Version classiqueVersion mobile

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

Villars, parangon de la guerre moderne

Matthieu Lecoutre

Texte intégral

  • 1 Chantal Grell, Histoire intellectuelle et culturelle de la France du Grand Siècle (1654-1715), Nath (...)

1À la fin du XVIIe siècle en France, le monde des lettres est divisé en deux camps1. D’un côté les partisans, les admirateurs, les imitateurs de la littérature des Anciens et de l’autre les thuriféraires des Modernes qui, à la suite de Descartes, affirment qu’il n’y a pas lieu de s’incliner devant les Anciens.

  • 2 Il naît le 8 mai 1653 à Moulins et décède le 17 juin 1734 à Turin.
  • 3 1701-1714. Elle se clôt par le traité de Rastadt signé par Villars au nom du Royaume de France le 6 (...)
  • 4 Ce concept est clairement expliqué par Jean-Pierre Bois, Fontenoy 1745. Louis XV, arbitre de l’Euro (...)
  • 5 En guise d’exemples : le marquis de Quincy publie L’Art de la guerre ou maximes et instructions sur (...)

2Il paraît intéressant de rappeler ce contexte intellectuel contemporain des exploits de Villars, pour souligner l’intérêt qu’il y a à réfléchir sur l’existence d’un dialogue militaire, ténu ou non, entre Louis-Hector de Villars2, le plus grand maréchal de Louis XIV lors de la Guerre de Succession d’Espagne3, et des auteurs Anciens Grecs ou Romains. Les études des historiens mettent en évidence qu’à partir de la fin du règne de Louis XIV, les militaires portent intérêt aux écrits des Anciens pour résoudre les apories auxquelles ils étaient confrontés, telles que le « blocage tactique »4. Toutefois ce n’est que sous Louis XV que les grands théoriciens modernes, influencés par les Anciens, écrivent leurs traités les plus aboutis, et que se généralise l’attrait pour les racines antiques de la guerre5.

3Cette étude désire se placer dans une réflexion sur le positionnement de Villars par rapport à cette redécouverte des auteurs militaires anciens au XVIIIe siècle. Il s’agit d’essayer de mettre en exergue que Villars ne participe pas à ce mouvement de redécouverte, et qu’il reste dans une tradition de formation militaire et de pratique guerrière moderne. En effet, rien ne permet de penser à l’heure actuelle d’une manière indubitable qu’il se soit inspiré avec vigueur des préceptes militaires des Anciens.

  • 6 24 juillet 1712. Ce succès constitue la seule victoire décisive de la guerre de Succession d’Espagn (...)

4Le vainqueur de Denain6 se situerait alors à l’ultime antériorité chronologique de la redécouverte des vertus militaires des Anciens.

  • 7 Dans la Henriade en 1723.

5Afin de démontrer cette réalité, il s’agit de mettre en lumière tout d’abord que son apprentissage militaire fut avant tout pratique et moderne malgré quelques contacts avec l’Antiquité, puis que dans un second temps sa relation à l’Antiquité fut essentiellement littéraire, que dès lors dans un troisième temps ses réflexions militaires furent avant tout modernes, mais que dans un dernier temps cette formation à l’école des Modernes ne l’empêcha pas de posséder des compétences remarquables et de remporter des succès tels, que Voltaire7 le compara à un sauveur de la France.

UN APPRENTISSAGE PRATIQUE DE LA GUERRE

  • 8 Marie-Madelaine Compère et Dominique Julia. Les collèges français 16e-18e. Répertoire 2 : France du (...)
  • 9 Louis Dussieux, Les grands généraux de Louis XIV, Paris, 1888, p. 369.
  • 10 Villars, Mémoires de Villars, publiés par Petitot et Monmerqué, t. 69, 1828, p. 48. (en 1703).

6Au sein de l’Académie Royale des Oratoriens de Juilly8, Louis-Hector reçoit jusqu’à l’âge de 17 ans, l’enseignement délivré par cette congrégation. Le latin ou l’histoire y sont notamment enseignés et les élèves lisent Virgile, Sénèque ou Tite-Live. L’histoire grecque et romaine y est apprise en plus de l’histoire de France, et l’essentiel de l’enseignement de langues anciennes reçu par Villars est axé sur le latin. L’historien Louis Dussieux9 écrit, en 1888, qu’il y fait de brillantes études. Il est cependant noté dans les Mémoires de Villars10, que Louis-Hector parle un mauvais latin, ce qui met à mal cette réputation peut-être erronée. Ceci paraît d’autant plus vrai, que les mémoires sont d’ordinaire destinés à vanter les compétences de l’auteur.

7Ainsi ses lacunes dans la langue de Végèce sont un obstacle à l’apprentissage d’éventuelles notions héritées des Anciens.

  • 11 Idem, t. 68, p. 267.
  • 12 Idem, p. 277-278.

8Cependant Villars utilise toute l’énergie de sa jeunesse à l’étude de l’art de la guerre. Page à la Grande Écurie en 1670, dès 1671 son oncle le maréchal de Belle-fonds, un bon officier de Louis XIV, se consacre à lui inculquer des conseils relatifs à la chose militaire11. Une lettre importante datée de 1673, écrite par le maréchal à son neveu, lui recommande avant toute chose d’apprendre l’art de la guerre par la pratique du métier de partisan en étant le plus possible dans les coups belliqueux pour se cultiver, faute de quoi il ne serait jamais un officier consommé12.

9Ainsi la méthode d’apprentissage de la guerre par Villars au début de sa carrière est essentiellement pratique et pragmatique, et ne laisse que peu de place à la théorie et donc a fortiori aux Anciens.

  • 13 Idem, p. 330.
  • 14 Villars, Mémoires du Maréchal de Villars, publiés par De Vogüé, Paris, t. 1, 1884, p. 372. Villars (...)
  • 15 Villars, Mémoires..., Petitot et Monmerqué, op. cit., t. 68, p. 334.

10Toutefois la paix de 1678 le laisse désoeuvré et ne pouvant plus pratiquer la guerre, il se consacre à son étude. Le caractère précis de ses lectures postérieures au traité de Nimègue nous est inconnu. Il faut attendre 1683 pour obtenir de nouvelles informations sur ses intérêts puisqu’il décide alors de prendre part à la défense de l’Empire contre les Turcsl13. Il est intéressant de constater qu’il s’attache de très près aux détails de cette guerre si différente de celle à laquelle il était habitué en Europe. Villars prend notamment en note les ordres de bataille utilisés par les Orientaux14, interroge des prisonniers turcs et réalise des rapports sur ce conflit15. De cette manière, il profite de ce dernier pour améliorer sa maîtrise de la guerre en se confrontant à d’autres critères tactiques que ceux d’Europe. De plus, cette expérience hongroise lui permet d’observer les évolutions tactiques des soldats impériaux. Ce privilège l’aide pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg à savoir comment combattre ces mêmes Impériaux.

11Villars se forme donc en étudiant, entre autres, l’art de la guerre contemporain. Son intérêt pour la lutte contre la « Grande Porte » et pour l’enseignement qu’il pourrait en tirer est significatif de l’état d’esprit des soldats de son époque pour qui un apprentissage militaire ne peut être clos qu’une fois les Turcs combattus. Louis-Hector est alors pleinement un homme du XVIIe siècle. Cependant il paraît légitime de se demander s’il fit l’effort de remonter aux origines de la tactique en Europe, à savoir l’Antiquité.

UNE RELATION LITTÉRAIRE AVEC L’ANTIQUITÉ

  • 16 Défaite de François Ier en 1525 entraînant la perte de l’Artois et de la Flandre en 1529, lieux des (...)
  • 17 Lucien Bély, Jean Bérenger, André Corvisier, Guerre et paix dans l’Europe du XVIIesiècle, SEDES, 19 (...)

12Tout d’abord, il faut noter que Villars visite le champ de bataille de Pavie16 en 1696 lors d’un séjour d’agrément en Italie. Ceci signifie que lorsqu’il est intéressé par une bataille et qu’il se trouve dans la région ad-hoc, il est susceptible d’aller repérer le site. Cependant ses Mémoires ne contiennent aucune référence permettant de s’assurer qu’il visita d’autres lieux, théâtres d’affrontements éminents. Cette situation autorise malgré tout à faire remonter ses travaux théoriques au moins jusqu’à la Renaissance17.

  • 18 1er juillet 1690.
  • 19 Villars, Mémoires..., Petitot et Monmerqué, op. cit., t. 68, p. 538 : une note en bas de page préci (...)

13Pour ce qui est de la période antique, les preuves indubitables sont maigres. Certes il cite dans ses Mémoires la bataille de Pharsale ayant opposé, en 48 avant J.-C., les deux consuls César et Pompée, mais c’est uniquement pour la comparer avec la bataille de La Boyne de 169018 non pas militairement mais tragiquement, en assimilant les deux consuls aux deux Rois Guillaume III et Jacques II. En s’appuyant sur une référence provenant de ses Mémoires qui nous assure d’une part de son intérêt pour le théâtre classique français, lequel est adepte de la tragédie antique, et d’autre part de sa connaissance par cœur de vers de Racine ou de Corneille19, il est loisible de conjecturer que Villars voyait peut-être l’Antiquité à travers le prisme de la tragédie et ne la percevait pas comme un substrat possible pour l’étude militaire. En effet en aucun cas les évolutions tactiques des deux Consuls ne sont évoquées par Villars. Pour lui cette bataille n’est qu’un événement tragique d’une ère militaire révolue.

  • 20 Idem, t. 69, p. 19.
  • 21 Fabius : 275-203 av. J.-C., Marcellus : 268-208 av. J.-C.

14Cependant le 30 juillet 1702 Villars reçoit une lettre d’un de ses amis20, Monsieur de Desaleurs, qui lui confie « il y a des temps où les Fabius sont de bon usage, et des temps où les Marcellus sont nécessaires ». Il s’agit d’une part de Fabius « Cunctator », dictateur romain arrêtant Hannibal lors de la seconde Guerre Punique grâce à sa stratégie temporisatrice et d’autre part du général romain Marcellus21 plus offensif que Fabius pendant cette même guerre. Ainsi Villars, en 1702, connaissait les caractéristiques stratégiques de ces deux généraux romains. Il peut paraître logique qu’il ait fait ensuite l’effort d’étudier leur caractère tactique, toutefois aucune preuve patente ne peut être avancée.

  • 22 Villars, Mémoires..., De Vogué, op. cit., t. II, p. 422.
  • 23 1682-1718.
  • 24 Villars, Mémoires..., De Vogüé, op. cit., t. II, p. 30.

15De même, lorsqu’il commande le siège de Fribourg en 1713 et décide d’influencer psychologiquement l’adversaire en l’affamant, il reçoit une lettre du Sieur de Guerchois compilant « plusieurs exemples tirés de l’histoire qui justifient [s]a conduite22 ». Cependant ces exemples ne sont pas connus et rien n’autorise à penser qu’il y fut question de sièges antiques et non pas de sièges du XVIe ou du XVIIe siècle. De plus, en 1719, après la mort du Roi Charles XII de Suède23, Louis-Hector écrit que sa « réputation sur le courage a peu d’exemples dans nos temps, et même dans l’Antiquité24 ». Cette pensée ne met pas clairement en évidence qu’il étudia la tactique grecque et romaine, mais plutôt qu’il resta placé à la hauteur de la réputation courageuse des chefs antiques, c’est-à-dire une caractéristique personnelle subjective et légère, et qu’il laissa de côté la réalité tactique du combat qu’il aurait pu aborder à travers ses lectures latines à Juilly.

  • 25 1696-1750.
  • 26 SHAT-A1, volume 1582, folio 228, lettre de Villars au Secrétaire d’État à la Guerre du 15 décembre (...)
  • 27 Bruno Colson, L’Art de la guerre de Machiavel à Clausewitz, Presses universitaires de Namur, 1999, (...)

16De plus il est intéressant de constater que malgré son désir de mieux protéger les cavaliers français contre les armes à feu adverses, Villars ne résout pas le problème posé par la protection de leur tête comme le fait plus tard Maurice de Saxe25, clairement influencé par les Anciens. Louis-Hector regrette en effet que ses soldats ne puissent mettre qu’une « calotte de fer » dans leur chapeau de feutre pour se protéger des tirs ennemis26. Mais il ne donne pas de solution à cette aporie. En revanche le maréchal de Saxe pense, quelques années après lui, à un casque inspiré des formes romaines27. Cette différence entre ces deux maréchaux autorise à penser que Villars ne fut pas inspiré par la guerre antique et ne s’en servit pas comme modèle ou comme référence.

17Cette remarque permet de se demander s’il donne des solutions modernes ou non à ce genre de problèmes militaires rencontrés lors de sa carrière.

DES RÉFLEXIONS MILITAIRES MODERNES

18Il est intéressant de constater que, confronté à des problèmes militaires, Villars donne des solutions théoriques ou concrètes clairement inscrites dans son époque et non pas inspirées de l’Antiquité.

  • 28 1611-1675.
  • 29 1621-1686.
  • 30 SHAT-1M, volume 1725 (lettre de Villars du 31 janvier 1701 à Chamillart).
  • 31 Jean Béranger, Turenne, Librairie Arthème-Fayard, 1987, p. 520 : Turenne acceptait parfois, pour le (...)
  • 32 SHAT-1M, volume 1725 (lettre de Villars du 31 janvier 1701 à Chamillart). Villars lui écrit qu’il a (...)

19Afin de mettre en lumière cette réalité, il convient tout d’abord de souligner ses réflexions afférentes à la charge de cavalerie. Louis-Hector réagit sur ce point comme un élève de Turenne28 ou de Condé29, deux maréchaux modernes. Il préconise en effet en 170130, l’usage de l’arme blanche lors des charges, afin de limiter celle à feu. Toutefois, cet avis peut être rapproché de la réalité des charges antiques à l’arme blanche. Villars désirerait alors résoudre les problèmes posés par l’usage du feu dans la cavalerie en limitant son utilisation. Cependant, une originalité du maréchal-général est d’accepter l’intégration de quelques cavaliers armés de mousquetons au sein des compagnies de cavalerie31. Néanmoins leur nombre doit être limité au maximum à cinq par compagnie32. L’association des deux armes au sein du même corps permet ainsi de déstabiliser l’adversaire avant la prise de contact par des coups de feu, puis de le renverser par le choc de la charge à l’arme blanche. De plus, les cavaliers ayant déchargé ne sont plus mis en danger. Protégés par le reste de l’escadron armé d’épées, ils ont le temps de tirer à leur tour leur arme blanche de leur fourreau.

  • 33 Folard, Histoire de Polybe, 1727-1730, 6 vol., t. IV, p. 138. Folard précise que Charles XII de Suè (...)

20Dès lors, même si d’une part Villars paraît favoriser la charge à l’arme blanche comme à Friedlingen en 1702, et même si d’autre part le théoricien Folard, clairement inspiré des méthodes des Anciens, écrit en 1727 que la charge à l’arme blanche est préférable à toute autre33, il ne peut pas être situé pleinement comme un homme de guerre utilisant des moyens similaires aux Anciens pour vaincre.

  • 34 SHAT-1M, volume 1725.
  • 35 Puységur, Art de... op. cit., t. I, p. 254-255 : « L’on ne peut qu’approuver l’usage des bottes mol (...)

21Ce fait est également prégnant lorsque l’on analyse sa réflexion à propos d’un problème récurrent de l’armée royale : celui des bottes de cavalerie. À la lumière de ses idées, Villars est avant tout un soldat parangon de la guerre moderne, participant aux réflexions typiques de son époque à la manière d’un Moderne. Il est guidé, pendant sa carrière, par la volonté de donner une meilleure efficacité à l’ensemble de l’armée, et plus particulièrement à la cavalerie, son arme de formation. Un de ses leitmotive est alors de développer la pluridisciplinarité des soldats. Il s’intéresse donc au problème de ces bottes de cavalerie qui empêchent le cavalier de combattre aisément pied à terre comme un fantassin34. Elles empêchent, par leur grosseur et leur lourdeur, le cavalier de rendre les mêmes services que le dragon. Ainsi la cavalerie de Villars a du mal à s’adapter à tout type de situations inattendues. Toutefois jamais le maréchal n’imagine donner à ce problème une solution inspirée de l’Antiquité. Il préconise plutôt l’usage de bottes molles et légères, à l’instar de Puységur en 174935.

  • 36 1594-1632.
  • 37 SHAT-A1, volume 1675, le 8 janvier 1703 à Paris.

22Enfin, son manque d’intérêt pour la guerre antique est significatif à l’étude de ses pensées sur le thème de la cuirasse de cavalerie. En 1701, Villars accouche de considérations abouties, inspirées de ses lectures afférentes au Roi de Suède Gustave Il Adolphe36. Il s’agit de donner au cavalier, non pas une cuirasse l’enveloppant recto-verso, mais un plastron à l’épreuve du pistolet, le protégeant seulement de face. Les raisons en sont que premièrement, en cas de combat à l’épée, « l’homme habillé de fer a grand avantage contre celuy qui n’a nulle arme défensive37 », que deuxièmement cela est moins coûteux à fabriquer que la cuirasse, que troisièmement le poids supporté par le cavalier est moins lourd, et que quatrièmement cela contribue à inciter le cavalier à se présenter de face devant l’adversaire, par sa compréhension qu’un danger de mort plus grand l’attend lors d’une fuite éventuelle. De plus, Villars ajoute dans sa lettre envoyée au Secrétaire d’État à la Guerre, que le plastron placé uniquement sur le devant du cavalier ne déséquilibre pas celui-ci vers l’avant. Il est ainsi clairement favorable à une solution éloignée des représentations mentales du XVIIe siècle à propos des méthodes défensives de la Rome Antique. Il ne désire qu’une protection légère pour les cavaliers et non pas une réelle cuirasse.

23Il faut rappeler que son inspiration est animée par son intérêt à l’égard de l’armée suédoise du XVIIe siècle. Elle est alors l’une des meilleures armées européennes, et à certaines occasions, la plus efficace. Villars prouve son engouement à son égard à de nombreuses reprises dans ses propres écrits, que ce soit pour Gustave II Adolphe ou pour Charles XII, considéré de son vivant par certains comme un nouvel Alexandre.

24Le maréchal-général trouve donc ses modèles ainsi que son inspiration dans son époque, et non pas dans l’Antiquité.

À L’ÉCOLE DES MODERNES

25Son éducation est perfectionnée par sa confrontation physique ou littéraire avec des généraux parangons, pour sa personne, du soldat efficace. Ceux-ci forment dans son esprit un cercle restreint de modèles vers lesquels il essaya de tendre durant sa carrière militaire. Il est significatif que tous soient des Modernes et non pas des

  • 38 1629-1687.
  • 39 1615-1690.
  • 40 1643-1690.
  • 41 1628-1695.
  • 42 Villars, Mémoires..., Petitot et Monmerqué, op. cit., t. 69, p. 93.

26Anciens. Gustave-Adolphe, Turenne, Condé, Créqui38, Schomberg39, les ducs de Lorraine40 et de Luxembourg41 forment cette pléiade. Cette admiration est explicite au sein des écrits de Villars. Il estime par exemple que certains généraux médiocres devraient au moins lire « un petit chapitre des guerres de Gustave-Adolphe42 » afin d’approfondir leur connaissance de l’art de la guerre. Louis-Hector avait donc étudié attentivement les actions du novateur Roi de Suède.

  • 43 Idem, t. 68, p. 379 (en 1688).

27Mais surtout, il pense que les « deux plus grands hommes de leur siècle [sont] le Grand Condé et le Vicomte de Turenne43 », avec une préférence marquée pour le second.

28Ceci est particulièrement patent en comparant la victoire du Vicomte à Turckheim en 1675, au succès de Villars à Denain en 1712. Ces deux « bataille-manœuvres » ont deux points communs dus à l’influence de Turenne sur Villars. Ce sont d’une part l’utilisation de l’infanterie comme force de mouvement plutôt que la cavalerie, d’autre part l’élargissement du champ de bataille pour permettre le débordement de l’adversaire.

29L’observation de généraux tels que Turenne permet à Villars de trouver des solutions pour la mise en application de ses idéaux offensifs. Il n’éprouve dès lors pas le besoin d’aller chercher des solutions dans l’Antiquité. Cette réalité n’empêche toutefois pas Louis-Hector d’être le meilleur maréchal de Louis XIV et de remporter des succès contre tous les grands militaires qui lui furent opposés.

  • 44 Matthieu Lecoutre, Le maréchal-général de Villars, tacticien ou stratège ?, mémoire de maîtrise d’h (...)

30À ce titre, il est un tacticien et un stratège d’exception44.

  • 45 Louis Dussieux, Les grands..., op. cit., p. 383.

31Afin de souligner cela, il paraît nécessaire de présenter une de ses réflexions, remarquable pour son époque, qui en fait un stratège d’avant-garde. En 1703, Louis-Hector met théoriquement au point un plan d’opération stratégique repris plus tard par Napoléon Bonaparte. Ce parallélisme de leurs réflexions est tout à l’avantage de Villars, capable de concevoir des combinaisons auxquelles le plus grand capitaine de son temps donna suite avec succès plus d’un siècle plus tard en 1805 et 180945.

32Alors que Louis-Hector se trouve opposé en Bavière, en compagnie du duc Max-Emmanuel, aux armées impériales de Bade et de Styrum, son talentueux projet est décrit ci-contre.

33Il envisage une action combinée de l’armée de l’Électeur avec la sienne, associée à celle de Tallard située sur le Rhin et à celle de Vendôme en Italie, afin de prendre Vienne en tenaille et pousser l’Empereur Léopold Ier à signer rapidement la paix. Le duc et Louis-Hector doivent descendre le Danube de part et d’autre de ses berges, le premier sur la rive droite et le second sur la rive gauche. L’objectif de l’Électeur est d’attaquer la plus dégarnie des villes de Passaw ou de Linz, pendant que l’armée française mettrait Styrum hors de combat et couvrirait sa marche. Tandis que l’armée royale de Tallard fixerait celle du prince de Bade sur le Rhin, et serait chargée de la talonner si celle-ci s’enfonçait au cœur de l’Empire pour soutenir Vienne. L’action de ce maréchal doit servir à épargner à la Bavière, alliée de la France, les ravages impériaux consécutifs à l’éloignement des armées de Villars et du Wittelsbach de son duché.

34Puis, il s’agit pour les deux alliés de marcher sur Vienne avant que le Habsbourg ne parvienne à réunir ses troupes, sous la menace de l’invasion.

  • 46 Col alpin culminant à 1375 mètres.
  • 47 En raison de sa fonction diplomatique exercée durant les années 1684-1687 dans l’Empire.
  • 48 Villars, Mémoires. .., op. cit., Petitot et Monmerqué, t. 69, p. 74.

35La rapidité requise par ce genre d’opération vive serait apportée par le transport fluvial des troupes sur des bateaux. De plus ce déplacement grâce au Danube permettrait aux troupes alliées de se reposer et de combattre au faîte de leurs capacités. L’armée de Bade se déplaçant sur la terre ferme, son avancée serait évidemment beaucoup plus lente et peu dangereuse. Pendant ce temps, un corps d’armée bavarois traverserait le Tyrol vers le Brenner46 et rejoindrait l’armée française d’Italie du maréchal de Vendôme qui a reçu l’ordre de Louis XIV de remonter l’Adige. Ainsi la convergence de leurs forces permettrait de prendre le Tyrol en tenaille puis, une fois cette province héréditaire Habsbourg soumise, de marcher conjointement vers Vienne et de l’enserrer entre trois armées différentes. Villars allègue alors qu’il connaît bien les fortifications de la ville, pour y avoir séjourné à maintes reprises47, et que le siège serait mené rapidement à son terme en mois de huit jours48. Enfin si l’armée du prince de Bade devenait inoffensive, le maréchal de Tallard se devait d’investir la ville de Fribourg afin de faciliter la communication des troupes entre la France, la Bavière et l’Autriche.

36Au cas où son projet stratégique ne serait pas accepté par Max-Emmanuel, décideur non pas tant grâce à ses médiocres compétences militaires qu’en raison de son rang, Louis-Hector lui en soumet un autre tout aussi intéressant. Il y est question d’envahir et de récupérer des contributions du Tyrol et de l’Autriche à partir de la Bavière. Villars décide du choix de ces provinces en connaissance de cause, puisqu’elles ne renferment pas d’armée impériale. Elles se trouvent, en quelque sorte désarmées et leur conquête doit être aisée. Une fois cette première étape atteinte, l’armée franco-bavaroise doit passer en Italie pour donner la main aux troupes de Vendôme. Le front italien emporté, ces deux armées marcheraient de concert vers le cœur de l’Empire et vaincraient les ultimes armées impériales avant d’investir Vienne.

  • 49 À Rastadt.
  • 50 Claude C. Sturgill, Marshal Villars and the War of Spanish Succession, University of Kentucky Press (...)

37Il faut noter que ces deux projets se situent au zénith de la stratégie de la guerre de Succession d’Espagne. Toutefois la pusillanimité et l’impéritie du duc de Bavière conduisent au rejet du premier et à l’échec du second. Le meilleur homme de guerre de l’Empire, à savoir Eugène de Savoie, reconnut lui-même et divulgua à Villars en 171449, que si Max-Emmanuel avait suivi ces conseils et avait marché sur la capitale en 1703, la paix aurait été conclue cette même année et à l’avantage certain de la France. Onze années conflictuelles auraient ainsi pu être épargnées à l’Europe occidentale. La pensée de Claude C. Sturgill introduit une remarque attrayante sur le sujet. Cet historien estime en effet que « le plan de Villars était trop ambitieux pour le début du XVIIIe siècle50 ». Il élève donc Villars au rang de stratège d’avant-garde. La réalisation de ce dessein par Napoléon Ier plus de cent ans plus tard permet d’adhérer à cette hypothèse. De plus ce qui est intéressant à l’égard de Villars est qu’il se positionne comme un successeur stratégique de son maître Turenne. Le Vicomte mit en effet au point un plan similaire de prise en tenaille après la bataille de Sommerhausen en 1648.

38Ainsi dès 1703, Villars peut être placé sur la frise des grands stratèges entre Turenne d’un côté et Napoléon Ier de l’autre. Sa présence au sein d’un cercle de militaires de génie élève le vainqueur de Denain au rang des stratèges supérieurs.

39Au terme de cette étude, nous pouvons avancer que Villars possède une culture antique avérée. Cependant elle ne concerne que le domaine littéraire et ne touche pas clairement la pratique militaire. Il n’y a donc pas à l’heure actuelle de preuve indubitable attestant l’influence de la guerre antique sur sa façon de faire la guerre.

  • 51 Victoires de Friedlingen en 1702, d’Höchstädt en 1703, de Denain en 1712.
  • 52 Villars, Mémoires..., op. cit., Petitot et Monmerqué, t. 69, p. 172-200.
  • 53 Idem, p. 365-392.
  • 54 SHAT-MF, 1re série : 2yd 174, le 18 octobre 1733.

40Villars est avant tout influencé et formé par la guerre moderne. Les Anciens sont absents de sa formation théorique. Néanmoins, cela ne l’empêche pas d’être le meilleur général de Louis XIV lors de la guerre de Succession d’Espagne51 en repoussant par exemple l’offensive de Marlborough52 en 1705 ou en vainquant Eugène de Savoie en 171253. L’obtention en 173354 du grade ultime de l’armée française d’Ancien Régime depuis la disparition de la connétablie en 1622, à savoir celui de Maréchal-général, n’est réellement pas fortuite. Auparavant seul Turenne l’avait porté, et après lui seul Maurice de Saxe le reçut d’un Roi de France.

41Villars fut un grand soldat, de 1672 à 1734, formé à l’école des Modernes. Il se situe donc à la fin d’une époque tournée essentiellement vers les Modernes et au début d’un cycle plus orienté vers l’étude des Anciens.

Notes

1 Chantal Grell, Histoire intellectuelle et culturelle de la France du Grand Siècle (1654-1715), Nathan Université Fac. histoire, 2000, p. 262.

2 Il naît le 8 mai 1653 à Moulins et décède le 17 juin 1734 à Turin.

3 1701-1714. Elle se clôt par le traité de Rastadt signé par Villars au nom du Royaume de France le 6 mars 1714.

4 Ce concept est clairement expliqué par Jean-Pierre Bois, Fontenoy 1745. Louis XV, arbitre de l’Europe, Économica, 1996, p. 25.

5 En guise d’exemples : le marquis de Quincy publie L’Art de la guerre ou maximes et instructions sur l’art militaire en 1726, le Chevalier de Folard écrit son Histoire de Polybe en 1727-30 et le maréchal de Puységur son Art de la guerre, par principes et par règles en 1749.

6 24 juillet 1712. Ce succès constitue la seule victoire décisive de la guerre de Succession d’Espagne.

7 Dans la Henriade en 1723.

8 Marie-Madelaine Compère et Dominique Julia. Les collèges français 16e-18e. Répertoire 2 : France du Nord et de l’Ouest, CNRS, 1988, p. 342-375. Le collège fut fondé en 1637, et se situe dans la Brie près de Meaux.

9 Louis Dussieux, Les grands généraux de Louis XIV, Paris, 1888, p. 369.

10 Villars, Mémoires de Villars, publiés par Petitot et Monmerqué, t. 69, 1828, p. 48. (en 1703).

11 Idem, t. 68, p. 267.

12 Idem, p. 277-278.

13 Idem, p. 330.

14 Villars, Mémoires du Maréchal de Villars, publiés par De Vogüé, Paris, t. 1, 1884, p. 372. Villars dessina le plan de la bataille de Mohaczs.

15 Villars, Mémoires..., Petitot et Monmerqué, op. cit., t. 68, p. 334.

16 Défaite de François Ier en 1525 entraînant la perte de l’Artois et de la Flandre en 1529, lieux des exploits de Villars lors de la Guerre de Succession d’Espagne.

17 Lucien Bély, Jean Bérenger, André Corvisier, Guerre et paix dans l’Europe du XVIIe siècle, SEDES, 1991, p. 38 : Montecuccoli (1609-1680) tire sa culture de la Renaissance italienne et de son expérience de la pratique de la guerre.

18 1er juillet 1690.

19 Villars, Mémoires..., Petitot et Monmerqué, op. cit., t. 68, p. 538 : une note en bas de page précise que « son esprit étoit très cultivé : il savoit par coeur les plus beaux endroits de Corneille, de Racine, de Molière. Il dit un jour à un homme d’État célèbre qui étoit étonné qu’il sût tant de vers de comédie : "j’en ai joué moins que vous mais j’en sais davantage" ».

20 Idem, t. 69, p. 19.

21 Fabius : 275-203 av. J.-C., Marcellus : 268-208 av. J.-C.

22 Villars, Mémoires..., De Vogué, op. cit., t. II, p. 422.

23 1682-1718.

24 Villars, Mémoires..., De Vogüé, op. cit., t. II, p. 30.

25 1696-1750.

26 SHAT-A1, volume 1582, folio 228, lettre de Villars au Secrétaire d’État à la Guerre du 15 décembre 1702.

27 Bruno Colson, L’Art de la guerre de Machiavel à Clausewitz, Presses universitaires de Namur, 1999, p. 164.

28 1611-1675.

29 1621-1686.

30 SHAT-1M, volume 1725 (lettre de Villars du 31 janvier 1701 à Chamillart).

31 Jean Béranger, Turenne, Librairie Arthème-Fayard, 1987, p. 520 : Turenne acceptait parfois, pour le combat à distance, l’utilisation des pistolets par ses cavaliers.

32 SHAT-1M, volume 1725 (lettre de Villars du 31 janvier 1701 à Chamillart). Villars lui écrit qu’il accepterait qu’il y ait sept ou huit cavaliers armés de mousquetons dans un escadron, et que tout le reste charge l’épée à la main. Cependant le 10 novembre 1702, Louis-Hector propose de ne laisser que cinq cavaliers armés de mousquetons par compagnie. Cf. Al, volume 1582, folio 162.

33 Folard, Histoire de Polybe, 1727-1730, 6 vol., t. IV, p. 138. Folard précise que Charles XII de Suède disait à ses cavaliers : « Joignez l’ennemi, ne tirez point, c’est aux poltrons de le faire, et frappez toujours de pointe, vous en aurez bientôt raison ». Ainsi Villars et le Roi de Suède partagent ce point de vue.

34 SHAT-1M, volume 1725.

35 Puységur, Art de... op. cit., t. I, p. 254-255 : « L’on ne peut qu’approuver l’usage des bottes molles pour la cavalerie... J’ai vu plusieurs fois cinq ou six cents chevaux arrêtés dans des défilés par 30 ou 40 hommes de pied sans pouvoir aller à eux ».

36 1594-1632.

37 SHAT-A1, volume 1675, le 8 janvier 1703 à Paris.

38 1629-1687.

39 1615-1690.

40 1643-1690.

41 1628-1695.

42 Villars, Mémoires..., Petitot et Monmerqué, op. cit., t. 69, p. 93.

43 Idem, t. 68, p. 379 (en 1688).

44 Matthieu Lecoutre, Le maréchal-général de Villars, tacticien ou stratège ?, mémoire de maîtrise d’histoire moderne, 2000.

45 Louis Dussieux, Les grands..., op. cit., p. 383.

46 Col alpin culminant à 1375 mètres.

47 En raison de sa fonction diplomatique exercée durant les années 1684-1687 dans l’Empire.

48 Villars, Mémoires. .., op. cit., Petitot et Monmerqué, t. 69, p. 74.

49 À Rastadt.

50 Claude C. Sturgill, Marshal Villars and the War of Spanish Succession, University of Kentucky Press, 1965, p. 42.

51 Victoires de Friedlingen en 1702, d’Höchstädt en 1703, de Denain en 1712.

52 Villars, Mémoires..., op. cit., Petitot et Monmerqué, t. 69, p. 172-200.

53 Idem, p. 365-392.

54 SHAT-MF, 1re série : 2yd 174, le 18 octobre 1733.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 667k

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search