Version classiqueVersion mobile

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

La marine romaine, arme d’élite méconnue : logistique, opérations combinées, interventions au sol

Jean Peyras

Texte intégral

  • 1 La thèse de M. Reddé (Mare nostrum, 1986) tranche, en ce qui concerne les travaux en français, avec (...)
  • 2 Si nous laissons de côté les cas où les Romains se battirent entre eux, on ne relèvera comme moment (...)
  • 3 Émettons une hypothèse : Rome aurait abandonné la majeure partie de la Maurétanie Tingitane « dans (...)
  • 4 S.A. Pitchaya, Relations du pays tamoul avec la Rome impériale, L’Inde. Études et images, textes ré (...)
  • 5 Suétone, Tibère, XVI : « Quoiqu’on le rappelât souvent (d’Illyrie) », où Tibère menait une campagne (...)
  • 6 Frontin (Stratagèmes, II, III, 24) qui, lui, « savait la guerre », n’a pas craint de nous rappeler (...)

1Les préjugés ont la vie dure, qui ont fait croire à tant de générations que la marine militaire de Rome était une arme de qualité médiocre, bien digne d’un peuple qui n’aurait jamais été un peuple de marins1 ! Les faits auraient dû permettre d’émettre un autre jugement, les flottes de guerre romaines ayant surclassé sur mer tous les adversaires qui leur furent opposés pendant un demi-millénaire2, transformé la Méditerranée en lac romain, assuré avec efficacité le débarquement des troupes au-delà des mers ou à partir des fleuves, accompli les actes symboliques de prise de possession du monde en contournant la Bretagne et en pénétrant dans la Baltique, assuré la présence de Rome de la Maurétanie3 à l’Inde4. Et comment a-t-on pu oublier que, pour prendre l’exemple des guerres puniques, restées si sensibles à la mémoire des Romains, la victoire ne fut chaque fois possible que grâce à l’efficacité de la marine ? car ce fut l’écrasement, en 214, de la flotte d’Hamilcar par les navires de Lutatius Catulus qui permit de vaincre les Carthaginois lors de la première guerre punique, et non une décision sur la terre de Sicile ; la stratégie indirecte d’occupation de l’Ibérie, puis de l’Afrique, stratégie concevable seulement par la maîtrise des mers, et non une victoire sur Hannibal en Italie, qui obligea le Barcide à quitter la Péninsule et permit à Scipion de vaincre en 204-202 ; le blocus naval de Carthage qui, rendant possible un siège de trois ans, permit de détruire en 146 la Métropole punique. La marine fit montre d’une redoutable efficacité ; elle permit l’intervention des armées romaines sur des théâtres d’opérations lointains, influença une stratégie de conquête et de pacification qui n’aurait pas été concevable sans le contrôle des mers et des fleuves, alors qu’à l’aube du Principat, tandis que Rome contrôlait le pourtour de la Méditerranée et que ses vaisseaux naviguaient dans les mers extérieures, ses légions n’étaient même pas maîtresses des Alpes et ne garantissaient que difficilement l’Italie d’une invasion des Barbares5 ! Or, qu’a-t-on retenu de tout cela ? Que la marine romaine avait techniquement peu innové ! Et qu’elle n’avait rien trouvé de mieux, (quel manque d’élégance !), que de transformer la bataille navale en affrontement terrestre par le perfectionnement de l’abordage au moyen du cornus ou crochet de fer et de la ferrea manus, c’est-à-dire du grappin d’abordage6.

  • 7 Milites, car ils portaient bien ce titre.
  • 8 Voir, commodément, Y. Le Bohec, L’armée romaine sous le Haut-Empire, Paris, 1986, p. 105-106. Mais (...)
  • 9 Oublier que dans l’Exercitus Romanus les citoyens romains étaient minoritaires n’est pas normal non (...)
  • 10 Pia Fidelis. 17 légions sur 44 furent récompensées ; cela ressort de l’examen du tableau publié par (...)
  • 11 Tacite (Histoires, III, 55) range même la légion vitellienne de soldats formés de marins parmi les (...)
  • 12 Ibid., I, 87, II, 12-15.
  • 13 Ibid., II, 43 : « ...non ante in aciem deducta, sex ferox et noui decoris auida ».

2L’origine de ces préjugés a ses racines, il est vrai, dans certaines sources antiques, celles qui font apparaître que les soldats7 de la Flotte n’étaient pas, ou rarement, des citoyens romains, qu’ils obtenaient, après l’époque d’Auguste, la latinité à l’issue de leur carrière et qu’on trouvait même, à côté des affranchis et des pérégrins, des marins qui avaient le statut d’« Égyptiens »8. Nous sommes, en fait, confrontés aux critères statutaires qui reflétaient l’extrême hiérarchisation de la société, et non la qualité des services rendus. Confondre l’un et l’autre en s’imaginant qu’un citoyen romain était supérieur sur le plan militaire à un pérégrin à cause de sa naissance n’a aucun fondement9 ; les Anciens eux-mêmes ne s’y sont pas trompés, qui transformèrent des troupes de la Flotte en légions lors des crises et les maintinrent par la suite dans leur nouvel état, donnèrent à la Legio II Adiutrix Classicorum des missions de confiance et des titres honorifiques qu’obtint aussi la Flotte de Misène10, ce qui ne fut pas le cas de mainte légion constituée d’ingénus11. L’efficacité et la pugnacité des marins au cours d’opérations terrestres sont particulièrement perceptibles quand la marine, aux côtés de troupes fidèles à Othon, s’opposa aux armées de Germanie : le débarquement et les combats entre Antipolis et Albingaunum, en 69, montrent sans conteste la maîtrise de la mer de la Flotte et la capacité d’adaptation des marins au sol12, tandis que, dans le secteur padan de Bédriac, la prise de l’aigle de la redoutable Legio XXI Rapax par la Legio I Adiutrix « qui n’avait encore jamais été engagée nulle part, mais ne laissait pas d’être ardente et avide d’une gloire nouvelle pour elle13 » constituait un exploit incontestable.

  • 14 Il va de soi que nous ne considérons pas que la disciplina se résumait à des connaissances techniqu (...)
  • 15 Il se contenta de l’envoyer en Espagne, où elle se rangea dans le parti flavien (Tacite, Histoires,(...)
  • 16 Nous employons ce néologisme parce qu’il nous apparaît {cf. note suivante) que Néron avait créé une (...)
  • 17 Elle fut décimée par Galba parce qu’elle réclamait son aigle et le maintien de son nouveau statut ( (...)
  • 18 Ce qu’évoque, semble-t-il, le mot Adiutrix, qui recèle une idée d’« aide », de « secours », d’«  as (...)
  • 19 Nous ne parlerons pas, comme le font les historiens français, de « troupes de marine » puisque cell (...)

3Maîtresse des mers, présente sur les grands fleuves, adaptée à ses missions grâce à un personnel d’une rare efficacité technique14, la Flotte fut aussi présente dans des opérations terrestres. Si l’existence de la Legio I Adiutrix Classicorum, créée à partir de la marine de Misène et maintenue par Vitellius bien qu’elle ait combattu contre lui15, puis par les Flaviens quoiqu’elle eût été formée à partir d’une « légion de marche16 » de Néron17, puis de la Legio II Adiutrix Classicorum, constituée à partir des unités ravennates, peut être considérée comme une « aide » ou un « secours »18, tel n’est pas le cas pour d’autres éléments, assemblés pour une mission particulière, qui apparaissent dans nombre de documents. La marine jouait, en effet, un rôle irremplaçable sur des théâtres d’opérations de grande envergure où l’empereur commandait en personne. Nous prendrons d’abord deux exemples, l’un se rapportant à des unités du génie, l’autre à la mise en œuvre de la logistique19.

  • 20 Pseudo-Hygin : Des fortifications du camp, texte établi, traduit et commenté par Maurice Lenoir, Pa (...)
  • 21 Cela n’est pas dit dans le texte, mais la composition des troupes le montre. Il reste toutefois à é (...)
  • 22 Ibid., 30, cf. le détail des effectifs, p. 94.

4C’est, semble-t-il, à l’époque de Trajan qu’un auteur nommé, probablement à tort, Hygin le Gromatique par les manuscrits, nous a livré un texte précieux qu’on a pris l’habitude d’intituler, depuis la Renaissance, De munitionibus castrorum, « Les fortifications du camp »20. Traitant de l’organisation d’un camp de marche d’une armée en campagne sous commandement de l’empereur21, formée de trois légions renforcées de 1600 vexillaires et de vingt-quatre corps auxiliaires, de quatre cohortes prétoriennes et d’autres unités venues d’Italie, ainsi que de sept corps ethniques22, il nous révèle la présence de troupes de la marine. Elles se composaient de 500 soldats de la flotte de Misène (classici Misenates D) et de 800 soldats de celle de Ravenne (classici Rauenates DCCC).

5L’ordre adopté par l’auteur pour établir la liste n’est peut-être pas dénué de toute logique ; il n’en demeure pas moins complexe. Examinons-le : légions et vexillaires ; la Garde ; ailes ; unités de cavalerie légère ; marins ; éclaireurs ; cohortes montées ; cohortes de fantassins ; corps ethniques ; gendarmes.

  • 23 Cela n’est pas théorique. Nous savons par la Colonne Trajane que le camp de l’Empereur fut attaqué (...)

6Nous avancerons l’organisation suivante : les légions furent nommées les premières, non seulement parce qu’elles formaient le corps le plus puissant, mais parce qu’elles avaient en charge la défense du camp23 ; les unités de la Garde venaient ensuite pour des raisons de prestige et de hiérarchie ; les neuf ailes, les cavaliers maures, les chasseurs pannoniens, les soldats de La Flotte et les éclaireurs formaient les éléments de couverture et d’éclairage du gros de l’armée ; puis suivaient les cohortes, qui appartenaient aux auxilia, les groupes ethniques des nationes, enfin les gendarmes ([centuriae] statorum), lesquels furent nommés en dernier parce qu’ils constituaient une Police Militaire qui ne combattait pas en temps normal.

  • 24 En fait, sur le plan de restitution proposé par M. Lenoir, fig. 13, les ailes quingénaires campent (...)

7Le groupement tactique que nous venons d’évoquer est mis en évidence par un passage de l’ouvrage : Praetendunt alae miliariae uel quingenariae24, Mauri équités, Pannonii ueredarii ; classici omnes ideo praetendunt quod ad uias muniendas primi exeunt et quo sint tutiores, a Mauris equitibus et Pannoniis ueredariis opérantes proteprote-guntur ; qui a cohortibus primis proximi tendere debent, uexillarii legionum ; item exploratores in striga cohortis primae.

8En fait, si l’on met à part les renforts légionnaires que constituaient les cohortes premières et les vexillaires, la prétenture était occupée par des unités de renseignement, de couverture et d’ouverture de route.

  • 25 Ibid., 24, p. 10-11.

9C’est, en effet, ce dernier sens que revêt le passage qui concernait la mission des marins. M. Lenoir traduit le passage ainsi : « Dans la prétenture campent les ailes milliaires ou de 500 hommes, les cavaliers maures, les chasseurs pannoniens ; tous les soldats de marine campent dans la prétenture parce qu’ils sont les premiers à sortir du camp pour construire les routes ; pour assurer leur sécurité, on les fait protéger, pendant leur travail, par les cavaliers maures et les chasseurs pannoniens ; doivent camper immédiatement à côté des cohortes premières les vexillaires ; de même les éclaireurs doivent camper dans la bande de la cohorte première »25.

  • 26 Voir les expressions, au sens figuré, employées par Cicéron : sibi uiam ad rem munire (Verr., 1, 64 (...)

10Il n’est pas possible de rendre ad uias muniendas par « pour construire les routes » ; le contexte, en effet, est très clair : les soldats des flottes étaient à l’avant-garde de l’armée lors de sa sortie du camp. Ils ne devaient pas à ce moment-là « construire des routes », mais permettre aux troupes qui les suivaient de progresser sans encombre. Le verbe munire a, dans la langue classique, le sens de « préparer la voie »26. En fait, le jargon militaire devait utiliser l’expression uiam munire dans le sens où nous disons « ouvrir la route » : un groupe, muni d’outils de pionniers, la reconnaissait, la nettoyait des obstacles et des pièges, tandis que d’autres éléments le protégeaient en « grenouillant » sur les abords.

  • 27 Op. cit., p. 63.

11Les marins étaient aussi employés à des travaux du génie de plus grande importance. M. Lenoir évoque d’ailleurs leur contribution à la percée d’un tunnel près de Saldae sous Antonin et le charroi de pierres pour le forum de Thamugadi en 16027. Il s’agissait, dans les deux cas, de travaux destinés à des colonies situées dans des secteurs sensibles, la seconde près de Lambèse, siège de la Legio III Augusta, la première au débouché de la vallée de la Soummam.

12Le fait de comprendre l’action des classici comme une ouverture de route réalisée au profit de l’armée impériale à sa sortie du camp résout la question que se posait M. Lenoir quand il se demandait si les equites mauri d’Hygin pouvaient être les célèbres cavaliers de Lusius Quietus, dont le rôle fut déterminant lors de la campagne de Trajan contre les Daces ; l’examen de l’emploi de ces derniers, précédant le gros des troupes et multipliant des actions de « petite guerre », n’est nullement en contradiction avec la couverture des marins lors de l’ouverture des routes.

  • 28 AE. 1956, 124 ; H.-G. Pflaum : Deux carrières équestres de Lambèse et de Zama, Libyca 3, 1955, p. 1 (...)
  • 29 Ce point de vue nous semble réducteur et devrait être réenvisagé à nouveaux frais.
  • 30 In procinctu a le sens, ici, de « front », de « théâtre d’opérations ». On attendrait plutôt in pro (...)

13Examinons maintenant la carrière exceptionnelle de Marcus Valerius Maximianus28. Elle comporta, dès l’époque des milices équestres, (il venait de commander successivement, en tant que préfet, la Cohors I Thracum et, comme tribun, la Cohors I Amiorum Ciuium Romanorum), des responsabilités en rapport avec des unités de la Flotte : la première, pour laquelle il occupa la fonction extraordinaire de Praepositus Orae Gentium Ponti Polemoniani, consistait, du moins H.-G. Pflaum l’estimait-il ainsi, à protéger, sur la côte orientale du Pont-Euxin, les communications romaines lors de l’expédition parthique de Lucius Verus29. Elle lui valut ses premières décorations ; la seconde est libellée ainsi : missus in procinctu30 germanicae exped(itionis) ad deducend(a) per Danubium quae in annonam Panno(niae) utriusq(ue) exercit(uum) denauigarent, Praepos(itus) Vexillationum clas(ssium) Praetor (ianorum) Misenatis item Rauennatis item Clas(sis) Britannic(ae) item Equit(um) Afror(um) et Mauror(um) elector(um) ad curam explorationis Pannoniae.

14Nous proposerons la traduction suivante : « Envoyé en mission sur le front de l’expédition germanique afin d’acheminer tout ce qui devait être transporté en bateau sur le Danube pour le ravitaillement des armées de l’une et de l’autre Pannonie, Préposé aux Détachements des Flottes Prétoriennes de Misène et de Ravenne, de la Flotte Britannique, des Cavaliers Africains et Maures d’élite chargés de la reconnaissance en Pannonie ».

  • 31 Op. cit., p. 142.
  • 32 H. Callies, Die fremden Truppen im rômischen Heer des Prinzipats und die sogenannten nationalen Num (...)
  • 33 M. Lenoir, op. cit., p. 132.

15H.-G. Pflaum imaginait « que les barques montées par les classici étaient escortées sur la rive nord du Danube par des patrouilles de cavalerie légère africaine et maure, des spahis... »31 ; le texte, en fait, est suffisamment explicite : l’exploratio Pannoniae ne saurait se résoudre à ce que croyait le savant ; quant à M. Lenoir, il trouvait contradictoire la mission confiée aux marins dans le texte d’Hygin, qui en ferait des soldats du génie, et celle des soldats des flottes commandés par Maximianus, qui aurait été navale, et il tendait de ce fait à considérer que les cavaliers dont disposait l’officier ne constituaient pas, contrairement à ceux que mentionne Hygin, un corps régulier ; il s’appuyait sur une conjecture de H. Callies32 suivant laquelle les Mauri equites de l’ouvrage auraient été un « un numerus avant la lettre »33.

16Nous remarquerons en passant que la note de H. Callies se heurte immédiatement à l’énumération méticuleuse à laquelle s’est livré Hygin : en réalité, les Mauri equites, tout comme les Pannonii ueredarii, campaient dans la prétenture avec les marins, non dans la rétenture, située à l’autre extrémité du camp, où avaient été groupés les nationes qu’on peut, en effet, considérer comme des numeri ; et ce qui nous paraît décisif, c’est l’absence de numéro porté par les troupes dans les deux cas, ce qui tend à prouver - nous en sommes sûrs d’ailleurs dans le cas de l’inscription-, qu’il s’agissait de personnels détachés. Que peut signifier, d’ailleurs, le fait qu’on ait affaire à 600 cavaliers maures et à 800 chasseurs pannoniens, sinon qu’on avait formé une « unité de marche » pour une mission précise, formant un sous-groupement tactique de l’ensemble chargé de la couverture et de la reconnaissance ? Cette unité comprenait les 1300 marins et les 1 400 cavaliers.

17L’armée en campagne devait avoir nécessairement des groupes mobiles constitués pour des missions de renseignement et de sécurité des communications qui permettaient, de tous côtés, la progression des unités lourdes destinées au choc et à l’occupation du terrain. Le fait que des fleuves navigables aient existé sur ces théâtres d’opérations explique en partie l’emploi de marins dont l’aptitude aux opérations du génie correspondait à l’origine et aux compétences de ces soldats. Il faut se représenter l’armée romaine progressant en pays ennemi, à proximité de l’adversaire, de la manière qui suit : les prétoriens et les gardes du corps entouraient l’empereur, les légions étaient protégées par leurs cohortes et, au-delà, par leurs ailes, les corps ethniques et les éclaireurs cherchaient le contact en profondeur, tandis que les groupes formés des détachements de marins et de cavaliers légers assumaient la sécurité de l’armée en prenant en charge de tous côtés les communications dans des opérations qu’ils pouvaient seuls techniquement assurer, qu’elles aient été terrestres, navales ou amphibies.

  • 34 CIL VIII, 14854 = D. 2764.
  • 35 H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960, p. (...)
  • 36 J. Peyras : L’armée romaine et le Tell nord-est tunisien, L’armée et les affaires militaires, IVeCo (...)
  • 37 Si, pour Caecilianus, la mission lointaine est certaine, il en est de même pour Caius Iulius Alexan (...)

18Et c’est bien un rôle du même genre, encore qu’il comportât aussi des aspects proprement maritimes, qu’eut, quelques décennies plus tard, Caius Sulgius Caecilianus, quand on lui confia, sous les Sévères, la fonction de Praepositus Reliquationi Classis Praetorianae Misenatium Piae Vindicis et thesauris domini[cis e]t bastagis copiarum deuehendar[um]34. Nous avions abordé l’étude de cette inscription pour élargir l’explication qu’avait donnée H.-G. Pflaum35, qui croyait que l’officier avait dirigé le transport par mer, puis par voie de terre, des denrées destinées aux troupes qui combattirent les Perses, peut-être sous Sévère Alexandre36. Mais le fait qu’on continue à qualifier le Praepositus Reliquationi de « chef de dépôt » nous conduit à examiner son rôle d’une manière encore plus précise37.

  • 38 Sur Thuccabori (Thouccabeur, à 90 km à l’ouest de Carthage), cf. J. Peyras, Le Tell nord-est tunisi (...)
  • 39 L’inventeur a intercalé ici ceci : Sulgiae [.. .]ae et Sut[gio] Apro [...]cii [S]ulgio [...]io [... (...)

19Le texte, te ! qu’il a été relevé à Thuccabori38 où s’était retiré l’ancien officier avec sa famille, est le suivant : C(aio)Sulgio L(ucii) f(ilio) Pap(iria tribu) Caeciliano, Praef (ecto) Leg(ionis) III Cyrenaicae, P(rimi)p(ilo) Leg(ionis) XX Valeriae Victricis, Praeposito Reliquationi Classis Praetoriae Misenatium Piae Vindicis et thesauris domini[cis e]t bastagis copiarum deuehendar[um], centurioni Leg(ionis) III Aug(ustae) et VII Geminae et I Parthicae et XVI Fl(auiae) F(elicis) et XIII G(eminae) in prouincia Dacia, nauarcho Classis Praetorianae Mise[n]atium Piae Vindicis, opt[i]oni Peregrinorum et ex[erci]tatori mil[i]tum Frumentior(um) [...]39 patri et coniu[gi].

  • 40 On peut comprendre aussi « Vengeresse ».

20Il n’est pas inutile d’en donner une traduction : « A Caius Sulgius Caecilianus, fils de Lucius, inscrit dans la tribu Papiria, Préfet de la IIIe Légion Cyrénaïque, Primipile de la XXe Légion Valeria Victorieuse, Préposé au Détachement de la Flotte Prétorienne de Misène Pieuse Protectrice40, aux trésors impériaux et aux matériels des troupes de débarquement, centurion de la IIIe Légion Auguste, de la VIIe Jumelle, de la Ire Parthique, de la XVIe Flavienne Heureuse, de la XIIIe Jumelle dans la province de Dacie, navarque de la Flotte Prétorienne de Misène Pieuse Protectrice, adjudant des pérégrins et instructeur des Frumentaires [...], à leur père et époux ».

  • 41 Notons que la flotte de Misène fut décorée du titre de Pia Vindex par Caracalla.

21La carrière de Caecilianus fut purement militaire. Elle est originale à plus d’un titre. Nous ne savons pas comment il put devenir sous-officier de ces corps spéciaux romains qu’étaient les pérégrins et les frumentaires casernés à Rome, chargés de missions secrètes, de l’espionnage et de l’élimination discrète, sans délais et en tous lieux, de ceux que l’empereur voulait faire disparaître mystérieusement, ainsi que, pour les seconds, de l’approvisionnement de l’armée. Il occupa les deux postes simultanément, les deux unités étant étroitement liées, prêtes à exécuter les ordres du prince. Et il n’est pas sans intérêt de voir que le sous-officier fut ensuite nommé navarque dans la flotte de Misène, autre corps qui avait toujours dépendu étroitement du souverain depuis sa création par Auguste et dont la relation avec l’empereur était devenue encore plus étroite depuis le renforcement des troupes sous commandement direct du prince à partir des Sévères41.

  • 42 Cela ressort des éléments que nous avons par ailleurs, qui sont les suivants : il fut navarque au p (...)
  • 43 Les bastagae comprenaient tout ce qui était nécessaire aux troupes (Code Théodosien, 8, 4, 11).
  • 44 Il fut primipile à Concangium, en Bretagne, et commanda en second la Legio III Cyrenaica à Bostra, (...)
  • 45 Il est possible que Caecilianus, qui finit sa vie dans l’Afrique Proconsulaire, ait été lié aux Sév (...)

22S’il fallait, pour le déroulement normal de sa carrière, que l’officier servît dans les légions, ce qu’il fit successivement dans cinq d’entre elles, du Danube à l’Afrique, en passant par la Syrie, la Mésopotamie et l’Espagne, ses capacités d’organisateur, de spécialiste du renseignement et de la logistique, ses compétences navales n’avaient pas été oubliées puisqu’il fut appelé au commandement extraordinaire du Détachement de la Flotte de Misène pour une campagne de grande envergure, laquelle eut lieu certainement sous Sévère Alexandre42. Commandant l’escadre, il s’occupa de la logistique, des fonds, des matériels43 nécessaires aux troupes. Sa carrière se poursuivit ensuite normalement, par le primipilat et la Préfecture de légion44, couronnements normaux d’une carrière pour un officier ne désirant pas entamer une carrière procuratorienne ou ne pouvant pas le faire pour des raisons d’âge ou de changements politiques45.

23L’intérêt du commandement extraordinaire qu’il assuma réside, d’une part dans les responsabilités qui lui furent confiées : l’exécution en revenait aux marins ; c’étaient ces soldats qui devaient prendre en charge la bonne marche des opérations et mettre en place les moyens permettant à une armée d’opérer efficacement loin de ses bases ; d’autre part, dans le fait que, en dépit des nombreuses années pendant lesquelles l’officier avait servi hors de l’Italie, ses aptitudes n’avaient pas été oubliées. Le rôle des cadres romains, sous commandement impérial et sous la responsabilité de la Préfecture du Prétoire, était bien tenu. L’État-major savait sur qui il pouvait compter. Il n’était pas non plus sans intérêt d’affecter de tels hommes dans les légions, car ils pouvaient informer l’empereur du moral des troupes et influencer ses décisions.

  • 46 AE. 1968, 189, 488.

24Évoquons rapidement une autre carrière qui montre aussi la relation étroite qui existait au IIIe siècle entre les unités « prétoriennes », c’est-à-dire celles qui dépendaient du Préfet du Prétoire et donc de l’empereur directement, celle de Vibius Seneca. Cet officier fut d’abord tribun d’une cohorte de la Garde Impériale et commanda en tant que dux des détachements des flottes de Misène et de Ravenne, certainement à la fin de la campagne contre les Perses en 246, sous Philippe l’Arabe, avant d’obtenir, avec le rang de Perfectissime, la Préfecture de la Flotte de Ravenne46.

  • 47 CIL VIII, 8934 : « Praef(ecto) classis Syr(iacae) donis militarib(us) donato a Diuo Hadriano ob bel (...)
  • 48 AE. 1958, 156.
  • 49 AE. 1963, 52.
  • 50 AE. 1965, 348. Notons qu’une couronne murale était attribuée en principe au militaire qui avait esc (...)
  • 51 En 69, le primipilaire Turullius Cerialis, qui avait jadis servi comme centurion en Germanie, comma (...)

25L’étude des carrières des officiers supérieurs qui eurent à servir dans la Flotte montre aussi le décalage qui existe entre l’idée d’infériorité qu’on entretient à propos de ces soldats et la place qu’occupaient les fonctions de commandement dans les cursus équestres. La direction des flottes, en effet, était confiée à des officiers confirmés, particulièrement à ceux qui se destinaient à une carrière procuratorienne dans laquelle ils auraient à commander des troupes, particulièrement en tant que gouverneurs, ou bien à des chevaliers en cours de carrière. Quelques exemples suffiront pour illustrer cette réalité : Sextus Cornelius Dexter obtint le commandement de la Flotte de Syrie au titre de sa quatrième milice et à un moment particulièrement difficile, la « guerre juive » d’Hadrien. Il y fut d’ailleurs décoré d’une haste pure et d’un étendard47 ; Lucius Septimius Petronianus, qui devint gouverneur de la Maurétanie Césarienne dans les années 161-165, commanda aussi une flotte au titre de sa quatrième milice48 ; le futur empereur Pertinax, dont on sait l’extraordinaire carrière militaire, ne devint, en 169-170, Préfet de la Flotte de Germanie qu’en deuxième poste procuratorien, alors même qu’il avait auparavant accompli quatre milices49 ; un chevalier, peut-être Gavius Bassus, n’obtint la préfecture de la Flotte Pontique pour laquelle il fut décoré d’une couronne murale lors de la Guerre Parthique de Trajan que juste avant la procuratèle de Galatie et de Paphlagonie50 ; quant au Perfectissime Vibius Seneca, il fit carrière, nous l’avons vu, surtout dans la marine de guerre d’Italie, avec trois commandements dont la Préfecture de la Flotte de Ravenne, et bien qu’il ait été tribun d’une cohorte prétorienne51.

  • 52 Mis à part Byzance, sous Justinien, ce qui autorisa la reconquête de l’Afrique du Nord, de l’Italie (...)

26Il n’est pas utile de poursuivre. Essayons, plutôt, puisque nous sommes réunis pour une rencontre entre Anciens et Modernes afin de réfléchir sur les armées et la guerre, de tirer quelques enseignements de tout cela. Disons immédiatement notre surprise du dénigrement, de la dérision, du mépris qu’on porte à la marine de guerre romaine : quelle puissance, en effet, a réussi depuis à contrôler sans partage la Méditerranée52 ? Qu’aurait été Rome sans la maîtrise de cette mer ? Poser la question dispense d’y répondre et devrait conduire à plus de modestie et à une meilleure évaluation des réalités.

27Rome n’aurait pas innové ? C’est une pétition de principes, qui est basée sur des idées toutes faites sur l’évolution des techniques, évolution qui devrait, pour des esprits modernes, se faire par bonds, d’une manière « révolutionnaire », non par adaptation et amélioration, comme ce fut le cas pour la flotte romaine et, d’une manière générale, pour les techniques dans l’Antiquité. Cette assertion, de toute façon, est sans valeur : la guerre a ceci de particulier qu’elle sanctionne tout manquement, toute inadaptation, de quelque nature qu’elle soit. Vaincre est le seul mot qui vaille au bout du compte si telle est la mission qui a été confiée à une armée. Or, c’est souvent la culture d’un peuple qui, en empêchant la mise en œuvre de tous les moyens, matériellement, mais non moralement ou psychologiquement, possibles, provoque la défaite. Que Rome ait utilisé la sienne, c’est-à-dire la tendance à recréer partout les formes du combat au sol pour vaincre, devrait plutôt susciter l’admiration.

28Quel exploit, ce transport d’armées entières si loin de leurs bases ! quels éloges ne devrions-nous pas décerner à ces praefecti et à ces praepositi qui furent capables d’acheminer des milliers de soldats et leurs matériels, sur les mers, sur les fleuves, par voie de terre, de la Calédonie où la Flotte entretenait une base au-delà du Mur d’Antonin, à l’Euphrate et au Pont Euxin. Comparons seulement : combien d’États, de nos jours, sont-ils capables d’une telle force de projection ?

29Et nous n’aurons garde d’occulter le rôle des marins dans les grandes opérations terrestres, en Dacie, Pannonie, Germanie, Perse. Non seulement la Flotte assurait à Rome une supériorité stratégique permanente, quels que soient les résultats d’une campagne sur les théâtres d’opérations eux-mêmes, mais elle permettait toutes sortes de tactiques, débarquements sur les arrières ennemis, secours à des unités en difficulté, qui étaient en rapport direct avec leurs moyens maritimes et fluviaux ; allant plus loin, on avait confié aux marins, qui pouvaient d’ailleurs devenir d’excellents légionnaires et se voir attribuer une région aussi difficile que la Pannonie, un rôle d’ouverture, d’aménagement et de contrôle des lignes de communication de l’armée, dans lequel ils devenaient, aux côtés d’unités de cavalerie légère, des soldats du génie.

30Qu’importe que les sénateurs de l’Empire n’aient pas daigné commander les flottes ! Les grands généraux de la République n’avaient pas, quant à eux, hésité à le faire, pour leur gloire et celle de Rome. Les chevaliers qui dirigeaient la marine de guerre n’étaient pas moins compétents que les clarissimes. Il devait d’ailleurs arriver un jour, à l’époque de l’urgence où il fallait survivre et non plus conquérir, qu’on jugeât qu’eux seuls étaient aptes à conduire, non seulement la Flotte, mais l’armée romaine tout entière.

31Une armée doit se mesurer sur sa valeur, sur son efficacité, sur les résultats obtenus à la guerre, sur ses capacités à maintenir l’ordre et la paix. Ses vertus sont du ressort du moral, des capacités physiques, de la compétence technique des personnels, non du statut social, ni de la nationalité, ni de la solde. Ici aussi des comparaisons pourraient être faites avec des époques plus contemporaines. Nous dirons simplement, pour nous en tenir à la Flotte de Rome, qu’elle rendit des services sans mesures pour un engagement financier mesuré.

Notes

1 La thèse de M. Reddé (Mare nostrum, 1986) tranche, en ce qui concerne les travaux en français, avec la condescendance, voire le mépris, qui touchent la marine de guerre romaine.

2 Si nous laissons de côté les cas où les Romains se battirent entre eux, on ne relèvera comme moments vraiment difficiles que quelques périodes de piraterie et surtout la crise, finalement conjoncturelle, des années 250.

3 Émettons une hypothèse : Rome aurait abandonné la majeure partie de la Maurétanie Tingitane « dans les années 280 » (R. Mac Mullen, Le déclin de Rome et la corruption du pouvoir, Paris, 1991, p. 275 et fig. 17, 3). Cet auteur reflète l’opinion générale ; mais cette idée, admise généralement, se heurte à un passage peu connu de Zozime (Histoire Nouvelle, II, 33,2) qui affirme que l’empire s’étendait sous Constantin jusqu’à Cerné, probablement l’île de Mogador (M. Euzennat, Le périple d’Hannon, CRAI, 1994, avril-juin, p. 558-580), c’est-à-dire à quelque cinq cents kilomètres de la limite supposée. La solution ne serait-elle pas la suivante : une frontière terrestre se réduisant au Nord ; une limite méridionale définie par des points d’appui portuaire dont le lieu extrême (ou le centre de contrôle zonal) serait Cerné ?

4 S.A. Pitchaya, Relations du pays tamoul avec la Rome impériale, L’Inde. Études et images, textes réunis par Michel Pousse, Paris-Saint-Denis de La Réunion, 1993, p. 91-101.Il s’agissait d’une présence militaire, les troupes romaines intervenant dans les conflits régionaux.

5 Suétone, Tibère, XVI : « Quoiqu’on le rappelât souvent (d’Illyrie) », où Tibère menait une campagne de trois ans à partir du moment où on lui confia pour cinq ans la puissance tribunicienne (an 4), « il n’en persévéra pas moins, de peur, s’il se retirait volontairement, d’avoir à ses trousses un ennemi voisin (de l’Italie) et supérieur en nombre » ; XVII : « C’est, en effet, vers la même date, que Quintilius Varus périt en Germanie avec trois légions et personne ne doutait que les Germains vainqueurs n’eussent fait leur jonction avec les Pannoniens, si l’on n’avait point auparavant soumis l’Illyricum » (trad. M. Jouhandeau, Paris, 1999).

6 Frontin (Stratagèmes, II, III, 24) qui, lui, « savait la guerre », n’a pas craint de nous rappeler la solution qu’avait trouvée l’amiral pour vaincre les Carthaginois : « C. Duellius, cum uideret graues suas naues mobilitate Punicae classis eludi inritamque uirtutem militum fieri, excogitauit manus ferreas. Quae ubi hostilem apprenderant nauem, superiecto ponte transgrediebatur Romanus et in ipsorum ratibus comminus eos trucidabat. »

7 Milites, car ils portaient bien ce titre.

8 Voir, commodément, Y. Le Bohec, L’armée romaine sous le Haut-Empire, Paris, 1986, p. 105-106. Mais tout cela est à nuancer : qu’on considère, par exemple, la place importante qu’eurent les Pannoniens dans les flottes d’Italie dès l’époque julio-claudienne, où ils obtinrent la citoyenneté romaine (A. Mocsy, dans Atti del Convegno Internazionale di Studi sulle Antichità di Classe, Ravenna, 14-17 octobre 1967, Faenza, 1968, p. 305-312). Voir, dans le contexte de la guerre civile de 69, le rôle des Pannoniens et des Dalmates dans la Flotte de Ravenne (Tacite, Histoires, III, 11, 50).

9 Oublier que dans l’Exercitus Romanus les citoyens romains étaient minoritaires n’est pas normal non plus. La qualité de la Flotte romaine n’a rien à voir avec un quelconque atavisme ethnique ; les personnels étaient composés de soldats de toute origine, choisis suivant leurs capacités.

10 Pia Fidelis. 17 légions sur 44 furent récompensées ; cela ressort de l’examen du tableau publié par A. Bouché-Leclercq (Manuel des institutions romaines, Paris, 1887, p. 300-308).

11 Tacite (Histoires, III, 55) range même la légion vitellienne de soldats formés de marins parmi les troupes d’élite.

12 Ibid., I, 87, II, 12-15.

13 Ibid., II, 43 : « ...non ante in aciem deducta, sex ferox et noui decoris auida ».

14 Il va de soi que nous ne considérons pas que la disciplina se résumait à des connaissances techniques. Technique, moral et physique formaient un tout indissociable.

15 Il se contenta de l’envoyer en Espagne, où elle se rangea dans le parti flavien (Tacite, Histoires, III, 44).

16 Nous employons ce néologisme parce qu’il nous apparaît {cf. note suivante) que Néron avait créé une légion comme nous avons créé au XXe siècle des « régiments de marche ». Dans le récit de Suétone, la légion de marins est désignée simplement comme étant des classici milites : Nam cum classiaros, quos Nero ex remigibus iustos milites fecerat, redire ad pristinum statum cogeret, recusantis atque insuper aquilam et signa pertinacius flagitantis non modo inmisso equite disiecit, sed decimauit etiam. (Tacite, Histoires, I, 87) parle bien de la légion « que Néron avait levée sur la flotte » (Inducta legione Hispana, remanente ea quam e classe Nero conscripserat), nous apprend qu’Othon organisa les survivants en « détachements de légionnaires » (in numeros legionis compusueraf), mais ne nomme cette unité Legio I Adiutrix qu’au moment de la bataille de Bédriac, au moment où elle s’opposa à la XXIe Rapax. Elle était alors devenue une unité régulière, avec son aigle, et fut maintenue désormais sous la dénomination que nous lui connaissons.

17 Elle fut décimée par Galba parce qu’elle réclamait son aigle et le maintien de son nouveau statut (Suétone, Galba, XII). Elle se déclara pour Othon (Tacite, Histoires, XXXI, XXXVI, cf. aussi VI).

18 Ce qu’évoque, semble-t-il, le mot Adiutrix, qui recèle une idée d’« aide », de « secours », d’«  assistance ».

19 Nous ne parlerons pas, comme le font les historiens français, de « troupes de marine » puisque celles-ci constituent un corps particulier de l’Armée de Terre et ne peuvent qualifier d’aucune manière les marins de La Royale.

20 Pseudo-Hygin : Des fortifications du camp, texte établi, traduit et commenté par Maurice Lenoir, Paris, 1979.

21 Cela n’est pas dit dans le texte, mais la composition des troupes le montre. Il reste toutefois à évoquer la possibilité d’un commandement du Préfet du Prétoire, (Suétone, Domitien, VI) nous ayant appris que l’empereur avait confié à Cornelius Fuscus, alors qu’il occupait ce poste, « la haute direction de la guerre » contre les Daces.

22 Ibid., 30, cf. le détail des effectifs, p. 94.

23 Cela n’est pas théorique. Nous savons par la Colonne Trajane que le camp de l’Empereur fut attaqué par les Daces. Les légions étaient alors réellement dans leur rôle de défense active, capables de tenir pied à pied, d’occuper le terrain et de briser, grâce à leurs moyens propres, le choc adverse. C’est la raison pour laquelle (on y joindra le souci d’éviter que les pertes en citoyens romains soient importantes), les légions étaient peu engagées ou pas du tout sur le champ de bataille. Elles en occupaient l’espace, manœuvraient pour occuper le terrain, apportaient l’aide des machines de guerre mobiles et d’ouvrages compartimentant le lieu où étaient engagées les troupes, brisaient les assauts s’il fallait le faire et traitaient sur place les soldats ennemis qui avaient perdu leur mobilité. En revanche, à l’intérieur du camp, sous l’Empire (ce n’était pas le cas, par exemple, chez Polybe), elles prenaient seules en charge la défense du camp dont elles occupaient le pourtour, en tant que « corps de troupes provinciaux les plus sûrs » (Pseudo-Hygin, 2, p. 1-2 : Legiones, quoniam sunt prouinciales fidelissimae...). Les qualités n’étaient pas les mêmes suivant les unités, leur moral, leur armement et leurs techniques propres. Faire front sur place pour briser une attaque et supporter statiquement ou en se déplaçant lentement les assauts ennemis étaient des vertus légionnaires.

24 En fait, sur le plan de restitution proposé par M. Lenoir, fig. 13, les ailes quingénaires campent non point dans la prétenture, mais sur les côtés du prétoire.

25 Ibid., 24, p. 10-11.

26 Voir les expressions, au sens figuré, employées par Cicéron : sibi uiam ad rem munire (Verr., 1, 64) ; accusandi uiam alicui munire (Mur. 48).

27 Op. cit., p. 63.

28 AE. 1956, 124 ; H.-G. Pflaum : Deux carrières équestres de Lambèse et de Zama, Libyca 3, 1955, p. 124154. L’ordre des décurions de Diana Veteranorum honorait un ancien chevalier admis, en tant qu’ancien préteur, dans le Sénat et successivement à la tête de six légions. Ce uir militaris aux faits de guerre et aux décorations impressionnants couronna sa carrière, nous le savons par d’autres sources, par le consulat suffect en 184 ou 185.

29 Ce point de vue nous semble réducteur et devrait être réenvisagé à nouveaux frais.

30 In procinctu a le sens, ici, de « front », de « théâtre d’opérations ». On attendrait plutôt in procinctum. Dans les Histoires (III, 2), Tacite écrit, à propos de l’armée de Vitellius après sa victoire contre les Othoniens : « neque enim in procinctu et castris habitos, per omnia Italiae municipia desides »... H. Gœlzer (Tacite, Histoires, Paris, 1965 [1921], t. 1, p. 151) traduit ainsi : « ... au lieu de les tenir en haleine et de les cantonner, on les avait laissés se répandre dans tous les municipes d’Italie... ». Il est possible, ici, de donner à l’expression à la fois le sens que lui accorde le savant et celui, plus géographique, de « théâtre d’opérations », puisqu’on savait d’où venait le danger, constitué d’abord par les armées de Mésie, d’Illyrie et de Pannonie.

31 Op. cit., p. 142.

32 H. Callies, Die fremden Truppen im rômischen Heer des Prinzipats und die sogenannten nationalen Numeri, Bericht der Römisch-Germanischen Kommission des Deutschen Archäelogischen Instituts 45, 1964, p. 184, n. 312.

33 M. Lenoir, op. cit., p. 132.

34 CIL VIII, 14854 = D. 2764.

35 H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960, p. 484485.

36 J. Peyras : L’armée romaine et le Tell nord-est tunisien, L’armée et les affaires militaires, IVe Colloque International d’Histoire et d’Archéologie de l’Afrique du Nord, 113e Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, 5-9 avril 1988, t. Il, Paris, 1991, p. 321-324.

37 Si, pour Caecilianus, la mission lointaine est certaine, il en est de même pour Caius Iulius Alexander et pour d’autres, cf. en dernier lieu, AE. 1956, 11. Un Praepositus Reliquationi Classium Praetoriarum Misenatis et Rauennatis P. V. expeditioni orientait ne peut être en aucune manière un « chef de dépôt » en Italie, comme on l’enseigne (cf. de Bouché-Leclercq, op. cit., p. 334 à Y. Le Bohec, op. cit., p. 30,41).

38 Sur Thuccabori (Thouccabeur, à 90 km à l’ouest de Carthage), cf. J. Peyras, Le Tell nord-est tunisien dans l’Antiquité. Essai de monographie régionale, Paris, 1991, p. 140-145.

39 L’inventeur a intercalé ici ceci : Sulgiae [.. .]ae et Sut[gio] Apro [...]cii [S]ulgio [...]io [...]irei Pia [...] patri et coniu[gi]. Ces noms au datif ne concordent pas avec l’expression finale qui conduit à restituer des duo nomina féminins (avec un gentilice en principe différent de celui du mari) et les tria nomina des enfants de sexe masculin, plus, peut-être les duo nomina d’une fille. Cela n’a aucune importance pour l’interprétation de la carrière ; en revanche, la dédicace des membres de la famille suggère que Caecilianus était décédé, malgré l’absence de la formule Dis Manibus sacrum.

40 On peut comprendre aussi « Vengeresse ».

41 Notons que la flotte de Misène fut décorée du titre de Pia Vindex par Caracalla.

42 Cela ressort des éléments que nous avons par ailleurs, qui sont les suivants : il fut navarque au plus tôt sous Caracalla puisque la Flotte de Misène reçut les titres de Pia Vindex sous cet empereur ; il servit probablement une dizaine d’années dans les légions avant de se voir confier le poste de Praepositus·, ce fut certainement quand il préparait les opérations que relate l’inscription africaine qu’il eut à s’occuper à Misène de la restauration d’un édifice par Sévère Alexandre.

43 Les bastagae comprenaient tout ce qui était nécessaire aux troupes (Code Théodosien, 8, 4, 11).

44 Il fut primipile à Concangium, en Bretagne, et commanda en second la Legio III Cyrenaica à Bostra, en Arabie.

45 Il est possible que Caecilianus, qui finit sa vie dans l’Afrique Proconsulaire, ait été lié aux Sévères et qu’il eût à souffrir des changements qui se produisirent à la suite de l’assassinat de Sévère Alexandre en 235.

46 AE. 1968, 189, 488.

47 CIL VIII, 8934 : « Praef(ecto) classis Syr(iacae) donis militarib(us) donato a Diuo Hadriano ob bellum ludaicum hasta pura et uexillo ».

48 AE. 1958, 156.

49 AE. 1963, 52.

50 AE. 1965, 348. Notons qu’une couronne murale était attribuée en principe au militaire qui avait escaladé le premier des murs assiégés. Sans vouloir faire preuve de naïveté en feignant d’ignorer le caractère honorifique des décorations décernées aux officiers supérieurs, il n’en reste pas moins que les unités de la Flotte, en tant que soldats du génie, pouvaient être amenées, en effet, à entrer les premières dans une place.

51 En 69, le primipilaire Turullius Cerialis, qui avait jadis servi comme centurion en Germanie, commandait un fort détachement de soldats de la Flotte (Tacite, Histoires, II, 22 :...Turullis Cerialis cum compluribus classicis). Mais de tels officiers commandaient-ils normalement des marins, ou bien Cerialis s’était-il vu confier ces soldats du fait de l’approche des Vitelliens ? Notons, après la victoire des Vitelliens, le commandement extraordinaire, qu’on confia à Lucilius Bassus, qui venait d’être préfet d’aile (Tacite, Histoires, II, 100) : il dirigea les deux flottes d’Italie avec le titre de Praepositus (...Lucilius Bassus post praefecturam alae Rauennati simul ac Misenensi classibus a Vitellio praepositus...).

52 Mis à part Byzance, sous Justinien, ce qui autorisa la reconquête de l’Afrique du Nord, de l’Italie et de l’Espagne du Sud. mais les Byzantins, c’étaient toujours les Romains !

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search