Version classiqueVersion mobile

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

Lecture critique de Luttwak

La grande stratégie de l’Empire romain

Mickaël Guichaoua

Texte intégral

  • 1 Président des États-Unis d’Amérique entre 1981 et 1989.

1La grande stratégie de l’Empire romain d’Edward Luttwak, qui fut conseiller militaire du président Reagan1, parut pour la première fois en 1974 mais ne fut éditée en français qu’en 1989. Cet ouvrage connaît toujours un grand succès dans les milieux universitaires et particulièrement chez les étudiants.

  • 2 Luttwak, La grande stratégie de l’Empire romain, 1976, Édition française : Économica, 1987, p. 1.

2Cette lecture entre dans le cadre de nos préoccupations sur le dialogue militaire entre Anciens et Modernes, sinon les contemporains. En effet, Luttwak explique, dans son introduction, qu’«  il est naturel de regarder vers le modèle offert par la politique de la Rome impériale pour nous rassurer et nous instruire » car « si l’on ne peut établir aucun parallèle pour ce qui touche à la vie économique, sociale et politique, on peut faire des rapprochements instructifs dans le domaine de la stratégie ». Il prétend que « nous » (les Américains, les Occidentaux, les « civilisés » ?) poursuivons le même but que les Romains de l’Empire : « assurer la survie de la civilisation sans porter atteinte à la vitalité économique et sans compromettre l’évolution de l’ordre politique ». En quelques phrases, Luttwak nous dit beaucoup sur la façon dont il conçoit l’histoire. Il veut tirer les leçons de l’Histoire pour le bénéfice de la sécurité de la civilisation moderne occidentale2.

  • 3 Luttwak, ibid., p. 24 : « Les sources écrites, indispensables pour appréhender dans le détail la dé (...)

3Si l’auteur ne parle pas directement de stratégie, il annonce néanmoins dès l’introduction quelles idées en la matière qui vont dominer sa réflexion sur les problèmes stratégiques romains. Bien loin de commencer par des problèmes concrets, il énonce une sorte de grande loi théorique : « il faut mieux conserver la force et n’utiliser la puissance militaire qu’indirectement en tant qu’instrument de lutte politique». Il prône ainsi l’utilisation de la dissuasion grâce à l’effet psychologique illustrée par le siège de Masada à la fin de la guerre juive. Mais en dehors de l’introduction, les exemples basés sur des sources se font bien rares. En effet, l’auteur fait bien plus confiance aux travaux des chercheurs qu’aux sources elles-mêmes car il a l’ambition de brosser un tableau cohérent de la sécurité de l’Empire romain, à partir de l’historiographie sur le sujet. Il prétend allier sa réflexion de stratège avec une vue globale sur le sujet3.

  • 4 Luttwak, ibid., p. 4-5.

4Luttwak distingue trois systèmes différents concernant la sécurité de l’Empire aux Ier-Ve siècles après J.-C. Chaque système combine différemment diplomatie, force armée et infrastructures fixes. Ils furent mis en place pour des raisons conjoncturelles : l’expansion hégémonique pour le premier, la sécurité territoriale pour le second, et la survie de la puissance impériale pour le troisième4.

5Ce livre se veut être la synthèse de tout ce qui a été écrit sur les stratégies de défense et de sécurité à l’époque de la Rome impériale avec le regard d’un spécialiste de stratégie militaire de la seconde moitié du XXe siècle.

LA THÈSE DE LUTTWAK : LES TROIS SYSTÈMES

6Les trois systèmes annoncés par Luttwak sont divisés de façon chronologique. Il prétend en effet que chacun de ces systèmes se repère par son unité propre et que la division s’impose d’elle-même.

7La chronologie de l’auteur correspond à des césures dynastiques traditionnelles dans l’historiographie romaine : les Julio-Claudiens pour le premier de 30 avant J.-C. à 68 après J.-C., des Flaviens aux Sévères pour le second (de 68 à 192 après J.-C.) et des Sévères au Ve siècle pour le troisième.

  • 5 Luttwak, ibid., p. 5.

8Le premier système, Armées mobiles et États-clients, est pour l’auteur l’organisation de défense mise en place par Auguste. Le second, Sécurité territoriale et défense dissuasive celle de la paix romaine du IIe siècle. Quant au troisième, Défense en profondeur, il prend sa source avec la crise du IIIe siècle mais n’est, selon Luttwak, organisé qu’à partir de Constantin5.

9Pour chacune des parties de son livre, l’auteur commence par un bref récit des événements militaires de la période étudiée. Puis, il dresse un aperçu du système dans ses grands fondements théoriques. Enfin, il détaille chacun des éléments constitutifs du système (armées, fortifications, routes, approvisionnements, etc.).

  • 6 Luttwak, ibid., p. 1 : « Si la force de l’Empire romain n’était le fait que d’une supériorité tacti (...)

10Luttwak refuse le récit de « l’histoire-bataille » et préfère l’étude des divers mécanismes stratégiques de chacun de ces systèmes6.

11Luttwak nomme sa première partie « Julio-Claudiens : États-clients et armées mobiles d’Auguste à Néron ». Ce premier « système » est basé sur le fait que les légions romaines sont déployées comme une armée en campagne : la puissance militaire disponible pour l’offensive est donc portée à son maximum. L’armée est concentrée en quelques points du périmètre mais les forces peuvent être facilement redéployées en cas de nécessité. Le prestige de l’armée romaine dissuade les États-clients en Orient de trahir Rome tandis que la présence visible de ses forces en Europe dissuade les peuples barbares d’attaquer les provinces. Les clients complètent les forces romaines par l’apport de troupes auxiliaires. Les lourdes légions gardent l’avantage tactique de la concentration et de leur puissance de combat. Cela suffit à intimider les auxiliaires. Les États-clients d’Orient permettent aux Romains de dégarnir totalement des frontières et d’économiser des forces au profit de l’Europe ou de l’intérieur du territoire pour prévenir les révoltes. Les légions non déployées sur les frontières fournissent une réserve stratégique pour renforcer un secteur menacé ou pour de nouvelles conquêtes.

  • 7 C.R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, 1989, p. 18.

12Pour Luttwak, Auguste essayait de conquérir le monde mais ses armées se seraient arrêtées pour des raisons technico-militaires. Si Luttwak a repris une vieille idée de l’historiographie, l’Anglais Whittaker qui travaille sur la frontière romaine dit qu’il néglige totalement les populations indigènes dans le processus de création des frontières romaines. Il pense que Luttwak est victime du mode de pensée américain sur la frontière qui fait la part belle aux concessions de terre aux colons tout en ignorant les Indiens. Les critiques reprochent à Luttwak de tout expliquer sur des aspects militaires et de ne pas assez tenir compte des mentalités7.

  • 8 Luttwak, ibid., p. 38 : « On admet que le but d’Auguste [...] s’était limité à l’établissement d’un (...)
  • 9 Après Actium, Auguste licencia trente légions sur soixante.
  • 10 La notion de l’imperium est une mentalité spécifique aux Romains. Elle implique que tout peuple qui (...)

13L’idée qu’Auguste ait voulu conquérir le monde est également contestée8. Pourquoi licencier la moitié de l’armée si l’on veut conquérir le monde ?9 En fait, c’est la mentalité romaine qui a fait croire à certains historiens que les Romains revendiquaient la domination du monde10.

14Sa deuxième partie s’intitule « Frontières scientifiques et défense dissuasive de Vespasien à Marc-Aurèle ». Ce qui caractérise le système, c’est la transformation de l’empire en un camp de marche : les bases qui vont servir d’élément fixe dans la « défense en avant » impériale sont fortifiées. Les Romains établissent des « frontières scientifiques ». Ils redéploient leurs forces en cordon sur les frontières et annexent les États-clients les plus puissants. Il n’existe plus de réserve stratégique à l’heure où aucune menace sérieuse ne pèse sur l’empire. Luttwak dit qu’il ne faut pas évaluer un système défensif en terme absolu mais en terme relatif. Il faut comparer les moyens mis en œuvre au « rendement militaire ». Sa valeur est estimée en fonction du niveau de l’agression que le système est censé enrayer. De fait, les défenses du IIe siècle sont prévues pour s’opposer à des menaces de faible intensité et pour servir de base à des forces mobiles. Mais, en cas de menace d’intensité exceptionnelle, il est toujours possible de puiser des forces d’un côté pour en renforcer un autre ce qui peut affaiblir néanmoins la capacité romaine de dissuasion. L’objectif est d’assurer la sécurité pour les vies et les biens des populations civiles et d’isoler les provinciaux des Barbares.

15La différence avec le premier système concerne essentiellement le redéploiement stratégique des forces à partir des Flaviens. En absorbant des États-clients importants, l’empire disperse ses forces pour prévenir toute menace sur les frontières. Luttwak justifie l’intérêt de ce système par l’absence de menace sérieuse, c’est-à-dire par les circonstances du moment.

  • 11 Whittaker, ibid., p. 23.

16Mais Whittaker conteste la notion de « frontière scientifique » : elle est un objectif militaire impossible à atteindre du fait qu’il existe toujours un conflit entre les considérations militaires, politiques et administratives11. Cette notion n’appartient pas à la pensée romaine : les Romains ne cherchaient pas à séparer deux mondes et à isoler les provinciaux des Barbares. Aucune frontière « rideau de fer » n’a vu le jour au IIe siècle de notre ère.

17La troisième partie, « La défense en profondeur. La grande crise du IIIe siècle et les nouvelles stratégies », présente un système mis en place à chaque fois que les difficultés se révèlent trop importantes pour le système précédent (pas assez souple et trop coûteux). En effet, nous constatons un affaiblissement des frontières dû aux usurpations et aux circonstances difficiles du IIIe siècle. Le système dégénérait en « défense élastique ». Mais dès qu’ils le pouvaient, les Romains revenaient à la défense dissuasive du IIe siècle (sous Dioclétien et Valentinien).

18Après un aperçu théorique de ce système, Luttwak décrit chacune de ses composantes : fortifications, armées centrales, armées frontalières, etc.

19Il a le mérite de ne pas parler de décadence romaine. Cela est dû au fait qu’il ne traite que des problèmes militaires.

  • 12 Pourtant même les auxiliaires participaient aux corvées de terrassement et de construction. Ammien, (...)
  • 13 Luttwak, ibid., p. 147-154 : « Il y a, néanmoins, une raison possible pour adopter le principe du d (...)
  • 14 Luttwak, ibid., p. 154-155 : « l’ennemi pouvait être intercepté et souvent vaincu, mais seulement a (...)

20Pour Luttwak, le système est basé sur un système défensif de fortifications solides dans une zone très large à partir de la frontière. Les routes, le ravitaillement, les points stratégiques sont protégés. C’est la politique de défense du territoire « en arrière ». Par ailleurs, Luttwak considère que les légions du IVe siècle n’ont plus rien à voir avec leurs illustres aînées. Elles n’ont plus d’avantage tactique par rapport aux Barbares et ne sont plus capables de travaux du génie12. Il pense également que Constantin affaiblit les forces provinciales au profit des forces centrales de combat. Celles-ci assurent la protection du pouvoir impérial et non plus des citoyens (empereurs-soldats)13. Des forces puissantes d’intervention sont placées de façon à intercepter l’ennemi au cœur du territoire impérial. Mais ces forces centrales de combat n’ont pas assez de mobilité stratégique et ne peuvent pas empêcher les destructions des Barbares avant d’intervenir pour les repousser. Cela affecte la base logistique de l’empire et les civils et provoque un cercle vicieux entraînant l’amoindrissement des forces impériales et de la confiance des provinciaux en l’Empire romain lui-même14. À la fin, les frontières ne sont mêmes plus défendues par des troupes romaines et des alliés s’en chargent. Il en résulte, pour Luttwak, l’invasion de l’Occident (invasion des Gaules en 406) où les forces frontalières sont faibles et la survie de l’Empire d’Orient où les limitanei persistent.

Critique des trois systèmes

21Nous pouvons nous interroger sur les critères stratégiques retenus par Luttwak pour opérer sa division en trois systèmes. Il semble qu’entre les deux premiers, la différence se fonde sur l’abandon du système d’États-clients qui conduit à l’amenuisement des forces de réserve et en même temps sur l’établissement d’une « frontière scientifique ». La distinction entre les deux derniers paraît s’expliquer sur l’augmentation des forces de réserve et l’affaiblissement des forces frontalières qui correspond à l’organisation de la « défense en arrière ».

22Les variantes observées par Luttwak reposent sur le déploiement des forces armées et de l’usage de la dissuasion. C’est-à-dire en quelque sorte l’art d’économiser ses forces. L’auteur se contente donc d’observer ce qui relève du bon sens stratégique.

23En effet, pour Luttwak lui-même, le retour, à la troisième époque, au système de défense dissuasive est lié aux circonstances (les menaces sur les frontières se font moins sentir). Le système de défense en profondeur n’est donc, selon lui, qu’une solution temporaire pour pallier de graves difficultés.

24Il confond le temps court et le temps long. Il parle de systèmes stratégiques cohérents avec qui les Romains jongleraient au gré des circonstances du moment. Cela peut être imaginable pour des stratèges qui se succèdent sur une période de dix ou vingt ans. Mais comment l’envisager sur quatre ou cinq siècles ? Luttwak, en voulant trouver du sens à une vision globale de cinq cents ans de sécurité romaine, néglige totalement la pensée stratégique à l’échelle humaine et prête aux Romains une sorte d’instinct stratégique sur le long terme.

25Nous pouvons mettre en doute la pertinence de l’emploi de la notion de « syssystème» parce que Luttwak confond la description d’un déploiement stratégique avec la pensée stratégique elle-même : c’est pourquoi il ne cherche pas à justifier l’existence d’une pensée stratégique romaine différente selon chacune des trois périodes qu’il nous propose.

LA DÉFENSE EN PROFONDEUR. MISE EN SITUATION HISTORIQUE

26La troisième partie est un bon exemple pour illustrer le défaut de la méthode d’analyse historique de Luttwak. À défaut de s’intéresser aux sources, il théorise à partir d’une historiographie obsédée par les invasions Barbares du Ve siècle en Occident.

27Je ne vais pas critiquer point par point tous les détails de son analyse mais je me contenterai de poser une question que je juge essentielle : est-ce que ce système se vérifie dans la période délimitée par Luttwak, à savoir aux IVe-Ve siècles ?

  • 15 Luttwak, ibid., p. 109-117 : « Ces forteresses avaient un inconvénient possible : des murs solides (...)
  • 16 J.-M. Carrié, A. Rousselle, L’Empire romain en mutation (192-337), 1999, p. 629-634.

28Luttwak se base sur le couple limes/migrations Barbares pour expliquer la stratégie romaine tardive. Il dépeint d’un côté une ligne défensive qui ressemble à la ligne Maginot et de l’autre des Barbares qui ressemblent à des Panzers15. Il reprend la vieille idée selon laquelle les comitatenses étaient des forces mobiles et les armées des duchés des forces frontalières statiques. Cela a été récemment remis en cause par J.-M. Carrié qui préfère parler de troupes de première et de seconde classe et souhaiterait qu’on s’interdise de parler de limes16.

  • 17 Il reprend la vieille idée sur les limitanei paysans-soldats mais a l’originalité de défendre leur (...)
  • 18 Amida disposait en 358 d’un dépôt d’artillerie de siège, Ammien, ibid., XVIII, 9, 1. Andrinople est (...)
  • 19 En 383 et en 407, Maxime et Constantin III disposaient au départ des forces stationnées en Bretagne
  • 20 Whittaker, ibid., p. 89.

29Selon Luttwak, les forces frontalières dégénérèrent en milices paysannes au cours du IVe siècle tandis que les comitatenses s’éloignaient des frontières et se régionalisaient de plus en plus17. Pourtant les sources montrent que la défense des frontières était bien organisée trente ou quarante années après Constantin. Les duchés Danubiens et Orientaux disposaient de réelles unités de combat, d’artillerie de siège et de flottes fluviales, qui leur permettaient de mener des opérations militaires ou diplomatiques18. Par ailleurs, les forces de Bretagne étaient suffisamment puissantes pour que deux usurpateurs puissent faire campagne en Gaule19. Dans la Vie de saint Sévérin, Eugippius évoque le bon temps (les années 450-476) où la sécurité au Norique était assurée par les troupes ducales. Ces unités Romaines pouvaient combattre des bandes de pillards ou bien défendre des places fortes. Les constructions militaires frontalières furent aussi nombreuses sous Constantin que sous Dioclétien ce qui ne laisse entendre aucun changement de stratégie20. Les forces frontalières occupaient donc le terrain tant que le pouvoir central payait leurs soldes. D’ailleurs si ces forces avaient été insignifiantes, Julien n’aurait pas pu mobiliser soixante-cinq mille hommes contre les Perses en 362-363.

  • 21 Selon Ammien, les unités d’élite Celtae et Petulantes campaient près du point où les Alamans Lentie (...)
  • 22 En 376, Valens rappela les forces engagées en Arménie pour secourir la Thrace ! Ammien, ibid., XXXI (...)

30Les sources nous montrent que des comitatenses stationnaient sur les frontières gauloises21 et faisaient même parfois campagne de l’autre côté du Rhin à la fin du IVe siècle. En fait, contrairement au système décrit par Luttwak, les comitatenses étaient déployés sur les frontières là où les menaces étaient les plus vives. Tant qu’ils en avaient les moyens, les Romains défendaient leurs frontières. Les difficultés demeuraient les mêmes qu’aux siècles précédents : dans la seconde moitié du IVe siècle, les comitatenses parcouraient l’empire d’une frontière menacée à une autre. L’éloignement des points menacés et la longue durée des menaces faisaient qu’il était très difficile de détacher des forces importantes d’un point pour un autre sans créer de dangereux déséquilibres22. La dissuasion était donc toute aussi importante au IVe siècle qu’aux siècles précédents.

31La N.D.Oc. (premier quart du Ve siècle) nous montre comment les comitatenses occidentaux étaient déployés vers 425. Deux fortes armées se trouvent en Gaule et en Italie (la Gaule est contrôlée jusque dans les années 460-480) et d’autres armées régionales plus modestes en Afrique, en Espagne et en Illyricum. Pour Luttwak, il s’agit d’une ultime étape dans la désagrégation du système de défense en profondeur. Les raisons de la pénétration d’armées barbares au cœur même de l’Occident sont pourtant plus complexes. En effet, entre 380 et 425, les sources nous décrivent des situations militaires ayant tous les symptômes de la guerre civile : concentration de toutes les forces disponibles, grandes batailles rangées décisives, désertions massives des uns pour les autres, ralliement des vaincus au vainqueur.

  • 23 Il y eut deux usurpations : Maxime (383-388) et Eugène (392-394), un conflit indirect entre Stilico (...)
  • 24 La N.D.Or. contient les listes de l’armée de Thédose. Un tiers de cette armée est constitué d’unité (...)
  • 25 Zosime, ibid., V, 13, 1 et Synésios, Sur la royauté, 22.
  • 26 Les sources (Zosime, Théodoret, Socrate, Sozomène) lui prêtent des plans à la fois machiavéliques e (...)
  • 27 Les généraux tombaient les uns après les autres : Promotus fut peut-être victime d’une manigance du (...)
  • 28 G. Dagron, Naissance d’une capitale, p. 200-202. La thèse de Dagron est que l’armée s’était alliée (...)
  • 29 La rupture avait aussi des causes religieuses : c’est pour favoriser l’intégration des soldats Goth (...)
  • 30 C’est la preuve de la rupture : Fravitta part en campagne pour châtier les déserteurs et non pas po (...)
  • 31 En 410, l’Orient ne put envoyer que six unités en renfort à Honorius. Zosime, ibid., VI, 8, 2.
  • 32 Kazanski mais également Lot sont convaincus que le peuple d’Alaric n’était qu’une armée errante. Po (...)

32Nous observons une opposition chronique entre l’Occident et l’Orient au cours de cette période23. Valentinien et Valens s’étaient partagé l’armée immense qui revenait de Perse en deux armées sœurs d’une trentaine de milliers de soldats chacune. Mais en 378, l’armée orientale fut détruite aux deux tiers et l’empereur Théodose choisit de la reconstruire en intégrant les Goths et les Alains. Il reconstitua des unités anciennes et en créa de nouvelles24. Mais en 395, le général Stilicon retint en Occident les unités les plus occidentales de recrutement. Les recrues Goths devinrent toutes puissantes dans l’armée orientale. Ceci eut pour conséquence directe la toute puissance d’un magister militum Goth sorti du rang : Gainas. L’historiographie a longtemps présenté Gainas comme une brute barbare et la crise de 400 comme un conflit entre Romains et Barbares. Pourtant, Gainas était certainement membre du Sénat de Constantinople comme l’atteste une source et une autre y fait allusion25. Les historiens anciens décrivent longuement ses intentions pour prouver qu’il s’agissait d’un Barbare26. En revanche, son action politique montre que Gainas était un officier romain victime d’une aristocratie sénatoriale acharnée à ôter tout rôle politique aux militaires27. Selon G. Dagron, la « crise Barbare » de 400 est une crise des institutions romaines orientales28. Gaïnas fit un coup d’État qui ne fut pas sanglant (il exila ses ennemis) ce qui est très rare à cette époque. Mais ce qui a noirci de façon décisive son histoire, c’est qu’il fut déclaré ennemi public et qu’il entraîna la grande majorité des soldats de l’armée orientale dans sa rébellion. Des Romains se trouvaient dans l’armée rebelle de Gainas. Cela prouve qu’il ne s’agissait pas d’un conflit ethnique comme on nous l’a décrit souvent. Nous sommes en présence d’une guerre civile à la fois traditionnelle dans sa forme et atypique dans ses conséquences. Une fois Gainas tué, les soldats ne se rallièrent pas à Constantinople. La rupture entre les Orientaux et leur armée était devenue trop profonde29. Les déserteurs rejoignirent Alaric ou se firent passer pour des Huns en pillant la Thrace30. Les forces mobiles d’Orient furent durablement et considérablement amoindries31 tandis qu’une « armée errante » allait devenir en quelques décennies la gens des « Wisigoths »32. Il aurait été judicieux que Luttwak s’intéresse aux phénomènes qui ont concerné l’armée romaine après Andrinople.

  • 33 Cf. Zosime, V, 31,5 pour le plan de Stilicon. Dans son Contre Symmaque, Prudence montre bien la con (...)

33Le déséquilibre causé par l’amoindrissement militaire de l’Orient et par l’accroissement des forces militaires des réprouvés d’Alaric fut responsable de la situation militaire et politique si particulière au début du Ve siècle L’armée occidentale fut concentrée en Italie. Mais les Occidentaux hésitèrent entre combattre les déserteurs de l’armée théodosienne en tant qu’envahisseurs barbares et tenter de les réintégrer dans l’armée Romaine pour régler des conflits internes33.

  • 34 Pour F. Lot, l’armée bien que complètement barbarisée était tout à fait dévouée à l’empire. F. Lot, (...)
  • 35 Zosime, V, 38-40. Serena était la femme de Stilicon et la nièce de Théodose. Elle fut exécutée à Ro (...)

34L’historiographie a maladroitement décrit les clans qui se déchirèrent. Elle les désigne en tant que « probarbares » et « antibarbares ». En réalité, les soldats Occidentaux qui rejetèrent en bloc les « Barbares » étaient en grande partie d’origine germanique. Dire qu’ils étaient plus Romains que les soldats d’Alaric, c’est prendre parti sur une querelle qui divisa les Romains eux-mêmes34. En revanche, le fait est qu’il existait une haine entre les soldats de recrutement rhénan et d’autres de recrutement danubien. Ils s’étaient combattus régulièrement sur les champs de bataille entre 376 et 406. La crise des années 406-413 fut donc un affrontement entre clans internes à l’armée Romaine. La meilleure illustration est l’épisode où les habitants de la ville de Rome ne surent pas immédiatement qui les assiégeait : était-ce un complot de Serena, les barbares d’Alaric ou bien les partisans de Stilicon35 ?

  • 36 C.R. Whittaker, « What happens when frontiers come to an end ? » dans Frontières d’empire, p. 137.
  • 37 Théodose lui-même rallia de nombreux Goths après les funérailles somptueuses d’Athanaric. Zosime, i (...)
  • 38 Les plus célèbres furent Arbogast, Stilicon, Gainas, Alaric, Constance, Aetius, Aegidius, Childéric (...)
  • 39 Pour Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, p. 18 : « Luttwak étudie la stratégie en termes (...)

35F. Lot, lui-même, reconnaît que les soldats d’origine étrangère étaient de bons soldats loyaux envers l’empire. Cet historien considère avec justesse que ces soldats s’étaient romanisés. C.R. Whittaker a, quant à lui, déterminé le phénomène frontalier de la « seigneurie de la guerre »36. Les frontières contenaient les forces vives de l’empire mais après Théodose, véritable souverain des Goths37, les empereurs en perdirent le contrôle. Les seigneurs de la guerre furent les défenseurs de l’empire quand ils participaient au pouvoir mais aussi ses fossoyeurs quand étaient déçues leurs ambitions38. Ces phénomènes politiques et sociaux montrent que la grille de lecture de Luttwak pour l’étude de l’armée romaine tardive est trop exclusivement militaire39.

  • 40 En général, il s’agit de la fameuse « grande invasion » des Gaules le 31 décembre 406. Le cercle vi (...)

36En conclusion, nous pouvons dire que le système de défense en profondeur tel qu’il est décrit par Luttwak ne se vérifie pas à la lecture des sources. Les Romains n’ont jamais eu au IVe siècle de stratégie qui consistait à conserver des forces mobiles loin des frontières pour protéger le pouvoir central. À côté des duchés frontaliers, se trouvaient des forces comitatenses puissantes cantonnées là où les circonstances le nécessitaient. Les grandes théories stratégiques de Luttwak sont vérifiées parce qu’il s’agit du bon sens mais rien ne démontre qu’un système constantinien différent d’un système augustéen ou antonin ait été responsable de la crise du Ve siècle. Luttwak, qui ne s’est pas fié aux sources anciennes, n’a pas non plus confronté les différents points de vue de l’historiographie comme pour les limitanei par exemple. Sa méthode montre au contraire son souci permanent de prouver l’existence de trois systèmes cohérents à trois époques distinctes. Pour le dernier système étudié, il prend visiblement le Ve siècle comme la conséquence logique d’une organisation militaire déclinante au IVe siècle ; c’est pourquoi il ne cite des faits du Ve siècle que comme les termes d’un long cercle vicieux40. La lecture des sources de l’Antiquité Tardive lui aurait peut-être montré que le cercle vicieux en question ne commença véritablement qu’après les invasions et guerres civiles du début du Ve siècle.

Notes

1 Président des États-Unis d’Amérique entre 1981 et 1989.

2 Luttwak, La grande stratégie de l’Empire romain, 1976, Édition française : Économica, 1987, p. 1.

3 Luttwak, ibid., p. 24 : « Les sources écrites, indispensables pour appréhender dans le détail la démarche politique et les motifs, sont malheureusement incomplètes et parfois suspectes. Mais les travaux de générations de chercheurs ont fourni une masse de documents détaillés sur les éléments réels de la stratégie impériale [...]. Parallèlement, on connaît suffisamment les points saillants et le caractère général de la diplomatie romaine, pour brosser un tableau cohérent de la politique impériale dans son ensemble, à la fois l’appareil et le logiciel. »

4 Luttwak, ibid., p. 4-5.

5 Luttwak, ibid., p. 5.

6 Luttwak, ibid., p. 1 : « Si la force de l’Empire romain n’était le fait que d’une supériorité tactique sur le champ de bataille, ou du talent d’un général, ou encore d’un armement plus efficace, il n’y aurait guère matière à analyse mais à récit ».

7 C.R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, 1989, p. 18.

8 Luttwak, ibid., p. 38 : « On admet que le but d’Auguste [...] s’était limité à l’établissement d’une frontière « scientifique » sur l’Elbe [...]. Plus récemment, on a soutenu d’une manière convaincante qu’Auguste n’a personnellement jamais fixé cette limite, car il était toujours à la poursuite du rêve d’Alexandre - et de Rome : la conquête du monde. ».

9 Après Actium, Auguste licencia trente légions sur soixante.

10 La notion de l’imperium est une mentalité spécifique aux Romains. Elle implique que tout peuple qui conclut un fœdus avec les Romains accepte leur souveraineté.

11 Whittaker, ibid., p. 23.

12 Pourtant même les auxiliaires participaient aux corvées de terrassement et de construction. Ammien, Res Gestae, XVIII, 2,6 : « les auxiliaires, qui renâclent toujours aux corvées de ce genre, touchés par le langage flatteur de Julien, mirent de l’empressement à faire sa volonté ; ils portèrent sur leurs épaules, sans murmurer, des poutres de cinquante et très longues et mirent le plus grand zèle aux travaux de construction ».

13 Luttwak, ibid., p. 147-154 : « Il y a, néanmoins, une raison possible pour adopter le principe du déploiement à partir d’une réserve centrale, même dans le cas d’un déplacement très lent : la protection du pouvoir impérial lui-même »

14 Luttwak, ibid., p. 154-155 : « l’ennemi pouvait être intercepté et souvent vaincu, mais seulement après qu’il ait fait les pires destructions [...] les dommages infligés aux terres impériales, à la population et à la propriété privée s’accumulaient ; ils minèrent sans relâche la base logistique de l’empire et, sans relâche, ils rabaissèrent dans l’opinion publique la valeur du régime impérial ».

15 Luttwak, ibid., p. 109-117 : « Ces forteresses avaient un inconvénient possible : des murs solides et de hauts remparts pouvaient, en fin de compte, saper l’élan offensif des forces qu’ils abritaient en soulignant la différence entre la relative insécurité du combat en rase campagne et l’abri offert par ces positions. Cependant ce n’était pas inévitable. [...] On peut éviter le syndrome de la « Ligne Maginot » : les soldats mal commandés (...) seront vaincus sur le champ de bataille ». F. Lot, quant à lui prétend que Syagrius parlait « allemand » aux derniers défenseurs des Gaules à la fin du Ve siècle. F. Lot, p. 253.

16 J.-M. Carrié, A. Rousselle, L’Empire romain en mutation (192-337), 1999, p. 629-634.

17 Il reprend la vieille idée sur les limitanei paysans-soldats mais a l’originalité de défendre leur utilité en les comparant aux colons-soldats de la Transylvanie du XVIIIe siècle ou du Negev Israëlien de nos jours. Il ignore complètement sur ce point les arguments d’A.H.M. Jones pour qui les limitanei n’étaient pas des paysans. A.H.M. Jones, The Later Roman Empire, 1964, p. 654.

18 Amida disposait en 358 d’un dépôt d’artillerie de siège, Ammien, ibid., XVIII, 9, 1. Andrinople est sauvée des Goths en 378 par l’utilisation d’un scorpion, Ammien, ibid., XXXI, 15, 12. Le duc de Scythie disposait en 376 de patrouilles fluviales pour empêcher le passage du Danube, Ammien, XXXI, 5, 3. Victoire de l’armée du Duc Théodose contre les Quades dans Ammien, ibid., XXIX et Zosime, Histoire Nouvelle, IV, 16, 6. Les Ducs pouvaient organiser des banquets en compagnie des princes Barbares, Ammien, ibid., XXXI, 5, 5 et Zosime, Histoire Nouvelle, IV, 16, 4.

19 En 383 et en 407, Maxime et Constantin III disposaient au départ des forces stationnées en Bretagne.

20 Whittaker, ibid., p. 89.

21 Selon Ammien, les unités d’élite Celtae et Petulantes campaient près du point où les Alamans Lentiens franchirent le Rhin en février 378, Ammien, id., XXXI, 10, 4

22 En 376, Valens rappela les forces engagées en Arménie pour secourir la Thrace ! Ammien, ibid., XXXI, 7, 2. Le départ de l’armée occidentale pour la Thrace en février 378 provoqua l’attaque des Alamans Lentiens sur la frontière du Rhin, Ammien, ibid., XXXI. 10, 2-4. En 368, Valentinien profita d’une baisse d’intensité de la guerre contre les Barbares pour détacher quelques corps d’élite en Bretagne (louiiUictores et Heruli-Bataui), Ammien, ibid., XXIX.

23 Il y eut deux usurpations : Maxime (383-388) et Eugène (392-394), un conflit indirect entre Stilicon et Eutrope (395-399) dont l’Illyricum était l’enjeu et un projet d’expédition contre Arcadius après 405. Entre 408 et 415, l’Orient soutint Honorius contre les usurpateurs des Gaulois (Constantin et Jovin), des Bretons (Maxime), d’Afrique (Héraclien) et du Sénat (Attale). Il y eut, en outre, une guerre civile entre l’Occident et l’Orient à la mort d’Honorius (423425).

24 La N.D.Or. contient les listes de l’armée de Thédose. Un tiers de cette armée est constitué d’unités nouvelles. Un autre tiers est constitué de seniores occidentaux. N.D. Or., V-VI.

25 Zosime, ibid., V, 13, 1 et Synésios, Sur la royauté, 22.

26 Les sources (Zosime, Théodoret, Socrate, Sozomène) lui prêtent des plans à la fois machiavéliques et incohérents. En fait, les historiens anciens tentaient systématiquement de noircir et de barbariser les actes, pourtant cohérents, d’un officier Romain.

27 Les généraux tombaient les uns après les autres : Promotus fut peut-être victime d’une manigance du Palais en 392, Timasius accusé de haute trahison et Abundantius exilé à Sidon dans les années 396398.

28 G. Dagron, Naissance d’une capitale, p. 200-202. La thèse de Dagron est que l’armée s’était alliée au Palais (Eutrope, Eutychianus) contre le Sénat (Aurélianus, Saturninus, Jean).

29 La rupture avait aussi des causes religieuses : c’est pour favoriser l’intégration des soldats Goths de l’armée romaine que Gaïnas réclama à l’empereur la tolérance de l’église arienne. Théodoret, Histoire ecclésiastique, V, 22. Le fait que les ambassadeurs des Goths étaient toujours des chrétiens montre l’importance du christianisme dans l’amitié possible entre Romains et Barbares. Cf. Ammien, ibid., XXXI, 12, 8, et 15, 4. Zosime, ibid., V, 50, 2.

30 C’est la preuve de la rupture : Fravitta part en campagne pour châtier les déserteurs et non pas pour les rallier comme c’était si souvent le cas lors des guerres civiles. Zosime, ibid., V, 22, 3.

31 En 410, l’Orient ne put envoyer que six unités en renfort à Honorius. Zosime, ibid., VI, 8, 2.

32 Kazanski mais également Lot sont convaincus que le peuple d’Alaric n’était qu’une armée errante. Pour Wolfram, il y eut « ethnogenèse » des Wisigoths. M. Kazanski, Histoire des Goths ; F. Lot, ibid., p. 220 ; H. Wolfram, Histoire des Goths.

33 Cf. Zosime, V, 31,5 pour le plan de Stilicon. Dans son Contre Symmaque, Prudence montre bien la confusion qui devait régner en qualifiant Alaric de « tyrannus geticus ».

34 Pour F. Lot, l’armée bien que complètement barbarisée était tout à fait dévouée à l’empire. F. Lot, ibid., p. 252.

35 Zosime, V, 38-40. Serena était la femme de Stilicon et la nièce de Théodose. Elle fut exécutée à Rome au début du siège.

36 C.R. Whittaker, « What happens when frontiers come to an end ? » dans Frontières d’empire, p. 137.

37 Théodose lui-même rallia de nombreux Goths après les funérailles somptueuses d’Athanaric. Zosime, ibid, IV, 34, 4-5.

38 Les plus célèbres furent Arbogast, Stilicon, Gainas, Alaric, Constance, Aetius, Aegidius, Childéric et Ricimer. L’armée d’Alaric ne fut que l’addition de forces déçues (rebelles Goths de 392, alliés mécontents de leur utilisation par Théodose au Frigidus en 394, déserteurs de l’armée orientale en 400, déserteurs de l’armée de Stilicon désirant se venger du massacre de leurs femmes et de leurs enfants en 408, esclaves en fuite ou libérés et désœuvrés des provinces) par le pouvoir en place. F. Lot lui-même semble convaincu qu’Alaric n’était pas étranger au monde Romain, p. 218-220.

39 Pour Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, p. 18 : « Luttwak étudie la stratégie en termes de combat militaire et non de processus politique ».

40 En général, il s’agit de la fameuse « grande invasion » des Gaules le 31 décembre 406. Le cercle vicieux concerne l’affaiblissement des forces armées à cause de la multiplication des raids de peuples pillards dans les provinces romaines. Les tenants de cette théorie sont généralement contraints de contester l’exactitude de certaines sources comme la Notitia Dignitum. Les faibles corps expéditionnaires envoyés en Afrique ou en Bretagne peuvent pourtant s’expliquer par la difficulté de détacher des forces nombreuses d’un front pour des régions éloignées (qui ne nécessitaient d’ailleurs pas plus de soldats). En revanche, les armées des guerres civiles étaient à la fin du IVe siècle toujours aussi nombreuses et l’armée occidentale put toujours aligner des dizaines de milliers de soldats comitatenses jusqu’en 406 (invasion de Radagaise en Italie).

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search