Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements paysans face à la politique agricole commune et à la mondialisation (1957-2011)

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Les enjeux internationaux du monde agricole de la PAC à l’OMC : l’agriculture européenne dans le Parti libéral mondial d’après-guerre (1960-2009)

Geneviève Gavignaud-fontaine

Texte intégral

1C’est dans l’immédiat après-guerre, alors que se renforcent les projets d’avenir, que se dessinent les enjeux mondiaux de l’économie agricole, branche lucrative pour le commerce. La rupture des anciens courants commerciaux dans une Europe exsangue faisait envisager l’organisation du marché, et un protectionnisme transitoire semblait apte à favoriser la modernisation agricole. L’avenir des paysans français était à l’ordre du jour, leur « fin » – ou disparition progressive – signifierait-elle la victoire des agriculteurs européens ? Ou bien ouvrait-elle un boulevard aux concepteurs d’une mondialisation heureuse ? Les avancées du projet libéral ne passaient-elles pas par l’articulation de l’Organisation Commune de Marché (OCM) sur l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) convaincue de la mise en œuvre d’une mondialisation heureuse ? Or, depuis 1947, l’OMC prônait la soumission des produits agricoles aux seules lois du marché, c’est-à-dire à la généralisation des prix les plus bas qui s’y pratiquent. Tandis que la logique productiviste et concurrentielle faisait loi à Genève, le Vatican soutenait une autre logique de développement.

2Reprenons quelques précisions sémantiques pour mieux comprendre le rapport des forces en présence aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Le paysan se fait agriculteur lorsqu’il met en œuvre une production destinée à la vente commerciale ; le terme « paysan » désigne cependant, dans les années 1960, des producteurs déjà confrontés aux exigences des marchés, qui sont désespérés par l’abandon de la défense des prix par les États et manifestent plus ou moins violemment contre les menaces d’appauvrissement qui les guettent. Trente ans plus tard, l’agriculteur se verra sommé de se transformer en hardi chef d’entreprise, sous peine de disparaître. Le viticulteur ne fera pas exception.

QUELLE EUROPE CONSTRUIRE ? LES ANNÉES 1950 À LA CROISÉE DES CHEMINS

3Vive est alors la compétition à laquelle se livrent les forces en présence dans les années 1950, avant et après le traité de Rome (1957). Deux projets émergent du brouhaha entretenu par ceux qui appellent de tous leurs vœux un monde nouveau ; celui du Vatican et celui de Paris où un projet peut toujours en cacher un autre. Les enjeux sont de taille, qu’il s’agisse de fortifier les assises chrétiennes de la société, ou de stimuler la croissance économique pour augmenter le Produit National Brut (PNB) ; dans les deux cas, la sécurité alimentaire et la paix européennes sont affichées comme buts à atteindre.

La défense paysanne

  • 1 Pie XII, lettre du 31 août 1947.
  • 2 Id., lettre du 15 novembre 1946.
  • 3 Id., message, 24 décembre 1952.

4Le pape estime avoir son mot à dire dans le concert des bâtisseurs de sociétés ; c’est un plaidoyer pour les paysans que Pie XII argumente abondamment pour les propulser au premier rang de la société et de l’histoire, à contre-courant de l’évolution d’une époque séduite par les promesses d’avenir. Le Vatican salue cette race paysanne qui peut s’élever si facilement, par ses conditions mêmes de vie, jusqu’au Tout-Puissant qui a fait le ciel et la terre1. Il loue l’esprit de travail, la simplicité et la loyauté, le respect de l’autorité, avant tout celle des parents, le dévouement à la patrie, la fidélité aux traditions qui, au cours des siècles, se sont avérées fécondes de biens, la promptitude à l’assistance réciproque, non seulement dans le cercle de sa propre famille, mais encore de famille à famille, de maison à maison2. Certes, nul ne saurait déterminer a priori la structure la plus convenable pour l’entreprise agricole, tant les milieux ruraux varient à l’intérieur de chaque pays, et plus encore entre les pays dans le monde. Toutefois, compte tenu des avantages indiscutables obtenus là où prédomine l’entreprise agricole3, la propriété à dimension familiale est jugée viable et féconde par le magistère.

  • 4 Id., discours, 15 novembre 1946.
  • 5 Id., discours, 3 juin 1950.
  • 6 Id., message de Noël, 24 décembre 1955.
  • 7 Id., discours, 15 novembre 1946.

5Les dangers de l’exode rural sont exposés sans détour ; comme est montré du doigt le capital qui fait scintiller l’or et une vie de plaisir devant les yeux éblouis du travailleur des champs, pour l’inciter à abandonner la terre, et à perdre dans les villes les économies laborieusement amassées, avec, bien souvent, la santé, la force, la joie, l’honneur, l’âme elle-même. Cette terre ainsi abandonnée, le capital s’empresse de la faire sienne ; alors elle n’est plus un objet d’amour, mais de froide exploitation4. Après avoir fait de la propriété l’espace vital de la famille5, il en fait une base d’assurance personnelle6, apte à générer une sécurité durable. Il conseille l’union coopérative7, et recommande de faire en sorte que le secteur agricole ne devienne pas une simple annexe du secteur industriel ou du marché.

  • 8 Voir Gavignaud-fontaine G., La Révolution rurale dans la France contemporaine, XVIIIe-XXe siècle, (...)

6L’exode rural n’en est pas freiné pour autant dans les années 1950. Les enfants des paysans français – dont le surnombre est dénoncé avec insistance – sont accueillis par l’école et ses prolongements, de cours complémentaires en collèges, de lycées en facultés ; la jeunesse se trouve ainsi propulsée dans une alléchante course aux diplômes et aux emplois qualifiés. Ceux qui ne deviendraient pas professeurs, médecins ou ingénieurs, se feraient postiers, gendarmes ou militaires. Peu attirés par l’emploi industriel, notamment dans le Midi où ils s’étaient raréfiés sous les effets de la concurrence septentrionale, les ruraux laissent aux familles ouvrières des villes et aux émigrés, les secteurs miniers, sidérurgiques, métallurgiques, automobiles, chimiques… Privées de leur jeunesse, les campagnes voient leurs forces décliner rapidement8.

7Les temps sont aux structures productivistes prônées par des économistes rassemblées sous l’étendard du progrès.

L’offensive moderniste à Paris et à Bruxelles

  • 9 Docteur en droit et en économie, secrétaire général de la Confédération Nationale des Associations (...)
  • 10 Augé-laribé M., La Révolution agricole, Paris, PUF, 1955, p. 365.
  • 11 Id., Situation de l’agriculture française, 1930-1939, Paris, 1939, p. 167.

8Étayée par les travaux de Michel Augé-Laribé9, l’offensive moderniste attend son heure en France depuis les années 1930. De l’économiste employé au ministère de l’Agriculture dans l’entre-deux-guerres, la leçon est entendue : la supériorité technique de la grande exploitation doit être effacée par la mécanisation des petites structures10. Devenus compétitifs sur les marchés, les agriculteurs français pourront accomplir leur mission – nourrir d’autres populations – dans une « atmosphère de dévouement patriotique11 ». Cet expert de l’économie rurale sait que « le stylo va plus vite que la charrue » ; convaincu qu’en donnant à manger au monde, on facilitera la diffusion des droits de l’Homme, il sait que c’est seulement pour demain ou après-demain qu’il trace les sillons d’une nouvelle religion universelle.

  • 12 Le Parti radical a marqué de son empreinte le ministère de l’Agriculture en France, voir Boussard (...)

9Le modèle danois d’une agriculture intensive et commercialisée, inspire le Parti radical12 d’après-guerre, qui présente l’agriculture comme l’un des principaux fers de lance de l’économie française. Ces vœux imprègnent sans tarder, sur fond de vulgarisation technique agricole, les nouveaux projets d’union européenne et sont relayés par l’Institut de Formation pour les Agriculteurs et Responsables Agricoles (IFOCAP), le Centre National des Jeunes Agriculteurs (CNJA), les Centres d’Études Techniques Agricoles (CETA), et les Centres d’Études Rurales (CER), ainsi que les experts consultés par les instances rédactrices des nouveaux accords européens.

  • 13 La viticulture n’est pas encore concernée, l’ouverture du marché vinicole est prévue pour le 1er j (...)
  • 14 La solidarité financière est appliquée après 1971.

10L’article 39 du traité de Rome signé en 1957 énumère les buts de la PAC13 : augmenter la productivité en développant le progrès technique, garantir la sécurité des approvisionnements et stabiliser les marchés, assurer des prix raisonnables et un revenu équitable aux agriculteurs. Ne pas fausser la concurrence, tel doit être l’axe du nouveau marché. L’article 40 fait de l’Organisation Commune des Marchés (OCM) la garante de la libre circulation des produits agricoles à l’intérieur de l’Union, de la préférence communautaire et de la solidarité financière des États membres. Pour l’établissement des prix, sont prévus un prix d’objectif vers lequel le marché doit tendre, et un prix d’intervention considéré comme garantie d’un revenu suffisant pour maintenir l’agriculteur sur son exploitation. Le financement est assuré par le Fonds Européen d’Orientation et de Garantie Agricoles (FEOGA), qui est alimenté par les contributions budgétaires des États membres14.

11Les liens sont plus faciles à établir avec les convictions de Michel Augé-Laribé qu’avec celles de Pie XII qui, cependant, fait sonner à toutes volées les cloches romaines pour saluer la nouvelle marche commune des six États européens concernés. La paix est le bien premier des hommes, nul ne saurait le contester. Le pape sait par ailleurs que la valeur des textes dépend de celle des hommes qui les mettent en œuvre. Tout espoir n’est donc pas perdu pour les populations laborieuses européennes. Les plus pragmatiques d’entre elles s’inquiètent cependant de leur avenir. Ainsi, en France, au moment où l’agriculture est placée dans une organisation supranationale, et avant que ne soient connus les premiers résultats, les deux millions et demi d’agriculteurs que compte encore le pays ne se rangent pas unanimement derrière la bannière productiviste. Les plus récalcitrants sont particulièrement convaincus qu’en l’absence de bons prix de marché, il est impossible à l’agriculteur de se maintenir longtemps sur ses terres. Convictions d’un autre âge, répondent les pourfendeurs de rigidités héritées du passé qu’ils considèrent comme autant de freins aux progrès. La querelle qui oppose têtus défenseurs et tenaces adversaires de l’indexation des prix agricoles adoptée en 1957, pousse le président de Gaulle à demander un état des lieux.

La montée au créneau des nouveaux économistes

  • 15 En septembre 1958, le comité Pinay-Rueff est chargé de proposer des mesures d’assainissement écono (...)
  • 16 Élève de Clément Colson (1853-1959), membre de l’Académie de sciences morales (1944), de l’Académi (...)

12Deux rapports, Pinay-Rueff (1958)15 et Armand-Rueff (1960), devaient sceller la réputation de l’économiste Jacques Rueff16, qui s’était appliqué à lister les obstacles de l’expansion économique et les moyens d’action pour les lever. L’originalité du projet consiste à mettre en avant le rôle de l’État au service, non de l’ensemble du bien commun, mais de la seule expansion économique, laquelle exige la suppression de toute entrave.

13Toute situation de fait ou de droit contribuant à figer la France dans l’immobilisme est dénoncée en conséquence. Méthodiquement dressé, l’inventaire liste les points noirs et les principes d’action chargés de les éliminer ; il s’agit de lever tout obstacle à une croissance économique harmonieuse, éliminer les atteintes à la véracité des coûts et des prix, réformer l’administration, remédier aux insuffisances de l’information ou de l’éducation.

  • 17 1907-1990 ; ingénieur des Arts et Manufactures (1930), diplômé de Science Politique (1933), profes (...)
  • 18 La liberté des échanges avec les pays européens et ceux de la zone dollar figure dans le plan Pina (...)

14La mise en perspective d’une modernité sans cesse renouvelée par le progrès galvanise à nouveau les énergies. L’économiste Jean Fourastié17 fait de la productivité l’indicateur d’une économie en expansion, autant dire la mesure de la croissance et du progrès social. Cette audacieuse posture lui vaut d’être promu « philosophe de la productivité », tandis qu’il élève le concept au rang de « fait de civilisation total ». L’accumulation matérielle est considérée tout à la fois comme source de développement économique et d’épanouissement humain. L’hypothèse fait affirmer que la redistribution sociale est d’autant plus efficace que la croissance est forte. La science économique s’emballe alors. Sous l’étendard du progrès, elle fournit à d’aucuns la certitude de tenir en mains les solutions à la question sociale qui taraude l’Europe depuis le siècle précédent : il suffirait de calculer et de généraliser l’optimisation du rapport temps de travail/production – ou productivité –, pour que la croissance économique qui en résulterait éradique un à un les problèmes sociaux récurrents. Une fois les techniques de production transformées en facteurs d’augmentation du pouvoir d’achat et d’élévation du niveau de vie, il reste à légitimer la quête du profit couplée avec la satisfaction des intérêts particuliers, pour franchir l’ultime étape, celle de l’abolition des frontières18, condition sine qua non d’un libre-échange planétaire par conquête successive de nouveaux marchés. Après avoir nourri les Français et autres Européens, les agriculteurs pourraient nourrir, pourquoi pas, tous les terriens. Autant dire que les nouveaux économistes annoncent des lendemains qui chantent : le combat mené au nom de la vérité des prix en lieu et place de leur fixation autoritaire est en passe de réussir.

  • 19 Principe qui fait que la satisfaction des besoins essentiels n’incite pas à l’accumulation démesur (...)
  • 20 Intermédiaires qui mériteraient d’être davantage étudiés par les historiens.

15Autant de ruptures avec le principe de subsistance19 inspirateur de régulations commerciales multiséculaires, ainsi qu’avec le bien commun et aux mesures destinées à le protéger : la répression de toute fraude et défense du juste prix n’avaient plus de raison d’être. Ces bastions de la production agricole disparaîtraient, les restes de l’ancienne organisation économique et sociale de l’Europe laisseraient place à de nouveaux comportements acquis à une liberté mercantile sans limites : le marché revêtirait les valeurs du libéralisme, le progrès en serait le fer de lance. Adapté aux besoins de l’économie, le progrès a des exigences auxquelles il faut répondre par de successifs ajustements de société. Aucune résistance ne serait légitime. L’adaptation permanente des hommes et des structures aux méthodes les plus performantes de l’activité économique passe par « l’éducation permanente », y compris celle du consommateur, pour quérir le meilleur service au moindre coût. Aucune allusion n’est faite aux appétits des « intermédiaires » qui portent la responsabilité de bon nombre de hausses de prix à la consommation20

16La partie se continue aussi à Bruxelles, où se préparent les modalités de mise en œuvre du traité de Rome. En poste à la Cour européenne de justice, le très novateur Jacques Rueff opte pour un Marché commun libérateur des économies nationales au service de la libre circulation des capitaux, des marchandises et des personnes, en somme, un instrument institutionnalisé pour effacer l’héritage national et une porte grande ouverte aux partisans du laisser faire. Cette conception diffère de celle qui a présidé au traité de Rome (1957), source de tant d’espoirs chez Pie XII, et objet d’amères critiques, telle celle de Pierre Mendès-France selon qui « on ne construit rien de grand sans la libre concurrence ». La bifurcation souhaitée par les contempteurs d’une Europe vaticane est renforcée en cette fin des années 1950.

  • 21 M. Augé-Laribé plaidait pour le productivisme, mais non pour le laisser-fairisme mercantile : « dé (...)
  • 22 Jean Monnet, 1889-1979 : commissaire au Plan (1945-1952), modernisateur de l’économie française, a (...)
  • 23 La branche sociale du néolibéralisme, dite ordolibéralisme, ne saurait être confondue avec celle d (...)
  • 24 Membre du comité Armand-Rueff et de la Société du Mont-Pèlerin (Vevey, Suisse) citadelle du néolib (...)
  • 25 L’article I-3 du traité de Rome stipule l’interdiction de fausser la concurrence sur le marché com (...)

17Le courant agricole impulsé dans l’entre-deux-guerres par les radicaux21 a laissé place à des analyses macroéconomiques très prisées dans l’entourage de Jean Monnet22. Rueff et Fourastié font passer l’avenir par un Marché commun européen considéré comme « aboutissement et couronnement de l’effort de rénovation de la pensée libérale » (néolibéralisme, libéralisme social, socialisme libéral23 ?). René Courtin24 dit sans ambages que l’union des pays européens est la seule possibilité de créer un cadre pour le néolibéralisme : les règles qui la régiraient viseraient à garantir la libre concurrence25. Le prix, dont le rôle est affirmé central dans les mécanismes expansionnistes, serait, dès que possible, libre sur le marché européen. La véracité des prix conditionne la suppression de tout gaspillage de ressources. Les aides consenties aux agriculteurs n’ont d’autre but que de favoriser l’adaptation aux mécanismes de marché, ce sont des aides au développement des marchés. Par respect du principe garant de la parité des revenus chez les agriculteurs européens, la France a l’obligation de renoncer à l’indexation des prix, ce qui est fait en 1959. Les agriculteurs bretons ont fait savoir haut et fort qu’ils pensaient différemment (Vannes, 1957 ; Rennes, 1958). Les viticulteurs ont dit la nécessité du « prix social » du vin le 9 avril 1959, à Nîmes, Montpellier, Carcassonne, Perpignan. En vain !

  • 26 De gaulle Ch., Mémoires d’espoir, le renouveau 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 159.

18Le choix expansionniste économique implique tout renoncement aux structures nationales dirigistes, au protectionnisme, et à tout règlement ou subvention susceptibles d’obstruer la concurrence. Le mécanisme des prix mis en avant devait suffire à coordonner les plans individuels : plus besoin n’était de les subordonner à un plan d’ensemble. Le président de Gaulle se laisse séduire par la mise en avant du rôle de l’État, convaincu que l’économie nécessite une impulsion, une harmonisation, des règles qui ne sauraient procéder que de l’État. Bref, il faut le dirigisme26. Encore convenait-il de s’interroger sur la fonction réelle que les économistes du moment affectent à l’État en déclarant ce dernier serviteur de la modernité économique. Pétri par son éducation sur le rôle de l’État, de Gaulle s’en tient aux promesses de croissance économique par l’accroissement des richesses, de progrès social par le plein-emploi, de développement équilibré du territoire national… Nul doute qu’entre la volonté gaullienne de puissance nationale et l’entêtement productiviste à analyser toute trace d’exception française en termes de retards ou de blocages sur le chemin du « progrès », le fossé ne pouvait que s’élargir.

LES PAYSANS DE FRANCE ET D’AILLEURS VEULENT VIVRE

19Il appartient désormais aux ministres de l’Agriculture de convaincre un maximum d’agriculteurs des avantages du productivisme pour compenser la baisse des prix infligée sur les marchés aux producteurs. Ceux-ci ne sont pas opposés au projet d’assurer la sécurité alimentaire européenne. Ils veulent toutefois s’assurer de leur maintien sur leurs exploitations par des prix rémunérateurs.

Levée de boucliers dans les campagnes françaises (1959-1963)

  • 27 Revue Sondages, 22 (3), 1960, p. 84.
  • 28 L’Exploitant agricole du Gard, n° 1, novembre 1959.
  • 29 Ibid., n° 4, février 1960.

20Entre avril 1959 et juin 1960, la popularité du président de Gaulle chute de 15 % chez les agriculteurs27, baisse amplifiée par la dévalutation du franc en décembre 1958. De l’automne 1959 au printemps 1961, la France paysanne fait front contre la désindexation des prix agricoles. Les agriculteurs bretons sont prompts à « faire le choix de résister par tous les moyens contre l’intolérance et l’injustice28 ». Parti du Finistère, le mouvement de contestation paysanne gagne de nombreux département de l’Ouest en proie à une crise laitière. Le président de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA), Joseph Coureau, avertit le gouvernement que ces manifestations sont « une dernière tentative pour obtenir justice par des voies légales et pacifiques29 ». Le décret du 3 mars 1960 rétablit l’indexation de façon complexe et partielle, tandis que la loi d’orientation agricole propose dès le mois suivant de garantir aux agriculteurs la parité de revenu avec les autres catégories professionnelles.

  • 30 De gaulle Ch., Lettres, notes et carnets, Paris, Plon, 1985, p. 341, « Lettre du 18 mars 1960 ». L (...)
  • 31 Id., Mémoires d’espoir, Paris, Plon, p. 155.

21De Gaulle a refusé de convoquer le Parlement en séance extraordinaire comme le demandaient la FNSEA et 327 députés, au prétexte « qu’un groupement professionnel, quel que puisse être sa représentativité quant aux intérêts économiques particuliers qu’il fait valoir, n’en est pas moins, suivant la loi, dépourvu de toute qualification et de toute responsabilité30 ». Restés favorables au rétablissement sans détours de l’indexation des prix agricoles, les sénateurs refusent à deux reprises, les 5 et 21 juillet 1960, de voter l’article concernant les prix agricoles dans ladite loi. « Le progrès dérange31 », répétait de Gaulle au moment où le rapport Rueff-Armand défrayait la chronique (septembre 1960).

22Sans perdre de temps, les ministres de l’Agriculture des six partenaires européens travaillent avec les experts à la mise en œuvre du traité de Rome. Le ministre néerlandais Mansholt se révèle particulièrement actif. La fronde paysanne ne reflue pas : le 8 juin 1961, 5 000 agriculteurs investissent Morlaix.

Les rappels pontificaux (mai 1961)

23Au cœur d’une époque acquise à la ville et à l’industrie, Jean XXIII écrit, dans Mater et Magistra, une nouvelle ode à la terre et ses paysans : ils vivent dans le temple majestueux de la création, ils sont en rapport fréquent avec la vie animale et végétale, inépuisable en ses manifestations, inflexible en ses lois, qui sans cesse évoque la Providence du Dieu Créateur. Celle qui produit les aliments variés dont vit la famille humaine et qui fournit aussi à l’industrie une provision toujours accrue de matières premières.

  • 32 Jean XXIII, Mater et Magistra, p. 90-92.
  • 33 Ibid., p. 76.
  • 34 Ibid., p. 89.

24Et de poursuivre sur la valeur morale du travail agricole, exigeant de patience, souplesse, ressort et esprit d’indépendance : la personne humaine trouve dans le travail de la terre des stimulants sans nombre pour s’affirmer, se développer, s’enrichir, y compris dans le champ des valeurs spirituelles. Ce travail doit être conçu, vécu comme une mission, comme une réponse à l’appel de Dieu nous invitant à prendre part à la réalisation de son plan providentiel dans l’histoire, comme un engagement à s’élever soi-même avec les autres et comme une contribution à la civilisation humaine32. Sans aucun doute, la propriété constitue un moyen idoine pour l’affirmation de la personne et l’exercice de la responsabilité en tous domaines, élément de stabilité sereine pour la famille, d’expansion pacifique et ordonnée dans l’existence commune33. Plus largement, dans une conception humaine et chrétienne de l’homme et de la famille, il est naturel de penser idéale l’entreprise qui se présente comme une communauté de personnes, et de s’employer à ce que cet idéal devienne réalité, compte tenu du milieu donné, et à condition « qu’elle puisse donner à ces familles un revenu suffisant pour un niveau de vie décent34 ».

  • 35 Ibid., p. 86.
  • 36 Ibid., p. 69.

25En conséquence, il faut encourager à la transformation des techniques de production, du choix des cultures, voire des structures des entreprises de manière à atteindre, dès que possible, un niveau de vie décent par rapport aux secteurs de l’industrie et des services35… et offrir des produits qui répondent mieux en quantité et en qualité, aux exigences des consommateurs. Dans l’immédiat, il faut conserver et promouvoir, en harmonie avec le bien commun, et dans le cadre des possibilités techniques, l’entreprise artisanale, l’exploitation agricole à dimension familiale, et aussi l’entreprise coopérative, comme intégration des deux précédentes36. Le pape conseille en conséquence aux pouvoirs publics de mettre en branle une politique économique et sociale qui encourage et facilite une ample accession à la propriété de biens durables : une maison, une terre, un outillage artisanal, l’équipement d’une ferme modèle, quelques actions d’entreprises moyennes ou grandes.

  • 37 Ibid., p. 70.

26Les faveurs pontificales vont une nouvelle fois vers l’association de structures familiales (qu’elles soient agricoles ou artisanales) et coopératives comme catégories porteuses de valeurs humaines authentiques, contribuant au progrès de la civilisation37 par le sens des responsabilités, l’esprit de collaboration, le goût pour un travail fin et original qu’elles entretiennent dans la noblesse de leur travail. Le pape recommande qu’artisans et coopérateurs disposent d’une bonne formation technique et humaine, d’une solide organisation professionnelle et qu’ils bénéficient aussi d’une politique économique stimulante en matière d’instruction, de régime fiscal, de crédit, d’assurances sociales.

  • 38 Ibid., p. 70.
  • 39 Ibid., p. 89-90.

27L’association, dans le secteur agricole comme dans tous les autres secteurs productifs, est considérée de nécessité vitale, plus encore si le secteur est basé sur l’entreprise familiale. Les travailleurs de la terre doivent se sentir solidaires les uns des autres, et collaborer pour donner existence à des organisations coopératives, à des associations professionnelles ou syndicales. Les unes et les autres sont indispensables pour tirer profit du progrès technique dans la production, pour contribuer efficacement à la défense des prix, pour s’établir à niveau d’égalité avec les professions des autres secteurs de production, pour avoir voix au chapitre dans les domaines politique et administratif. De nos jours, une voix isolée n’a guère le moyen de se faire entendre, moins encore de se faire écouter38. Il appartenait donc aux cultivateurs d’établir un réseau d’institutions coopératives variées, de s’organiser professionnellement, de prendre leur place dans la vie publique, aussi bien dans l’administration que dans la politique39. Car les meilleurs promoteurs du développement économique, du progrès social, du relèvement culturel dans les milieux ruraux ne peuvent être que les intéressés eux-mêmes.

  • 40 Ibid., p. 88.
  • 41 Ibid., p. 88.

28L’accent est mis sur la nécessité de veiller au respect des prix, lesquels constituent souvent une rémunération de travail, plutôt qu’une rémunération de capitaux : il est du ressort des acteurs économiques eux-mêmes, aidés de l’action régulatrice des pouvoirs publics, de maintenir leur niveau. Comme Pie XI, Jean XXIII recommande de maintenir un raisonnable rapport entre les prix auxquels se vendent les produits des diverses branches de l’activité économique40. Aux promoteurs des bas prix agricoles, la réponse est clairement articulée en trois affirmations : en premier lieu, il est vrai que les produits agricoles sont destinés d’abord à satisfaire les besoins primaires ; en conséquence, leurs prix doivent être tels qu’ils soient accessibles à l’ensemble des consommateurs ; cependant, on ne peut s’appuyer sur ce motif pour réduire toute une catégorie de citoyens à un état permanent d’infériorité économique et sociale, et la priver d’un pouvoir d’achat indispensable à un niveau de vie décent, cela, au reste, en opposition avec le bien commun41.

  • 42 Ibid., p. 64.
  • 43 Ibid., p. 84-85.

29Jean XXIII affiche la certitude que le progrès social doit accompagner et rejoindre le développement économique, de telle sorte que toutes les catégories sociales aient leur part des produits mis en circulation42. Pour éviter de creuser les oppositions entre villes et campagnes, Jean XXIII conseille de développer, sur le territoire national, l’ensemble des virtualités productives et d’aligner productivités agricole et industrielle, niveaux de vie rural et urbain. Le rôle des services publics en matière de routes, transports, communications, eau potable, logements, soins, instruction, loisirs, services religieux est mis en exergue43. Il prend soin de préciser que la richesse économique d’un peuple ne résulte pas seulement de l’abondance globale des biens, mais aussi et plus encore de leur distribution effective suivant la justice, en vue d’assurer l’épanouissement personnel des membres de la communauté, car telle est la véritable fin de l’économie nationale. Ces paroles, la société de consommation en cours de renforcement ne veut pas les entendre. Toute « économie » réalisée sur la nourriture ne permet-elle pas de stimuler les autres productions non agricoles ? Transparaît ici l’impossible concordance d’action entre les recommandations pontificales et les projets ministériels et supranationaux de modernisation agricole.

Le président de Gaulle persiste contre la défense des prix

  • 44 Nommé ministre de l’Agriculture le 24 août 1961.
  • 45 Le Monde, 1er août 1961, texte de l’allocution radiodiffusée et télévisée.
  • 46 Pisani Ed., Un Vieil homme et la terre. Neuf milliards d’êtres à nourrir, la nature et les société (...)
  • 47 No 297, septembre 1963.
  • 48 L’Information agricole, n° 289, avril 1963.

30En France, Edgar Pisani44 succède à Henri Rochereau au cœur de l’été 1961. Le Premier ministre, Michel Debré a prévenu : « Les paysans doivent mettre fin à l’individualisme (sic !) et à bien d’autres traditions qui ne conviennent plus à ce que la Nation attend de notre riche terre45. » Ces propos ont le mérite d’endosser la responsabilité de l’action conduite, à la différence de ceux d’Edgar Pisani qui, après avoir été aux « responsabilités », écrit : « Nous avons été les complices bien involontaires d’une stratégie européenne de conquête commerciale46 »… La loi d’orientation agricole (1960) et la loi complémentaire (1962) sont préparées et votées tambour battant. « Le revenu des agriculteurs augmente deux fois moins vite que celui des autres Français », accuse L’Information Agricole47. Une nouvelle fois, la France paysanne « se dresse unanime pour faire rendre justice » à ses membres48. Ainsi, quelque 300 paysans saccagent un abattoir de volailles contrôlé par la firme Cargill à Montreuil-sur-Ille, au nom du refus de toute intégration capitaliste accusée de submerger la Bretagne (1962).

  • 49 De gaulle Ch., Lettres…, op. cit., p. 327, « Lettre à MM. Pompidou et Lévêque, 6 avril 1963 ».

31De Gaulle prend la plume pour rédiger une note au sujet des prix agricoles qui constituent le nœud du problème : « L’accroissement du revenu du producteur doit résulter du progrès de la productivité et de la production. L’idée que l’augmentation du revenu doit résulter de la hausse des prix est absurde à tous égards. On a laissé ou encouragé les agriculteurs à se mettre dans cette psychologie. C’est une erreur d’où il faut revenir49. » La volonté de puissance française fait confondre indépendance nationale et surdéveloppement agricole. Le gouvernement ne cède pas. Réunions, motions, manifestations s’enchaînent en 1963 pour une action syndicale offensive. Les producteurs de fruits et légumes manifestent en juin en Bretagne comme dans le Sud-Est, les vignerons languedociens se mobilisent en novembre…

  • 50 Ibid., « Lettre du 19 septembre 1964 ».
  • 51 André Castéra, 1920-2007 : militant actif dans le syndicalisme viticole audois, se dresse en 1967 (...)

32Le 24 janvier 1964, une démonstration massive d’unité et de discipline syndicale donne le ton. Les successives sommations faites au gouvernement irritent le général de Gaulle qui confie à son Premier ministre qu’« accepter d’y accéder et d’augmenter les prix serait une faute très grave non seulement au point de vue du plan de stabilisation, mais encore en ce qui concerne l’autorité nécessaire de l’État, reculer devant l’agitation démagogique (sic !)50 ». Une motion de censure sur la politique agricole est déposée sur les bureaux de l’Assemblée nationale par le Centre démocratique, le Groupe socialiste, le Rassemblement démocratique. Elle est repoussée. La dynamique protestataire se maintient : André Castéra51 soulève le Languedoc viticole.

DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE L’EUROPE AU DÉVELOPPEMENT MONDIAL DES MARCHÉS ET À LA WORLD FOOD (1968-2013)

33La mobilisation antieuropéenne renforçait l’unité d’une France paysanne en passe de se faire agricole. Ce n’était pas contre l’idée d’union européenne que se faisait le mouvement protestataire, mais contre le projet de marché proposé par Bruxelles. Acquis à l’incontournable passage obligé par l’échange dans les sociétés modernes, les agriculteurs restent généralement méfiants à l’égard de la liberté des prix.

Le durcissement des exigences européennes

  • 52 Sicco Mansholt, 1908-1995, ministre de l’Agriculture d’un gouvernement social-démocrate des Pays-B (...)
  • 53 Georges Vedel, 1910-2002 : juriste français, conseiller juridique de la délégation présente aux né (...)

34La publication du plan Mansholt52 qui dénonce le trop-plein de population agricole (1968) et le rapport Vedel53 qui relève l’accumulation d’excédents agricoles et de dépenses communautaires (1969) font l’effet d’une douche froide. Le mémorandum Mansholt-Vedel souligne l’inadaptation des structures de production à l’évolution des marchés. Il répond à la volonté de dépasser l’autosuffisance alimentaire européenne. Cet objectif initial étant atteint mieux que prévu, la surface minimum utile par exploitant est portée à quarante hectares, et les cinq millions d’agriculteurs européens jugés indésirables n’ont plus qu’à disparaître.

  • 54 Bernard Lambert, 1931-1984 : dirigeant du CNJA dès sa création en 1956, cet ancien membre de la JA (...)
  • 55 Lambert B., Les Paysans dans la lutte des classes, Paris, Seuil, 1970.

35Bernard Lambert54 choisit de replacer les paysans dans la dynamique marxiste de la lutte des classes55 (1970). Depuis que les jeunes agriculteurs ont accepté de renoncer à la défense des prix et d’œuvrer pour les structures productivistes, ils savent que la bataille est perdue pour les paysans. Néanmoins, ils attendent la réalisation des promesses faites aux agriculteurs modernes. Et voilà qu’ils reçoivent, en récompenses de leurs grandes réussites, des mesures jugées inacceptables : où s’arrêteront-elles ? Conscients d’être « exploités », les agriculteurs craignent d’entretenir et alimenter leur propre exploitation en continuant à investir, à créer des richesses qui leur seront tour à tour extorquées au profit des agents du complexe agro-industriel capitaliste. Le discours révolutionnaire se renforce avec les nouveaux doutes des jeunesses chrétiennes.

36Les jeunes agriculteurs issus en nombre de la Jeunesse Agricole Catholique (JAC) ont bien entendu les conseils : s’associer et en appeler à l’État pour résoudre les problèmes difficiles de leur temps, mais ils ont oublié les autres recommandations, notamment celles relatives à la défense des prix et aux risques de l’endettement… Sous la bannière de sentiments généreux, ils ont mis à la disposition des Européens les produits agricoles attendus, mais, à long terme, ils n’avaient pas prévu d’avoir à sacrifier leur propre patrimoine culturel. En d’autres termes, l’ancienne agriculture de proximité a laissé place à une production déversée sur les marchés les plus lointains, avec tous les aléas que cela comporte, y compris, en boomerang sur les pays importateurs contraints, au loin, de renoncer à leurs savoir-faire ancestraux.

  • 56 Voir infra l’article de Stéphane Le Bras.

37Le poids des réalités fait protester les éleveurs (1966-1967), les producteurs laitiers (1971-1972) qui sont relayés par les vignerons (1971-1976). Les morts de Montredon-des-Corbières marquent l’échec des Languedociens dans la guerre des vins de table qui les oppose à Bruxelles56. La fixation des prix s’est considérablement compliquée en raison de la dévaluation du franc (1969) et de la réévaluation du mark. Convertis en écus à partir de 1979, les agriculteurs doivent prendre en compte ces désordres monétaires. À ceux qui dénoncent les montants compensatoires (1977-1979) s’ajoutent ceux qui contestent les baisses de revenus.

38Les observateurs les plus affairés estiment que l’Europe a rempli ses engagements : elle assure la sécurité de l’approvisionnement, une large autosuffisance. Il n’est donc plus nécessaire de poursuivre dans la voie du premier modèle avec augmentation des revenus agricoles par augmentation du volume produit et prix garantis. Les pressions américaines pour faire accepter l’intégration des produits agricoles dans les accords du General Agreement on Tariffs and Trade (GATT) redoublent. La réforme de la PAC ne saurait plus tarder, les prix garantis, les aides à l’exportation et les freins à l’importation doivent cesser.

  • 57 Coulomb P. et Nallet H., Le Syndicalisme agricole et la création du paysan modèle, INRA, Cordes, 1 (...)
  • 58 Mazoyer M., Le technocrate et le paysan. Essai sur la politique française de modernisation de l’ag (...)
  • 59 Institutionnalisés en 1990 pour contribuer à la mise en œuvre des politiques économiques nationale (...)

39Un nouveau plan Mansholt opte en 1980 pour une réduction de 10 % de la production agricole. La nouvelle loi d’orientation (1984) met l’accent sur l’intégration de la production agricole dans le secteur agroalimentaire et le développement des capacités exportatrices françaises. La société industrielle et commerciale annexe au grand jour l’agriculture. La mise au pas moderniste se fait sous le signe du « paysan modèle57 » coaché par le « technocrate58 ». Bâtis sur le modèle américain des Marketing Orders, les Comités Économiques Agricoles ont pour mission d’accélérer la mutation : harmoniser les disciplines de production, de commercialisation, de prix. L’application des règles communes de mise en marché est à l’ordre du jour59. Le démantèlement des montants compensatoires et la diminution des prix de soutien sont censés freiner l’hémorragie financière qui coûte à l’Europe un milliard de francs par jour.

40La Bretagne s’enflamme dès 1983 (Saint-Brieuc, Quimper, Châteaulin, Pontivy, Carhaix…) : barrages, délestages de cargaisons étrangères, bûchers spectaculaires en places publiques pour bétail surnuméraire. La similitude est grande entre comportements exaspérés de Rennes à Montpellier. La distribution nationale d’espèces sonnantes et trébuchantes se généralise, véritable armada d’« ambulances pour cas difficiles » de l’Atlantique à la Méditerranée. Les caisses de Crédit Agricole sont priées de compléter l’octroi de béquilles nécessaires. L’économie agricole est devenue une économie d’endettement : nul ne l’aurait cru possible au temps des générations précédentes bardées de réflexes antiusuraires. Viennent une nouvelle dévaluation du franc (1983-1984), une diminution des prix de 10 % en moyenne, les quotas laitiers (1984). La recherche de records de productivité – la production nette par actif a sextuplé entre 1950 et 1980 – provoque des surdensités porcine et bovine, de gigantesques stocks de beurre, de lait, de vin. Les éleveurs de porcs saccagent la préfecture rennaise (février 1984).

  • 60 Anciens de la JAC et jeunes militants des partis politiques progressistes s’y côtoient, non sans d (...)

41La PAC s’était complexifiée à l’extrême dans les méandres des réajustements de prix avec « prélèvements », « restitutions » et « montants compensatoires ». Il avait fallu, coûte que coûte, maintenir la parité des prix mondiaux, maintenir aussi la parité des monnaies européennes : le FEOGA avait pris en charge le financement des opérations. L’unicité de prix communautaire n’a été qu’une fiction, clament alors avec conviction les contempteurs de la PAC. Les divisions s’exacerbent dans les campagnes. La cogestion endossée par le CNJA60 a fait des émules au sein même de la FNSEA : après avoir fermement défendu la nécessité de « bons » prix agricoles, des responsables de la Fédération se rallient aux vues des pouvoirs publics. La nomination d’anciens du CNJA à des postes ministériels répond au désir politique de renforcer l’alliance avec les élus syndicaux : Michel Debatisse est nommé secrétaire d’État aux industries agricoles et alimentaires (1979-1981) avant que ne vienne le tour de François Guillaume, ministre de l’Agriculture (1986-1987).

42Les adversaires de la FNSEA redoublent de critiques à l’encontre de ses oligarques betteraviers et céréaliculteurs devenus suppôts du capitalisme agricole. La génération de la rupture avec le passé n’avait pas imaginé qu’elle verrait tant de laissés-pour-compte (éleveurs et laitiers, vignerons et arboriculteurs…), ruinés par la déstabilisante dynamique européenne. Faillites, abandons, suicides stigmatisent les bilans des promesses non tenues. Ils attestent à leur façon que de nombreux agriculteurs sont devenus la variable d’ajustement au marché. Cela ne faiblit en rien la détermination politique acquise à une réforme agricole d’envergure scandée par les lois successives d’orientation agricole. Une étape décisive, attendue depuis longtemps par les partisans d’une agriculture intégrée au commerce mondial, va être franchie : l’Uruguay round de 1986 scelle en effet l’accord européen. Des experts n’ont-ils pas lié la reprise économique mondiale, si lente à faire sentir ses effets depuis la crise pétrolière, à la libération des marchés ?

Bilan à l’heure de l’Uruguay round (1986)

43La plus radicale réforme du système commercial mondial préparée depuis 1947 s’accomplit entre 1986 et 1994 dans le cadre du GATT, les Européens ayant cédé aux exigences américaines concernant les produits agricoles. La négociation s’achève par les accords de Marrakech qui créent la nouvelle Organisation Mondiale du Commerce (OMC). L’enjeu mis en avant n’est plus la sécurité alimentaire de l’Europe, il s’agit désormais de stimuler le commerce mondial : le développement des peuples et l’éradication de la faim dans le monde en dépendent, susurre-t-on ici et là…

  • 61 Multipliés par huit en 45 ans.

44L’heure est venue de la diminution des dépenses communautaires, du gel des terres (moins 20 % de terre labourables) ; la réduction drastique des excédents suit (1990), avec primes à la friche et encore à l’arrachage viticole (1992). Les exportations subordonnées doivent diminuer de 21 % dans les six ans qui viennent. Les prix garantis se rapprochent des cours mondiaux. La nouvelle politique de soutien se fait sur la base d’aides directes, comme aux États-Unis : des aides agroenvironnementales cofinancées par les États membres sont favorisées dans le cas de pratiques agricoles extensives avec friches. Autant de preuves a posteriori du bien-fondé des craintes paysannes exprimées dans les années 1960. Qui aurait cru alors possible qu’il serait demandé à la génération suivante de réduire la superficie agricole française, de réformer à la baisse l’agriculture… C’est pourtant sans état d’âme que la réforme de 1992 pousse les agriculteurs vers une retraite anticipée… Les charges d’exploitation continuent de croître, tandis que se tassent les revenus malgré des gains de productivité toujours plus élevés61.

45Une nouvelle vague protestataire déferle sur la France au printemps 1992. Elle secoue Bordeaux, Rouen, Saint-Lô, Alençon, Boulogne-sur-Mer… Il fallait empêcher le sacrifice de l’agriculture européenne, l’Europe ne pouvait devenir la simple zone de libre-échange qu’elle a toujours refusé d’être… La France ne saurait juxtaposer harmonieusement la paupérisation des populations agricoles et la surindustrialisation d’une production agroalimentaire. Le printemps 1993 relance dans la contestation le Sud-Ouest, les Charentes et la Normandie. Des aides publiques font revenir l’ordre.

  • 62 En affirmant que l’agriculture était le pétrole de la France, en 1978, le président Giscard d’Esta (...)

46La France affiche un catalogue de satisfecit statistique qui hisse les exportations agricoles au deuxième rang mondial. Dans certains calculs spéculatifs, l’agriculture française avait peut-être remplacé le pétrole62 que l’Hexagone n’avait pas, mais cela s’était sûrement fait au détriment des populations paysannes.

  • 63 Elle passe de 5 à 2 millions en 30 ans, tombe à 1 million en 1990.
  • 64 Elles passent de 2,3 à 1,3 million entre 1955 et 1974 ; en 1990, alors qu’elles sont moins de 1 mi (...)

47En quelques décennies à peine, la propriété familiale a été remplacée par l’exploitation productiviste. L’exode rural a poussé les jeunes à quitter famille et village. En proie à l’angoisse de se laisser enfermer dans un milieu sans avenir, les fils et filles de la terre ont cédé au mirage d’une vie plus libre et plus facile dans les villes. La déroute s’inscrit dans la froideur des relevés statistiques ; la population active agricole française a perdu deux millions de membres entre 1954 et 1968 ; un autre million a disparu au cours des 14 années suivantes63. La chute s’est faite vertigineuse. Chaque année, 50 000 exploitations ont fermé leurs portes. Entre 1963 et 1979, le tiers des exploitations a disparu. À la fin du siècle, l’on recense cinq fois moins d’exploitations qu’en 1900 et deux fois moins qu’en 197064. La petite propriété, fleuron de l’exception française, s’est rétractée. Détenue par des agriculteurs à temps partiel ou âgés, elle s’efface du paysage. Le nombre d’exploitations de 50 à 200 hectares a bondi, propulsant la campagne gauloise à rivaliser avec celle d’Albion. La moyenne des exploitations, évaluée autour de 30 hectares dans les années 1990, progresse toujours.

48Les stop-and-go de la PAC ont résulté de concessions passagères à l’électorat agricole rapidement frappé de plein fouet dans certaines branches de production. Faute d’en référer à la défense d’une civilisation ou de poser des questions d’avenir sociétal, le combat paysan s’est enfermé dans un discours protestataire interprété comme archaïque par les relais de la nouvelle société. Au fil des réformes s’est renforcée l’orientation libérale de la PAC et l’alignement sur les exigences de l’OMC accélérait tant que faire se pouvait la cadence. Cautionné par les États et par les autorités européennes thuriféraires d’un État garant du marché concurrentiel, le « laisser-fairisme » sur le marché ne pouvait, affirmaient-ils, que favoriser le mécanisme autorégulateur des prix. Au niveau le plus bas, eût-il fallu comprendre.

  • 65 Les hommes politiques français, longtemps soucieux à Bruxelles de lier le sort de l’Europe à celui (...)

49La mise en conformité des mesures européennes et mondiales s’est traduite par une mise au pas de l’agriculture européenne. C’est un soutien au développement rural qu’apporte le programme de Doha (2001). Les accords du Luxembourg (2003) annoncent la diminution progressive des restitutions à l’exportation. Le découplage des primes et de la production surprend par ailleurs ceux qui font du travail la base des revenus. La fin du financement annuel garanti et la suppression des quotas sont inscrites à l’horizon 2013-2015… Les budgets dégagés de la pression agricole pourront être investis dans d’autres secteurs communautaires65, tandis que l’OMC sera en mesure de dicter les nouveaux objectifs à atteindre.

La victoire de l’idéologie laisser-fairiste

50Les prix de marché sont tombés au plus bas, les aides financières et restitutions à l’exportation ont vécu, une à une tombent les défenses professionnelles patiemment élaborées par les générations précédentes. L’OMC est désormais le théâtre ouvert où sont lancés les défis les plus divers. Parmi tant d’autres, s’y noue le destin de la protection des « indications géographiques », version OMC des Appellations d’Origine Contrôlées (AOC). L’Union européenne a actualisé ses propres normes en 1992 avec l’AOP (Appellation d’Origine Protégée), la France a suivi en 2008. Aujourd’hui, en plus de milliers de vins, ce sont près de 600 produits, de la Bratwurst de Thuringe allemande au miel des Açores portugais, qui disposent du label communautaire. Ce patrimoine est contesté par le Canada et les États-Unis notamment. L’Union européenne et ses alliés persévéreront-ils dans leur défense ? Ces indications géographiques ne sont-elles pas le seul moyen de ne pas « tromper le consommateur » et de préserver les producteurs locaux face aux multinationales de l’agroalimentaire ? À l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO), l’organisme français chargé de veiller sur les AOC, on évoque des ventes en hausse de « 20 % à 30 % » pour les produits protégés. Mieux, cette législation serait un « outil de développement agricole et rural extraordinaire », ne craint pas d’affirmer son directeur Philippe Mauguin. Il rappelle que si l’on avait laissé la concurrence jouer à plein, « on ne ferait plus de lait à Comté », région de moyenne montagne où, sur le papier, l’élevage de vache est difficilement rentable. En ces temps de développement durable, l’AOC devient une porte de sortie pour la petite paysannerie, ou ce qu’il en reste.

51L’effacement de la société paysanne européenne, la destruction des paysages, sols et sous-sols, l’appauvrissement du patrimoine culinaire et génétique…, tout cela n’a permis en rien de régler la question de la faim dans le monde qui touche en 2009 un milliard d’individus. Pourtant, le « développement » reste au cœur des discours produits pour légitimer les recommandations des ultralibéraux ; et les antiterroirs ne veulent voir dans la défense de la biodiversité que la nostalgie du protectionnisme.

  • 66 Autour d’un milliard, soit un sixième de la population mondiale. Le Bangladesh, le Kenya, la Somal (...)

52Au même moment, la traque de sources de revenus toujours croissants oriente plus que jamais les banques d’investissements et autres compagnies internationales vers les investissements agricoles à l’étranger, y compris la production alimentaire off-shore. La Chine lorgne vers l’Amérique latine, le Qatar et le Koweït vers les rizières du Laos, la Corée du Sud au Soudan, les États-Unis vers l’Ukraine où investit la banque Morgan Stanley… Une nouvelle flambée des cours alimentaires sur les marchés au profit des intermédiaires ne serait pas sans rappeler celle du printemps 2008, qui avait provoqué des émeutes à Lima, Kaboul, Dakar, Yaoundé, Port-au-Prince… Les centaines de millions de faméliques66 témoignent d’un monde où un pourcentage infime de personnes contrôle une énorme part de richesses.

53Ce ne sont pas les producteurs européens qui, au même moment, crient leur misère. Les prix du lait, des fruits, du vin et autres traduisent les désastres sociaux opérés par l’assassine liberté des prix ; des producteurs ardents à la tâche ne trouvent plus dans leurs exploitations et leur travail des revenus suffisants pour leur permettre de poursuivre leur activité. Le principe de la concurrence a été tronqué, car il n’a pas assimilé à des pratiques frauduleuses les bas coûts de production pratiqués dans certaines sociétés. Il est pourtant impossible de lutter sur le marché à armes égales lorsque charges sociales, fiscales et juridiques pesant sur l’exploitation sont inégales, et plus encore lorsque des producteurs respectueux de qualité sont confrontés à des producteurs soucieux du seul profit maximum. Toute transaction sous-évaluant le travail constitutif du produit concerné constitue un acte frauduleux à l’égard du producteur.

54La mesure du Bonheur National Brut (BNB), conçue par le roi du Bouthan en 1972, est désormais en vogue dans les pays occidentaux. Les prix Nobel Amartya Sen et Joseph Stiglitz sont invités par l’Élysée à réfléchir sur de nouveaux indicateurs de richesse, en remplacement du PNB imposé il y a 50 ans comme indicateur de croissance et de prospérité. Dans les hautes sphères de la pensée économique avant-gardiste, les inégalités sociales ne semblent plus devoir être résorbées par les seuls bonds de croissance…, l’ONU cherchant depuis 1990 à forger un indicateur de développement apte à promouvoir une nouvelle représentation du progrès.

À droite : Paysans de l’Ouest en colère (1967), archives CHT, coll. FDSEA 44.

La Une du supplément au n°1 du journal de la CNSTP (mars 1982), archives CHT, fonds FNSP, cl. CHT.

Annexes

ANNEXE 1

Marché et agriculture : quels mécanismes ?

Les libéraux conçoivent le marché comme un mécanisme de coordination naturel, spontané, dont l’unique but est de satisfaire la liberté de l’appropriation individuelle. La libre concurrence est censée harmoniser, telle la main invisible décrite par Adam Smith, la vie économique sur la base d’un équilibre entre l’offre et la demande. La valeur d’échange est propulsée valeur fondamentale. Rappelons que, selon David Ricardo, la valeur de production67 détermine le prix des marchandises reproductibles à gré ; la valeur d’usage n’est de mise que pour les marchandises rares ou reproductibles dans des circonstances particulières.

L’école ultralibérale stipule, sur ces bases, que les prix doivent échapper à toute correction humaine – sous peine de pénalité économique –, pour que l’échange reste absolument libre. Ainsi seulement, géré par les seules lois physiques et mathématiques, le prix du marché tend à équilibrer l’offre et la demande, sans se soucier de la valeur sociale des produits ou services échangés. La suppression du caractère social et moral de la vie économique affranchit de toute contrainte la liberté, et relègue dans l’oubli la justice. Le prix du marché fait règle absolue.

Le prix du marché renvoie au coût d’exploitation. Pour ne pas entamer le profit affecté au capital investi dans les grandes entreprises, l’effort de compression porte sur les frais de production, dont le salaire. Conséquemment, tous les efforts des petits producteurs se reportent sur la contraction du coût du travail obtenu sur la base de meilleurs rendements et productivités.

Sur le terrain, le raisonnement ultralibéral ne tarde pas à provoquer l’alignement des prix du marché sur le coût d’exploitation le plus compétitif. Celui-ci est dit prix de revient fonctionnel sur la base des rendements et productivités maxima. Les économistes affirment qu’à ce stade, les prix se stabilisent. C’est faire abstraction de toute concurrence déloyale ! Or, celle-ci est d’autant plus aisée que l’uniformisation du coût salarial n’est pas requise à l’échelon international. Comparés au prix de revient fonctionnel, obtenu à coup de rationalisation technique, ceux qui émanent des entreprises les plus défavorisées sont dits marginaux, même lorsqu’ils proviennent du plus grand nombre d’exploitations.

Dans toute entreprise soumise aux dures lois de la concurrence, il faut produire pour vendre vite et sans avoir à stocker. Tous les efforts se reportent sur la contraction du coût du travail, jusqu’à aligner les prix sur les plus bas pratiqués dans le monde. Les gains de rendement et de productivité sont considérés comme porteurs de « rente différentielle ». Lorsque le prix de marché commande ainsi le prix de revient à la production, la rétribution du travail de production est réduite au minimum.

La dégradation des prix est rapide car, laisser fluctuer le « prix économique » sur le marché revient à faire du « prix courant » celui du grand marché international, fondé sur le prix de revient fonctionnel. Lorsque le progrès économique s’emballe, au service du productivisme, et en l’absence de règles, la détermination du prix relève des conditions des dominants, en l’occurrence les plus performants. Les acheteurs de matières premières s’en réjouissent. En situation d’abondance, tout spéculateur a pour but de contraindre le producteur à accepter les conditions de prix les plus basses, ce qui est particulièrement aisé lorsque les trésoreries à la production sont vides. La perspective de gains faciles attire des acteurs dans le seul but de faire des affaires et de s’enrichir rapidement. La férocité économique s’impose, et érige en loi la sélection naturelle ; la barbarie est de retour.

En bout de processus, si la spéculation se nourrit en un point du globe de dérisoires salaires au service d’un productivisme croissant, elle contraint tous les producteurs à accepter un prix de vente inférieur au prix de revient tiré au plus bas, un « prix de misère ». La règle de l’échange consiste alors en l’application de la seule loi de l’offre dominée par les plus performants en matière de prix de marché.

Le niveau des prix se révèle décisif pour l’avenir de la culture concernée, dans toute économie ouverte à la libre concurrence : le profit devient la seule préoccupation de son développement ou de sa suppression. De ce fait, la tyrannie des prix met en cause la répartition des cultures et des entreprises ; tout changement intervenu sur le front des prix provoque une redistribution des activités et le remodelage des paysages. La rente foncière s’aligne sur le mouvement des prix, lequel affecte en cascade la valeur vénale de la terre. Toute détérioration de prix lance une spirale d’effets déstabilisateurs pour les producteurs les moins compétitifs, jusqu’à les faire renoncer à leur activité ! Lorsque le libre prix de vente commande le prix à la production, l’homme est mis dans la dépendance du prix : il n’est plus sujet, mais objet de l’économie. Plus se nivelle l’écart entre le prix de revient de la production, et son prix de vente sur le grand marché, plus s’enrichit l’intermédiaire acheteur – qui bénéficie de la plus-value68 –, et plus s’appauvrit le producteur.

L’oppression sociale est à son comble, lorsque la loi de la concurrence bafoue toute règle de justice dans le rapport économique. Il ne reste plus aux producteurs endettés qu’à « brader » leur marchandise pour acquitter les échéances, laissant courtiers et banquiers seuls maîtres du marché. Unique espoir : que l’offre des moins-disants ne comble pas toute la demande ; à moins que la situation ne s’aggrave en présence de monopoles partiels commandant aux prix. Lorsqu’un monopole d’achat parvient à dominer les producteurs, l’acheteur achète le moins cher possible.

Quand les limites de l’insupportable sont atteintes, les exploitations sont saisies et vendues aux enchères pour apurer les dettes. De très fortes baisses de prix, généralement génératrices d’« économie subie » pour les producteurs, expriment des déstructurations économiques et sociales sous les coups de boutoir d’une concurrence débridée. En l’absence de strictes limites, la concurrence qui s’appuie sur le productivisme pour abaisser le coût du travail, précipite la concentration des ressources ; jusqu’à tuer la concurrence : monopoles d’achat et de vente finissent par s’imposer après la disparition des partenaires inorganisés. Ainsi le veut la loi fatale et mécanique du tout économique. Or, ni le monopole vendeur, qui concentre les productions et en fixe les prix, ni le monopole acheteur qui joue sur d’âpres concurrences, ne sont défendables. In fine, le libre jeu de la concurrence conduit au désastre social.

La liberté de marché s’efface rapidement sous les coups de butoir de la concurrence sauvage. Celle-ci ne peut, en conséquence, servir de norme régulatrice de l’activité économique. La concurrence reste une émulation légitime tant qu’elle est contenue. Effrénée, elle devient synonyme de cupidité au service de la loi du plus fort. Défendre l’économie de marché n’implique pas de laisser la toute-puissance du profit régler la vie économique et sociale, selon ses seuls intérêts. L’économie de marché fondée sur la liberté de l’échange n’implique pas nécessairement une organisation capitaliste de la production en amont, et du profit en aval. Seuls les libéraux (néo ou ultralibéraux), confondent liberté et licence pourvoyeuse de gains optima. Liberté de l’échange et inégalité des parties ne sont superposables que pour les héritiers de l’école manchestérienne du XIXe siècle.

Critiquer la libre concurrence n’est pas plaider en faveur d’une économie administrée ou taxée. L’histoire enseigne que la fixation arbitraire des prix provoque rapidement de graves désordres, généralement dénoncés par ceux qui les subissent à leur tour. Comme les producteurs, les consommateurs se passent de tracasseries inutiles. Cependant, la suppression du caractère social et moral de la vie économique, si elle affranchit de toute contrainte, relègue dans l’oubli la justice.

Notes

1 Pie XII, lettre du 31 août 1947.

2 Id., lettre du 15 novembre 1946.

3 Id., message, 24 décembre 1952.

4 Id., discours, 15 novembre 1946.

5 Id., discours, 3 juin 1950.

6 Id., message de Noël, 24 décembre 1955.

7 Id., discours, 15 novembre 1946.

8 Voir Gavignaud-fontaine G., La Révolution rurale dans la France contemporaine, XVIIIe-XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1996.

9 Docteur en droit et en économie, secrétaire général de la Confédération Nationale des Associations Agricoles, membre correspondant de l’Académie d’agriculture, membre du jury du prix Sully, représentant de la France à l’Institut international d’agriculture (Rome)… Libre-penseur aussi indifférent au militantisme révolutionnaire qu’à la doctrine catholique, Michel Augé-Laribé était membre du Parti radical et inspirateur de son programme « paysan ». On lui doit notamment La politique agricole de la France, 1880-1940, Paris, PUF, 1950.

10 Augé-laribé M., La Révolution agricole, Paris, PUF, 1955, p. 365.

11 Id., Situation de l’agriculture française, 1930-1939, Paris, 1939, p. 167.

12 Le Parti radical a marqué de son empreinte le ministère de l’Agriculture en France, voir Boussard I., Les agriculteurs et la République, Paris, Economica, 1990.

13 La viticulture n’est pas encore concernée, l’ouverture du marché vinicole est prévue pour le 1er juillet 1970.

14 La solidarité financière est appliquée après 1971.

15 En septembre 1958, le comité Pinay-Rueff est chargé de proposer des mesures d’assainissement économique à long terme. En novembre, il propose un plan qui prévoit l’assainissement du budget de l’État par la hausse fiscale, des économies publiques et le tassement des prestations sociales, la dévaluation du franc, la lutte contre l’inflation-désindexation excepté le SMIC, la liberté des échanges avec les pays européens et ceux de la zone dollar. Mis en œuvre au printemps 1959 par le ministre des Finances Antoine Pinay, sous le prétexte de lutter contre l’inflation – bien réelle –, il opte pour la désindexation des prix agricoles.

16 Élève de Clément Colson (1853-1959), membre de l’Académie de sciences morales (1944), de l’Académie française (1964), auteur de L’ordre social (Paris, 1947, il y est fort justement noté que le déficit public engendre le désordre social), La Crise du capitalisme (Paris, 1936), Le Grand espoir (Paris, 1949) et autres publications. En poste à la Cour européenne de Justice.

17 1907-1990 ; ingénieur des Arts et Manufactures (1930), diplômé de Science Politique (1933), professeur à l’IEP de Paris (1947), directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Conseiller économique à l’OECE (1940), au commissariat au Plan créé et dirigé par Jean Monnet (1944), expert européen (1949-1955), auprès des Nations Unies (1958) ; membre de l’Académie des sciences morales et politiques (1968) qu’il préside dès 1978. Auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels Le Grand espoir du XXe siècle. Progrès technique, progrès économique, progrès social, Paris, PUF, 1949.

18 La liberté des échanges avec les pays européens et ceux de la zone dollar figure dans le plan Pinay-Rueff.

19 Principe qui fait que la satisfaction des besoins essentiels n’incite pas à l’accumulation démesurée.

20 Intermédiaires qui mériteraient d’être davantage étudiés par les historiens.

21 M. Augé-Laribé plaidait pour le productivisme, mais non pour le laisser-fairisme mercantile : « dépendre, pour la vente, d’un acheteur étranger qui mettra en concurrence tous les pays de l’Europe, c’est un concept d’industrie de guerre et non de politique agricole », in Auge-Laribe M., La Situation de l’agriculture française, op. cit., p. 268.

22 Jean Monnet, 1889-1979 : commissaire au Plan (1945-1952), modernisateur de l’économie française, américanophile et anglophile. L’adhésion à la philosophie productiviste de Jean Fourastié, acquis au progrès économique comme valeur supérieure, a fait privilégier la quête du rapport entre le nombre d’heures nécessaire à fabriquer un produit et le prix dudit produit. Les désordres sociaux entretenus par la baisse des prix à la production ont été minimisés.

23 La branche sociale du néolibéralisme, dite ordolibéralisme, ne saurait être confondue avec celle du catholicisme social. Pour qu’elles soient superposables, la doctrine ordolibérale aurait dû se doter de valeur permanente et non d’utilité transitoire. Les justifications par le marché autorégulateur et par la justice économique ne sont pas assimilables.

24 Membre du comité Armand-Rueff et de la Société du Mont-Pèlerin (Vevey, Suisse) citadelle du néolibéralisme.

25 L’article I-3 du traité de Rome stipule l’interdiction de fausser la concurrence sur le marché commun, ce qui est tout à fait légitime pour lutter contre la fraude. Mais cela doit être complété par la dénonciation de la concurrence déloyale qui vise à faire baisser les coûts de production, des distorsions fiscales et sociales entre pays qui faussent la concurrence ; or ces pratiques ne sont pas dénoncées comme frauduleuses.

26 De gaulle Ch., Mémoires d’espoir, le renouveau 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 159.

27 Revue Sondages, 22 (3), 1960, p. 84.

28 L’Exploitant agricole du Gard, n° 1, novembre 1959.

29 Ibid., n° 4, février 1960.

30 De gaulle Ch., Lettres, notes et carnets, Paris, Plon, 1985, p. 341, « Lettre du 18 mars 1960 ». L’année suivante, il accepte le principe d’une réunion en assemblée extraordinaire pour informer le gouvernement, tout en précisant : « Je tiendrai pour contraire à la constitution que la réunion annoncée du Parlement ait un aboutissement législatif » (« Lettre au Premier ministre, 31 août 1961 »).

31 Id., Mémoires d’espoir, Paris, Plon, p. 155.

32 Jean XXIII, Mater et Magistra, p. 90-92.

33 Ibid., p. 76.

34 Ibid., p. 89.

35 Ibid., p. 86.

36 Ibid., p. 69.

37 Ibid., p. 70.

38 Ibid., p. 70.

39 Ibid., p. 89-90.

40 Ibid., p. 88.

41 Ibid., p. 88.

42 Ibid., p. 64.

43 Ibid., p. 84-85.

44 Nommé ministre de l’Agriculture le 24 août 1961.

45 Le Monde, 1er août 1961, texte de l’allocution radiodiffusée et télévisée.

46 Pisani Ed., Un Vieil homme et la terre. Neuf milliards d’êtres à nourrir, la nature et les sociétés rurales à sauvegarder, Paris, Seuil, p. 54.

47 No 297, septembre 1963.

48 L’Information agricole, n° 289, avril 1963.

49 De gaulle Ch., Lettres…, op. cit., p. 327, « Lettre à MM. Pompidou et Lévêque, 6 avril 1963 ».

50 Ibid., « Lettre du 19 septembre 1964 ».

51 André Castéra, 1920-2007 : militant actif dans le syndicalisme viticole audois, se dresse en 1967 contre l’iniquité du prix du vin sur le marché. Orateur talentueux, il convainc le ministre Edgar Faure de redresser – momentanément – la situation. Il est candidat malheureux à la députation l’année suivante sous l’étiquette gaulliste.

52 Sicco Mansholt, 1908-1995, ministre de l’Agriculture d’un gouvernement social-démocrate des Pays-Bas, nommé Commissaire européen à l’Agriculture, poste qu’il occupe jusqu’en 1971. Voir infra la communication de René Bourrigaud.

53 Georges Vedel, 1910-2002 : juriste français, conseiller juridique de la délégation présente aux négociations sur le marché commun, membre du Conseil Économique et Social (1969-1979), président de Centre d’Études des Revenus et des Coûts (1976-1980).

54 Bernard Lambert, 1931-1984 : dirigeant du CNJA dès sa création en 1956, cet ancien membre de la JAC tente un rapprochement entre syndicats paysans et ouvriers en Loire-Atlantique ; élu député pour le Mouvement Républicain Populaire (MRP) en 1958, il s’impose à la tête des luttes paysannes dans les années 1970 : du catholicisme social au socialisme, le pas est franchi quand il fonde les Paysans-Travailleurs et rejoint le Parti Socialiste Unifié (PSU).

55 Lambert B., Les Paysans dans la lutte des classes, Paris, Seuil, 1970.

56 Voir infra l’article de Stéphane Le Bras.

57 Coulomb P. et Nallet H., Le Syndicalisme agricole et la création du paysan modèle, INRA, Cordes, 1980.

58 Mazoyer M., Le technocrate et le paysan. Essai sur la politique française de modernisation de l’agriculture de 1945 à nos jours, Paris, Éditions ouvrières, 1984.

59 Institutionnalisés en 1990 pour contribuer à la mise en œuvre des politiques économiques nationales et communautaires ; consultés, les vœux qu’ils émettent ne font pas loi.

60 Anciens de la JAC et jeunes militants des partis politiques progressistes s’y côtoient, non sans divergences doctrinales. Faire des militants jacistes les seuls acteurs de la cogestion relève d’un jugement en quête de bouc émissaire.

61 Multipliés par huit en 45 ans.

62 En affirmant que l’agriculture était le pétrole de la France, en 1978, le président Giscard d’Estaing faisait écho à Paul Reynaud pour qui l’agriculture était « la plus immense des industries » (1949).

63 Elle passe de 5 à 2 millions en 30 ans, tombe à 1 million en 1990.

64 Elles passent de 2,3 à 1,3 million entre 1955 et 1974 ; en 1990, alors qu’elles sont moins de 1 million, les prévisions les plus averties s’accommodent des 350 000 agriculteurs qui effectuent les trois-quarts de la production agricole.

65 Les hommes politiques français, longtemps soucieux à Bruxelles de lier le sort de l’Europe à celui de la PAC, contre vents et marées protestataires, envisagent sans état d’âme de reléguer la construction agricole au rayon des accessoires devenus inutiles.

66 Autour d’un milliard, soit un sixième de la population mondiale. Le Bangladesh, le Kenya, la Somalie, l’Éthiopie, l’Érythrée, l’Inde, le Guatemala… sont particulièrement éprouvés.

67 Il faut prendre en compte le profit affecté au capital investi, les frais de production, le salaire ou le bénéfice du producteur indépendant.

68 Différence entre la valeur du produit et le prix consenti au producteur.

Table des illustrations

Légende À droite : Paysans de l’Ouest en colère (1967), archives CHT, coll. FDSEA 44.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende La Une du supplément au n°1 du journal de la CNSTP (mars 1982), archives CHT, fonds FNSP, cl. CHT.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26111/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 707k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paul-Valéry Montpellier 3

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par