Version classiqueVersion mobile

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

La guerre antique : un jeu ?

Quelques remarques à propos de la bataille du Mons Graupius (Tacite, De uita lulii Agricolae, 36.1)

Laurent Fleuret

Texte intégral

  • 1 La date ne peut être fixée précisément en raison de la faiblesse des sources. Voir Lepelley Claude (...)
  • 2 Il est vrai que dans son esprit c’est l’ensemble de l’œuvre, et non cette seule bataille, qui doit (...)

1Dans un passage célèbre du De uita lulii Agricolae, éloge funèbre de son beaupère, Tacite décrit longuement comment celui-ci réussit en 83 ou 84 après J.-C.1 après 7 années de campagnes longues et difficiles, à vaincre les Bretons de Calgacus et à achever la conquête de la Bretagne commencée une quarantaine d’années auparavant par l’empereur Claude. Si ce fut une grande et belle victoire, le récit qu’en fait Tacite est tout à fait classique2. Une habile disposition tactique, quoique n’ayant rien d’extraordinaire, permit de faire face à la supériorité numérique des Bretons.

  • 3 Agricola, 37.9.
  • 4 Ibid., 35.3.
  • 5 Si la citoyenneté romaine était indispensable et nécessaire pour entrer dans les légions romaines, (...)
  • 6 Gilliver Catherine, « Mons Graupius and the role of auxiliaries in battle », Greece and Rome, 43, 1 (...)

2Détail intéressant tout de même, un seul citoyen romain, Aulus Atticus, périt dans l’affrontement. Encore Tacite précise-t-il que cela fut le résultat de son ardeur juvénile et de la fougue de son cheval3. Fidèle à ce qu’il avait présenté comme le plan initial de son beau-père, Tacite démontre donc par là même que l’éclat de cette victoire fut considérable car on a combattu sans engager les légions de citoyens romains et donc sans verser le sang romain4, seuls des auxiliaires y ont péri5. Aulus Atticus lui-même était d’ailleurs préfet d’auxilia. Longtemps sujet à polémique, cet épisode a été récemment éclairé par Catherine Gilliver qui a démontré que l’emploi exclusif des auxiliaires par Agricola répondait uniquement à des motifs tactiques et que cet aspect de la bataille fut magnifié par Tacite désirant opposer la victoire de son beau-père aux échecs subis par Domitien sur le Danube6.

  • 7 Agricola, 36.1 : « ... hostibus inhabile, parua scuta et enormis gladios gerentibus ; nam Britannor (...)

3Ce n’est toutefois pas cet aspect de l’affrontement qui nous retiendra mais une phrase de Tacite, placée au début de sa relation de la bataille. Il y affirme que, sur l’ordre d’Agricola, six cohortes d’auxiliaires se lancèrent au corps à corps suivant une tactique purement romaine alors que les Bretons y étaient malhabiles en raison de leurs petits boucliers et de leurs épées démesurées qui, sans pointe, ne leur permettaient ni le combat rapproché ni les coups d’estoc7. Le résultat ne se fit pas attendre et les auxiliaires s’enfoncèrent profondément dans les rangs des guerriers bretons. On pourrait facilement interpréter cette citation rapide comme l’affirma tion de la supériorité matérielle et technique de l’armée romaine face aux barbares, comme la preuve de l’habileté tactique d’Agricola qui engage un corps à corps où il sait ses hommes supérieurs... Toutes ces explications, parfaitement justes d’ailleurs, ne nous semblent toutefois recouvrir qu’une partie de la réalité.

  • 8 Fleuret, op. cit., p. 80-81.
  • 9 Concernant la tactique des Parthes, voir : Sulimirski T., « Les archers à cheval, cavalerie légère (...)

4En effet, si une arme ne sert pas toujours directement à tuer, elle répond en revanche toujours à un objectif bien précis et se doit donc d’être efficace à cet effet. Nous avons ainsi pu démontrer que flèches et balles de fronde avaient surtout pour but de désorganiser les rangs de l’adversaire avant l’assaut tandis que les célèbres pila romains, outre le fait qu’ils pouvaient être mortels, avaient surtout pour but de mettre hors de combat par les blessures qu’ils provoquaient et d’obliger l’adversaire à se débarrasser de son bouclier, inutilisable avec un pilum planté dedans8. Or, d’après l’œuvre de Tacite, les armes des Bretons sont particulièrement inefficaces au corps à corps. On pourra nous objecter que les Parthes et les Numides étaient également particulièrement inaptes au corps à corps d’après les récits des auteurs latins. Ils employaient toutefois une tactique adaptée à leur armement9. Tel n’est pas le cas des Bretons dans le récit de Tacite. Alors, dans ces conditions, pourquoi avoir accepté cette bataille ? Nous nous attacherons donc à étudier un peu plus en détail les affrontements entre Romains et Bretons pour tenter d’éclairer cet extrait obscur du De uita Iulii Agricolae.

L’ARMEMENT DES BRETONS

  • 10 Annales, XII, 35 : « nulla loricarum galearumque tegmina » ; II, 14 : « non loricam Germano, non ga (...)
  • 11 Pour le Ier siècle après J.-C., il n’est pas assuré que le fameux bouclier en segment de cylindre, (...)
  • 12 Annales, II, 14. Voir aussi Annales, II, 21.1. Cet aspect de la tactique des Bretons et des Germain (...)

5Une première remarque s’impose de suite quant à l’armement des Bretons. En effet, Tacite affirme dans les Annales que les Bretons ne portaient ni casque, ni cuirasse. Il fait d’ailleurs la même remarque concernant les Germains lors des campagnes de Germanicus outre Rhin10. En plus, leurs boucliers sont petits, à la différence de celui des légionnaires qui couvre le corps au maximum11. Enfin, leurs épées qui sont démesurément longues et qui ne peuvent frapper que de taille les handicapent beaucoup au corps à corps. C’est aussi ce qu’affirme en substance Germanicus à propos des Germains dans une harangue d’avant combat à ses troupes. Avec cet armement, ils multiplient les feintes et les esquives avant de porter des coups furieux à distance, ce que leur permet la longueur de leurs armes12.

  • 13 Fleuret, op. cit., p. 71-72 ; Peyras Jean, « Le contrôle militaire de l’espace d’après les arpenteu (...)
  • 14 Les difficultés de l’armée romaine sur ces terrains difficiles ont été bien exposées dans Thouvenot (...)

6Germains et Bretons étaient donc particulièrement mal équipés pour mener des corps à corps victorieux contre l’infanterie romaine. Or, toute la conduite tactique d’une campagne militaire romaine consistait à acculer l’adversaire dans une place que l’on assiégeait ou à le contraindre à une bataille rangée où l’armée romaine (légions et auxiliaires) pouvait faire preuve de sa supériorité technique13. Conscients de leur infériorité en terrain régulier, Bretons et Germains cherchaient à contraindre les légions au combat dans des zones où une infanterie lourde était désavantagée face à des combattants plus légers : marais, forêts, zones escarpées14...

  • 15 Végèce, Epitoma rei militons, I,12 ; Fleuret, op. cit., p. 83-84 ; Connolly Peter, « The Roman figh (...)

7Cette relative adéquation de la tactique et de l’armement des Bretons ne nous explique pourtant toujours pas pourquoi ils utilisaient des armes de peu d’efficacité dans les corps à corps, issue ultime de tous les combats antiques, du moins en Occident. À l’inverse, les légionnaires du Ier siècle, appliquant à merveille la formule de Végèce selon laquelle un coup de taille est rarement mortel alors qu’un coup d’estoc pénètre obligatoirement dans quelque organe vital, étaient particulièrement bien entraînés à une escrime savante de contact faite de feintes et de coups d’estoc furieux. Comme l’a d’ailleurs montré Peter Connolly, la forme de leurs casques était parfaitement adaptée à une position de combat avec une jambe fléchie leur permettant de frapper avec efficacité, au moyen de glaives courts, véritables armes de tueurs, des adversaires obligés de se découvrir pour porter des coups de haut en bas15, c’est-à-dire exactement le type de coups qu’étaient susceptibles de porter les Bretons avec leurs grandes épées. Après la conquête de la Gaule par les légions de César (les Gaulois utilisaient le même type d’armes), les deux incursions en Bretagne de ce même César et 40 ans de combats incessants contre les Romains depuis l’invasion de la Bretagne sous l’empereur Claude en 43 après J.-C., les Bretons n’avaient pas modifié leur armement et leurs méthodes de combat.

UTILISATION DE CHARS DE COMBAT

  • 16 César, Guerre des Gaules, IV, 33.1 ; Annales, XIV, 34.4 ; Agricola, 12 et 36.1.
  • 17 Connolly, Rome at war, p. 125-126.

8Ce n’est d’ailleurs pas le seul détail surprenant des récits de Tacite concernant les guerres de Bretagne. En effet, comme César avant lui, Tacite y rapporte l’usage de chars de guerre16. Leur tactique est à chaque fois la même. Ils se tiennent en avant de leurs lignes d’infanterie et font de multiples évolutions entre les deux armées dans le but d’effrayer l’adversaire. Ce fut à chaque fois un désastre, tout du moins contre les Romains. Cette utilisation des chars de combat est d’autant plus surprenante que depuis la bataille de Telamon, en 225 avant J.-C.,. les Romains n’avaient plus eu à les affronter en Occident. En outre, les récits de César et Tacite concordent approximativement avec ceux de Polybe et Diodore17. Cela laisse donc supposer que près de trois siècles après la bataille de Telamon les Bretons utilisaient toujours des chars de combat suivant la même tactique, abandonnée partout ailleurs. Sur ce point également, il semble que les Bretons n’aient pas tiré les conséquences de leurs échecs et de ceux des autres.

LES FEMMES ASSISTENT AUX BATAILLES

  • 18 Annales, XIV, 34 ; XIV, 36 ; XIV, 37.
  • 19 Agricola, 38.
  • 20 Annales, XIV, 30.
  • 21 Agricola 16 ; Annales, XII, 36 et XIV, 35.

9Si la présence de femmes sur les champs de bataille de Bretagne n’est pas outre mesure surprenante pour le monde antique, la mention régulière qu’en font les auteurs latins laisse supposer qu’il y avait quand même là des éléments surprenants. Lors de la grande victoire de Suetonius Paulinus sur les Icéniens de la reine Boudicca en 61 après J.-C., les femmes qui s’étaient placées en bordure du champ de bataille pour assister à ce qu’elles pensaient être une victoire furent massacrées au cours de la poursuite par les légionnaires qui ne firent aucune distinction de sexe18. Même si Tacite ne le dit pas ouvertement, la présence de femmes à proximité des guerriers bretons au Mons Graupius paraît également probable. C’est en tout cas ce qui semble se dégager du récit qu’il fait de la nuit qui suit la bataille : « les Bretons dispersés, hommes et femmes confondant leurs cris de douleur traînaient leurs blessés, appelaient les indemnes... »19. Lors de l’attaque de l’île d’Anglesey, les Romains eurent même à subir les attaques de guerriers fanatiques encouragés par des femmes furieuses et déchaînées20. Tacite ne manquent pas d’ailleurs de s’étonner à chaque fois que les Bretons s’en remettent indistinctement à des hommes ou à des femmes pour le commandement, même militaire21.

  • 22 César, Guerre des Gaules, I, 1 à 29.
  • 23 Ammien Marcellin, Res Gestae, livre XXXI.
  • 24 L’Histoire-Auguste, Vie de Claude, VI, 6 ; VIII, 2 et 5 fait d’ailleurs nettement la distinction en (...)

10La littérature antique offre de nombreux autres exemples de la présence des femmes sur les champs de bataille. Leur participation à la résistance des villes se retrouve ainsi assez fréquemment. En 58 avant J.-C., lors de la migration des Helvètes, César avait en face de lui de nombreuses femmes22. De la même façon, à la fin du IVe siècle, quand les Romains affrontèrent les Goths en Thrace, ceux-ci étaient suivis de leurs familles23. Il s’agissait toutefois dans ces deux cas de peuples en marche, cherchant de nouveaux territoires, et en aucun cas de femmes assistant ou participant volontairement aux combats. D’ailleurs, ni César, ni Ammien Marcellin n’évoquent directement les femmes dans ces affrontements24. Finalement, la particularité des Bretons en ce domaine serait que les femmes assistent volontairement aux combats, sans y être contraintes d’aucune manière, et encouragent les guerriers, d’une façon parfois hystérique.

LA GUERRE : UN JEU ?

11Quelles remarques tirer maintenant de ces quelques réflexions ? Techniquement et tactiquement, les Bretons sont totalement surclassés par les Romains, cela apparaît de façon parfaitement claire. Mais, au-delà de cette simple évidence, il semble même apparaître qu’ils sont totalement dépassés, c’est-à-dire, dans le sens moderne du mot, totalement en retard par rapport aux évolutions militaires de leur temps. Il convient pour nous maintenant de reprendre ces différents éléments pour en tenter une explication.

  • 25 Thouvenot, op. cit., p. 914 ; Fleuret, op. cit., p. 84-86. Ceci afin d’éviter ces conflits qui se r (...)
  • 26 Agricola, 36.1 : « Britanni ingentibus gladiis et beuibus caetris missilia nostrorum uitare uel exc (...)

12Les Romains font la guerre pour conquérir, annexer des territoires, étendre l’empire, le défendre, s’enrichir... Dans leur tactique, il est donc indispensable de contraindre l’ennemi à une grande bataille et de le massacrer. C’est pour cela que la poursuite de l’ennemi vaincu a une si grande importance dans la conduite des batailles romaines. La destruction de l’armée ennemie doit rendre la victoire définitive et la reprise des hostilités difficile, voire même impossible25. Tel n’est pas le cas des Barbares en général et des Bretons en particulier. La présence des femmes sur les champs de bataille et l’utilisation d’armes peu efficaces dans les corps à corps suggèrent au contraire une sorte de guerre-tournoi à laquelle on vient assister comme spectateur et où les protagonistes doivent faire preuve de leur courage avec des armes impressionnantes, grandes épées et petits boucliers, mais peu meur trières, ou tout au moins des armes qui nécessitent une technique savante, mais pas tournée vers l’efficacité immédiate, des armes pas vraiment destinées à provoquer la destruction physique de l’adversaire. C’est d’ailleurs ce qui ressort de l’œuvre de Tacite quand, par exemple, il évoque les Bretons détournant les traits venant des lignes romaines par de grands moulinets de leurs épées. En plusieurs autres passages de son oeuvre, il évoque aussi l’agilité des Germains et leurs techniques de combat, adaptées à la guerre dans des terrains difficiles, mais aussi témoignant de méthodes de combat recherchant plus la gloire de belles actions individuelles que l’efficacité26.

  • 27 Tacite, Germanie, 14 : « materia munificentiae per bella et raptus ».

13Certaines allusions de Tacite lui-même paraissent appuyer cette idée. En effet, dans la Germanie, il affirme que les Germains recherchaient la munificence dans la guerre et les pillages27. La gloire, la richesse et la promotion sociale seraient donc les conséquences logiques de la guerre pour ces peuplades guerrières. Or, dans de telles sociétés, il est indispensable qu’il y ait des témoins, d’où la présence des femmes, pour attester de la validité des actions d’éclat. De plus, pour qu’elles aient encore plus de valeur, il fallait qu’elles comportent à la fois un certain risque et un certain aspect esthétique. Alors, pour les Bretons, qu’est-ce que la guerre sinon un jeu, un événement social, chevaleresque et limité ?

  • 28 Caillois Roger, Les jeux et les hommes, le masque et le vertige, Paris, 1967. C’est en tout point c (...)
  • 29 Caillois, op. cit., p. 120.
  • 30 Peyras Jean, « Droits et relations internationales chez les Romains » dans Catala Michel (sous dir. (...)

14La guerre limitée, telle qu’ils la pratiquaient, correspond en effet presque point par point avec Vagôn tel que le définit Roger Caillois dans son étude sur les jeux : caractère réglé (armes ne permettant qu’une forme de combat), enjeu limité sur la vie et la collectivité (risques de blessures et de morts sont limités), aspect socialisé et festif (spectateurs, encouragements...)28. Finalement, dans cette conception chevaleresque de la guerre, c’est à une corruption totale de Vagôn à laquelle se livrent les Romains29. Les diverses restrictions à la violence imposées par les « règles du jeu » n’étant pas respectées par l’un des partenaires, la guerre devient illimitée et impitoyable, c’est-à-dire exactement celle pratiquée par les Romains. Il ne faut pas oublier non plus que Rome se conçoit comme un Empire universel, au destin voulu par les dieux30. De ce fait, tout lui est permis. Aucune règle ou restriction militaire, telles que nous les concevons aujourd’hui, ne doit nous induire en erreur. En fait, ce qui semble se dégager de ces éléments, ce sont deux conceptions totalement différentes de la guerre. Événement social et festif pour les uns, elle est affaire de professionnels pour les autres. Moyen de faire preuve de sa bravoure et d’acquérir un statut social pour les uns, elle est pour les autres un « travail » qui, dans un second temps seulement, peut rapporter un certain profit, financier d’abord, social à la fin du temps de service. Il est alors évident que dans un affrontement de ce type où deux conceptions vraiment différentes de la guerre se rencontrent le résultat ne peut être que catastrophique pour l’un des deux camps.

  • 31 Il semble en effet que dès 86 après J.-C. le Nord de l’Écosse soit abandonné par les Romains. Voir (...)

15Dans ces conditions, on pourrait se demander pourquoi les Romains ont alors eu autant de mal à soumettre les Germains et les Bretons si leur supériorité militaire était si évidente. En fait, le problème découlait de la conception romaine de contrôle de l’espace. Les armées romaines n’ont en effet jamais été aussi efficaces que contre des peuples sédentaires et des États policés, grâce à une conception militaire s’articulant en particulier autour des villes fortifiées, chargées de quadriller le territoire. Face à des États policés, à des villes, les Romains ne connurent pas d’équivalent dans l’Antiquité. Il suffit de voir comment César manoeuvra les différents peuples en Gaule et le rôle que tinrent les sièges des places-fortes durant ses campagnes pour le comprendre. Finalement, l’arrêt de l’expansion romaine, car c’est bien de cela qu’il s’agit en Bretagne et en Germanie, n’est-elle pas due à l’apparition de conditions spatiales et sociales auxquelles les Romains ne surent s’adapter ?31 Face à des populations instables, en l’absence de points d’appuis solides et de structures sociales vraiment hiérarchisées, il était difficile pour les Romains de faire la guerre de manière efficace. Une fois de plus, l’exemple américain nous semble pertinent. En effet, si les sociétés sud-américaines s’effondrèrent si rapidement sous les coups des Espagnols, c’est qu’il suffisait d’en décapiter la tête pour que toute la société s’effondre. En revanche, en Amérique du Nord, face à des sociétés éclatées et nomades, les combats s’éternisèrent et les dernières bandes armées ne furent soumises qu’au début du XXe siècle aux États-Unis et encore plus tard au Mexique.

  • 32 La littérature antique comporte de nombreux exemples, de nombreuses contradictions, concernant ce t (...)

16Alors, la guerre antique : un jeu ? Cette courte étude ne nous a pas permis, loin de là, de faire le tour de la question32 mais déjà, dans une certaine mesure, on peut répondre oui. Pour les Romains, bien évidemment non. À Rome, sous l’Empire, la guerre est une affaire de professionnels qui recherchent l’efficacité, l’aspect ludique se limite aux spectacles offerts à la plèbe. Pour les Barbares, la question reste posée, en particulier pour les Bretons. Différents indices montrent toutefois que la guerre, telle qu’ils la pratiquaient, ressemblait plus pour eux à un tournoi, une sorte de grand jeu où on devait montrer son courage, qu’à une affaire vraiment sérieuse. N’ayant qu’un enjeu limité, la guerre ne serait alors qu’un « jeu » limité.

17Je tiens à remercier Madame Maté Györgyi et Monsieur Jean Peyras d’avoir accepté de relire cet article et de m’avoir fait part de leurs commentaires.

Notes

1 La date ne peut être fixée précisément en raison de la faiblesse des sources. Voir Lepelley Claude (sous dir.), Rome et l’intégration de l’Empire, t. 2, Paris, 1998, p. 210-211 ; Tacite, Vie d’Agricola (= Agricole), 29-38.

2 Il est vrai que dans son esprit c’est l’ensemble de l’œuvre, et non cette seule bataille, qui doit assurer la gloire d’Agricola. Toutefois, certains des détails avec lesquels Tacite décrit cette bataille ont fait penser qu’il avait pu y être présent en tant que proquesteur de son beau-père. Voir Grimai Pierre, Tacite, Paris, 1990.

3 Agricola, 37.9.

4 Ibid., 35.3.

5 Si la citoyenneté romaine était indispensable et nécessaire pour entrer dans les légions romaines, cela n’était pas nécessaire parmi les troupes auxiliaires. En revanche, à la fin de leur service, ces derniers se voyaient octroyer cette citoyenneté. Pour eux, pour reprendre une formule de Yann Le Bohec, le service militaire fonctionnait comme une machine à diffuser la citoyenneté. Cette distinction en fonction du statut juridique et l’évolution même de ce statut étaient fondamentales dans les mentalités antiques. Voir en dernier lieu Le Bohec Yann, L’armée romaine, Paris, 1990, p. 103, 271, 273.

6 Gilliver Catherine, « Mons Graupius and the role of auxiliaries in battle », Greece and Rome, 43, 1, avril 1996, p. 54-67.

7 Agricola, 36.1 : « ... hostibus inhabile, parua scuta et enormis gladios gerentibus ; nam Britannorum gladii sine mucrone complexum armorum et in arto pugnam non tolerabant ». Concernant les techniques de combat romaines, voir Fleuret Laurent, « La bataille rangée romaine d’après les Annales de Tacite » dans Bois Jean-Pierre (sous dir.), Les armées et la guerre de l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale, Enquêtes et documents, 25, 1998, p. 71-90 et Thouvenot Raymond, « Le soldat romain au combat (Ier siècle) », Mélanges Jérôme Carcopino, 1966, p. 904-916.

8 Fleuret, op. cit., p. 80-81.

9 Concernant la tactique des Parthes, voir : Sulimirski T., « Les archers à cheval, cavalerie légère des anciens », Revue internationale d’histoire militaire, 1952, p. 447-461 ; Warry John, Histoire des guerres de l’Antiquité, (trad. Gérard Colson), Londres, 1980, p. 155 ; Tacite. Annales (= Annales), VI 35 et XIII, 40 ; Frontin, Stratagèmes, II 3, 15. Pour la tactique des Numides, voir par exemple : Connolly Peter, Greece and Rome at war, London, 1998, (= Connolly, Rome at war) p. 148 ; Benabou Marcel, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976, p. 81 ; Annales, III, 20 ; III, 21 ; III, 74 ; IV, 24 ; ou encore Salluste, La guerre de Jugurtha, 59 ; 74.

10 Annales, XII, 35 : « nulla loricarum galearumque tegmina » ; II, 14 : « non loricam Germano, non galeam » ; II, 21. Voir Altheim F., Le déclin du monde antique. Examen des causes de la décadence, Paris, 1953, p. 227.

11 Pour le Ier siècle après J.-C., il n’est pas assuré que le fameux bouclier en segment de cylindre, présent sur la colonne Trajane, ait équipé toutes les unités légionnaires. Des boucliers de forme ovale, proches du modèle républicain, continuaient d’exister. La protection qu’ils pouvaient offrir restait toutefois excellente. Voir Feugere Michel, Les armes des Romains, de la République à l’Antiquité tardive, Paris, 1993, p. 109-117.

12 Annales, II, 14. Voir aussi Annales, II, 21.1. Cet aspect de la tactique des Bretons et des Germains a été bien exposé dans Thouvenot, op. cit.

13 Fleuret, op. cit., p. 71-72 ; Peyras Jean, « Le contrôle militaire de l’espace d’après les arpenteurs romains », dans Bois Jean-Pierre (sous dir.), Les armées et la guerre de l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale, Enquêtes et documents, 25, 1998, p. 35-51 (= Peyras, Les arpenteurs).

14 Les difficultés de l’armée romaine sur ces terrains difficiles ont été bien exposées dans Thouvenot, op. cit.

15 Végèce, Epitoma rei militons, I,12 ; Fleuret, op. cit., p. 83-84 ; Connolly Peter, « The Roman fighting technique deduced from armour and weaponry » in Maxfield V.A. et Dobson M.J., Roman frontier studies 1989, Proceedings of the XV’International Congress of Roman frontier studies, Exeter, 1991, p. 358-363.

16 César, Guerre des Gaules, IV, 33.1 ; Annales, XIV, 34.4 ; Agricola, 12 et 36.1.

17 Connolly, Rome at war, p. 125-126.

18 Annales, XIV, 34 ; XIV, 36 ; XIV, 37.

19 Agricola, 38.

20 Annales, XIV, 30.

21 Agricola 16 ; Annales, XII, 36 et XIV, 35.

22 César, Guerre des Gaules, I, 1 à 29.

23 Ammien Marcellin, Res Gestae, livre XXXI.

24 L’Histoire-Auguste, Vie de Claude, VI, 6 ; VIII, 2 et 5 fait d’ailleurs nettement la distinction entre les guerriers et le convoi des familles. Les colonisateurs européens utilisèrent au XIXe siècle la même méthode consistant à protéger les familles au centre d’un cercle de chariots aux États-Unis ou en Afrique du Sud.

25 Thouvenot, op. cit., p. 914 ; Fleuret, op. cit., p. 84-86. Ceci afin d’éviter ces conflits qui se rallument sans cesse malgré de nombreuses victoires. Voir par exemple la révolte de Tacfarinas en Afrique sous Tibère.

26 Agricola, 36.1 : « Britanni ingentibus gladiis et beuibus caetris missilia nostrorum uitare uel excutere » ; Annales, I, 64 et II, 21.

27 Tacite, Germanie, 14 : « materia munificentiae per bella et raptus ».

28 Caillois Roger, Les jeux et les hommes, le masque et le vertige, Paris, 1967. C’est en tout point ce que l’on retrouvait au XIXe siècle chez les populations indigènes américaines où l’action guerrière la plus éclatante consistait à toucher de la main un ennemi et ensuite à s’enfuir sans même tenter de le tuer.

29 Caillois, op. cit., p. 120.

30 Peyras Jean, « Droits et relations internationales chez les Romains » dans Catala Michel (sous dir.), Histoires d’Europe et d’Amérique. Le monde atlantique contemporain, Mélanges Henri Nouailhat, Nantes, 1998, p. 25-45.

31 Il semble en effet que dès 86 après J.-C. le Nord de l’Écosse soit abandonné par les Romains. Voir Lepelley, op. cit., p. 212-213 ; Peyras, Les arpenteurs, p. 38 et 46.

32 La littérature antique comporte de nombreux exemples, de nombreuses contradictions, concernant ce thème, méritants d’être approfondis. On ne doit pas oublier non plus que ces éléments nous sont connus par l’intermédiaire d’auteurs grecs ou latins. Saisissaient-ils eux-mêmes tous les aspects de cette question ? En outre, d’intéressantes études comparatives nous semblent possibles avec les populations autochtones américaines et les conflits les ayant opposées aux conquérants blancs. Nous n’avons fait ici que les esquisser.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search