Version classiqueVersion mobile

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

Turpin de Crissé : dialogue avec les auteurs anciens (1754-1787)

Damien Picherit

Texte intégral

  • 1 À la bataille de Malplaquet, le front s’étend sur près de 10 km.

1La guerre au XVIIIe siècle est marquée par le phénomène dit de « blocage tactique » qui est issu de l’adoption de la ligne mince. Cet ordre de bataille est caractérisé par l’étirement du front sur plusieurs kilomètres1 de deux lignes parallèles d’infanterie ; chaque ligne est formée sur trois à cinq rangs. On parle de blocage car ce dispositif qui est lent à établir, empêche toutes manœuvres permettant de déborder l’ennemi par l’un de ses flancs.

2Ce « blocage tactique » va donner lieu à une large réflexion et à un débat chez les militaires sur l’ordre de bataille. Il oppose les partisans de l’ordre mince et les partisans de l’ordre profond. L’ordre profond est l’adoption de la colonne qu’utilisaient les Anciens. Certains auteurs militaires voient là une résurgence du passé qui ne correspond pas aux conceptions, à la tactique et aux objectifs de la guerre moderne.

3Pour alimenter les débats, les études sur les auteurs anciens vont se multiplier tout au long du XVIIIe siècle. Il s’établit un véritable dialogue entre les anciens et les modernes. L’étude des auteurs anciens n’est pas nouvelle. En effet, on peut observer par exemple que Végèce a été lu au Moyen Âge ; et il est encore une « valeur sûre » chez les auteurs militaires de l’époque moderne. On peut également citer Jules César.

4Lancelot Turpin de Crissé est l’un de ces auteurs militaires de la seconde moitié du XVIIIe siècle qui réfléchissent aux principes de l’art de la guerre. Pour cela, il va entre autre étudier les auteurs anciens en les commentant. Il s’intéresse particulièrement à Végèce et à César dans deux ouvrages :

5Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, par Monsieur le comte Turpin de Crissé, Membre des Académies Royales des Sciences et Belles-Lettres de Berlin et de Nancy, Imprimerie de C. Lequatre ; Montargis ; 1779 ; 3 volumes.

6Commentaires de César, avec des notes historiques, critique et militaires, par Monsieur le comte Turpin de Crissé, Lieutenant Général des Armées du Roi, commandeur de l’ordre royal et militaire de Saint Louis, Gouverneur pour le Roi du Fort de Scarpe, ancien Inspecteur Général de cavalerie et de dragons, des Académies Royales des Sciences et Belles-Lettres de Berlin et de Nancy, et associé à celle de Marseille ; Montargis ; 1785 ; 3 volumes. Ce second ouvrage a été réédité en 1787 sous le même titre.

  • 2 SHAT, série 3 YD 1080. Dossier personnel de Lancelot Turpin de Crissé ; 40 folios.
  • 3 Il est à Ettlingen le 4 mai 1734 ; puis à Philippsbourg le 18 juillet 1734.
  • 4 Toth Ferenc, « Éloge des Hussards hongrois en France. Un manuscrit inédit du comte Lancelot Turpin (...)

7Lancelot2 est né dans la nuit du 4 au 5 août 1716. Il est issu d’une vieille famille de la noblesse militaire qui le conduit à intégrer dès 1732 les mousquetaires comme beaucoup de jeunes nobles désirant embrasser la carrière des armes. Dès 1734, il est engagé dans les campagnes de la guerre de Succession de Pologne3 (1733-1738). Mestre de camp le 15 octobre 1744, Lancelot achète le régiment de hussards de M. David le 27 janvier 1747. Il le cédera à son cousin le comte de Chamborant le 17 mars 1761. Il participe aux campagnes de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) et aux campagnes de la guerre de Sept ans (1756-1763). Il faut noter qu’il est nommé inspecteur général de cavalerie et des dragons le 15 mars 1758 ; maréchal de camp le 20 février 1761 ; inspecteur des troupes dans l’intérieur du royaume ; lieutenant général le 1er mars 1780 ; puis gouverneur du fort de Scarpe le 7 octobre 1781. En 1793, il émigre à Vienne chez la famille Estherazy. Il décédera en août de la même année4.

  • 5 Essai sur l’art de la guerre, par M. le comte Turpin de Crissé, Brigadier des Armées du Roi, et Mes (...)
  • 6 Turpin de Crissé Lancelot et Castilhon Jean, Amusemens philosophiques et littéraires de deux amis, (...)
  • 7 Commentaires sur les Mémoires de Montécuculi, généralissime des armées et grand-maître de l’artille (...)

8Lancelot va publier entre 1754 et 1787 un certain nombre d’ouvrages qui vont allier son expérience d’homme de guerre et ses réflexions d’homme de lettres. En effet, il publiera des essais militaires5 et philosophiques6 ; ainsi qu’un commentaire sur Montecuccoli7.

9Turpin de Crissé a donc ce double profil qui le place dans une situation privilégiée pour établir un dialogue avec les auteurs anciens. Il faut donc voir ce qu’il ressort de ce dialogue. Pour cela, il faut s’interroger sur les méthodes d’analyses des œuvres des auteurs anciens par Turpin de Crissé. Il faut voir si Lancelot parvient à déterminer un ou plusieurs modèles militaires antiques. Et, il faut également se demander quelle est l’influence des auteurs anciens sur les nouvelles conceptions tactiques de notre auteur.

10À travers ces différentes interrogations, trois axes d’analyses se présentent. Le premier consiste en une étude de la méthode et de la pratique du « commentaire » des œuvres des Anciens. Le second axe est une analyse des modèles militaires grecs et romains à travers les Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce et à travers les Commentaires de César. Le troisième est une étude des nouvelles conceptions tactiques de Lancelot de Turpin de Crissé.

STRUCTURES ET MODÈLES DU « COMMENTAIRE » DES AUTEURS ANCIENS CHEZ LANCELOT TURPIN DE CRISSÉ

11Le comte Lancelot Turpin de Crissé établit le dialogue avec les auteurs anciens à travers une structure spécifique qui est le commentaire. Cette œuvre littéraire se révèle dans la situation présente comme un ouvrage d’études de tactiques militaires ou d’histoire militaire.

12Mais pour comprendre la réflexion de Lancelot sur l’art de la guerre, il faut analyser la structure et la forme du commentaire.

Les références des auteurs modernes : Végèce et César

Végèce et son Epitoma rei militaris

13Vegetius Flavius Renatus est un écrivain militaire romain qui vivait dans la seconde moitié du IVe siècle. Végèce était peut-être un fonctionnaire de l’Empire qui vivait sous l’empereur Théodose ou sous l’empereur Valentinien II (375-392). Il reste de lui un traité : Rei militaris institua, ou Epitoma rei militaris, en cinq livres, qui aurait été écrit entre 383 et 450.

14Végèce n’a eu, semble-t-il, aucune expérience militaire. Donc Epitoma rei militaris n’est qu’une compilation de ce qui lui semblait intéressant dans les écrits des auteurs anciens et il y a ajouté des réflexions personnelles relatives à son époque.

  • 8 Colson Bruno, L’Art de la guerre de Machiavel à Clausewitz, La bibliothèque universitaire Moretus P (...)

« Les maximes de Végèce inaugurent un genre qui explique leurs succès des siècles durant : en quelques lignes, elles fournissent à l’homme d’action un ensemble de règles simples, susceptibles de lui assurer la victoire8. »

15Dans ses Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce ; Lancelot Turpin de Crissé explique que Végèce a écrit ce livre suivant un objectif et une problématique clairement définis :

  • 9 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. VIII-IX.

« Ce fut à l’epoque de la décadence de la discipline de l’Empire, que Végèce composa son ouvrage. Il y recueillit ce qu’il trouva de précieux dans les écrits des Anciens, sur la discipline militaire des Romains, et il en forma une espèce d’histoire, depuis les premiers jours de la République, jusqu’à lui, afin que ceux qui étoient chargés de former des jeunes gens, pussent rétablir la milice par l’exemple et l’imitation des vertus antiques [...] » 9

  • 10 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. XX.
  • 11 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. XXIX-XXX.

16Donc à une époque où l’on réfléchit à l’art de la guerre ; l’étude de l’ouvrage de Végèce ne semble pas anodine. Lancelot Turpin de Crissé dit clairement qu’il cherche dans cette étude sur cet auteur antique des réponses à ses propres questions sur l’art de la guerre10. Mais Turpin fait des choix dans les thèmes qu’il aborde et qu’il commente. Il ne va pas parler des livres quatre et cinq de Végèce11.

17En effet le quatrième livre traite des fortifications qu’il a déjà largement exposées dans ses Commentaires sur les Mémoires de Montecuculi. Le cinquième livre traite de la marine qui n’a jamais été son sujet. De plus, dans le troisième livre, il ne va pas traiter les chapitres sur les chameaux, la cavalerie lourde, les chariots armés et les éléphants.

César et ses Commentarii

  • 12 Eberhard Horst, César, Fayard, 1981.

18Caius Julius Caesar12 est né à Rome le 12 juillet 100 avant J.-C. Il est issu d’une des plus grandes familles patriciennes de Rome. Il est le neveu par alliance de Marius, et il entre dans le cursus honorum avec le soutien des populares.

19Il est préteur en 62 avant J.-C., puis propréteur en Espagne, où il se montra un excellent administrateur. Il devient le médiateur entre Pompée et Crassus, et forme avec eux le premier Triumvirat. Il est consul en 59 avant J.-C. ; à sa sortie de charge il devient proconsul des Gaules Cisalpines et Transalpines et de l’Illyrie, et cela pour cinq ans ; puis pour cinq nouvelles années à partir de 54 avant J.-C. La conquête de la Gaule est terminée en 51 avant J.-C. Elle lui a donné la richesse, ainsi qu’une armée fidèle et aguerrie. Il put alors engager la lutte contre Pompée.

20Il mène la guerre en Italie, en Espagne, écrase Pompée à Pharsale en Thessalie, en juin 48 avant J.-C. Il passe en Égypte, où Pompée meurt assassiné et met Cléopâtre VII sur le trône. Il bat en Asie Mineure Pharnace, qui est le fils de Mithridate. Il défait les derniers pompéiens en Afrique et en Espagne.

21À la fin de la Guerre Civile, César avait accumulé beaucoup de pouvoirs, tant sur le plan militaire que sur le plan religieux. Le Sénat lui confère le titre de dictateur perpétuel. Ce dernier titre amène le complot mené par Brutus et Cassius. Il est assassiné le 15 mars 44 avant J.-C. Par testament il fait d’Octave son héritier.

22Lancelot Turpin de Crissé s’intéresse à ce grand général dans ses Commentaires sur César qui est son dernier ouvrage. Le comte a utilisé pour cette étude la traduction de Charles de Wailly et le plan de l’édition de Clarke. Cette étude sur un auteur antique est la deuxième que Turpin mène. Mais il note une différence entre les deux ouvrages :

  • 13 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. IX.

« Aussi quelle différence immense entre l’Ouvrage de Végèce et les Commentaires de César. L’un, en donnant un Traité sur la tactique, a fait l’histoire des progrès de la Science Militaire, l’autre, en traçant l’histoire de ses campagnes et de ses victoires, a fait le plus beau Traité sur cette Science »13.

23La réflexion de Turpin entre 1779 et 1785 a évolué, puisqu’on passe d’une étude de la théorie militaire à une étude historique d’une campagne militaire à l’époque antique. Mais Turpin trouve une implication personnelle dans l’étude de César. En effet, au XVIIIe siècle, César est l’image du Général ; il est le personnage incontournable de l’étude de l’histoire militaire, mais aussi de l’art de la guerre.

  • 14 Qui a été écrit par Hirtius.

24Dans les trois tomes qui forment ses commentaires, Turpin va étudier : la Guerre des Gaules c’est-à-dire les sept livres écrits par César et le huitième écrit par Hirtius. Puis il va analyser la Guerre Civile de César. Il étudie ensuite la Guerre d’Alexandrie de Hirtius, puis la Guerre d’Afrique du même auteur. Enfin, le comte de Turpin analyse de Guerre d’Espagne14.

Les auteurs anciens « secondaires » dans les ouvrages de Lancelot Turpin de Crissé : l’utilisation des « exempta »

25Lancelot Turpin de Crissé n’étudie pas seulement Végèce et César. Il fait également référence à des auteurs grecs et à d’autres auteurs romains. On peut citer par exemple pour les Grecs (et qui sont parfois des citoyens romains) : Homère, Énée le Tacticien, Hérodote, Xénophon, Polybe, Denis d’Halicarnasse, Plutarque, Onosander, Arrien, Elien, Dion Cassius.

26Pour les auteurs romains, Lancelot Turpin de Crissé cite les ouvrages de Salluste, Horace, Tite-Live, Frontin, Flavius Joseph, Tacite, Suétone, Justinien Ier dit le Grand, l’empereur Léon VI.

27En simplifiant, ces auteurs se divisent en deux groupes principaux suivant l’utilisation qu’en fait Lancelot. Il y a les tacticiens et les historiens. Parmi les tacticiens, il y a Onosander ou Frontin. Le groupe des historiens peut se diviser entre les « biobiographes » comme Plutarque et Suétone ; et les « historiens militaires » comme Hérodote ou Flavius Joseph.

  • 15 Vauchez André (sous la dir. de), Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge ; Paris, Cerf, 1997,2t. V (...)

28Lancelot ne fait pas une étude systématique de chacun de ces auteurs ; il se sert d’exemples tirés de leurs ouvrages. Les auteurs anciens étant connus des auteurs militaires du XVIIIe siècle, ils servent alors de caution intellectuelle. Pourquoi ? Les répétitions des mêmes exemples dans les différents ouvrages font penser aux exempla utilisés par les prêcheurs du Moyen Âge. L’image peut paraître insolite, mais le principe est le même. Au Moyen Âge, l’exempla a plusieurs sens15. Celui qui est le plus usuel et hérité de l’antiquité est de modèle de comportement et de vertu, et celui d’exemple à suivre. Il faut observer que les exemples sont récurrents : Lancelot cite des personnages comme César ou des batailles comme celle de Cannes. Mais parfois, c’est le nom de l’auteur qui fait référence car il renvoie à une idée ou à un concept.

Lire les modernes pour comprendre les Anciens

Quelques travaux de commentateurs modernes

  • 16 Picherit Damien, L’Art de la guerre dans les écrits de Lancelot Turpin de Crissé, mémoire de maîtri (...)

29Lorsque l’on établit une liste des auteurs auxquels Lancelot Turpin de Crissé fait référence dans l’ensemble de son œuvre16, on peut observer qu’il utilise de nombreux auteurs modernes qui ont commenté ou étudié l’histoire ancienne.

30On peut citer : Bernard de Montfaucon (1655-1741) et son Antiquité expliquée ; Charles Le Beau (1701-1778) et ses six mémoires Sur les Médailles de restitution et les vingt-six mémoires sur De la Légion romaine ; le comte de Beausobre (1704-1784) et ses Commentaires sur la défense des places, d’Anéas le Tacticien, le plus ancien des auteurs militaires ; le duc de Rohan et son Parfait capitaine ; Folard et ses Commentaires sur Polybe. Il y a bien d’autres encore. On peut remarquer que beaucoup d’entre eux ont une double carrière de militaire et d’auteur.

  • 17 Voir le sous-chapitre consacré aux exempla.

31Le comte Turpin de Crissé trouve trois types d’informations dans ces ouvrages. Il y a des textes anciens traduits et commentés, c’est-à-dire lui donnant des renseignements sur l’armée romaine pour le sujet qui nous concerne. Puis il peut également trouver des exemples17 qui peuvent consolider son argumentation. Et enfin, il va être confronté aux réflexions des modernes aussi bien sur l’armée à l’époque antique que sur les nouveaux systèmes tactiques.

Les références croisées modernes de Lancelot Turpin de Crissé : Folard, Maurice de Saxe et Frédéric II

  • 18 Chagniot Jean, Le chevalier Folard-La stratégie de l’incertitude ; coll. L’Art de la guerre, Monaco (...)
  • 19 Bois Jean-Pierre, Maurice de Saxe, Fayard, 1992.

32Lancelot Turpin de Crissé ne se limite pas dans sa réflexion sur l’art de la guerre à un dialogue avec les auteurs anciens. En effet, il a des références qui lui sont plus contemporaines comme le chevalier de Folard18, Maurice de Saxe19 et Frédéric II. Ce sont trois personnages clés dans la réflexion et dans la pratique de l’art de la guerre au XVIIIe siècle.

33Le chevalier Folard (1669-1752) est une référence pour les auteurs militaires européens car il a relancé la réflexion sur l’art de la guerre au XVIIIe siècle avec ses Commentaires sur Polybe. Il va poser les termes du débat entre le choc ou le feu. Mais il est aussi l’initiateur ou le concepteur de la colonne dont il a pris le modèle chez les auteurs anciens.

  • 20 Notamment sur la fortification.

34Maurice de Saxe (1696-1750) est le général français du XVIIIe siècle notamment grâce à sa victoire à Fontenoy. Il est « l’élève » de Folard dont il a étudié les ouvrages et qu’il n’hésite pas parfois à critiquer. Il est aussi le général qui ne se sépare jamais d’Onosander. Il a laissé des réflexions très intéressantes selon Turpin de Crissé sur l’art de la guerre20 dans ses Rêveries.

  • 21 Commentaires sur les Mémoires de Montécuculi, t.II ; p. 76.

35Frédéric II de Prusse (1712-1786) est le tacticien du Siècle des lumières. Il a introduit une véritable révolution dans la discipline et dans l’entraînement qui sont les deux bases de son système. Cette rigueur qui est demandée aux hommes lui permet d’obtenir une armée plus maniable, c’est-à-dire, capable d’effectuer des manœuvres suivant une mécanique précise et de répondre aux besoins tactiques. C’est cette évolution qui permet à Frédéric II d’utiliser l’ordre oblique qui est issu d’un ordre ancien. Il s’agit de faire marcher les régiments en décalage. De loin les rangs serrés des régiments font croire à l’ennemi que l’armée est sur un ordre parallèle. D’un seul coup, l’armée s’arrête et prend un alignement rapide sur un front oblique par rapport à celui de l’ennemi. Les lignes ennemies se brisent sur ce front. Frédéric II qui a mis ses réserves derrière l’aile la plus avancée, peut ainsi déborder l’ennemi par ce flanc. Il laissera une trace de ses conceptions tactiques avec ses Instructions militaires pour les officiers généraux21.

Le commentaire : principes et pratiques

La forme du commentaire chez Lancelot Turpin de Crissé

36Le commentaire au XVIIe est un type d’ouvrage qui allie un texte original ou une traduction et une analyse de ce texte. Chez Lancelot Turpin de Crissé, on peut observer trois méthodes d’analyses. Il y a la note de bas de page, le commentaire de fin de texte proprement parlé et la digression. Le plus souvent, il y a une association note de bas de page/digression ; commentaire/digression.

37La note se définit comme un mot ou une phrase qui se rapporte au texte et qui figure en marge, en bas de page ou en fin d’ouvrage. À partir de là, Lancelot Turpin de Crissé donne quelques précisions, puis il fait une digression sur une de ses idées.

  • 22 La digression se définit comme un développement parasite dans un discours ou un commentaire.

38Le commentaire est la seconde méthode d’analyse de Turpin. Le commentaire se définit comme un exposé par lequel on explique, on interprète, on juge le texte. Cette méthode d’analyse est présente notamment dans les commentaires sur Végèce. Le procédé est simple : d’une part Turpin part d’un postulat sur la guerre à l’époque antique ; puis il en fait une analyse à partir de ce qu’il a pu lire et consulter sur le sujet. Ensuite, il propose son système qui est issu de ce commentaire en faisant une digression22.

Le commentaire comme acte/pratique social

39L’écriture et la publication restent des actes de personnes privilégiées au XVIII e. Le commentaire chez Lancelot Turpin de Crissé peut-être considéré comme un acte social. En effet, c’est tout d’abord un moyen de diffuser sa réflexion sur l’art de la guerre hors d’un cadre institutionnel. Mais c’est aussi la possibilité de se faire connaître ou reconnaître par ses pairs car le commentaire des auteurs anciens est une pratique courante chez les militaires.

  • 23 FR 22133 ; Correspondance de Malesherbes avec L. Turpin de Crissé, datée du 18 janvier 1759. Biblio (...)

40Lancelot Turpin de Crissé est un auteur qui est attaché aux lettres, à la philosophie, mais aussi au monde qui leur sont attenants. Ceci est démontré par deux choses. La première est la collaboration du comte à un essai philosophique : Turpin de Crissé, Lancelot et Castilhon Jean, Amusemens philosophiques et littéraires de deux amis ; Prault l’aîné, Paris, 1754. La seconde est la lettre qu’il a envoyée à M. de Malesherbes pour défendre le Journal Encyclopédique de Pierre Rousseau23. À cela, il faut ajouter que Lancelot est inscrit à l’académie des sciences et des belles-lettres de Berlin et de Nancy.

41Mais ce qui pousse Lancelot à commenter César, n’est-ce pas la promotion sociale ? Il faut noter que lorsqu’il écrit à propos de ces Commentaires sur César en 1782, il a 66 ans, il n’est que lieutenant général. Il n’est pas difficile de penser qu’en ces temps de paix, il est impossible d’être promu maréchal de France par les armes. Ce n’est pas le poste en lui-même qui est intéressant mais bien les perspectives sociales qu’il ouvre ; c’est-à-dire un réseau de relations voir de clients. On peut observer que Turpin aime la guerre mais son âge limite son ambition sur les futurs champs de batailles et donc au grade de maréchal de France. Lancelot se tourne donc vers les lettres qui sont appréciées et reconnues par la société du Siècle des lumières.

42Le commentaire est la forme classique du dialogue entre les auteurs modernes et les auteurs anciens. Chez Lancelot Turpin de Crissé, le commentaire est le croisement des réflexions des modernes sur l’art de la guerre et de l’histoire ancienne. C’est une forme de dialogue à sens unique au profit des modernes. Ils vont pouvoir développer, comme Turpin, un discours rationnel qui repose sur une culture historique commune et sur une argumentation solide.

LA GUERRE ANCIENNE ET L’HISTOIRE DANS L’ŒUVRE DE LANCELOT TURPIN DE CRISSÉ

43Comme il a été écrit ci-dessus seul deux ouvrages sont pleinement consacrés à des auteurs anciens : Végèce et César. C’est donc à travers ces deux livres que Lancelot Turpin de Crissé fait une analyse des deux modèles militaires anciens : le modèle grec et le modèle romain. Mais le dialogue avec ces « deux acteurs » de l’antiquité est inégal. Il est au profit de l’armée romaine.

Le modèle militaire grec

La phalange grecque

44Lancelot Turpin de Crissé, dans ses Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, fait une description relativement courte du modèle militaire grec. Pourquoi ? Lancelot n’est probablement pas un helléniste, donc son accès aux sources est difficile. Par conséquent, il doit se référer aux auteurs modernes.

45Ce modèle repose sur deux éléments : la phalange qui est le corps de ce modèle et la cavalerie. Elle représente pour Lancelot et pour les auteurs du XVIIIe siècle le symbole de la pratique de l’ordre profond. Il n’est donc pas inintéressant de comprendre son fonctionnement.

46Lancelot remarque qu’Elien donne trois types de rangs qui correspondent à la vitesse de marche et qui sont en rapport avec la situation de l’ennemi, et en rapport avec le terrain. Turpin les décrit ainsi :

  • 24 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 414.

« Lorsque l’ordonnance étoit à rang ouvert, chaque Soldat occupoit quatre coudées en tout sens, ou cinq de nos pieds : quand l’ordonnance étoit serrée, il n’occupoit que deux coudées ou deux pieds et demi ; et une coudée ou quinze pouces, lorsque l’ordonnance étoit pressée. »24

47Lancelot remarque que plus la phalange est étirée plus la manœuvre est facile à exécuter. Mais pour notre auteur, l’intérêt de la phalange réside dans sa forme compacte ou serrée. En effet cette disposition crée une poussée capable de briser les lignes ennemies dans le cas d’un choc. Le débat se double avec le choix entre le choc ou le feu. Turpin passe d’une réflexion sur la disposition des hommes à celle sur la disposition des armes.

48Lancelot note que la force de la phalange est renforcée par la disposition des piques ou des sarisses, c’est pourquoi fait une description des premiers rangs de la phalange :

  • 25 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 414415.

« Ils se servoient de l’ordre serré, lorsqu’ils marchoient au combat ; et de l’ordre pressé, lorsque, près de l’ennemi, ils baissoient leurs piques ou sarisses, dont ils se faisoient un rempart hérissé de six rangs de sarisses. Les rangs par-delà les six premiers tenoient leurs sarisses hautes ; mais penchées en avant sur l’épaule de ceux qui les précédoient, pour rompre l’impétuosité des traits qui passoient par-dessus les têtes des six premiers rangs. » 25

49Donc la force de la phalange est due selon la description de Turpin de Crissé à l’unité du front de la phalange, à sa compacité ainsi qu’à la profondeur du système.

La cavalerie grecque

50La seconde partie du modèle militaire grec est donc la cavalerie. Lancelot en fait également une description car il s’y intéresse pour deux raisons. La première tient au fait qu’il a été lui-même cavalier et qu’il trouve un intérêt à l’histoire des troupes montées. Et la seconde est qu’au XVIIIe siècle, le rôle et l’efficacité de la cavalerie ont largement été remis en cause par les auteurs modernes comme Folard. Mais la place de la cavalerie grecque dans l’analyse de Turpin de Crissé est cependant moins importante que celle tenue par la phalange.

51Pour analyser la cavalerie, il fait référence, dans ses Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, à Elien, à l’empereur Léon et à Arrien. Mais comme nous l’avons montré dans la première partie, il est probable qu’une grande partie de son étude repose sur les conclusions d’auteurs modernes, comme Beausobre qui pense que la cavalerie grecque fut de mauvaise qualité et donc peu efficace.

  • 26 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 437-440.

52Lancelot écrit que l’armée grecque disposait de 4096 cavaliers pour 24576 fantassins26. Pour comprendre la place des cavaliers, il cite Elien :

  • 27 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 443.

« Elien dit que la cavalerie, ainsi que les légèrement armés, se porte par-tout où l’on juge qu’ils seront employés avec plus d’avantage ; qu’on peut mettre la cavalerie en avant, sur les ailes de la phalange, et même en derniere ligne [...] »27

53Avec le dispositif de la phalange, Lancelot comprend que la cavalerie ne peut pas l’affronter directement. Dès lors les troupes montées sont subordonnées selon lui à un rôle de protection et de harcèlement de l’ennemi. C’est-à-dire protéger les flancs de la phalange contre une tentative de débordement par des troupes légères à pieds ou par de la cavalerie ennemie. A contrario, elle peut servir à déborder l’ennemi par un flanc et prendre à revers la phalange. Mais elle peut aussi poursuivre l’ennemi qui effectue une retraite.

Le modèle militaire romain

Le Parfait Capitaine

  • 28 Corvisier André (sous la dir. de), Histoire militaire de la France, coll. Quadrige, Paris, PUF, 199 (...)
  • 29 Zehnacker Hubert et Fredouille Jean Claude, Littérature latine, coll. 1er Cycle, Paris, PUF, 1998, (...)

54Le Parfait Capitaine est le titre d’un ouvrage du duc de Rohan (1579-1638) de 1631. Dans cet ouvrage, « Rohan partait de l’idée qu’il n’y avait rien d’absolu dans la guerre et que tout dépendait non des procédés, mais de la conduite des hommes28. » Ainsi, la figure mythique du parfait capitaine serait Jules César. Ce personnage et ses Commentant sont les principaux centres d’intérêts des auteurs modernes et cela pour deux raisons. La première est que César « est peut-être le seul, ou un des rares qui n’ait jamais échoué dans une action militaire29. » La seconde raison tient à ce que les Commentant soient parmi les œuvres les plus accessibles pour les latinistes débutants.

55Lancelot Turpin de Crissé voue une certaine admiration à ce général romain, mais il exprime aussi une certaine crainte face aux actions de cet homme de guerre :

  • 30 Commentaires de César, t.I, p. III.

« Le tems n’a détruit que la terreur attachée à ses pas [ceux de César] ; et cet Ennemi de tous les peuples, qui fit couler autrefois tant de sang, semble être devenu le compatriote de toutes les Nations, et le contemporain de tous les âges. » 30

  • 31 Commentaires de César, t.I, p. III.
  • 32 SHAT, série A 1 ; 3740 ; Organisation militaire (1782-1783) : f°54 et f°55, lettre de Turpin de Cri (...)
  • 33 Grell Chantai ; Le XVIIIesiècle et l’Antiquité en France, 1680-1789, coll. Studies on Voltaire and (...)

56Turpin de Crissé écrit sur César car il veut étudier le génie de la guerre31. Il insiste même sur l’idée qu’aucun moderne ne peut lui être comparé32. Notre auteur explique que César passe à travers le temps, il posséderait un génie et une gloire intemporelle ; une reconnaissance éternelle : César est la perfection militaire, le parfait capitaine. Finalement, pourquoi tant de mansuétude vis-à-vis de ce personnage ? Pour les auteurs modernes, César mérite l’indulgence car il est entre autre le vainqueur des redoutables Gaulois. Dès lors « les vices [...] devenaient chez lui, des vertus : sa dissimulation est qualifiée de prudence ; son machiavélisme, d’habilité ; sa perversité, d’intelligence des hommes et des situations »33.

L’armée romaine

  • 34 Ce sont les quatre éléments essentiels. On pourrait ajouter la marine, l’administration de la légio (...)

57Le modèle militaire romain comme le modèle militaire grec repose sur différents éléments. Il y a entre autre le commandement, la légion, la cavalerie et les alliés34. À noter que comme pour l’étude du modèle grec, Lancelot utilise des auteurs modernes.

  • 35 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce ; t.I, p. 196. Il faut noter que souvent Lan (...)

58Le comte Turpin de Crissé parle de la légion dans les commentaires sur Végèce et dans ceux sur César. Il note qu’après la disparition de la division par manipule, il ne subsiste que la division par ligne et par cohorte. Il explique que les Hastates sont toujours en première ligne ; et que les Princes et les Triaires forment respectivement la seconde et la troisième ligne. Il observe que les deux premières lignes sont divisées « en dix troupes, chacune de seize de front sur dix de files »35. La troisième ligne est divisée en dix troupes mais qui faisaient que dix files de front pour six rangs de profondeur. Selon Lancelot, cette disposition issue de la division par cohorte permettait à la légion de manœuvrer facilement, car les petites troupes pouvaient s’adapter plus facilement au type de terrain ou la disposition de l’ennemi.

59Lancelot observe que la légion est accompagnée de troupes légères appelées vélites. Ils devaient entre autre assurer la protection des flancs et harceler l’ennemi pendant ou après la bataille. Pour cela, les vélites combattaient par petites troupes.

60Le second élément de l’armée romaine est la cavalerie qui selon Turpin a un rôle secondaire comme dans le cas grec. Mais comme la légion, la cavalerie est divisée en corps :

  • 36 Commentaires de César, avec des notes historiques, critique et militaires, t.I, p. 285.

« [...] elle [la cavalerie] étoit divisée en dix turmes par légion, autant qu’il y avoit de cohortes. Chaque turme étoit de trente cavaliers, de trois décurions priores et de trois posteriores. Les décurions n’étoit point compté dans le nombre de chaque turme. » 36

  • 37 Commentaires de César, avec des notes historiques, critique et militaires, t.I, p. 285.

61Suivant la description que donne Lancelot Turpin de Crissé, la cavalerie est composée de 300 hommes. À cela il faut ajouter soixante officiers. Ce corps est donc divisé en troupes, c’est-à-dire en turme de trente cavaliers avec six officiers. Mais la cavalerie reste numériquement inférieure à la légion qui fait environ 4200 hommes « au tems des Consuls. »37 À partir de César, Lancelot note une évolution qui est liée à celle de la légion :

  • 38 Commentaires de César, avec des notes historiques, critique et militaires, t.I, p. 285.

« Elle [la cavalerie] changea sous César, la cavalerie fut séparée de l’infanterie [...]. Il est à présumer que la cavalerie séparée de l’infanterie de la légion, les divisions ne furent plus les mêmes, et que les turmes n’eurent plus un nombre fixé, cependant avec des proportions relatives à l’objet. »38

62Lancelot Turpin de Crissé analyse la place que la cavalerie occupe dans le modèle militaire romain :

  • 39 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 446.

« [...] elle [la cavalerie] ne combattoit jamais avec l’infanterie de la légion à laquelle elle étoit attachée, mais toujours sur les ailes de l’infanterie ; et par-delà on plaçoit la cavalerie Alliée. »39

63Suivant Turpin, la cavalerie se place sur les flancs de façon à éviter les débordements de l’ennemi par l’aile droite ou l’aile gauche. Mais il faut remarquer que la cavalerie romaine est liée à la cavalerie des auxiliaires. En examinant la disposition des troupes montées, la cavalerie auxiliaire semble être utilisée comme « cavalerie légère » en avant de l’armée.

64Le troisième élément intéressant dans le modèle romain est l’utilisation des auxiliaires qui une composante fondamentale car comme l’explique Turpin la légion romaine est binaire. Il y a la légion composée de romains et la légion composée d’alliés c’est-à-dire d’auxiliaires. Ainsi dans une armée consulaire, il y a deux légions romaines et deux légions d’auxiliaires. Il faut ajouter 600 cavaliers romains et 1200 cavaliers alliés.

65Dans la disposition pour la bataille, la cavalerie alliée se place aux flancs des légions romaines. Son rôle est d’empêcher les débordements ennemis par le flanc dr oit ou gauche. La profondeur de cette troupe de cavaliers semble varier en fonction de la situation et probablement du terrain d’après Lancelot.

66Turpin fait donc la différence entre le légionnaire romain qui se bat pour la sauvegarde de sa patrie et l’auxiliaire qui est payé pour se battre :

  • 40 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. Il, p. 19.

« La distinction que fait cet Auteur [Végèce] des troupes légionnaires aux auxiliaires, est juste ; en effet, il doit y avoir une très grande différence entre des troupes qui combattent pour leur Patrie, et d’autres qui ne se battent que parce qu’on paie leur sang, qui d’ailleurs n’ont aucun intérêt particulier à défendre l’Etat pour lequel elles se sacrifient. »40

Les causes de la supériorité du modèle romain sur le modèle grec selon Turpin de Crissé

67Lancelot Turpin de Crissé cherche à savoir si le modèle militaire romain est supérieur au modèle grec notamment dans ses Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce. Il note à ce propos :

  • 41 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. 13.

« Ainsi ce n’étoit pas le grand nombre d’hommes que les Romains {ondoient leur succès ; mais sur la capacité et l’expérience de leurs Généraux, sur l’ordre et la discipline observés par leurs troupes, sur l’instruction de leurs Soldats, sur leur valeur et leur amour de la patrie. » 41

  • 42 Noter cette étude sur le commandement de l’armée romaine : Mesplé Pierre, Étude sur le commandement (...)
  • 43 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. 19.

68Le bon fonctionnement du modèle militaire romain tient donc, selon Turpin, à quatre points. Le premier est la capacité des Romains à compléter leur légion avec le système de citoyen-soldat et l’utilisation des étrangers. Le second point tient à la qualité des généraux42. L’exemple le plus parfait est Jules César. Le troisième point est la discipline qui règne dans l’armée romaine. Elle est proportionnée aux fautes et elle n’est pas par conséquent soumise à l’arbitraire des officiers43. Le quatrième point concerne l’attachement du soldat comme citoyen qui attaché à la République et qui est facteur de la cohésion de l’armée.

69Mais Lancelot Turpin de Crissé va encore plus loin car il se demande pourquoi le modèle romain est supérieur au modèle grec :

  • 44 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. II, p. 229.

« On peut donc attribuer les succès des Romains sur les Grecs, non-seulement à leur ordre de combat par petites troupes séparées, et sur plusieurs lignes, à leurs armes très supérieurs à celles des Grecs ; mais encore à leur discipline, à l’habitude qu’ils avoient des exercices militaires, à la soif qu’ils avoient des richesses, et au désir d’être le premier peuple du monde. » 44

70D’après notre auteur, la supériorité des Romains sur les Grecs tient, elle aussi, à quatre points. Le premier est l’utilisation, de petites troupes, c’est-à-dire des cohortes, face à la masse compacte de la phalange. Cela tient surtout à la capacité de l’armée romaine à pouvoir s’adapter à la disposition de l’ennemi. Le second point est la supériorité des armes. En fait, les Romains ont su adapter leur équipement aux types d’armées et en fonction du type de combat : en fonction de la bataille ou du siège. Le troisième point est la discipline que Turpin a déjà évoquée. Le quatrième est un « état d’esprit » qui anime les Romains d’après Lancelot. Pour lui, ce serait des soldats avides de richesse et qui rechercherait l’hégémonie sur le monde.

Histoire et philosophie de la guerre dans l’œuvre de Turpin de Crissé

71Établir un dialogue avec des auteurs anciens, c’est également faire de l’histoire. Le comte de Turpin de Crissé participe à ce lieu commun. En effet, il croit à l’intérêt de cette « discipline » ; si on peut la définir ainsi au XVIIIe siècle. L’histoire est une série d’exemples, des batailles, des moments d’actions militaires qui sont des « cas d’école » :

  • 45 Amusemens philosophiques et littéraires de deux amis, p. 4647.

« L’histoire est la meilleure école de l’art militaire pour celui qui sçait réfléchir, qui sçait comparer la conduite que les plus grands généraux ont tenue dans les différentes positions où ils se sont trouvés, qui sçait voir dans les succès des un les fautes des autres, qui le talent de saisir une situation heureuse, de voir le parti que le vainqueur a sçu tirer du caractère de son ennemi, de l’esprit des Nations qu’il avoit à combattre et des peuples qui étoient sous ses ordres. »45

72Turpin va plus loin :

  • 46 Commentaires de César, t.I, p. 228.

« Ce n’est pas seulement dans l’Histoire de l’antiquité qu’il faut chercher des actions héroïques, elles sont de tous les tems et de toutes les nations ; les annales de la France en fourmilleroient, si on avoit eu soin de les recueillir. »46

73Donc pour Lancelot, une réflexion sur l’art de la guerre est diachronique ce qui explique ses recours fréquents aux auteurs et aux généraux modernes comme Turenne, Maurice de Saxe et Frédéric II de Prusse parfois perçu comme le plus grand tacticien du Siècle des lumières.

74Dans l’œuvre de Lancelot Turpin de Crissé, le modèle romain a une place prépondérante. On voit clairement que l’histoire ne fournit pas une réponse directe au problème du blocage tactique, Lancelot l’utilise comme moteur de sa réflexion avec comme perspectives qu’autre chose est possible à l’exemple de Frédéric II de Prusse.

LES SOLUTIONS TACTIQUES DE TURPIN DE CRISSÉ : DES SYSTÈMES DÉTACHÉS DES MODÈLES MILITAIRES ANTIQUES

75L’histoire militaire et l’étude des auteurs sont le moteur de la réflexion de Lancelot Turpin de Crissé sur l’art de la guerre. Dès lors il s’agit lui pour d’établir un ou des systèmes tactiques capables de solutionner le « blocage tactique » du XVIIIe siècle.

76Indirectement, il doit donc répondre aux grandes questions et aux grands débats qui parcourent ce siècle comme le débat entre le choc et le feu et son symétrique tactique l’ordre mince ou l’ordre profond.

L’ordre mince ou l’ordre profond ?

77Lancelot Turpin de Crissé est-il un partisan de l’ordre mince ou de l’ordre profond ? Cette question est intéressante car la réponse est finalement l’aboutissement de sa réflexion sur la guerre. Il se révèle beaucoup plus pragmatique qu’un bon nombre de ses contemporains sur le choix à adopter. Il dit ceci :

  • 47 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. II, p. 208.

« Il seroit absurde de ne vouloir admettre qu’une disposition, ou sur l’ordre allongé ou sur l’ordre profond. Le terrein, les circonstances doivent en décider ; mais il faut faire en sorte que l’ordre mince et allongée puisse se changer promptement, et sans danger en ordre profond, et que celui-ci puisse changer de même en ordre allongé, sans que l’ennemi puisse trouver jour à attaquer avec avantages, lors du changement de disposition. »47

78Turpin pense que ce sont les situations et les conditions qui déterminent le choix de la colonne ou de l’ordre mince. Ainsi dans le cas où l’armée ne peut franchir des obstacles, le général doit préférer la colonne ; dans le cas d’une plaine rase, c’est différent. En effet, Turpin utilise une combinaison des deux ordres. En général, il met à distance de tirer l’armée en ordre mince, puis quand le feu a moins d’effet, il se met en colonne de façon à briser la ligne mince de l’ennemi.

79Donc pour lui la modélisation de l’art de la guerre engendre l’inefficacité de l’armée et par conséquent l’échec. Il préfère prendre en compte les différents facteurs pour établir son plan de bataille.

Organisation et déroulement d’une campagne

Préparation logistique de la campagne

80À la lecture des ouvrages de Lancelot Turpin de Crissé, on peut remarquer que lorsqu’il conçoit un plan de campagne. Sa préparation se fait sur trois points.

81Le premier est la formation de magasins de vivres et de munitions sur les frontières pour ravitailler l’armée au plus près de la zone ou se déroule la campagne.

82Le second point est la formation des convois de ravitaillement. Ils sont essentiels pour fournir tout ce qui est nécessaire à l’armée pendant la campagne. Les convois sont souvent les cibles des attaques de l’ennemi. En effet en coupant le ravitaillement, c’est le moyen le plus efficace de battre l’ennemi sans combattre. Il y a donc un soin particulier à la protection des convois en utilisant par exemple des troupes légères comme les hussards ou les dragons.

83Le troisième et dernier point du système logistique est le camp. Il est le point d’appui de l’armée en campagne. Le camp est un lieu de repos et un lieu de ravitaillement. Lancelot a toujours pris le temps dans ses ouvrages de penser à la formation et à l’attaque du camp.

84Il faut noter que le blocage tactique a conduit à la réduction du nombre de batailles et à l’inverse à la multiplication des sièges. Lancelot a pris assez tard conscience du rôle de la fortification et il ne l’aborde que dans les années 1769. Il s’inspire largement des conceptions de Vauban et de Cœhorn. Le fort a sa place dans le système logistique puisqu’il est un nœud central sécurisé.

La bataille : une conception factorielle chez Turpin de Crissé

  • 48 Il faut comprendre le terme de génie dans un sens large. Ce mot définit un certain nombre de qualit (...)

85Il est en théorie impossible de prévoir les modalités d’une bataille à l’avance. Lancelot l’a bien compris et il souligne le caractère relatif de ses propositions. Mais ce qui est intéressant chez lui, c’est qu’il tient compte d’un certain nombre de variables ou de facteurs pour mettre au point ces plans de bataille. Ceci n’est pas nouveau car tout général tient compte du terrain sur lequel il évolue ou de la position de l’ennemi. La particularité des propositions de Turpin pour la bataille est qu’il segmente chaque phase. Chacune d’entre elle représente une situation particulière. Donc en alliant les phases en fonction de la situation par rapport au terrain, par rapport à l’ennemi, par rapport au moment de la journée ou de la saison le général peut constituer un plan de bataille théorique et que son « génie »48 modifiera en fonction de l’évolution des combats.

86Donc suivant les propositions de Turpin, on peut déterminer au moins quatre variables pour une armée qui est dans une situation S, dans un lieu L, à un temps T, face à un ennemi E.

87Il n’existe pas un seul type de bataille. Progressivement, Lancelot Turpin de Crissé va s’intéresser à l’ordre oblique mis au point par Frédéric II ; sans pour cela négliger les autres types de plan de bataille. Il développe ses propres conceptions sur cet ordre notamment dans ses Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce. Il explique les dispositions pour un ordre oblique par le centre, pour un ordre oblique par la gauche ou par la droite.

88Il faut remarquer à la lecture de Lancelot Turpin de Crissé qu’il ne se démarque pas du modèle traditionnel avec l’infanterie au centre la cavalerie aux ailes et une armée sur trois lignes avec si besoin une réserve. Toutefois, la colonne prend de plus en plus de place dans les systèmes de Turpin. Ceci le conduit à adopter des systèmes qui reposent plus sur le choc avec l’ordre oblique que sur le feu. Mais il ne néglige pas ce dernier point.

La petite guerre : une alternative au blocage tactique ?

  • 49 Bibliothèque de l’Arsenal ; série Ms : 4077 ; Sur le service des hussards et troupes legeres quelqu (...)

89Lancelot Turpin de Crissé a été propriétaire d’un régiment de hussards entre 1747 et 1761. Il s’est toujours intéressé à cette arme et cela dès 1753 à travers un mémoire sur les troupes légères49. Au fur et à mesure des ouvrages la place accordée aux hussards s’est amoindrie. Cela tient au fait que Lancelot va s’intéresser de plus en plus à l’histoire militaire plus qu’à la réflexion technique et tactique.

90Toutefois, sa réflexion sur la petite guerre est la plus intéressante. Il voit en elle une alternative à la bataille et donc à l’engagement de grandes quantités de troupes. En effet, Turpin préconise l’utilisation des hussards car c’est une arme légère donc rapide et manœuvrière. Le but des hussards et plus généralement des troupes légères, est de multiplier les agressions contre l’ennemi pour l’affaiblir. Les cibles privilégiées des attaques sont les convois de ravitaillement et les fourrages pour affamer les soldats et les priver d’équipement. En effet, Lancelot Turpin de Crissé sait par expérience, bien plus que par ses lectures qu’une armée qui n’a plus de moyens pour subsister, est une armée qui s’épuise et qui se meure. Par ces attaques Turpin vise à économiser les hommes, les armes, les chevaux. Mais à une échelle plus grande, il veut sauvegarder les ressources du pays et donc celles du souverain.

91Lancelot s’attache aussi à montrer que les hussards et par extension, l’ensemble des troupes légères montées, peuvent avoir une utilité dans la bataille et cela en fonction des plans du général. Turpin de Crissé les place sur les flancs soit pour former un cordon de protection, soit pour participer à une charge de cavalerie ou pour déborder l’ennemie par un flanc. Il les place parfois en réserve pour qu’ils puissent déborder l’ennemi par surprise. Lancelot essaye donc d’utiliser au mieux la polyvalence de cette arme.

92On peut probablement remarquer des similitudes entre les systèmes tactiques modernes et anciens. Mais Lancelot ne prend jamais les auteurs anciens pour concevoir son plan de bataille, ni même les auteurs modernes. Parfois on sent leur influence : comme celle de Folard pour l’utilisation de la colonne et celle de Frédéric II pour l’utilisation de l’ordre oblique.

Conclusion

93Le dialogue que Lancelot Turpin de Crissé a établi avec les auteurs anciens, est une discussion croisée entre les auteurs anciens et les tacticiens modernes. Lancelot, comme ses contemporains, a largement lu et utilisé les anciens. Ils lui ont fourni les sujets, les exemples, mais aussi les cautions nécessaires à la connaissance et à la reconnaissance de son œuvre par la société militaire.

94Dans le dialogue entre les auteurs anciens et les auteurs modernes, Lancelot s’interroge plus largement sur le rôle et la place de l’histoire dans l’art de la guerre. Pour lui, elle est la matrice et le moteur de sa réflexion. Mais il refuse de prendre directement les conceptions militaires des anciens. Souvent, il préfère concevoir ses propres plans de batailles qui semblent influencés par les travaux de Folard et par les expérimentations de Frédéric II de Prusse.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages

Cardini Franco, La culture de la guerre, Xe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1992.

Carrias Eugène, La pensée militaire française, Aix-en-Provence, PUF, 1960.

Coutau-Bégarie Hervé, Traité de stratégie, Bibliothèque stratégique ; Institut de stratégie comparée, Économica, 1999.

Liskenne Charles, Bibliothèque historique et militaire, 6 vol., Paris, Anselin, 1835-1842.

Muraise Éric, Introduction à l’histoire militaire, éd. Charles Lavauzelle et Cie, 1964.

Parker Geoffrey, La révolution militaire, la guerre et l’essor de l’Occident, 1500-1800, Gallimard, 1993.

Picherit Damien, L’Art de la guerre dans les écrits de Lancelot Turpin de Crissé, mémoire de maîtrise d’histoire, sous la dir. de Jean-Pierre Bois, université de Nantes, 1999-2000.

Articles

Bois Jean-Pierre, Approche historiographique de la tactique à l’époque moderne ; la Revue historique des armées, n° 207 ; le Ministère de la guerre/de la défense, juin 1997, p. 23-30.

Chagniot Jean, La révolution militaire des temps modernes, la Revue historique des armées, n° 207 ; le Ministère de la guerre/de la défense, juin 1997, p. 7-10.

Notes

1 À la bataille de Malplaquet, le front s’étend sur près de 10 km.

2 SHAT, série 3 YD 1080. Dossier personnel de Lancelot Turpin de Crissé ; 40 folios.

3 Il est à Ettlingen le 4 mai 1734 ; puis à Philippsbourg le 18 juillet 1734.

4 Toth Ferenc, « Éloge des Hussards hongrois en France. Un manuscrit inédit du comte Lancelot Turpin de Crissé »·, Enquêtes et documents, n° 25, Les armées et la guerre de l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale, p. 149-166, 1998.

5 Essai sur l’art de la guerre, par M. le comte Turpin de Crissé, Brigadier des Armées du Roi, et Mestre de Camp d’un Régiment d’Hussards, Paris, Prault fils l’aîné, 1754, 2 vol.

6 Turpin de Crissé Lancelot et Castilhon Jean, Amusemens philosophiques et littéraires de deux amis, Paris, Prault l’aîné, 1754 (une réédition en 1756).

7 Commentaires sur les Mémoires de Montécuculi, généralissime des armées et grand-maître de l’artillerie de l’Empereur, par Monsieur le comte Turpin de Crissé, Maréchal des camps et armées du Roi, Inspecteur Général de cavalerie et de dragons, des Académies royales des Sciences et Belles-Lettres de Berlin et Nancy, Paris, Lacombe, 1769, 3 vol.

8 Colson Bruno, L’Art de la guerre de Machiavel à Clausewitz, La bibliothèque universitaire Moretus Plantin, Namur, Presse Universitaire de Namur ; 1999 ; p. 24.

9 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. VIII-IX.

10 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. XX.

11 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. XXIX-XXX.

12 Eberhard Horst, César, Fayard, 1981.

13 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. IX.

14 Qui a été écrit par Hirtius.

15 Vauchez André (sous la dir. de), Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge ; Paris, Cerf, 1997,2t. Voir l’article « exempla » dans le t. 1.

16 Picherit Damien, L’Art de la guerre dans les écrits de Lancelot Turpin de Crissé, mémoire de maîtrise d’histoire, sous la dir. de Jean-Pierre Bois, université de Nantes, 2000-2001, p. 2641.

17 Voir le sous-chapitre consacré aux exempla.

18 Chagniot Jean, Le chevalier Folard-La stratégie de l’incertitude ; coll. L’Art de la guerre, Monaco, éd. du Rocher, 1997.

19 Bois Jean-Pierre, Maurice de Saxe, Fayard, 1992.

20 Notamment sur la fortification.

21 Commentaires sur les Mémoires de Montécuculi, t.II ; p. 76.

22 La digression se définit comme un développement parasite dans un discours ou un commentaire.

23 FR 22133 ; Correspondance de Malesherbes avec L. Turpin de Crissé, datée du 18 janvier 1759. Bibliothèque nationale de France, site Richelieu.

24 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 414.

25 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 414415.

26 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 437-440.

27 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 443.

28 Corvisier André (sous la dir. de), Histoire militaire de la France, coll. Quadrige, Paris, PUF, 1997,t.I, p. 336.

29 Zehnacker Hubert et Fredouille Jean Claude, Littérature latine, coll. 1er Cycle, Paris, PUF, 1998, p. 112113.

30 Commentaires de César, t.I, p. III.

31 Commentaires de César, t.I, p. III.

32 SHAT, série A 1 ; 3740 ; Organisation militaire (1782-1783) : f°54 et f°55, lettre de Turpin de Crissé du 31 septembre 1782.

33 Grell Chantai ; Le XVIIIe siècle et l’Antiquité en France, 1680-1789, coll. Studies on Voltaire and the eighteenth century, Oxford, éd. Voltaire Foundation, 1995, t. Il, p. 1118.

34 Ce sont les quatre éléments essentiels. On pourrait ajouter la marine, l’administration de la légion, le camp, etc. Mais ici, nous cherchons à voir les éléments significatifs qui participent à la réflexion de Lancelot Turpin de Crissé sur l’art de guerre des anciens.

35 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce ; t.I, p. 196. Il faut noter que souvent Lancelot Turpin de Crissé fait la confusion entre la file et le rang. Dans le cas qui nous intéresse la cohorte présente un front de seize files pour une profondeur de dix rangs.

36 Commentaires de César, avec des notes historiques, critique et militaires, t.I, p. 285.

37 Commentaires de César, avec des notes historiques, critique et militaires, t.I, p. 285.

38 Commentaires de César, avec des notes historiques, critique et militaires, t.I, p. 285.

39 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. III, p. 446.

40 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. Il, p. 19.

41 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. 13.

42 Noter cette étude sur le commandement de l’armée romaine : Mesplé Pierre, Étude sur le commandement militaire : des sources littéraires aux écrits d’Onosander ; mémoire de maîtrise d’histoire, sous la dir. de Jean Peyras, université de Nantes, 1999-2000.

43 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t.I, p. 19.

44 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. II, p. 229.

45 Amusemens philosophiques et littéraires de deux amis, p. 4647.

46 Commentaires de César, t.I, p. 228.

47 Commentaires sur les Institutions militaires de Végèce, t. II, p. 208.

48 Il faut comprendre le terme de génie dans un sens large. Ce mot définit un certain nombre de qualités du général. Il s’agit de l’art de commander, l’art de prévoir, l’art d’organiser et surtout l’art de savoir saisir une opportunité.

49 Bibliothèque de l’Arsenal ; série Ms : 4077 ; Sur le service des hussards et troupes legeres quelques autres, sur celuy des troupes en général, d’un maréchal de camp, d’un brigadier, colonel, lieutenant colonel, major, capitaine et subalterne, avec quelques idées en général pour établir la subordination et la discipline dans les troupes françoises, par le comte Turpin, brigadier des armées du roy, et mestre de camp d’un régiment de hussards.

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search