Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d'influence

 | 
Frédéric Dessberg
, 
Frédéric Thébault

La France et les frontières de l’Est européen dans les années 1920

Frédéric Dessberg

Texte intégral

1Dans les années 1920, les litiges frontaliers entre la Russie et ses voisins occidentaux, de même qu’entre les États de la région, font de la question des frontières de l’Est européen le danger le plus vivace contre la conservation du statu quo européen. Les intérêts stratégiques français, visant à constituer un ensemble homogène à l’est de l’Allemagne et à tenir séparées Berlin et Moscou, sont déterminants dans l’élaboration des frontières. Paris montre rapidement son intention de s’appuyer sur l’Est européen pour assurer la sécurité de la France face à l’Allemagne et celle du continent. À partir de 1919, il s’agit de prendre en compte les arguments ethniques, économiques et politiques des nouveaux États, principalement des alliés (Pologne, Tchécoslovaquie, Roumanie, Yougoslavie), mais également d’établir une barrière sûre contre le danger d’expansion bolchevique.

2De façon constante, la diplomatie française préconise une attitude défensive solidaire et prudente envers l’Union soviétique, afin d’éviter un conflit régional qui entraînerait immanquablement la France, tout en soutenant les alliés dans ses conflits avec Moscou. Après les accords de Locarno, l’essentiel est d’étendre le système de sécurité collective à l’Est, en impliquant Moscou dans la sécurité européenne, ce qui est fait avec les accords généraux de sécurité de 1928-1929. Mais une véritable séparation s’est opérée dans l’Est européen. Paris appuie ses alliés de la zone pendant que d’autre États, comme l’Ukraine, ne bénéficient pas de la reconnaissance française ni occidentale. Les groupes géopolitiques sont formés dès 1919 et l’on distingue nettement une fracture entre l’Europe et la Russie soviétique. La politique d’Aristide Briand repose d’ailleurs sur cette idée que l’Europe doit se construire sur la base de valeurs démocratiques communes et dans l’acceptation des principes de la SDN. Tant que l’URSS refuse de s’intégrer au destin européen en réfutant ces principes, une opposition stratégique et de caractère « civilisationnel » subsiste entre les deux modèles.

3Avec les bouleversements survenus depuis 1989 et le processus actuel d’élargissement de l’Union européenne se pose plus que jamais la question des frontières de l’Est européen. Déjà, en 1919, avec la disparition des Empires centraux et la création d’États nouveaux, la Conférence de la Paix avait été chargée de la constitution d’une nouvelle carte politique de l’Europe et dut régler une série de problèmes territoriaux. En particulier, le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, traça les contours d’une Allemagne amputée d’une partie de son territoire, ce qui posait, avec la question de la nouvelle frontière germano-polonaise, le problème le plus grave pour la sauvegarde de la paix en Europe. Dans le but d’éviter une éventuelle revanche allemande, Paris rechercha la constitution d’une « Barrière de l’Est » en s’appuyant sur les États nouvellement constitués (Pologne, Tchécoslovaquie) et sur les anciens alliés d’Europe centre-orientale (Roumanie, Royaume des Serbes, Croates et Slovènes).

4La tentative française d’élaboration d’un système de sécurité à l’Est, également destiné à protéger les nouveaux États et l’Europe contre le danger d’une agression de la part de la Russie bolchevique, se heurta à des difficultés aggravées par l’instabilité des frontières dans l’Est européen. Obnubilée par la question prioritaire de sa sécurité face à l’Allemagne, la France fut conduite à essayer de concilier les nouveaux principes diplomatiques, basés sur les 14 Points du président Wilson et la satisfaction des aspirations nationales, avec ses intérêts en matière de sécurité. Or, les litiges frontaliers entre la Russie et ses voisins occidentaux, de même qu’entre les États d’Europe centrale et orientale, risquaient de l’entraîner dans un conflit susceptible de se généraliser. La question des frontières de l’Est européen – entre la frontière orientale de l’Allemagne et la frontière soviétique et de la mer Baltique à la mer Noire –, devint alors rapidement et durablement l’élément le plus susceptible de mettre à bas le statu quo post bellum. À partir de cette question, nous nous attacherons à discerner, à travers la politique française dans l’Est européen dans les années 1920, la signification des frontières dans cet espace ainsi que la notion d’idée et de marges européennes pour le personnel politique de l’époque.

LES INTÉRÊTS STRATÉGIQUES FRANÇAIS DANS LA FIXATION DES FRONTIÈRES

  • 1 Tissier Yves, L’élaboration des transformations territoriales en Europe centrale à l’issue de la P (...)
  • 2 Schramm Tomasz, « La formation des frontières en Europe centrale après la Première Guerre mondiale (...)

5En participant à l’élaboration des tracés de frontières en Europe centrale et orientale et en envoyant des missions militaires dans les États nouvellement créés, la France a rapidement montré son intention de s’appuyer sur l’Est européen afin d’assurer sa propre sécurité et celle du continent. Ainsi, en 1919, pour les frontières de la Pologne, les principes qui dominent sont ceux d’un État indépendant et satisfaisant aux contraintes stratégiques et économiques que nécessite sa situation géographique périlleuse, entre l’Allemagne et la Russie. Depuis l’ouverture de la Conférence de la Paix, les revendications du Comité national polonais (CNP), dirigé par Roman Dmowski et qui a l’oreille des autorités françaises, se sont réduites. De l’exigence de droits historiques, elles se limitent aux provinces connaissant véritablement une influence polonaise1. Répondant ainsi à des critères essentiellement français, ces revendications laissent envisager l’existence d’une nation polonaise fiable et durable. Le CNP exige l’ancien « Royaume de Pologne » comme noyau, augmenté de la Galicie, de la Silésie de Teschen et de la Haute Silésie prussienne. Il s’agit là de territoires majoritairement peuplés de Polonais. En revanche, avec l’attribution à la Pologne de la Poméranie orientale, ce qui implique l’institution d’un « corridor » séparant un territoire peuplé essentiellement d’Allemands, dans lequel se trouve la ville de Gdansk (Dantzig), les critères économiques et historiques prennent le pas sur l’argument ethnique2.

  • 3 Tissier Yves, op. cit., p. 103-106 et 115.

6Les arguments ethniques ont également prévalu au tracé des frontières du nouvel État tchécoslovaque, ainsi que pour la Roumanie. Pour le premier, les demandes portent sur le rassemblement dans le même État de tous les territoires peuplés de Tchèques, principalement de la Bohême, de la Moravie et de la Silésie autrichienne. En même temps, la Ruthénie subcarpathique, attribuée à la Tchécoslovaquie, permet d’établir une liaison territoriale entre cette dernière et la Roumanie, afin d’éviter le contact entre la Hongrie – alors soumise au régime des Soviets depuis la révolution communiste de février 1919 – et la Russie bolchevique. Pour sa part, la Roumanie souhaite intégrer les territoires ayant appartenu à l’empire d’Autriche-Hongrie et majoritairement peuplés de Roumains : Bucovine, Transylvanie, Banat de Temesvar3. De plus, la Bessarabie, elle aussi majoritairement peuplée de Roumains, est prise à la Russie, sans que cette annexion ait été sanctionnée par la communauté internationale.

  • 4 Sandu Traian, Le système de sécurité français en Europe centre-orientale. L’exemple roumain, 1919- (...)
  • 5 . Service historique de la Défense (SHD), 4 N 93, état-major du maréchal Foch, dossier 1.
  • 6 . La Conférence de la Paix ne reconnaît pas l’indépendance de l’Ukraine. Les territoires occidentau (...)
  • 7 Sandu Traian, op. cit., p. 55.

7Les responsables politiques et militaires français jouent un rôle prépondérant dans l’élaboration des nouvelles frontières européennes. À partir de février 1919, la commission chargée de l’Europe centrale et orientale, présidée par le diplomate Jules Cambon, est assistée de sous-commissions où les militaires, en particulier le général Le Rond, prennent en compte les nécessités stratégiques de la France pour exercer le découpage des territoires. On peut prendre pour exemple le cas de la Roumanie : un comité de spécialistes français, américains, britanniques et italiens compose une commission à partir du 1er février 1919. Les membres français, André Tardieu et Jules Laroche, agissent en fonction de l’argumentation des militaires4. Dans l’élaboration d’un nouveau système ayant la Pologne pour pivot, le président du Conseil, Georges Clemenceau et le maréchal Foch cherchent à créer un barrage contre la Russie révolutionnaire. Pour le généralissime français, la Pologne et la Roumanie doivent constituer « la barrière la plus solide contre le bolchevisme triomphant en Russie5 ». Dans cette otique, la possession de la Galicie par la Pologne doit permettre d’établir un voisinage avec la Bucovine et la Bessarabie roumaines. Il est donc important, pour Paris, que la Roumanie obtienne satisfaction dans la mise en place de ses frontières orientales, afin de participer au glacis défensif contre la Russie6. Cependant, Bucarest a tout intérêt à participer aux plans français de sécurité pour bénéficier d’avantages territoriaux. Mais les Roumains ont alors tendance à privilégier l’action contre sa voisine occidentale, la Hongrie de Bela Kun, sur celle contre la Russie bolchevique7.

8Dans le contexte du déferlement révolutionnaire en Europe de la première moitié de l’année 1919, Paris renonce à l’intervention directe contre la Russie, préférant la solution du « cordon sanitaire ». Cette attitude implique une stabilisation de la frontière entre la Roumanie et la Hongrie, un soutien à l’annexion de facto de la Bessarabie, ainsi qu’un renforcement de la sécurité de la Pologne. Le soutien de la France à cette dernière s’exprime alors par le conseil d’une grande prudence dans la fixation de sa frontière avec la Russie bolchevique.

  • 8 Timowski Michal, Une histoire de la Pologne, Montricher, Éditions Noir sur Blanc/Librairie polonai (...)

9La position française vis-à-vis de la Pologne est avant tout dictée par la crainte obsessionnelle de voir se réaliser un rapprochement entre l’Allemagne et la Russie qui partagent la même aversion pour le nouveau système européen mis en place à Versailles. La fixation de la frontière orientale de la Pologne pose évidemment problème, à partir du moment où la Deuxième République occupe un territoire ayant appartenu pour les deux tiers à l’Empire russe et dont la superficie totale ne couvre que la moitié de la Pologne d’avant les partages de la fin du XVIIIe siècle. De plus, près d’un tiers de la population totale de la Pologne est composé de minorités nationales, dont 14 % d’Ukrainiens et 4 % de Biélorusses8.

  • 9 Documents diplomatiques français (DDF), 1920, t. 1, Paris, Imprimerie nationale, 1997, note du 24 (...)
  • 10 Ibid., note n° 32 du 20 janvier 1920, « Les États limitrophes de la Russie et les bolcheviks ».
  • 11 Schramm Tomasz et Bulhak Henryk, « La France et la Pologne, 1920-1922. Relations bilatérales ou pa (...)

10En mai 1919, les Polonais ont conquis la Galicie orientale et ont repoussé leur frontière avec la Russie jusqu’à Minsk mais l’Entente s’exprime alors pour une fixation de la frontière polonaise sur une ligne passant par Grodno et Brest-Litovsk. Varsovie rejette cette solution. Si l’action politique et militaire de la France pendant la guerre polono-bolchevique a été l’expression d’un soutien de Paris à Varsovie, particulièrement au cours de l’été 1920, elle révèle surtout une grande prudence. Pour le Quai d’Orsay, les Polonais ne doivent pas se risquer à rechercher le conflit dans le but de s’étendre à l’Est, comme le souligne Fernand Grenard, responsable du Bureau des Affaires russes, « dans des régions qui n’ont rien de polonais. Ce serait réunir contre elle et contre nous la Russie de l’avenir et l’Allemagne9 ». Le Directeur politique du Quai d’Orsay, Jules Laroche, va dans le même sens lorsqu’il déclare que les alliés ne prêteront aucune assistance aux États qui auraient une politique offensive à l’égard aussi bien du gouvernement des Soviets que de tout gouvernement de fait russe10. Le gouvernement français estime l’avancée polonaise à l’Est trop risquée et l’attribue principalement à la volonté expansionniste du maréchal Pilsudski11.

  • 12 DDF, 1920, t. II, n° 381, télégramme n° 1400-1401 d’Alexandre Millerand (président du Conseil) à H (...)

11Après la victoire polonaise remportée à Varsovie le 15 août 1920 et le reflux des troupes bolcheviques, la position française n’en reste pas moins inquiète d’une éventuelle tentative polonaise de reconquête de territoires à l’Est et favorable à un État polonais limité aux régions de peuplement « incontestablement polonais », comme le gouvernement de Varsovie venait de s’y engager à la Conférence de Spa12. En réalité, lorsque les préliminaires de paix s’ouvrent entre la Pologne et la Russie, en octobre 1920, Pilsudski a déjà renoncé à ses plans fédéralistes visant à réunir la Pologne, la Lituanie, l’Ukraine et la Biélorussie. En fonction des préliminaires de paix, fixés le 12 octobre 1920 et sanctionnés par la paix de Riga du 18 mars 1921, la frontière polonaise est établie à 150 km de la ligne Curzon de décembre 1919. De la sorte, des territoires habités par des populations ukrainiennes et bélarussiennes sont incorporés à l’État polonais. Les préconisations françaises poussant Varsovie à la prudence restent vaines :

  • 13 DDF, 1920, t. III, n° 23, télégrammes n° 1562-1569 de Georges Leygues à Hector de Panafieu, 1er oc (...)

« Être modéré et juste dans la victoire, se contenter de ses frontières ethnographiques incontestables pour ne pas froisser le patriotisme russe, […] respecter les frontières de la Lithuanie et Vilna pour incliner ce pays vers la Pologne et compléter ainsi le système d’union des États baltiques, au lieu de la rejeter vers les Bolcheviks ou les Allemands13

  • 14 Notons qu’au cours de l’année 1920, l’établissement des frontières entre la Russie soviétique d’un (...)

12La prise de Vilna (Wilno, pour les Polonais), le 9 octobre 1920, par le général polonais Zeligowski, qui agit certainement sur instruction de Pilsudski, originaire de cette ville, ne fait qu’ajouter à la méfiance française envers la politique du maréchal polonais. L’occupation polonaise rend inéluctable l’hostilité entre la Pologne et la Lituanie, ce qui nuit à l’action de la France visant à constituer une barrière homogène entre l’Allemagne et la Russie14.

  • 15 Wolos Mariusz, « Francja a traktat Ryski » (« La France et le Traité de Riga »), Traktat ryski 192 (...)

13Favoriser tout ce qui peut séparer Moscou de Berlin constitue alors – et encore pour de nombreuses années – une constante de la diplomatie française. Mais la position de la France reste ambiguë : si la paix polono-bolchevique de 1921 peut assurer la stabilité de l’État polonais, l’avantage qu’y a pris ce dernier ne peut qu’inciter Moscou à rendre aléatoire la conservation de la paix dans la région. Le gouvernement français tient à prendre en considération la position britannique, très hostile à une avancée de la Pologne à l’Est. Il souhaite garder la possibilité d’établir ultérieurement des relations politiques avec un gouvernement russe non-communiste qui ne pourrait que difficilement accepter les conditions de Riga. De plus, il entend faire surtout de la Pologne un allié dégagé de ses problèmes territoriaux à l’Est et ainsi dévolu à le soutenir face à l’Allemagne. Pour toutes ces raisons, Paris renonce à reconnaître officiellement la frontière orientale de la Pologne15.

  • 16 Laroche Jules, La Pologne de Pilsudski, Paris, Flammarion, 1953, p. 13.

14Au début de 1921, le président du Conseil français, Aristide Briand, souhaite que la Pologne fasse rempart contre la menace bolchevique en Europe mais il ne tient pas à ce qu’elle devienne une « ennemie irréductible » de la Russie16. Toutefois, malgré les réticences initiales du maréchal Foch et du haut commandement français et pour réduire les risques encourus par la Pologne en raison de sa situation géographique, une convention militaire franco-polonaise est signée en février 1921. L’argument de la « Barrière de l’Est » face à l’Allemagne l’emporte donc sur les préventions contre l’instabilité de la frontière orientale de la Pologne.

  • 17 Nouzille Jean, « La politique de coopération militaire française dans l’Est et le Sud-Est européen (...)
  • 18 DDF, 1921, t. I, n° 105, télégrammes n° 50-52 de Daeschner (Bucarest) à Briand, 12 février 1921, p (...)

15Dans le même temps, Paris favorise le rapprochement militaire entre la Pologne et la Roumanie. À la faveur des négociations polono-russes de 1920-1921 et de la conclusion de l’alliance militaire franco-polonaise de février 1921, une convention militaire défensive polono-roumaine est signée à Bucarest, le 3 mars 192117. Pour la diplomatie française, il s’agit une nouvelle fois de renforcer le système de sécurité français à l’Est et de mettre à l’abri l’Europe centre-orientale d’une menace allemande ou russe. L’alliance est défensive et doit permettre une garantie réciproque des frontières de la Roumanie, établies par la Conférence de Paris et de celles de la Pologne, devant être fixées à Riga. De fait, la convention polono-roumaine ne doit entrer en vigueur qu’après le traité de Riga18.

  • 19 Sandu Traian, « La France et la Bessarabie roumaine de 1918 à 1920 : une reconnaissance difficile  (...)

16La réalisation de cette alliance est favorisée par le fait que la Roumanie, contrairement à la période de la guerre polono-bolchevique, ne craint plus d’être entraînée dans le conflit. Durant cette guerre, Bucarest se refusait à intervenir auprès de la Pologne. La France, pour sa part, plaçant sa priorité sur le sort futur de la Pologne, retardait la reconnaissance de la Bessarabie à la Roumanie. Avec la fin du conflit, l’obstacle tombe, en octobre 1920, même si la ratification, par la France, du rattachement de la Bessarabie à la Roumanie n’intervient qu’en mars 192419.

  • 20 Sierpowski Stanislaw, « La Société des Nations et le règlement des conflits frontaliers de 1920 à (...)

17À partir de 1921, la question des alliances de la France à l’Est prend une importance moindre mais le traité de Rapallo, conclu entre l’Allemagne et la Russie soviétique le 16 avril 1922, traumatise durablement le monde politique et militaire français. La stabilité des frontières à l’Est du continent, largement liée aux intérêts des puissances et au danger de collusion germano-soviétique, reste un problème pendant. Le conflit polono-lituanien, relatif à l’occupation de Wilno par les troupes polonaises, est du ressort de la Société des Nations. L’organisme international montre ici sa faiblesse, entérinant des faits accomplis. Ainsi, à la suite d’une recommandation du Conseil de la SDN, la Conférence des ambassadeurs du 15 mars 1923 reconnaît la frontière polono-lituanienne. La prise de Memel (Klaipeda) par la Lituanie, le 10 janvier 1923, également reconnue, hâte le règlement de la question20.

LA MISE EN ATTENTE D’UNE CONSOLIDATION DE LA PAIX DANS L’EST EUROPÉEN

  • 21 Jordan Nicole, « Mésentente cordiale : les diplomates et les soldats français face au problème de (...)

18Au moment de l’occupation de la Ruhr par la France, en 1923, l’idée s’affirme, au Quai d’Orsay, que le danger pesant sur la Pologne s’accroîtrait avec la montée en puissance de ses deux voisines. L’isolement diplomatique de la France, qui marque véritablement l’échec de l’occupation de la Ruhr, accentue l’idée, dans le gouvernement de Poincaré, selon laquelle la ligne diplomatique britannique d’une entente entre la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne doit être suivie. Dès le début de 1924, avant l’arrivée au pouvoir du Cartel des gauches, le Quai d’Orsay, sous l’action, notamment, de son directeur des Affaires politiques et commerciales, Jules Laroche et de son responsable des Relations commerciales, Jacques Seydoux, préconise un relâchement de la politique d’alliances de revers, initiée par le maréchal Foch, pour l’élaboration d’un système de pactes21. À la base de cette idée se trouve la nécessité de normaliser les relations entre Paris et Berlin et d’éviter toute velléité révisionniste de l’Allemagne à l’Est. Dès lors, la ligne politique directrice française, imprimée pour les années suivantes, est lancée : la sécurité des alliés orientaux de la France – la Tchécoslovaquie venant alors de signer un pacte de garantie avec la France – doit être assurée dans le cadre d’un pacte général de sécurité. En particulier, la Pologne doit s’entendre avec l’Allemagne, avant d’établir, dans un avenir un peu plus lointain, des relations normales avec la Russie.

19Le problème de la sécurité des frontières de l’Est européen prend alors une proportion tout à fait secondaire dans l’esprit des dirigeants politiques et militaires français, attachés à éviter toute tension entre l’Union soviétique et ses voisins occidentaux et redoutant d’être impliqués dans un conflit. Dès 1924, on peut trouver dans cette question une pierre d’achoppement durable dans les relations francopolonaises, particulièrement perceptibles dans les conversations militaires de l’automne de cette année.

  • 22 Ministère des Affaires étrangères (MAE), série Z, Pologne-France, vol. 356, Edouard Herriot à Hect (...)

20Lorsque le ministre des Affaires militaires polonais, le général Wladyslaw Sikorski, rencontre les autorités françaises, dans la deuxième moitié d’octobre 1924, le gouvernement d’Edouard Herriot procède à la reconnaissance de jure de l’Union soviétique. L’inquiétude exprimée par le général polonais, ainsi que par le ministre des Affaires étrangères, Alexandre Skrzynski, est alors très mal perçue par le chef du gouvernement français qui refuse de faire mentionner le traité de Riga dans l’acte final des conférences militaires, tout en réfutant les accusations polonaises d’une remise en cause de la frontière orientale de la Pologne22.

  • 23 Laroche Jules, op. cit., p. 17.
  • 24 Le Temps, n° des 6, 10 et 31 août 1924.
  • 25 Centralne Archiwum Wojskowe (CAW, Archives centrales militaires), I. 303. 4, sygnatura 7459, note (...)

21La position française consiste alors à rassurer les Polonais sur la loyauté de Paris envers son alliée et surtout, à ne pas permettre le développement de tensions entre l’Union soviétique et ses voisins occidentaux. Depuis le traité de Riga, des contacts diplomatiques existent entre Varsovie et Moscou, qualifiés par Jules Laroche de « froids mais corrects23 », mais les relations entre les deux voisins sont empoisonnées par de nombreux incidents de frontières. À partir de l’été 1924, des raids sont régulièrement opérés à la frontière polono-soviétique par des bandes armées provenant du territoire soviétique. Paris observe ces incidents et les échanges de protestations qui les accompagnent24. Le problème des incidents de frontières entre la Pologne et la Russie connaît encore quelques péripéties diplomatiques, notamment à la suite de l’attaque d’un train polonais, survenue en septembre et qui entraîne la réorganisation militaire des régions frontalières par les autorités polonaises ainsi que la création d’un corps de gardes-frontières25. Mais la volonté de réduire la portée de ces incidents et d’opérer un rapprochement est réel de la part des Polonais comme des Soviétiques, Varsovie entendant ne pas prêter le flanc à une éventuelle volonté allemande de rectifier sa frontière orientale et Moscou cherchant à utiliser ses nouveaux rapports avec Paris pour venir à bout des difficultés qui la séparent de Varsovie.

  • 26 MAE, série Z, Europe, 1918-1929, Roumanie, vol. 37, f. 114, de Manneville (Bucarest) à Herriot, 26 (...)

22Pourtant, le problème de la sécurité de l’Europe centre-orientale n’est pas encore résolu, tant reste vivace l’inquiétude, chez les voisins occidentaux de l’Union soviétique, d’une menace que cette dernière ferait peser sur cette frontière. La fin de l’année 1924 est riche en événements propres à attiser les tensions. L’URSS continue à provoquer l’inquiétude, à l’occasion d’un coup de main opéré par un commando bolchevik contre la localité bessarabe de Tatar Bunar, le 12 septembre 1924. À la suite de cette opération, les Soviétiques proclament la création d’une « République soviétique de Moldavie ». Toutefois, l’inquiétude ressentie en Roumanie est atténuée par le personnel diplomatique français qui ne croit pas à une menace directe contre la Roumanie26.

  • 27 Il faut noter que les États baltes, dont l’indépendance a été reconnue tardivement, sont alors con (...)
  • 28 Ahmann Rolf, « Localization of Conflicts or Indivisibility of Peace : The German and Soviet Approa (...)

23La tentative de coup d’État communiste qui échoue à Reval (Tallin), en Estonie, le 1er décembre 1924, confirme les craintes des voisins occidentaux de l’Union soviétique et pose le problème de la sécurité des États baltiques. Une fois de plus, la position française reste prudente. Il s’agit en effet, pour Paris, de tenir groupés les États baltiques afin de les laisser éloignés de toute influence soviétique ou allemande, voire britannique27. L’intérêt français réside également dans la tenue de rapports étroits entre la Pologne et ses voisins baltes, ce que la mauvaise qualité des relations polono-lituaniennes rend très hasardeux. Ce problème, s’ajoutant aux conflits territoriaux entre la Pologne et l’Union soviétique, constitue un frein à la conclusion d’accords régionaux entre la Pologne et les pays baltes28. Il s’agit également de ne pas froisser les susceptibilités soviétiques, l’URSS étant destinée, dans l’esprit d’Herriot, à intégrer le système européen, afin de la tenir éloignée de Berlin. Paris ne cherche donc pas à montrer un appui trop direct aux tentatives polonaises de réunir un bloc baltique homogène sous sa direction, ce qui serait immanquablement interprété à Moscou comme une intention agressive dirigée contre l’URSS sous impulsion française.

  • 29 Duroselle Jean-Baptiste, Histoire des relations internationales, t. 1 : de 1919 à 1945, Paris, Arm (...)

24À l’automne de 1924, les efforts d’Herriot sont essentiellement consacrés à la réalisation du protocole de Genève qui doit assurer la sécurité de l’Europe grâce, notamment, à une définition claire de l’agresseur et à la possibilité d’une intervention rapide en cas d’agression. Ce système, qui doit couvrir également la sécurité des États d’Europe centrale et reconnaître les alliances régionales, à partir du moment où celles-ci sont déposées à la SDN, a la faveur de la Pologne depuis l’origine de sa conception et, à partir d’octobre, de la Roumanie. Le projet de protocole, que le gouvernement britannique, réticent à intervenir dans les questions d’Europe centre-orientale, refuse de mener à son terme, ne voit finalement pas le jour29. La première tentative de mise en place de sécurité collective en Europe incluant, à terme, une Allemagne destinée à intégrer la SDN, a donc été envisagée. Son échec n’est qu’un prélude à la conclusion des accords de Locarno de l’année suivante.

  • 30 MAE, vol. 358, France-Russie, f. 43-49, note du 28 mars 1925.

25La France reste donc garante du statu quo européen issu des traités de 1919 et 1920 mais elle n’entend pas l’assurer en dehors de l’action de la SDN ni sans le soutien actif de la Grande-Bretagne. Toutefois, les inquiétudes polonaises persistent, liées à l’amorce de rapprochement franco-soviétique, déclenché par la reconnaissance diplomatique de l’URSS par la France. Elles ne sont pas fondées dans la mesure où le Quai d’Orsay, comme le haut commandement militaire français, ne tiennent pas à approfondir un rapprochement avec Moscou que ni l’opinion publique ni les alliés orientaux ne toléreraient. Pour Paris, l’alliance polonaise reste largement préférable à un hypothétique rapprochement politique avec une Union soviétique jugée instable30. Cependant, quelques voix, très minoritaires, s’élèvent pour une politique visant à faire de l’URSS un contrepoids efficace à l’Allemagne et vont jusqu’à envisager l’éventualité d’une modification de la frontière orientale de la Pologne, que Paris accepterait pour éviter toute collusion entre Moscou et Berlin. C’est particulièrement le cas de l’ambassadeur français à Moscou, l’ancien journaliste Jean Herbette :

  • 31 Ibid., vol. 41, f. 71-72, Herbette à Herriot, 23 avril 1925. Voir également notre article, « Les r (...)

« Il ne faut pas demander au gouvernement soviétique de garantir pour toujours tel ou tel tracé de frontières. [Une détente polono-soviétique] ne saurait être réalisée si le gouvernement polonais invitait le gouvernement de Moscou à garantir toutes les frontières de l’Europe orientale31

  • 32 Bariéty Jacques, « Die französisch-polnische “Allianz” und Locarno », Schattkowsky Ralph, Locarno (...)

26Dans le courant de l’année 1925, consacré à l’élaboration d’un système de sécurité concernant l’Europe occidentale, la question des frontières de l’Est européen occupe momentanément une place mineure dans les préoccupations françaises. Avec la proposition allemande de pacte rhénan, étudiée et négociée par Edouard Herriot puis, à partir d’avril, par Aristide Briand, son successeur à la tête du Quai d’Orsay dans le gouvernement dirigé par Paul Painlevé, la question qui se pose aux dirigeants politiques et aux chefs militaires français reste celle de la sécurité de la Pologne et de la Tchécoslovaquie face à une prévisible volonté allemande de modifier ses frontières orientales. Avec la signature des accords de Locarno du 16 octobre 1925, l’intransigeance de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne face aux demandes de la France d’intégrer ses deux alliés dans le pacte de sécurité conduit à l’établissement d’un règlement de sécurité valable uniquement sur le Rhin32. Il devient désormais plus difficile pour Paris d’intervenir en faveur de ses alliés en cas d’agression dans la mesure où toute action reste soumise à une approbation de la SDN. La priorité française de sécurité à l’Ouest est satisfaite et la garantie britannique importe davantage que les engagements français à l’Est. En outre, ayant obtenu une dispense de l’application de l’article 16 du Pacte de la SDN – ce qui lui permet d’éviter le passage de troupes françaises venues, par exemple, secourir la Pologne sur son territoire en cas d’attaque soviétique – contre la promesse d’une adhésion prochaine à la SDN, l’Allemagne signifie qu’elle ne veut pas rompre ses bonnes relations avec l’Union soviétique.

  • 33 L’Europe nouvelle, n° 399, 10 octobre 1925, discours de Paul-Boncour du 11 septembre 1925.
  • 34 Dokumenty vneshneï politiki SSSR (Documents de politique étrangère de l’URSS), t. 8, Moskva, 1963, (...)

27Au lendemain des accords de Locarno, Briand est parfaitement conscient du fait qu’il lui reste maintenant à régler l’épineux problème de la conservation de la paix en Europe orientale. Il apparaît alors que si un conflit éclate en Europe, ce sera dans cette partie du continent. Paris, mais également Moscou redoutent que le moindre incident de frontière ne prenne la forme d’un « nouveau Sarajevo » et n’entraîne les Puissances dans le conflit. L’idée se répand alors qu’un ensemble de pactes de sécurité régionaux, signés dans le même esprit que ceux conclus à Locarno, doivent compléter le système. Cela implique une adhésion générale aux principes de la SDN et l’entrée, non seulement de l’Allemagne mais également de l’Union soviétique dans l’organisation genevoise. La tentative d’instauration d’un système généralisé de pactes domine la diplomatie européenne jusqu’au milieu des années trente. On la retrouve dès septembre 1925, proposée par le délégué français à Genève, Joseph Paul-Boncour, qui se déclare en faveur d’une « multiplication des pactes33 ». Cette idée est également suivie par Edouard Benes˘, le ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie, qui propose un « nouveau Locarno » pour régler le problème des relations entre l’URSS, la Pologne et la Roumanie dans une conférence qui réunirait également la France et la Tchécoslovaquie mais Moscou ne relève pas la proposition34.

  • 35 MAE, vol. 82, Grande-Bretagne, f. 48, Herbette à Briand, 26 août 1925. Voir également Soutou Georg (...)

28Dans cet esprit, le commissaire du peuple aux Affaires étrangères, Gueorgui Tchitcherine, est invité à Paris par Aristide Briand. Il y effectue deux séjours, en décembre 1925. Le chef de la diplomatie soviétique renouvelle alors une offre, lancée dans le courant de l’année et restée sans réponse, visant à conclure un pacte francosoviétique : contre l’engagement de ne pas attaquer la Pologne pour modifier la frontière déterminée par le Traité de Riga, Paris devait dissuader la Pologne de toute action agressive à l’Est35. Briand ne veut pas tomber dans le piège soviétique visant à détacher la Pologne des États baltes et, surtout, fidèle à sa politique de sécurité collective, souhaite comme préalable une promesse d’adhésion de l’URSS à la SDN et à ses principes. La diplomatie soviétique n’y est pas disposée, préférant utiliser un contre-système sur la base d’un réseau de pactes bilatéraux de non-agression.

29Après Locarno, la politique française en Europe centre-orientale est dictée par la nécessité d’intégrer l’Allemagne dans le système de sécurité européen et de l’ancrer à l’ouest afin d’atténuer la vigueur de ses liens avec l’Union soviétique. Le rapprochement franco-allemand coïncide avec la confirmation d’une stratégie française donnant la priorité à la défensive, c’est-à-dire limitant les possibilités d’une intervention militaire à l’Est. Pour Aristide Briand, la mise en place de la sécurité collective en Europe ne signifie pas l’adoption d’une politique agressive envers l’URSS. Il s’agit seulement de la tenir, pour l’instant, à l’écart de la politique européenne, au moins tant que Moscou n’engage pas de démarche significative de rapprochement. Il convient donc, et il s’agit là d’une constante de sa politique, d’éviter tout conflit en Europe orientale et, si possible, de rendre possible un accord entre Moscou et les capitales voisines.

LES TENTATIVES FRANÇAISES D’ÉTENDRE LOCARNO À L’EST EUROPÉEN

  • 36 MAE, vol. 57, Roumanie-Russie, f. 1, 16 janvier 1926.
  • 37 Sandu Traian, op. cit., p. 249.
  • 38 MAE, vol. 63, Relations avec la Pologne, f. 3, 11 janvier 1926.

30Avec la proposition polonaise du début de 1926, visant à conclure un pacte de sécurité polono-soviétique incluant la Roumanie, la possibilité semble ouverte de neutraliser la Russie le temps que Bucarest achève les dispositions nécessaires à un renforcement de la défense de ses frontières36. L’objectif polonais est en fait de renouveler le traité signé avec la Roumanie en 1921. Conclu dans le cadre d’un pacte de garantie générale, il peut comporter l’avantage, comme le pense Briand, de parvenir à la conclusion du traité franco-roumain demandé par Bucarest, que la diplomatie française veut encadrer dans les principes de la sécurité collective, notamment pour éviter une garantie française de la Bessarabie qui risquerait d’offusquer Moscou37. Varsovie pourrait ainsi remplacer Paris comme puissance garante, à un moment où les possibilités d’intervention française en Europe orientale se trouvent limitées par le retrait des troupes françaises de la région de Cologne. La solution polonaise présente également l’avantage de tourner les relations franco-roumaines en direction de l’Allemagne mais Bucarest, qui refuse de risquer un arbitrage au sujet de la Bessarabie, se montre très réticente38. De plus, Moscou refuse de voir la Pologne jouer un rôle de « gendarme » dans la région et souhaite en rester à un accord bilatéral avec elle.

  • 39 Ibid., f. 49, MAE à ambassades, 10 avril 1926 ; Materski Wojcieh, Tarcza Europy. Stosunki polsko-s (...)
  • 40 Otu Petre, « La signification du traité du 10 juin 1926 entre la Roumanie et la France », Bâtir un (...)
  • 41 Arkhiv vneshneï politiki Rossiïskoï Federatsii (AVP RF, Archives de politique extérieure de la Féd (...)
  • 42 Ibid., p. 269, d. 53821, 22 janvier 1927, f. 12-14.

31Dans cette situation, Varsovie doit donc se résoudre à reconduire le traité polonoroumain de 1921 qui garantissait les frontières des deux États. Signé le 26 mars 1926, le texte est rédigé de manière à ne pas apparaître tourné contre l’URSS, à montrer sa conformité avec le Pacte de la SDN et, de plus, permet à Varsovie de décliner tout engagement dans la question de la Bessarabie39. C’est également le même esprit qui préside à la signature longtemps retardée, le 10 juin 1926, d’un traité d’alliance franco-roumain. Au traité s’ajoute un protocole militaire qui, bien que secret, reste peu contraignant pour le gouvernement français, lequel n’a aucune obligation d’accorder une assistance militaire à la Roumanie en cas de conflit40. Le souci de ne pas impliquer la France dans la garantie de la Bessarabie et de ne pas inquiéter Moscou explique le fait que le texte de l’accord contienne une clause de non-agression de la part de la Roumanie contre le territoire soviétique. Ainsi, Paris ne s’engage nullement sur les frontières roumaines, comme l’explique Briand à l’ambassadeur soviétique à Paris, Christian Rakovski : « Si vous saviez ce que demandaient les Roumains, vous comprendriez que nous ne leur avons presque rien donné41. » Quelques mois plus tard, Anatole de Monzie, qui mène les négociations financières franco-soviétiques avec Rakovski, ajoute au sujet de l’accord : « Il n’a aucune importance. Je ne peux imaginer le soldat français, comme par exemple le Breton, faire couler son sang pour protéger la frontière sur le Dniestr42

32Toutes ces précautions s’expliquent principalement par le regain de tensions que connaît alors l’Europe orientale. Tout d’abord, par la signature du traité de Berlin du 24 avril 1926, l’Allemagne et l’Union soviétique confirment, d’une part, l’impossibilité allemande à réduire ses contacts avec l’Union soviétique et à marquer définitivement son ancrage à l’Ouest et, d’autre part, la persistance soviétique à vouloir établir un contre-système opposé à la SDN. De plus, le traité laisse planer une menace tangible sur la sécurité de la Pologne. En outre, avec le coup d’État de mai 1926, qui permet le retour du maréchal Pilsudski au pouvoir à Varsovie, les craintes françaises d’une action agressive de la Pologne à l’Est s’amplifient, même si elles ne reposent sur aucun acte ni aucun propos manifeste de la part des autorités polonaises.

  • 43 Paul-Boncour Joseph, Entre deux guerres. Souvenirs de la IIIe République, t. 2 : Les lendemains de (...)
  • 44 Paul-Boncour J., op. cit., p. 169 ; L’Ère nouvelle du 12 avril 1926, p. 3 ; Le Temps du 12 avril 1 (...)

33Avant même le coup d’État, la tension à la frontière polono-lituanienne est réelle. C’est ce que constate Joseph Paul-Boncour, venu visiter, en avril 1926, les installations militaires et le Niémen qu’il estime « infranchissable » et où il reçoit l’impression d’un « véritable état de guerre43 ». En visite également sur la frontière polonorusse, à l’occasion d’un toast porté en l’honneur des gardes-frontières, il qualifie le soldat polonais de « sentinelle avancée de la civilisation européenne44 ». Pour le personnel politique français, la frontière avec l’URSS, État par ailleurs non membre de la SDN, est bien au-delà d’une barrière politique et militaire. Il s’agit bien, dans l’esprit de l’époque, d’un rempart du modèle démocratique libéral contre le danger de subversion révolutionnaire. Ce rôle est d’ailleurs hautement revendiqué, depuis 1918, par les dirigeants polonais.

  • 45 MAE, vol. 302, Allemagne-Russie, f. 45, télégramme n° 566 d’Herbette à Briand, 19 juillet 1926.

34Dans les semaines qui suivent l’accession de Pilsudski au pouvoir, les négociations polono-soviétiques visant à la conclusion d’un accord achoppent sur les divergences des deux diplomaties quand à la forme à lui donner : Varsovie, désireuse d’assumer un rôle de puissance régionale, tente de parvenir à la réalisation d’un accord global incluant les États baltes tandis que Moscou, afin d’isoler Varsovie, recherche vainement la conclusion de pactes bilatéraux. Pour discréditer l’optique polonaise, les Soviétiques dénoncent la volonté de Varsovie de regrouper derrière elle un « bloc baltique » à vocation agressive. Ils se montrent particulièrement inquiets de prétendus préparatifs militaires polonais dirigés contre la Lituanie, une annexion de cette dernière représentant une menace directe sur la Prusse orientale et procurant à la Pologne une position décisive entre la Lettonie et la partie orientale de l’Allemagne45.

  • 46 Ibid., vol. 29, Lituanie, f. 9, note d’Henri Fromageot, 11 septembre 1926.

35Le Quai d’Orsay encourage alors le gouvernement polonais à ne pas tomber dans le piège soviétique d’un accord bilatéral qui l’éloignerait de ses engagements envers la SDN. Il se refuse à soutenir officiellement le projet, car cela reviendrait à accepter le « caractère très dangereux d’une garantie46 ». Dans le même temps, par le traité signé avec la Lituanie le 28 septembre, l’URSS reconnaît implicitement la possession de Wilno à cette dernière. Par ce jeu, Moscou parvient à ruiner les éventuelles velléités polonaises de constituer un bloc baltique et à rendre plus difficile une future réconciliation entre Varsovie et Kovno.

  • 47 Ibid., vol. 698, États baltes, f. 91-97, dépêche n° 327 de Laroche à Briand, 3 octobre 1926.

36La réaction française à la signature du traité soviéto-lituanien est encore de prêcher la modération auprès de Varsovie. Les diplomates étrangers en poste dans la capitale polonaise proposent d’effectuer une démarche en ce sens mais l’ambassadeur français, Jules Laroche, attaché à conserver la prééminence du lien francopolonais, préfère agir seul47. La question de la sécurité en Europe orientale atteint alors un point culminant et, pour Aristide Briand, plus que jamais, la paix dans la région repose sur une action de la SDN et sur la concertation avec l’Allemagne qui vient d’adhérer à l’organisation genevoise.

  • 48 Sandu Traian, La Grande Roumanie alliée de la France. Une péripétie des Années folles ? (1919-1933 (...)

37La crainte française de se voir impliquée dans un conflit est attisée par l’intransigeance du gouvernement lituanien au sujet de Wilno, particulièrement visible après le coup d’État survenu à Kovno le 17 décembre 1926 et qui place Antonas Smetana à la tête de l’État. Elle l’est aussi par le caractère jugé imprévisible de Pilsudski, qui risquerait de ruiner les efforts de Briand pour préserver la paix en Europe orientale. Malgré les doutes de la France sur les intentions polonaises, la position de Briand est alors de soutenir Varsovie, où son action est appuyée par Laroche. Cette position n’est pas partagée par Jean Herbette qui, de Moscou, a tendance à épouser le point de vue soviétique, selon lequel Bucarest devait renoncer à une reconnaissance explicite de sa souveraineté sur la Bessarabie de la part du Kremlin48. Son intention, en partie partagée au Quai d’Orsay, est claire : éviter à tout prix toute implication française dans un conflit frontalier en Europe orientale.

  • 49 Le Temps du 8 septembre 1927, « Projet de pacte de non-agression général ».
  • 50 Le Matin du 10 décembre 1927, « Un grand succès à la SDN ».

38Pour assurer la paix dans la région, l’idée maîtresse de Briand est la réalisation d’un pacte général englobant l’Union soviétique, l’Allemagne, la Pologne, les États baltes et la Roumanie49. Mais ce projet de « Locarno oriental » est sans doute prématuré car il risque de soulever le problème des litiges territoriaux, notamment sur Dantzig et la Bessarabie, ce que refusent les Polonais et les Roumains. De plus, il n’est réalisable que si les négociations polono-soviétiques, encore au point mort, aboutissent et si le différend polono-lituanien trouve une solution. Cette affaire est finalement portée devant le Conseil de la SDN, en décembre 1927 mais la préférence de Briand va à une action commune des puissances, sous la forme d’un concert des nations susceptible de raviver le rôle de la France en Europe orientale et d’intégrer l’Union soviétique au système européen. À Genève, la Lituanie en est alors réduite à faire des concessions et à renoncer à l’état de guerre50.

39Le danger d’une guerre étant écarté, les conditions pour un pacte général de sécurité à l’Est semblent alors réunies. Au début de 1928, la diplomatie française, malgré d’insistantes demandes soviétiques depuis 1925, renonce à la solution d’un pacte bilatéral avec Moscou pour privilégier la voie d’une négociation plus large. Cette position coïncide avec les progrès dans la préparation du prochain pacte de renonciation à la guerre. Elle est révélatrice de la méfiance du Quai d’Orsay dans les intentions de Moscou, particulièrement au sujet de ses relations avec la Pologne, la Roumanie et les États baltes.

  • 51 Bariéty Jacques, « Le Pacte Briand-Kellogg de renonciation à la guerre de 1928 », Bariéty J. et Fl (...)

40La signature du pacte de renonciation à la guerre, dit pacte Briand-Kellogg, du 27 août 1928, a pour effet de rassurer les populations européennes. Pourtant, cet accord général marque un refus américain de s’impliquer dans les questions de sécurité en Europe51. Conclu à l’origine, outre par les États-Unis et le Japon, par les signataires des accords de Locarno, le pacte est étendu à d’autres pays dont, en septembre, la Roumanie et l’Union soviétique. Pour cette dernière, il s’agit d’un succès diplomatique car Moscou parvient à sortir de son isolement sans pour autant reconnaître les principes de la SDN. Il s’agit également d’un succès pour Briand qui réussit non seulement à rassurer l’opinion internationale et les alliés orientaux de la France, mais aussi à intégrer l’URSS dans les questions de sécurité. Pourtant, aux yeux de Paris, la sécurité des États limitrophes de l’URSS ne se trouve pas mieux garantie, vis-à-vis de cette dernière, par le pacte de renonciation à la guerre. C’est pourquoi le Quai d’Orsay recommande à ses alliés la plus grande prudence dans les négociations pour le protocole Litvinov du 9 février 1929.

  • 52 Bariéty J., « L’union soviétique dans la pensée européenne d’Aristide Briand », Narinski M., Du Ré (...)

41Marquant une adhésion de l’Europe orientale, principalement de l’URSS, au pacte Briand-Kellogg, il est conclu par cette dernière avec la Pologne, la Roumanie, la Lettonie et l’Estonie. Un peu plus tard, la Lituanie, la Turquie et la Perse s’y joignent. L’accord ne règle pas le différend soviéto-roumain sur la Bessarabie et Moscou n’y voit qu’une signification tactique. Paris, toutefois, trouve dans le protocole de Moscou un moyen de sauvegarder son système d’alliances ainsi que le statu quo européen. Pour Briand, la sécurité de l’Est européen et, par conséquent, du continent entier, ne peut reposer que sur l’extension du système de sécurité collective. L’échec de son projet d’Union européenne, formulé par le mémorandum du 1er mai 1930 et qui visait à créer une solidarité politique et économique sur le continent, est également l’échec de l’extension de Locarno à l’Europe entière. L’invitation faite à l’URSS à y participer, sur proposition allemande et contre la volonté de Briand, révèle à cet égard l’impossibilité de permettre la protection des frontières de l’Est européen par la SDN52.

42Pour construire un ensemble stratégique dissuasif face à un éventuel relèvement allemand, la France soutient la formation des nouveaux États d’Europe centreorientale. Les tracés de frontières sont effectués, autant que possible, dans le respect de considérations ethnographiques mais Paris a toujours tendance à soutenir le point de vue des États destinés à entrer dans son jeu d’alliance. Paris s’attache également à soutenir l’intégrité de la nouvelle carte européenne en évitant tout risque de conflit avec la Russie soviétique. Dans les années 1920, les objectifs principaux sont d’empêcher une collusion entre Berlin et Moscou rendue possible par la perspective d’une modification de frontière dans l’Est européen qui conserve son rôle de rempart contre l’influence révolutionnaire en Europe.

43Les États de la zone sont d’autant plus appuyés qu’ils peuvent participer aux projets de sécurité français, comme c’est le cas pour la Pologne et les États de la Petite Entente. D’autres, comme l’Ukraine, ne bénéficient pas de la reconnaissance française ni occidentale. En réalité, les groupes géopolitiques sont formés et l’ont distingue nettement une fracture entre l’Europe d’un côté et l’Union soviétique de l’autre. Toute la politique de Briand repose d’ailleurs sur cette idée que l’Europe doit se construire sur la base de valeurs démocratiques communes. Le refus de l’Allemagne, au début des années trente, de se prêter au jeu de la sécurité collective et d’accepter les principes de la SDN, marque l’échec de cette politique. Le refus soviétique, avant 1934, de se lier au destin européen voulu par Briand, marque l’opposition stratégique mais aussi de caractère quasiment « civilisationnel » entre les deux modèles. De la mer Baltique à la mer Noire, la frontière de l’Est européen creuse donc la rupture géographique et idéologique apparue à la fin du premier conflit mondial, jusqu’à ce que cette ligne de démarcation soit déplacée vers l’ouest, avec le pacte germano-soviétique de 1939 puis, pour une quarantaine d’années, avec la division de l’Europe en deux blocs idéologiques opposés. Dans les années 1920, la vision française des frontières de l’Est européen est largement définie par ses intérêts stratégiques mais aussi par la possibilité des voisins occidentaux de l’URSS à intégrer le système de valeurs occidentales. Ce dernier aspect ne coïncidet-il pas avec les interrogations liées à l’avenir des populations qui tournent actuellement leur regard vers l’Union européenne ?

Litiges frontaliers et voies de communication.

Notes

1 Tissier Yves, L’élaboration des transformations territoriales en Europe centrale à l’issue de la Première Guerre mondiale, mémoire de maîtrise sous la direction du professeur René Girault, université Paris X, 1983, p. 87-88.

2 Schramm Tomasz, « La formation des frontières en Europe centrale après la Première Guerre mondiale », Relations internationales, 1990, n° 64, p. 359-370.

3 Tissier Yves, op. cit., p. 103-106 et 115.

4 Sandu Traian, Le système de sécurité français en Europe centre-orientale. L’exemple roumain, 1919-1933, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 57.

5 . Service historique de la Défense (SHD), 4 N 93, état-major du maréchal Foch, dossier 1.

6 . La Conférence de la Paix ne reconnaît pas l’indépendance de l’Ukraine. Les territoires occidentaux de la République ukrainienne sont confiés à la Pologne, à la Roumanie et à la Tchécoslovaquie. Quant à sa partie orientale, elle est considérée comme appartenant légitimement à la Russie. À ce sujet, voir De Gasquet Sébastien, « La France et les mouvements nationaux ukrainiens », Soutou G.-H. (dir.), Recherches sur la France et le problème des Nationalités pendant la Première Guerre mondiale, Paris, PUPS, 1995, p. 105-210.

7 Sandu Traian, op. cit., p. 55.

8 Timowski Michal, Une histoire de la Pologne, Montricher, Éditions Noir sur Blanc/Librairie polonaise, 1993, p. 129 ; Ponty Janine, « La représentation soviétique en Pologne », Relations internationales, 1997, n° 92, p. 431-440.

9 Documents diplomatiques français (DDF), 1920, t. 1, Paris, Imprimerie nationale, 1997, note du 24 janvier 1920.

10 Ibid., note n° 32 du 20 janvier 1920, « Les États limitrophes de la Russie et les bolcheviks ».

11 Schramm Tomasz et Bulhak Henryk, « La France et la Pologne, 1920-1922. Relations bilatérales ou partie d’un système européen de sécurité ? », Guerres mondiales et conflits européens, 1999, n° 193, p. 39-52.

12 DDF, 1920, t. II, n° 381, télégramme n° 1400-1401 d’Alexandre Millerand (président du Conseil) à Hector de Panafieu (chef de la légation française à Varsovie), 22 août 1920, Paris, Imprimerie nationale, 1999, p. 493-494.

13 DDF, 1920, t. III, n° 23, télégrammes n° 1562-1569 de Georges Leygues à Hector de Panafieu, 1er octobre 1920, Paris, PIE-Peter Lang, 2002, p. 28-30. La nécessité de soutenir, en Russie, les forces de Wrangel et de favoriser l’union de la Pologne avec les États de la Petite Entente (Tchécoslovaquie, Roumanie, Yougoslavie) est également soulignée dans ces télégrammes.

14 Notons qu’au cours de l’année 1920, l’établissement des frontières entre la Russie soviétique d’une part, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie, d’autre part, doivent garantir aux États baltes une certaine protection contre une menace soviétique. Les îles d’Aaland, attribuées à la Finlande, doivent même pouvoir servir de base de départ à une intervention britannique contre la Russie. Les États baltes, considérés comme volontiers germanophiles, doivent également, dans l’optique française, être tenus éloignés de l’influence allemande.

15 Wolos Mariusz, « Francja a traktat Ryski » (« La France et le Traité de Riga »), Traktat ryski 1921 roku po 75 latach, Toruń, 1998, p. 161-173.

16 Laroche Jules, La Pologne de Pilsudski, Paris, Flammarion, 1953, p. 13.

17 Nouzille Jean, « La politique de coopération militaire française dans l’Est et le Sud-Est européen », CEHD/SHAT, Bâtir une nouvelle sécurité. La coopération militaire entre la France et les États d’Europe centrale et orientale de 1919 à 1929, Vincennes, 2001, p. 403-422.

18 DDF, 1921, t. I, n° 105, télégrammes n° 50-52 de Daeschner (Bucarest) à Briand, 12 février 1921, p. 185-186 et n° 171, télégrammes n° 79-80 du 5 mars 1921, p. 278-279.

19 Sandu Traian, « La France et la Bessarabie roumaine de 1918 à 1920 : une reconnaissance difficile », Baechler Christian et Fink Carole, L’établissement des frontières en Europe après les deux guerres mondiales, s. l., Peter Lang, 1996, p. 367-387.

20 Sierpowski Stanislaw, « La Société des Nations et le règlement des conflits frontaliers de 1920 à 1924 », Baechler Ch. et Fink C., op. cit., p. 55-69.

21 Jordan Nicole, « Mésentente cordiale : les diplomates et les soldats français face au problème de la barrière de l’Est (1923-1925) », Bâtir une nouvelle sécurité…, op. cit., p. 25-37.

22 Ministère des Affaires étrangères (MAE), série Z, Pologne-France, vol. 356, Edouard Herriot à Hector de Panafieu, 27 octobre 1924.

23 Laroche Jules, op. cit., p. 17.

24 Le Temps, n° des 6, 10 et 31 août 1924.

25 Centralne Archiwum Wojskowe (CAW, Archives centrales militaires), I. 303. 4, sygnatura 7459, note n° 1455 du colonel J. Kleeberg au colonel Fournier, 5 septembre 1924.

26 MAE, série Z, Europe, 1918-1929, Roumanie, vol. 37, f. 114, de Manneville (Bucarest) à Herriot, 26 septembre 1924.

27 Il faut noter que les États baltes, dont l’indépendance a été reconnue tardivement, sont alors considérés surtout en tant que zone d’influence possible de l’Allemagne – où ces États sont appelés « périphériques » –, et de la Russie (cf. note 14), mais également de la Pologne et, principalement pour l’Estonie, de la Grande-Bretagne.

28 Ahmann Rolf, « Localization of Conflicts or Indivisibility of Peace : The German and Soviet Approaches towards Collective Security and East Central Europe, 1925-1939 », Ahmann R., Birke A. M. et Howard M. (dir.), The Quest for Stability, Problems of West European Integration, 1918-1957, op. cit., p. 204.

29 Duroselle Jean-Baptiste, Histoire des relations internationales, t. 1 : de 1919 à 1945, Paris, Armand Colin, p. 72-74.

30 MAE, vol. 358, France-Russie, f. 43-49, note du 28 mars 1925.

31 Ibid., vol. 41, f. 71-72, Herbette à Herriot, 23 avril 1925. Voir également notre article, « Les relations franco-polonaises et les problèmes de sécurité en Europe orientale, 1924-1925 », Revue internationale d’histoire militaire, n° 83, 2003, p. 249-262.

32 Bariéty Jacques, « Die französisch-polnische “Allianz” und Locarno », Schattkowsky Ralph, Locarno und Osteuropa. Fragen eines europaïschen Sicherheitssystem in der 20er Jahren, Marburg, Hitzeroth, 1994, p. 75-91.

33 L’Europe nouvelle, n° 399, 10 octobre 1925, discours de Paul-Boncour du 11 septembre 1925.

34 Dokumenty vneshneï politiki SSSR (Documents de politique étrangère de l’URSS), t. 8, Moskva, 1963, n° 367, Antonov-Ovseenko (Prague) à Tchitcherine, 5 novembre 1925, p. 651-655.

35 MAE, vol. 82, Grande-Bretagne, f. 48, Herbette à Briand, 26 août 1925. Voir également Soutou Georges-Henri, « La France, l’URSS et l’ère de Locarno, 1924-1929 », Narinski M., Du Réau E., Soutou G.-H. et Tchoubarian A., L’URSS et l’Europe dans les années 20, Paris, PUPS, 2000, p. 67-90.

36 MAE, vol. 57, Roumanie-Russie, f. 1, 16 janvier 1926.

37 Sandu Traian, op. cit., p. 249.

38 MAE, vol. 63, Relations avec la Pologne, f. 3, 11 janvier 1926.

39 Ibid., f. 49, MAE à ambassades, 10 avril 1926 ; Materski Wojcieh, Tarcza Europy. Stosunki polsko-sowieckie, 1918-1939 (Le bouclier de l’Europe. Les relations polono-soviétiques, 1918-1939), Warszawa, Książka i Wiedza, 1994, p. 189 ; Korbel Josef, Poland between East and West. Soviet and Germany Diplomacy toward Poland, 1919-1933, Princeton University Press, 1963, p. 189.

40 Otu Petre, « La signification du traité du 10 juin 1926 entre la Roumanie et la France », Bâtir une nouvelle sécurité, op. cit., p. 493-500.

41 Arkhiv vneshneï politiki Rossiïskoï Federatsii (AVP RF, Archives de politique extérieure de la Fédération de Russie), Fonds 04, secrétariat de Tchitcherine, opis, 42, papki 266, delo, 53773, n° 7, 13 juillet 1926, f. 22-27.

42 Ibid., p. 269, d. 53821, 22 janvier 1927, f. 12-14.

43 Paul-Boncour Joseph, Entre deux guerres. Souvenirs de la IIIe République, t. 2 : Les lendemains de la victoire, 1919-1934, Paris, Librairie Plon, 1945, p. 168-169 ; Padych Claire, « La frontière entre la Lituanie et la Pologne », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 201, janvier 2001, p. 7-22.

44 Paul-Boncour J., op. cit., p. 169 ; L’Ère nouvelle du 12 avril 1926, p. 3 ; Le Temps du 12 avril 1926.

45 MAE, vol. 302, Allemagne-Russie, f. 45, télégramme n° 566 d’Herbette à Briand, 19 juillet 1926.

46 Ibid., vol. 29, Lituanie, f. 9, note d’Henri Fromageot, 11 septembre 1926.

47 Ibid., vol. 698, États baltes, f. 91-97, dépêche n° 327 de Laroche à Briand, 3 octobre 1926.

48 Sandu Traian, La Grande Roumanie alliée de la France. Une péripétie des Années folles ? (1919-1933), Paris, L’Harmattan, 1999, p. 192-194.

49 Le Temps du 8 septembre 1927, « Projet de pacte de non-agression général ».

50 Le Matin du 10 décembre 1927, « Un grand succès à la SDN ».

51 Bariéty Jacques, « Le Pacte Briand-Kellogg de renonciation à la guerre de 1928 », Bariéty J. et Fleury A. (dir.), Mouvements et initiatives de paix dans la politique internationale, 1867-1928, Berne, Peter Lang, 1987, p. 355-370.

52 Bariéty J., « L’union soviétique dans la pensée européenne d’Aristide Briand », Narinski M., Du Réau E., Soutou G.-H. et Tchoubarian A., op. cit., p. 103-118.

Table des illustrations

Légende Litiges frontaliers et voies de communication.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540