Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France face aux crises et aux conflits des périphéries européennes et atlantiques du xviie au xxe siècle

 | 
Éric Schnakenbourg
, 
Frédéric Dessberg

Seconde section. Stratégies et pratiques militaires

Finis terrae, finis maris, finis mundi

La « forteresse Amérique » et ses avant-postes atlantiques : stratégie périphérique et défense de l’avant en Europe aux débuts de l’ère thermonucléaire

François David

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

CONSIDÉRATIONS LIMINAIRES

Aux débuts de la guerre froide, la France perd tout espoir de rester une grande puissance tandis que les États-Unis, eux, deviennent un acteur global des relations internationales. Après la Seconde Guerre mondiale, les responsables français se heurtent ainsi à la difficulté pénible de devoir inverser les perspectives géopolitiques et de ne plus se considérer comme le centre du monde. Le centre est devenu la périphérie et la périphérie est devenue le centre. Désormais, l’espace français et européen s’assimile doublement à une périphérie : la France vit concrètement le fait d’être le « finistère » du continent eurasiatique, en bout de course d’une éventuelle conquête soviétique. Dans le même temps, elle devient la périphérie de la principale puissance occidentale, à savoir les États-Unis d’Amérique. Il s’agit d’une réalité objective et concrètement éprouvante. Mais paradoxalement, si la France et l’Europe ne sont plus le barycentre du monde, le vieux continent...

Auteur

Université Lyon III Jean-Moulin

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540