Version classiqueVersion mobile

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

Andrinople : choc tactique ou bataille malheureuse ?

Quelques remarques à propos de la « petite guerre » à l’époque romaine

Laurent Fleuret

Texte intégral

  • 1 Arvites James Α., « The military campaigns of Adrianople », History Today, XXXI, 4, 1981, p. 30-35  (...)
  • 2 Végèce, III.26 : « De equitatu sunt multa praecepta ; sed cum haec pars militiae usu exercitii, arm (...)
  • 3 Arvites, op. cit., p. 35 ; Altheim F., Le déclin du monde antique. Examen des causes de la décadenc (...)

1Si de nombreuses batailles antiques ont marqué les modernes, si, parmi elles, quelques-unes ont été érigées en modèles de tactique et sont étudiées dans les écoles de guerre, peu d’entre elles ont toutefois marqué la vision des historiens sur l’époque où elles se sont déroulées comme celle d’Andrinople. Pour certains, cette bataille aurait constitué une étape décisive dans l’essor de la cavalerie et dans le déclin de l’infanterie. Elle aurait à la fois définitivement marqué la supériorité de la cavalerie lourde sur l’infanterie et aurait en même temps sanctionné l’inaptitude des Romains à utiliser une telle cavalerie1. Les trois livres que Végèce consacre à l’infanterie et sa petite phrase justifiant son désintérêt pour la cavalerie par le fait qu’elle était bien connue à son époque n’y sont d’ailleurs pas étrangers2. Pour d’autes, cette bataille annonce le règne de la chevalerie médiévale3. Certains historiens anciens, dramatisant à l’extrême les conséquences de cette bataille, portaient même un regard désespéré sur l’Empire au lendemain de la défaite qui a coûté la vie à l’empereur Valens :

« Nous pourrions nous arrêter ici, car de Rome il ne reste rien : croyances, institutions, curies, organisation militaire, arts, littérature, tout a disparu » (Duruy, Histoire des Romains, t. VII, Paris, 1885, p. 436)

  • 4 Le Goff Jacques, Histoire et mémoire, Paris, 1988, p. 18 et 26.

2Cette dernière interprétation relevait toutefois d’une pensée plus ou moins cyclique de l’histoire et du concept de décadence qui a marqué l’histoire par une vision pessimiste4. Très tôt, de nombreux chercheurs ont toutefois tenté de tempérer cette vision des choses. Déjà, au XVIIIe siècle, Gibbon se croyait obligé de réagir contre les conséquences exagérées attribuées à cette déroute :

« La constitution d’un vaste empire, élevé par les travaux et la prospérité d’une longue suite de siècles, n’aurait pas été détruite par l’infortune d’un seul jour, si les terreurs de l’imagination n’avaient pas exagéré l’étendue de cette calamité. La perte de 40 000 Romains qui périrent dans les plaines d’Andrinople pouvait être facilement réparée par les provinces peuplées de l’Ouest qui contenaient tant de millions d’habitants » (Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain, trad. Guizot, Paris, t. V, 1828, p. 220).

  • 5 Burns Thomas S., « The battle of Adrianople : a reconsideration », Historia, XXII, 2, 1973, p. 345.

3Si aujourd’hui une unanimité relative semble se constituer autour de la relecture de cette bataille et de son interprétation, d’énormes problèmes subsistent encore du fait de l’imprécision du seul récit développé que nous en ayons, celui d’Ammien Marcellin. Si à quelques exceptions près on y reconnaît aujourd’hui une bataille d’infanterie classique, les interprétations restent toutefois marquées par la tradition historiographique antérieure. S’y ajoute en outre le problème du développement des unités de cavalerie au sein de l’armée romaine à partir du IIIe siècle et de l’apparition de cette fameuse cavalerie cuirassée dont on trouve mention dans la Notitia Dignitatum et dans les inscriptions mais dont le rôle tactique dans les textes nous apparaît assez obscur. Andrinople, en remettant dangereusement en cause la supériorité de l’infanterie romaine sur l’infanterie barbare et en rehaussant le prestige de la cavalerie, aurait alors incité les Romains à se doter d’une arme de cette nature5. Explication détournée, en fait, permettant d’éluder le problème de l’apparition de la cavalerie lourde au sein de l’armée romaine et de ne pas déterminer le rôle respectif exact, à la fin de l’Empire romain, de l’infanterie et de la cavalerie.

4Ne nous limitant pas à la seule bataille d’Andrinople, exercice restrictif conduisant immanquablement à des erreurs d’interprétation, nous étudierons l’ensemble des campagnes gothiques des années 376-378, ceci afin de préciser la tactique exacte suivie par l’armée romaine.

LE PROBLÈME GOTH ET LES PREMIÈRES CAMPAGNES

  • 6 Ammien, XX.8,1 et XXIII.2.7, où Ammien évoque des auxiliaires scythes qui étaient vraisemblablement (...)
  • 7 Ammien, XXVI.4.5 : « Thracias et diripiebant praedatorii globi Gothorum ».
  • 8 Sabbah Guy, La méthode d’Ammien Marcellin. Recherches sur la construction du discours historique da (...)
  • 9 Ammien, XXVII.5.1-10. Lors de ces campagnes, Valens aurait alors largement séjourné à Marcianopolis (...)

5Les Goths, que les Romains engageaient parfois temporairement comme mercenaires6, lancèrent des raids de pillards en Thrace dans le courant de l’année 3647. Par un récit rapide et clair qui laisse supposer que des rapports militaires sont à l’origine de ce passage de son récit8, Ammien Marcellin évoque les trois années de campagnes que mena Valens contre eux avant d’obtenir une grande victoire en 369. Des négociations furent engagées et la paix conclue. Valens rentra alors à Constantinople9.

  • 10 Ammien, XXXI.2.1-25 et XXXI.3.1-8, donne une relation des ultimes affrontements entre Huns et Goths (...)
  • 11 Ammien, XXXI.4.1.
  • 12 Zozime, IV.20.6.
  • 13 Eunape, Fragmenta, VI ; Austin N.J.E., « Ammianus’account of the Adrianople campaign. Some strategi (...)

6Au début des années 370, les Goths furent vaincus par les Huns, nouveaux arrivants dans les plaines du nord de la Mer Noire10 et, dans le courant de l’automne 376, les Goths se présentèrent sur le Danube et demandèrent l’autorisation de pénétrer dans l’Empire11. La façon dont s’opéra la traversée du Danube reste assez obscure, les récits étant marqués du sceau des événements postérieurs. Zosime affirme que l’on exigea le désarmement des Goths alors qu’Ammien n’évoque pas cette question. Toujours est-il que des fonctionnaires débordés et avides se préoccupèrent davantage de se pourvoir en mignons, concubines ou domestiques plutôt que d’organiser l’arrivée de ces populations12 estimées de quelques dizaines de milliers de personnes à 200 000, chiffre très vraisemblablement exagéré du Grec Eunapes qui donne par là même un élément d’explication à la défaite13.

  • 14 Ammien, XXXI.6.1 et XXXI.5.5 ; AUSTIN, op. cit., p. 78.
  • 15 Ammien, XXXI.5.3 ; Arvites, op. cit., p. 31, considère en revanche que les Romains autorisèrent éga (...)

7Alors que la plupart se déplaçaient vers Marcianopolis, zone qui leur avait été assignée pour passer l’hiver, il est plus que probable que de nombreuses bandes restèrent à proximité du point de traversée14 tandis que les Ostrogoths, autre branche de ce peuple, auxquels avait été refusé l’entrée dans l’Empire probablement en attendant que les Wisigoths y soient dispersés, y pénétrèrent discrètement15. La situation à l’automne 376 était donc assez confuse et échappait largement à tout contrôle.

  • 16 Cette action est difficilement explicable. Austin, op. cit., p. 79, pense qu’il s’agit d’une tentat (...)
  • 17 Ammien, XXXI.6.1-4.

8Affamés depuis leur traversée du Danube et largement dépouillés par des fonctionnaires indélicats, les Goths ne reçurent pas davantage de fournitures à leur arrivée à Marcianopolis. Une tentative d’assassinat contre les chefs goths mit alors le feu aux poudres16. Les Goths se mirent à piller les campagnes autour de Marcianopolis et une troupe rapidement rassemblée pour leur faire face se fit écraser. Faute de matériel et d’expérience, ils échouèrent toutefois dans leurs tentatives pour s’emparer des villes mais n’en continuèrent pas moins leurs pillages17.

  • 18 Austin, op. cit., p. 79.
  • 19 Ammien, XXXI. 11.1 : « His forte diebus, Valens tandem excitus Antiocha ».
  • 20 Ibid., XXXI.7.1-2 et XXXI.7.4
  • 21 Burns, op. cit., p. 339 ; Richardot, La fin de l’armée romaine, p. 249-250.

9Dès lors, il semble que la gravité de la situation fut très vite reconnue. La réaction fut très conventionnelle18. Alors à Antioche, Valens décida d’intervenir personnellement. Les menaces sur le front Est l’obligèrent alors à négocier un compromis au sujet de l’Arménie avec les Perses. Il ne put toutefois pas quitter Antioche avec le gros de ses forces avant avril 378, ce qui lui vaut une petite phrase particulièrement sarcastique de la part d’Ammien19. Trois légions furent néanmoins détachées en avant tandis que Gratien envoyait des troupes depuis la Pannonie et la Gaule20. La chronologie de ces événements est un véritable problème car Ammien ne donne que deux dates dans l’ensemble de son dernier livre. Néanmoins, les historiens sont aujourd’hui d’accords pour fixer l’entrée en campagne de ces renforts à la fin de l’année 37621, preuve de la rapidité de la réaction.

  • 22 Burns, op. cit., note 25, p. 339 ; Richardot, La fin de l’armée romaine, p. 249, évoque 3000 hommes
  • 23 Ammien, XXXI.7.6-16.
  • 24 Ibid., XXXI.8.1.

10N’excédant vraisemblablement pas 10-12000 hommes22, les forces romaines entrèrent en contact avec les Goths à Salices. Déjouant la tactique romaine qui consistait à les attaquer quand ils se déplaçaient, les Goths contraignirent les Romains à une grande bataille particulièrement meurtrière qui ne désigna aucun vainqueur23. Les Romains réussirent cependant à repousser les différentes bandes de pillards dans les monts Haemus où ils les obligèrent à demeurer durant l’hiver 376-37724. Ce passage du texte d’Ammien étant peu clair, la plupart des modernes lui donnent un sens plus large et pensent que les Romains cherchèrent à repousser les Goths entre les montagnes et le Danube pour les affamer tandis qu’eux-mêmes vidaient le pays en incitant la population à fuir ou à se réfugier dans les villes que les Goths avaient montré ne pas savoir prendre.

  • 25 Ibid., XXXI.8.5 : « digredi parabat, consilio non absurdo ».
  • 26 Ibid., XXXI.8.4-5 ; Arvites, op. cit., p. 33.
  • 27 Ammien, XXXI.8.9-10 et XXXI.9.1-4.
  • 28 Ibid., XXXI.10.21.

11Fin 376, aucun résultat décisif n’était donc enregistré. Toutefois, avec le remplacement de Richomeres par Saturninus à la tête de l’armée, la tactique romaine changea. En effet, apprenant le rassemblement de diverses bandes de Goths, d’Alains et de Huns, les Romains, en infériorité numérique, c’est ce que nous dit Ammien qui semble approuver cette décision en raison de la disproportion des forces25, décidèrent de laisser de nouveau les Goths se disperser en Thrace au printemps 37726. Au cours de divers affrontements à la fortune changeante, ils réussirent toutefois à détruire plusieurs de leurs bandes durant l’été27 et à circonscrire la guerre en Thrace en évitant que les Goths ne se répandent dans les provinces septentrionales28. Cette nouvelle année de campagne n’avait donc pas grandement modifié les choses.

  • 29 Ibid., XXXI.11.1 et XXXI.11.2-4 ; Speidel Mickael P., « Sebastian’s strike force at Adrianople », K (...)
  • 30 Ammien, XXXI. 11.5 ; Arvites, op. cit., p. 33 ; Zozime, XXIII, 4-5.
  • 31 Ammien, XXXI. 11.5.

12Ammien ne nous précise pas si les hostilités se calmèrent durant l’hiver. Cela est parfaitement possible mais le fait que les Goths vivaient de pillages pourrait aussi suggérer le contraire. Toujours est-il que Valens, qui avait enfin quitté Antioche, arriva à Constantinople le 30 mai 378. Mais, devant l’esprit de rébellion qui régnait dans la capitale, où on lui reprochait son inaction - la pression des populations est aussi un élément à prendre en compte concernant la volonté de Valens de rechercher l’affrontement décisif-, il la quitta le 11 juin et se rendit à Melanthias, à une quarantaine de kilomètres de la capitale, où il séjourna un mois. Entre-temps, il avait rappelé d’Italie Sebastianus, officier à la compétence reconnue. Avec une troupe d’élite, ce dernier attaqua et défit une forte bande de pillards goths à proximité d’Andrinople29. La réaction qu’Ammien attribue au chef goth Fritigern semble exagérée par rapport aux résultats du combat, à moins que Sebastianus ait mené plusieurs attaques de ce type dans le courant du mois de juillet 378, comme l’affirme Zosime30. Le ou les succès de Sebastianus furent en tout état de cause tels que les Goths rassemblèrent leurs bandes dispersées et quittèrent la région où ils se trouvaient pour Cabyle, où les plaines découvertes leur assuraient davantage de sécurité31.

  • 32 Ibid., XXXI. 11.6 et XXXI.12.1.
  • 33 Ibid., XXXI.12.5-7. Il semble toutefois qu’Ammien surestime, à des fins polémiques, la part de la j (...)

13Prévenu à la fois de l’arrivée imminente de Gratien et de ses troupes de renfort et des succès de Sebastianus, Valens quitta Melanthias à la tête de ses troupes32. Après quatre jours de marche, les Goths furent enfin aperçus à 15 milles d’Andrinople. Valens s’y porta en prenant le maximum de précautions. Ammien décrit l’armée romaine cheminant en agmen quadratum alors que des troupes légères ont été détachées en avant pour assurer la sécurité du chemin. Arrivé à Andrinople, Valens fit restaurer les fortifications de la ville et, suite à un rapport d’éclaireurs assurant que les Goths n’étaient pas plus de 10000, il convoqua un conseil de guerre où diverses opinions s’opposèrent mais où la décision d’affronter les Goths dans une grande bataille fut prise. Ammien Marcellin en rejette la funeste décision sur Valens qui, jaloux des succès de Gratien contre les Alamans, aurait aussi voulu avoir sa part de gloire33.

LA BATAILLE D’ANDRINOPLE

  • 34 Si les températures de l’époque, dans la région, étaient les mêmes qu’aujourd’hui, ce 9 août 378 po (...)
  • 35 Ce glissement vers la droite qui amène la colonne de marche (agmen) à se mettre en position de comb (...)
  • 36 Végèce, III.20 : « Una depugnatio est fronte longa quadro exercitu, sicut etiam nunc et prope sempe (...)
  • 37 Ibid., III.26.18 : « Qui multitudine et uirtute praecedit, quadrata dimicel fronte, qui primus est (...)

14Le 9 août 378 au matin, à la tête de son armée, Valens se mit en route pour sa dernière bataille. Au début de l’après-midi, vers 13 h 00-14 h 00, après près de sept heures de marche où elle n’a effectué que 12 kilomètres, sur un terrain difficile et sous un soleil de plomb34, l’armée romaine, au sommet d’une crête, aperçut par surprise le cercle des chariots des Goths sur le versant opposé. Ce détail est d’autant plus surprenant qu’Ammien a décrit auparavant un déplacement effectué avec un maximum de précautions et des détachements chargés d’éclairer le terrain. Il semble alors que ce soit le jour même de la bataille que des insuffisances se soient produites. L’armée romaine se mit alors en place, d’une façon tout à fait classique, tout du moins d’après la reconstitution que l’on peut tenter d’après le récit d’Ammien, sous la protection de la cavalerie placée à l’avant-garde de la colonne. Cette cavalerie, appelée ensuite à glisser sur l’aile droite, couvrait l’infanterie qui se disposait au centre et en réserve tandis que l’aile gauche avait du mal à se mettre en place en raison de sa dispersion. On a donc été amené à penser que ce sont les unités de l’arrière-garde qui constituaient cette aile gauche35. Végèce qualifie ce dispositif de combat de carré long et affirme que c’était le plus utilisé à son époque. Il présentait toutefois d’après lui de nombreux inconvénients quand le terrain n’était pas égal et quand l’ennemi était supérieur en nombre36. Il fallait alors étendre au maximum ses lignes pour paraître plus nombreux et pour éviter de se faire tourner. Étant donné les risques qu’il comportait, Végèce ne recommandait ce dispositif qu’en cas de supériorité numérique évidente37. Ce dernier détail est particulièrement intéressant quant aux raisons du déclenchement de la bataille.

  • 38 Zozime, XXIV. 1.
  • 39 Ammien, XXXI. 12.11 : « romani duces aciem struxere ».
  • 40 Ibid., XXXI.12.12 : « Dumque idem cornu, nullo etiam turn interturbante, extenditur ».

15S’appuyant sur le récit tardif de Zosime qui affirme que l’armée se mit en place sans ordre38, les historiens ont longtemps voulu croire que l’armée se rangea d’ellemême en bataille dans une grande précipitation. Le texte des Res Gestae tend toutefois à montrer le contraire. Ammien y emploie en effet un vocabulaire tout à fait habituel pour ce genre de situation. Il évoque les officiers (les ducs) rangeant l’armée en bataille39 et l’aile gauche qui, malgré son retard et sa dispersion, se mettait en place sans résistance40. En outre, les trois ambassades successives que les Goths envoyèrent montrent bien que les Romains étaient en position de force et que leurs adversaires cherchaient par tous les moyens à retarder le déclenchement de la bataille pour permettre à leur cavalerie de les rejoindre.

  • 41 Richardot, La fin de l’armée romaine, p. 264.
  • 42 Après avoir formé la troupe d’élite confiée à Sebastianus, les membres de la garde impériale interv (...)
  • 43 Ce cercle de chariots sert à protéger les familles, comme le firent les Américains au XIXe siècle f (...)

16C’est justement suite à ces négociations longues et difficiles, à la chaleur et à la soif qui torturaient les soldats romains que la bataille se déclencha d’elle-même. C’est seulement à partir de ce moment qu’elle peut être qualifiée de « bataille de soldats » comme l’affirme Philippe Richardot41, pas auparavant. Des archers et des Scutaires, cavaliers membres de la garde impériale, se portèrent en avant contre les Goths sans en avoir reçu l’ordre42. Repoussés par l’infanterie des Goths rangée en bataille devant le cercle des chariots43, ils furent massacrés par l’arrivée fortuite et soudaine de la cavalerie des Goths - encore une fois apparaît la déficience du renseignement le jour même de la bataille-, probablement face à l’aile droite romaine, qui les poursuivit dans leur retraite. À partir de ce moment, la cavalerie goth disparaît du récit d’Ammien qui n’évoque plus qu’une immense mêlée et des Goths en général, sans plus de précision.

  • 44 Ammien, XXXI. 13.2 : « Et quia sinistrum cornu [...] a reliquo equitatu desertum [...] steterunt in (...)
  • 45 Fleuret Laurent, « La bataille rangée romaine d’après les Annales de Tacite », Les armées et la gue (...)

17D’après le récit d’Ammien, cette charge fit flotter les lignes romaines qui ne s’en ressaisirent pas moins et qui se lancèrent dans une mêlée sauvage. L’aile gauche romaine enfonça même les Goths et arriva au cercle des chariots quand, faute de soutien du reste de la cavalerie, elle fut repoussée et laissa les fantassins sans protection44. Le fait qu’Ammien évoque le « reste de la cavalerie » montre donc que de la cavalerie participait à cette poussée en direction du cercle des chariots et, qu’à ce moment-là, il ne restait plus d’autre cavalerie disponible, que ce soit à l’aile droite ou en réserve, ce qui tendrait en plus à prouver que la charge des cavaliers goths avait totalement dispersé la cavalerie de l’aile droite romaine. D’ailleurs, au cours du récit de la bataille, Ammien associe systématiquement les termes de cornu (aile) et de cavalerie, que ce soit durant la bataille ou au moment de la mise en place de l’armée. Il apparaît donc clairement que c’est la cavalerie de l’aile gauche romaine qui mena cette opération sur le flanc droit des Goths, fidèle en cela à sa mission classique d’encerclement de l’adversaire. Le fait qu’elle soit arrivée au niveau des chariots prouve d’ailleurs qu’elle avait presque réussi sa manoeuvre. De plus, l’utilisation du terme même de cornu insiste sur le fait que cette cavalerie n’avait pas un simple rôle de couverture, les auteurs anciens préférant utiliser dans ce cas latus, mais un vrai rôle offensif dans le dispositif de bataille45.

18L’aile droite mise en déroute par les Goths lors du premier contact, l’aile gauche submergée alors qu’elle avait presque réussi à atteindre les familles des Goths, l’infanterie fut encerclée et massacrée. Un tiers seulement de l’armée en réchappa et l’empereur Valens lui-même y laissa la vie.

  • 46 Il convient de faire plusieurs remarques à ce sujet. Nous avons d’abord vu que le texte même d’Ammi (...)
  • 47 La question de savoir si les cavaliers antiques, ne disposant pas d’étriers, étaient capables de me (...)

19N’apparaissent donc dans cette bataille, ni cavalerie lourde cuirassée46, ni charge massive de choc47. Ce fut seulement une bataille antique classique, d’infanterie, avec la cavalerie sur les ailes.

INTERPRÉTATION

20Quelle interprétation donner maintenant à cette campagne et à cette bataille. Faut-il y voir une campagne improvisée, mal pensée et mal menée dans l’urgence ? Faut-il en conclure à l’incapacité de l’Empire de constituer une armée digne de ce nom ? Faut-il n’y accorder qu’une importance relative comme Zosime ou l’auteur de l’Epitome de Caesaribus ? Faut-il au contraire y donner une importance capitale comme le font Jérôme, Ambroise ou encore Libanius ?

  • 48 Deditio et coloni ou laeti.

21La réaction romaine à la révolte des Goths laisse très clairement apparaître plusieurs phases. Dans un premier temps, la défense locale semble avoir été totalement dépassée. Hormis en effet un petit accrochage, Ammien ne mentionne aucune réaction des troupes en garnison en Thrace. Faut-il alors croire qu’elles étaient incapables de combattre ? Elles furent plus vraisemblablement totalement dépassées par l’ampleur de la migration des Goths et écrasées dans les premiers affrontements. En plus, il ne faut pas oublier qu’il ne s’agissait pas d’une invasion proprement dite des Goths mais d’un accueil dans l’Empire sous un statut sur lequel on discute encore48. L’Empire n’avait aucune raison de masser un corps d’armée face à eux. Des renforts furent toutefois mis en mouvement simultanément et quasi immédiatement par les deux empereurs et on estime qu’ils furent opérationnels dès la fin de l’automne. Ils obligèrent les Goths à une bataille rangée indécise à la suite de laquelle ils réussirent à les acculer contre le Danube pour l’hiver.

  • 49 Richardot, La fin de l’armée romaine, p. 255.
  • 50 Austin, op. cit., p. 83.

22Au printemps suivant, l’armée opposée aux Goths n’était toujours pas très importante. Certains ont alors cru que Valens n’avait pas d’autres troupes à sa disposition. Ces quelques milliers d’hommes auraient représenté la totalité des forces disponibles de l’Empire romain en 377. Cela paraît renforcé par le fait que Valens demanda des troupes à son neveu Gratien alors que la Thrace ne relevait pas du commandement de ce dernier. Si l’on en croit Philippe Richardot, il aurait fallu près de trois ans à Valens pour rassembler les 10 000 à 20 000 hommes qu’il amena en Thrace en 37849. De telles explications ne concordent toutefois pas avec l’image de l’armée donnée par Ammien qui n’évoque à aucun moment de telles difficultés. En outre, le fait que ces troupes se soient trouvées à pied d’œuvre au printemps 377 semble conforter l’idée qu’on avait pris la mesure du danger et qu’on avait pris les décisions nécessaires durant l’hiver. En fait, il nous semble que la situation ait été mal interprétée par les historiens qui avaient trop en tête la défaite d’Andrinople et les difficultés ultérieures avec les Goths. Le chiffre de 200 000 Goths franchissant le Danube, donné par Eunape, y est semble-t-il aussi pour beaucoup. On sait aujourd’hui que les Goths étaient beaucoup moins nombreux. Tout au plus rassemblaientils 20000 combattants qui, du reste, étaient dispersés en plusieurs bandes indépendantes50. En agissant de manière concentrée, les quelques milliers d’hommes envoyés sur place étaient suffisamment nombreux pour mettre un terme à la révolte. Il semble en fait que la réaction romaine de l’année 377 ait été tout à fait conventionnelle et adaptée au problème. D’ailleurs, si les Romains ne purent vraiment battre les Goths durant cet été-là, ils leur infligèrent des pertes sévères, détruisant plusieurs bandes et les obligeant, par d’habiles manœuvres et en fortifiant le Pas de Sucques (Succi), à demeurer en Thrace.

23Les rapports de ses officiers durent cependant convaincre Valens que la menace était plus importante que prévue et que les Goths ne pourraient être définitivement vaincus sans renforts. À moins que la pression de la population, qu’évoque Ammien, n’ait été l’élément le plus important. L’armée de manœuvre quitta donc Antioche au début du printemps 378 tandis que Gratien faisait de même depuis la Gaule. Le mouvement simultané des deux empereurs renforce d’ailleurs notre interprétation de la non-précipitation du haut-commandement romain face au problème goth. En effet, les mouvements de troupes à partir de l’Orient et de l’Occident sont totalement parallèles. En 376, quelques unités seulement furent détachées alors qu’en 378 les deux empereurs eux-mêmes se mirent en mouvement. Le parfait parallélisme des mouvements de troupes depuis l’Orient et l’Occident démontre selon nous que les troupes envoyées en Thrace en 376 ne furent pas dépêchées en catastrophe pour combler les brèches mais bien parce qu’on les considérait suffisantes pour régler le problème.

  • 51 Speidel, Sebastian s strike force, affirme que Sebastianus préleva 300 hommes sur chacune des schol (...)
  • 52 Austin, op. cit., p. 80-81.

24Au printemps 378, quelques groupes de soldats furent de nouveau victimes des déprédations des Goths. Quand il arriva en Thrace au début du mois de juin 378, Valens confia une troupe d’élite à Sebastianus qui poursuivit la tactique de l’année précédente avec semble-t-il une efficacité accrue51. Les Romains assaillirent les bandes isolées et tentèrent de les circonscrire en Thrace afin d’éviter qu’elles ne se portent dans d’autres provinces. Cette tactique ne permettait pas de vaincre définitivement les Goths. Néanmoins, grâce à elle, ils ne se sentaient nulle part en sécurité ce qui les obligeait à toujours se déplacer52. Il ne faut pas oublier non plus que les Goths avaient emmené avec eux leurs familles et qu’ils vivaient sur le pays. La recherche de leur approvisionnement les obligeait donc à se déplacer régulièrement et surtout à se disperser en plusieurs bandes. À partir de ce moment, même des unités peu nombreuses mais agissant de manière concentrée pouvaient les affronter efficacement. Quand ils se regroupaient comme au printemps 377, cela devenait en revanche beaucoup plus difficile. Ces grands rassemblements n’étaient toutefois possibles que pour des durées limitées. Très vite, les groupes devaient de nouveau se disperser.

  • 53 Ibid., p. 83.

25Pour échapper aux attaques de Sebastianus, les Goths cherchèrent refuge dans de vastes plaines et surtout se regroupèrent. À partir de ce moment, la décision de les affronter dans une grande bataille pouvait parfaitement se comprendre alors que venaient d’arriver l’Empereur et l’armée de manoeuvre. En effet, dispersées et occupées à leurs pillages, les petites bandes de Goths pouvaient être vaincues les unes après les autres. Cependant, aucune victoire définitive n’était à attendre de cette tactique. En outre, la Thrace en aurait fortement souffert alors que les habitants de Constantinople avaient déjà manifesté leur impatience auprès de Valens. Ayant réussi à faire se regrouper les Goths et disposant maintenant de forces suffisantes, il paraissait opportun de saisir cette chance. D’ailleurs, si comme le pense N.J.E. Austin les opérations précédentes avaient réussi à s’assurer que les Goths se trouvaient momentanément privés de cavalerie53, le moment ne pouvait être mieux choisi. Le fait qu’Ammien lui-même affirme que Sebastianus ait poussé à l’affrontement lors du conseil de guerre tendrait à confirmer la validité de cette hypothèse. En effet, qui mieux que lui, qui avait mené les dernières opérations contre l’ennemi, pouvait juger de l’opportunité de livrer bataille ?

  • 54 Zozime, IV.23.6 et IV.24.1.
  • 55 Voir les notes critiques des éditions des Belles-Lettres de Zozime et d’Ammien Marcellin.

26Le récit de Zozime ne concorde toutefois pas avec celui d’Ammien. Il affirme en effet que Sebastianus était d’avis de ne pas engager de grande bataille et que la décision finale fut prise malgré lui54. Sur ce point, c’est la nature des sources d’Ammien et de Zozime qui est en cause ainsi que leurs partis pris. Zozime aurait ainsi cherché à protéger le manichéen Sebastianus tandis qu’Ammien aurait pris ses informations auprès de Victor, magister equitum d’origine sarmate, ayant survécu au désastre, qui aurait alors eu beau jeu de charger Sebastianus, qui y avait péri55. Dans cette hypothèse, la décision d’engager la bataille aurait été inutile et est à rejeter sur le désir de gloire de Valens et de son entourage et sur la pression des habitants de la Thrace et de Constantinople. Cela ne change toutefois en rien la manière dont on peut interpréter les trois années de campagne contre les Goths.

  • 56 Fleuret, op. cit., p. 71-72 ; Peyras Jean, « Le contrôle militaire de l’espace d’après les arpenteu (...)
  • 57 Pour éclairer cet épisode, Speidel, Sebastian’s strike force, reprend le poncif antique selon leque (...)

27Il semble en effet que les campagnes conduites contre les Goths le furent de manière très intelligente. Celle de 378 semble même avoir marché au-delà de toute espérance. Si Valens rechercha absolument la bataille à Andrinople c’est que, outre les motifs extra-militaires qui l’influençaient, l’état-major romain se sentait en position de vaincre les Goths dans une grande bataille à laquelle une habile campagne les avait contraints, traditionnellement à la tactique romaine56. Une trop longue marche d’approche, l’indiscipline de quelques troupes et l’arrivée subite de la cavalerie goth, alors que certaines unités s’étaient laissées emporter par leur ardeur, en décidèrent autrement. D’ailleurs, cette ardeur qui poussa l’aile droite romaine à engager prématurément le combat ne témoigne-t-elle pas d’une certaine façon de la confiance qu’avaient les troupes dans la victoire57. Le dispositif adopté par les Romains également. Ce fut finalement une addition de petits détails malheureux qui transformèrent en désastre ce qui aurait vraisemblablement dû être un triomphe.

  • 58 Ammien, XXXI.9.3-4, XXXI. 11.4-5 et XXXI.7.2 : « qui cum ad loca uenissent, ubi particulatim perque (...)
  • 59 Ibid., XVIII.6.5, XXII.8.1, XXVII.4.2 : « sufficiet ea quae uidisse meminimus expedite », XXXI. 7.1 (...)
  • 60 Ammien, XXXI. 11.4.
  • 61 Ibid., XXXI. 11.5 ; AUSTIN, op. cit., p. 77.

28Les trois années de campagne contre les Goths ne sont donc, d’après le récit d’Ammien Marcellin, qu’une succession d’escarmouches et de petits accrochages entrecoupés de deux grandes batailles, en 376 et en 378. Ammien nous indique d’ailleurs que, par la nature même de la région, la Thrace incite davantage à la guérilla et aux coups de main qu’aux grandes batailles58. Cette affirmation a d’autant plus d’importance que nous savons, d’après Ammien lui-même, qu’il connaissait la Thrace pour l’avoir traversée plusieurs fois59. C’est à l’occasion de l’assaut nocturne victorieux de Sebastianus contre une forte troupe de Goths avec seulement quelques centaines d’hommes60 qu’Ammien expose, par la bouche même du chef goth Fritigern, la tactique qu’il aurait fallu adopter pour les vaincre. Il fallait détruire un à un tous les partis goths dispersés pendant qu’ils ne songeaient qu’au pillage. Cet extrait des Res gestae est d’autant plus intéressant quand on connaît les sources d’information d’Ammien. Il est très probable en effet qu’il ait recueilli ce projet tactique auprès d’officiers ayant analysé après coup les erreurs ayant conduit au désastre d’Andrinople61. La tactique qu’il aurait fallu employer, d’après Ammien, consistait donc en une « petite guerre » généralisée.

  • 62 Ammien, XXVII. 8.9 et XXIX.5.53.
  • 63 Ibid., XVII. 12.6, XVII.13.17 et XXX.5.13 ; Histoire Auguste, Vie de Carus, 9.4.
  • 64 Ammien, XXVII.8.9.
  • 65 Zozime, IV.23.6.
  • 66 Ammien, XXVII.5.6.
  • 67 Concernant ce rôle, voir Peyras, op. cit., p. 36-39.
  • 68 Ferrill, op. cit.. p. 64.

29Vraisemblablement bon militaire, Ammien n’était cependant pas un réformateur aux idées novatrices. S’il regrette qu’une telle tactique n’ait pas été adoptée durant cette campagne, c’est qu’il savait que l’armée romaine était capable de la mener à bien. Son récit montre d’ailleurs que non seulement les Romains maîtrisaient les principes de la « petite guerre » mais qu’en plus leurs officiers étaient capables de les appliquer sur l’ensemble d’une campagne. C’est de cette façon que le comte Théodose mit à genoux la Bretagne et l’Afrique révoltées62. C’était également la seule manière de vaincre les Quades et les Sarmates63. Ruses et offensives inopinées étaient aussi, d’après Ammien, le seul moyen de vaincre réellement les pillards pictes et scotts qui s’abattaient régulièrement sur la Bretagne64. D’après Zosime, le but était de multiplier les attaques afin d’épuiser et d’affamer les Goths65. À défaut de toujours vaincre directement par elle-même, cette tactique contraignait l’ennemi à une bataille rangée dans un contexte extrêmement défavorable pour lui. C’est ainsi que furent vaincus les Goths Greuthunges d’Athanaric en 36966. Cette manière de disperser la guerre en de multiples petits accrochages était aussi la seule façon de vaincre les cavaliers nomades sarmates. C’est exactement de la même manière que la révolte de Tacfarinas fut réprimée sous l’empereur Tibère. Engager la bataille à Andrinople ne semble alors avoir été qu’une décision prématurée, influencée par des raisons plus politiques que militaires, mais en aucun cas une erreur tactique grossière. Il ressort parfaitement des récits d’Ammien et de Zozime qu’il était possible de vaincre les Goths par la « petite guerre », les villes, dans ce contexte, remplissant pleinement leur rôle de contrôle du territoire67. Malgré de nombreuses tentatives, jamais les Goths ne purent s’emparer de l’une d’entre elles durant ces trois années68. Cette tactique était seulement politiquement impossible à suivre si près de Constantinople.

  • 69 Végèce, III.6.
  • 70 Ibid., III.22.
  • 71 Ibid., III.22,III.25.

30Faut-il alors évoquer une théorie de la « petite guerre » au sein de l’armée romaine ? Pourquoi pas ! Cela apparaît sans doute comme un anachronisme. Toutefois, les nombreux passages de nos sources laissent penser que les Romains maîtrisaient parfaitement cette phase des combats. Végèce donne d’ailleurs des conseils qui prouvent que les manuels et les ouvrages militaires romains comportaient des instructions à ce sujet. Il recommande ainsi de toujours disposer de cavalerie et d’infanterie légère pour assaillir les colonnes et les fourrageurs ennemis69. Il conseille également de l’attaquer de nuit ou lors des passages de bras d’eau, c’est-à-dire à des moments où l’attention se relâche et où la nature du terrain le met déjà en difficulté70. D’après l’auteur de l’Epitome, toute occasion de faire du mal à l’adversaire doit être exploitée ; en particulier quand il se lance à la poursuite d’une armée en retraite, puisqu’on est toujours moins précautionneux dans ces moments-là71.

31Ces quelques extraits de l’Epitome de Végèce, rassemblés d’après des sources écrites antérieures, prouvent que les Romains maîtrisaient parfaitement les principes de la « petite guerre » et surtout les écrivaient, les enseignaient et les transmettaient.

CONCLUSION

32En évoquant la bataille d’Andrinople dans un récit aux fortes consonances désastreuses, il nous apparaît clairement aujourd’hui que les anciens ne pensaient pas seulement à la bataille en elle-même mais aussi à la politique de Théodose, au foedus de 382 qui installait officiellement une nation barbare fédérée indépendante à l’intérieur de l’Empire et aux troubles causés par ces fédérés entre 388 et 395. Toute leur lecture de ces épisodes est donc passée au filtre des événements ultérieurs. Déjà, l’époque antique fut témoin d’une controverse sur l’importance de l’invasion gothique et de la défaite d’Andrinople. De plus, il nous est apparu clairement que les quelques lignes d’Ammien Marcellin et des auteurs chrétiens évoquant la charge des Goths, comme la foudre auprès des montagnes, furent pour beaucoup dans l’interprétation erronée des modernes qui voulurent y voir les prémices de la cavalerie de choc et de la chevalerie du Moyen Âge.

33Si aujourd’hui cette interprétation est presque abandonnée de tous, on continue quand même à affirmer haut et fort l’infériorité de la cavalerie romaine par rapport à la cavalerie barbare. À l’inverse, Andrinople nous est seulement apparue comme une bataille malheureuse, mal conduite, au cours de laquelle l’ennemi disposa d’un élément de surprise certain, l’arrivée de sa cavalerie, et de la motivation de la défense de ses familles. Mais ce fut une bataille d’infanterie, la force des Goths résidant aussi dans leur infanterie. Et, au contraire, il nous est apparu que les campagnes gothiques de 376, 377 et 378 furent remarquablement conduites, suivant une tactique éprouvée de l’armée romaine, ce qu’on appela bien plus tard la « petite guerre ».

34Alors, Andrinople, une bataille malheureuse concluant une campagne heureuse ? C’est peut-être la conclusion qu’il faut tirer de l’étude des Res Gestae d’Ammien Marcellin. Citons d’ailleurs Libanius :

  • 72 Libanius, Discours, 24.3-5.

« La valeur des soldats et des chefs était la même que celle de leurs ancêtres et ils ne leur étaient inférieurs ni en technique militaire, ni en instruction. Leur amour de la gloire les a fait combattre la chaleur et la soif, le feu et le fer et préférer la mort à la fuite. Comment alors l’ennemi nous a surpassés ? Je suis convaincu que la colère des Dieux contre nous en est la cause72 ».

  • 73 Bien qu'ayant conduit à un désastre, la campagne de Perse de Julien, quelques années auparavant ne (...)
  • 74 Ces scholes palatines continueront d'exister au VIe siècle dans l'Empire romain d'Orient. Voir Rich (...)
  • 75 Richardot, Mort d'une armée, p. 94.
  • 76 Les célèbres cauchemars d'Auguste dans lesquels il hurlait : « Varus, rends-moi mes légions » et le (...)
  • 77 Richardot, La fin de l'armée romaine, p. 295.
  • 78 Crump, op. cit.. p. 102-103.

35Si la crise politico-militaire du début du Ve siècle porta un coup décisif à la puissance romaine, si les barbares disposèrent alors à ce moment-là d’une supériorité indéniable, cette situation n’était encore en rien celle de 378 où l’armée romaine fit preuve d’une remarquable intelligence tactique dans la conduite de la campagne. La compétence des soldats romains n’est en outre pas cause73. Ce qu’on peut remarquer, quand même, c’est le petit nombre de troupes d’élite dont disposaient les Romains. C’est en effet la garde impériale qui mena le gros des combats en 378 (autour de Sebastianus et à même)74. En fait, ce qui apparaît à Andrinople de manière cruciale, ce sont les défauts de la opérationnelle75 - une fois l’armée de manœuvre détruite, l’Empire n’avait plus de troupes à opposer aux Goths - et un phénomène d’incapacité de remplacement de soldats professionnels. Pour n’être pas nouveau dans l’histoire de l’Empire - il existe en fait de manière plus ou moins cruciale depuis le moment où Auguste a créé une armée de professionnels76 - ce problème est fondamental dans l’histoire de l’Empire romain tardif et, après Andrinople, poussera à la barbarisation massive de l’armée par l’installation de peuples en armes l’Empire77. Andrinople montra de façon précise le danger aux contemporains, sans doute est-ce pour cela que cette bataille a autant marqué les esprits. Toujours est-il que s’il y eut décomposition de l’armée romaine comme l’affirment nombre d’auteurs, elle fut antérieure à Andrinople et fut plus la conséquence d’une crise interne à l’Empire que d’une déchéance tactique. Le récit d’Ammien apporte d’ailleurs une image extraordinairement dynamique d’une armée qu’on croyait rigide, engluée dans un système bureaucratique78.

ANNEXE

Les différentes phases de la bataille d’Andrinople

Les différentes phases de la bataille d’Andrinople

Notes

1 Arvites James Α., « The military campaigns of Adrianople », History Today, XXXI, 4, 1981, p. 30-35 ; Garlan Yvon, La guerre dans l’Antiquité, Paris, 1972, p. 115 ; Bivard A.D.H., « Cavalry equipment and tactics on the Euphrates frontier », Dumbarton Oaks Papers, XXVI, 1972, p. 273.

2 Végèce, III.26 : « De equitatu sunt multa praecepta ; sed cum haec pars militiae usu exercitii, armorum genere, equorum nobilitate profecerit, ex libris nihil arbiter colligendum, cum praesens doctrina sufficiat ».

3 Arvites, op. cit., p. 35 ; Altheim F., Le déclin du monde antique. Examen des causes de la décadence, Paris, 1953, p. 295-296.

4 Le Goff Jacques, Histoire et mémoire, Paris, 1988, p. 18 et 26.

5 Burns Thomas S., « The battle of Adrianople : a reconsideration », Historia, XXII, 2, 1973, p. 345.

6 Ammien, XX.8,1 et XXIII.2.7, où Ammien évoque des auxiliaires scythes qui étaient vraisemblablement des Goths. C’est en tout cas ce que suggère Zozime, III.25.6. Selon l’habitude grecque, Ammien aurait alors désigné par Scythes les peuples vivants au Nord du Danube.

7 Ammien, XXVI.4.5 : « Thracias et diripiebant praedatorii globi Gothorum ».

8 Sabbah Guy, La méthode d’Ammien Marcellin. Recherches sur la construction du discours historique dans les Res Gestae, Paris, 1978, p. 174.

9 Ammien, XXVII.5.1-10. Lors de ces campagnes, Valens aurait alors largement séjourné à Marcianopolis. Il connaissait donc la Thrace. Cela peut être un élément intéressant concernant sa conduite des opérations en 378. Voir Petit Paul, Histoire générale de l’Empire romain, t. 3, Paris, 1974, p. 119 et 141.

10 Ammien, XXXI.2.1-25 et XXXI.3.1-8, donne une relation des ultimes affrontements entre Huns et Goths dont on trouve une interprétation dans Bachrach Bernard S., « Some observations on the Goths at war », Francia, 19, 1, 1992, p. 205-214.

11 Ammien, XXXI.4.1.

12 Zozime, IV.20.6.

13 Eunape, Fragmenta, VI ; Austin N.J.E., « Ammianus’account of the Adrianople campaign. Some strategic observations », Acta Classica, XV, 1972, p. 77-83 ; Richardot Philippe, La fin de l’armée romaine (284-476), Paris, 1998 (= Richardot, La fin de l’armée romaine), p. 254-255 ; voir aussi Ferrill Arthur, The fall of the Roman Empire, the military explanation, London, 1990, p. 59, qui tient pour vrai le chiffre de 200000.

14 Ammien, XXXI.6.1 et XXXI.5.5 ; AUSTIN, op. cit., p. 78.

15 Ammien, XXXI.5.3 ; Arvites, op. cit., p. 31, considère en revanche que les Romains autorisèrent également les Ostrogoths à pénétrer dans l’Empire.

16 Cette action est difficilement explicable. Austin, op. cit., p. 79, pense qu’il s’agit d’une tentative pour empêcher les deux nations goths de faire leur jonction tandis que Burns, op. cit., p. 338, estime qu’il s’agissait de supprimer les chefs pour diriger plus facilement la masse du peuple.

17 Ammien, XXXI.6.1-4.

18 Austin, op. cit., p. 79.

19 Ammien, XXXI. 11.1 : « His forte diebus, Valens tandem excitus Antiocha ».

20 Ibid., XXXI.7.1-2 et XXXI.7.4

21 Burns, op. cit., p. 339 ; Richardot, La fin de l’armée romaine, p. 249-250.

22 Burns, op. cit., note 25, p. 339 ; Richardot, La fin de l’armée romaine, p. 249, évoque 3000 hommes.

23 Ammien, XXXI.7.6-16.

24 Ibid., XXXI.8.1.

25 Ibid., XXXI.8.5 : « digredi parabat, consilio non absurdo ».

26 Ibid., XXXI.8.4-5 ; Arvites, op. cit., p. 33.

27 Ammien, XXXI.8.9-10 et XXXI.9.1-4.

28 Ibid., XXXI.10.21.

29 Ibid., XXXI.11.1 et XXXI.11.2-4 ; Speidel Mickael P., « Sebastian’s strike force at Adrianople », Klio, 78, 2, 1996, p. 434-437 (= Speidel, Sebastian’s strike force).

30 Ammien, XXXI. 11.5 ; Arvites, op. cit., p. 33 ; Zozime, XXIII, 4-5.

31 Ammien, XXXI. 11.5.

32 Ibid., XXXI. 11.6 et XXXI.12.1.

33 Ibid., XXXI.12.5-7. Il semble toutefois qu’Ammien surestime, à des fins polémiques, la part de la jalousie dans la décision de Valens.

34 Si les températures de l’époque, dans la région, étaient les mêmes qu’aujourd’hui, ce 9 août 378 pouvait très facilement dépasser les 40 °C. Voir Ferrill, op. cit., p. 61. Le souvenir de la chaleur de ce jour

35 Ce glissement vers la droite qui amène la colonne de marche (agmen) à se mettre en position de combat (acies) a déjà pu être mis en évidence dans le récit césarien. Voir Rambaud Michel, « L’ordre de bataille de l’armée des Gaules d’après les Commentaires de César », Revue des études anciennes, 60, 1958, p. 103-104.

36 Végèce, III.20 : « Una depugnatio est fronte longa quadro exercitu, sicut etiam nunc et prope semper solet proelium fieri ».

37 Ibid., III.26.18 : « Qui multitudine et uirtute praecedit, quadrata dimicel fronte, qui primus est modus ».

38 Zozime, XXIV. 1.

39 Ammien, XXXI. 12.11 : « romani duces aciem struxere ».

40 Ibid., XXXI.12.12 : « Dumque idem cornu, nullo etiam turn interturbante, extenditur ».

41 Richardot, La fin de l’armée romaine, p. 264.

42 Après avoir formé la troupe d’élite confiée à Sebastianus, les membres de la garde impériale interviennent ici encore en tant que troupes de chocs. Voir Ferrill, op. cit., p. 67 et Crump G.A., « Ammianus and the late Roman army », Historia, XXII, 1973, p. 98-99.

43 Ce cercle de chariots sert à protéger les familles, comme le firent les Américains au XIXe siècle face aux populations autochtones, et n’est en aucun cas un dispositif tactique comme le croyaient certains auteurs. Voir par exemple, Altheim, op. cit., p. 100 : « Quand l’empereur Gallien assaillit les Goths et les Hérules en revenant de Grèce, le rempart des voitures les sauva du désastre. Le même dispositif soutint leur armée dans ses combats contre l’empereur Claude et on le retrouve encore à la bataille d’’Andrinople en 378, au point que le rempart circulaire formé par les voitures des « barbares » devint un modèle pour les Romains qui avaient depuis longtemps oublié l’art d’établir un camp ».

44 Ammien, XXXI. 13.2 : « Et quia sinistrum cornu [...] a reliquo equitatu desertum [...] steterunt inprotecti pedites ». Il se peut aussi que cette avance trop rapide ait créé un vide, entre le centre et l’aile, dans lequel se sont engouffrés les Goths. Voir Ferrill, op. cit., p. 63.

45 Fleuret Laurent, « La bataille rangée romaine d’après les Annales de Tacite », Les armées et la guerre de l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale, Enquêtes et documents, 25, textes réunis par Jean-Pierre Bois, Nantes, 1998, p. 76-77.

46 Il convient de faire plusieurs remarques à ce sujet. Nous avons d’abord vu que le texte même d’Ammien ne fait en rien penser à une charge de cavalerie lourde. En outre, il semblerait étrange de sa part de décrire longuement, et à plusieurs reprises, la cavalerie lourde des Perses et pas celle des Goths, si ils en disposaient d’une. Enfin, si l’archéologie confirme bien l’existence d’une cavalerie chez les Goths, elle démontre aussi qu’elle était tout à fait classique quant à son armement et vraisemblablement pas majoritaire. Voir Kokowski Andrzej, « L’art militaire des Goths à l’époque romaine tardive (d’après les données archéologiques) », dans Vallet Françoise et Kazanski Michel (sous dir.), L’armée romaine et les barbares du IIIe au VIIe siècle, V, Association Française d’Archéologie Mérovingienne et Musée des Antiquités Nationales, Paris, 1993, p. 335-354. Quant à la cavalerie lourde romaine, si elle est attestée par la Notitia Dignitatum et dans les inscriptions, elle apparaît de façon beaucoup plus discutable dans les textes. Dans les Res Gestae, par exemple, elle n’apparaît qu’en Occident alors que la Notita Dignitatum la cite majoritairement en Orient. En outre, jamais dans les Res Gestae elle ne paraît avoir de rôle tactique différent de celui du reste de la cavalerie. Enfin, si on admet généralement aujourd’hui que ces unités se développèrent dans l’armée romaine à partir de l’époque de Trajan, l’empereur Julien en attribue seulement l’introduction à Constance. Voir Speidel Michael P., « Catafractarii, Clibanarii and the rise of the later Roman mailed cavalry. A gravestone from Claudiopolis in Bythinia », Epigraphica Anatolica, 4, 1984, p. 151-156 ; Zuckerman Constantin, « Le camp de Psobthis/Sosteos et les Catafractarii ». Zeitschrift fiir Papyrologie, 100, 1994, p. 199-202 et Julien, Discours, I.30.

47 La question de savoir si les cavaliers antiques, ne disposant pas d’étriers, étaient capables de mener des charges de choc est encore débattue. Nous avons toutefois pu démontrer que si leur rôle consistait généralement plus en des opérations de harcèlement, dans certains cas précis - face à des troupes désorganisées ou pour le moins déstabilisées - ils pouvaient mener de vraies charges frontales de choc. Voir Fleuret, op. cit., p. 73.

48 Deditio et coloni ou laeti.

49 Richardot, La fin de l’armée romaine, p. 255.

50 Austin, op. cit., p. 83.

51 Speidel, Sebastian s strike force, affirme que Sebastianus préleva 300 hommes sur chacune des scholes palatines, se constituant ainsi une troupe d’élite formée de 2000 des 3500 hommes de la garde impériale. Voir aussi, Richardot Philippe, « Mort d’une armée, mort d’un État : l’Empire de Rome », Défense, 76, juin 1997, p. 91-94 (= Richardot, Mort d’une armée).

52 Austin, op. cit., p. 80-81.

53 Ibid., p. 83.

54 Zozime, IV.23.6 et IV.24.1.

55 Voir les notes critiques des éditions des Belles-Lettres de Zozime et d’Ammien Marcellin.

56 Fleuret, op. cit., p. 71-72 ; Peyras Jean, « Le contrôle militaire de l’espace d’après les arpenteurs romains », Les armées et la guerre de l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale, Enquêtes et documents, 25, textes réunis par Jean-Pierre Bois, Nantes, 1998, p. 38-39.

57 Pour éclairer cet épisode, Speidel, Sebastian’s strike force, reprend le poncif antique selon lequel le séjour oriental affaiblit les troupes et explique cette attitude par le fait que l’armée avait séjourné longuement en Syrie, ce qui aurait eu des conséquences sur la discipline. Cela ne nous semble toutefois juste que dans une certaine mesure car la littérature antique offre également de tels exemples en Occident. L’échec de César devant Gergovie vient ainsi du fait que ses troupes, trop sûres de leur victoire, n’obéirent pas aux sonneries de retraite. Voir Ferrill, op. cit., p. 62-63. C’est davantage un véritable problème tactique qui nous semble ici posé, à savoir le problème des réactions des troupes au contact de l’ennemi et de leur non-obéissance aux ordres une fois dans ce qu’on appellerait aujourd’hui l’espace de feu. Des remarques sont faites à ce sujet dans Pujo Bernard, Le grand Condé, Paris, 1995, à propos des batailles de Rocroi, Fribourg, Nördlingen et Lens. À chaque fois, le plan initial de la bataille fut totalement bousculé et nécessita une réaction rapide et énergique du commandement, ce qui fit défaut, semble-t-il, à Andrinople. C’est toutefois Tolstoï, dans La guerre et la paix, qui a poussé le plus loin la réflexion. Tout son récit de la bataille de Borodino n’est qu’une démonstration en ce sens. L’idée essentielle qu’il met en avant est la disproportion entre les événements et la volonté des hommes. Selon lui, les chefs croient prévoir et commander alors qu’en réalité tout dépend de l’action fortuite des exécutants et des mouvements spontanés des armées. À noter, par exemple, cette réflexion, Tolstoï Léon, La guerre et la paix, Paris, Gallimard, 1945, p. 906 : « Aussitôt que les soldats se trouvaient hors de l’atteinte des projectiles, les chefs, qui étaient derrière, les reformaient et grâce à la discipline, les renvoyaient dans cette région de feu où la peur de la mort relâchait de nouveau cette fameuse discipline et les livrait à l’instinct aveugle des foules ».

58 Ammien, XXXI.9.3-4, XXXI. 11.4-5 et XXXI.7.2 : « qui cum ad loca uenissent, ubi particulatim perque furta magis et latrocinia multitudo minui deberet hostilis ».

59 Ibid., XVIII.6.5, XXII.8.1, XXVII.4.2 : « sufficiet ea quae uidisse meminimus expedite », XXXI. 7.16 ; Austin, op. cit., p. 78.

60 Ammien, XXXI. 11.4.

61 Ibid., XXXI. 11.5 ; AUSTIN, op. cit., p. 77.

62 Ammien, XXVII. 8.9 et XXIX.5.53.

63 Ibid., XVII. 12.6, XVII.13.17 et XXX.5.13 ; Histoire Auguste, Vie de Carus, 9.4.

64 Ammien, XXVII.8.9.

65 Zozime, IV.23.6.

66 Ammien, XXVII.5.6.

67 Concernant ce rôle, voir Peyras, op. cit., p. 36-39.

68 Ferrill, op. cit.. p. 64.

69 Végèce, III.6.

70 Ibid., III.22.

71 Ibid., III.22,III.25.

72 Libanius, Discours, 24.3-5.

73 Bien qu'ayant conduit à un désastre, la campagne de Perse de Julien, quelques années auparavant ne fut qu'une série de victoires où les soldats romains firent encore une fois la preuve de leur compétence et de leur supériorité sur l'adversaire. Une campagne mal conduite dans son ensemble et la mort prématurée de l'Empereur conduisirent à ce désastre. Ferrill, op. cit., p. 65.

74 Ces scholes palatines continueront d'exister au VIe siècle dans l'Empire romain d'Orient. Voir Richardot, La fin de l'armée romaine, p. 77-78.

75 Richardot, Mort d'une armée, p. 94.

76 Les célèbres cauchemars d'Auguste dans lesquels il hurlait : « Varus, rends-moi mes légions » et les révoltes qui secouèrent les légions du Rhin et du Danube à sa mort montrent bien que cette difficulté de remplacement des soldats professionnels existait dès l'origine de l'Empire. Voir Suetone, Auguste, XXIII. 4 ; Tacite, Annales, 1.16-52 et Le Bohec Yann, « Conscrits et professionnels dans les armées de Rome », Défense. 75, mars 1997, p. 37-39.

77 Richardot, La fin de l'armée romaine, p. 295.

78 Crump, op. cit.. p. 102-103.

Table des illustrations

Titre Les différentes phases de la bataille d’Andrinople
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search