Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerres et paix en Afrique noire et à Madagascar

 | 
Alain Tirefort

Le rôle de l’armée ivoirienne pendant la rébellion armée (19 septembre 2002 - 4 juillet 2003)

Kouadio Guessan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION

Depuis l’accession de la Côte-d’Ivoire à l’indépendance, en 1960, les Forces armées nationales de Côte-d’Ivoire (FANCI) se sont trouvées, pour la première fois, en réelle situation de combat, lors de la rébellion armée du 19 septembre 2002. Parvenues tant bien que mal, dans un premier temps, à repousser les rebelles hors de la capitale économique Abidjan, elles réussissent par la suite à préserver « la zone utile du territoire national », située au sud du pays.

Malgré ce satisfecit que l’on peut décerner à l’armée ivoirienne, force est de reconnaître que cette institution militaire a, au cours des différents combats, démontré de nombreuses lacunes qui méritent d’être courageusement évoquées et comblées, afin de la rendre plus efficace et combative. En effet, tout observateur attentif à l’actualité des relations internationales, sait que l’armée ivoirienne n’a pu, non seulement mater la rébellion, mais encore s’est avérée incapable de libérer l’ensemble du territoire natio...

Auteur

Université d’Abidjan (Côte-d’Ivoire)

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540