (...)

15À la fin du mois de mai 2005, le parlement estonien fait capoter l’accord. La tentative d’inscrire en préambule que l’Estonie a été « incorporée illégalement à l’Union Soviétique » déclenche une rétractation de Moscou dès le 27 juin. Le 1er septembre, le président russe fait connaître « l’intention de la Fédération de Russie de ne pas devenir partie » du règlement des litiges opposant les deux pays4.

  • 5 Rattachement du district d’Abrene à la Fédération de Russie en 1944. Décision sur le rattachement (...)
  • 6 Andersons Edgars, « Latvijas Vèsture », Kâ Narva, Pecori un Abreni tika iekîauta Krievijas Sociali (...)
  • 7 Jacob Antoine, « L’Estonie et la Russie s’accordent sur leur frontière », Le Monde, samedi 21 mai (...)

16Le gouvernement letton a de son côté précipité une réaction similaire de Moscou en voulant à tout prix établir une continuité juridique entre la Lettonie de l’entredeux-guerres et celle née en 1991. Ainsi, l’accord de paix letton-soviétique du 11 août 1920 garantit un premier tracé de frontière en fin de compte oublié en 19455. Il stipulait que le district d’Abrene, autour de Pytalovo (à l’est du pays), une ville aujourd’hui au-delà de la frontière, était lettonne. « En 1938, dans le district d’Abrene, il y avait 55 % de Lettons, 41,7 % de Russes et 3,3 % d’autres origines ethniques. En 1945, il y avait 12,5 % de Lettons, 85,5 % de Russes et 2 % d’autres origines ethniques6. » Le Parlement de Riga envenime les discussions en votant le 12 mai 2005 une résolution portant sur cinq décennies d’occupation soviétique en Lettonie : c’est le préalable à d’éventuelles demandes d’excuses, voire de réparations7.

17La Lituanie est transformée en République soviétique le 3 août 1940 : 45 000 déportés. En 1944 recommence en Lituanie une politique de répression. 360 000 personnes sont mises en prison, déportées ou directement tuées. Les guerriers (ou frères) de la forêt tentent de résister à l’occupation soviétique. En vain. La frontière entre la Biélorussie et la Lituanie s’étend sur 660 km :

  • 8 www.lisieresdeurope.free.fr/carnet28.html

« Les lignes qui séparaient les quinze républiques d’URSS n’étaient portées que sur les cartes administratives. Elles n’avaient aucune concrétisation sur le terrain. Aucune borne, rien ! Comme toutes les autres, la limite fixée entre la République Socialiste de Lituanie et sa consœur biélorusse ne servait qu’à délimiter les terres entre kolkhozes. C’est d’ailleurs pourquoi elles n’arrêtaient pas de changer8… »

  • 9 Châtelot Christophe, « La crise s’aggrave entre la Biélorussie et la Pologne », Le Monde, vendredi (...)
  • 10 Châtelot Christophe, « Varsovie l’européenne et ses frontières orientales », Le Monde, mercredi 17 (...)

18La Pologne est elle-même brutalement décalée par Staline de 200 kilomètres vers l’ouest9. Elle n’a pas de frontière directe avec la Russie, en dehors du territoire de Kaliningrad, mais les autorités de Varsovie pèsent de tout leur poids dans les rapports de l’Union avec Moscou10.

19Le contexte physique de cette région baltique homogénéise ce que l’homme voudrait compartimenter : ces territoires s’étendent entre le 70e et le 55e parallèle. En hiver, la nuit dure deux mois au nord de la Finlande, tandis qu’à la frontière méridionale de la Lituanie, elle dure encore jusqu’à 18 heures. En périphérie des régions perpétuellement glacées commence le domaine de la toundra. La faiblesse relative des précipitations s’accompagne d’une élévation des totaux pluviométriques aux alentours de 500 mm (contre moins de 300 au cœur de la Scandinavie ou dans le Grand Nord sibérien), en particulier au cœur de l’été, la saison qui reçoit l’essentiel des précipitations.

20Les glaciations ont laissé des paysages monotones. Les inlandsis du Quaternaire ont laissé derrière elles un relief aplani ponctué parfois par des collines – moraines bordières (dépôts grossiers résultant de la coalescence de lobes glaciaires) ou drumlins (accumulations de moraines abandonnées par les glaciers) – et petits reliefs aux roches polies par la progression des glaciers. On ne trouve donc pas de lignes de crêtes incontestables (l’altitude maximale est de 318 mètres en Estonie). Avec le retrait de l’inlandsis, le continent progressivement débarrassé de cette charge pondérale s’élève à un rythme d’environ un mètre par siècle. Cette compensation isostatique provoquera à terme un retrait marin dans les golfes de Finlande et de Botnie, avec des redéfinitions de frontières.

21Dans le détail des formes, le domaine péri-glaciaire renforce l’uniformité de la zone : pergélisols/mollisols. Les processus d’évacuation s’ajoutent, dans ce contexte érosif. Les cours d’eau sortent de façon saisonnière de leurs lits au moment de la débâcle. Les crues de fusion comblent les plaines alluviales de limons et sables fins. De multiples dépressions tapissées de moraines de fonds donnent des cuvettes occupées par des lacs, étangs, marécages et autres tourbières. Faute d’organisation du drainage, la ligne de partage des eaux est quasi indéfinissable.

  • 11 www.unesco.org/water/wwap/case_studies/peipsi_lake/index_fr.shtml

22Le lac Peïpous est ainsi le quatrième du continent. Il forme la frontière entre l’Estonie et la Russie. Il est relié au golfe de Finlande par la rivière Narva. Le régime du lac conduit à des crues de printemps pendant six semaines en moyenne et un étiage estival précédent de courtes crues automnales. Le trait de côte fluctue donc grandement. Le lac tient une place importante pour l’alimentation en eau douce de l’Estonie. Une partie importante des bordures du lac sont constituées de zones humides, pour partie protégées dans le cadre des accords dits Ramsar par l’Unesco11.

23Son bassin hydrographique s’étend sur les deux pays. Il regroupe un million d’habitants dont un quart pour la ville russe de Pskov, avec une densité plus forte sur les rives estoniennes que russes (24 habitants au km2 contre 11). L’unité ethnique de la région est pondérée – héritage de l’histoire – par des distinctions religieuses : protestantisme à l’ouest et au nord, vieux-croyants et orthodoxes ailleurs. Au nord sont exploités les gisements de schistes bitumineux, qui servent de combustibles pour deux centrales thermiques estoniennes.

24Le plus grand bassin hydrographique reste celui de la Dvina occidentale, qui prend sa source à l’ouest de Moscou et se jette dans le golfe de Riga, traversant en son milieu la Lettonie. Ce pays balte n’occupe donc que la partie terminale du bassin versant, avec une dépendance du point de vue de l’alimentation en eau. Ce débouché naturel pour les communications terrestres russes place toutefois la Lettonie dans une situation inconfortable. Riga a longtemps été l’un des plus grands ports soviétiques, et reste un grand port baltique, mais les autorités de la petite république tiennent à ne pas trop dépendre de ce transit.

  • 12 Dans les mois qui suivent la libération des pays baltes par l’Armée rouge, on estime que 250 000 L (...)
  • 13 En Estonie (recensement de 2000), on dénombre 65 % d’Estoniens ; 28 % de Russes ; 2,5 % d’Ukrainie (...)

25Dans les trois pays baltes, se pose d’autre part la question du sort réservé aux Russes installés à l’époque communiste (ou à leurs descendants nés sur place) afin de remplacer les Baltes déportés en Sibérie ou en Asie centrale12 et, ainsi, étouffer la rébellion balte face à l’occupation de l’Armée rouge. Un certain esprit revanchard et nationaliste s’imposant après 1991, les russophones ont pâti économiquement de l’éclatement de l’URSS : ils se retrouvent maintenant coupés par la frontière extérieure de l’Union européenne de leurs familles restées en Russie13.

26Que 1991 et l’éclatement de l’URSS sonnent sur des airs de revanche historique n’étonnera personne. Mais la juste réprobation qu’inspirait la russification peutelle faire oublier l’abus contraire, c’est-à-dire l’opprobre public touchant une population d’enfants, voire de petits-enfants d’immigrés russes ou ukrainiens dont le seul tort provient de leur lieu de naissance, de leur patronyme et de leur langue maternelle ? Devront-ils payer la faute d’autrui ?

  • 14 Kross Jaan, « Un Européen d’Estonie », Le Monde des Livres, vendredi 13 août 2004, p. 1 : « Il est (...)

27Un certain discours nationaliste menace directement l’équilibre interne de deux des trois pays baltes (la Lettonie et l’Estonie) : mesures jugées ainsi vexatoires envers les russophones, car elles limitent les allers-retours des membres de familles séparées par les frontières entre pays baltes et Russie, instaurent des quotas électoraux en Lettonie, ou imposent un examen de langue pour l’obtention de la nationalité en Estonie. Toutes ces décisions semblent provoquer de nouvelles tensions, et ne préparent pas une coexistence pacifique14

28Les instances européennes se chargeront sans nul doute d’adoucir la plupart de ces mesures dérogatoires aux relents xénophobes. Cette nécessité s’impose d’autant plus qu’une proportion – laquelle ? – non négligeable de familles peuvent se réclamer d’un côté d’ascendants russes, de l’autre baltes : comment compte-t-on les familles mixtes ?

29Les empires ne disparaissent donc pas, autre source de contestation de frontière. La question de l’héritage de l’Autriche-Hongrie s’impose encore aujourd’hui : pour la Slovénie – et bientôt la Croatie – comme pour la Hongrie.

30Contrairement à l’idée reçue, le gouvernement américain s’est montré plus circonspect que ses alliés européens, qui retarde la déclaration de guerre à l’Autriche-Hongrie, finalement repoussée huit mois après celle lancée à l’Allemagne (6 avril-7 décembre 1917). Au départ, l’idée d’une construction fédérale semble prévaloir à Washington, pour remplacer l’empire bicéphale. Mais Français et Britanniques précipitent une décision de démembrement.

  • 15 Fetjö François, Requiem pour un empire défunt : Histoire de la destruction de l’Autriche-Hongrie, (...)

31Les experts convoqués pour les redéfinitions territoriales brillent par leurs a priori contestables. F. Fetjö15 démontre que les idées soutenues par un Français, Louis Léger, ont pesé lourd à partir de 1917. Selon ce membre de l’Institut, l’Autriche-Hongrie était dirigée par une minorité : seize millions de Germano-Hongrois sur un total de 35. Les Slovaques et les Slovènes ne compteraient pas faute d’avoir d’histoire propre, mais les Tchèques formeraient un grand peuple et la persistance dans l’histoire du fait illyrien laisserait augurer un avenir radieux à la Yougoslavie. Selon le même Louis Léger, l’empire austro-hongrois n’avait pour utilité que de faire barrière à la menace ottomane. Celle-ci disparue…

32Après 1918, la fédération de Yougoslavie est créée selon un cahier des charges précis : démantèlement des marges méridionales de l’empire austro-hongrois, agrégation des populations slaves à la Serbie, l’un des pays victorieux de la Première Guerre mondiale. Les diplomates jouent aux apprentis géographes. Ils partent de l’organisation naturelle de la partie occidentale des Balkans, séparée en deux par une ligne nord-ouest – sud-est constituée par la Save, un affluent de la rive droite du Danube qui fait aujourd’hui la frontière entre la Bosnie et la Croatie. Au nord s’étend la plaine alluviale du Danube, caractérisée par des terres noires, et qui bénéficie d’un climat semi-continental, à hivers rigoureux et étés humides.

33Au sud, les altitudes augmentent, correspondant à une montagne plissée jurassique – les calcaires dominants donnent de nombreux reliefs karstiques – plus austère, associée à un climat méditerranéen plus ou moins dégradé. C’est l’alliance des contraires, en quelque sorte. Les régions de culture se distinguent de celles caractérisées par l’élevage ; les populations chrétiennes, des populations musulmanes. Les événements ultérieurs permettent de juger du résultat de ces douteux équilibrages.

34Lorsqu’au début des années 1990, la fédération yougoslave finit par se déliter, les chancelleries européennes, qui l’avaient portée sur les fonts baptismaux quelques décennies plus tôt, l’accompagnent pourtant dans son trépas. De nouveaux gouvernements, à Ljubjana le 2 juillet 1990, ou à Zagreb le 8 octobre 1991 proclament précipitamment leur indépendance. Les frontières délimitant chacun de ces nouveaux États datent de Tito, mort en 1980. Adulé par les uns, exécré par les autres, l’autocrate a découpé administrativement le pays après 1945, non selon une logique géo-historique, mais pour obtenir des républiques dociles et une Serbie muselée.

35Les nouveaux dirigeants slovènes, macédoniens, croates et bosniaques désavouent les choix d’hier, mais posent plus de questions qu’ils n’apportent de réponses. Et la question du tracé des frontières en cache d’autres. Car le règlement de l’affaire yougoslave tourne au divorce épineux, privé de tout magistrat pour son arbitrage : resurgissent là encore les contentieux de la Seconde Guerre mondiale.

36Soixante ans d’existence commune ont en outre amené l’interpénétration des peuples au sein de la fédération, bien que les dirigeants cherchent à en atténuer la portée. Les slogans démagogiques n’évoquent que peuples homogènes… et purs. En 2004, l’entrée dans l’Union européenne de la Slovénie, ancienne république yougoslave, s’effectue dans une complète absence de discussion des frontières. Lors des traités de Saint-Germain (1919) et de Paris (1947), la Yougoslavie avait rogné une partie de la Carinthie autrichienne, et de la Vénétie italienne. En Slovénie même, près de 10 % de la population – en 1991 – se déclaraient d’origine serbe, croate, hongroise ou allemande. L’Union européenne prétend une fois de plus s’appuyer sur des frontières extérieures imperméables, et choisit en l’occurrence un tracé improbable tout juste vieux de treize ans, coupant une région où chacun a toujours circulé librement.

  • 16 Foucher Michel, Fragments d’Europe. Atlas de l’Europe médiane et orientale, Paris, Fayard, 1993, p (...)

37La Hongrie laisse hors de ses frontières de 1918 d’importantes minorités magyarophones : en Transylvanie roumaine (1,6 million lors du recensement de 1992), en Voïvodine serbe (400 000 lors du recensement d’avril 1991), en république Tchèque et en Slovaquie (567 000 lors du recensement tchécoslovaque de 1991), ou enfin en Ukraine : 150 000, selon des estimations de 1998 (0,3 % de la population totale)16.

38La question des minorités empoisonne les relations avec la Slovaquie et avec la Roumanie. Elle porte sur le respect de la langue magyare dans ces deux pays. Mais dans le deuxième, la fin du régime de Ceaucescu n’a pas complètement effacé les différents. Des partis régionalistes défendent le droit des minorités magyarophones, mais Bucarest demeure sourd à toute revendication d’autonomie.

  • 17 Ibid., p. 64.

« La volonté d’autonomie territoriale à Harghita et Covasna a été dénoncée, les deux préfets hongrois démis en août 1992 et les positions de Budapest critiquant “l’idée anachronique de l’exclusivisme national” et soutenant les efforts des magyarophones en faveur de l’autonomie culturelle ou territoriale selon les cas (18 août 1992) récusées par le gouvernement roumain comme un appel au séparatisme17. »

  • 18 Kovács István, « Le casse-tête finno-ougrien », Magyar Nemzet, cité par le Courrier international, (...)
  • 19 Ibid.

39Il convient d’y ajouter un lien particulier aux populations finno-ougriennes du nord de l’Europe, et surtout de Russie. Comme une sorte d’internationale, un Congrès des écrivains finno-ougriens rappelle l’existence de liens littéraires ; le dernier en date s’est tenu en Sibérie, à Khanty-Mansisk, du 21 au 23 septembre 200418. Il a donné l’occasion de découvrir les expropriations de Khantys perpétrées par les grandes compagnies pétrolières et gazières dans un district autonome où ils ne représentent qu’un demi pour cent des 1,5 million d’habitants19.

  • 20 Ibid.

40À la suite du dernier élargissement de l’Union Européenne, le sort des populations finno-ougriennes vivant plus à l’Est suscite soudain l’intérêt. En mai 2005, une résolution est votée « sur les violations des droits de l’homme et de la démocratie dans la république des Maris de la Fédération de Russie » située à 1 200 kilomètres au sud-est de Moscou. « Les médias russes, eux, parlent de “complot”, à en croire le quotidien finnois Helsingin Sanomat : ainsi, la Finlande, l’Estonie et la Hongrie soutiendraient les peuples finno-ougriens pour mettre la main sur les ressources naturelles des régions où vivent ces derniers20

41Mais la Hongrie abrite elle-même des minorités, dont la protection est garantie par la Constitution d’octobre 1990 ; ils représentaient à l’époque environ 2 % de la population totale : Allemands et Slovaques essentiellement. Dans le premier cas, l’attirance pour l’Union européenne et plus particulièrement l’Allemagne a pu jouer : dans quelle proportion ? Dans son ensemble, la population hongroise se trouve directement confrontée à un vieillissement précoce, par insuffisance du nombre de naissances. La population a entamé une lente décrue : 10,56 millions en 1986, 10,3 en 1997, 10,19 en 2001. En 2025, les prévisionnistes tablent sur une population totale ramenée à 9 millions d’habitants. L’écart négatif entre taux de natalité (9,8 pour 1 000) et taux de mortalité (13,3 pour 1 000) connaît peu d’équivalents.

  • 21 Plichta Martin, « La Slovaquie tente d’exporter ses chômeurs vers les pays voisins », Le Monde, ve (...)

42Alors que le taux de chômage reste limité aux alentours de 6 %, les actifs risquent tout simplement de faire défaut ; pour combler ce besoin, la Hongrie peut espérer s’appuyer sur la diaspora hongroise présente jusqu’aux États-Unis. Mais, dans l’immédiat, les magyarophones d’Europe centrale s’avèrent plus disponibles… Nombreux sont ceux qui – essentiellement dans les pays voisins – maîtrisent la langue nationale21. Les autorités roumaines, slovaques ou serbes sont-elles prêtes à accepter sans broncher ? Pourquoi ces immigrés de fraîche date relanceraient à eux seuls la natalité en Hongrie ?

43La Grèce rappelle elle aussi la persistance de l’Empire ottoman. Les Phanariotes, chrétiens orthodoxes qui tiraient leur nom des quartiers nord-ouest de Constantinople, vivaient à l’intérieur d’un empire qui – au moins au départ – ne leur reconnaissait aucun droit, du fait de leur religion. Ces orthodoxes parlant grec avaient alors investi l’administration ottomane, ainsi que le secteur commercial, si fructueux grâce aux échanges en Méditerranée entre l’Empire ottoman et les cités italiennes de Gênes et Venise… Lorsque s’interrompit l’expansion de l’empire, dans les dernières décennies du XVIIe siècle, leur influence atteint son comble. Les Phanariotes soutinrent de façon décisive l’autorité ottomane.

  • 22 Liddel Hart Basil H., op. cit., p. 115 : « Les Grecs ont été les premiers à succomber au virus du (...)

44Au début du XIXe siècle, leur sympathie à la cause indépendantiste grecque scelle le destin de l’Asie Mineure orthodoxe : une disgrâce collective des Phanariotes à Istanbul, et l’accélération du déclin de l’empire22.

  • 23 Sivignon Michel, « La Grèce devant l’adhésion de la Turquie », Hérodote, n° 118, 3e trimestre 2005 (...)

« Les Grecs, depuis l’indépendance du royaume reconnue en 1832, avaient toujours considéré que les frontières acquises étaient provisoires et que, selon l’expression de Colettis, homme politique grec, en 1844 : “Le Royaume de Grèce n’est pas la Grèce ; il est simplement une partie, la plus petite et la plus pauvre, de la Grèce.” C’est la source de l’irrédentisme grec. […] Athènes est une capitale par défaut : la capitale rêvée est Constantinople23. »

  • 24 Toynbee Arnold, A Study of History, Oxford, Oxford University Press, 1972, trad. française : L’His (...)

45Arnold Toynbee24 conclut que l’issue était fatale pour les Grecs orthodoxes de l’Empire ottoman, dès lors qu’ils ne respectaient plus une stricte neutralité par rapport au bouillonnement nationaliste dans les Balkans.

46L’historien n’imaginait sans doute pas que la séparation entre Grecs et Turcs après 1918 ne fût définitive.

  • 25 Ibid.

« C’est que les Grecs constituaient à l’intérieur de l’Empire ottoman une minorité très importante. Ils formaient trois groupes principaux. Le premier en Thrace orientale et à Constantinople, où ils représentaient le tiers de la population ; le deuxième dans la région du Pont, sur les rives de la mer Noire, autour de la ville de Trébizonde [Trapzon] ; le troisième le long des rivages de l’Égée, où Smyrne [Izmir] était une ville à majorité grecque, brillante et active. En outre, d’autres Grecs vivaient dispersés dans l’intérieur, comme en Cappadoce. Au total environ 1 500 000 Grecs25. »

47Deux traités réglèrent finalement dans les moindres détails le divorce entre les deux pays. La convention de janvier 1923 stipule l’expulsion de 500 000 ressortissants grecs de religion musulmane (hormis les Phanariotes) et de 1,5 million de ressortissants turcs de religion grecque-orthodoxe. Un quart des Grecs de l’empire s’installent en Grèce actuelle : c’est dire qu’en 2002 une grande partie des 10,97 millions d’habitants descendent directement ou connaissent indirectement des enfants et petits-enfants de déplacés.

48Quelle attitude adoptera-t-on pour ceux qui choisissent l’exil ? La diaspora grecque ne connaît pas à l’époque de limites géographiques. On estime qu’environ trois millions de Grecs vivent aujourd’hui aux États-Unis, un million et demi dans le reste de l’Europe, 800 000 en Océanie, autant en Asie, et 100 000 en Afrique du Sud. Mais dans les Balkans, on retrouve des populations grecques en Hongrie, en Bulgarie et en Macédoine. Dans l’ex-URSS et en Albanie – à cause de la proximité de la Grèce – cette communauté a subi des déportations, qui disperse encore plus la diaspora hors de sa terre de référence théorique et même de sa terre de naissance (la mer Noire).

49L’intégration de la Grèce le 1er janvier 1981 dans la CEE, puis celle de Chypre le 1er mai 2004 dans l’Union européenne amènent donc l’incorporation d’un morceau de l’Empire ottoman défunt. Faut-il dès lors s’étonner que le gouvernement turc sollicite un traitement similaire pour son pays ? La Grèce ne dispose d’aucune frontière avec les autres membres mais en a au contraire avec un pays artificiel – la Yougoslavie – ou avec l’Albanie, qui n’en accepte pas le tracé.

  • 26 Ibid., p. 88.

50Dans le cas de la Macédoine, les préventions d’Athènes contre l’ancienne République Yougoslave de Macédoine n’empêchent pas des liens économiques renforcés par l’existence d’une voie naturelle nord-sud constituée par le fleuve Vardar (Axios pour les Grecs) et la rivière Morava. Sur plusieurs aspects, les querelles territoriales n’ont pas été réglées avec la Turquie. Quel statut octroie-t-on aux populations civiles déplacées après la guerre gréco-turque ? À la suite de la débâcle de l’armée grecque en Asie Mineure en août 1922, l’armée turque pénètre dans Smyrne et rejette l’ennemi à la mer (traité de Lausanne de 1923). En Thrace, « on convint du tracé de la frontière terrestre, selon une ligne qui suivait le lit de l’Evros ou Maritsa ou Merriç (en grec, bulgare ou turc) jusqu’à son embouchure, tout en laissant du côté turc les faubourgs d’Edirne situés sur la rive occidentale de l’Evros26 ».

  • 27 Ibid., p. 91-93 : « La ligne qui depuis 1974 était une ligne de démarcation est devenue depuis 198 (...)

51À Chypre, dès les années trente, les nationalistes grecs partisans de l’Enôsis jettent de l’huile sur le feu dans l’île occupée par les Britanniques depuis 1878, puis annexée en 1914. Ces derniers maintiennent néanmoins de fragiles équilibres. La proclamation de l’indépendance de Chypre en 1960 tient compte de la minorité – 18 % – turcophone. Pourtant, un coup d’État lancé avec l’aval des colonels au pouvoir à Athènes provoque finalement l’intervention turque, une purification ethnique, et le tracé d’une frontière intérieure, le long de la ligne Attila, à l’été 197427.

  • 28 Ibid., p. 94 : « Le traité de Lausanne (1923) prévoyait que la souveraineté turque s’étendait sur (...)

52En mer Égée, la question frontalière est double. Dans le cas des îles du Dodécanèse italiennes jusqu’en 1943, Athènes obtient gain de cause en 1947, au traité de Paris. La Turquie peut d’autant moins contester la souveraineté grecque sur le Dodécanèse que les Turcophones y sont très minoritaires (Rhodes) et que son engagement contre l’Axe a été tardif. Mais la contestation porte plus globalement sur la fixation des limites extérieures des eaux territoriales grecques et turques. Il n’y a d’accord ni sur le plateau continental – mais les prospections minières n’ont pour l’heure abouti à aucun résultat probant – ni sur la Zone économique exclusive28.

53Quelle est pourtant la réalité géographique vécue dans les îles orientales ? L’île de Mytilène – Lesbos pour les Grecs – est distante de vingt-cinq kilomètres des côtes d’Asie Mineure : les liens fonciers étaient poussés au point que des continentaux possédaient sur l’île des oliveraies et à l’inverse des îliens étaient propriétaires en Anatolie. La riche vallée de l’Hermios – Gediz pour les Turcs – et la région de Smyrne – Izmir peuvent-elles vendre librement leurs produits agricoles aux îles grecques de Mytilène ou de Chios, elle située à dix kilomètres de la Turquie ?

54Les sites archéologiques aujourd’hui turcs se trouvent à cent kilomètres de Mytilène (pour Pergame), et de Samos (pour Éphèse ou Millet) toutes deux grecques : deux circuits touristiques paradoxalement bien distincts. Alors que ce secteur compte beaucoup dans l’économie locale, on peut se poser la question de l’effet d’un tel compartimentage spatial. Au plan des liens économiques, des besoins énergétiques, Rhodes est à quatre cents kilomètres d’Athènes, mais séparée de la Turquie par un simple bras de mer. Dans un cas, c’est une liaison aérienne, dans l’autre du simple cabotage. La ville éponyme, chef-lieu administratif installé sur la façade sud-orientale, tourne même le dos à l’Europe et à l’Asie Mineure.

55L’Union européenne est un espace politique cohérent par ses idéaux démocratiques. Elle a sauvé le continent de ses mauvais penchants : le nationalisme militariste d’une part et le protectionnisme d’autre part.

56Pourtant, le rapide élargissement à l’Est a provoqué en retour la montée en puissance d’un malaise au sein des opinions publiques continentales. Les frontières extérieures de l’Union – redéfinies dans le cadre du traité de Schengen – se trouvent repoussées à l’Est d’une Europe qui compte désormais quinze, puis vingt-cinq membres. De nombreux pays balkaniques ou ex-soviétiques sollicitent dans le même temps leur intégration ; lesquels faut-il choisir ? Pourquoi ?

57Les frontières internes de l’URSS furent décidées en 1945 par Staline, sans consultation des Alliés occidentaux. Elles sont devenues frontières internationales en 1991, puis frontières de l’Union européenne en 1995 et 2004. Elles se caractérisent par une triple fragilité : du point de vue de la géographie physique, du point de vue géohistorique, et du point de vue démographique.

58Les contestations de frontières ne font donc que commencer. La tentation de l’irrédentisme renvoie à la question des relations entre la Russie et l’Union, à celle des critères de choix pour les candidats à l’intégration, y compris ceux jugés a priori naturels : la Croatie, la Roumanie, la Bulgarie, pour ne citer que ceux-là. Mais les débats se focalisent surtout sur la question de l’entrée de la Turquie.

Notes

1 Liddell Hart Basil H., Histoire de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, Marabout, 1973, p. 47 sqq.

2 Virolainen Johannes, « La Carélie – une histoire brûlante », interview de Johannes Virolainen, www.publiscan.fi/cu.

3 Ibid.

4 Le Monde, dimanche 4-lundi 5 septembre 2005, « La Russie confirme l’abandon de l’accord frontalier avec l’Estonie ».

5 Rattachement du district d’Abrene à la Fédération de Russie en 1944. Décision sur le rattachement des communes de Vichgorod, de Kachanov et de Tolkov à la République fédérative socialiste soviétique de Russie le 22 août 1944 : « Considérant la requête des habitants de Vichgorod, de Kachanov et de Tolkov, qui sont en majorité russes, et prenant en considération cette requête, le Présidium du Soviet Suprême de la RSS de Lettonie décide : d’inviter le Présidium du Soviet suprême de l’URSS à rattacher les communes de Vichgorod, de Kachanov et de Tolkov, RSS de Lettonie, à la République Fédérative Socialiste Soviétique de Russie. Le 22 août 1944. Signatures : le Président du Présidium du Soviet suprême de la RSS de Lettonie : Prof. Dr. Kirchensteins. Le remplaçant du secrétaire du Présidium du Soviet suprême de la RSS de Lettonie : L. Prieze » in Padomju Jaunatne (quotidien des jeunesses communistes qui se rapprocha assez vite des thèses du Front Populaire de Lettonie) Imants Belogrivs, « Masu Abreni pieminot », 22 août 1989, p. 2. Traduction Ansis Reinhards juillet 1997 (http://www.letton.ch).

6 Andersons Edgars, « Latvijas Vèsture », Kâ Narva, Pecori un Abreni tika iekîauta Krievijas Socialistiskaja Federativajâ Republikâ, n° 1, 1991, Latvijas Universitate, p. 50.

7 Jacob Antoine, « L’Estonie et la Russie s’accordent sur leur frontière », Le Monde, samedi 21 mai 2005.

8 www.lisieresdeurope.free.fr/carnet28.html

9 Châtelot Christophe, « La crise s’aggrave entre la Biélorussie et la Pologne », Le Monde, vendredi 5 août 2005, p. 4.

10 Châtelot Christophe, « Varsovie l’européenne et ses frontières orientales », Le Monde, mercredi 17 août 2005, p. 15.

11 www.unesco.org/water/wwap/case_studies/peipsi_lake/index_fr.shtml

12 Dans les mois qui suivent la libération des pays baltes par l’Armée rouge, on estime que 250 000 Lituaniens partent en déportation en Sibérie (c’est-à-dire 8 % de la population de 1939), 70 000 Estoniens (7 %). Les chiffres sont inconnus en Lettonie : on sait cependant qu’en juillet 2002, seulement 58 % des 2,35 millions d’habitants se déclarent Lettons.

13 En Estonie (recensement de 2000), on dénombre 65 % d’Estoniens ; 28 % de Russes ; 2,5 % d’Ukrainiens et 1,5 % de Biélorusses. En Lettonie (juillet 2002), on dénombre 58 % de Lettons ; 29 % de Russes ; 4 % de Biélorusses ; 2,5 % d’Ukrainiens ; 2,5 % de Polonais. En Lituanie (1996), on dénombre 81,5 % de Lituaniens ; 8,5 % de Russes ; 7 % de Polonais ; 1,5 % de Biélorusses et 1 % d’Ukrainiens.

14 Kross Jaan, « Un Européen d’Estonie », Le Monde des Livres, vendredi 13 août 2004, p. 1 : « Il est rare, que les changements positifs arrivent seuls. Les Estoniens ont l’habitude de se demander, sur un ton ironique, s’ils vivent dans le pays qu’ils ont désiré. Il n’y a pas de réponse simple. On pourrait dire que les aspects négatifs dominent, mais j’ai gardé assez de naïveté pour voir surtout le positif. »

15 Fetjö François, Requiem pour un empire défunt : Histoire de la destruction de l’Autriche-Hongrie, Paris, Seuil, coll. « Point », 1993 [1988].

16 Foucher Michel, Fragments d’Europe. Atlas de l’Europe médiane et orientale, Paris, Fayard, 1993, p. 62 sqq.

17 Ibid., p. 64.

18 Kovács István, « Le casse-tête finno-ougrien », Magyar Nemzet, cité par le Courrier international, n° 783, 3-9 novembre 2005, p. 39.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Plichta Martin, « La Slovaquie tente d’exporter ses chômeurs vers les pays voisins », Le Monde, vendredi 1er juillet 2005, p. 19 : « Comment combattre le chômage à moindres frais ? Cette question qui taraude plus d’un gouvernement européen a trouvé en Slovaquie un début de réponse. Les ultralibéraux du gouvernement ont imaginé une recette peu coûteuse mais dont l’impact sur le chômage, endémique et élevé, restera probablement limité.
Aux chômeurs slovaques habitant les régions frontalières qui trouveraient un emploi légal dans un des quatre pays limitrophes (République tchèque, Autriche, Hongrie et Pologne), l’Office national du travail offre en effet une prime de 52 euros par mois – soit environ un septième du salaire mensuel.
Des dizaines de milliers de Slovaques travaillent déjà, plus ou moins légalement, dans ces quatre États et n’ont pas attendu cette incitation pour assurer leur survie. En revanche, les autorités slovaques se sont attiré les foudres des dirigeants de ces pays, en particulier autrichien, qui ont peu apprécié cette “prime à l’exportation de chômeurs”.
[…] Le sud de la Slovaquie a subi différentes vagues de licenciements, dans l’agriculture d’abord puis dans les entreprises de mécanique ou de chimie fondées souvent sous le communisme. Enregistrant un fort taux de chômage (de 15 à 20 % selon les modes de calcul), la région a commencé à accueillir des investissements étrangers – des extensions ou des relocalisations d’entreprises initialement installées en Hongrie, où les salaires et les coûts de travail sont plus élevés. Quotidiennement, des milliers d’habitants du Sud vont travailler en Hongrie, dans les villes industrielles du Nord-Ouest. Ce pays présente un avantage pour les habitants de la région : en majorité Magyars, ils parlent déjà hongrois. »

22 Liddel Hart Basil H., op. cit., p. 115 : « Les Grecs ont été les premiers à succomber au virus du nationalisme occidental qui a commencé à pénétrer l’Empire ottoman à la fin du XVIIIe siècle. Entre l’explosion de la Révolution française et la guerre d’Indépendance grecque (1821-1829), ils ont subi l’attrait de deux aspirations incompatibles. Ils n’avaient pas renoncé à l’ancienne ambition phanariote d’entrer dans l’héritage des Osmanlis et de conserver intact l’Empire ottoman sous une direction grecque et non plus turque. En même temps, ils avaient caressé une nouvelle ambition : établir un État national indépendant et souverain, État qui ne ferait qu’une bouchée de la carcasse démembrée de l’Empire. »

23 Sivignon Michel, « La Grèce devant l’adhésion de la Turquie », Hérodote, n° 118, 3e trimestre 2005, p. 85.

24 Toynbee Arnold, A Study of History, Oxford, Oxford University Press, 1972, trad. française : L’Histoire, Bruxelles, Elsevier Séquoia, 1975.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 88.

27 Ibid., p. 91-93 : « La ligne qui depuis 1974 était une ligne de démarcation est devenue depuis 1983 une frontière entre deux États. À cette date en effet la “République turque de Chypre nord” a proclamé son indépendance. Elle a été immédiatement reconnue par Ankara, mais ne bénéficie d’aucune autre reconnaissance internationale.
Les deux États se sont développés de part et d’autre selon des modalités totalement opposées. La république turque de Chypre nord a vu arriver un contingent militaire turc évalué à 30 000 hommes et d’autre part un nombre important, estimé à 80 000, de “colons” turcs d’Anatolie venus se substituer aux exilés grecs avec l’encouragement de l’armée turque. […] Le niveau de vie est trois fois plus élevé au sud qu’au nord et la frontière qui divise l’île est maintenant une frontière entre la richesse et le dénuement. Mais cette séparation continue d’apparaître pour tous comme un scandale. »

28 Ibid., p. 94 : « Le traité de Lausanne (1923) prévoyait que la souveraineté turque s’étendait sur une zone limitée à trois milles nautiques du rivage. Les règlements internationaux depuis 1958 ainsi que la convention de Genève prévoient que les eaux territoriales s’étendent jusqu’à six milles nautiques du rivage. Diverses autres réunions internationales (conférence de 1982, convention européenne de 1994) ont permis d’étendre les eaux territoriales à douze milles. La Turquie a participé à toutes les phases de la troisième conférence sur le droit de la mer mais a refusé de signer. C’est qu’en effet l’extension des eaux territoriales grecques à douze milles marins permettrait à la Grèce de couvrir la plus grande partie de l’Égée, tout en mettant sous contrôle grec tout navire sortant d’un port turc. Dans les faits, la Grèce se contente de la ligne des six milles. »

Auteur

Agrégé de géographie, Écoles de Saint-Cyr – Coëtquidan

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540